• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ces Arabes qui n’ont jamais été

Ces Arabes qui n’ont jamais été

L'idée d'attribuer le mot ''les Arabes'' désignant les peuples du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord n'est pas arabe. C'est une invention occidentale et européenne pour être précis. Par simplification et par un total mépris de ces peuples, les médias et intellectuels européens du XXe siècle ont inventé cette affabulation à tous ceux qui parlent arabe. Pour certains, ceux qui n'ont pas une grande culture, ils y mettaient même l'Iran, l'Afghanistan, Les Kurdes et parfois même les Turcs. Pourtant ces mêmes médias et ''intellectuels'' ne qualifient pas de Français tous les peuples qui parlent français. (La Suisse, La Belgique, Le Québec et beaucoup de pays africains...) Pire, ils refusent le même droit de dénomination qui est pourtant légitime pour d'autres pays. Si on prend le Tchad, le Niger, Le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso dont la population parle le Peul ou Fulfulde et qui, ethniquement, est issue de la même branche. Tous ces pays et quelques-uns d'autres pourraient logiquement porter le nom de Peuls. Mais là, nos maîtres occidentaux le refusent par crainte qu'un jour, une idée saugrenue de réunification puisse traverser l'esprit de certains citoyens de cette région.

 

Vous imaginez que l'Égypte et le Soudan sont des pays arabes ? Que la Mauritanie aussi ? C’est hallucinant. C'est une insulte à l'histoire. C'est un énorme contresens au point de vue historique et anthropologique. Non seulement, les colonisateurs ont partagé et divisé les territoires qu’ils avaient sous leur domination comme bon leur semblait, mais aussi, ils ont décidé et ordonné aux petits pions qu’ils ont mis en place de réciter la leçon et de bien la répéter et gare à celui qui ne saura pas obéissant. Il sera renversé par un frère ou un cousin qu’ils ont préparé en embuscade.

Toutes ces peuplades n'ont de commun que la pratique approximative de la langue arabe et de la religion musulmane. Sinon, ils diffèrent en tout point dans leurs histoires et leurs structures sociales et culturelles. La ressemblance physique et de mode de vie entre un Saoudien et un Mauritanien est similaire à celle du même Mauritanien et d'un Mongol.

 

Un petit rappel historique :

 

Les Arabes d’avant et des premiers temps de l’Islam n’étaient pas très nombreux. Quelques tribus autour de La Mecque, ni plus ni moins. D’autre part, ils ne savaient ni lire ni écrire. Les premières transcriptions de la langue arabe étaient réalisées par des juifs. Donc, ne sachant pas lire, ils ne savaient rien du monde. Cependant, il est attesté aujourd’hui que des échanges entre commerçants habitant la péninsule arabique et l’Inde et même jusqu’à la chine ont eu lieu. Mais du côté Ouest, ces échanges étaient limités à la HABASHA (Somalie, Éthiopie, Érythrée) et l’Égypte (Égypte actuelle et Soudan). C’est-à-dire limités à la rive africaine de la mer rouge. Les recherches archéologiques n'ont pourtant jamais trouvé de trace de moyens de transport maritime dans la région de la péninsule arabique comme le fut le cas pour l'Égypte et l'Éthiopie. Cela nous laisse à penser que ce sont bien les Égyptiens et les Habachys qui étaient en charge des traversées commerciales de la mer rouge. Du côté Est, cette tâche incombait aussi aux Perses et aux Indiens. Donc, sans le concours des peuples aux alentours, les Arabes n'auraient jamais pu connaître d'autres terres. Manifestement, ils ne pouvaient pas conquérir le monde à dos de chameaux.

 

Le Mythe des invasions arabes d’islamisation.

 

L’islamisation de l’Afrique du Nord a été réalisée en plusieurs étapes. Les Arabes ne savaient même pas que ces territoires existaient. Dans un premier temps, ils ont conclu un accord de paix et de non-agression avec le roi de la HABASHA (Éthiopie) qui était en délicatesse avec l’Égypte. C’est certainement cette alliance avec ce roi qui a encouragé les Arabes à envahir l’Égypte. En leur offrant des soldats-esclaves et un droit de passage et de protection sur son territoire, le roi de la HABASHA a gagné la partie en ayant à l'Est les Arabes pour amis et au Nord la défaite d'un ennemi de longue date. Les Arabes sont montés depuis le Sud(Éthiopie) vers le Nord(Égypte). Ils n’étaient pas nombreux, ils formaient l'essentiel du commandement, mais la totalité des soldats étaient des esclaves Africains à qui on a promis richesses et affranchissement en cas de succès de la campagne d’islamisation. La technique étant bien rodée par la conquête de l’Égypte, les Arabes l’ont reconduite avec succès pour la Libye et la Tunisie.

 

Une fois installés en Égypte, pour la conquête de la Libye et la Tunisie, ils ont recruté une tribu NUBIENNE du sud, ''BÉNI HILAL'', et ont promu quelques esclaves HABASHYS au rang de subalternes avec les mêmes conditions et promesses (richesses, femmes blanches et affranchissement). Ce qui était réalisé dans un bain de sang au point que la Kahina avait incendié le territoire pour le rendre inhospitalier et sans valeur pour les nouveaux occupants. Donc, la Tunisie et la Libye n’étaient pas vaincues par les Arabes, mais bien par les Nubiens et les Habashys. On en conserve encore des traces dans le dialecte Tunisien. ''HABASH'' veut dire voyou qui ne respecte rien. Les Arabes n’étaient que quelques dizaines tout au plus. Ils tenaient les rôles des maîtres.

 

Les musulmans ont fondé Kairouan, une ville du centre de la Tunisie. Ils se sont installés dans les régions côtières, ils ne sont pas aventurés tout de suite vers l’Ouest, en Algérie et au Maroc. La technique de conquête de nouvelles terres étant éprouvée à deux reprises, la première fois en Égypte grâce aux Habashys et la deuxième fois en Tunisie grâce aux Nubiens. L’adage dit, jamais deux sans trois. Alors les musulmans de Kairouan, pour préparer leur campagne de l’Ouest, ont recruté de force parmi les Berbères de la région qui fournissaient la majorité des effectifs des bataillons. Cette fois, on trouve même des Berbères parmi les chefs. (Tarif ibn Malik, Koceila, Tarek Ibn Ziyad…) Donc en résumé et pour faire simple :

- Conquête de L’Égypte par des mercenaires HABASHYS

- Conquête de La Tunisie (Ifriqyia) par des mercenaires NUBIENS (Béni Hilal)

- La conquête de l'Algérie et du Maroc par des Berbères (NUMIDES).

 

Historiquement, culturellement et même ethniquement, la partie africaine du monde arabe n'est en rien arabe. Le Nord Afrique n’a d’arabe que la langue et l’appellation qui était suggérée par la France et les Occidentaux en général.

 

Il n’y a d’Arabes que les pays de la péninsule arabique (le Yémen, l’Arabe Saoudite, Oman et les E.A.U). L’Irak et alentour sont des Babyloniens. Au nord, La Jordanie, la Palestine, le Liban et la Syrie ce sont des Araméens, Syriaques, Assyriens et Assyro-Chaldéens. Quant à la partie africaine, on peut simplifier en disant que de la Mauritanie jusqu’à la Libye sont des berbères Tamazight. L’Égypte est toujours l’Égypte et le Soudan est Nubien.

 

Les intellectuels et les historiens dits ‘’arabes’’ doivent aujourd’hui sortir de ce piège et replacer leurs pays d’une part, en dessinant de nouvelles frontières qui auraient du sens, et d’autre part en tenant compte de l’environnement réel et des contextes historiques de ces territoires.                                                                                                                     Hamda OUAKEL


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • soi même 21 décembre 2016 16:13

    Vous avez tous à fait raison, les français sont devenues nul pour dire la vérité.


    • Paul Leleu 21 décembre 2016 21:33

      @soi même

      c’est pas les occidentaux, mais les pseudo ’’arabes’’ eux-mêmes qui ont créé et entretenu cette confusion... les peuples d’Afrique du Nord ont endossé cette ’’identité’’ mais pas les peuples de l’Orient (turcs, iraniens, afghans, indonésiens...).

      d’ailleurs, après les indépendances, ces pays ont lancé des politiques agressives l’arabisation de l’école et de la société ... et créé la ligue arabe et le panarabisme.

      accuser les occidentaux de cela est un mensonge inepte.

      au contraire, les colonisateurs français ont misé à fond sur les divisions ethniques pour régner... et embaucher massivement des militaires dans les troupes coloniales et autres harkis, en courtisant les identités ethniques malmenés par l’islamo-arabisme.

      la colonisation européenne a contenu des effets négatifs, mais pas celui-là


    • OMAR 22 décembre 2016 19:10

      Omar9

      @Paul Leleu

      Je reprendrai pour ma pomme, cette affirmation, du penseur Ibn Badis :
      « Le peuple d’Algérie est Musulman et à l’Arabité il est affilié ».

      Autrement dit, les maghrébins sont, en majorité, des musulmans, parlent arabe, (mais aussi d’autres langues et dialectes) ont souvent des noms et prénoms arabes, épicitou !!!!!

      Si, effectivement, des maghrébins sont des descendants d’arabes, on y trouve des Chleuhs, des Tabors, des Amazighs, des Chaouis, des Mozabites, des Terguis, des Sahraouis, des Kourouglis, des Chaâmbas, et bien d’autres ethnies (qu’elles m’excusent pour mes omissions).
      Le seul vocable créé par le colonialisme français a été le mot « kabyle » qui qualifiait les habitants de la grande région ceinturant le Djurdjura et la Soumam.

      Le panarabisme et l’arabisation ont eut des effets pervers et dévastateurs (surtout en Algérie) en ce sens, qu’ils ont voulu se substituer aux langues ancestrales existantes et aussi au français, au lieu d’être un complément, une richesse supplémentaire.


    • Néophyte 7 mars 2017 08:06

      @Paul Leleu 21 décembre 2016 21:33
      Sans pour autant chercher à nier les politiques « d’arabisation » (et leurs conséquences désastreuses) menées par les dirigeants d’Afrique du nord, je me dois de vous faire remarquer, que l’auteur de cet article n’a pas tout à fait tort, lorsqu’il affirme : « L’idée d’attribuer le mot ’’les Arabes’’ désignant les peuples du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord n’est pas arabe. C’est une invention occidentale et européenne pour être précis. Par simplification et par un total mépris de ces peuples, les médias et intellectuels européens du XXe siècle ont inventé cette affabulation à tous ceux qui parlent arabe. »
      Au delà de la propension fréquente chez les civilisations dominantes, à pratiquer l’amalgame et le mépris de la culture des autres, et de la tendance qu’ont eu les Orientalistes à vouloir plaquer sur le Maghreb, une culture arabe orientale fantasmée, il faut se rappeler que les occidentaux sont à l’origine du panislamisme, du panarabisme, et de l’arabo-islamisme (synthèse des deux précédents).
      Comme le rappèle si justement Lahcen OULHAJ, professeur d’économie, Université Mohammed V, Rabat, dans un article intitulé « Propositions pour séculariser la société et normaliser l’islam au Maroc » :
      « .....Ce néo-arabisme, comme chacun sait, a été développé, au 19ème et au début du 20ème siècle, dans les écoles des missions britannique et française au Moyen Orient, dans le but de détruire l’empire Ottoman, dont l’expansion en Europe a été stoppée, aux portes de Vienne, le 11 septembre 1683.
      Les élèves de ces écoles étaient pour l’essentiel des Chrétiens du Moyen-Orient. Leur religion les opposait à l’empire Ottoman, mais leurs concitoyens musulmans ne pouvaient pas s’opposer à l’empire sur une base religieuse. En plus, les maîtres de ces écoles avaient tendance à la sécularisation et à la laïcité à la française. La seule revendication pouvant mobiliser des masses était en fait la question « nationale ». La nation en Europe se définit par la langue. D’où le choix de la langue arabe à opposer à la langue turque. Paradoxalement, cette langue n’unifiait les populations diverses du Moyen Orient qu’en tant que langue de l’Islam. Voilà ce qui explique l’ambiguïté des rapports entre islam et panarabisme dès le départ. Pour les Chrétiens, il était synonyme de socialisme et de laïcité. Pour les musulmans, le panarabisme trouvait en l’islam un grand pilier pour la défense de la langue arabe sacrée et pour opprimer les populations non-arabes minorisées. Pour les musulmans, il s’agissait de renouer avec l’arabisme originel des Omeyyades. C’est d’ailleurs ce qu’avaient compris les britanniques qui ne se faisaient pas d’illusion sur le panarabisme laïco-chrétien qui se constituera, par la suite, en 1941, en parti Baas de Michel Aflaq en Syrie, puis en Irak avec le général Al Bakr et Saddam Hussein, d’ailleurs rejoints par Aflaq dès 1968. (Aflaq est mort à Baghdad, en 1989).
      (.....)
      Le panarabisme laïc introduit par les français et le panarabisme islamique fomenté par les anglais vont être amalgamés sous la conduite du nationalisme expansionniste égyptien, sous la direction d’un Nacer ayant réussi à renverser, en 1952, la monarchie d’origine albanaise. La taille démographique de l’Egypte et sa position géographique lui offrant le contrôle du passage entre la mer méditerranée et la mer rouge en direction de l’océan indien, en plus du transistor (inventé en 1948), de la chanson et du cinéma hérités de l’empire Ottoman, offrent un immense écho aux actes du Raïs dans toute la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. Nacer entendait diriger l’ensemble de ce qu’il appelait la « nation arabe », du Golfe persique –devenu arabique - à l’Atlantique, comme les arabistes aimaient à répéter. Il intervenait partout, au Yémen, en Syrie, au Soudan, en Afrique du Nord, en Syrie, en Palestine. Mais, il n’avait pas les moyens de ses ambitions. Le pétrole donnera les moyens financiers à ses successeurs, autrement plus dangereux, en Libye et en Irak, mais les temps avaient changé et ils ne pouvaient pas avoir la même aura et le même impact sur les cœurs. Toujours, est-il que le nationalisme arabe, avec ses deux formes, islamique et laïc, et les guerres qu’il a provoquées ont transformé toute la région du Moyen Orient en un champ de ruines.... »


    • Victor 21 décembre 2016 16:40


       
      D’ailleurs les arabes ont même changé les patronymes des colonisés berbères (exigence d’Allah pour aller au paradis). Ainsi un colon du mondialisme en ex-France applaudit l’Algérie (province ottomane) alors qu’il ne sait pas qu’il est berbère colonisé ... car on lui a changé son nom d’office ...
       
      Ces arabes des Zemmours avant l’heure ... smiley
       
      Pour la proportion d’arabes/berbères dans le code génétique du Maghreb Bernard Lugan a fait une étude détaillée dans son bouquin « Histoire des Berbères »

       


      • Victor 21 décembre 2016 16:47

        Et évidement Charles Martel a battu des berbères, c.a.d des vandales, c.a.d des germains (qui pourrait croire que les arabes sont capables d’envahir l’Europe avec leurs armes ? smiley)
         
        Non leur technique arabe c’est le ventre de leurs femmes comme a dit Boumedienne


      • MagicBuster 21 décembre 2016 17:14

        @AUTEUR

        1 Dans le dico Larousse, ARABE signifie d’Arabie et de tout pays ou communauté dont la langue est l’arabe.

        2 Selon l’Encyclopædia Britannica : un Arabe est « quelqu’un dont la langue maternelle est l’arabe. »

        3 Encyclopédie Universalis : Les Arabes forment un peuple ou ethnie dont le critère distinctif est l’usage de la langue arabe

        Effectivement cette apparente unité est un vrai bordel .... C’est peu de le dire.


        • houakel houakel 21 décembre 2016 17:31

          @MagicBuster

          Vous ne faites que confirmer ce que j’ai écrit Le mot arabe est une appellation créée par les occidentaux. Le Larousse, et les encyclopédies sont une preuve supplémentaire de ce que je dis. Mais le sujet de l’article veut démonter une fausse histoire. Le Maghreb n’a pas été islamisé par des arabes. Il l’a été par des Habashys et des Nubiens. Donc si mélange a eu lieu, c’est fort probable, ça ne pourra jamais donner des arabes. Le mélange est entre Habashys, Nubiens et Berbères.


        • njama njama 21 décembre 2016 18:07

          @houakel

          ne disait-on pas avant « mahométans » ?


        • francesca2 francesca2 21 décembre 2016 18:17

          @njama


          Maintenant c’est « muzz ».

        • houakel houakel 21 décembre 2016 23:48

          @njama

          C’est plus judicieux. D’ailleurs Voltaire, Lamartine, Hugo... ne parlaient pas de musulmans, ils parlaient de mahométans. Sauf qu’au XX siècle par la suite de la vague de la décolonisation, les Occidentaux ont préféré le mot arabe à celui de mahométan pour sauvegarder les populations arabo-chrétiennes.


        • MagicBuster 22 décembre 2016 11:59

          @houakel
          Vous êtes un crétin .

          Le mot arabe a différentes significations culturelle, linguistique ....
          Vous vous arrêtez sur un sens ... c’est votre problème.

          Si la France vous pose un problème - Vous devriez écrire en arabe ce serait mieux .... idéalement vous devriez publiez dans votre pays aussi.


        • OMAR 22 décembre 2016 19:25

          Omar9

          @njama

          Le vocable « mahométan » est un qualificatif à connotation purement péjorative.
          Il dérive du prénom du Prophète Mohammed qui a été sciemment déformé pour le présenter comme Mahomet...
          Et on qualifiait Nord-Africains de « mahoms », mahométans, paiens, indigènes,, etc, jusqu’à bougnoules, puis, de nos jours "beur, puis rebeu’.
          http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/arabe2.html


        • MagicBuster 21 décembre 2016 17:16

          et Demain — on va apprendre que les maghrébins ne sont pas des africains ???

          Pfffffffff vivement demain ;-D


          • njama njama 21 décembre 2016 17:17

            @ houakel

            Merci pour l’article et toutes ces précisions.
            « arabes » devient ici de plus en plus assez synonyme de « musulmans » ce qui est une imposture même pas intellectuelle, une imposture de gens soit idiots, soit adeptes du choc de civilisations, les premiers bénéficiaires de cette caricature idéologique, bien qu’il soit assez évident que les cultures afghane, persane, arabe, anatolienne, caucasienne, magrébine ... sont assez différentes, aussi différentes que peuvent l’être les cultures grecque, italienne, espagnole, des cultures germaniques ou nordiques (scandinave, finnoise, lapone)


            • Victor 22 décembre 2016 09:46

               
              Oh la belle bien-pensance du perroquet de la médiaprostituée ... du bobo « dit » capitaliste à l’ignare gogocho libéraste !!!
               
               

              De Huntington lire son dernier bouquin « Qui sommes nous ? »
               
              Beaucoup mieux
               
              Huntington avait raison, la chute des idéologies politiques a transformé les conflits en infra nationaux, religieux, culturels et ethniques.
               
              De la guerre Iran-Irak à celle Sunnite-Chiite


            • NEMO Jeussey de Sourcesûre 21 décembre 2016 18:12

              Merci pour cet article.

              La confusion entretenue confond en fait « arabe » et « musulman », et ne prend pas en compte la notion de langue (sauf que la langue arabe est la langue du Coran).
              Le problème, c’est que l’histoire fabiquée est plus résistante que la vraie !
              « Nos ancètres les Gaulois » est un slogan tout aussi farfelu, créé par les idéologues de Napoléon III, mais il a la vie dure.


              • racbel 21 décembre 2016 20:08

                l’Arabe est celui que l’« arabité » domine, même si ses ancêtres ne sont pas Arabes ; par contre, celui qui a abandonné l’arabité n’est pas un Arabe, fût-il descendant d’Arabe


                • houakel houakel 21 décembre 2016 23:13

                  @racbel

                  Votre raisonnement tient la route quand la question concerne l’individu et son choix. Dans ce cas et seulement dans ce cas, vous avez complètement raison.

                  Par contre quand on vous demande votre origine en la devinant par avance pour vous, il n’y a plus de choix qui fasse. Vous êtes tunisien, algérien ou marocain alors vous êtes arabe. C’est dans cette vision que l’article essaye de mettre l’église au milieux du village en disant que je suis peut-être Habashys, Nubien, Berbère ou un mélange de tout ça, mais en aucun cas je ne suis arabe.

                • JBL1960 JBL1960 21 décembre 2016 20:42

                  Très intéressants et justes rappels. Pour avoir lu les traductions en français du livre et articles du Dr. Ashraf Ezzat, notamment sur « L’Égypte antique n’a jamais connu de Pharaons, ni israélites » « Les racines juives de la culture takfirie » « Le Messie Arabe » « Pourquoi il y n’a aucune mention des pyramides d’Égypte dans la Bible » « Jérusalem rien de saint à propos de la ville sainte » que j’ai mentionné en lien dans ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/11/13/un-divin-mensonge-de-plus/ le constat est bien que les mythes ont la vie dure...

                  Comme disait le philosophe peu connu Jean-Marie Bigard : c’est au pied du mur, qu’on voit le mieux, le mur ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/10/23/au-pied-du-mur/

                  La théorie du Détroit de Béring, prévaut encore aujourd’hui, alors qu’on à « découvert » que c’était surtout la théorie de la connerie ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/11/12/la-theorie-de-la-connerie/ Mais c’est normal, elle est MADE IN USA celle-ci, donc Indispensable et Exceptionnelle...


                  • baleti baleti 21 décembre 2016 20:58

                    les peuple de l’Afrique du nord sont arabes, comme les peuple d’Europe du sud sont latin.

                    L’arabe littéraire, d’Arabie, n’est pas parler en Afrique du nord, chaque région a bidouiller son arabe, comme chaque région d’ Europe on bidouiller sont latin.

                    Les peuple d’Afrique du nord, on adopter l’arabe (langue vivante), contre leur dialecte (langue morte).

                    De nos jours les seuls peuplade d’Afrique du nord qui continue a parler le berbère,ils sont obliger de remplis leur langage d’arabe et de français, pour avoir une discussion, sans les mains.
                    C’est une des raisons qui a fait que l’arabe a été adopter,. La religion musulmane, en a été une autre cause, qui peut êtres la principal.

                    C’est comme les catalans en Espagne, bien obliger de remplir leur vocabulaire d’espagnol (de latin)

                    Si tous ses peuplades, sont appeler des arabes, même si c’est pas vrai,ils en sont responsable, par le choix de cette langue.

                    • eric 21 décembre 2016 23:09

                      Ouai, c’est un peu pareil pour tous les envahisseurs barbares nomades. Les Huns, les tatar, les mongols, and co. Un type fédère quelques tribus, des peuplades s’agrègent au fur et à mesure, au hasard d’une grande peste ( pour les arabes, celle de Justinien) et ou d’un dérèglement climatique ou les deux, qui bouleverse les puissances en place, ils se taillent un empire en profitant du vide, les successeurs se partagent le butin et se bagarrent entre eux, s’ensuit une succession de déclin de pillage, en particulier sur les chrétiens, imposés à mort, de guerres civiles. Au bout d’un moment, les turques vinrent mettre un peu d’ordre dans tous cela.

                      Intérêt civilisationnel pour l’occident ? Minimum. Les plus frénétiques défenseurs de la « civilisation » arabe, essayent de nous vendre le fait qu’ils nous auraient refilé la culture Romaine...
                      Comme si il ne savaient pas que les traités médicaux arabes furent rédigé par des chrétiens sur la base des textes grecs, et comme si les occidentaux n’avaient pas plus de facilités dans l’accès aux grec et au Latin qu’à l’Arabe.

                      Alors on dit arabe par facilité. Mais en pratique, un type, un grec ? ( Hérodote, Xénophon, (?) dit un jour, « chaque année, nous envoyons des bateaux pour vous rencontrer, vous étudier, apprendre de vous de vos langue de vos civilisations....où sont vos bateaux à vous. On en est là. L’occident, civilisateur en sait plus sur ces mondes qu’ils n’en savent eux même.

                      Le monde »arabo musulamn" vit encore sur des textes, le Coran, les expéditions du prophète, ou la méconnaissance de l’autre est limite dramatique, songez à ce que Mohamed, et à sa suite les arabes, comprend de la trinité par exemple, alors qu’il a quand même des chrétiens sous les yeux.

                      Mais il y aussi tellement de points communs entre tous ces gens dont vous nous expliquez savamment les nuances. Presque tous en ce moment, s’entretuent au nom de l’islam en clamant la responsabilité du reste du monde, oppriment leurs peuples, pratiquent corruption cruauté à tous va, s’enfonce globalement dans la violence et le sous développement sauf quand ils ont sous les pieds du pétrole que les occidentaux savent faire sortir.

                      Avant, il y avait en gros l’occident et le tiers monde plus ou moins colonisé. Aujourd’hui, il y les pays musulmans, pour beaucoup arabes et le reste du monde.

                      Les premiers ne nous apportent pas grand chose, contrairement à la plupart des autres ex colonisés. Et c’est la preuve que la lointaine colonisation n’y est pour rien. Je ne vois pas, hormis comprendre pourquoi ils posent des bombes un peu partout et en particulier chez eux, pourquoi les occidentaux néophytes devraient s’intéresser à ce qu’ils sont ou pas ?

                      Soyez utile au monde, on verra a vous étudier plus en détail..Ou pas...


                      • Thami BOUHMOUCH Thami BOUHMOUCH 21 décembre 2016 23:13

                        Si les Irakiens d’aujourd’hui sont des Babyloniens, alors les habitants actuels de France sont des Gaulois... Raisonnement absurde !


                        • houakel houakel 21 décembre 2016 23:28

                          @Thami BOUHMOUCH

                          Par quel miracle ils ne le seraient plus et par quel autre miracle ils seraient devenus arabes ?


                        • cathy cathy 22 décembre 2016 01:23

                          @houakel
                          Tout le Maghreb et le machrek sont devenus arabes parce que l’on a imposé cette langue avec le panarabisme (l’Europe et l’Arabie des Saoud), la langue du coran. La supercherie commence vraiment à se voir. Dans notre histoire européenne, nous n’avons aucune trace des mahométans, alors que nous avons toujours eu des liens avec l’Afrique. C’est Voltaire qui en parle le premier.


                        • franc 22 décembre 2016 04:06
                          Effectivement les irakiens ,les syriens ,les palestiniens, les maghrébins de souche ne sont pas des arabes ,ils ont été colonisés par les arabes par l’intermédiaire du coran de langue arabe et prétendu langue d’Allah qui oblige par là l’adoption de la langue arabe en m^me temps que les mœurs arabes en obéissant et se soumettent aux préceptes du coran qui contient l’expression des comportements ,les mœurs des arabes ; l’arabisation s’est opérée par l’islamisation laquelle est une coranisation des mœurs arabes .
                           
                          Bref en résumé ,la colonisation arabe au quotidien se fait par l’imposition du coran comme Livre prétendant contenir les paroles d’Allah ayant valeur de décrets divins ,autrement dit par l’islamisation ;
                           
                          La décolonisation vis à vis des arabes ne peut donc se faire que par la désislamisation et la décoranisation ,autrement dit par le rejet de l’islam en l’interdiction du coran . 

                          • QAmonBra QAmonBra 22 décembre 2016 04:25

                            Merci @ houakel pour le partage.

                            Factuellement, de nos jours, être arabe n’est pas, n’est plus, une affiliation génétique ou ethnique, est arabe celui ou celle qui parle, écrit, pense et rêve en langue arabe, qu’il ait la peau et les yeux clairs d’un circassien de Syrie ou sombres d’un nouba du Soudan.

                            Être arabe est une appartenance linguistique, culturelle, historique et religieuse, car l’arabe n’est pas seulement la langue du Coran, elle est aussi, à l’exception des coptes d’Égypte, la langue liturgique du christianisme arabe, un des plus anciens au monde, car on parlait déjà arabe au moyen orient avant la venue de l’Islam.

                            Ne cessant de s’enrichir et d’évoluer depuis près de 15 siècles, l’arabe est une des plus anciennes langues vivantes de l’humanité.
                            Avec l’araméen et l’hébreu cette langue constitue également une des trois langues sacrées du monothéisme.

                            Seule ou avec d’autres, la langue arabe est la langue officielle de 25 pays, soit 430 millions de personnes à ce jour, son espace linguistique est globalement le 6ème en importance, il suit l’espagnol, précède le portugais et son espace géographique est de 13,3 millions de km², soit 3 fois la superficie de l’U.E.

                            En sa qualité de langue sacrée du Coran, elle est aussi la langue vernaculaire des musulmans de la planète, soit près de 1,62 Milliards d’individus.

                            Ayant un grand passé, la langue arabe, donc la culture arabe, a un avenir tout aussi grand . . .


                            • franc 22 décembre 2016 11:28
                              @QAmonBra
                              -
                              euh je ne pense pas qu’un scandinave ou chinois qui parle arabe est un arabe ,et ce même s’il descend d’une longue famille habitant l’Arabie depuis de s millénaires.

                            • QAmonBra QAmonBra 22 décembre 2016 15:05

                              @franc

                              A moins d’avoir encore une vision strictement génétique, pour ne pas dire raciale, (comme pour les chiens) des différence physiques de l’espèce humaine et digne du XIX siècle, si ledit scandinave d’origine parle, écrit, pense et rêve en langue arabe, il est arabe quand bien même il serait un Alien de la constellation d’Orion.

                              Aujourd’hui, en ce début du XXI siècle et du 3ème millénaire chrétien, à l’ère de la circulation subsonique des humains, de leurs idées et leurs biens à la vitesse électronique, être arabe est une appartenance linguistique, donc culturelle car la langue est l’expression de toute culture.

                              Grâce à l’Islam, l’arabe n’est plus la langue exclusive de son ethnie originelle.

                              J’espère pour vous que vous en êtes pas encore au stade de Baldur von Schirach, car vous vous prépareriez de graves désillusions !


                            • franc 22 décembre 2016 18:46
                              @QAmonBra
                               je ne vois pas comment les différences physiques naturelles ne proviennent pas de la génétique ou de la biologie ,à moins d e créer ces différence physiques naturelles par la magie.

                               euh permettez moi de ne pas être d’accord avec vous quand vous dites « si ledit scandinave d’origine parle, écrit, pense et rêve en langue arabe, il est arabe quand bien même il serait un Alien de la constellation d’Orion » ,non un tel scandinave garde les traits physiques d’un corps scandinave et est un scandinave ethniquement ,que vous le vouliez ou pas ,que cela vous plaise ou pas .

                              Vous confondez en amalgamant l’appartenance linguistique et l’appartenance ethnique en prétendant effacer par votre volonté seule et votre pensée abstraite individuelle d’un trait de plume l’existence de la génétique et de la biologie naturelle et tout réduire à la seule culture ,j’ai bien peur que vous ne soyez dans l’illusion et l’imagination trompeuse et que vous vous prépariez pour le coup et en retour à de graves désillusions face au principe de réalité qui vous frappera comme un coup poing en boomerang ,et il n’ y aura pas beaucoup d e personne pour vous suivre sur cette opinion .

                              Vous avez beau crier sur tous les toits et écrire sur tous les murs du monde qu’un gaulois est un arabe ,qu’un germain est un arabe ,qu’un slave est un arabe ,qu’un indien est un arabe ,qu’un anglo-saxon est un arabe ,qu’un noir africain est un arabe ,qu’un latin est un arabe ,qu’un chinois est un arabe sous prétexte et du seul fait qu’il parle arabe ,personne ne vous croira sauf quelques individus névrosés pervers fanatiques par un gonflement du cancer de l’égo ,mais plutôt les gens diront que ce sont des cinglés ,et même vous même au fond de vous même vous ne croyez pas à ce que vous dites .
                              La preuve est que vous vous contredisez vous même en disant je vous cite que « grâce à l’Islam, l’arabe n’est plus la langue exclusive de son ethnie originelle. » , par là vous reconnaissez l’existence d’ethnie originelle et l’existence d’ethnies différentes même dans une langue commune.
                              -
                               et ce n’est pas en taxant tout ce qui n’est pas d’accord avec vous sur ce sujet de la race ou de l’ethnie que cela change en quoi que ce soit sur la vérité et sur la réalité .La vérité est fondée sur la raison seule en la méthode expérimentale et la méthode mathématique axiomatique dans un esprit cartésien .
                              -
                               La désillusion vient à ceux qui n’acceptent pas et n’admettent pas la réalité et vivent dans le mensonge ,et le mensonge le plus grave ,le mensonge intérieur.




                            • houakel houakel 22 décembre 2016 19:08

                              @QAmonBra

                              Vous ne semblez pas lire les commentaires précédents. Si c’est le cas, cela peu dénoter un manque de respect pour les lecteurs autant avisés que vous. 


                              Vous dites :’’si ledit scandinave d’origine parle, écrit, pense et rêve en langue arabe, il est arabe quand bien même il serait un Alien de la constellation d’Orion.’’
                              Pouvez-vous remplacez respectivement Suédois par Argentin ou Québécois et Arabe par Espagnol ou Français ?


                              Voyez-vous que les théorie simpliste s’écroule au moindre souffle.

                            • Yacine Yacine 22 décembre 2016 05:34

                              Le mépris total envers ces peuples vient de vous, qui nous croyez assez idiots pour attribuer notre sentiment identitaire à un bricolage idéologique du XXème siècle (on croit rêver) de surcroît inventé par... l’Occident (sans doute pour flatter nos relents complotistes, syndrome arabe s’il en est, et rendre plus sympathique votre thèse à nos yeux). Présenté à des étrangers, votre iconoclasme identitaire n’en est que davantage insultant pour les premiers concernés. 


                              Pour prendre le cas de mon pays, l’Algérie (pour lequel ce débat se pose plus qu’ailleurs dans certains milieux), je ferais remarquer que le sentiment d’être arabe a pré-existé au sentiment d’être algérien car avant que la nation algérienne ne naisse de l’expérience coloniale, nous nous disions avant tout « 3rab », arabes (je ne parle pas des groupes berbères). Ce qui explique pourquoi les anciennes générations utilisent plus spontanément le terme ’arbi que jazaïri. Votre thèse est complètement faussée et délirante que l’on se base sur les témoignages (au sens large du terme) des populations concernées ou sur les témoignages occidentaux qui n’ont pas attendus le XXème pour désigner tout ce beau monde comme étant « arabe » (vous lisez bien peu les chroniques orientalistes apparemment). 

                              Cela vaut pour les autres pays de la région. 

                              Prenons quelques exemples qui me passent par la tête (bien que j’ai l’impression de devoir prouver que le soleil est jaune) : comment se fait-il qu’Ibn Khaldun au XIVème siècle intoduit son Kitab Al Ibar par « le Maghreb de nos jours est composé de deux ethnies : les Berbères et les Arabes » ? Idem pour des chroniqueurs plus anciens. Comment se fait-il que les turcs nous appelaient arabes (preuve : correspondance d’Ahmed Bey du constantinois avec le calife) ? Comment se fait-il que l’Emir Abdelkader parle de ses compatriotes principalement en termes d’arabes (si ce n’est musulmans) ? Comment se fait-il que les kabyles parlaient de « tanmurth laaraven » (terre arabe) pour parler des premiers territoires arabophones aux flancs de leurs montagnes ? Comment se fait-il que ma chanson préférée, « Galou laâ’rab Galou », poème du XVIIIème siècle mise en musique dans la tradition malouf, ne connaisse que le mot arabe pour désigner les habitants de Constantine ?

                              Pour finir, que me conseillez-vous de répondre à mon arrière grand-mère quand elle me dit « weldi, lazem tkoun ’arbi hour ! » pour m’inciter à ne pas oublier mes racines ? Et je peux vous assurer que ma pauvre aïeule n’a été sous l’influence d’aucune idéologie.

                              PS : je constate que vous devez également revoir vos repères chronologiques. Parler de Banu Hilal à l’époque des conquêtes islamiques (et en faire des nubiens), c’est ne pas savoir de quoi on parle. 

                              • baleti baleti 22 décembre 2016 10:42

                                @Yacine


                                Ma grand mère disais, « il se nome arabe, mais ils n’ont rien d’arabes » quand elle voulais parler des gens malhonnête . Elle parlais d’arabes, en pensant a musulman.
                                J’avais lu la thèse d’un historien, qui disais, qu’au Maroc il y avais 2% d’arabes, en Algérie 4% et en Tunisie 6%. En parlant de la Libye, et de l’Egypte, il disais que les arabes y étais beaucoup plus nombreux. Plus on se rapproche de la péninsule Arabic, plus il y a ’arabes de souche.

                                L’auteur nous a déjà proposer ses idées anti religions, avec celui la, il nous démontre qu’il a un problème identitaire avant tous. Se que beaucoup de gens,comme lui, avec leur discourt de colonisation des arabes et des musulman en particulier, ne donne jamais les raison qui on fait que ses peuple, numide dans notre cas, « on été soumis » si facilement.
                                Quand on pense que depuis des milliers d’année, ses peuplade n’on jamais été coloniser par les arme, les carthageniens, les romain, les vandales, et j’en passe, se sont cassé les dent sur ses peuple. 
                                Comment une poigner de bedoin, a pu conquérir ses peuples,qui ont de grande capacité guerriers, en n’un rien de temps, et sans vraiment beaucoup de victime ?

                                Pourquoi, ses peuplades, n’auraient pas été séduit par l’islam. ?
                                 Etant d’un patelin, en Algérie, qui a accepter le judaïsme, le christianisme,, et après l’islam, a tour de rôle,ou st augustin, et tarik ibn ziad, étaiens les natifs, de fervent défenseur du monothéisme, 
                                pourquoi ses peuplade, aurai t’ils pas, invité l’islam et les arabes. ?
                                ils en serai encore plus facile de comprendre, pourquoi les berbères, se nome arabes,qui veut aussi dire musulman. Et aussi de comprendre que les anti arabe, sont les anti islam, encore de nos jours.

                                Le refus de se nommer arabe, est seulement un désir de pas se reconnaitre dans l’islam.

                              • covadonga*722 covadonga*722 22 décembre 2016 18:50

                                @baleti
                                Le refus de se nommer arabe, est seulement un désir de pas se reconnaitre dans l’islam.


                                bonjour , pourriez vous m’aider a comprendre votre phrase .
                                est ce qu’elle veut dire ?
                                1/si on est arabe on est obligatoirement musulman
                                2/ si on est musulman on est obligatoirement arabe .



                              • baleti baleti 22 décembre 2016 20:18

                                @covadonga*722


                                1/si on est arabe on est obligatoirement musulman
                                2/ si on est musulman on est obligatoirement arabe .


                                NI l’un ni l’autre, te connaissant, tu a répondue, sans vraiment chercher a comprendre, presser de a trouver du tordue.
                                Demande a l’auteur, il va t’expliquer.

                              • covadonga*722 covadonga*722 22 décembre 2016 20:35

                                @baleti
                                 bon comme vous ne me donnez pas de réponse je dois me débrouiller avec ce que je sais, mais je me demande si votre phrase ne serait pas un peu raciste .

                                Car a ce que je sache tout les arabes ne sont pas musulmans et je me suis laisser dire que la plus grande nation musulmane n’était pas arabe.

                              • baleti baleti 22 décembre 2016 21:39

                                @covadonga*722


                                Certain berbère du Maghreb, ne veulent pas se nommer arabe, en général c’est ceux qui ne veulent pas se reconnaître dans l’islam. Qu’on le veille ou non, l’islam est lier au arabe.Beaucoup d’intellectuel d’Afrique du nord, se servent de cet argument, (que les berbère ne sont pas arabe), pour se démarquer de l’islam.
                                Je vais pas te dire aussi a qui j’adressais, cette phase .

                                Un musulman n’est pas forcement, arabe, comme un arabe n’est pas forcement musulman.c’est claire.

                                Je parlais avec un ami tous a l’heure,je lui disais, qu’on ne pouvait vivre avec les gens, si on regarde ses défauts. Regarder le bon coté des autres, t’aide a oublier se défaut, un dériver de la définition de la tolérance.

                              • Rincevent Rincevent 22 décembre 2016 23:38

                                @covadonga*722

                                Exact, c’est l’Indonésie : 250 millions d’habitants dont 87,2 % de musulmans. L’ignorance de certains n’a d’égal que leur bêtise…


                              • Yacine Yacine 23 décembre 2016 00:28

                                @covadonga*722 L’islam n’est pas qu’une religion, c’est aussi une culture. En tant que non-musulman porté à jeter un regard profane sur celui-ci, vous ne devriez pas avoir de mal à le comprendre. 


                                Chez l’arabe, qui se dit et se sent comme tel à l’image de ses aïeux, l’islam est consubstantiel. Il est dans la langue, dans la physionomie mentale, dans le sens de l’histoire. Bref, partout.

                                Un esprit laïque, complexé vis à vis de l’islam qui le frustre dans son rapport à la modernité, ne peut plus supporter que celui-ci envahisse tous les aspects de sa culture et ne peut pas admettre qu’il en soit la source originelle. Il cherchera donc à se reconnaître nominalement dans d’autres formes culturelles locales fussent-elles mortes (on se dira ainsi numide ou phénicien). Je dis bien nominalement car en fin de compte, ces individus sont occidentaux modernes (ce n’est pas un drame) de par leur esprit et les mécanismes mentaux qu’ils usent pour traiter d’histoire et d’identité. 

                                On constate également chez celui qui ne veut plus se dire arabe et qui s’acharne à le prouver, un systématique mépris de l’Arabie. Ce n’est pas nouveau. Au IXème siècle déjà, un mouvement d’élites perses anti-arabes, celui des « shu’ubiya », avait pour loisir de dénigrer les Arabes en les ramenant à leurs origines bédouines et incultes. L’homme de lettres Al Jahiz (776-867) a été très lucide à leur égard : 

                                « En fin de compte, la masse de ceux qui sont sceptiques à l’égard de l’islam ont été inspirés par les idées de la shu’ubiyya. Une polémique qui dure tourne au conflit. Si un homme déteste une chose, il déteste celui qui la possède, ou lui est associé. S’il déteste la langue arabe, il déteste la péninsule arabe, et s’il déteste la péninsule, il aime quiconque la déteste. Les choses ne font donc qu’empirer pour lui, jusqu’à ce qu’il renie l’islam du fait que ce sont les Arabes qui l’ont véhiculé ». Cf. Article « Shu’ubiya » dans Encyclopédie de l’Islam. 

                                C’est ce que l’on constate, jusque dans la trame, chez les « néo-shu’ubiya » d’aujourd’hui, bien que cela se comprenne dans un contexte très différent voire opposé. 

                              • covadonga*722 covadonga*722 23 décembre 2016 07:12

                                @Yacine
                                 bonjour Yacine je ne me questionne pas sur un problème entre arabe musulman et arabe laiciste

                                décidant de nier les différents éléments de sa culture dont toute religion est consubstantielle .C’est la 
                                un problème que nous connaissons ici en occident , personnellement je suis pour que la religion 
                                interfère a minima dans la sphère publique, néanmoins comme occidental comme français je ne méconnais pas ce que la religion chrétienne sous-tend dans mon discours moral« le bien le mal » et ma perception de l’histoire de mon pays. J’interpellais Baleti qui nous abreuve journellement 
                                 d’ admonestation anti raciste et de reproche colonialiste .Je suis désolé mais sa phrase :
                                « Le refus de se nommer arabe, est seulement un désir de pas se reconnaitre dans l’islam. »
                                laisse clairement entendre que tout arabe est musulman ce qui est meme c’est le cas de la majorité est faux .
                                Et surtout que tout musulman est arabe ce qui la encore est faux , votre oumma est constituée pour une bonne part« bientot la majorité » de non arabe.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès