• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Capitalisme financier criminogène

Capitalisme financier criminogène

 Criminogène ? 
 Ah bon ? pourtant les bonnes nouvelles s'accumulent.
 Enfin, si on peut dire...
 Pour la plupart des grandes banques et des groupes financiers, l'année a été bonne : un bénéfice record pour  les 1.000 premières banques de la planète. Champagne !
 Comme en 2012, un grand cru.

 Sauf que....derrière cette façade comptable en trompe l'oeil se cachent de nouveaux risques.
 Les banques sont toujours les championnes de l'opacité.
Pire, le monde financier en général est grangrené par la fraude.
 Ce ne sont pas de dangereux extrémistes, de méchants gauchistes, de naïfs Robin des bois, de vilains complotistes ou des attérés qui l'affirment.
 Mais des économistes critiques, qui n'ont pas ou plus le nez dans le guidon des petites ou grandes affaires et ne sont pas ou plus guidés par la peur ou l'intérêt.
 Tous se sont penchés sur les mécanismes bancaires que la crise a révélés et qui ne sont pas réglés sur le fond, malgré quelques toilettages de surface, à grand renfort de bruyants G8 à l'usage de l'opinion déstabilisée.

 ____________ Paul Jorion n'est pas le seul à analyser le problème.
 Issu du sérail, le banquier Naulot, en a fait état dans un libre récent.
 Un peu plus tôt, le magistrat Jean de Maillard a montré par le détail comment la fraude est un rouage essentiel du système financier tel qu'il fonctionne depuis un certain nombre de décennies dans les échanges mondialisés. Un étude qui se heurte à une grande indifférence de la part des milieux concernés, des marchés financiers hors-sol, avec leur dysfonctionnement structurel, ce qui n'est pas étonnant.

    Un ancien trader fait de son côté une critique sans concession d'un système qu'il connaît bien, même s'il ne va pas jusqu'à remettre en cause certains fondements.
 "Compte tenu de ce parcours, le brûlot qu’il vient de publier sur « les dysfonctionnements des marchés financiers », titre de l’ouvrage, n’en est que plus éclairant sur les causes de la dernière crise et sur les motifs qui expliqueront la prochaine Car toutes les leçons n’ont pas été tirées et les risques existent toujours ; ils ont juste été déplacés des banques vers les marchés. Or, « pour être tranquille en matière systémique, il faudrait supposer que ces risques seront mieux supportés par les acteurs de marchés. On peut en douter », commente l’auteur. Rien n’est donc réglé..".

 Certains banquiers s'en prennent eux aussi à un dévoiement qu'ils ont pu observer et qu'on n'a pas fini de décrypter.
 Mais leurs voix comptent si peu... 
 Jeau-François Gayraud, spécialiste de grande criminalité, dans une analyse approfondie et sans concessions évoque, lui, le nouveau capitalisme criminel, aux déviances frauduleuses, inédites dans l'histoire, jusque dans les pratiques obscures du trading haute fréquence. La régulation, dérisoire, n'y a pratiquement aucune influence.
 Déni et aveuglement (parfois complicité) sont les attitudes générales des agents dits régulateurs ou politiques en charge de veiller à cette économie particulière, souvent souterraine, le plus souvent opaque, parfois mafieuse, jouant contre l'économie réelle, qu'elle devrait servir. 

   Franklin Delano Roosevelt aurait-il eu la même mansuétude vis à vis du gouvernement des banques, dont le pouvoir a été à peine écorné ? Roosevelt qui disait publiquement : "...Nous avons dû lutter contre les vieux ennemis de la paix – le monopole industriel et financier, la spéculation, la banque véreuse, l’antagonisme de classe, l’esprit de clan, le profiteur de guerre. Ils avaient commencé à considérer le gouvernement des États-Unis comme un simple appendice à leurs affaires privées. Nous savons maintenant qu’il est tout aussi dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé. Jamais dans toute notre histoire ces forces n’ont été aussi unies contre un candidat qu’elles ne le sont aujourd’hui. Elles sont unanimes dans leur haine pour moi – et leur haine me fait plaisir. Je peux dire que lors de mon premier mandat ces forces menées par l’égoïsme et la soif du pouvoir ont trouvé un adversaire à leur hauteur. J’aimerais pouvoir dire à l’issue de mon deuxième mandat qu’ils ont trouvé leur maître..."

__Les banques, ayant tant reçu des Etats, ne disent même pas merci, les ingrates !
 Elles continuent même à spéculer en douce, comme la plus importante de toutes, qui donne l'exemple, en toute légalité, Goldman Sachs Elles ne risquent pas trop d'être inquiétées : on a tant besoin d'elles ! Too big to fail and to jail...Elles ne souhaitent qu'une chose : qu'on continue à les laisser faire.
 Comme le remarquait, outré, un ancien directeur de la Banque Mondiale :
 "Les banques sauvées grâce à l'argent public se retournent vers ceux qui les ont sauvées en disant : payez vos dettes ! Leur arrogance est inacceptable " (J Stiglitz)
 Ou, comme disait son célèbre compatriote :
         « Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs.L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité.  » (Abraham Lincoln)


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • coinfinger 4 juillet 2014 16:00

    Il est extremement facile de faire croire qu’ on fait des bénéfices ( et inversement ) suffit de ne pas provisionner ce qui devrait l’étre . Y a le hors bilan aussi . Tout cela ne veut pas dire grand chose . Faut les éplucher les comptes et surtout ne pas s’en tenir au bilan , c’est le compte d’exploitation qui est révélateur , en général .
    Mais c’est un bon point d’entrée , pour souligner , une fois de plus , le gouffre entre les apparences et le médiatisé d’une part et la réalité d’autre part . Le mensonge est organisé a grande échelle probablement que les enjeux sont du méme ordre .
    Et plus on sera au bord du gouffre plus ce sera énorme .


    • coinfinger 4 juillet 2014 16:11

      Encore un mot . Autrefois ce eut été appelé de la cavalerie . La différence d’avec autrefois c’est que les populations sont beaucoup plus dépendantes du systéme , malgré le libéralisme débridé . Elles n’ont peu étre pas tout compris sur la liberté les populations .
      Ni sur les prophétes . Paul Jorion il est bien gentil avec le systéme , il nous prone du Keynesianisme alors qu’on en créve . C’est comme sa prévision de la crise des subprimes ,il a rien prévu du tout , il y travaillait encore au moment de son éclatement . Aprés coup il
      en dénonce le mécanisme , à quoi çà sert ce n’est plus la question . Maintenant il nous pourfend les excés par rapport à un Keynes de réve . Aprés s’il n’est pas à la retraite il nous dénoncera le Keynésianisme . Faut bien vivre .


      • Jeff84 5 juillet 2014 09:39

        Oui, je ne comprend pas pourquoi on devrait donner le moindre crédit à ce gars. S’il n’a pas vu la crise arriver, c’est qu’il ne savait pas ce qui se passait à l’époque, et donc il y a de bonnes chances qu’il continue à se tromper maintenant.

        Il vaudrait mieux écouter tous ceux qui l’ont prévue, et ils sont nombreux. J’ai étudié leurs arguments, et j’ai vendu tous mes actifs boursiers en juin 2008.
        Et tous étaient absolument unanimes sur la cause principale de la crise : l’interventionisme de l’Etat sur les marchés financiers. Comme d’ailleurs pour la crise des années 30 : il n’y a pas un économiste sérieux aujourd’hui pour dire qu’elle n’était pas causée par l’Etat.
        Alors ignorez cet imbécile, et écoutez ceux qui ont compris, par exemple Robert SHILLER, Peter SCHIFF ou Nouriel ROUBINI.

      • César Castique César Castique 4 juillet 2014 16:50

        «  Roosevelt qui disait publiquement... »


        Et qui, en loucedé, laissait s’accomplir Pearl Harbour, pour pouvoir (enfin !) entrer dans la guerre.

        • jef88 jef88 4 juillet 2014 17:29

          Bravo ZEN !
          Tout a fait d’accord !


          • xmen-classe4 xmen-classe4 4 juillet 2014 22:02

            mameron connais ma vie on profil psychologique, et ils savent que cela perrrmet de determiner l’avenir de la royauté(, pour l’instant et pour rigoler)

            idem aux usa sauf qu’il me doivent de l’argent et que cela m’impose de me poser la queston des chiffres.

            sinon il y a l’arméee francaise qui me connais mais qui m’explique que c’est trop.

            en plus je souhaite jste faire comme il est possible apres l’invention d’un pays la supression du differentiel.

            je gagne je coupe je tranche.


            • xmen-classe4 xmen-classe4 4 juillet 2014 22:03

              je veut etre ministre le premier au premier des minister desss gouvrnement de l’europe.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juillet 2014 06:15

                La partie s’est jouée à l’ OMC en 1997, dans le cadre des discussions sur l’ AGCS.

                Document qui prouve que les Hauts fonctionnaires du Trésor Américain et les gros bonnets des 5 ou 6 plus grandes banques ont taillé en pièces les régulations financières dans le monde entier.
                * Bank of América
                * Citibank
                * Goldman Sachs
                * JP Morgan
                * Chase Manhattan
                * Merill Lynch

                Approuvé par Clinton, entrée en vigueur en 1999.


                • Jeff84 5 juillet 2014 09:53

                  Ah, le bon vieux mythe de la dérèglementation bancaire. Faites un minimum de recherches, et vous trouverez qu’il y a eu 4 fois plus de réglementations entre 1990 et 2008 que de déréglementations. Franchement, le lobby bancaire est l’un des plus ridiculement inefficaces du monde...

                  D’ailleurs, les banques qui ont coulé sont des banques de dépôt, donc sans aucun lien avec l’annulation partielle du Glass-Steagall Act.

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 juillet 2014 08:28

                  jeff84
                  Et vos liens pour démontrer ce que vous avancez ?


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juillet 2014 06:28

                  Billet de 2013 sur Agoravox sur le même sujet.
                  Il est question de Geithner, Secrétaire du Trésor Américain.

                  C’est Geithner qui s’est invité en Pologne, lors d’une réunion des Ministres des Finances européens, à Wroclaw, où il est venu donner ses ordres.

                  Plusieurs pays européens voulaient mettre en place la taxe sur les transactions financières : « No, you can’t ! » Fin de discussion.


                  • ZEN ZEN 5 juillet 2014 07:50

                    Bonjour
                    Merci pour ces liens précieux, Fifi


                  • Tall 5 juillet 2014 07:37

                    Bon article qui met le doigt justement là où ça compte

                    La situation actuelle peut se comparer à celle d’un joueur de casino qui a perdu gros, très gros, et qui vient alors quémander de l’aide chez son tonton.
                    Puis, le tonton le renfloue, mais il laisse le gamin retourner au casino dans l’espoir qu’il puisse gagner rapidement et le rembourser ainsi d’autant + vite.

                    Et pour l’instant le gamin gagne ... ( en créant une nouvelle bulle ).
                    La suite à l’écran ...


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 juillet 2014 08:11

                      Une vidéo aigre douce pour détendre l’atmosphère :
                      « Le complot de Goldman Sachs ».


                      • Spartacus Spartacus 5 juillet 2014 10:31

                        Jorion est une démagogue qui écrit ce que les gauchistes veulent lire...


                        Des formules simplistes contre les banques, dans un langage incompréhensible
                        Toutes ses publications se résument a une équation simpliste.
                        Vil banquiers qui veulent qu’on les rembourse et vivons joyeusement le présent sur le compte des générations futures par l’emprunt.

                        Le keynésien bête et méchant qui surfe sur l’ignorance de la majorité des bienfaits de la spéculation et du rôle des banques et financiers. 

                        Remplacez « spéculateur » ou « banquier » par « juif », et les mots abjectes d’insultes et de stigmatisation de Jorion ne seront guère différents de ceux qui avaient cours dans les années 30 .

                        À quand le port de l’étoile jaune pour les financiers ?

                        La finance repose d’abord sur l’exécution d’engagements contractuels. 
                        La finance n’est pas une affaire de criminels, mais une affaire de gens responsables qui s’engagent à respecter certains engagements.

                        Les problèmes actuels de finance ne sont pas les causes, mais les conséquence des irresponsables qui signent des contrats sans les lire.

                        A faire perdurer ces inepties récurrentes on comprend le drame intellectuel d’une majorité de Français qui n’ont jamais étés formés à l’économie de marché, limité a une formation absurde et limité au Keynésianisme. 

                        • ZEN ZEN 5 juillet 2014 12:29

                          spartcus
                          Si Jorion ne vous plaït pas, lisez ceci et les témoignages des banquiers à qui je donne la parole dans le billet.
                          Toujours une lecture sélective et selon les mêmes présupposés...
                          Try again


                        • julius 1ER 5 juillet 2014 19:06

                          À quand le port de l’étoile jaune pour les financiers ?

                          là pour une fois Spartacus tu as une bonne idée !!!!!

                        • epicure 5 juillet 2014 21:02

                          Belle manipulation du gus de sparte.

                          Mais trop grossière pour que les personnes intelligentes se laissent prendre à ce reductio at hitlerum minable.

                          Vraiment là on atteint le summum de la mauvaise foi.


                        • astus astus 5 juillet 2014 10:37
                          « Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. » Thomas Jefferson, 1802.


                          • astus astus 5 juillet 2014 10:51

                            Euh... j’ai oublié de préciser que Thomas Jefferson était un dangereux gauchiste : 


                          • alberto alberto 7 juillet 2014 13:06

                            Salut ZEN,
                            Hélas, la pourriture financière est en voie d’extension : bientôt J.C. Juncker ex président-ministre multifonction d’un super paradis fiscal incrusté au centre de l’Europe, va pouvoir étendre le pouvoir des banques après que les représentants au Parlement européen l’auront nommé Président de la Commission en remplacement du funeste Baroso !

                            Bien à toi.


                            • franc 7 juillet 2014 17:17

                              Juncker c’est le président de l’Eurogroupe qui a décoré de la gande Médaille de l’Europe la banque qui lave plus blanc que blanc tout l’argent sale du monde comme le montre cynqiement son appellation CLEARSTREAM

                              Clearstream= maffia

                              Juncker =Clearstream

                              et Juncker = Europe 

                              donc Europe =Clearstream= Mafia

                               

                              et Hollande a soutenu Juncker comme président d ela Commission Européenne

                              donc Hollande c’est tout vu et tout su ,il ne pourra plus jamais dire que « la Finance est un ennemi qui n’ a pas de visage »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès