• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Clause Molière : la Fédération du Bâtiment dit oui

Clause Molière : la Fédération du Bâtiment dit oui

La Fédération du Bâtiment estime que la Clause Molière pourrait être une mesure de prévention des accidents car elle faciliterait les consignes de sécurité

Le gouvernement français met les ouvriers du bâtiment en danger

Le président de la Fédération Française du Bâtiment, Jacques Chanut, a plaidé jeudi pour une formation obligatoire au français des travailleurs détachés pour garantir leur sécurité sur les chantiers, dans un entretien sur RTL."On demande simplement que ces travailleurs détachés, avant qu'ils ne viennent en France, aient quelques heures de formation en français, qu'ils comprennent les mots essentiels pour pouvoir eux-mêmes se protéger sur un chantier en France", a expliqué M. Chanut interrogé sur la "clause Molière" .

Cette clause Molière, par laquelle certaines collectivités territoriales veulent imposer l'usage du français dans les marchés publics dans le but de limiter l'usage plus qu'abusif de travailleurs détachés alors que le secteur souffre du chômage, a été déclarée illégale par le gouvernement qui a fait sienne la position de la Commission Européenne dans une instruction interministérielle du 27 avril dernier, adressée aux préfets. Le gouvernement (socialiste !!!!) précise que le Code du travail "n'impose pas l'obligation de parler ou de comprendre le français" aux ressortissants de l'UE, aux étrangers qui ne s'installent pas durablement en France, ni aux salariés détachés. Reprenant mot pour mot le texte idéologique de la lettre de la Commission Européenne, le texte de cette instruction interministérielle précise qu'imposer la maîtrise du français est "discriminatoire" et "porte atteinte au principe d'égal accès à la commande publique".

Le gouvernement socialiste français fait passer l'idéologie et l'application des ordres de Bruxelles avant la sécurité des travailleurs

Se comprendre pour éviter les accidents

"Ce qui est important, c'est d'être certains qu'ils puissent travailler dans des conditions de règles d'hygiène et de sécurité normales (...) on estime que lorsqu'on ne comprend pas un mot de français, on se met soi-même en insécurité et les autres en insécurité sur un chantier", a poursuivi très intelligemment M. Chanut qui a ainsi attiré l'attention sur l'inanité de la position bruxelloise.

"S'il n'y a pas une obligation d'apprendre ces quelques mots pour être efficace et protégé sur un chantier ça ne se fera pas", a-t-il précisé, appelant ainsi de ses vœux une reconsidération de la position de la part du gouvernement français qui met, par son obstination à se conformer à la lettre aux directives de Bruxelles, un certain nombre d'ouvriers étrangers et français en danger.

La "clause Molière", qui vise à imposer l'usage français sur les chantiers se déroulant en France, a été introduite dans plusieurs régions, comme en Ile-de-France, ou en Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit d'une disposition de bon sens. Espérons que les syndicats et les inspections du travail n'attendront pas que des ouvriers meurent sur des chantiers par incompréhensions des ordres ou des consignes pour faire pression sur le gouvernement !

Article paru sur MaVieMonArgent


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 6 mai 09:40

    va y avoir un problème :
    - toi avoir quoi argent pour travail ? moi 3€.
    - je suis payé 10€ de l’heure.
    ..............
    les roumains francophones en profite sur certains sites internet.


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 mai 20:46

      La clause Molière est évidemment une très bonne idée, mais grace à tous les mononeurones qui vont veauter contre la haaaaiinne, M. Macron va être élu et la clause va dégager bien vite, via Bruxelle. Plus crétin que vous, on meurt. smiley


    • Decouz 6 mai 09:53

      Vécu : ouvriers étrangers, vraisemblablement roumains, font des travaux et ils devraient dans ce cas précis vérifier qu’il n’y a pas d’amiante.
      Malheureusement les ouvriers ne comprennent rien et les travaux ont déjà commencés, il n’y en avait pas dans ce cas, sinon mise en danger.


      • Jeekes Jeekes 6 mai 10:37

        Je ne vois vraiment pas ce qu’il y aurait de choquant à exiger que les gens se comprennent sur un chantier.
        Et pas que là, d’ailleurs...

        Pour avoir bossé pendant quelques années dans le bâtiment au début de ma carrière, j’avoue que j’aurais été très mal à l’aise à devoir travailler avec des types qui ne me comprenaient pas et que je ne comprenais pas non plus.

        Sécurité ?
        Oui, c’est une évidence !

        Mais aussi qualité du travail fourni, respect des procédures de mise en oeuvre, des spécifications françaises.

        Rien que de ne pas être capable de lire une consigne, une fiche technique ou un plan pose un sérieux problème.
        Qui peu croire qu’il y aurait un traducteur derrière chaque ouvrier ?


        • La mouche du coche La mouche du coche 6 mai 20:47

          @Jeekes
          Vous veautez pour qui en ce moment ?


        • baldis30 6 mai 21:45

          @Jeekes
          Et il n’y a pas que dans le bâtiment mais aussi dans certaines chaînes de grosses entreprises !

          exemple réel « je mets à la suite un vietnamien et un cambodgien, parce qu’ils se haïssent et ainsi ils ne se parlent pas ».... même pas l’obstacle de la langue !


        • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 6 mai 11:08

          à Jeekes,

          Tout d’abord, bonjour.
          Vous écrivez : 
          « Je ne vois vraiment pas ce qu’il y aurait de choquant à exiger que les gens se comprennent sur un chantier.
          Et pas que là, d’ailleurs...
           »

          Vous avez raison, mais la question n’est pas là.

          La question, c’est que l’Union Européenne a été concoctée par ces messieurs de Washington dans les années 1940-50. Lesquels ont décidé, entre autres, que l’anglais devra être la langue du monde, point final.
          À partir de là, tout est bon pour s’opposer à quoi que ce soit qui irait à l’encontre de cette volonté.
          Et dans les cartons, il y a de sacrés projets, lesquels sont en attente. Nul doute que l’américanolâtre Macron va nous en faire voir de toutes les couleurs durant ce quinquennat. 
          À commencer, bien entendu, par la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, qui, contrairement à ce qu’affirment les défenseurs des langues régionales, n’a pas d’autre but que d’affaiblir le français en France. Cette charte n’est qu’un prétexte avancé par d’anciens adeptes du pangermanisme au sein du Conseil de l’Europe. Ils en sont les auteurs.
          Tout ça se démontre, et a d’ailleurs déjà été démontré.

          Cette volonté étatsunienne d’imposer l’anglais, c’est ce que j’ai commencé à exposer (seulement commencé) dans cet article paru l’an dernier.

          Cordialement.

          Thierry Saladin

          • Jeekes Jeekes 6 mai 12:06

            @Thierry SALADIN
             
            Bonjour.

            J’ajouterais que d’une manière générale, le problème c’est l’UE !


          • Zolko Zolko 6 mai 15:35

            Je ne peux parler que de mon expérience, mais dans la plupart des annonces pour lesquelles j’ai postulé était écrit : « Anglais impératif ». En France ! Alors pourquoi ne pourrait-on pas avoir comme critère : « Français impératif » ?


            • La mouche du coche La mouche du coche 6 mai 20:48

              Parce que Bruxelles ne veut pas et que vous allez voter pour un candidat qui lui obéi. smiley


            • baldis30 6 mai 21:46

              @Zolko

              l’anglais .... la colonisation larvée ....


            • Alren Alren 6 mai 17:28

              Les Étatsuniens ont déjà partiellement gagné la bataille de « l’anglais langue du monde » dans les domaines des sciences et des hautes technologies : tous les congrès scientifiques sans exception, quel que soit le lieu du monde où ils se déroulent n’utilisent que l’anglais pour les orateurs et sans aucun traducteur.

              Si l’on a découvert quelque chose d’important dans le domaine scientifique, il faut pour que cela soit reconnu par les pairs, publier impérativement dans une revue US ou british (en médecine en particulier). Sinon le travail est ignoré ... et pas de subventions de développement !

              La puissance des Français en mathématique était telle que certaines conférences à Paris étaient dans la « langue de Molière » il y a quelques années encore. Mais aujourd’hui c’est bien fini, tous les colloques de math qui ont lieu en France sont en anglais. C’est quand même plus sérieux !

              Et je ne parle pas d’entreprise comme Renault qui impose l’anglais aux cadres supérieurs, tout ça pour faire croire à l’inaltérabilité éternelle du capitalisme au moment où il connaît sa crise finale ...

              Si Mélenchon avait été élu président, il aurait été publié chaque mois une revue comparable au magazine US « Science » en français. Si ...

              Ceux qui n’ont pas voté pour lui n’ont pas à se plaindre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès