Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ces Pauvres « restaurateurs »… On va tous pleurer !

Ces Pauvres « restaurateurs »… On va tous pleurer !

Vite ! Vite ! La cellule psychologique pour soutenir ces nouveaux pauvres qui se sont pourtant cassés la nénette afin de s’améliorer, de se mettre aux gouts de la nouvelle clientèle, de trouver de nouveaux produits, d’ajuster les prix ; bref, de se remettre en question de fond en comble année après année…

Ouais, ça c’est du fantasme en barquette de 12 !

 

Les « restaurateurs » français, en fait, les réchauffeurs de plats surgelés, les préparateurs de « cuisine d’assemblage », les tournicotons du micro-onde ne font plus de bonnes affaires, mêmes les touristes Martiens délaissent leurs cantines sentant bons le graillons, les rogatons et vieilles chaussettes concoctés par l’industrie alimentaire mon cher Watson !

Je suis en Albanie, sans comparaison avec l’infâme bouffe servie en France dans + de 80 % des restos. Dans ce petit pays des Balkans les produits sont frais, simples, bons et sans chichi. C’est un croisement de cuisine Italienne et un peu de Grec, de Slave. Lorsque je sors de table je n’ai pas l’impression d’avoir été une poire croisée avec un pigeon. Dire qu’aujourd’hui j’assume d’écrire que l’on mange mieux en Albanie qu’en France va faire bondir + d’un… Et pourtant. Depuis tant d’années les producteurs se sont vendus à la grande distribution, ce qui a donné à 5 centrales d’achats un pouvoir sans partage. Il a donc fallu devenir inventif et faire pousser des « choses » low cost. Des tomates pleines de flotte, des carottes au gout indéfinissable, des patates blafardes et de la viande indistincte question gout. Tout ça mitonné dans des usines à bouffe et envoyé de bon matin dans 80% de ce qui s’appelle un restaurant. Ca a l’avantage d’éliminer « LE CHEF », ce mec caractériel qui pour un oui ou pour un non rend son tablier en plein service du samedi soir. Plus besoin de faire le marché dès l’aube, les légumes sont sous vide, conditionnés et prédécoupés par des gamins de moins de 14 ans en Chine ou ailleurs. Les « plats » sont livrés en cartons de 10, et ya plus qu’à. Faire décongelé le magret de Canard à l’ancienne ou le saumon matelote ; un bout de persil frais (c’est la loi), et en avant, chaud devant, d’une chose décongelée, et ben, t’as un plat régional de notre terroir à nous à nous, mijoté avec amour, gloire et beauté. Sauf que… Les gens, les clients voyagent et voient ce qu’il se fait dans des pays limitrophes tels que La Suisse (où on y bouffe très bien, avec un accueil impeccable), en Belgique et le sens festif de ces bons vieux belges sans façon, bonne franquette, ne parlons pas de l’Espagne avec ses supers restos et ses produits délicieux, ses tapas et enfin l’Italie… Je viens de la traverser du nord au sud. Un plat de spaghettis, une tranche de Prociutto, une tomate du jardin, un bout de Parmesan ; ah, re-ahhhhhhhhh ! Et le sourire et la grappa offerte. Enterrés les cuistres-cuistots franchouilles, leur arrogance, leurs étoiles au Michelin et des coups de pieds au cul qui se perdent !

Donc, ya plus de client. Titre le Nouvel Obs. : Mois de juillet "catastrophique" pour les restaurateurs.

« Les restaurateurs s'inquiètent d'une baisse de fréquentation record de plus de 13% au mois de juillet par rapport à 2012 et lancent une campagne contre le relèvement du taux de TVA de 7% à 10% prévu par le gouvernement en 2014. » 

Est-ce possible d’être plus bête ? C’est la TVA qui les tue les povres ! Pas leur tambouille dégueulasse, mais la TVAAAAAA ma bonne dame McDonald ! Il suffira donc de baisser de 3 points et hop, magique, et c’est Bocuse à tous les étages.

« La situation n'a jamais été aussi catastrophique, nos entreprises accusent une diminution inédite de leur chiffre d'affaires et les résultats de ces quatre dernières semaines nous font craindre le pire, notamment pour l'emploi », écrit Michel Morin, président du SNRTC, dans un communiqué. 

 

Et allons y, ah ! l’emploi… Sous payé, n’arrivent même plus à recruter du personnel, faut voir comme ils sont logés les saisonniers, en + doivent payer leur repas, faire des horaires bancales qui les occupent de 9 heures du matin, à 1 heure du matin et souvent passer la serpillière sans heures supplémentaires. Je ne parle pas des abus en actes et paroles de ces faiseurs de mauvaises soupes avec le personnel féminin, souvent très jeune qui doit entendre les plaisanteries salaces du « patron ». Franchement qui a envie de se coltiner une des pires clientèles au monde, radine, pour un salaire au Smic, et dans une ambiance de travail à chier ? D’accord, sont pas tous comme ça, heureusement, y’en a encore qui servent de la vraie cuisine, à des prix abordables. Mais, Il faut maintenant se refiler les bonnes adresses comme des conspirateurs, car, c’est rare en ce pays un restaurant qui ne sert pas du Leader Price, concocté à la Jean-Pierre manges moi l’Coffe sur la commode !

Sont vraiment sans aucune fierté ces gens là, toujours à pleurnicher au lieu de se retrousser les manches, d’aller le matin acheter des produits frais à Rungis, ou faire travailler les petits maraichers, de faire les pluches, de vraiment cuisiner, de servir des plats que nous les clients ne pourrions pas faire à la maison, de penser à l’amabilité, la gentillesse (et oui, c’est parfois pénible d’être au service des autres, mais à chacun ses inconvénients professionnels), et enfin, de se dire que pour 20 euros, un client devrait pouvoir avoir la satisfaction d’un repas complet, la panse repue et le sourire aux lèvres. 

Et si vous osez émettre la moindre critique, je veux dire de celle qui est constructive « ma crème brulée est vraiment-vraiment brulée , pourriez vous la changer ? » Alors là attention ! Le restaurateur est prêt à en découdre, tout en vous balançant « si vous n’êtes pas content, allez voir ailleurs !!! »… C’est ce que je fais depuis des années, ne pas lâcher un fifrelin à ces gâtes sauces, alors, que modestement, chez moi, dans ma kitchen, je me débrouille très bien. Ouais, quelle me dit merci ma chérie !

 

Cela fait des années que la poule aux œufs d’or est en train de se tarir ( ? ok, une poule qui se tarie, d’accord ???) .

Les étrangers ne sont pas fous, et savent bien que les restos français servent une cuisine de cantine, sauf si vous pouvez assumer une addition de 100 euros par personne et +, là, vous touchez dans le haut du panier de la gastronomie et je le confirme, à ces prix là, ce qui est dans l’assiette est une magie des papilles. Pour le tout venant, mais dans ce pays c’est la règle depuis toujours, le mépris abyssale du « tout venant », et bien c’est bouffe insipide, plein d’eau, sans couleur, sans odeur, sans saveur ; c’est entre le dégueulis et la chiasse, à vous de voir. Les étrangers sont aussi nombreux à visiter notre pays qu’auparavant , mais ils ne dépensent plus de la même manière. Soit, ils font le plein de la glacière avant de partir, soit, ils vont au supermarché et mangent sur le bord de la route. Le touriste reste peu de temps, voit ce qu’il y a à voir, puis traverse le pays et va dépenser ses sous au sud de l’Europe. J’ai vu de mes yeux il y a 15 jours en Italie des restaurants le midi et le soir plein à craquer de touristes en train de se régaler… Alors que plus haut en France, ils sont désert ces restos ? Ké passa ? Il y a dans la question la réponse non ? C’est pas une question de crise financière banane, on a toujours un billet de 20 qui traine au fond des poches ; C’est une question de qualité des plats, de qualité du service, de qualité de la propreté des toilettes, de la qualité de la décoration et enfin, un peu, de la qualité de l’addition… Ouais y’a du boulot Emile !

 

Nous avons vécu dans un pays de cocagne. Souvenez vous y’a pas si longtemps, nous pouvions nous arrêter sur le bord de route dans n’importe quel petit boui-boui, et s’en mettre plein la cloche pour 3 francs, 6 sous… Puis, le Jacques Borel est arrivé avec ses cantines de merde de bord d’autoroute, puis MC Do (France = 1er marché mondial hors USA), puis, les surgelés, puis, les hypermarchés (France + grand nombre de grandes surfaces par habitant au monde)… Une population en coupe réglée qui boulotte pour une mafia de la boustifaille d’infamie, mais qui rapporte énorme, en + bien souvent les bénéficiaires de ce holdup des estomacs ne payent pas d’impôts en France, sont peinards en Suisse... Mais le peuple est con de faire la queue tous les samedi pour enrichir ces familles d’improductifs… Fatalitas et conneritas quand tu nous tiennas !!!

Les problèmes d’obésité, de santé, et aussi de bien être… Aux chiottes la qualité de vie, la convivialité ! Pour en finir avec ce triste tableau, nous avions les vins… Ben il a fallu que les mecs de Bordeaux trafiquent le pinard, le coupe, ou mettent des mauvaises étiquettes sur des jajas ce qui a fait perdre beaucoup de prestige au pays… Que ce soit les restaurateurs, les industriels, les viticulteurs ; tous, dans le même sac et hop, dans la fosse septique.

 

Quant à moi, encore ce soir je vais me régaler une fois de + de la bonne cuisine Albanaise dans la ville de Vlorë, j’aurais une pensée pour vous, « mes frères » « mes sœurs » sachant que vous êtes restés au pays et devez bâfrer la tambouille à Findus  ; Findus, à cheval sur la qualité, bordel !

 

Georges Zeter/Aout 2013

 

Ya pas que des idiots qui lisent le Nouvel Obs. ; Voici le copier/collé d’un internaute.

Clement sot a posté le 5-08-2013 à 17:29

95% de la "profession" sont des réchauffeurs de surgelés. Le métier, c'est entre le client et la barquette. Ca commence à se savoir. CQFD. Si le gouvernement voulait faire quelque chose d'intelligent pour une fois, il mettrait une TVA à 5% pour les produits frais, à 15% pour de la transformation et à 25% pour les réchauffeurs de barquettes et junk food. Et l'obligation d’étiquetage.

http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130805.REU9749/mois-de-juillet-catastrophique-pour-les-restaurateurs.html


Les réactions les plus appréciées

  • mic0741 (---.---.---.67) 6 août 2013 11:40
    mic0741

    En plus ils font du chantage à l’emploi, alors que dans tous les médias, on nous dit que la profession n’arrive pas à recruter. Cherchez l’erreur !

  • HELIOS (---.---.---.4) 6 août 2013 13:10
    HELIOS

    ... ce n’est pas qu’un probleme de tiroir caisse, c’est aussi un probleme de competence.

    Qui embauche maintenant un vrai cuistot, un vrai boulanger, un vrai boucher ?

    PERSONNE.

    Tous ceux qui bossent sont des « EMPLOYES » payés au minimum, puisqu’ils sont specialistes de rien.. et du coup, il faut suivre le mode d’emploi indiqué au dos du paquet, du sachet ou du carton.

    Ce qui est vrai PARTOUT est vrai aussi dans la restauration.

    Tentez de trouver un vrai mecano dans un garage (a part le vieux qui fait les vehicules de luxe, au fond) ou même un banquier dans une banque est impossible, il n’y a plus que des employes... et on commence a avoir peur quand on regarde qui entretient les centrales nucleaires ou qui vous enleve l’apendice. Tous ces gens là, sans notice, ou sans que l’ordinateur valide quand ils font envoi, ne savent plus rien faire d’autre.

    Le temps ou le smic etait un salaire plancher pour ceux qui ne savent rien faire, maintenant c’est devenu le salaire cible de l’employé... qui ne sait evidement rien faire et qui sera vidé de sa boite le jour où il la ramenera, ayant constaté un disfonctionnement grace a son experience. Il devra changer de boulot pour etre « debutant » un peu comme il y a 60 ans dans l’armée.

    La restauration a le même probleme, il n’y a plus de restaurateur, il n’y a plus de chef, de commis, de cuistot, même plus de plongeur, il est obligé de compter les doses du lave vaiselle indiquées sur la boite....

    Alors, dans ce contexte, comment voulez vous que tout cela fonctionne et qu’on puisse manger correctement au restaurant ??? surtout que le pauvre type, petit restaurateur, qui voudrait aller a Rungis, a interet a aligner la monnaie, rien que pour rentrer sur le site ; et je ne vous dis pas ensuite pour payer.

  • subliminette (---.---.---.151) 6 août 2013 11:50
    subliminette

    Georges, il y a un point dont vous ne parlez pas : l’hygiène des cuisines. Il se trouve que je connais quelqu’un qui, de par son métier, est amené à les fréquenter. Ben quand il en parle ça donne pas envie !

  • MARMOR (---.---.---.167) 6 août 2013 11:03

    mon dieu qu’il a raison ( pour une fois) le Zeter !!


Réagissez à l'article

129 réactions à cet article

  • MARMOR (---.---.---.167) 6 août 2013 11:03

    mon dieu qu’il a raison ( pour une fois) le Zeter !!

  • unandeja (---.---.---.147) 6 août 2013 11:24

    je suis partiellement d’accord...la suisse et les bons restos ça reste limité par contre je trouve....ou alors à un prix exorbitant m(ais en France aussi avec un prix exorbitant on bouffe du cuisiné sur place)...et je pense que nos proches ovisins européens souffrent du même mal...par contre je suis tout disposé à croire que la vraie cuisine naturelle d’Albanie est meilleure que beaucoup de nos restorants.(essayez de trouver un VRAI resto prêt de notre Dame à Paris par exemple....on sent à 10 km que c’est du congelé...parfois du bon congelé...mis du congelé tout de même...)

    En tout cas c’est vrai qu’à Paris pour trouver un resto « cuisiné sur place » ou « bouffe fraiche non sous vide ou non congelé » c’est pas évident.

    Difficile de trouver le restaurateur qui veut bien aller tous les matins à Rungis ou tout autre marché, difficile de trouver le client prêt à payer le prix pour son repas (+ cher car la bouffe surgelée sous vide ça casse les prix)...et pourtant qu’est ce que c’est bon :)
    Personnellement, adepte de cuisine, je ne conceptualise même pas qu’on puisse tenir un restaurant sans en cuisiner la nourriture soit même.


    Ce qui me choque c’st la créaton des labes bonne bouffe, cuisiné sur place, produits frais ou que sais-je...les vrais restaurateurs, pour en bénéficier, doivent payer une fortune ce label......ils sont doublement pénalisés (produits + chers car cuisines sur place et produits frais) et label à payer....on devrait juste légalement forcer les restaurateurs à indiquer sur leur carte que rien n’est cuisiné sur place....mais le lobby des restaurateurs n’aimeraient pas trop....


    J’aurai une dernière réserve également...il y a aussi les restos de campagnes...partez en haute savoie, aux restaurant les Cornettes à la Core d’Abondances par exemple...et vous aurez de la vraie bouffe cuisinée sur place (jusqu’aux chips offerts à l’apéro)....on trouve, et heureusement, encore pas mal de bons restaurants en province, plutot dans les campagnes que les villes.

    Je me permets un petit coup de pub pour un restaurant qui s’appelle « Variations » sur paris, dans le 13°arrondissement....là bas le chef va tous les jours à Rungis, c’est un vrai adepte de cuisine...il faut un petit budget (environ 40 à 60 € par personne pour entrée plat dessert et boisson...mais c’est très bon et servi généreusement).
     une cuisine plutot tradictionnelle et excellente.

    • Agafia (---.---.---.108) 6 août 2013 15:29
      Agafia

      Aaaaahhhhh ! Les Cornettes d’Abondance !!! Miam
      j’habite à 15 bornes de ce restau et j’ai des souvenirs mémorables dans cet Eden de la bonne bouffe, et de la convivialité, avec la visite rituelle de la cave à l’heure du digeo pour déguster la Chèvre direct au tonneau... J’en ai les papilles qui frémissent rien qu’au souvenir.
      Mais le problème des Cornettes, pour un modeste estomac tel que le mien, c’est qu’arrivé à la fin de l’apéro, on a déjà plus faim.
      Et si vous venez dans ce coin de Haute-Savoie, je vous recommande un ptit restau situé à Reyvroz, à 10 km de Thonon, ça s ’appelle chez « le Suisse », on y mange divinement bien et tout, absolument tout ce que vous trouverez dans votre assiette est produit sur place dans des conditions les plus naturelles qui soient.

      @ l’auteur
      j’aime beaucoup votre style d’écriture et outre la forme,je vous rejoins à 100 pour 100 sur le fond.

    • unandeja (---.---.---.43) 7 août 2013 07:36

      mes excuses pour les fautes, elles m’ont crevé les yeux en relisant mon article.

      ...j’étais aux cornettes la semaine dernière....un régal et un accueil incroyable....comme toujours !

    • unandeja (---.---.---.43) 7 août 2013 07:38

      merci du conseil pour le restaurant « le suisse » ...j’irai probablement l’an prochain (quand je viens, je loge à Evian...donc ça devrait être possible de faire ces quelques kilomètres)

  • mic0741 (---.---.---.67) 6 août 2013 11:40
    mic0741

    En plus ils font du chantage à l’emploi, alors que dans tous les médias, on nous dit que la profession n’arrive pas à recruter. Cherchez l’erreur !

    • Gemini (---.---.---.186) 6 août 2013 14:21
      Gemini

      Leurs déclarations sont également à mettre en relief avec ce qu’ils avaient annoncés lorsque Sarkozy leur a offert là TVA à 5,5% au lieu de 19,6%. Ils allaient embaucher disaient-ils. Or, il n’en a rien été.

      Prétendre aujourd’hui que passer la TVA de 7% à 10% les contraindra à licencier est au mieux un mensonge éhonté. Il faudrait même remettre la TVA à 19,6%, puisque la baisser aura été totalement inutile.

  • subliminette (---.---.---.151) 6 août 2013 11:50
    subliminette

    Georges, il y a un point dont vous ne parlez pas : l’hygiène des cuisines. Il se trouve que je connais quelqu’un qui, de par son métier, est amené à les fréquenter. Ben quand il en parle ça donne pas envie !

    • lerenard (---.---.---.234) 8 août 2013 14:52
      lerenard

      étant frigoriste -cuisiniste en retraite je confirme beaucoup de restau très mode grande ét belle salles des fois même plusieurs salles et cuisine pourrie avec cafard et souris des pianos hors d’âge qu’il faut dépanner souvent et des mec qui pleurent misère quand on propose du neuf
      et le pire étant les station de spors d’hiver car la en plus les établissements sont loué les propriétaires ne font rien ou peu d’entretien c’est à la charge du locataire qui sont pour la plupart des club ou des tour opérators et qui n’on rien à f....tre de l’entretien des cuisine par contre les salle de restau sont super belle sans nommer les boutique je donne les station alpe du hez et les deux alpes que j’ai pratiqué des années les hotel et resto sont tenu pas des anglais des danois des israelites des club comme aquarius club med pierre vacance et la bouffe hé ben comme vous dite pas mieux mais ça marche c’est plein en toute saison

  • Vipère (---.---.---.108) 6 août 2013 11:53
    Vipère

    Bonjour vous tous


    Georges Zetter ne dit que la vérité ! Les gargotes françaises son infâmes ! Et les restaurateurs ont le culot de se plaindre. 

    Partout ailleurs, à l’étranger, inutile de dépenser 40 à 60 euros pour manger correctement ! 
     

    La France est dessous de tout, pas seulement au niveau de la restauration. Tout s’est détérioré dans ce pays, autrefois, celui des Droits de l’Homme. 

    Qu’ils mettent la clé sous la porte, tous, ce n’est pas moi qui vais verser un seule larme sur leur sort. 

    A traiter ainsi mal le client, à la longue, c’est lui qui rend « sa serviette et ses couverts » !
  • escartefigue (---.---.---.189) 6 août 2013 12:00

    La vérité c ’est que le monde français est devenu un pays de marketing .


    La grande distribution avec ses systèmes centres de profits plie 
    les fournisseurs aux prix les plus bas ce qui élimine plein de super produits 
    artisanaux . La structuration semi industrielle avec cahiers de charges strictement 
    organisée ne laisse pas de place à la créativité des petits tout petits faiseurs . 

    Exemple , la charcuterie alsacienne , il y a encore quelques années on pouvait 
    trouver chez des artisans des délicieuses spécialités , chez les boulangers des vrais 
    pains fabriqués à partir de farines non mélangées et c ’est l’ artisan qui préparait 
    son levain avec  une conduite naturelle de celui-ci . 

    Dans la restauration c’ est le même tabac , un gus , plombier peut-être ou coiffeur pour 
    dames ouvre son centre de profit en servant la même merde que tous les autres . 

    La vie , la bonne , c ’était . 

    Il existe encore de très bons produits et des passionnés de l’ art . 

    Il faut fuir les établissements  qui ont remplacé le savoir faire par le tiroir caisse .


    Derrière ceci , nous avons le monde que nous méritons .

    Le rêve du petit français c ’est être fonctionnaire , alors mangez du poulet 
    aux hormones .
    • HELIOS (---.---.---.4) 6 août 2013 13:10
      HELIOS

      ... ce n’est pas qu’un probleme de tiroir caisse, c’est aussi un probleme de competence.

      Qui embauche maintenant un vrai cuistot, un vrai boulanger, un vrai boucher ?

      PERSONNE.

      Tous ceux qui bossent sont des « EMPLOYES » payés au minimum, puisqu’ils sont specialistes de rien.. et du coup, il faut suivre le mode d’emploi indiqué au dos du paquet, du sachet ou du carton.

      Ce qui est vrai PARTOUT est vrai aussi dans la restauration.

      Tentez de trouver un vrai mecano dans un garage (a part le vieux qui fait les vehicules de luxe, au fond) ou même un banquier dans une banque est impossible, il n’y a plus que des employes... et on commence a avoir peur quand on regarde qui entretient les centrales nucleaires ou qui vous enleve l’apendice. Tous ces gens là, sans notice, ou sans que l’ordinateur valide quand ils font envoi, ne savent plus rien faire d’autre.

      Le temps ou le smic etait un salaire plancher pour ceux qui ne savent rien faire, maintenant c’est devenu le salaire cible de l’employé... qui ne sait evidement rien faire et qui sera vidé de sa boite le jour où il la ramenera, ayant constaté un disfonctionnement grace a son experience. Il devra changer de boulot pour etre « debutant » un peu comme il y a 60 ans dans l’armée.

      La restauration a le même probleme, il n’y a plus de restaurateur, il n’y a plus de chef, de commis, de cuistot, même plus de plongeur, il est obligé de compter les doses du lave vaiselle indiquées sur la boite....

      Alors, dans ce contexte, comment voulez vous que tout cela fonctionne et qu’on puisse manger correctement au restaurant ??? surtout que le pauvre type, petit restaurateur, qui voudrait aller a Rungis, a interet a aligner la monnaie, rien que pour rentrer sur le site ; et je ne vous dis pas ensuite pour payer.

    • ROBERT GIL (---.---.---.23) 6 août 2013 13:42
      Robert GIL

      « Le rêve du petit français c ’est être fonctionnaire ... »

      quel caricature et prejugé sur les petits,encore un qui pense qu’il n’y a que lui qui travaille, que les autres c’est des fainéants, qui a du échouer a tous les concours qu’il a présenté et qui est particulièrement aigri ...bon, moi je mesure 1m83, c’est peut-être pour cela que j’ai d’autres rêves !

    • George L. Zeter (---.---.---.159) 6 août 2013 14:37
      George L. ZETER

      merci pour ton commentaire. je vais souvent en corse et bien comme en alsace ; les cochons viennent de Pologne ou ailleurs, la charcuterie corse que toi touriste paye une fortune ne vaut rien, il faut vraiement connaitre pour avoir de la qualité...je lâche une adresse pour les amateurs : à l’entrée de ponte leché juste avant la station essence sur la gauche
      pace è salut

    • George L. Zeter (---.---.---.159) 6 août 2013 14:41
      George L. ZETER

       dans quelques années en cve pays on ne trouvera plus un mec pour fabriquer des croissants... car ; 90% sont industriels, et comme le boulanger n’a pas à le faire savoir... dommage, en + dans les CAP cuisine on a remplacé les cours de découpe de volaille et gibier par "preparation surgelé...

    • Abou Antoun (---.---.---.222) 11 août 2013 10:46
      Abou Antoun

      La restauration a le même probleme, il n’y a plus de restaurateur, il n’y a plus de chef, de commis,
      Plus de personnel de service qualifié non plus (chef de rang, maître d’hôtel, etc.)
      Ces gens étaient autrefois formés dans des écoles hôtelières et avaient une carrière. Aujourd’hui on recrute des travailleurs immigrés légaux ou non sans formation, des étudiants venus se faire de l’argent de poche pour les vacances. Connaissant (un peu) le métier grâce à un proche parent qui avait choisi cette voie je remarque l’inefficacité totale de ce personnel de substitution, faisant trois fois plus de pas que nécessaire, oubliant les commandes, etc., etc.

    • George L. Zeter (---.---.---.159) 11 août 2013 10:54
      George L. ZETER

      bonjour, pour repondre à « Abou Antoun », j’ai donné des cours d’anglais dans un lycée hôtelier ; 90% des élevés après leur diplôme veulent aller travailler à l’étranger. Il y a l’attrait du nouveau ; mais surtout fuir un secteur français hôtelier qui paye mal, qui se comporte mal et manque de respect à ses employés et surtout où les possibilités d’avancement sont nulles. Le secteur hôtelier/restauration est resté coincé dans ses vieux rêves mesquins de bistrotiers/limonadiers des années d’avant guerre...

  • Vipère (---.---.---.108) 6 août 2013 12:04
    Vipère

    Régalez vous Cher Georges


    A votre place, je ferais pareil !

    Je me suis achetée, un bon livre de cuisine libanaise, récemment, j’ai trouvé cette cuisine tellement succulente, ses mézés, ses salades diverses et variées, à base de tomates fraîches et d’herbes aromatiques et de citron frais ! introuvable dans un resto français. smiley

    La cuisine orientale n’est pas mal non plus, pleine de saveurs ! smiley
    • unandeja (---.---.---.147) 6 août 2013 12:16

      ...et même sans recettes, on fait parfois des choses excellentes rien qu’avec un peu d’inspiration et d’envie !! :)

      les pomme de terre four au citron à la grecque par exemple...excellent, un magret de canard sauce au cidre ou à la framboise, un poisson sauce beurre et estragon...des recettes simples qui affutent les papilles....
      (on sent que l’heure du déjeuner approche !! )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès