Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > C’est décidé, je vais arrêter d’acheter des DVD

C’est décidé, je vais arrêter d’acheter des DVD

Les acheteurs de DVD sont maltraités. Le piratage n’est pas forcément lié à l’économie ou à une idéologie libertaire. Lorsque l’on maltraite ses clients, on les perd.

C’est décidé, je vais arrêter d’acheter des DVD.

Ce n’est pas un problème d’argent : j’ai de quoi les payer.
Ce n’est pas un problème d’idéologie : je comprends que les artistes souhaitent protéger leurs droits.

Non, c’est un problème de respect. En tant qu’acheteur de DVD, je ne suis pas respecté.

Tout d’abord, on me traite d’emblée comme un voleur. Merveilleux paradoxe qui réserve aux acheteurs légaux un clip stupide et agressif sur le caractère malhonnête du piratage. Dans d’autres pays, c’est tout le contraire : on félicite l’acheteur de son action ou on manie l’humour.
 



Ensuite, on me force à ingurgiter des publicités pour d’autres DVD (mention spéciale aux DVD TF1) en ayant pris soin de bloquer l’accès au menu : impossible de voir le film acheté avant d’avoir avalé ce pensum.

Alors que je crois pouvoir enfin regarder tranquillement mon film, survient un long avertissement, parfois en plusieurs langues successives, concernant les droits attachés au film. Ne suffit-il pas de les imprimer sur le disque ? On me demande au passage de dénoncer un loueur éventuel, ce disque étant destiné au seul achat.
En option : le distributeur précise que les idées véhiculées par le film ou la série ne l’engagent pas...
Passons sur le zonage et la mauvaise surprise du film import acheté imprudemment que le lecteur refuse de lire.

Dernière épreuve : le menu. Il semble y avoir un challenge au sein des concepteurs de DVD pour créer le menu le plus incompréhensible et le moins ergonomique possible. Bien sûr, ce menu change totalement d’un disque à l’autre pour mieux désorienter l’utilisateur. Je n’ai encore trouvé aucun moyen pour définir une fois pour toute que je veux voir par défaut mes films en VO sous-titrée français : une telle prouesse technologique nécessiterait sans doute des investissements considérables.

Cette situation conduit à des dialogues surréalistes : "Chéri, lance le DVD, je vais prendre une douche  !"

Pour finir, je supporte assez mal de ne pas pouvoir faire une copie privée de mon DVD, pour la laisser dans ma maison de vacances par exemple. Copie interdite alors que je paye une taxe sur les supports vierges et les disques durs que j’achète en quantité importante.

En résumé, en tant qu’acheteur légal, je suis taxé, suspecté de vol, menacé de sanctions et puni par des publicités obligatoires.

J’ai eu l’occasion récemment de voir des films piratés de bonne qualité au format mkv. Quel choc !

L’accès au film est immédiat, aucune punition à avaler avant de commencer. Pas de zonage, pas d’avertissements.
Le fichier se lit avec un programme universel (VLC) : toujours le même menu simple et efficace pour choisir version et sous-titres.
Pas de boitiers, de disques qui traînent et que l’on perd ; tout tient dans un disque dur.
Je peux faire des copies et surtout emporter avec moi en vacances toute ma filmothèque dans un disque dur.

C’est une vraie révolution en terme d’ergonomie.

La dernière surprise est de taille : j’ai voulu regarder avec mes enfants une série américaine que je possédais en DVD. Ils ont refusé au prétexte que les sous-titres du DVD étaient "nuls" au contraire de leur version pirate. Etonné, j’ai vérifié et quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’ils avaient raison ! Dernière manifestation de l’intelligence collective, les sous-titres pirates dament le pion aux professionnels sans doute trop mal payés pour fournir une traduction de qualité.

En pratique, je vais donc acheter de moins en moins de DVD. En revanche, j’aimerais bien que les producteurs, réalisateurs et artistes ouvrent des sites permettant de leur faire des donations. Il ne s’agit pas de les priver de leurs droits, mais de refuser l’étape de la distribution qui n’a plus de raison d’être et qui ne respecte pas ses clients.
 

Les réactions les plus appréciées

  • Deneb (---.---.---.73) 15 septembre 2009 10:35
    Deneb

    DVD, c’est quoi ce machin ? Ah, c’est le truc qui met une demi-heure à graver, et où l’on peut mettre un seul film en 800x600 (voire moins). D’après les vendeurs, c’est la haute définition. Ils ont les critères du siècle dérnier. S’ils veulent lutter contre le piratage, ils peuvent commencer par ne plus prendre des gens pour des couillons ...

  • Talion (---.---.---.235) 15 septembre 2009 09:58
    Talion

    Tout est dit...

  • manusan (---.---.---.206) 15 septembre 2009 12:22

    ca fait longtemps que je ne cherche pas d’excuse à pomper des films sur Emule et bittorrent. C’est bien simple, s’il y a une taxe sur les supports, alors je considère que j’ai déjà payé ce que je download. Et si c’est pas assez alors pourquoi pas plus de taxe, ca ne me dérange pas. Par contre payer 2 fois un droit d’auteur, c’est à dire a l’achat d’un disque dur vierge puis à l’achat d’un DVD à la FNAC, je comprend pas la démarche.

    mais le pire c’est que la taxe dite « droit d’auteur » sur les supports vierges, ne va pas directement au créateur mais aux distributeurs, cad les majors, alors que ces derniers ne servent strictement à rien dans ce type de circuit de distribution qu’est internet.

    C’est du vol et rien d’autre.

    un artiste, ou studio, devrait pouvoir toucher sa « taxe d’auteur » directement en fonction de la musique downloader à partir de son site, via par exemple un système de barème en fonction du nombre de téléchargements et de visites.

  • Deneb (---.---.---.73) 20 septembre 2009 09:00
    Deneb

    Je m’excuse, à tout le monde, de figurer en tête. Loin de penser que mon humeur du matin recueille une telle unanimité, j’ai été en effet victime de multi plusseurs qui ont décidé de me discréditer, car je leur reprochais leurs méfaits. Pour ceux qui veulent en savoir plus, j’ai fait un resumé :

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/de-victor-jara-a-guantanamo-la-56888#forum2237991

    Pour un Agoravox plus honnête

    Deneb


Réagissez à l'article

55 réactions à cet article

  • Talion (---.---.---.235) 15 septembre 2009 09:58
    Talion

    Tout est dit...

  • barbouse (---.---.---.240) 15 septembre 2009 10:03
    barbouse, KECK Mickaël

    bonjour,

    un peu plus et j’ai cru que vous alliez faire une apologie du piratage, alors que votre article est une publicité comparative :))

    Cela fait plusieurs années que la qualité des formats « pirates » est en hausse là où la qualité des DVD stagne.

    Et pour l’ergonomie, si l’on souhaite s’éviter la problématique du disque dur a transporter, télécharger, etc... la révolution actuelle c’est le streaming, que l’on trouve en ce moment sur alloshare.com par exemple,

    a ce stade il suffit d’avoir une connexion et un ordinateur de faible puissance derrière pour accéder a l’équivalent d’un magasin de location « gratuit », « pirate », n’importe où, n’importe quand.

    il est ainsi possible de suivre chaque semaine le nouvel épisode de sa série préférée, en vost, et avec un décalage par rapport au spectateur américain, ou japonais, qui se situe entre 24 et 72h, au lieu d’un an...

    amicalement, barbouse.

  • Deneb (---.---.---.73) 15 septembre 2009 10:35
    Deneb

    DVD, c’est quoi ce machin ? Ah, c’est le truc qui met une demi-heure à graver, et où l’on peut mettre un seul film en 800x600 (voire moins). D’après les vendeurs, c’est la haute définition. Ils ont les critères du siècle dérnier. S’ils veulent lutter contre le piratage, ils peuvent commencer par ne plus prendre des gens pour des couillons ...

  • LE CHAT (---.---.---.148) 15 septembre 2009 10:46
    LE CHAT

     un DVD , ça vaut 1 à 2 euros aux puces , ils se battent pour pas grand chose !

  • jcm (---.---.---.15) 15 septembre 2009 11:52
    jcm

    Excellents, l’article et la vidéo !

  • Yohan (---.---.---.123) 15 septembre 2009 12:07
    Yohan

    A force de faire chier, ils perdront leurs clients. Vous avez raison, la meilleure arme, c’est encore de refuser d’acheter. On s’en passe très bien

  • manusan (---.---.---.206) 15 septembre 2009 12:22

    ca fait longtemps que je ne cherche pas d’excuse à pomper des films sur Emule et bittorrent. C’est bien simple, s’il y a une taxe sur les supports, alors je considère que j’ai déjà payé ce que je download. Et si c’est pas assez alors pourquoi pas plus de taxe, ca ne me dérange pas. Par contre payer 2 fois un droit d’auteur, c’est à dire a l’achat d’un disque dur vierge puis à l’achat d’un DVD à la FNAC, je comprend pas la démarche.

    mais le pire c’est que la taxe dite « droit d’auteur » sur les supports vierges, ne va pas directement au créateur mais aux distributeurs, cad les majors, alors que ces derniers ne servent strictement à rien dans ce type de circuit de distribution qu’est internet.

    C’est du vol et rien d’autre.

    un artiste, ou studio, devrait pouvoir toucher sa « taxe d’auteur » directement en fonction de la musique downloader à partir de son site, via par exemple un système de barème en fonction du nombre de téléchargements et de visites.

    • Pelletier Jean (---.---.---.35) 15 septembre 2009 14:16
      Pelletier Jean

      @manusan,

      non la taxe pour copie privée ne va pas qu’aux majors, elle va :
      - aux auteurs (1/3)
      - aux producteurs (1/3)
      - aux artistes interprètes (1/3)
      et un quart des sommes collectés va à l’action artistiques.

      il faut être prècis et ne pas véhiculer ainsi des idées fausses.

      jean

  • sleeping-zombie (---.---.---.100) 15 septembre 2009 12:56

    Tres bon résumé de la situation, clair, concis et merveilleusement efficace.

    "Il ne s’agit pas de les priver de leurs droits, mais de refuser l’étape de la distribution qui n’a plus de raison d’être et qui ne respecte pas ses clients.« 

    Ta dernière phrase appelle à un élargissement : qu’est-ce qu’Internet ?
    Un mode de distribution, plus rapide, plus simple et plus efficace que tous les précédents.

    Le combat contre le piratage n’est pas celui des créateurs, mais celui des distributeurs accrochés à un modèle obselète qui les fera couler avec lui. Et là je ne parle pas que des films, mais tout ce qui est numérisable..Ce conflit entre différents mode de distribution existe aussi pour les »idées", il suffit de voir tout ce qui se développe autour des propos d’un certain ministre de l’intérieur.

    Mais je suis confiant, ses distributeurs du néolitique tomberont. Ils ne peuvent que tomber. Les scribes et enlumineurs étaient condamnés dès que Gutemberg construisit sa première imprimerie, les éleveurs de chevaux dès la première machine a vapeur. Bon, ils vont sortir les griffes avant, pour essayer de s’accrocher aux maximum de gens pour pas disparaitre (les premiers étant les artistes) mais ça ne changera, ça fera juste du bruit (comme dirait Tuco)

    • survol (---.---.---.46) 15 septembre 2009 16:33

      "Mais je suis confiant, ses distributeurs du néolitique tomberont. Ils ne peuvent que tomber. Les scribes et enlumineurs étaient condamnés dès que Gutemberg construisit sa première imprimerie, les éleveurs de chevaux dès la première machine a vapeur."

      La différence c’est que les enlumineurs ne touchait pas de l’argent sur les ventes de papier vierge. Ils ont suffisamment de moyen et de pouvoir de lobbying pour faire passer de nouveaux impôts ou taxes. Ils n’auront même plus à distribuer quoi que ce soit, juste toucher le pactole.

    • sleeping-zombie (---.---.---.40) 15 septembre 2009 19:48

      " Ils n’auront même plus à distribuer quoi que ce soit, juste toucher le pactole."

      ils rejoindront les banquiers, les notaires etc, comme parasites socialement acceptés issus de l’ancien régime. Ca en fera qu’une poignée de plus. Mais ils arrêteront de nous casser les pieds a vouloir faire passer des lois d’un autre age, d’une autre époque et se feront discret (oui, on peut rêver...)

  • Carambar (---.---.---.214) 15 septembre 2009 13:11
    Carambar

    Tout à fait d’accord avec l’auteur, surtout concernant le menu bloqué tant qu’on s’est pas tapé les pubs. Tout simplement insupportable

    Pour le clip sur le piratage, je trouve que le message qui passe c’est plutot « le piratage c’est cool et d’jeuns »

  • Jamalus (---.---.---.89) 15 septembre 2009 13:26
    Jamalus

    Ici en Afrique du Nord on peut se fournir les derniers films à moins d’un euro le DVD et de bonne qualité avec jaquette et menu ! Je connais certains expatriés que se sont des collections de tonnerre de plus de 2000 films....puisque certaines boutiques ayant flairer le filon se sont spécialisés dans les collecteurs...on trouve même du cinéma japonais, coréen, tous les westerns classiques et bien d’autres genres....Ici c’est un vrai business...et tout un quartier est réservé pour ça au vu et au su de tous...de temps en temps les autorités font leur cinéma et puis ça reprend de plus belle....Dès qu’un DVD est sorti il est immédiatement dupliqué en milliers d’exemplaires de bonne qualité....la joie quoi...Hadopi 1 ou Hadopi 2 connait pas ici...Demandez donc à Gad El Malleh, fils de Casa....Coco a été mis dans les bacs de la médina...deux jours après sa sortie en DVD....qui dit mieux ! NB ; le prix réel d’un DVD légal est de plus de 25% du smig local....et de toute façon personne ne les propose à la vente par ici....

    • Dominique Dupagne (---.---.---.74) 15 septembre 2009 14:27
      Dominique Dupagne

      A ce prix, il s’agit sans doute de copies pirates. Cela dit, l’argument n’est pas économique. Je serais prêt à payer pour des DVD bien faits, apportant un véritable service et montrant un minimum de respect pour les acheteurs.
      Imaginez que les copies de sac Vuitton soient de meilleure qualité que les originaux, cela poserait un problème, non ?

    • Jamalus (---.---.---.89) 15 septembre 2009 16:54
      Jamalus

      Je suis parfaitement d’accord avec vous.

  • pepin2pomme (---.---.---.74) 15 septembre 2009 14:09

    Tout est dit à propos des DVD. Mais on peut faire les mêmes reproches au films en salle : là aussi on a « droit » à des pubs inzappables (à moins de sortir de la salle), et même à un clip destiné à donner mauvaise conscience à ceux qui « piratent », ce qui est un comble pour ceux qui sont dans la salle. J’y vois, comme l’auteur le dit fort à propos pour les DVD, un manque de respect évident. Je suis même déjà arrivé délibérément 15 minutes en retard, au risque de louper le début, juste pour ne pas devoir subir les pubs, mais il faut avouer que ce n’est pas une solution. Et si les pubs sont nécessaires pour l’équilibre financier de la salle, je n’ai pas d’objection à payer un euro de plus, le prix du respect !
    Je continue à aller de temps en temps au cinéma, mais il faut reconnaitre que quand le sujet du film me fait hésiter, mon choix balance vers l’abstention en raison des pubs.
    Et la télé me direz vous ?
    Là, c’est plus simple. Je possède un magnétoscope à disque dur que je programme une fois par semaine. Je regarde tout en différé en zappant tout ce qui n’est pas intéressant, c’est une habitude à prendre, c’est tout.

  • Vilain petit canard (---.---.---.67) 15 septembre 2009 14:52
    Vilain petit canard

    Alors là bravo, vous avez fait le tour du problème. Ce matin, je butinais sur un serveur tout à fait légal et officiel d’une grande enseigne censée agiter des trucs culturels depuis des temps immémoriaux, et dont l’ancien parton vilipendie le téléchargement illégal : je cherchais connement à acheter le DVD d’un vieux film que je cherche depuis longtemps (et que j’ai déjà en divx, je culpabilise un peu) : pan ! 32,50 € !!!! Eh bien ils peuvent le garder, à ce prix-là, mon divx fera très bien l’affaire.

  • Tetsuko Yorimasa (---.---.---.91) 15 septembre 2009 15:28
    Tetsuko Yorimasa

    J’adore les Animés Japonais et quand j’achète un DVD en France la qualité du support et du transcodage du film sont innacceptables, et le prix est exorbitant.

    Depuis quelques années je me tourne par dépit vers les sites de téléchargements illégaux et pour une raison que je ne m’explique pas ils sont tous en HD, la qualité visuelle est supérieure à mes DVD.

    D’autres part l’offre de téléchargement légal est insuffisante, cher, de mauvaise qualité, et centrée uniquement sur les blockbusters.

    La seule solution est le téléchargement illégal tant qu’on nous prendra pour des moutons prêt pour la tonte

  • Alten (---.---.---.164) 15 septembre 2009 15:41
    Alten

    Ajoutons tous les problèmes liés au zonage. Les éditeurs européens ne sont pas pressés d’éditer les catalogues étrangers (hors gros succès). Vous achetez donc hors zone 2 - à condition d’avoir soit un lecteur dézoné, soit un lecteur par zone dont les produits vous intéressent. Ce n’est pas de la vente forcée ?

    Et le téléchargement légal ? Un site de vente étranger permet-il de télécharger légalement le film, le livre, le morceau ? Il ne vous est pas accessible depuis l’Europe. Peu importe que l’offre correspondante n’existe pas chez nous. Bravo la mondialisation et la liberté du commerce et le jeu de la concurrence ! Toujours à sens unique !

    Parlons également des arnaques des suppléments, director’s cuts et autres. D’abord sort une édition « version salle », généralement amputée de nombreux bonus trouvés sur les éditions zone 1. Si vous avez assez acheté d’édition salles et que l’éditeur a bien fait son beurre, vous aurez peut-être la chance que le director’s cut soit édité un an ou deux plus tard. Encore faut-il qu’il n’y ait pas de conflit entre l’éditeur étranger et l’éditeur européen (pourquoi un director’s cut Watchmen déjà disponible aux Etats-Unis et pas chez nous ?) Vous recasquez pour le director’s cut. Puis vient la version remastérisée, la version ultimate, la version collector. Les contenus supplémentaires, cela va sans dire, ne sont pas disponibles séparément. Soit vous repassez à la caisse (ayant ainsi payé une, deux, trois fois le produit de base), soit vous vous en passez... mais ça n’est pas du piratage, ça, ce n’est pas un obstacle au droit à la culture ou aux loisirs, c’est du commerce !

    Et si après les banques, les spéculateurs et les traders on parlait un peu des abus des éditeurs ?

  • Jiache (---.---.---.88) 15 septembre 2009 16:17

    Moi j’ai déjà arrêté. Tant pis pour les artistes, c’est vrai que ce n’est pas leur faute. Par contre, les enc... de distributeurs, ils peuvent crever, je m’en tape.

    J’ai acheté des CDs que j’avais déjà en vinyle et là, c’est moi qui me suis fait voler sachant que le cout du support est de 1,50 € pochette comprise. Eh bien maintenant, c’est fini, wallou, nada !

    Il reste encore deezer ou le marché de l’occasion, ou la copie « inter-potes ». Après tout ma collection légale avoisine les 1000 CDs, c’est largement suffisant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès