Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Cameron, Brexit, Arsenic et vieilles chiffes

Cameron, Brexit, Arsenic et vieilles chiffes

Les Anglais vont-ils sortir de l'UE ? La réponse, nous l'aurons le soir de la proclamation des résultats du référendum promis par Cameron, lors de sa ré-élection.

Il faut dire que les Anglais ne font pas partie de la zone Euro, ce qui facilitera les choses si le "No" l'emportait. Nous connaissons tous le pragmatisme légendaire des Britanniques qui ont toujours oeuvré pour leurs propres intérêts, les intérêts de l'Albion. Bien perfides serions-nous, d'aller leur reprocher de réfléchir à deux fois avant de renoncer à leurs particularismes. S'ils n'ont pas voulu de l'Euro, c'est qu'ils ne lui ont pas trouvé toutes les qualités vantées et se sont dit : - Il n'y a que les bouffeurs de grenouilles d'en face, pour avoir les yeux de Chimène envers cette monnaie de singe basée sur du vent, un fort vent en rafales d'outre-Atlantique et qui sent l'arnaque jusqu'aux côtes les plus reculées des îles Ferroé et en ramant un peu plus, jusqu'aux plus lointains condominium de sa très grâcieuse Majesté. By God !

Mais attendons patiemment le résultat sorti tout frais des urnes, dans quelques mois seulement, pour clabauder. Et qui ne manquera pas, si Brexit il y avait, vu l'importance de l'Angleterre dans l'Europe et internationalement parlant, de créer d'énormes remous.

D'ailleurs, la presse, du côté des bouffeurs de grenouilles a commencé son petit prêchi-prêcha, en affirmant ubi orbi qu'un Brexit mènerait à la désintégration de l'UE ! Pas moins ! Et d'annoncer une catastrophe à venir pour la GB, et accessoirement pour ses voisins, les mauvais augures se bousculant pour en rajouter.

Pour les fanatiques pro-UE, ce sera un nouveau Trafalgar.

Pour les Eurosceptiques, un beau bras d'honneur de Nelson, au Manneken-Piss ! Car depuis Bruxelles et son Parlement européen, la longue-vue est déployée pour lorgner du côté du Channel et des côtes crayeuses de la joyeuse Albion qui n'aura pas oublié que, depuis deux siècles, la City fait des siennes, son beurre, jongle avec les Finances, et que le Jack Pot n'est jamais bien loin. Nous connaissons tous l'amitié sincère et solide qui lie l'Albion à Washington !

Alors, au sortir de ce suspense hitchcockien, nous pourrons dire, si le "No" l'emportait et nous inspirait à notre tour, pourquoi pas nous ?

Sommes-nous plus concons que les Albions ?

L'UE, qu'est-ce qu'elle peut bien nous apporter de bénéfique ? Elle nous prend tout ! Elle rafle tout ! Elle rapte tout ! Et nous aurons mis plus de 20 ans, depuis Maastricht à nous en apercevoir ?

Les Euro-fanas, eux, ont bien compris qu'il fallait réagir vite, avant que de bien mauvaises idées nous transforment en "Brexitteurs" made in Hexagone.

Comme le savon découvre l'eau chaude, l'on a droit aux plus belles bulles des médias tricolores. Il parait que l'Elite en Angleterre s'est réveillée un beau matin, eurosceptique ! Mais ouf ! seulement 2 % des Anglais. Je vous l'avais dit que la pratique régulière du cricket et du polo, pouvait chez certains favoriser quelques bonnes vieilles recettes de bon sens.

Alors, biffant ce qui ne leur convient pas, nos gentlemen de la presse tricolore, les journaleux serviles de service, si prompt à décaniller les gueux, fussent-ils britanniques, se mettent à les considérer, tout d'un coup, très fréquentables. Et pourquoi ? Parce que les gueux ne pensent pas au "Brexit", il pensent à tout autre chose. A leur porridge quotidien ! Vous comprenez, ils sont bien loin de ces finasseries intellectuelles, l'UE ! Dame, il y a des domaines exclusifs, seulement réservés à l'Elite. Et comme les Médias prennent généralement les gens pour des neuneus, ils s'enfoncent...

Ils ne comprennent pas la fixette des Anglais sur les questions vitales de chômage, des inégalités sociales, de la baisse des salaires, des retraites, toutes ces réformes cameronesques et UEsques, genre arsenic et vielles chiffes qui pourrissent la vie quotidienne des Anglais. Vous me direz, ils en ont vu d'autres, depuis le blitzkrieg, mais avec l'UE c'est bien pire !

La France aussi viendra à se séparer de cette excroissance anormale et illégitime qu'est l'UE. Cependant, elle a un handicap et de taille. Car nous avons le paquet Bonus et son petit cadeau, l'Euro, la mère de tous les vices. Un boulet, que les Français traînent derrière eux comme des bagnards. On l'a dit et redit, depuis Bruxelles, siège de tous les cerveaux qui pensent. Oui, il pensent...Et même à tout ! Siège de toutes les calebasses qui se décarcassent pour produire des verbatim censés "booter", le moral des Eurosceptiques, bientôt une majorité ?

Aïe, aïe, aïe ! comme aurait dit le Fernandel, tout ça ne me dit rien qui vaille !

Un vol de noir de corbeaux sur Bruxelles s'est posé. La France, elle, se replie... sur sa position habituelle et préférée. Celle du coq qui, les deux pattes dans la mouscaille, un tas d'engrais OGM... et de Monsanto s'il vous plaît, on ne se refuse rien ! a entonné son sonore cocorico pour réaffirmer haut et clair que l'UE ne lui apporte rien que des méfaits, du malheur agricole, social, industriel et environnemental ! Et il chante, le volatile, jusqu'à s'égosiller, mais personne ne l'entend ni ne l'écoute. Les corbeaux bruxellois lui couvrent la voix. Alors, le coq gaulois se tait... Ciriquiqui ! Couic ! On lui a coupé l'sifflet.

A contrario, les corbacs, entre deux frites/moules annoncent : "The situation is under our control". Yes ! my friend !

Je pourrais l'écrire dans la langue de Verlaine, mais c'est plus tendance en Shakespeare. A Bruxelles, il n'y a pas que des Belges, il y a aussi des hommes et des femmes de toutes nationalités, de toutes obédiences qui font marcher le Chmilblic ! Un petit chouia par ci, un par là, après le passage de l'arroseuse, et boostés à leur tour, ils se mettent à plancher sur les textes des traités pour que justement, ces traités ne soient pas lus dans le texte, mais entre les lignes et que, de ces chefs-d'oeuvre de prose il ne reste que nib pour la compréhension du pékin moyen qui se sera aventuré au-delà des dix premières lignes desdits textes jargonneux et aura eu, la moindre des choses, l'idée de tenter décrypter les messages codés des traités constitutionnels de ladite UE. Imbue de ses directives, ladite UE les postillonnera, ces textes, à travers son morse à tous les dirigeants des Etats, venus se réfugier sous les ailes protectrices de cette vautour femelle.

C'est ainsi que cette grande pondeuse nous pondit, au plus fort de sa fécondité, l'AGCS, le TSCG, les directives Bolkhenstein rime avec Franckenstein, le Traité d'Amsterdamm, de Lisbonne, etc... etc... Toute une littérature d'exception et non moins enrichissante pour le lecteur, mais tellement apprauvissante pour les Etats qui ont eu le malheur de gober les oeufs pourris de dame Vautour.

Le plus chouette d'entre tous, ce sera assurément TAFTA, futur prix Nobel de littérature européiste ? Qui sait !

Les oisillons sortis du nid de femelle vautour, sont allés de leurs propres ailes mais en suivant les vents et courants d'outre-Atlantique, emportés à l'unisson par leur enthousiasme juvénile, appliquer leurs chiures indélébiles sur le papier sacro-saint de l'UE et couronner toute cette expédition aérienne par un vol d'ensemble, tous ensemble, tous ensemble pour TAFTA ! , oui, oui, yes, yes, ya, ya ! Et comme les hirondelles nous annoncent le printemps, les oisillons nous annoncent la peste, le choléra, la mixomatose. Mais le texte original de TAFTA reste dans les cathacombes de l'UE, invisible, secret, le manuscrit sacré, le "oui de la Rose" ! Pourtant cela commence à sentir furieusement la Taftaline, partout, partout, en Europe, jusque dans les moindres chiottes ! Son parfum évanescent commence à asphyxier sérieusement le pékin moyen qui lui, ne cherche même plus à décrypter les hiéroglyphes, n'est pas Champollion qui peut !

TAFTA, enfin, pourra s'épandre, comme les boues rouges en Méditerranée, s'étendre et s'éprende de notre agriculture, de notre industrie, de notre vie de tous les jours, ses tentacules serrant tant qu'elles le pourront ce qu'il restera de la pauvre Marianne et de la croulante Europe. Mais j'ai tout de même une bonne nouvelle à vous annoncer : nous sommes sauvés ! Nous avons parmi les sémaphores en action de Bruxelles et qui veillent scrupuleusement au strict respect de la Constitution européiste, quelques gesticulateurs qui, tout comme femelle Vautour et ses oisillons, sont pris de temps à autre de diarrhées rédactionnelles et nous pondent des traités aussi abscons que cons, pour le plus grand bonheur des décrypteurs. Scotchés donc à de vespérales émotions, les décodeurs décodent. Et traduisent ces pontes absconses qui justifient pleinement les confortables émoluements de ces méritoires gesticulateurs, fonctionnaires, ces zélus et non-zélus de Bruxelles et d'ailleurs. Tout un aréopage du meilleur acabit et qui nous prépare l'an 2100. Aïe, aïe, aïe !

Je ne vais donc pas m'étendre sur l'article 50, certains le feront bien mieux que mois, pour sortir de l'aire des vautours. Article 50, un fourre-tout qui de la propre bouche de son pondeur, un dénommé Lamassoure aura été conçu dans le dessein gémellaire de combler le vide laissé par la formule "retrait unilatéral" remplacé par le terme "retrait volontaire". Qu'es aéco ? se serait demandé le Fernandel. C'est un peu maigrelet, monseigneur, ça mérite quelques explications, té !

Et Monseigneur, de nous expliquer en européiste convaincu et soucieux de notre bien être à tous, que ce terme de "retrait unilatéral" laissait un vide "dangereux" pour l'UE et qu'il fallait combler le trou, etc... bla,bla, bla. Au tracto-pelle de préférence.

Moralité de mon fabliau : Que les English s'enragent au référendum, qu'ils s'exitent au Brexit ! Et nous accueillerons avec tambours et trompettes, le verdict des urnes. Et nous aurons en prime, sur tous les écrans plats de l'Albion, de France et de Navarre et de toute la planète entière, la bobine de Cameron, tout sourire ou en pleurs, c'est selon ; Cameron, la fierté de ses ancêtres barronnets. Rule, Britannia ! Rule !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 1er mars 09:20

    Indépendamment des éventuels coûts économiques et financiers d’un Brexit, le Royaume-Uni doit quitter l’Union Européenne car, depuis son adhésion, il a largement démontré sa tendance égocentrique (I want my money back) et, de facto, opposée à l’esprit européen ! ! !

    Brève réflexion sur l’Europe et l’Euro :

    Depuis les tout débuts de l’Union Européenne, chaque fois que se présentait un problème, nos politiques à Paris nous disaient que le problème était « la faute de Bruxelles » quand bien même ils participaient aux décisions du Conseil Européen à Bruxelles.
    De ce fait, l’Union Européenne est devenue symbole de problèmes et non pas symbole de solutions.
    Certes, l’Union Européenne et l’Euro ne sont pas parfaits.Mais, pour qu’ils s’approchent de la perfection, il faudrait encore plus et mieux d’Europe et non pas l’inverse !
    À bon entendeur...


    • Ben Schott 1er mars 13:05

      @Jean-Pierre Llabrés
       
      « Certes, l’Union Européenne et l’Euro ne sont pas parfaits.Mais, pour qu’ils s’approchent de la perfection, il faudrait encore plus et mieux d’Europe »
       
      Très original ! Même les Diafoirus saigneurs de C dans l’air n’osent plus la sortir, celle-là !
       


    • Piere CHALORY Piere Chalory 1er mars 11:10

      Bravo pour l’article et le style !


      ’’Comme le savon découvre l’eau chaude, l’on a droit aux plus belles bulles des médias tricolores.’’ ( !!! ) 

      Voilà une phrase bien envoyée, ça nous change du troll’style, de plus en plus en vigueur sur ce site, mais bon, c’est comme ça : il faut bien que tt le monde vive... 

      Si certains auteurs déploient des ’trésors’ d’imagination, noyant sous des flots de mots enrobeurs la petite phrase mainstream underground qui justifie leur présence ici, croyant sans doute qu’on a rien vu, d’autres comme vous disent honnêtement et avec élégance ce qu’il pensent ; à bon entendeurs...


      Cordialement



      • L'enfoiré L’enfoiré 1er mars 18:08

        @Piere Chalory,


         « God Save the Queen » avec cette phrase et cette hymne tout est dit pour la Grande Bretagne.
         Quant à la devise « Honni soit qui mal y pense », elle la complète parfaitement.

      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 1er mars 19:36

        @Piere Chalory

        Merci baucoup pour votre appréciation. Je remarque effectivement que le site comporte de plus en plus de trolls, certains malicieux, d’autres résolument insultants. Ce n’est pas grave. Pour ma part j’essaie d’être mesurée dans mes propos, malgré les arguments spécieux de certains. Ce n’est pas toujours facile.

        Je vous souhaite une bonne soirée.


      • julius 1ER 1er mars 15:58

        s’il suffisait d’être en dehors de l’UE et de l’Euro pour être les meilleurs cela se saurait !!!!


        ce que je constate c’est que la GB avec sa monnaie et son insularité +sa renégotiation de sa participation au Budget européen (ils sont au niveau de l’Italie 3ie/ 4ie contributeur.... 

        ne font guère mieux que nous dans tous les domaines et surtout bien moins bien que l’Allemagne !!!

        et c’est peu dire de son système social quand aux inégalités, en GB elles sont pharaoniques !!!

        je ne crois pas qu’ils soient mieux que nous, dans de nombreux domaines !!!
         
        quand au Brexit là pour le coup, les Anglais vont se retrouver seuls car les autres ne les suivront pas Ecosse, Galles, Irlande ce qui va poser de sérieux problèmes ????

        peut-être qu’ils comptent sur Trump, pour un nouveau partenariat mais là encore ils vont être déçus !!

        en tous cas ils sont mal barrés, pour rester trivial !!! 

        • L'enfoiré L’enfoiré 1er mars 16:53

          @julius 1ER

           Tout à fait.
           L’Ecosse n’attend que cela pour se départir de la divine d’Albion.
           UK n’est pas London avec les prix de ses habitations, appartements qui dépassent tous les excès.
           Trump ne s’occupera que des States. Point on the line.
           Cameron est mal pris dans son propre piège qu’il a lancé pour juin.
           Il ne doit pas dormir sur ses deux oreilles toutes les nuits.
           To be or not to be in the club, that’s the question..


        • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 1er mars 19:47

          @ Julius 1er,

          Il ne s’agit pas pour les Anglais d’être les premiers ou les meilleurs, il s’agit pour eux, de sortir de l’impasse où les cantonne l’UE, au même titre que la France ou le reste des 28 pays européens. L’Angleterre s’enfonce dans la misère, et ce n’est pas exagéré d’utiliser ce terme-là. Depuis Mme Thatcher, et sa poigne de fer contre le monde ouvrier, la situation sociale ne s’est pas améliorée. Cameron mène une politique analogue à Thatcher, résolument anti-sociale. Le peuple Anglais, est comme le reste de l’Europe, il est agité dans ses profondeurs, il n’est pas non plus exempt de remise en cause profonde de son système, il veut sortir de l’UE, et c’est un bienfait pour tout le monde.


          • julius 1ER 2 mars 18:38

            @Nicole CHEVERNEY


            chère camarade que de contradictions en quelques lignes .....

             l’UE en tout état de cause sert de bouc- émissaire(et pas que pour le cas anglais ) car la vérité de tout cela c’est que de dérégulation en dérégulation puisque c’était l’alpha et l’oméga de l’économie vue par Thatcher Reagan et les chicagos boy’s de Friedmann, 

            on n’a guère produit plus de richesses et surtout bien moins réparties celles-ci que sous les travaillistes !

            le britannique moyen n’y trouve pas son compte et ce n’est pas faute de lui avoir expliqué que la privatisation tous azimuts c’était le bonheur assuré !!!! or au fil des années on s’aperçoit partout que ceci n’est qu’une imposture ... PIB en tête !!!

            je préfère le langage du Bhoutan qui parle de Bonheur National Brut au moins c’est du concret et çà parle au commun des mortels ;; ;

            quand aux anglais et leur Brexit ....avouons que c’est extraordinaire de passer d’un empire où le soleil ne se couchait jamais ... à un vulgaire Etat croûpion !!!!

            comme morale d’une histoire on doit dire que celle-là va inaugurer un siècle de littérature !!!

          • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 2 mars 19:43

            @julius 1ER

            En tant qu’homme de gauche, une question devrait être la même pour tous ceux qui le sont.
            Faut-il, oui ou non, sortir de l’UE ? Je n’ai pas écrit ce pamphlet pour me faire plaisir, mais pour recentrer le débat autour de l’hypothèse d’un Brexit, élargi à d’autre pays de l’UE, comme la France et c’est pour cela que je me sens très en phase avec le PRCF qui prône sans ambiguïté la sortie de l’UE et de l’EURO. J’ai signé la pétition proposée par ce mouvement. Je crois à la force des pétitions. J’en signe autant qu’il le faut.
             Quant à monsieur Asselineau de l’UPR, dont je partage les analyses, je reste dubitative sur les solutions qu’il propose et sur la force de frappe de l’article 50. Bizarrement, bien que je l’aie mentionné dans mon article,(dernier paragraphe), personne n’est venu le commenter de l’UPR, ou d’ailleurs. Je vais donc m’atteler à préparer un article sur ce fameux article 50, ses forces et ses faiblesses.
            Je ne vois, par ailleurs aucune contradiction entre être de gauche et vouloir sortir de l’UE ! Bien au contraire ! A moins que nous voulions tous nous morfondre dans le « machin ».

            Quelle est la ligne directrice à adopter pour que nous puissions retrouver un semblant d’Etat providence et social ?

            Les Anglais marchent encore au pas du Thatchérisme adopté ensuite par Blair et Cameron. Et puis comme modèle par les dirigeants français qui semblent lui trouver de bonnes qualités de gouvernement. Thatcher, je me souviens encore de sa violence sur les mineurs et son inflexibilité contre les grévistes de la faim, il y en eut 11, si ma mémoire est bonne qu’elle a laissé mourir. Qui sont morts, sans que cela dérange quiconque.
            Je suis très étonnée, par contre, de votre phrase : « L’UE sert de bouc-émissaire ». Ah bon ? Vous lui trouvez des excuses à l’UE ?

            L’UE a été créée pour servir de locomotive aux ultraorthodoxes de la dérégulation de l’économie. Et puis l’Europe n’a pas besoin de Bruxelles et de sa centralisation pour exister, c’est un territoire géographique multi-ethnique et multi-confessionnel, de l’Atlantique à l’Oural, et n’a pas besoin des petites saloperies en col blanc de Bruxelles pour avoir un avenir. D’ailleurs, avec eux rien ne marche.

            Je vous souhaite une bonne soirée.
             


          • Passante Passante 1er mars 20:29

            ayant eu du mal à vous suivre, j’ai cherché le fil,

            c’est l’écriture, 
            pas seulement les medias qui biffent,
            mais jusqu’à champollion au fond des chiottes,
            puis les contrats à l’infini,
            et enfin le rappel de cette évidence :
            qu’importe le résultat du référendum, dans les conditions posées, quel détail...
            tout a déjà eu lieu comme acte d’écriture
            cameron écrit
            quoi ?
            la re-chute de l’autre mur de berlin, ou le démantèlement de l’europe.
            peu importe le résultat car cette re-question sur l’europe a un timing, comme aucun,
            elle est en tout cas totale, et il y est déjà répondu, dans la question même,
            cameron, piètre gorbatchev dans le sous-blair, fait le job, on va pas se plaindre..

            • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 1er mars 21:23

              @Passante

              Bonsoir chère visiteuse,

              D’abord j’apprécie beaucoup le style mystérieux et très poétique de vos com.
              Les Occidentaux sont entrain de construire un nouveau mur de Berlin, en direction des Russes. Ce qui va, je pense activer la chute de l’UE qui ne saurait survivre sur les décombres de la politique stupide et sans vision lointaine des Euro-Atlantistes, et si les Anglais débarquent leur clique politique européiste, j’applaudirai à deux mains.


            • ZenZoe ZenZoe 2 mars 11:05

              Les Anglais vont rester.
              Pourquoi ? Mais pour nous embêter bien sûr, ils savent très bien que tout le monde voudrait bien les voir enfin dégager, et ça les vexe sûrement, et ils vont se venger en restant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès