• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Big data et RH

Big data et RH

D’une certaine manière l’évolution des métiers de gestion des RH amène à penser au Big data pour en améliorer l’efficacité (Les RH poussent à l’utilisation du Big data au service de…). Mais d’une autre manière, le Big data lui-même est porteur d’une révolution substantielle pour les métiers de gestion des ressources humaines (Le Big data pousse à l’évolution des métiers RH). Au final, et moyennant certaines conditions nous pensons que le Big data devrait s’imposer progressivement, mais attention aux limites du système.

Quelques principes de base

On peut considérer le Big data comme la capacité à fournir par des algorithmes superpuissants des informations stratégiques pour l’entreprise. Il s’agit donc de traiter un grand nombre de données et d’établir des corrélations entre elles pour affiner le plan d’action stratégique : celui-ci peut se décliner en stratégie marketing, opérationnelle, mais aussi RH.

Côté ressources humaines, plusieurs caractéristiques sont à souligner et nous allons évoquer les récentes évolutions des métiers RH qui ont poussées à l’idée de l’émergence d’un Big data associé.

Parmi les métiers RH en vogue, il y a les DRH internationaux capables de participer à plusieurs projets transversaux en s’adaptant à un environnement mondial. Très succinctement, on trouve aussi les contrôleurs de gestion sociale, dont le rôle est de mieux piloter la masse salariale, les "responsables paie" toujours, les Directeurs des relations sociales (respect du droit social), et les experts en talent management chargés d’identifier et de fidéliser les salariés et notamment les hauts potentiels.

En réunissant les deux termes, Big data et RH, on peut penser qu’il existe une relation entre les algorithmes superpuissants et l’optimisation des fonctions RH, le Big data devient au service de… Nous allons voir que d’une certaine manière l’évolution des métiers de gestion des RH amène à penser au Big data pour en améliorer l’efficacité (Les RH poussent à l’utilisation du Big data au service de…). Mais d’une autre manière, le Big data lui-même est porteur d’une révolution substantielle pour les métiers de gestion des ressources humaines (Le Big data pousse à l’évolution des métiers RH). Au final, et moyennant certaines conditions nous pensons que le Big data devrait s’imposer progressivement, mais attention aux limites du système.

On peut penser que l’évolution des métiers de gestion des RH amène à penser au Big data pour en améliorer l’efficacité, le Big data au service de…

Le métier RH ne se cantonne plus à la simple gestion de personnel, et la plupart des DRH se trouvent de plus en plus impliqués dans la stratégie de développement de l’entreprise. Ceci nécessite d’avoir une très bonne connaissance de l’entreprise à partir de l’exploitation des données. Confronté à une crise qui perdure, le DRH doit de plus en plus avoir une vision de long terme pour optimiser sa politique de recrutement et de gestion du capital humain. Les interactions avec d’autres directions se renforcent notamment les directeurs administratifs et financiers, mais ils sont aussi de plus en plus impliqués dans la fidélisation des profils à forte valeur ajoutée.

L’arrivée sur le marché du travail de la génération numérisée Y, influe également sur le métier de DRH. Très mobile, très connectée et préoccupée par le bien-être dans l’entreprise, cette génération pousse aussi les RH à s’adapter. Les données sur la génération Y vont alors servir également à optimiser la gestion du personnel. Ici, les nouvelles technologies et plus particulièrement les réseaux sociaux vont jouer sur le processus de recrutement en externe. En interne, l’utilisation de ces technologies va permettre de mieux communiquer et favoriser l’adhésion des salariés. Ici, le Big data permet la science de la détection de CV en externe et la science de la connaissance des salariés en interne pour optimiser leur adhésion avec des plans d’actions adéquats.

Pour résumer, on constate qu’à l’intérieur des métiers RH on est de plus en plus obligé de cumuler des données sur les embauches, les rémunérations, les entretiens de performance dans le but de renforcer l’adhésion des salariés et surtout assurer le succès d’un poste. L’évolution des métiers de la paie notamment la prise en compte d’indicateurs de performance comme l’optimisation des coûts suppose aussi une meilleure utilisation des données. Ici peut intervenir le Big data. La forte mobilité des salariés également, elle pousse à une connaissance mondiale des flux en s’assurant de leur sécurité avec notamment une connaissance fine des métiers exercés, des pays convoités, des risques associés. Tout cela le Big data peut y aider.

Mais d’un autre côté, le Big data lui-même est porteur d’une révolution substantielle pour les métiers liés à la gestion des ressources humaines

Il faut tout d’abord savoir que 80 % des demandeurs d’emploi utilisent internet pour leur recherche et 50 % disposent d’un smartphone avec des applications, que 4 % des entreprises peuvent effectuer des analyses prédictives sur leurs effectifs et 14 % effectuent un certain type de données. De plus en plus, le Big data s’impose en amont influant sur les métiers RH ! L’une des premières évolutions impulsées par le Big data est de pouvoir développer la science des talents. On trouvera également l’optimisation du sourcing d’un candidat avec un procédé par mot clé ainsi qu’une optimisation des compétences de plusieurs milliers de CV. Tout cela va changer en profondeur les métiers. On pratique de plus en plus le suivi ex post et la sélection ex ante des profils avec une batterie d’indicateurs qui bouleverse le Département des RH.

Ainsi, le Big data va permettre aussi de faire évoluer les métiers RH vers le scoring RH et le screening, détecter des profils de salariés qui pourraient démissionner, comparer et utiliser des benchmarks ou des enquêtes salariés pour comparer les rémunérations, budgéter la planification, retenir et développer les compétences internes, en réalisant des corrélations à partir de l’analyse de données croisées (dernière promotion, dernière augmentation, niveau de salaire, place dans la hiérarchie, ancienneté des résultats).

Au final, et moyennant certaines conditions, nous pensons que le Big data devrait s’imposer progressivement, mais attention…

Attention à ce que ce ne soit pas qu’un outil de consultants sans réalité opérationnelle, une approche arithmétique de la RH, alors que la culture IT des DRH est très décorrélée des algorithmes, c’est un des freins au changement. Enfin, on ne peut pas aller jusqu’à scanner les mails des salariés, la CNIL y apostera son veto !

Pascal de Lima pour Splenday


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 22 juillet 2015 10:03

    En vous lisant..j’ai pas de RH mais un big caca.. !


    • soi même 22 juillet 2015 10:57

      Le Big data pousse à l’évolution du réchauffement climatique ?


      • Buzzcocks 22 juillet 2015 11:06

        Je n’ai pas lu l’article en intégralité tellement ça me semblait gonflant, mais j’ai l’impression qu’il me permet de comprendre pourquoi les salariés se sentent de plus en plus mal dans leurs jobs (burn ou, suicide au boulot, dépression, bore out)... la vie des salariés est dans les mains de types complètement à l’ouest, les DRH donc qui ne parlent plus que de big data, de process, d’algorithme. Heureusement que le H veut dire Humaine... il n’y a plus rien d’humain dans les grosses entreprises actuellement, juste des algorithmes.


        • Philippe Stephan Christian Deschamps 22 juillet 2015 11:48

          @l auteur

          L’arrivée sur le marché du travail de la génération numérisée Y, influe également sur le métier de DRH. Très mobile, très connectée et préoccupée par le bien-être dans l’entreprise, cette génération pousse aussi les RH à s’adapter.
          .
          de toute façon ils partiront ailleurs si l’entreprise ne s’adapte pas a leur besoin .
          .
          des stages pour vos RH et DRH
          .
          http://www.integralpersonality.com/index.php
          .
          http://www.integralvision.fr/#
          .


          • Philippe Stephan Christian Deschamps 22 juillet 2015 21:25

            oups..
            merci pour l’article et bonne continuité
            cdt
             smiley


          • Alex Alex 22 juillet 2015 18:28
            Article intéressant dans la mesure où il permet de découvrir un aspect peu connu du grand public (qui, au passage, risque ne pas comprendre certains sigles ou acronymes).
            Mais...
            un article omettant de souligner l’aspect exploitation de la main-d’œuvre par les grosses entreprises.
            Si la sélection d’une personne compétente pour un poste donné est logique, il faudrait rappeler que, dans une société capitaliste, l’un des rôles – sinon le premier – du DRH est de faire en sorte que sa boîte fasse toujours plus de profits.
            Certaines expressions dans les commentaires précédents me paraissent très justes : Big data tend à se rapprocher de Big Brother, et le H final de DRH semble de plus en plus incongru puisqu’il correspond à un « objet » facilement jetable car résultant de certains algorithmes.
            On aurait pu espérer que votre insistance sur « attention aux limites du système » évoque les risques pour l’aspect social ou les libertés individuelles ; mais non, puisque vous semblez désolé que les mails privés ne puissent pas être lus par les employeurs.
            On vit une époque formidable !

            • CHENARD Valérie 12 septembre 2016 08:36

              Bonjour,
              Ce big data n’est ni plus ni moins que du scientisme qui exclu l’humain des choix avec le contrôle social qui va avec et dérive totalitaire (contraire à nos droits inaliénables - DDHC de 1789).
              La France s’était opposé d’ailleurs à cette approche eugéniste et scientiste de l’économie dès l’entre deux guerres (Lahy, Langlois, Imbert... qui ont donné lieu à une définition du travail non scientiste et respectueuse de l’unicité de chacun).
               
              Aujourd’hui, l’humain et sa diversité complémentaire (génie français), au lieu de constituer la richesse n’est devenu qu’une ressource naturelle à exploiter comme les autres d’où l’avènement du fameux concept des « ressources humaines »)  : maximiser la force et le rendement (approche analytique et cartésienne) sans tenir des règles d’équilibre et conservation des sociétés et groupes humains pas plus que de l’individu au travail lui même (approche systémique) que la France incarnait quand elle était encore libre et indépendante (tournant des années 73).

              Big sata est l’outil le plus énergétivore qui engendrera encore plus de guerre au Moyen Orient pour piller les énergies fossiles. L’envoi d’un mail avec une PJ = 1h de consommation d’une ampoule.

              Approche symptomatologique typique de l’impérialisme étasunien (anglosaxon plus généralement) appelé mondialisation (imposé par l’UE) qui tend à éradiquer définitivement la démarche étiologique (recherche de causes), pourtant seule à même de garantir le respect de tous et de notre instinct de survie de l’espèce non porté par une élite mais par la majorité des individus de l’espèce.

              Pourquoi ? parce que nuire à la planète (énergie verte est très rentable) et à la santé humaine (gabgie des labos) est bénéfique à la croissance (richesse financière pour les rentiers). Le code du travail français était donc à éradiquer.

              Comme le disait justement Montesquieu, «  »Tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser«  »Il faut donc que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir." mais aussi la science car science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

              En tant qu’économiste avez-vous conscience de cette évolution sociologique fondamentale dans notre pays liée à l’opposition radicale des relations interhumaines (démocratie versus technocratie) et de l’instrumentalisation de l’humain comme ressource naturelle à piller et exploiter comme les autres pour les féodalités financières ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès