• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Christiane Taubira : circonvolution cérébrale et débâcle morale

Christiane Taubira : circonvolution cérébrale et débâcle morale

  Intervention la semaine dernière de J.J Candelier, député PC du Nord à propos de l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.

 

  Cette circulaire est la suivante : "Le 12 février 2010, la Garde des Sceaux de l'époque, Michèle Alliot-Marie signait une directive ordonnant aux procureurs de la République d'engager des poursuites pénales contre tout personne appelant les consommateurs à ne pas acheter les produits israéliens. Un simple texte interne à l'administration s'autorisait ainsi une interprétation de la loi pénale sanctionnant d'un an d'emprisonnement et 45.000€ d'amende le fait "d'entraver une activité économique ou d'inciter à le faire".

Personne n’est dupe : cette circulaire a pour but de criminaliser l'action des militants anticolonialistes à propos de la politique d'Israël en Palestine.

 

 ChristianeTaubira s’adresse au député Candelier dans ces termes : « Vous savez que c’est un sujet difficile ».

Et nous de lui répondre : « C’est sûr ! C’est un sujet qui demande du courage, un vrai courage !  »

Courage pour courage, d’autres parleront d’héroïsme : en effet, il faudra lutter seul contre une poignée, une minuscule minorité puissante, agissante et impitoyable et un gouvernement à sa botte.

Madame Taubira n’est décidément pas de cette étoffe-là : Hollande, Fabius et Valls veillent ; elle n'aura pas le droit à l'erreur et elle le sait.


 Dans les replis sinueux de son cortex cérébral, de circonvolution en circonvolution – faut croire qu'une fois nommé et en place, manifestement on apprend vite, et l'on prend le pli tout aussi rapidement ! -, Christiane Taubira n’a de cesse de creuse son sillon ; toujours le même depuis qu’elle a été nommée à son poste de garde des sceaux ; il a pour nom : solidarité gouvernementale. Hollande, Fabius et Valls veillent ; elle n'aura pas le droit à l'erreur, et elle le sait.

Et c'est alors que... pas à pas, sans éclat ni tapage, par la petite porte, porte de derrière pour ainsi dire... mois après mois, année après année, on s’y traîne, debout mais couché, lentement mais sûrement, de flatterie en flagornerie, alléché par l’odeur d’une promesse de reconnaissance au sein du grand barnum politique et sociétal ; et puis, un matin on retrouve ses chaînes, le bruit de son cliquetis et son entrave, celle dont on croyait s’être débarrassé car l’abolition de la traite doit trop, beaucoup trop à une bourgeoisie blanche indisposée par le spectacle de l’humiliation, de la peur et de la terreur - la couleur de son sang, l’odeur de son urine et de ses selles, la crasse et la sueur des travaux pénibles -, et pas assez à elle-même et à ses enchaînés ; d’où ce retour, non pas du refoulé, mais à la case départ ; là d’où l’on vient et que l’on n’avait jamais vraiment quitté faute d’avoir été l’acteur majeur de sa libération. Faut dire que l’esclave, la domestique, la « bonne à tout faire » et « à servir à tout » a été engrossée par son maître qui aura la charité d’une faire sa concubine ; une concubine qui jamais ne pourra se hisser au rang d’une épouse ; il n’y aura pas de robe de mariée ; et c’est le ridicule qui accompagnera tôt ou tard son ascension, entre deux tiges de canne à sucre ; sucre d’orge d’un orgueil et d’un fourvoiement - on parlera presque de forfaiture -, à la fois grotesque et laid, d’une rare laideur, qui nous inspirera néanmoins de la pitié… pitié face à cette erreur monumentale : coucher avec le mépris qui a décidé de tout… de votre condition d’être au monde, à peine humain en l’occurrence. 

C'est l'indépendantiste guyanaise qui échange son lexique et son codex de militante des droits des Peuples à disposer d'eux-mêmes contre une langue de bois au service de la domination du plus fort sur le plus faible : l'élève a dépassé le Maître.

« Django » le long métrage de Quentin Tarantino, nous en donnera quelques exemples aussi hilarants et savoureux que pathétiques. 

D’autre temps, d’autres mœurs… et quand on sait qu’aujourd’hui personne n’ est contraint à ce déshonneur - et sûrement pas Madame Taubira -… sinon par désoeuvrement, orgueil et vanité ; encore et toujours la vanité ! Que dire alors ?

Une chose est certaine : Frank Fanon, Aimé Césaire et Edouard Glissant (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué : leur littérature ne l’a pas aidée à penser les dangers de la compromission et le piège qui se referme sur la victime qui choisit de servir son bourreau : celui d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Celui qui est du côté du manche ; bourreau de toujours, qui vous domine des pieds à la tête, entre deux sourires, deux tutoiements, deux embrassades : Juda père et fils. Car si un antisémite peut cacher un raciste, qu'il soit permis de dire ici que derrière un sioniste conquérant qui ne reconnaît qu’une seule existence digne de considération, la sienne propre et seulement la sienne avant toutes les autres, il se pourrait bien qu’un racialiste y ait trouvé un asile  plus que confortable.

Autant pour la vigilance de Madame Taubira qui avait pourtant tous les atouts en main – intelligence, talent, culture -, pour démasquer un tel stratagème. Car si le pouvoir corrompt, le pouvoir « privé du pouvoir de dire non » rabaisse et avilit ; on quitte son fauteuil débiteur et sale… endetté à vie.


 Le malaise de Madame Taubira face au député PC, lui-même intimidé par le poids de la charge qui représente toute remise en cause du credo sioniste confirme une fois de plus nos soupçons : quiconque s'avise de dénoncer le laxisme scandaleux de l'Etat français vis à vis d'Israël, sa complicité, devra renoncer, ici en France, à un avenir professionnel qu'il soit politique, économique, médiatique ou universitaire, au plus haut niveau.

Force est de faire le constat suivant : il y a des chapes de plomb et des Epées de Damoclès qui, en un tour de main, forcent un esprit qui a pourtant mille fois prouvé sa combativité, à battre en retraite avant de s'adonner, le regard craintif et inquiet, à un exercice cocasse d'humilité et de timidité aussi inattendu que confus : souvenez-vous : Madame Taubira était une candidate remarquable à la présidentielle de 2002, sans doute la seule, hommes et femmes confondus.

Il est vrai que le PS n'a pas son pareil lorsqu'il s'agit de salir celles et ceux dont il loue les services le temps d'un passage dans un de ses gouvernements iniques dont il a le secret ; il exigera tout d'eux qui, sur le plan de la morale, de l'éthique et de la rigueur intellectuelle, y laisseront tout ce qu'ils possédaient avant d'y entrer. Prêtez-lui main forte, un bras, et c'est tout votre corps, corps et âme, que vous y abandonnerez car, c'est maintenant bien établi : on sort manchot, cul-de-jatte, lobotomisé et sale - en d'autres termes : discrédité - d'une collaboration, même éphémère, avec un parti tel que le PS qui cultive comme aucun autre, le mépris courtois et sournois envers ceux qui le servent, sans doute à cause d'une trahison politique qui lui sied si bien depuis trente ans ! Mépris que l'on pourrait sans difficulté interpréter comme un transfert à des fins thérapeutiques : en effet.... c'est celui qui dit qui est, car enfin... n'est-ce pas une tâche insurmontable à la fois de se le dire et de constater qu'on l'est... parjure sans foi ni loi, le matin devant sa glace à l'heure où il faut en remettre une couche ?

Après leur départ, reste alors pour tous ceux qui ont un jour succombé à l'appel du PS à se faire oublier au plus vite dans le confort d'une retraite rondelette ; et pour ceux qui auront gardé un minimum de conscience morale... retraite amère qui ressemble étrangement à une cavale : rompre tout contact avec son passé tout en renonçant à une vie sociale digne de ce nom.

Mais alors... est-ce un hasard si ce destin sacrificiel qui ressemble fort à une crucifixion touche en priorité des Français qui appartiennent à des minorités visibles ?

 Ah ! Mépris quand tu nous tiens..................... Harlem Désir (il sera le premier), Malek Boutih, Najat Vallaud-Belkacem et maintenant Christiane Taubira...

Même en politique, on leur confie le sale boulot.

 

***

  Quittez ce gouvernement Madame Taubira avant qu'il ne soit trop tard ! car pour y être restée, vous n’aurez aucune excuse.

 

_________________

 

Pour prolonger, cliquez Pour l'abrogation de la circulaire Alliot- Marie


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Plus robert que Redford 26 juillet 2014 11:46

    Ouaaah ! Superbe exercice de langue de bois, tordue en plus ! Que n’a-t-on reproché à Mme Taubira, en d’autres temps, de soutenir une loi qui permettant le mariage homosexuel, aurait pour effet collatéral d’exciter la fureur des homophobes et serait à ce titre contre-productive pour ces pauvres minorités sexuellement défavorisées ?...


    • jako jako 26 juillet 2014 12:27

      De toutes façons c’est interdit par l’OMC et donc s’applique à tous pays y adhérant « toutes actions visant à nuire à un échange commercial » ou « tous moyens visant à empécher un commerce » ouala, et bonne chance avec tafta en passant smiley


      • Humanis Humanis 26 juillet 2014 14:05

        Sauf que la justice française à systématiquement débouté toutes les plaintes contre BDS !

        Et la circulaire est illégale,puisqu’elle s’attaque à un état qui en occupe un autre,mais elle permet d’atteindre les militants de BDS au portefeuille ceux devant faire face aux dépenses occasionnées par les plaintes des sionistes !


      • claude-michel claude-michel 26 juillet 2014 13:07

        Un des principaux obstacles aux progrès de l’humanité et de la connaissance, ce n’est ni la foi, ni l’absence de foi, comme on l’a pensé au cours des siècles précédents : c’est la certitude dogmatique, de quelque nature qu’elle soit. Parce qu’elle finit par engendrer le rejet de l’autre, l’intolérance, le fanatisme, l’obscurantisme.
        [ Frédéric Lenoir ]


        • berylo 26 juillet 2014 17:56

          « Frank Fanon, Aimé Césaire et Edouard Glissant (auteurs cravatés qui n’ont fait finalement que servir la langue de leurs maîtres) dont Christiane Taubira se réclame, ont donc échoué. » 

          Pour sortir des énormités pareilles, il faut n’avoir rien lu de ces auteurs ni ne rien savoir de l’histoire qu’ils ont respectivement traitée de différentes façons, et puis, il vaut donc mieux se taire. Car un tel article repose sur l’ignorance et un intellectualisme de boutique.

          • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 juillet 2014 20:04

            Frantz Fanon ( correction)..

            L’énormité c’est Taubira dans un tel gouvernement quand on sait d’où elle vient.

            Quant aux auteurs cités...

            Peut-on faire remarquer qu’en Algérie, Frantz Fanon était médecin psychiatre (médecine de l’homme blanc !) et non Marabout à visiter à dos d’âne les bleds de la région à la recherche d’une âme à soulager !

            Senghor a pris sa retraite de Président du Sénégal sous la pluie, en Normandie : vaches normandes, concours hippiques, climat tempéré… visite des haras avec la Reine Elisabeth venue renouveler les effectifs de ses écuries. 

            Quant à Aimé Césaire, il sera maire de Fort-de-France, et passera le plus clair de son temps à distribuer du RMI à 70% des habitants de sa commune. Il ne partagera pas le destin d’un... disons... Che Guevara, c’est sûr


          • Serge ULESKI Serge ULESKI 26 juillet 2014 20:12

            Edouard Glissant finira germanopratin à donner des interviews costumé et cravaté après avoir longtemps célébré la langue de ses maîtres.

            Désolé mon vieux !


          • dup 26 juillet 2014 18:16

            chef d’œuvre de langue de bois . elle est une insulte aux Français et j’espere que ce gouvernement fantoche et lâche disparaisse au plus vite


            • OMAR 26 juillet 2014 20:01

              Omar33

              Salut Serge  :« ...un sioniste conquérant qui ne reconnaît qu’une seule existence digne de considération, la sienne propre... ».

              Si Madame Taubira savait ce que les israéliens pense d’elle et des noirs en général....
              http://www.atlantico.fr/decryptage/israel-accuse-racisme-pourquoi-scandale-refus-don-sang-deputee-noire-israelienne-en-est-pas-hugues-serraf-924707.html

              Mais elle doit le savoir, sinon elle ne serait pas ministre....


              • henri1947 27 juillet 2014 21:54

                Le délire verbal de l’auteur me fait tressaillir. Il semble que tous ceux qui ne suivent pas l’idée qu’il professe sont des renégats et poursuivent des carrières personnelles. Votre cause est peut être juste mais vos moyens pour l’atteindre en rabaissant les personnes ne me plait pas. Je pense que Mme Taubira mérite un peu plus de considération. Je n’ose même pas imaginer que vous y préfèreriez une Marine ou un Jean François.


                • marauder 29 juillet 2014 00:26

                  A l’auteur, j’connais pas ton bords a priori, je viens de lire, puis quand meme j’ai craqué j’ai regardé ton profil, ce que tu as indiqué.

                  Tu colles a ton article, soit tu te crois de droite, mais en fait, tout au fond, tres au fond, t’es de gauche, soit tu es de gauche, mais, au fond, enfin ... au bords meme, t’es a droite !

                  S’amuser a descendre une idiote de la sorte te rend au moins aussi idiot qu’elle. Y’a pas mieux la ? Tu t’agites pour quoi faire ? Tu as quel age ? Tu as a quoi a prouver au monde ? Que tu existes ?

                  Tu parles de « savoir » dans ton profil, mais le mieux, ca reste la connaissance....

                  Médites la dessus !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès