• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Casquer de gré ou de force pour la croisade climatique

Casquer de gré ou de force pour la croisade climatique

L’année 2015 promet d’être celle du barnum climatique que François Hollande et la mère de ses enfants se disposent à mettre fastueusement en scène. Leur gouvernement, dont l’échec est patent à peu près sur tout, au plan socio économique, joue manifestement sur ce coup médiatique le sauvetage de son désastreux bilan. Avoir d’ores et déjà poussé sur ce tapis vert diplomatique l’extravagante transition énergétique, dont Allemands et Espagnols ne savent plus comment se sortir, donne une idée de la dispendieuse démagogie qui va servir à acheter une campagne électorale.

La presse se fait déjà l’écho du prix que les intéressés n’hésiteront pas à payer la louange des pompiers de la planète, reconnaissants, sur le compte de générations déjà nées : l’instauration d’un prix fiscal durablement élevé du carbone, par exemple, ou la création d’un impôt sur les émissions de CO2, deux dispositions qu’une activité économique nationale déjà flamboyante ne manquera pas d’apprécier.
Mais le trophée sur lequel nos calculateurs de gouvernants comptent le plus c’est la création d’un fond vert international de 100 milliards de dollars annuels (!), enjointe par le démiurge Hulot. Ce fond serait destiné à financer la lutte des pays du Sud contre le réchauffement, dont chacun sait qu’elle est la priorité existentielle de ces pays, bien avant l’éradication de la famine et des pandémies, bien avant tout programme d’adduction d’eau.
Une taxe sur des transactions financières universellement fliquées pourvoira largement à ce fond, foi d’un président jouissant de la notoire autorité sur ses pairs de l’OCDE, que chacun a pu observer !

L’heure est grave. Une grande lucidité doit s’emparer de la conscience collective, avant qu’il ne soit trop tard : lucidité sur la réalité du péril allégué, sur sa relativisation à d’autres calamités présentes ou passées de même ampleur, mais surtout lucidité sur la hiérarchie qu’il convient d’établir entre ces périls, dont certains parfaitement avérés menacent déjà la subsistance de plus d’une communauté humaine.
C’est pourquoi le présent article a l’ambition de servir de déclencheur, de produit d’appel incitant d’autres contributions à converger en nombre vers Agoravox, jusqu’à cette « conference of the parties 21 » de décembre prochain. Parce qu’Agoravox figure parmi les tribunes les plus allergiques à la censure, elle est l’une des rares à mériter que les Français ayant quelque chose à dire de pertinent, de spécialisé ou d’expert, sur un sujet aussi essentiel, y truste le débat national auquel leurs compatriotes aspirent en vain : un débat expurgé de la police d’une bienséance et d’une neutralité au bon dos desquelles la pensée unique et le politiquement correct savent trop ce qu’elles doivent. On suggère donc aux prochains contributeurs de faire précéder de la mention COP21 le titre de leurs articles, afin d’indiquer aux lecteurs du forum la lignée du débat climatique, dans laquelle s’inscrivent ces articles.
Ainsi, l’écho d’une vigilance citoyenne à ne surtout pas négliger pourra-t-il peut-être parvenir aux oreilles de nos plénipotentiaires, leur signifiant qu’un certaine France est déterminée à ne pas les laisser faire n’importe quoi, leur donnant même le sentiment qu’ils sont quelque part tenus en respect par un nombre conséquent d’enfants de leur république.

J’amorcerai donc un tel débat par la lettre ci-après que j’aurais pu adresser à Étienne Klein, s’il avait répondu à une interpellation consécutive à la longue conférence que le lecteur peut suivre au lien http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/le-negatif-est-il-le-ferment-du-48216 
Je recommande néanmoins à ce dernier de diffuser largement cette brillante prestation du physicien du CEA, philosophe des sciences, en particulier dans les établissements scolaires et universitaires, même si l’intéressé n’est pas tendre avec le climato scepticisme.

 

 

Monsieur,

Peut-être me ferez-vous la faveur de convenir que, parmi les frustes climato sceptiques, se trouvent des gens dont la construction des points de vue procède d’un entendement seulement borné par les limites de compétences le plus souvent inférieures aux vôtres. Cette quête particulière de la qualité d’homme libre, que vous célébrez à juste titre, consiste pour ma part à tenter de répondre sobrement aux cinq questions ci-après, cinq réponses à mon sens largement suffisantes à se forger une intime conviction sur le bien fondé de la mobilisation universelle, appelée contre le péril allégué.

Bien entendu, pour que ces réponses binaires soient légitimement opposables, le processus qui les amène doit être le plus rationnel et le plus sincère possibles. Toutefois, la loyauté commande de préciser que je ne saurais accorder à toutes la même valeur, que les réponses apportées aux questions 1 à 4 n’ont pour rôle que d’évaluer le prix de l’enjeu social identifié à une question 5 dont la réponse emporte in fine la décision d’ensemble. Pour faire simple, en considération des réponses 1 à 4, la question est de savoir si l’engagement socio économique total de la communauté humaine à combattre un hypothétique réchauffement climatique vaut pour elle la chandelle ?
Force est de reconnaître que le matériau le plus convainquant, ayant alimenté une telle démarche, provient bien plus des critiques et hypothèses d’un Duran, d’un Courtillot, d’un Rittaud, d’un Galam, d’un Svensmark (expérience CLOUD), d’un Whitehouse, d’un Lindzen ou d’un Beslu que de la littérature fleuve du GIEC, dont les innombrables déclinaisons de presse tiennent davantage de l’incantation que de la démonstration, quand elles ne manipulent pas au quotidien les faits climatiques et météorologiques, présents et passés.
Bref, entre la science de la spéculation numérique, gavée de données fragiles et prodigue de conclusions hasardeuses, rarement vérifiées dans les faits, entre cette science là et la science de papa s’en tenant au fait établi, à l’observation concrète, à la modélisation et à la reproductibilité expérimentales de l’hypothèse, mon choix fut rapidement fait ; d’autant plus rapidement fait que la première s’arroge l’exorbitante habilitation de prescrire le savoir être des sociétés présente et future, comme jamais par le passé dans l’Histoire des hommes. 

1/ Est-on scientifiquement en mesure de garantir que la récente phase d’augmentation (modeste) de la température moyenne terrestre (A) – si tant est que le protocole de la mesure d’une telle grandeur soit recevable et que ce critère physique ait un sens scientifiquement exploitable comme, par exemple, l’angle de précession – est due au seul effet de serre ? Sachant que certaines études n’hésitent plus à mettre en cause la portée même de ce principe…

2/ A-t-on quantifié de façon suffisamment précise l’influence de l’effet de serre sur cette température moyenne, de façon à disqualifier incontestablement l’influence du soleil et à démontrer que le processus de glaciation amorcé depuis 10000 à 20000 ans sera durablement contrebalancée ?

3/ Si oui aux deux question précédentes, la science est-elle aujourd’hui parvenue à démontrer indubitablement que le phénomène en question ne souffre la limitation d’aucun effet de seuil ?

4/ Si oui encore, la science est-elle aujourd’hui parvenue à démontrer indubitablement que l’emballement redouté de l’effet de serre est essentiellement dû au gaz carbonique… produit par l’Homme.

5/ (A) Personne ne peut nier que de telles phases se succèdent cycliquement depuis la nuit des temps, parfois même dans des proportions paroxystiques et en présence des hommes. Ce qui m’amène à poser la question induite suivante, certainement la plus importante de toutes, compte tenu de sa nature exclusivement sociétale :
Cet Homme qui a triomphé de tant d’épreuves, lorsqu’il était démuni, doit-il céder à la panique malthusienne, fomentée et entretenue par des ténors médiatico politiques de la pensée unique, se défiant comme jamais des potentialités de la science ?
En d’autres termes, est-il à la hauteur de la souche prétendument évoluée de cet Homme de freiner la course des vaisseaux de l’improbable civilisation technologique – voire de les brûler ! – bientôt assignée à nourrir 9 milliards d’êtres humains, sur un motif aussi fragile ? En décarbonant et en bridant son appétit énergétique à grande échelle, cette souche a-t-elle seulement réuni les présomptions suffisantes et suffisamment solides, la persuadant que le vaste sacrifice collectif obtiendrait le résultat garanti d’avance par ses Cassandre ?

Il va de soi que la réponse négative à une seule des 4 questions préalables suffit à battre en brèche la légitimité d’un quelconque sommet climatique et à justifier l’éradication de l’entropie financière générée dans les comptes nationaux par ses avatars dogmatico politiques.
Toutefois, en l’absence d’une réponse négative préalable, la réponse globalement positive à la question 5 ne serait pas forcément acquise, tant que des estimations sérieuses des préjudices planétaires à redouter, permettant d’apprécier si la neutralisation au moins partielle de leur conséquences reste ou non à la portée du génie techno scientifique humain, ne seraient pas fournies. En somme, vous avez là l’exact antidote à notre grotesque et pervers principe de précaution constitutionnel, antidote auquel nous devons le confort de la civilisation actuelle et la constante progression d’un niveau de vie décent, dans les pays du tiers monde.
Or, eu égard au comportement de cette température moyenne « de référence », depuis 17 ans, une réponse positive à la question 3, portant sur l’effet de seuil, paraît d’ores et déjà bien compromise…

Vous l’aurez donc compris : en l’état actuel des choses, il faudra bien plus que les objurgations enflammées de Ban Ki-moon et de ses patrouilles de hussards diffusant la puissante communication du GIEC (B) dans tous les médias et gouvernements du monde, pour que je consente à laisser mon pays ouvrir une ère aussi aventureuse et aussi périlleuse pour la condition de ma descendance (C). La véhémence de la plupart des discours qui nous y engagent aujourd’hui, suggère davantage celle de Godefroy de Bouillon que celle des avocats de Lavoisier.

(B) …et infiniment plus que celles du prophète Jean Jouzel qui compte sur les renouvelables (exclusivement) pour combattre le réchauffement climatique (http://www.parismatch.com/Actu/Environnement-et-sciences/Jean-Jouzel-Pour-limiter-le-rechauffement-il-y-a-urgence-680398) !

(C) Songez donc : une étude publiée par le journal scientifique Nature (http://www.nature.com/nature/journal/v517/n7533/full/nature14016.html) prétend que pour maintenir un semblant d'équilibre climatique avec un réchauffement limité à 2°C, certains pays devraient renoncer à exploiter une part de leurs réserves d'énergies fossiles ! 

Cordialement,


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • eric 16 janvier 2015 11:33

    Une lueur d’espoir ? Oui toutes ces cucuteries sont un enjeu d’achats de vote entre sous tendances de gauche et coutent très cher.
    Mais aujourd’hui, c’est « l’unité nationale des gauches ». On a osé les attaquer.

    Elles qui ont remarquablement conservé leur sang froid lors des assassinats de gosses à Toulouse, allant jusqu’à s’interroger sur le rôle réel des forces de l’ordre et les responsabilités réelle de de Sarko dans le triste épilogue, marchent désormais d’un même pas...

    Il y a quelques semaines, elles aboutissaient à l’interdiction d’instrument de maintient de l’ordre qui avaient fait deux victimes en 50 ans.
    Aujourd’hui, consensus pour confier à la police des armes de guerre dans la rue...

    Les islamistes ont osé s’attaquer à leurs symboles, à eux. En période de disette budgétaire, vous allez voir le consensus pour sacrifier les enjeux plus secondaire, comme l’écologie, à la rallonge des budgets de leurs gardes du corps personnels.

    Je pense qu’on ne va pas entendre grand monde à gauche s’interroger sur le bilan carbone de l’envoie du Charles de Gaulle dans le Golfe....


    • jaja jaja 16 janvier 2015 11:43

      Non à l’union sacrée !

      La sidération, la tristesse, la colère face à l’attentat odieux contre Charlie Hebdo puis la tuerie ouvertement antisémite, nous les ressentons encore. Voir des artistes abattus en raison de leur liberté d’expression, au nom d’une idéologie réactionnaire, nous a révulsés. Mais la nausée nous vient devant l’injonction à l’unanimisme et la récupération de ces horribles assassinats.

      Nous partageons les sentiments de celles et ceux qui sont descendus dans la rue. Mais ces manifestations ont été confisquées par des pompiers pyromanes qui n’ont aucune vergogne à s’y refaire une santé sur le cadavre des victimes. Valls, Hollande, Sarkozy, Hortefeux, Copé, Merkel, Cameron, Juncker, Erdogan, Orban, Netanyahu, Liebermann, Bennett, Porochenko, les représentants de Poutine, Bongo… : quel défilé d’abjecte hypocrisie. Cette mascarade indécente masque mal les bombes que les Occidentaux ont larguées sur l’Irak depuis une semaine sur décision de ce carré de tête ; les milliers de morts à Gaza où Avigdor Liebermann imaginait employer la bombe atomique quand Naftali Bennett se rengorgeait d’avoir tué beaucoup d’Arabes ; le million de victimes que le blocus en Irak a provoquées. Ceux qu’on a vus manifester en tête de cortège à Paris ordonnent ailleurs de tels carnages.

      « Tout le monde doit venir à la manifestation », a déclaré Valls en poussant ses hauts cris sur la « liberté » et la « tolérance ». Le même qui a interdit les manifestations contre les massacres en Palestine, fait asperger de gaz lacrymogènes les cheminots en grève et matraquer des lycéens solidaires de sans-papiers expulsés nous donne des leçons de liberté d’expression. Celui qui déplorait à Evry ne voir pas assez de « Blancos » nous jure son amour de la tolérance. Le même qui fanfaronne de battre des records dans l’expulsion des Rroms se gargarise de « civilisation ». En Francela liberté d’expression serait sacrée, on y aurait le droit de blasphémer : blasphème à géométrie variable puisque l’« offense au drapeau et à l’hymne national » est punie de lourdes amendes et de peines de prison. Que le PS et l’UMP nous expliquent la compatibilité entre leur condamnation officielle du fondamentalisme et la vente d’armes à Ryad où les femmes n’ont aucun droit, où l’apostasie est punie de mort et où les immigrés subissent un sort proche de l’esclavage.

      Nous ne participerons pas à l’union sacrée. On a déjà vu à quelle boucherie elle peut mener. En attendant, le chantage à l’unité nationalesert à désamorcer les colères sociales et la révolte contre les politiques conduites depuis des années.

      Manuel Valls nous a asséné que « Nous sommes tous Charlie » et « Nous sommes tous des policiers ». D’abord, non, nous ne sommes pas Charlie. Car si nous sommes bouleversés par la mort de ses dessinateurs etjournalistes,nous ne pouvons reprendre à notre compte l’obsession qui s’était enracinée dans le journal contre les musulmans toujours assimilés à des terroristes, des « cons » ou des assistés. On n’y voyait plus l’anticonformisme, sinon celui, conforme à la norme, qui stigmatise les plus stigmatisés.

      Nous ne sommes pas des policiers. La mort de trois d’entre eux est un événement tragique. Mais elle ne nous fera pas entonner l’hymne à l’institution policière. Les contrôles au faciès, les rafles de sans-papiers, les humiliations quotidiennes, les tabassages parfois mortels dans les commissariats, les flash balls qui mutilent, les grenades offensives qui assassinent, nous l’interdisent à jamais. Et s’il faut mettre une bougie à sa fenêtre pour pleurer les victimes, nous en ferons briller aussi pour Eric, Loïc, Abou Bakari, Zied, Bouna, Wissam, Rémi, victimes d’une violence perpétrée en toute impunité. Dans un système où les inégalités se creusent de manière vertigineuse, où des richesses éhontées côtoient la plus écrasante misère, sans que nous soyons encore capables massivement de nous en indigner, nous en allumerons aussi pour les six SDF morts en France la semaine de Noël.

      Nous sommes solidaires de celles et ceux qui se sentent en danger, depuis que se multiplient les appels à la haine, les « Mort aux Arabes », les incendies de mosquées. Nous nous indignons des incantations faites aux musulmans de se démarquer ; demande-t-on aux chrétiens de se désolidariser des crimes d’Anders Breivik perpétrés au nom de l’Occident chrétien et blanc ? Nous sommes aussi au côté de celles et ceux qui subissent le regain d’antisémitisme, dramatiquement exprimé par l’attaque de vendredi dernier.

      Notre émotion face à l’horreur ne nous fera pas oublier combien les indignations sont sélectives. Non, aucune union sacrée. Faisons en sorte, ensemble, que l’immense mobilisation se poursuive en toute indépendance de ces gouvernements entretenant des choix géopolitiques criminels en Afrique et au Moyen-Orient, et ici chômage, précarité,désespoir. Que cet élan collectif débouche sur une volonté subversive, contestataire, révoltée, inentamée, d’imaginer une autre société,comme Charlie l’a longtemps souhaité.

      Ludivine Bantigny, historienne, Emmanuel Burdeau, critique de cinéma, François Cusset, historien et écrivain, Cédric Durand, économiste, Eric Hazan, éditeur,Razmig Keucheyan, sociologue, Thierry Labica, historien, Marwan Mohammed, sociologue,Olivier Neveux, historien de l’art, Willy Pelletier, sociologue, Eugenio Renzi, critique de cinéma, Guillaume Sibertin-Blanc, philosophe, Julien Théry, historien, Rémy Toulouse, éditeur, Enzo Traverso, historien.


    • julius 1ER 17 janvier 2015 09:10

      pauvre Eric, tu es pathétique tant ton antigauchisme tourne à la paranoïa !!!!!


    • christophe nicolas christophe nicolas 16 janvier 2015 14:10

      Il a raison, le GIEC a mis en branle un processus de bourrage de mou trop tôt.


      Je vais vous dire la raison. Les prévisions apocalyptiques des prophéties de la Vierge Marie depuis 150 ans.

      Sauf que....

      Ils se sont plantés, c’est la magnétosphère le problème car les réseaux électriques, les voies ferrées démagnétisent la terre à cause des courants vagabonds auxquels se rajoutent le brassages des roches lors des terrassements . En fait le magnétisme est créé en surface par la rotation de la terre comme dans l’expérience de John Searl

      Vous ne me croyez pas ? J’ai longuement argumenté mais pour enfoncer le clou chez les non scientifiques, voici l’argument qui tue :

      Regardez bien votre femme... le magnétisme est créé en surface et l’Oréal l’a bien compris d’où la tenue correcte de la vierge pour éviter de perturber le psychisme masculin.

      • vesjem vesjem 16 janvier 2015 19:09

        « la mère de ses enfants »
        on peut dire les mères de ses enfants


        • JMBerniolles 16 janvier 2015 21:41

          Effectivement, il est temps de redonner à la science sa place véritable sur cette question du climat qui fait l’objet de manipulations et de récupérations politiques. Le Giec est un groupe qui dépend des gouvernements et qui ne comprend pas que des scientifiques.


          Sur ce thème, nos médias « indépendants » se livrent à leur propagande habituelle qui reprend souvent la méthode du catatrophisme qui, sur le fond vise à faire passer notre effondrement industriel, économique, politique et culturel comme quelque chose de naturel.
          Indépendant des politiques que nous avons subies disons depuis l’époque de de Gaulle.

          Sur le plan scientifique :

          Ce que l’on appelle l’effet de serre est du à la vapeur d’eau, mais il est initié par l’effet CO2.


          L’effet de serre du CO2 équivalent est faible en lui-même mais il provoque de l’évaporation et c’est cette vapeur d’eau là (et non celle qui est produite de manière anthropique comme elle pourrait l’être par une pile à combustible par exemple) qui est le vecteur principal de ce que l’on appelle l’effet de serre.

          Mais ce que je viens de décrire là montre toute la complexité de la question, qui est intégrée sur toute la surface de la terre et sur l’axe de l’espace. 

          Ainsi l’évaporation peut provoquer la formation de nuages qui vont empêcher les rayons du soleil d’atteindre la surface de la terre.

          Ce phénomène vertical peut être bien observé aux tropiques où, en dehors de période cyclones, il y a peu de vent. Donc les transferts se font sur l’axe vertical.

          Un spécialiste du climat Richard Lindzen a particulièrement étudié ces phénomènes de transferts dans l’atmosphère et au-delà. Il est d’ailleurs l’auteur d’un modèle appelé IRIS sur cette question.

          Pour avoir oser dire que la science du climat est encore trop jeune pour pouvoir assurer la base scientifique de ce que l’on lui fait dire. [et aussi de parler de financement de Labos qui vont dans le sens voulu, de carriérisme de scientifiques .] il est classé dans les climato sceptiques.

          D’ailleurs les modèles et les codes du climat qui ont servi à prédire des catastrophes climatiques, à cause de la forte augmentation de la température moyenne à la surface de la terre, jusqu’à 5°c dans le cas extrême, ont été incapables de prédire d’abord, puis d’interpréter ensuite, le quasi plateau de cette température moyenne sur les 17 dernières années.

          Kandel un des scientifiques du climat français expliquait au début des années 2000 que vers les années 2020 le climat méditerranéen remonterait jusqu’à Lyon... la liste des prédictions invalidées par les faits est longue. 

          Fin 2010 à la suite d’un débat contradictoire à l’Académie des sciences, avec notamment BARD, le tenant du réchauffement anthropique, la scéance s’était conclue par un rapport nommé : « Changement climatique »

          Cette formule est beaucoup plus prudente et, traduite, signifie que l’hypothèse CO2 n’a pas été retenue ;

           Et que le débat scientifique reste ouvert.


          Donc, rien à voir avec les prédictions de réchauffement du Giec




          • Homme de Boutx Homme de Boutx 16 janvier 2015 23:00

            Du foutage de gueule primaire : y a-t-il simplement une phrase qui ait un sens dans tout ce déballage ! et quel rapport avec le réchauffement climatique que je qualifierais de réel au vu des courbes de météofrance... si elles ne sont pas trafiquées comme tous les discours à ce sujet, y compris celui du giec.

            http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/2015-conference-sur-le-climat-en-162039

            si réchauffement il y a, c’est bien la faute au nucléaire et pas au pétrole pour de simples raisons d’ordre purement thermique et pas philosophique ou politique. même si ça doit entretenir le terrorisme international..

            Grandissons avec Charlie


            • doctorix doctorix 16 janvier 2015 23:57

              Le CO2 a pris plus de 10% en 17 ans, la température rien : il n’y a donc pas de corrélation.

              Le Soleil nous envoie toutes les quatre heures la chaleur que l’humanité produit en un an (nucléaire compris, mon cher Homme de Boutx). C’est donc une goutte d’eau dans l’océan.
              Au lieu de filer des milliards à ces escrocs du GIEC depuis des années, on aurait mieux fait d’acheter un thermomètre à deux balles : lui au moins ne nous trompe pas.
              La taxe carbone est une iniquité, et c’est le premier des impôts à caractère mondial, un pas important vers l’instauration du Nouvel Ordre Mondial, si cher aux Bush, à Sarko, et à tant d’autres crapules.
              Un dessin illustrait la pression obscène que subissent les chercheurs dissidents. Un chercheur était dans une salle de torture, et l’inquisiteur disait : « Vous pouvez le détacher et lui rendre ses crédits, il est d’accord sur le réchauffement ».
              Ça me parait un bon résumé.

              • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 janvier 2015 09:02

                Mon cher doctorix, pour la chaleur du soleil, je vous confirme que c’est heureusement un échange entre le soleil et l’espace, la planète ne servant que de réflecteur. Une partie de tout ce que l’homme rajoute après l’avoir extrait du sol perturbe cet équilibre. Mais comme je vous l’ai dit le problème est la survie de la planète.

                Votre réaction un peu brutale ne va que dans le sens du nucléaire c’est à dire que lorsque vous allumez un radiateur dans votre salon, il est couplé à trois autres radiateurs dans le jardin et n’importe quel ... pourrait comprendre que c’est pas génial à tout point de vue notamment pour les plus écolos, 4 fois plus de déchets nucléaires (croyez ce que vous voulez mais c’est bien de la M.... que l’on ne doit pas laisser en héritage (il y a déjà 58 réacteurs à démanteler à 5 milliards pièce, sans compter les frais de gardiennage des déchets pendant des millénaires) ) !

                Imaginez l’avenir que l’on nous promet avec 7000 réacteurs encore plus puissants à la place des 400 actuels parce que vous aurez mal « diagnostiqué » le problème

                Bonne journée doctorix


              • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 10:24
                • Par doctorix(---.---.---.235) 16 janvier 23:57

                  Le CO2 a pris plus de 10% en 17 ans, la température rien : il n’y a donc pas de corrélation.

                • Les imbéciles affirment n’importe quelle connerie, avec certitude, sans jamais la corréler avec la réalité  : c’est à ça qu’on les reconnait (entre autre)

                • En voila un bel étalon. 


              • PELLEN PELLEN 17 janvier 2015 14:06

                Que de vérités définitives assénées, à l’appui desquelles pas le moindre embryon de justification scientifique avérée n’est fourni ! Que d’hypocrisie aussi, dans ces exhortations gratuites (au moins implicites) à grossir les rangs des croisés climatiques, en se gardant bien de préciser qu’on est ou non personnellement prêt à en payer le vrai prix, quel qu’en soit le montant !

                Péril nucléaire ? Mais savez-vous, cher monsieur, qu’il n’y a rien ici-bas de plus naturel que la radioactivité, que nous lui devons même la naissance de notre univers, que ce feu fondamental n’en finit pas de brûler dans quasiment toute la matière, y compris celle de notre corps ? Rendez-vous compte du risque pris par ce million de participants parisiens à la manifestation de Charlie-Hebdo, s’exposant avec une rare inconscience à une irradiation... de 1 million de fois 10000 Becquerels !
                Et, tenez-vous bien, 10000 Becquerels dans lesquels au moins 8000 d’un Potassium 40 dont la moitié seulement du « poison radioactif » n’aura disparu que dans 1 million d’années... Brrr, on en a froid dans le dos ! 
                Le pire des héritages à léguer à nos enfants n’est pas la nocivité de déchets radioactifs qui ne représentent rien, comparés aux montagnes de déchets ménagers et industriels, dont certains sont des poisons violents, c’est hélas la pénurie d’énergie qu’on leur prépare chez nous.
                7000 réacteurs dites-vous ? Insinuriez-vous que leur puissance globale ne sera pas appelée par la demande ? Si elle le sera, alors combien de dizaines de milliers d’éoliennes, de km2 de photovoltaïque et au moins autant de centrales à charbon pour les remplacer et, surtout, à quel prix ?!
                Au passage, dites à nos lecteurs si vous êtes d’ores et déjà personnellement disposé à payer ce prix, au travers d’une CSPE qui explose.
                Espérons que, d’ici à la fin de cette année, de nombreuses contributions COP21 (auxquelles je ne crois pas trop) viendront purger sur Agoravox cette consternante dialectique du slogan, hélas devenue banale sur tous les forums...

                André Pellen 

              • PELLEN PELLEN 17 janvier 2015 14:52

                Que c’est facile d’insulter les autres, derrière son écran, barricadé dans son salon, sans même avoir conscience de l’image d’homo sapiens primaire que donne d’aussi grotesques éructations. Il ne voit même pas que c’est à cette inconscience qu’on reconnait l’espèce.

                Je me demande si son comportement resterait aussi agressif en présence du contradicteur...

              • PELLEN PELLEN 17 janvier 2015 15:06

                ...Tout le monde aura compris que mon dernier commentaire s’adressait à Sisyphe le fils d’éole, dont le courage des sentences n’a d’égal que sa propension à dissimuler sa propre identité. 


              • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 15:56

                C’est ça, prenez nous pour des cons, avec le nucléaire ! 

                Et surtout, ne parlez pas des DÉCHETS, qui s’accumulent, dont personne ne sait quoi faire, et qui vont empoisonner la terre et les océans pendant des dizaines de milliers d’années. 
                Sans parler, évidemment, de Tchernobyl, de Fukushima, et des suites à venir. 

                On reconnait bien là la propagande des lobbyistes, qui n’ont strictement rien à foutre des conséquences, pourvu que leurs patrons continuent à encaisser les dividendes, et à les payer grassement. 

                Vous nous croyez tombés de la dernière pluie (radioactive) ? 
                 smiley 

              • Le p’tit Charles 17 janvier 2015 08:54

                Pour sauver la planète pas besoin d’argent mais d’un autre comportement de vie...D’un changement radical de nos habitudes..(on ferait même des économies)...Seulement l’humanité actuelle est hors de contrôle et dans ce K même pas la peine d’essayer... !
                Pour info (le figaro) le Pacifique est pollué par Fukushima...et personne ne peut faire quoique ce soit...juste à regarder les gens mourir dans les années qui viennent...(juste un exemple parmi d’autres).


                • Homme de Boutx Homme de Boutx 17 janvier 2015 10:07

                  Le bon sens en souvenir de l’époque où on n’avait pas de pétrole mais encore des idées... qui n’ont toujours pas été appliquées en 40 ans


                • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 10:17

                  Encore un article du lobby nucléaire, pour servir de défouloir à tous les complotistes qui continuent à nier l’évidence absolue du réchauffement climatique d’origine anthropique.


                  Les mêmes imbéciles, qui, pendant des siècles, ont emprisonnés, torturés, exécutés ceux qui disaient que la terre était ronde et tournait autour du soleil, et qui, aujourd’hui, viennent accuser le GIEC de corruption. Les arriérés mentaux qui continuent à attiser les braises alors que leur maison brûle. 

                  Du mouron pour les éternels complotistes de comptoir, qui continuent à faire le jeu des assassins de la planète, parce qu’à eux, on-ne-la-fait-pas. 


                  Salaud de soleil, fumiers du GIEC !



                  • JMBerniolles 17 janvier 2015 11:13

                    Il semble que cela soient plutôt vos imprécations qui nous ramènent au moyen âge.


                    En 1880 il n’y avait pas la même couverture en mesures de températures sur la surface de la terre qu’aujourd’hui et de loin. Donc la comparaison n’est pas directe et est même impossible.

                    La comparaison avec ce passé et celui plus lointain encore ne donne que de tendances.

                    Dans les 17 dernières années il y a eu des pics de température moyenne à la surface de la terre 1998, 2005, 2010 ... 1998 et 2010 sont clairement dus à l’effet El Niño. Donc pas du tout au CO2.
                    Au passage on signalera que les scientifiques qui travaillent sur El Niño et La Niña reconnaissent avoir des problèmes d’interprétation ;

                    Effectivement l’évolution de cette température moyenne du globe n’est plus directement corrélée à la montée de la concentration atmosphérique du CO2 qui reste faible de toute manière.

                    Mais de toute manière l’effet CO2 n’est pas direct. Cet argument a donc une valeur relative.

                    Encore une fois le problème est d’une complexité telle qu’il est prétentieux et non scientifique d’affirmer que la science du climat le maîtrise.



                  • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 12:27

                    tandis que vous, vous le maîtrisez, bien plus que le GIEC et tous les savants de la planète, pas vrai ? 


                    Encore un complot des chinois du FBI ! 

                    Il faut vraiment venir sur internet pour rencontrer tous les charlots qu’on n’imaginerait même pas exister dans la réalité : une vraie cour des miracles ! 

                    Et sinon, vous êtes un copain d’Allègre, ce scientifique que le monde entier nous envie ? smiley 

                  • JMBerniolles 17 janvier 2015 12:44

                    A chaque commentaire vous étalez votre méconnaissance du sujet.


                    Il n’y a pas qu’Allègre qui conteste cet effet anthropique à partir du CO2 équivalent.

                    A l’occasion du récent sommet de Doha sur le climat, près de 130 scientifiques du climat se sont adressé à Ban Ki Moon pour lui demander que l’on arrête cette véritable propagande pour le catastrophisme climatique, en lui précisant que les prévisions du Giec étaient en échec sur la période des 15 dernières années précédant ce sommet.

                    Dans le domaine scientifique on ne déifie ni les génies, ni les savants.. et il n’y a pas de Gourou dieu merci si j’’ose dire !

                  • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 15:58
                    2014 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée sur le globe
                    Washington - L’année 2014 a été la plus chaude sur le globe depuis le début des relevés de températures en 1880, ont annoncé vendredi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et la Nasa.

                    Celles-ci ont tout de suite souligné que ce phénomène reflétait surtout l’accroissement des émissions de gaz à effets de serre résultant des activités humaines.

                    Décembre a également enregistré une température moyenne à la surface des terres et des océans sans précédent pendant ces 134 ans pour le dernier mois de l’année, a également indiqué la NOAA. Celle-ci a précisé que des mesures effectuées indépendamment par la Nasa arrivent à ces mêmes conclusions.

                    Les températures de décembre ont été 0,77 degré Celsius au-dessus de la moyenne du XXe siècle.

                    Sur l’année complète, la température moyenne au sol et sur les océans a été 0,69°C au-dessus de celle du XXe siècle, surpassant les précédents records de 2005 et 2010 de 0,04 degré.

                    La plus grande partie de ce réchauffement s’est produite au cours des trois dernières décennies et les dix années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2000 à l’exception de 1998.

                    Alors que la température moyenne sur une année peut être influencée par des conditions météorologiques extrêmes, les tendances au réchauffement sur le long terme sont attribuables aux facteurs contribuant au changement climatique actuellement dominés par les émissions de gaz à effets de serre humaines, a souligné Gavin Schmidt, directeur de l’Institut Goddard de la Nasa pour les études spatiales.

                    En 2014, la température moyenne globale à la surface des terre s’est située 1°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle, soit la quatrième plus élevée depuis 1880.

                    La température sur les océans a été 0,57°C supérieure à la moyenne des 134 dernières années, ce qui en fait la plus élevée de toutes les années jamais enregistrées.

                    La température moyenne de la basse stratosphère (entre 15 et 20 km d’altitude) a diminué tandis que celles dans la troposphère, les couches plus basses de l’atmosphère, ont augmenté, une indication d’un réchauffement provoqué par des gaz à effet de serre, explique la NOAA.

                    Sinon, jusqu’ici, tout va bien pour les dénégateurs de la réalité, pas vrai ? 

                  • Layly Victor Layly Victor 17 janvier 2015 14:46

                    Il y a beaucoup à dire, et tout est prodigieusement confus, dans les commentaires.
                    Tout d’abord, je voudrais saluer ceux qui, courageusement, s’efforcent de défendre la raison scientifique face aux hystériques de l’anti nucléaire. Ce ne sont pas des lobbyistes, auquel cas ils seraient rémunérés, ce qui n’est pas le cas. Je connais certains d’entre eux, et ce sont des retraités de la branche énergie, comme moi même. Pourquoi des retraités ? Parce que la pression politico-technico-idéologique est telle que, même dans les entreprises du nucléaire, les gens ont peur et que la hiérarchie est convertie, de gré ou de force, au politico-technique. Ce n’est donc pas de gaieté de coeur, ni pour aucune rémunération, qu’ils se soumettent, sur ce site, aux invectives de crétins incultes qui les traitent de « charlots » et de « débiles », voir d’assassins. Un excité m’a promis sur ce site un égorgement en place publique suite à un procès style Nuremberg. Et nous savons que nous ne serons soutenus par personne, surtout pas par les journalistes. Mais la folie est telle que, toute personne se posant un embryon de question sur le climat et l’énergie est qualifiée de « lobbyiste » alors que les escrocs intellectuels de GIEC sont qualifiés de « plus grands savants de la planète ». Il me semble que, vu la fortune du sieur Nicolas Hulot et la position sociale et politique exceptionnelles qui lui sont accordées par la présidence en mal d’accords électoraux, il tire un bénéfice personnel substantiel de ce débat (auquel il ne pourrait prétendre s’il se permettait la moindre critique sur la religion officielle du réchauffement). Ce qui n’est pas notre cas : nous sommes payés en injures et en quolibets.

                    La question est : est-ce que le CO2 d’origine anthropique est vraiment responsable du réchauffement, et ce réchauffement est-il réel ? Même si la réponse à ces deux questions est difficile à apporter dans l’état actuel des connaissances, en dépit des allégations des potentats planétaires du GIEC, elles ont le mérite d’être claires et nettes.
                    Et si la réponse à ces deux questions est oui, il ne fait aucun doute, malgré toutes les contorsions idéologiques, que la seule transition énergétique capable de réduire la production de CO2 sans faire s’effondrer l’activité économique et le niveau de vie est, pour un certain temps encore difficile à préciser, le nucléaire. A tel point que des écologistes, y compris des chefs de file de Greenpeace, se prononcent en faveur du redémarrage du nucléaire aux US. Mais pas en France, car c’est le pays du fanatisme idéologique. Et pas le sieur Hulot, qui fait le canard sur ce point (on ne va tout de même pas lui enlever son gagne-pain, ses déplacements permanents en hélicoptère, sa villa au col d’Eze, son rang de chef d’état, et tout le grisbi).
                    C’est pourquoi, certains d’entre nous osent penser que la grande conférence environnementale de 2015 sera une grande farce politico médiatique de plus, une nouvelle combine électorale, un bon gueuleton planétaire sur le dos des contribuables, une messe à dogme pré-établi et bétonné, avec intronisation de « grands savants planétaires ».


                    • Layly Victor Layly Victor 17 janvier 2015 15:34

                      Revenons au problème du climat. Les modèles sont extrêmement complexes et comportent un très grand nombre de paramètres : transfert du rayonnement dans l’atmosphère, incluant la nébulosité, les impuretés, les gaz dissous (dont le CO2), convection atmosphérique, convection océanique, physico-chimie de l’atmosphère et des océans, échanges physiques et thermiques atmosphère-océan, cycles d’activité du soleil, cycles de l’orbite terrestre. Quiconque parmi nous a été confronté à la modélisation de phénomènes d’échange même simples se rend immédiatement compte de l’ampleur démentielle de la tâche, et se demande s’il est raisonnable d’avoir une confiance aveugle dans des outils de prédiction. Et il faut d’abord se demander si on a défini correctement ce qu’on prédit. Par exemple, comment peut on définir d’une façon qui ait un sens scientifique, une température moyenne du globe ? Et, une fois ce terme défini, comment le calculer ? C’est le sens d’une des questions d’André Pellen, mais je crois que certains n’ont pas compris.
                      Et on vient nous dire que les grands savants du GIEC maîtrisent tout, et que leurs affirmations péremptoires ont force de loi ! Si ont veut valider un modèle, il faut le confronter à l’expérience. Il a été montré que la fameuse courbe d’élévation de la température depuis l’ère industrielle est fausse, car l’estimation des températures avant cette ère est erronnée (certains disent que les « grands savants » ont un peu forcé les données dans le « bon » sens). On peut alors se tourner vers le passé, qui est une énorme source de données expérimentales. Mais là, consternation ! Comme a dit André Pellen, les modèles prédictifs ne prédisent pas le passé ! Décidément, les prix Nobel de la paix commencent à être dangereux pour l’humanité !

                      Donc, tout ce que nous demandons, c’est un peu plus de mesure (une sorte de principe de précaution dans le bon sens).

                      Dans l’hystérie ambiante, on voit même apparaître des papiers qui nous disent que les centrales nucléaires réchauffent la planète. Avec des arguments fallacieux. Le rendement d’une centrale nucléaire (conversion du thermique en électrique) n’est que de 30%, ce qui veut dire que plus de 60 % de l’énergie thermique est perdue. D’une part, ce rendement est le même pour les centrales thermiques (sauf pour la turbine à gaz à cycle combiné de Siemens), donc le réchauffement lié à la production d’énergie électrique ne dépend pas du système nucléaire ou thermique à flamme. D’autre part, on pourrait récupérer cette énergie perdue pour le chauffage urbain (cogénération), mais ce sont les écolos, dans leur ignorance totale, qui se sont toujours opposés à la cogénération à partir de centrales nucléaires (le premier projet était à Grenoble dans les années 1990). Quel gaspillage, Monsieur Hulot, j’espère que vous allez dénoncer cette bêtise à la grande messe sur le climat !


                    • sisyphe sisyphe 17 janvier 2015 16:02

                      Blablablablabla 

                      2014 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée sur le globe
                      Washington - L’année 2014 a été la plus chaude sur le globe depuis le début des relevés de températures en 1880, ont annoncé vendredi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et la Nasa.

                      Celles-ci ont tout de suite souligné que ce phénomène reflétait surtout l’accroissement des émissions de gaz à effets de serre résultant des activités humaines.

                      Décembre a également enregistré une température moyenne à la surface des terres et des océans sans précédent pendant ces 134 ans pour le dernier mois de l’année, a également indiqué la NOAA. Celle-ci a précisé que des mesures effectuées indépendamment par la Nasa arrivent à ces mêmes conclusions.

                      Les températures de décembre ont été 0,77 degré Celsius au-dessus de la moyenne du XXe siècle.

                      Sur l’année complète, la température moyenne au sol et sur les océans a été 0,69°C au-dessus de celle du XXe siècle, surpassant les précédents records de 2005 et 2010 de 0,04 degré.

                      La plus grande partie de ce réchauffement s’est produite au cours des trois dernières décennies et les dix années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2000 à l’exception de 1998.

                      Alors que la température moyenne sur une année peut être influencée par des conditions météorologiques extrêmes, les tendances au réchauffement sur le long terme sont attribuables aux facteurs contribuant au changement climatique actuellement dominés par les émissions de gaz à effets de serre humaines, a souligné Gavin Schmidt, directeur de l’Institut Goddard de la Nasa pour les études spatiales.

                      En 2014, la température moyenne globale à la surface des terre s’est située 1°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle, soit la quatrième plus élevée depuis 1880.

                      La température sur les océans a été 0,57°C supérieure à la moyenne des 134 dernières années, ce qui en fait la plus élevée de toutes les années jamais enregistrées.

                      La température moyenne de la basse stratosphère (entre 15 et 20 km d’altitude) a diminué tandis que celles dans la troposphère, les couches plus basses de l’atmosphère, ont augmenté, une indication d’un réchauffement provoqué par des gaz à effet de serre, explique la NOAA.

                      Encore de faux scientifiques qui n’y connaissent rien, pas vrai les lobbyistes ?

                      • JMBerniolles 17 janvier 2015 22:19

                        Sisyphe,


                        Plutôt que de rapporter sans discernement et en omettant une donnée majeure, ce que disent des journalistes qui ont pour mission d’alimenter le catastrophisme climatique, il vaudrait mieux que vous alliez directement voir ce que dit NOAA par exemple.

                        Pour votre information le Giss de la NASA dirigé par Hansen est un défenseur de l’effet anthropique. Sans argument scientifique majeur.

                        Un autre organisme qui calcule cette température moyenne annuelle à la surface du Globe est le Met Office UK. Où exerce le fameux Phil Jones. Ce Labo est aussi un défenseur de l’effet CO2 anthropique, mais avec beaucoup plus de nuances. Phil Jones a notamment reconnu il n’y a pas longtemps que cette température moyenne était effectivement sur un plateau.

                        Et puis il y a le NOAA, sérieux et beaucoup moins engagé sur cette question de l’effet CO2.
                        Si l’on consulte lae rapport de synthèse de ce Labo américain NOAA, on s’aperçoit d’abord qu’il se garde d’attribuer la température 2014 à un effet anthropique. Ce sont les journalistes qui lui font dire cela. Une belle manipulation en somme.
                        NOAA dit aussi une chose importante qui n’est pas dans la presse. C’est dire que cette température est formée sans ENSO. [qui vaut + 0.2 °c]
                        De telle manière que l’on ne peut la comparer à 2010 où il y a eu El Niño.
                        Il faut comparer 2014 à 2005.
                        Formellement cela fait +0.04 °c en 10 ans. Rien à voir avec les prédictions du Giec alors que la concentration CO2 a plus vite augmenté que ce qu’il considérait.

                        La donnée majeure que vous avez oubliée est donc que la différence entre 2005 et 2014 est de 0.04 °C. Il y a évidemment une marge d’erreur sur le calcul de cette température moyenne et elle est de cet ordre de grandeur.
                        Voilà ce que dit un scientifique du MetOffice

                        Colin Morice, a climate monitoring scientist at the Met Office, said : "Record or near-record years are interesting, but the ranking of individual years should be treated with some caution because the uncertainties in the data are larger than the differences between the top ranked years. We can say this year will add to the set of near-record temperatures we have seen over the last decade."

                        En lisant le rapport de la NOAA, on voit que cette moyenne élevée de 2014 est due essentiellement à 6 mois sur 12 et surtout le mois de décembre 2014. Mais le CO2 est là toute l’année.

                        On lit aussi qu’en 2014 les eaux à la surface des océans ont été plus chaudes que d’habitude. Ce qui a un effet global comme on le constate pour ENSO. Et ce n’est pas obligatoirement lié à 
                        l’effet CO2.

                        On lit également qu’en 2014 que l’océan atlantique au sud du Groenland a été plus froid que d’habitude et qu’il y a eu un record de froid au sud près de l’antarctique. Ce qui contredit un peu la propagande journalistique habituelle sur le sujet.

                        Bref vous n’avez fait que montrer que ce sujet est manipulé par les journalistes de la pensée unique. 














                        • PELLEN PELLEN 17 janvier 2015 16:52

                          Sisyphe, vous qui n’êtes sensible qu’aux gros titres d’une presse servile et aux prophéties d’Élise Lucet - à celles de la télé en général - parviendrez-vous à comprendre ce qu’écrit ici Jacques Duran (http://pensee-unique.fr/news.html#chaude) sur cette année parait-il « la plus chause de tous les temps » ? Je ne doute pas qu’avec la grande culture qui vous caractérise vous ne manquerez pas de tenir la dragée haute à ce prétentieux directeur de recherche du CNRS, ancien directeur des études de l’École Supérieure de Physique et Chimie de Paris... auprès de, feu, notre Nobel Pierre-Gilles de Gennes.


                        • doctorix doctorix 18 janvier 2015 10:34

                          Sisyphe vous n’êtes pas un scientifique, et même vous n’avez aucun esprit scientifique.

                          Aucun esprit du tout devrais-je dire.
                          Le problème d’un non-scientifique et d’un faible d’esprit est qu’il va choisir ses sources en fonction de ses idées pré-conçues.
                          Il aura tendance à prendre pour parole d’évangile ce qui fait la une des journaux, si du moins c’est en accord avec sa conception du monde.
                          Mais les sources différentes, comme celle-ci, qui émane aussi d’un climatologue, le laisseront froid :
                          Ancien consultant de la NASA, le climatologue John L. Casey affirme : « un changement radical dans le climat mondial est en cours, une vague de froid d’une trentaine d’année va frapper la Terre. »
                          http://www.brujitafr.fr/2015/01/nous-entrons-maintenant-dans-30-annees-de-misere.html
                          Il n’est pas douteux que d’ici quelques années, Sisyphe et ses mythes viendront nous alerter sur les dangers d’une atmosphère sans CO2, ce gaz si utile à la croissance des plantes, et qu’il luttera activement contre le refroidissement climatique...

                        • doctorix doctorix 18 janvier 2015 10:45

                          J’ajoute que la couverture du Times de Janvier 1977 nous annonçait déjà un refroidissement à venir dans des temps proches, avec la même insolente certitude que celle qui anime nos détracteurs dans l’autre sens aujourd’hui.


                        • doctorix doctorix 18 janvier 2015 12:19

                          2014 est l’année la plus chaude, par rapport aux anciens records (1998, 2005, 2010).

                          Oui, mais de combien ?

                          Selon le NCDC de la NOAA, « l’année la plus chaude » (de tous les temps comme disent certains), en moyenne, à la surface du globe, aurait été :

                          plus chaude que l’année 2010 d’environ 3 centièmes de degré. 
                          plus chaude que l’année 2005 d’environ 3 centièmes de degré.
                          plus chaude que l’année 1998 d’environ 5 centièmes de degré.

                          selon le GISS de la NASA, « l’année la plus chaude » (« de tous les temps »), en moyenne à la surface du globe, aurait été : 

                          plus chaude que l’année 2010 d’environ UN centième de degré.
                          plus chaude que l’année 2005 d’environ 2 centièmes de degré. 
                          plus chaude que l’année 1998 d’environ 6 centièmes de degré.


                          De fait, on ne saurait mieux illustrer le fait que le globe se trouve, encore et toujours, sur un plateau de température, et ceci au moins, depuis 1998. 

                          A ce rythme, ça va être dur d’atteindre les +2 ou +4°C annoncés pour la fin du siècle...

                          • PELLEN PELLEN 18 janvier 2015 16:32

                            Mon cher doctorix, inutile de préciser que je bois du petit lait en vous lisant, mais ce qu’il y de plus surprenant sur ce blog c’est que, plus les développements et les arguments rationnels s’accumulent dans cette rubrique commentaires, plus la côte de mon discours initial diminue ! Ce qui tendrait à prouver que, à défaut de posséder le matériau rationnel et culturel permettant d’apporter la contradiction, les croisés du « sauvetage de la planète » - pensez donc ! -, probablement très nombreux à fréquenter Agoravox, préfèrent retrouver anonymement leurs coreligionnaires dans la dénégation de principe.

                            Je crains, hélas, que ce que nous observons ici pour la question du climat ne soit que l’illustration d’une tendance générale, dans ce pays où l’on a des opinions, avant d’avoir des connaissances, y compris sur les lois fondamentales de la physique... que d’aucuns n’hésitent plus à soumettre à la question du bien et du mal !

                            André Pellen 

                            • doctorix doctorix 18 janvier 2015 20:51

                              Mon logo, que je me réjouis chaque jour d’avoir choisi, est un étendard dont tout citoyen responsable devrait se réclamer.

                              J’essaye actuellement de publier sur l’attentat de Charlie, à propos d’une preuve solide qu’il s’agit d’un complot d’Etat.
                              L’Etat en question pouvant être soit l’Etat Français, israélien ou américain.
                              Soit plus probablement les trois.
                              Puisque vous êtes rédacteur, allez donc le plusser !!!
                              Merci (mais c’est sans espoir...)

                            • philouie 18 janvier 2015 21:16

                              J’essaye actuellement de publier sur l’attentat de Charlie, à propos d’une preuve solide qu’il s’agit d’un complot d’Etat.
                               
                              dont la presse est un solide relais.


                            • JL JL 18 janvier 2015 21:22

                               @ doctorix,

                              Vous êtes en retard, ce truc a déjà été décortiqué.

                              Par exemple, là : http://wizu.fr/news/21530/la-sc-ne-du-tir-fait-dans-le-sty

                              Au sujet de cette bande, il a été dit que c’était un effet d’optique.

                              Mais cette vidéo pose d’autres questions, très graves en effet, analysées sur un autre fil, notamment par lermontov.

                              Avec mon vote, vous en êtes à 5+ et 5-


                            • philouie 18 janvier 2015 21:33

                              Dans la scène qui suit, posté par lermontov, qui en quelque sorte valide la précédente en montrant de la vrai action, on a l’impression, sur la fin, (et 3s) que le terrain est sous contrôle.


                            • kalachnikov lermontov 18 janvier 2015 22:27

                              @sampiero

                              Tu dis n’importe quoi. Le complotisme a fonctionné dès les premières minutes parce qu’après le 11/09, Boston, etc, une quantité astronomique de gens ne croient plus dans les gouvernements pseudodémocratiques et ne cherchent même plus à l’écouter. Ca signifie que le nombre des Kouachi et des blanc-becs qui rompent avec la super culture occidentale va être multiplié par mille. Les pays occidentaux vont être détruits non par des guerres externes mais par l’anrchie ; et tes gouvernants le savent, n’importe qui de lucide le sait.

                              Pour les deux points que Le pen soulève, ils sont énigmatiques.

                              Et pour le reste, il vend sa came habituelle.

                              Mais l’amalgame que tu cherches à produire, complotisme = lepen = raciste, etc. C’est ridicule, naze et minable. Tu participes pleinement au cancer intestin qui va dévorer le pays. Bravo.


                            • doctorix doctorix 19 janvier 2015 00:41

                              JL, j’ai fait deux impressions d’écran, et je vous assure que la bande noire n’est pas un effet d’optique.

                              Dans les liens de Lermontov, j’ai vu que le quartier aurait été bouclé des 8h30 « pour tourner un film ».
                              Ce qui expliquerait la facilité de manœuvre des voitures en plein Paris à 11 heures.
                              Peut-on confirmer ce point ? C’est trop énorme...


                            • JL JL 19 janvier 2015 08:27

                              doctorix,

                              je ne dis pas que vous avez tort, je dis que cette vidéo livre d’autres indices tout aussi probants sinon plus.

                              Par ailleurs, je conteste l’usage que vous en faites : je ne crois pas que cette vidéo invalide la VO dans se grandes lignes. Je dis que cette vidéo pose la question suivante : qui a fait ce tournage, et surtout pourquoi.

                              Je vous propose une piste : on aura voulu donner une version ’VO’ de la mort de Mohamed Merabat soutenue pat une preuve incontestable. Ou au contraire, mettre l’accent sur cette mort.

                              Voilà. Moi je dis ça, je dis rien.


                            • doctorix doctorix 19 janvier 2015 08:59

                              JL

                              Un peu comme la WW7 qui s’est effondrée sans avoir été touchée, cette vidéo, si elle a été tournée en deux fois (la bande noire) prouverait la mise en scène, et constituerait le maillon faible de la VO.
                              Si le diable est dans les détails (et ce n’est pas qu’un détail) ce sont les détails qu’il nous faut trouver.
                              Le « c’est bon chef », la bande noire , l’absence de mouvement du corps sous l’impact, l’absence de circulation, le trajet bizarre dans la rue verte sont autant de détails qui doivent au moins nous chiffonner.
                              Votre « on » est un bien grand mystère, par ailleurs. Et la preuve effectivement plus que contestable.

                            • JL JL 19 janvier 2015 09:43

                              doctorix,

                               tournée en deux fois ou non, cette vidéo ne peut pas s’insérer logiquement dans la VO, bien qu’il me semble qu’elle l’ait été dans une vidéo plus longue, avec une autre bande son et amputée d’une partie. Ecoutez bien la bande son.

                              Mais je ne vous suivrai pas pour en déduire que c’est le maillon faible de la VO : la vérité n’en sera pas plus accessible. Pour les Sherlock Holmes amateurs qui veulent prendre en compte tous les éléments du pb, il est clair qu’il existe plusieurs possibilités. La question est de disposer de tous les éléments du puzzle, et surtout, de les interpréter correctement.

                              Il existe aujourd’hui trop de fausses pièces du puzzle. Cette vidéo dont vous parlez en est une qui doit être interprétée en tant que telle et jusqu’à preuve du contraire, pas au delà.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès