• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bible hébraïque, bible chrétienne, Coran : qui a volé ou plagié quoi (...)

Bible hébraïque, bible chrétienne, Coran : qui a volé ou plagié quoi ?

Quand on lit ou relit ces trois œuvres littéraires, on ne peut ignorer leur ressemblance partielle ou totale.

La question qui a "copié-collé" ou plagié quoi, vient donc immédiatement à l'esprit d'une personne normalement cérébrée (ayant ses deux hémisphères cérébraux connectés).

Évidemment, un livre publié en l'an "x" ne peut être coupable d'avoir copié ou plagié un livre qui ne sera écrit que plus tard, à "x + n" années par exemple. Surtout si "n" est supérieur ou égal à plusieurs siècles (à moins, que le Dieu des croyants soit intervenu. Hypothèse non retenue ici, mais possible selon les croyants, car Dieu est Dieu, et rien n'est impossible pour lui).

Comme la plupart d'entre nous le savent, mais certains croyants chrétiens et musulmans l'ignorent encore, la Bible, la vraie, est la Bible hébraïque. Dite aussi Loi mosaïque ou Thora, ou Tanakh, elle est le plus ancien des trois livres. Que l'on croit ou non que la Bible hébraïque ait été révélée à Moïse (Deutéronome 31-9 : "Moïse écrivit cette loi, etc.") par son Dieu (celui d'Abraham), il y aurait environ 3 500 ans, selon le calendrier hébraïque, il n'en demeure pas moins que les fragments de cette Bible, retrouvés à Qumrân (les manuscrits dits de la mer Morte) datent d'environ 2 100 à 2 400 ans. Donc, la Bible hébraïque ne peut pas avoir copié ou plagié le livre des chrétiens, la Holy Bible (Sainte Bible), ni même le Coran ! Ces deux livres n'existaient pas encore.

- Commençons notre modeste investigation par la Holy Bible (Bible chrétienne pour faire court). En quoi est-elle coupable de "copié-collé" ou de plagiat ?

Cette Bible est assurément le livre "propriété" de la religion chrétienne, notamment de celle catholique et papale, à son origine. Il n'est pas question de sous-entendre ici que la religion chrétienne a copié une autre religion, celle hébraïque (en fait, juive pour les individus pas très au courant). La religion chrétienne est assez grande et prétendue véridique pour ne pas avoir eu besoin de voler ou de plagier une autre religion (tu ne voleras point ! disent les Écritures). Et puis, si cela avait été vrai, il aurait alors fallu que les chrétiens fassent disparaît les juifs et leur bouquin !

Pas si faux, en fait ! Qui maudit les juifs depuis près de 2 000 ans ? Qui les a accusés, et les accuse encore d'avoir fait tuer Jésus, l'un des trois Dieux de la chrétienté ? Quand on veut faire disparaître son chien de la surface de la Terre, ne l'accuse-t-on pas d'avoir la rage ou d'avoir tué son maître ?

Pourquoi dis-je que les chrétiens ont volé la Bible hébraïque ? Simple, plus de la moitié de la Bible chrétienne (la Holy Bible) est composée de ce que les chrétiens appellent l'Ancien Testament. Or, cet Ancien Testament n'est, ni plus ni moins, que le "copié-collé" entier et fidèle de la Bible hébraïque. CQFD ! Sans cette partie hébraïque, 100 % volés aux Hébreux, le Nouveau Testament n'existerait pas du tout. Ni Jésus, ni le Saint-Esprit, ni Dieu le Père, ni même la religion chrétienne et ses centaines d'églises différentes, notamment protestantes. CQFD encore !

- Autour du Coran ! En quoi cette œuvre littéraire, fascinante comme les deux autres, est-elle coupable ? Coupable d'avoir copié ou plagié quoi ?

Le Coran a été révélé par le Dieu Miséricordieux des musulmans au Prophète, il y a un peu moins de 1 400 ans, grâce à l'ange Gabriel, spécialement descendu du Ciel pour instruire le Prophète. Je rappelle, au passage, que ni la Bible hébraïque ni son ersatz chrétien n'ont donc pu "pomper" sur le Coran, car celui-ci n'existait pas encore !

Allons droit au but, car j'ai le Coran et les deux autres livres sous leur forme électronique. Facile de faire des recherches sur tel ou tel mot. Quand je fais une recherche dans le Coran, sur :

- Aaron (Bible hébraïque), je trouve 22 occurrences (nombre de fois où le mot est trouvé dans le Coran).

- Abraham (Bible hébraïque) : 86 occurrences.

- Adam et Ève (ceux de la Bible hébraïque) : 26 occurrences pour Adam, et 128 pour Ève.

- Isaac (Bible hébraïque) : 19 occurrences.

- Ismaël (Bible hébraïque) : 14 occurrences.

- Jacob (Bible hébraïque) : 22 occurrences.

- Moïse (Bible hébraïque) : 136 occurrences.

- Noé (Bible hébraïque) : 52 occurrences.

- Salomon (Bible hébraïque) : 21 occurrences.

- Etc., etc. Tous les principaux personnages de la Bible hébraïque sont dans le Coran. Le Coran ne les détruit pas. Il les présente bien, car ils sont l'œuvre du Tout Puissant et Miséricordieux : Allah !

 

- Le Déluge : 3 occurrences.

 

- Marie (Bible chrétienne, la mère de Jésus) : 35 occurrences.

- Jésus (Bible chrétienne, fils de Dieu le père (Allah dans le Coran)) : 32 occurrences.

- Joseph (Bible chrétienne, le père "adoptif" de Jésus) : 44 occurrences.

- Etc., etc.

 

- Le Livre, nom donné par le Coran à la Bible hébraïque et parfois à celle chrétienne, est cité 269 fois.

CQFD ! Le Coran a bien plagié la Bible hébraïque et accessoirement le Nouveau Testament. Pourquoi le Dieu des musulmans aurait-il réinventé une histoire alors que celle qui avait été imaginée par les juifs, et reprise mot pour mot par les catholiques (romains et apostoliques), marchait du "tonnerre de Dieu" ? Pris dans son élan, le Coran a même copié des versets entiers de la Bible hébraïque en modifiant seulement quelques mots ou ponctuations, afin peut-être de laisser croire aux incrédules qu'il en était lui, le seul Tout-Puissant, le Miséricordieux, le Clément, etc., l'auteur originel. Dieu ne ment pas ! Ne dit-il pas toujours la Vérité, celle qu'il a révélée par deux fois. Laquelle choisir entre les deux : celle faite à Moïse ou celle faite au Prophète ?

Avouons, même sans croire en Dieu, que la Bible hébraïque (*), le livre saint des juifs, est bien le livre fondateur des religions chrétienne et musulmane. Ces deux religions, immenses désormais, ont très largement dépassé leur maître en pratiquant un prosélytisme forcené et souvent meurtrier. Prosélytisme qui a amené vers elles, et leur Seigneur (Lord dans la Holy Bible), près de deux milliards d'individus, peut-être plus. Individus sûrement prêts, le moment venu et sur ordre, à prendre les armes, ou à les reprendre, pour convertir le reste de l'Humanité, dont nous sommes vous et moi des sujets. Reste juste à connaître la date de leur "grand soir" ! Pour les 30 à 50 000 de DAESH, le "grand soir" a commencé !

(*) Livre (épopée) lui-même inspiré pour tous ses concepts (Dieu, âme, jugement dernier, paradis, enfer, dix commandements, etc.) par le Livre des Morts de l'ancienne Égypte. Ancienne Égypte dans laquelle, rappelons-le, ont vécu tous les personnages de la Thora (la vraie Bible). Quant au Déluge, c'est une légende veille de près de 8 000 ans, racontée par Gilgamesh, décrivant une inondation dans la basse Mésopotamie (l'actuel Irak, en grande partie).

 

Photo de la Thora : arnoldlagemi.com


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • Gokudera ElPsyCongroo 3 décembre 2015 16:00

    Oh j’avais cru comprendre que ces livres formaient une continuité… Qu’ils racontaient la même chose et faisaient passer les mêmes valeurs avec des corrections suivant le changement de coutumes, de mœurs etc. Ce qui ferait du Dieu des Hébreux, des Chrétiens et des Musulmans exactement le même.

    Et donc pas de plagiat…

    Et qu’aussi dans la logique des choses tous les hébreux auraient dû être devenus chrétiens, puis musulmans.

    • ETIENNE 3 décembre 2015 20:16

      @Gokudera ElPsyCongroo
      C est bien le cas et ca commence bien avant le judaisme puisque celui ci a emprunté de nombreux mythes à Babylone. Le mythe de Noé est par exemple une copie d un mythe babylonnien. 


    • robin 3 décembre 2015 16:15

      Avant de dire des bêtises je conseille à l’auteur de vraiment faire une étude complète de la bible, car de toute évidence il a loupé pas mal de points comme celui des prophéties par exemple.


      • Schrek M de Sourcessure 3 décembre 2015 16:30

        C’est affligeant de constater l’ampleur de la régression intellectuelle qui n’a d’égale que l’arrogance de ces nouveaux Christophe Colomb qui viennent de découvrir l’Amérique alors qu’ils se croient aux Indes...


        • Rounga Rounga 3 décembre 2015 17:07

          Pas possible ?

          Ce n’est pas le premier, il y en a déjà eu un autre sur agoravox, il y a quelques années, qui nous avait pondu un article pour apprendre à tout le monde que l’Ancien Testament est identique à la Bible juive, et qui ne semblait pas au courant que tout le monde le savait déjà.
          Hilarant, l’assurance de ces découvreurs d’eau chaude.

          • Rounga Rounga 3 décembre 2015 17:15

            @Rounga
            Voilà, je l’ai retrouvé. Un autre champion.


          • Le Gaïagénaire 3 décembre 2015 21:01

            @Rounga 3 décembre 17:15


            J’ai trouvé ceci très intéressant en visitant votre « champion ». En effet, il s’agit de l’ADN et ses composants. Qui pouvait détenir ce savoir il y a 2000 ans ?

            djanel Le viking- 30 septembre 2010 21:35

            (...)

            Quel charabia inintelligible mais j’arrive tout de même à décoder les mots. Non le christ ne maintient pas la loi juive. Vous vous tromper parce que vous ne savez pas ce que veut dire le mot « loi  » et vous ne savez pas non plus de quoi il parle. Pour vous éclairer voici un passage de l’évangile de la paix qui a été traduit par Edmond Szekely à partir d’un exemplaire que posséder le Vatican dans sa bibliothèque. Cette traduction a donc reçu l’assentiment de l’Église. Ce texte est authentique mais c’est un évangile apocryphe. Apocryphe veut dire caché. Le rédacteur de cette évangile est l’apôtre Saint Jean, le disciple bien aimé qui est aussi le rédacteur d’un des quatre évangiles canoniques.

            Et Jésus répondit : « Ne cherchez pas la loi dans vos Écritures, car la loi est vie alors que l’Écriture est mort. Je vous le dis en vérité, Moïse n’a pas reçu de Dieu ses lois par l’Écriture, mais par la parole vivante. La Loi est une parole de vie, proférée par le Dieu de vie, transmise à des prophètes vivants pour des hommes vivants. Dans toute chose qui a vie se trouve écrite la Loi. Vous la trouverez dans l’herbe, dans l’arbre, dans la rivière, dans la montagne, dans les oiseaux du ciel, dans les poissons des lacs et des mers, mais cherchez-la surtout en vous-mêmes. Car je vous le dis, en vérité, toutes les chose qui sont douées de vie sont plus près de Dieu que les écrits qui sont privés de vie. Dieu a ainsi fait la vie et toutes les choses vivantes de façon qu’elles soient la parole de vie éternelle et qu’elles enseignent à l’homme les lois du vrai Dieu. Dieu n’a pas écrit ses lois en des pages de livres, mais dans votre souffle, dans votre sang, dans vos os, dans votre chair, dans vos entrailles, dans vos yeux, dans vos oreilles et dans chacune des parties les plus intimes de votre corps. Elles sont présentes dans l’air, dans l’eau, dans la terre, dans les plantes, dans les rayons du soleil, dans les profondeurs et dans les hauteurs. Toutes ces choses vous parlent afin que vous puissiez comprendre la parole et la volonté du Dieu vivant. Malheureusement, vous avez fermé les yeux pour ne rien voir et vous vous êtes bouché les oreilles pour ne rien entendre. Je vous le dis, en vérité, l’Écriture est l’oeuvre de l’homme, tandis que la vie et tous ses hôtes sont œuvre de notre Dieu. Pourquoi ne prêtez-vous pas l’oreille aux paroles de Dieu qui sont écrites dans ses œuvres ? Et pourquoi étudiez-vous les Écritures dont la lettre est morte, étant œuvre de la main des hommes ? »


          • chapoutier 3 décembre 2015 18:03
            Bible hébraïque, bible chrétienne, Coran trois œuvres littéraires !!!!!!!!!!

            faut pas pousser quand même


            • soi même 3 décembre 2015 19:50

              Papier d’une pure pensé matérialiste , ( qui a volé ou plagié quoi ? ) et bien je vais vous décevoir l’ami, vous racontez des âneries athéistes.


              • zozoter 3 décembre 2015 19:53

                La « vraie » bible (donc Hébraïque) commence par la Genèse. Bien qu’écrite par des Juifs, c’est un plagiat selon Pierre Jovanovic. Je ne peux pas en dire + ne l’ayant pas encore entre les mains.

                Il me semble que visionner cette vidéo éclaire un peu sur le niveau d’arnaque employé pour justifier un peuple « élu »


                À vous de voir.

                • soi même 3 décembre 2015 20:03

                  @zozoter, encore un exégèse qui n’a pas froid aux yeux, « c’est un plagiat selon Pierre Jovanovic  » 
                  Lui même est déjà une caricature, ses propos n’engage que ceux qui le prenne pour un saint homme.


                • zozoter 4 décembre 2015 07:35

                  @soi même
                  Je ne prends personne pour un saint homme mais quand il avance des arguments comme le parallèle entre la mythologie sumérienne et la Génèse, çà interroge.


                  Et vous n’êtes pas obliger de me prendre pour un con. 

                • Hallala Адыгэ Мухьэмэд 4 décembre 2015 12:40

                  @zozoter
                  Marche pas ton lien !


                • zozoter 4 décembre 2015 19:49

                  @Адыгэ Мухьэмэд



                  Désolé

                • Samson Samson 4 décembre 2015 20:10

                  @zozoter
                  « Et vous n’êtes pas obliger de me prendre pour un con. »

                  De fait, le plus efficace restant encore de ne pas nous y inviter !
                  Mais je vous concède qu’en la matière, cette consternante tribune confine proprement au sublime : si je me réjouis pour l’auteur de son enthousiasme 2.0 pour ses nouveaux jouets logiciels, je ne peux m’empêcher de penser qu’il eut été mieux inspiré d’au moins consulter Wikipedia avant d’en surplus de sa sottise étaler publiquement toute l’étendue de son inculture !

                  A un tel stade, çà craint vraiment !  smiley


                • Pale Rider Pale Rider 7 décembre 2015 18:07

                  @Samson
                  OK, mais : eût été (avec accent quand c’est le conditionnel passé 2e forme, et non le passé antérieur) ; au surplus, et ça sans accent (sauf dans l’expression çà et là).
                  Quand on parle de culture, il vaut mieux faire ses preuves... smiley


                • Samson Samson 9 décembre 2015 15:59

                  @Pale Rider
                  Sorry ! Et merci pour les corrections !
                  Quant au Grévisse, je l’ai toujours considéré pour ce qu’il était, un « Bon Usage », sans plus !
                  Et à y limiter la culture, elle n’aurait que fort peu d’intérêt ! smiley


                • eric 3 décembre 2015 20:01

                  « La question qui a »copié-collé" ou plagié quoi, vient donc immédiatement à l’esprit d’une personne normalement cérébrée (ayant ses deux hémisphères cérébraux connectés)"

                  Avant d’en arriver à ce glacial bouillonnement intellectuel il faut révéler à ce cérébré ce qu’il a l’air d’ignorer ! A l’époque, il n’y avait pas encore Windows 8 et même pas encore XP, et donc on ne faisait pas de copié-collé, on recopiait, à la main (!)


                  • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 3 décembre 2015 20:33

                    Bonsoir,
                    Sommes nous des hérétiques ou des gens lucides ? Nous sommes au XXI siècle et rechercher les origines des religions me parait saine,surtout que je prends principalement en compte ’le pourquoi de tant de massacres,de guerres ?
                    Fort heureusement quelques commentaires soulignent timidement que tout cela serait déjà du pompage sur d’autres religions qui remonte à la nuit des temps.
                    Mais l’auteur oubli simplement une chose qui pourrait soutenir ces copies. Il y a eut aussi la dissidence au christianisme qu’est le protestantisme.Évidemment, c’est devenu moins guerriers et meurtrier. Des divisions ,des copies,oui certes ,mais le résultat n’as jamais été la paix au nom d’un Dieu. Et ,oui nous sommes au XXI siècle,vous en souvenez vous ?


                    • Marc-Olivier de Vaugiraud 3 décembre 2015 21:31

                      Vraiment affligeant...


                      • Samson Samson 3 décembre 2015 23:43

                        Après des millénaires d’obscurantisme, la lumière 2.0 émerge enfin !
                        Bon sang, mais c’est bien sûr ! Comment n’y avions-nous pensé plus tôt ???
                        Un immense merci donc à l’auteur : sa contribution à l’édification morale, intellectuelle et spirituelle de l’humanité (et des lecteurs d’Agoravox) s’avère manifestement aussi décisive qu’inestimable !
                        J’en reste sans voix !

                        Mais plutôt qu’adresser une telle profondeur de réflexion et une telle rigueur d’analyse 2.0 aux incultes lecteurs de ces colonnes, pourquoi ne pas plutôt les adresser directement à vos pairs ?
                        A vous lire, je ne doute pas un seul instant de leur fervent enthousiasme à vous accueillir !


                        • eugene eugene 4 décembre 2015 00:13

                          Ce que je préfère dans la bible, c’est le cantique des cantiques ! 

                          « Ton cou est comme la tour de David, bâtie pour être un arsenal ; mille boucliers y sont suspendus,tous les boucliers des héros. Tes deux seins sont comme deux faons, comme les jumeaux d’une gazelle, qui paissent au milieu des lis....En voici de la belle religion. »...etc....Le deuxième livre religieux que j’emporterais sur une ile ce sont les mémoires de Casanova, et le troisième, les mémoires de Don Quichotte. 
                          Autant d’ hymnes à la vie, à l’amour, à l’aventure, à la jeunesse...Même quand dans le troisième cas, le héros n’a plus l’âge pour ça. Mais la ferveur compense à la raideur des articulations. Et les plus belles prières ne sont pas sur un marchepied d’église, mais à la mode de Blaise Cendrars et du trans sibérien.

                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 décembre 2015 10:43


                            Se chamailler - du nom du juif Shammaï qui, il y a 2000 ans déjà, aimait le faire ? - sur l’histoire des trois plus grands monothéismes, et sur les emprunts textuels des uns aux autres n’est pas complètement sans intérêt.

                             

                            Mais je crois qu’il est plus utile - et plus que temps - de les débarrasser, tous, de ce qui, dans l’interprétation de ces textes qu’ils ont divinisés, sacralisés et dogmatisés, conduit à former les fanatiques qui tuent au nom de Dieu.

                             

                            Il ne m’avait jamais été possible de publier le petit essai que j’avais rédigé, il y a 15 ans, pour combattre la violence religieuse dans ses sources sacralisées par les trois plus grands monothéismes. Ce petit essai vient enfin d’être publié, en trois parties, sur Agoravox. La première partie commence ici :

                             http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/desacraliser-la-violence-174422

                             

                             


                            • flourens flourens 4 décembre 2015 11:14

                              finalement, on devrait s’en foutre, ces livres n’ont été écrits que pour asservir les peuples, l’opium du peuple, je dis on devrait s’en foutre si ces livres n’étaient prétexte à toutes les avanies, les tortures les massacres et les génocides qu’ils ont engendrés, la vie serait bien plus belle sans ces livres
                              remettez les à leur juste place, celui de conte pour enfants, d’histoires fantastiques au même titre que l’illiade et l’odyssée ou la chanson de Roland ou les histoires du père noël, et encore, conte pour enfant, à voir vu le nombre de massacres contenus dans ces livres, disons conte pour bénêts et attardés, en effet un enfant qui croit au père noël c’est mignon, un adulte qui y croit c’est un simple d’esprit, pareil pour toutes ces affabulations contenues dans ces livres, c’est pour les simples d’esprits
                              et de citer le philosophe Syrien Abu-L-Ala Al-Maari (973-1057)
                              « deux sortes de gens sur la terre
                              ceux qui ont la raison sans la religion
                              et ceux qui ont la religion mais manquent de raison »
                              de nos jours, je n’ose penser ce que les religieux lui feraient


                              • Julien30 Julien30 4 décembre 2015 11:29

                                @flourens

                                « disons conte pour bénêts et attardés » « c’est pour les simples d’esprits »
                                Des simples d’esprits benêts attardés comme Saint Augustin, Saint Thomas, Pascal, Descartes et tellement d’autres ? Ayez un peu de respect pour vous-même (et accessoirement pour les autres), ne vous ridiculisez pas ainsi.

                              • flourens flourens 4 décembre 2015 13:56

                                @Julien30
                                les faibles d’esprits sont ceux qui écoutent ces fables, pas ceux qui les écrivent, car eux savent bien que c’est pour controler les esprits...........faibles, j’assume
                                vous y croyez vous à la création, vous croyez que mahomet est parti sur son cheval ailé, vous croyez au déluge de noé, si oui je vous plains
                                de plus dans votre liste vous oubliez Voltaire et son « écrasons l’infâme », il avait tout compris lui


                              • Julien30 Julien30 4 décembre 2015 16:09

                                @flourens
                                Allez continuez de creuser, vous n’êtes pas encore au fond.


                              • flourens flourens 4 décembre 2015 21:04

                                @Julien30
                                ET c’est censé être une réponse, les arguments manquent de punch, en fait, comme tout ceux qui n’ont aucun argument, il faut décrédibiliser son contradicteur et de culpabiliser pour ne pas avoir à répondre, je répète, vous croyez à ces fadaises


                              • Julien30 Julien30 4 décembre 2015 21:43

                                @flourens
                                Ah parce que à part déclarer du haut de votre athéisme particulièrement étroit d’esprit et de votre inculture profonde que les croyants sont des abrutis et que beaucoup des plus grands esprits de l’histoire de l’humanité sont des escrocs vous avez à un moment quelconque donner un argument ? Si vous pouvez m’indiquer où parce que là j’avoue que je ne vois pas, ou sinon arrêtez juste la fuite en avant et réalisez que vos propos sont d’une bêtise sans nom.


                              • flourens flourens 5 décembre 2015 09:36

                                @Julien30
                                vous croyez à ces fadaises oui ou non ? vous ne voulez pas répondre ou quoi ? allez un peu de courage et de conviction, quand on défend l’indéfendable, il faut se jeter à l’eau, la haut il en tiendra compte au jugement dernier
                                et puis pour ce qui est des grands esprits, je pourrais vous faire une liste longue comme le bras de ceux qui considèrent les livres et la religion comme une escroquerie, lire déjà les 12 preuves de l’inexistence de dieu de Lafarge et après on passera à la suite


                              • flourens flourens 5 décembre 2015 11:16

                                @Robert Lavigue
                                autant pour moi, c’est bien Sébastien Faure, paul a écrit le droit à la paresse, bien vu !!!!


                              • feunfeunfeun 6 décembre 2015 01:45

                                @flourens

                                Malencontreusement pour vous, l’archéologie a prouvé que ces nombreux récits ne sont pas des fables mais des faits réels.

                                Le père Noël n’a pas existé mais David, Salomon, ou Jésus ont bien existé : Vous pouvez faire un tour à Jérusalem si vous le désirez, car le corps de David se trouve encore dans une tombe sur le Mont Sion. Le corps de Salomon a été enterré juste à sa gauche avec des objets cultuels.

                                Donc comment pouvez-vous dire que ces individus n’ont jamais existé si leurs corps ont été retrouvés dans une tombe ? Votre athéisme ? Mais regardons les faits, vous dites que ce sont « des contes pour enfants, d’histoires fantastiques  », « au même titre que l’Iliade ».

                                Mais les comtes et leurs personnages ont-ils des corps enterrés dans une tombe ? Certes non car les personnages des comtes n’ont jamais existé et sont des mythes.

                                Vous dénoncez « l’opium du peuple » mais vous me faites penser aux terroristes qui ont détruit le temple de Palmyre, ce patrimoine de l’humanité. Afin de faire « table rase du passé » historique et archéologique belle et bien existant.

                                Vous parlez de religion avec «  le nombre de massacres contenus ». Pourtant au nom de l’athéisme, les khmers rouges sous la bannière des théories marxistes ont été responsables d’un des plus grands génocides de l’histoire de l’humanité, soit 1,7 millions de tués selon les historiens. Et les corps retrouvés à  Choeung Ek au Cambodge ne sont pas un « conte pour benêts et attardés » mais une réalité historique et archéologique. Et croyez-moi, ce ne sont pas les seuls à avoir faits des génocides au nom de l’athéisme inspiré du marxisme.

                                En soit, votre conviction est Dieu n’existe pas, et pour celui qui est croyant est que Dieu existe. Cependant scientifiquement aucun scientifique ne pourra affirmer que Dieu n’existe pas ou qu’il existe. Pourquoi ? Parceque dire l’un ou l’autre signifierait de cette même manière catégorique que de dire que d’autres êtres vivants dans l’univers existent ou n’existent pas.

                                Voyez-vous la subtilité des propos ci-dessus ? La bactérie apparue sur notre terre il y a plusieurs milliards d’années ne sortirait donc de nulle part ? Une petite bactérie donnant des homos sapiens-sapiens doués d’intelligence et de réflexions dans une évolution subtile « programmé » à se multiplier et à conquérir des territoires ? Avez-vous les épaules assez costauds pour affirmer encore la suffisance de vos propos en sortant pour exemple un philosophe syrien du 10ème siècle ? Retenez bien ces nom : Copernic, Galilée, Einstein, Pasteur, Darwin, Volta et encore de nombreux autres n’étaient pas athées et pourtant ils étaient doués de raison bien plus que vous. Non le groupe des « simples d’esprits » c’est le vôtre !


                              • raymond 6 décembre 2015 18:48

                                @feunfeunfeun
                                bonsoir, vous dites que l’on a retrouvé des corps enterrés ? formidable. Leur attribuer une identité précise 5000 ans plus tard vous paraît faisable ?


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 décembre 2015 08:50

                                @feunfeunfeun

                                Bonjour

                                Ne pensez-vous pas qu’aujourd’hui, avec ce qui nous est donné quotidiennement de barbarie commise au nom de Dieu, il y a plus important que de « décider » que Dieu existe ou qu’il n’existe pas. Il me semble plus nécessaire que jamais que soit mise en question la nature de Dieu dans l’esprit de ceux qui croient en lui.

                                N’est-il pas suicidaire pour les religions abrahamiques de continuer d’enseigner que Dieu existe et qu’il a bien appelé à commettre des tueries... puisque c’est écrit dans les textes sacralisés par ces religions ?

                                N’est-il pas stupéfiant qu’une société qui se dit, comme la nôtre républicaine, démocratique et laïque, s’enferme dans le tout ou rien des athées et des croyants ? N’est-il pas révoltant que les uns et les autres, quand ils sont au pouvoir, ne croient pas utile d’exiger des responsables religieux qu’ils cessent au moins d’enseigner la prétendue "bonne violence« prétendument »voulue par leur Dieu« ... pourvu qu’elle soit »bien interprétée" ?

                                 

                                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/desacraliser-la-violence-174422


                              • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 7 décembre 2015 09:04

                                @Pierre Régnier
                                Bonjour
                                très bonne et juste réponse sur le sujet .
                                (je ne suis pas encore allez sur le lien) mais c’est un commentaire comme j’aimerais en entendre plus souvent.


                              • Pale Rider Pale Rider 7 décembre 2015 18:14

                                @flourens
                                Staline, Mao, Pol Pot, autant d’athées éclairés qui avaient compris que les religions étaient plus meurtrières que l’incroyance. Il faudrait leur accorder le Prix Nobel de la Paix à titre posthume.
                                Plus sérieusement, allez lire L’homme révolté du grand Albert Camus (un athée). Et après, on parlera peut-être intelligemment. smiley


                              • Samson Samson 9 décembre 2015 16:07

                                @Pale Rider
                                Tiens ! Personne n’avait encore cité Camus !
                                Ravi de partager les mêmes références ! smiley


                              • fredleborgne fredleborgne 4 décembre 2015 12:20

                                Euh, ce type a fait un AVC dernièrement ?
                                En tout cas, son article ne risque pas d’être plagié


                                • Gasty Gasty 4 décembre 2015 12:27

                                  Il paraitrait que l’eau tiède ai été l’œuvre de l’eau chaude !

                                  Moi je pense que c’est l’eau froide.


                                  • chapoutier 4 décembre 2015 18:33

                                    @Gasty
                                    le débat est ouvert

                                    d’ou provient l’eau tiède ???


                                  • Depositaire 4 décembre 2015 16:43

                                    Article effectivement passablement incohérent ! On serait tenté de dire à son auteur, mais c’est tellement évident que c’est inutile, qu’avant de rédiger un article sur un sujet comme celui-ci, il faudrait commencer par bien s’informer avant de sortir de pareilles incohérences ! En ce sens la « volée de bois vert » qu’il se prend de la part des commentateurs, est une conséquence logique et bien méritée.

                                    Ceci dit, puisque je fais allusion aux commentateurs, j’en relève deux dont les propos sont de la même sauce ! Si l’article est incohérent au niveau même de la nature des textes évoqués, celui de @ je suis diesel en matière d’incohérence c’est pas mal en si peu de mots.

                                    Alors comme ça, pour les chrétiens assyro-chaldéens, Dieu se dit Allah, et ce serait de l’araméen. Ce qui voudrait dire que le Coran aurait été écrit en araméen.

                                    En d’autres termes, mon chien à quatre pattes et une queue et mon chat aussi, donc mon chat est un chien ! C’est aussi caricatural.

                                    Alors, mon bon monsieur, avant d’écrire de telles âneries, informez-vous un peu mieux. Il se trouve que je fais partie d’un groupe de recherche sur le Coran et le hadith, donc je connais fort bien la question, et d’autre part, j’ai eu l’occasion de discuter avec un chrétien d’une telle église dont la langue liturgique est précisément l’araméen, même si lui était arabe, et je lui ai demandé comment on disait Dieu en araméen. Il m’a répondu : « on l’appelle Alaha ». Que ça ressemble à Allah, rien d’étonnant, c’est même le contraire qui serait surprenant. Au cas ou vous l’ignoreriez, et dans ce cas je vous en informe, afin de ne pas répéter de telles inepties, l’arabe appartient au groupe linguistique sémitique avec l’hébreu, l’araméen, le syriaque, entre autres. A titre d’exemple, la première lettre de l’alphabet arabe porte le nom de « alif » et en hébreu « aleph ». On ne va quand même pas dire que l’arabe dérive de l’hébreu ! C’est comme si on disait que le mot « porte » en français se dit « porta » en italien et que l’on dise que l’italien dérive du français !

                                    Donc en conclusion Alaha = araméen, Allah = arabe. C’est clair ? Ce terme signifie simplement « Le Dieu, ou La Divinité ».

                                    Venons-en au commentaire de @ kader. Alors si celui de @ Je suis diesel est assez incohérent, là nous avons la palme en matière d’incohérence ! Je dois avouer qu’en lisant son commentaire, je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire !

                                    Ca ne vous suffit pas de voir rédigé un article rempli d’incohérences, il vous a fallu en rajouter une bonne couche ! Merci, ça, m’a fait une bonne détente. Si vous en avez encore comme ça « sous le coude », je vous en prie, n’hésitez pas à les publier, ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de bien rire en lisant un article ou un commentaire sur Agoravox !

                                    Alors reprenons un peu vos propos : " Si Mahomet avait voulu qu’un livre soit écrit il l’aurait fait de son vivant. Le personnage de Moise est une compilation d’Akhenaton, du roi Sargon et de Ramses 1. (tapez sur google)
                                    Abraham serait avec Moïse un pharaon égyptien. Alors prendre ses sources historiques sur Google il fallait le faire ! C’est sur que c’est d’une fiabilité exemplaire ,surtout en lisant ces invraisemblables incohérences.

                                    Bon alors reprenons. L’histoire d’Abraham se déroule principalement en Irak. Les hébreux, peuple d’Abraham, signifie simplement « ceux de l’autre rive ». En l’occurrence, cette rive était celle de l’Euphrate, dont, à ma connaissance, ce fleuve ne coule pas en Égypte ! Qu’il y ait eu des relations avec la civilisation égyptienne, rein de plus normal dans la région, mais cela ne fait d’Abraham un pharaon, que ce soit Akhenaton ou un autre. De même qu’Akhénaton, autant qu’on le sache ait insisté sur le culte du Dieu unique ne l’assimile pas automatiquement à cette Tradition spirituelle illustrée par Abraham. Et contrairement à une idée très répandue, les égyptiens vouaient un culte au Dieu unique bien longtemps avant Akhénaton, c’est ce que révèlent justement l’étude attentive des hiéroglyphes. Que sur la fin il y ait eu dégénérescence de la Tradition, au profit de l’idolâtrie, c’est très probable et c’est sans doute ce qui a précipité la disparition de la civilisation égyptienne.

                                    Quant à Moïse, du peu que l’on sait, est qu’il n’a jamais été pharaon d’Égypte. Il a été contemporain de deux pharaons. Ramsès et Seti (me semble t-il). Et il appartenait à l’ethnie sémite issue des tribus de Jacob dont le fils Joseph était devenu grand intendant de pharaon et ces tribus sont venues s’installer en Égypte. Entre parenthèses, il y a dû y avoir bien des mariages mixtes entre les deux peuples de sorte que le mythe du peuple hébreu pur et inaltéré, n’est qu’un mythe. Et je ne parle même pas des « hébreux » contemporains qui n’ont « d’hébreux » que la langue.

                                    Venons-en au Prophète de l’Islam qui ne s’est jamais appelé « mahomet » mot qui ne veut rien dire, mais « Muhammed » (SSP). Ce nom dérive de la racine arabe : « hamada » qui veut dire « louer ». Et Muhammed signifie  : « celui qui est louangé ». alors un peu de respect pour les dérivations étymologiques des noms propres.

                                    Voilà pour son prénom. Son patronyme complet était : « Muhammed fis de Abdallah », qui était le prénom de son père. Il faisait partie de la tribu des Qoraïch, mais était plutôt la parent pauvre. Au sens propre du terme.

                                    Maintenant, je ne sais pas où vous avez-lu que le Prophète Muhammed (SSP) ne savait pas qu’on écrirait la loi après lui, même chose pour le Bouddha, d’ailleurs ?

                                    Alors, vous aussi, pour votre information et afin que vous cessiez de sortir de pareilles incohérences, sauf pour nous faire rire, bien entendu, là, vous pouvez y aller, mais précisez que c’est une blague pour éviter de vous faire remettre en place, sachez que lors de la Révélation coranique, qui s’est déroulée sur une période de 23 ans, chaque sourate, chaque verset, sur ordre du prophète était à la fois mémorisé par ses compagnons ET écrit sur différents supports de l’époque. Et à chaque sourate et verset nouveau Révélé, il précisait la place dans l’ensemble de nouvel élément. N’importe quel chercheur ayant quelque peu étudié la question éclatera de rire en lisant vos inepties ! C’est très bien connu. Après sa mort, c’est une de ses épouses qui a été chargée de conserver tous les supports sur lesquels le Coran était écrit de façon fragmentaire et on en a fait un livre complet dont l’authenticité était vérifiée par ceux qui l’avait mémorisé, et ils étaient nombreux à l’époque. Depuis, la règle n’a pas changé. Il y a une transmission ininterrompue sur la manière de le réciter, même s’il y a sept lectures possibles, (toutes authentifiées du vivant du Prophète), mais elles reposent sur des nuances grammaticales surtout, ET une écriture.

                                    En résumé, renseignez-vous ailleurs que sur Google si vous voulez des informations valables. Ca vous évitera de vous ridiculiser.

                                    Et, en passant, ce qui montre toute votre ignorance sur le sujet, le Coran n’est pas une « loi ». On a tiré une loi du Coran, ce n’est pas du tout la même chose.



                                    • COVADONGA722 COVADONGA722 4 décembre 2015 22:10

                                      yep , j’imagine que des croyants peuvent être effondrés par un tel article.Qu’ils se rassurent comme athée et tenant d’une laïcité ferme je suis comme eux .Déjà rien que quelques concept historiques de bases permettent d’invalider le propos . Je suis persuadé que l’auteur aurait du se garder d’aller sur le terrain des livres des différentes foi, des exégètes plus doctes que lui sont légions ici sans compter les croyants dont on peu penser raisonnablement qu’ils connaissent leur bible torah ou coran mieux que lui.

                                      Perso , comme athée je n’ai aucune objection a ce que mon voisin ai besoin d’une « béquille » spirituelle pour supporter les affres terrestres . Ma seule objection étant bien sur qu’il ne me colle pas sa « béquille » dans la gueule.A mon sens un historien ou un religieux peu commenter un livre « saint ».Mais j’ai beaucoup de mal a comprendre ce qu’une approche scientifique pourrait retirer 
                                      de construit et d ’ utile de ce qui relève de la croyance . 

                                      asinus : ne varietur

                                      • Samson Samson 4 décembre 2015 22:58

                                        @COVADONGA722
                                        « ... dont on peu penser raisonnablement qu’ils connaissent leur bible torah ou coran mieux que lui »
                                        Rien à voir même avec les « croyants » : j’imagine que quelles que soient nos convictions - ou leur absence, le minimum syndical en matière de rigueur intellectuelle est de se renseigner sur un sujet avant de l’exposer.

                                        « Mais j’ai beaucoup de mal a comprendre ce qu’une approche scientifique pourrait retirer de construit et d ’ utile de ce qui relève de la croyance. »

                                        L’approche scientifique est indéniablement utile et enrichissante à une meilleure appréhension du texte ou tout support au mythe fondateur, mais elle ne saurait en aucun cas l’y réduire !

                                        Et inversément, l’intime conviction - ou son absence - ne saurait en aucun cas résulter de sa démonstration ou de son infirmation rationnelle : j’ai toujours considéré l’exercice, au mieux comme ridicule, sinon comme une arnaque, au rang desquelles je range sans hésiter le trop célèbre pari de Pascal !


                                      • COVADONGA722 COVADONGA722 4 décembre 2015 23:35

                                        @Samson
                                         bonsoir , « scientifique » peut être n’ai pas su trouver le terme définissant ce qui me semble comme une approche biaisée et inadapté du fait religieux .J’imagine qu’une approche historique , sémantique ect .... mais encore une fois j’ai du mal a voir confronté le rationnel a ce qui me semble irrationnel 

                                        S’agissant de « parier » sur l’existence ou pas de dieu outre que je n’aimes pas le jeu de mon avis 
                                        c’st un peu comme admettre implicitement un dieu des hypocrites ....

                                        plus qu’un définitif et non étayé « scientifiquement » je ne peu croire .Je me cantonne a j’ai du mal a croire ou il m’est difficile de croire Il m’est impossible de croire ...

                                      • COVADONGA722 COVADONGA722 4 décembre 2015 23:37

                                         excusez moi lire 


                                        plus qu’un définitif et non étayé « scientifiquement » je ne crois pas  .Je me cantonne a : j’ai du mal a croire ou il m’est difficile de croire Il m’est impossible de croire ...

                                        • Samson Samson 5 décembre 2015 02:27

                                          @COVADONGA722
                                          « plus qu’un définitif et non étayé « scientifiquement » je ne crois pas .Je me cantonne a : j’ai du mal a croire ou il m’est difficile de croire Il m’est impossible de croire ... »

                                          Aucun souci ! Impossible d’étayer ou réfuter scientifiquement un phénomène de l’ordre du ressenti - ou pas ! S’il est bien une liberté inaliénable à chacun, c’est heureusement celle-là !

                                          La question de la foi relève de la conviction intime : elle est donc strictement individuelle et je ne pourrais vous parler que de la mienne - uniquement pour nourrir l’échange - ou pas !

                                          Moi croyant, le discours mythique et la religion offrent à ma foi socle et référentiels traditionnels, symboliques, rituels, communautaires, culturels, ... auxquels l’identifier - ou pas - et alimenter par là tant la réflexion et l’intelligence du monde auxquels ils m’ouvrent qu’une fois franchies les étroites bornes de la raison pour explorer plus avant les territoires d’un « réel » bien plus large, le « merveilleux » d’un imaginaire dont je ne suis plus aucunement maître autrement que par l’expression artistique ou même scientifique (théorie quantique et antinomie de la dualité onde-corpuscule) que je peux en donner.

                                          Pour la subtilité plus spécifique aux saveurs de la religion du Livre, je ne peux que vous renvoyer à la notion kabbalistique de Pardès, ou encore vous recommander les labyrinthiques incertitudes de Jorge Luis Borges, à commencer par La loterie à Babylone et La bibliothèque de Babel, pour mieux vous allécher, et plus si affinités ! smiley


                                        • njama njama 4 décembre 2015 23:43

                                          Prétendre que les Évangiles sont fiables, c’est méconnaître la vérité historique des évangiles. Ci-suit la lettre de Saint Jérôme, (né vers 347, mort en 420) en français, l’original en latin se trouve à la Bibliothèque Nationale attestant de l’existence de nombreuses versions à l’époque.
                                          Mais il y aura toujours des gens pour jurer que c’est la Parole de Dieu et qu’il n’en manque pas un seul iota
                                          Sancti Hieronymi operum Tomus Primus
                                          Incipit praefatio
                                          Sti Hieronymi Presbyteri in Quatuor evangelia
                                          « Beatissimo Papae Damaso Hieronymus »

                                          Jérôme au bienheureux Pape Damase

                                          Tu veux me faire transformer un vieil ouvrage en une œuvre nouvelle, quand tant d’exemplaires des Ecritures sont dispersés dans le monde, je devrais en quelque sorte faire l’arbitre ; décider de ceux qui ont dévié et de ceux qui sont davantage d’accord avec la source grecque. Œuvre de piété sans doute, mais aussi périlleuse aventure que celle de juger des autres quand on doit soi-même être jugé. Il faudrait changer le langage des anciens et ramener à la simplicité de l’enfance un monde qui vieillit déjà. Qui donc parmi les doctes comme parmi les ignorants prenant en main un volume et constatant qu’il diffère de celui qu’il a jadis mouillé de sa salive ne vociférerait pas immédiatement contre moi en me traitant de faussaire et de sacrilège, moi qui oserais changer, ajuster, corriger les anciens livres. Cette impopularité (ce que je vais affronter) il est deux raisons qui m’en consolent, la première est que c’est toi qui m’a donné cet ordre, la seconde est que ce qui est aberrant ne saurait être vrai, chose qui est admise des plus méchantes langues. S’il faut accorder quelque foi aux manuscrits latins des Ecritures, qu’on nous dise quels sont ces exemplaires car il est autant de versions que de manuscrits.
                                          S’il faut mettre à contribution plusieurs manuscrits, pourquoi ne pas retourner tout bonnement à l’original grec, faisant ainsi justice des mauvaises traductions, des corrections intempestives de ceux qui se croyaient savants, et des adjonctions introduites par des éditeurs ensommeillés ? Je ne parle pas de l’Ancien Testament où l’on pourrait se demander ce qu’ Aquila ou Symmaque ou Théodotien, qui tient le milieu entre les deux, ont pensé du texte. Notre traduction sera celle que les Apôtres ont reçue (Jérôme s’en tient donc à la Septante). Je parle à présent du Nouveau Testament qui a été indubitablement rédigé en grec, à l’exception de l’Apôtre Matthieu qui rédigea son Testament en Judée et en hébreu. Je laisse de côté ces versions attribuées à un Lucianus ou un Hesychius et que certains défendent avec un acharnement regrettable. Ces derniers n’avaient pas le droit de corriger ce que, à propos de l’Ancien Testament, la Septante avait mis au point. Le texte des Ecritures reçues par de nombreux peuples montre que leurs adjonctions sont autant d’erreurs.
                                          La modeste préface que voici propose que les quatre évangiles soient rangés de la manière suivante : Matthieu, Marc, Luc et Jean. Ils sont bien le fruit d’une collation de manuscrits grecs mais ces manuscrits sont anciens. Ce qui ne diffère pas beaucoup de la version latine, nous le signifions par la lettre (b). Dans ce cas, nous nous contentons de changer ce qui a trait au sens, mais nous laissons subsister le reste sous sa forme primitive. Quant au contenu des versions, nous le répartissons en dix, ce qu’a fait Eusèbe de Césarée lequel suivait lui-même Ammonius. Que si des curieux veulent connaître des passages des Evangiles qui sont identiques (dans chaque Evangile), proches les uns des autres ou uniques, ce chiffre de dix les satisfera. En effets dans les versions latines s’est installée avec le temps l’erreur qui rend un Evangile et un autre moins formels, nous le signalons par la lettre (c). Il arrive encore que, quand le sens ne change guère d’un Evangile à l’autre, on ait calqué le texte sur celui des Evangiles qui donnent le premier cette leçon. C’est ainsi que chez nous (chez les Latins) tout s’est mélangé, que Marc répète en maints passages Luc et Matthieu, que Matthieu reproduise Jean et Marc, tandis que chaque Evangile conservait ce qui lui appartenait exclusivement. C’est pourquoi que, lorsqu’on lira la version que nous proposons, il n’y aura plus de confusion, que l’on connaîtra ce qui est semblable chez tous et que l’on rendra à chacun ce qui lui appartient.
                                          Dans le premier cas de figure, il y a concordance entre les quatre Evangiles, Matthieu, Marc, Luc et Jean. Dans le second cas, nous ne trouvons plus que trois évangélistes, Matthieu, Marc et Luc. Dans le troisième cas, il y aura Matthieu, Luc, Jean. Dans le quatrième, Matthieu, Marc, Jean. Dans le cinquième, Matthieu et Luc. Dans le sixième, Matthieu et Marc. Dans le septième, Matthieu et Jean. Dans le huitième, Luc et Marc. Dans le neuvième, Luc et Jean. Dans le dixième, on trouvera ce qui est propre à chaque Evangile et qui n’existe pas dans les autres. Dans le cas de chacun des Evangiles, on voit le nombre (des chapitres ?) s’accroître au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’unité.
                                          Le nombre (des chapitres ?) sera de couleur noire. Il en comportera un autre au minium, lequel allant jusqu’à dix, indiquera dans quel évangile on trouvera le passage en question. Lorsqu’on ouvrira son évangéliaires, et qu’on voudra savoir par exemple à quel chapitre appartient telle ou telle version on le verra tout de suite au nombre que nous avons ajouté. On se référera alors au début de l’édition où la masse des versions est consignée. Grâce au nom de la version indiquée au début de chaque Evangile, on trouvera le numéro de chaque évangéliste, avec les titres (?) différents qui appartiennent à chacun d’eux. Trouvant à côté de ce dernier, le nom des autres Evangiles.
                                          Tu pourras ainsi consulter les numéros qui se trouvent sous la même rubrique. Dès que l’on aura consulté ces informations, on pourra recourir aux volumes de chacun des évangélistes et, tenant compte des numéros que l’on aura relevés, on pourra retrouver les passages de contenu identique ou semblable (b).
                                          Je souhaite que tu te portes bien en Christ et aussi que tu ne m’oublies pas, bienheureux Pape.


                                          • njama njama 5 décembre 2015 00:09

                                            La Bible, l’Ancien testament est aussi truffé d’incohérences entre le récit biblique et des réalités historiques et archéologiques.
                                            Exemple, sachant que dans le calendrier hébraïque, la tradition juive s’appuie sur le midrash Seder Olam Rabba qui fixe la naissance du patriarche Abraham en l’année 1948 après la Création, soit 1812 avant l’ère chrétienne, sachant qu’il a eu son premier fils Ismaël vers 99 ans, soit vers 1712 av J.C, et que dans le livre de la Genèse (versets 17:9-14), la circoncision (Brit milah, litt. « alliance [par la] circoncision ») serait le signe de l’Alliance entre Dieu et la descendance d’Abraham, comment se peut-t-il que des Égyptiens la pratiquaient bien avant Abraham ainsi que l’attestent différentes représentations antérieures, comme une gravure de la tombe de l’architecte royal Ankhmahor (env. 2300 av. J.-C.). 
                                            De ces contradictions soit il faut déduire que Dieu a menti puisque l’alliance existait avant ou que les hommes ont menti, bref ce rite est bidon.
                                            Autre exemple, le fameux passage de la Mer Rouge totalement abracadabrant ... il est plus vraisemblable et logique qu’il s’agisse de la Mer des Joncs, aussi appelé Mer des Roseaux dans le delta du Nil ainsi que le suggèrent différentes sources dont le très bon livre de Messod et Roger Sabbah, Les Secrets de l’Exode, L’origine égyptienne des Hébreux qui met également en évidence l’étroite et flagrante parenté entre l’écriture hébraïque et les hiéroglyphes.
                                            Peut-être sortirons-nous un jour de toutes ces superstitions ...


                                            • Samson Samson 5 décembre 2015 02:57

                                              @njama
                                              Pour tout adepte de la religion du Livre, les Écritures sont révélées et - quoiqu’elles disent et par définition - toujours vraies !
                                              Toute la question qui se pose à l’adepte est donc est celle de l’interprétation des Écritures et du niveau de « réel » auquel se réfère la Vérité ainsi révélée !
                                              Même si çà peut vous paraître complètement fou, toute incohérence apparente propre au texte ou aux découvertes scientifiques, historiques, archéologiques qui l’éclairent l’ouvrent et l’enrichissent en fait à de nouvelles perspectives d’interprétations.
                                              Et là contre, le rationalisme est strictement impuissant ! smiley


                                            • Samson Samson 6 décembre 2015 17:53

                                              @Samson
                                              @njama
                                              Je ne sais pas où j’avais oublié ma tête en vous lisant !
                                              Honte à moi ! Pour la sottise de ce commentaire, je mérite le bonnet d’âne ! smiley smiley smiley
                                              Promis, la prochaine fois, je m’efforcerai de lire jusqu’au bout avant de répondre !
                                              Désolé et salutations ! smiley smiley smiley


                                            • Samson Samson 5 décembre 2015 00:28

                                              « Mais j’ai beaucoup de mal a comprendre ce qu’une approche scientifique pourrait retirer de construit et d ’ utile de ce qui relève de la croyance. »

                                              Tout dépend ce que vous entendez par scientifique !
                                              De larges pans des sciences humaines s’y appliquent avec bonheur : de la psychologie analytique de Carl Gustav Jung à l’obstacle étymologique de Gaston Bachelard, et à la théorie du désir mimétique et au processus du bouc émissaire de René Girard, les champs d’études aux cadres mythiques et symboliques auxquels s’accorde notre imaginaire s’avèrent vastes et passionnants, pour le plus grand bonheur de leurs adeptes !
                                              Mais, indépendamment de toute croyance, chacun ses goûts ! smiley


                                              • smilodon smilodon 5 décembre 2015 21:47

                                                @ l’auteur : Marre des religions !.... Ca nous fout la merde partout depuis toujours !.... Mai quel est le texte le plus « gentil » ??... Aucune idée !... Y’a dans le coran des versets et des sourates bien plus mortels (mortelles), que dans tout autres « livres » !... Reconnaissons ou ne reconnaissons pas !... En tout cas, il n’est écrit nulle part dans le « coran » que « Dieu est amour » !.. Ou j’ai raté une page !... Le mot ’AMOUR« apparait combien de fois dans le »CORAN«  ??.... Devinette !... Cherchez !..... Et dites-moi !.... JAMAIS !.... JAMAIS !.......JAMAIS !.... Cherchez !... JAMAIS !.... Vous avez trouvé ??.. Quelle page ??..... La BIBLE est emplie d’amour !... A toutes les pages !... Peut-être pour ça que les »terroristes catholiques« sont moins nombreux !... Sinon, donnez-moi un nom, un seul, de terroriste »catho«  !... Un seul !.... Le coran n’est pas une religion !... C’est un DOGME !... Donc....C’est LE PROBLEME !...... Tournez-le dans tous les sens.....C’est LE problème !.... Normal !.. Ce bouquin dit tout et son contraire !!.... C’est au »lecteur« d’adapter son »idée« ou »idéal«  !.... Et c’est exactement ce qui ce passe !.... Certains prient en silence, quand d’autres tuent !..Selon le même »LIVRE«  !... Les pages diffèrent !.. Seulement les »pages«  !... Mais le »bouquin« reste le même !.... C’est pas la »BIBLE« , ni la »THORA«  !.... C’est le »CORAN«  !!.... Ce »bouquin" est celui du DIABLE !..Adishatz.


                                                • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 5 décembre 2015 22:35

                                                  Avant de chercher qui a copié qui (franchement idiot, l’antériorité étant évidente) il serait sans doute plus judicieux de chercher qui a été copié en premier par le « premier livre ».

                                                  Les hébreux se sont inspirés du zoroastrisme qui est largement antérieur au judaïsme.

                                                  Comme la religion zoroastrienne n’est pas très vindicative et qu’elle est très tolérante elle s’est faite éliminer par les nouvelles arrivantes plus « conquérantes » (particulièrement l’islam) et les derniers adeptes véritables sont tout doucement en train de disparître en Inde (les parsis - les perses) car ils s’interdisent toute forme de prosélytisme...

                                                  Cherchez bien, je vous mets au défi de trouver le moindre « petit massacre » perpétré par les zoroastriens. Ils ne peuvent tout simplement pas car c’est strictement interdit par leur croyance, même vis à vis des « infidèles » juste bons à être « purifiés » par les adeptes des autres « religions révélées ».

                                                  Un bel exemple pour toutes les religions qui prônent « l’amour de son prochain ».

                                                  Ce n’est pas pour rien que Nietsche a pris Zarathoustra comme symbole philosophique de la sagesse et de la réflexion.

                                                  Si jamais j’étais obligé de m’engager dans une « foi religieuse » réelle je n’hésiterais à quitter le pastafarisme pour le zoroastrisme. Au moins cette religion est réellement non-violente et prône le respect de la nature et de l’environnement, non pas son pillage « de droit divin » pour justifier la cupidité.

                                                  De même, lisez Enki et Ninhursag, texte sumérien datant d’au moins 1500 ans avant la rédaction de la bible...
                                                  Vous serez ébahis par la ressemblance avec l’histoire d’Adam et Eve, mais surtout par la différence d’objectif entre une belle histoire d’amour et la « justification divine » de la mise en esclavage des femmes.

                                                  Enki et Ninhursag devrait être étudié dans tous les établissements scolaires du monde pour lutter contre la prétendue infériorité des femmes justifiée par des explications « divines ».

                                                  Mais bon, comme « c’est écrit » dans les « ouvrages divins » on ne va surtout pas remettre en cause la « bonne parole ».

                                                  Les religions « du livre » ne sont qu’un moyen « spirituel » d’embrigader les peuples pour des motifs politiques et rien d’autre.

                                                  Il y a aussi des « religions zérothéistes » qui tendent vers le même objectif en remplaçant la « divinité » par d’autres principes qui relèvent tout autant de la « foi » mais qui ont bel et bien les mêmes objectifs.

                                                  Ces propos n’engagent que moi bien sûr.


                                                  • Odin Odin 6 décembre 2015 13:18

                                                    @Pierre-Joseph Proudhon

                                                    Enfin un commentaire intéressant qui indique les réelles bases du

                                                    monothéisme, le zoroastrisme, largement antérieur au judaïsme

                                                    ou à tout autre religion. 


                                                  • chrysphoenix 31 janvier 2019 12:49

                                                    Les comparaisons que tu fais ne sont pas claires,en effet tu devrais faire la comparaison avec les 3 livres ( Bible,Torah et Coran) 

                                                    voici tes écrits :


                                                    « Allons droit au but, car j’ai le Coran et les deux autres livres sous leur forme électronique. Facile de faire des recherches sur tel ou tel mot. Quand je fais une recherche dans le Coran, sur :

                                                    - Aaron (Bible hébraïque), je trouve 22 occurrences (nombre de fois où le mot est trouvé dans le Coran).

                                                    - Abraham (Bible hébraïque) : 86 occurrences.

                                                    - Adam et Ève (ceux de la Bible hébraïque) : 26 occurrences pour Adam, et 128 pour Ève.

                                                    - Isaac (Bible hébraïque) : 19 occurrences.

                                                    - Ismaël (Bible hébraïque) : 14 occurrences.

                                                    - Jacob (Bible hébraïque) : 22 occurrences.

                                                    - Moïse (Bible hébraïque) : 136 occurrences.

                                                    - Noé (Bible hébraïque) : 52 occurrences.

                                                    - Salomon (Bible hébraïque) : 21 occurrences.

                                                    - Etc., etc. Tous les principaux personnages de la Bible hébraïque sont dans le Coran. Le Coran ne les détruit pas. Il les présente bien, car ils sont l’œuvre du Tout Puissant et Miséricordieux : Allah !

                                                     

                                                    - Le Déluge : 3 occurrences.

                                                     

                                                    - Marie (Bible chrétienne, la mère de Jésus) : 35 occurrences.

                                                    - Jésus (Bible chrétienne, fils de Dieu le père (Allah dans le Coran)) : 32 occurrences.

                                                    - Joseph (Bible chrétienne, le père »adoptif« de Jésus) : 44 occurrences.

                                                    - Etc., etc. »

                                                    Et la suite,elle est où ? ,où sont les comparaisons puisque tu dis avoir les 3 livres sous forme électronique. Quand on fait des recherches pour convaincre tes lecteurs c’est à toi d"écrire les comparaisons ! où se situe Marie dans la Torah ?Jésus,Joseph etc... Donc si je suis bien ton raisonnement,le nouveau testament n’existe pas ?

                                                    tu sembles oublier l’essentiel,c’est vrai que la véracité de ces livres est importante mais je trouve essentiel de prier notre père céleste afin de nous éclairer sur ces comparaisons car seuls les écrits ne suffisent pas,après tout il y a eu des croyants avant Abraham ou Moïse,à partir de quel livre basaient ils leur foi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité