• jeudi 24 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Tribune Libre > Clearstream : la bombe atomique !
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(66 votes) Votez cet article

Clearstream : la bombe atomique !

Tout s’accélère dans cette affaire à tiroirs et explosive qu’est Clearstream. Au-delà de l’affaire de corne-culs de la bataille unipolaire Sarkozy contre Villepin, il y a l’affaire des frégates de Taïwan, des sous-marins de Karachi et le financement occulte de la campagne de Balladur. Tout d’un coup tout semble s’accélérer. Et même les témoins (impliqués par ailleurs dans cette affaire du reste ce que veut ignorer la justice) avec leurs témoignages n’accablent plus Villepin. Au contraire on se rend à l’évidence que la justice a fait une enquête à charge complètement déséquilibrée, frisant l’hystérie.

 Mais au lourd de mon précédent article voici du plus lourd encore.
 
D’abord rappels de quelques faits :
- Lahoud est « traité » par le général Rondot. 1ère aberration celui-ci est cru sur parole et n’est pas inquiété alors qu’il mène une enquête depuis septembre 2003 sur ces listings soit 4 mois avant que Villepin ne soit au courant de cette affaire et que lui aussi ne dénonce personne bien que des dizaines et des dizaines de personnes soient concernées. Pourquoi Rondot a-t-il cru Lahoud ? Pourquoi a-t-il continué à travailler avec lui ? C’est quand même extraordinaire que celui qui dirige celui qui est au cœur de l’affaire ne soit pas inquiété plus que cela !
- son témoignage prouve qu’il n’avertit Villepin qu’en juillet 2004 de la fausseté des listings quand ceux-ci ont été envoyés à la justice en avril 2004, ce qui au contraire prouverait que Villepin ignorait tout. Extraordinaire, non ?
- Michèle Alliot Marie selon ce même témoin était au courant depuis le début de tout, mais la justice s’est refusée à l’interroger et se refuse toujours à l’interroger. Elle non plus n’a pas dénoncé de fameux listing.
- une contradiction majeure entre les déclarations de Lahoud qui affirme avoir modifié les listing dans les bureaux de Bertrand en mars 2004 (témoignage fait après la clôture du dossier qui plus est) et celle de Rondot qui dit qu’en, janvier 2004 (ses carnets) lors de sa réunion avec Villepin ils ont parlé de Boksa. Or Dupont et Dupond croient et l’un et l’autre. Il faut choisir. Si Lahoud a raison Rondot ment et a trafiqué ses carnets. Si Rondot dit la vérité et l’accusation de Lahoud s’effondre. Dupont et Dupond veulent le beurre, l’argent du beurre et la crémière et la crème et la vache et le pré et la ferme.
- Imhad Lahoud a déclaré avoir rencontré Villepin par l’intermédiaire de son beau-frère qui non seulement nie mais accuse Lahoud et la fille d’un proche collaborateur de Squarcini (grand manitou de la police secrète actuelle, nommé par Sarkozy car très proche de lui) d’avoir voulu pirater son ordinateur dans sa société alors que Lahoud en est parfaitement étranger.
- Lahoud a rencontré 17 fois (rien que cela) Pérol, proche collaborateur de Sarkozy notamment de fin février 2004 à mi mars 2004 (listing donné en avril !!), Woerth autre proche de Sarkozy et enfin Emmanuelle Mignon très proche collaboratrice de Sarkozy. Lahoud affirme avoir rencontré deux fois Sarkozy qui dément.
- La femme de Lahoud a été collaboratrice rémunérée de Nicolas Sarkozy fin 2004 !
- Pasqua affirme que Sarkozy était au courant en mars 2004
- Sarkozy prolonge Pons contre toute légalité
- le procureur de la République change d’avis, demande une enquête complémentaire qui n’apporte strictement rien et renvoie Villepin en correctionnel juste après avoir rencontré Sarkozy une ou deux fois à l’Elysée
- Sarkozy publiquement parle de coupable dans ce procès
- Sarkozy bénéficie d’un statut d’immunité qui déséquilibre le droit tout en étant le supérieur hiérarchique du parquet, nomme ses magistrats et est président du conseil supérieur de la magistrature.
- aucun préjudice visible subi par Nicolas Sarkozy : élu dans un fauteuil à la tête de l’UMP en novembre 2004, ministre de l’intérieur en 2005, 2006 et 2007, puis Président de la République. Bien au contraire une couverture médiatique à son profit digne d’une 3è guerre mondiale.
- ne pas oublier ça : Un ancien dirigeant de Clearstream, Ernest Backes, a demandé à être entendu par la juge d’instruction de Charleroi, France Baeckeland, qui enquête sur une plainte visant le milliardaire Albert Frère, estimant que ce dernier pourrait être lié à l’affaire de falsification de listings jugée à Paris, a-t-on appris mardi de sources concordantes. 
 
Coauteur en 2001 avec Denis Robert du livre "Révélations$" mettant en cause la chambre de compensation luxembourgeoise, M. Backes, qui est Luxembourgeois, a indiqué qu’il souhaitait être reçu par la juge Baeckeland, confirmant une information de Challenges.
 
Un représentant d’Albert Frère s’est refusé à tout commentaire. Ernest Backes, qui a affirmé ne rien vouloir dire "avant d’avoir vu un juge", avait écrit début septembre à un homme d’affaires français, Jean-Marie Kuhn. Celui-ci s’est lancé dans une bataille judiciaire contre Albert Frère, dont il dénonce le rôle dans la fusion GDF-Suez. Après avoir vainement tenté de faire ouvrir une enquête en France, il a été à l’origine d’une plainte instruite à Charleroi par la juge Baeckeland. Dans un courrier, que l’AFP a pu consulter, Ernest Backes, qui se dit "prêt à témoigner", prête un rôle au "réseau Frère" dans "la mise en orbite de l’affaire" de dénonciation calomnieuse.
- La déposition du juge Van Ruymbeke est claire quant à la bonne foi de Gergorin. Mais l’essentiel n’est pas là. C’est extravagant : Le 14 juin, un deuxième courrier arrive. Il concerne des "centaines de noms qui n’ont rien à voir avec les frégates".
"Je le verse au dossier (des frégates, ndlr), tout le monde y a accès", notamment "Thales et ses avocats", dit-il plusieurs fois, évoquant sans le nommer Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy au procès Clearstream.
Ce document mentionne les noms de Jean-Pierre Chevènement, Alain Madelin et Dominique Strauss-Kahn, trois hommes politiques qui ont pris contact avec lui.
"Il y avait un quatrième homme politique que je n’avais pas vu", car il s’agissait des noms "Nagy et Bocsa". "Un enquêteur m’a dit que cela correspondait à l’identité" de Nicolas Sarkozy "ou de son père. Il ne s’est jamais manifesté". (Le NouvelObs) Il faut noter, car c’est d’une importance extrême, c’est que l’un des avocats de Thalès est Thierry Herzog le baveux permanent de Sarkozy - donc une source de plus (et ce dès juin) qui prouve sans doute que Sarkozy était au courant de toute l’histoire très tôt -, et surtout que depuis juin 2003 toutes les parties qui avaient accès au dossier des frégates avaient accès à ce fameux listing ! Extraordinaire ! Toute la place de Paris devait savoir ! A chaque jour on découvre la grande, l’énorme mascarade de la victimisation de Sarkozy, le parcours honteux de la justice aidée en cela par une presse qui ne fait pas son travail.
- Les Dupont et Dupond préfèrent croire Gergorin et deux agents de sécurité travaillant pour une entreprise au service d’EADS et sous les ordres indirects de Gergorin, que 26 témoins du ministère où travaillait Villepin qui les contredisent quant à une visite de celui-là à celui-ci. Du moins n’apparaissent que les témoignages à charge et aucun à décharge. 26 contre 3 !
- Jean-Pierre Raffarin, Michèle Alliot Marie, Dominique Perben et Nicolas Sarkozy ont été au courant de cette affaire au plus tard en juillet 2004 et bien avant pour MAM, Raffarin, Perben (et sans doute Sarkozy aussi). Selon l’article 40 du code pénal tous ceux-ci se devaient de dénoncer à la justice ces faux listings d’autant, comme dit plus haut, que des dizaines de personnes étaient concernées. Ils sont tous passibles de jugement. Un processus de plainte est engagé contre eux. Du lourd !
- Pour les mêmes raisons et le même article du code pénal le général Rondot et le directeur de cabinet de la ministre de la défense, Philippe Marland, devraient être poursuivis, comme tous les hauts fonctionnaires au courant y compris Squarcini.
 
Tout cela est déjà extravagant et n’est pas loin d’un scandale judiciaro-politique d’Etat.
 
Mais voilà qu’au lourd, risque de s’ajouter du plus lourd encore. Dans l’affaire des frégates de Taïwan, l’enquête a dérapé et est allée voir du côté des sous-marins de Karachi. Et là une accusation est ressortie : la campagne de Balladur aurait été financée par des rétrocommissions d’un contrat signé à perte (!) entre la France et le Pakistan avec comme ministre du budget impliqué forcément si cela s’avère, Nicolas Sarkozy, puis François Léotard, le premier Ministre Balladur.
 
Et maintenant l’explosif. Je vous laisse lire avec une très grande attention ce qui suit et vous en tirerez vous-mêmes les conclusions qui s’y adaptent le mieux (Le NouvelObs) :
 
De nouveaux carnets secrets pourraient faire l’objet d’un scandale politico-financier. Le journal Bakchich Hebdo daté du 7 octobre révèle le contenu des cahiers de Gérard-Philippe Menayas, ancien directeur financier de la direction des Constructions navales internationales (DCNI). La DCNI est bien connue pour avoir fabriqué les frégates de Taïwan. Les carnets sont placés sous scellés au pôle financier.
Et que disent ces fameux cahiers ? Ils évoquent des noms de personnalités politiques, de gauche comme de droite. D’Edouard Balladur à Elisabeth Guigou en passant par… Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua. Ceux-ci auraient perçu des commissions pour l’exécution des grands contrats de la DCN internationale et notamment au moment de la vente de frégates à Taïwan et de sous-marins au Pakistan.
Et par qui passaient, selon l’hebdomadaire, ces commissions ? Les deux "officines luxembourgeoises" – Eurolux et Heine – chargées de distribuer les fonds, auraient transité, pour plus de confidentialité, via… Clearstream. Ces allégations ne sont pour autant "pas vérifiées", temporise Bakchich citant la direction centrale de la police judiciaire.
 
L’Elysée au centre
 
Restent que ces carnets que l’hebdomadaire a pu consulter embarrassent en haut, voire en très haut lieu. Ainsi, Jean-Yves Le Drian, député PS et maire de Lorient à l’époque, est mentionné par Gérard-Philippe Menayas. Mais, surtout, les initiales "NS", pour Nicolas Sarkozy, apparaissent un certain nombre de fois. Et il semblerait que le dossier rende l’Elysée chafouin. Selon les cahiers cités par Bakchich, "Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur) aurait envoyé deux émissaires rencontrer (…) l’homme clé des commissions des constructions navales". Ce sont ces confessions, à savoir celles de Jean-Marie Boivin, alias Bacchus, rapportées par Gérard-Philippe Menayas, qui troubleraient le plus la présidence.
 
Quelles suites pour l’enquête ?
 
D’un point de vue judiciaire, l’instruction est aujourd’hui menée par les juges Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin du pôle financier. L’enquête a déjà abouti à plusieurs perquisitions chez des patrons des constructions navales. En revanche, celles menées chez Eurolux et Heine ont fait chou blanc face au niet des autorités luxembourgeoises, affirme Bakchich.
Mais, quelques lignes du cahier de Gérard-Philippe Menayas à propos du patron du parquet de Paris Jean-Claude Marin, sèment le trouble quant à l’avenir de l’information judiciaire : "JC Marin, petit frère, pilote l’instruction, dont il a sérieusement réduit le périmètre". Bref, les éléments embarrassants vont-ils finir aux oubliettes ?
 
En gras ce que je souligne.
 
Vignette : Wikipédia bombe atomique



par Imhotep (son site) mercredi 7 octobre 2009 - 33 réactions
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(66 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Imhotep (---.---.42.113) 7 octobre 2009 12:07
    Imhotep

    Et oui c’est comme aux Galeries Lafayette. Chaque jour il se passe quelque chose. Voyez-vous le procès offre chaque jour du nouveau. Et aujourd’hui e nouveau c’est du lourd. Après une action en justice lancée par des avocats, non de Villepin, mais de Plenel et de Flam, contre MAM, Perben, Raffarin et Sarkozy him self, pour avoir violé l’article 40 du code pénal, voilà que des carnets dénoncent en complément d’autres informations qui disaient la même chose, que les contrats d’armements ont servi de pompes à « phynances » et que Ballamou et Darkozy, entre autres (Guigou aussi) seraient impliqués. Et là c’est du très lourd : rétrocommissions pour financer une campagne électorale à partir de contrats d’armement que l’on a vendu en toute connaissance de cause à perte !

  • Par Ysild Vilanui (---.---.150.50) 7 octobre 2009 15:12
    Ysild Vilanui

    C’est à se demander si s’en prendre à Sarkozy sert à quelque chose finalement. Ne nous leurrons pas, il a été choisi pour enfiler les mensonges et faire diversion : il n’est rien d’autre qu’un guignol faisant diversion en focalisant l’attention sur lui, pendant que ses « employeurs » font main basse sur le pactole, tout en détruisant le ciment républicain et en exacerbant les tensions communautaires. 
    Sarkozy est intouchable pendant son mandat et si ses turpitudes lui valaient de ne pas être reconduit, il ne fait aucun doute qu’un autre guignol de la même trempe le remplacerait... sous des habits différents mais pour le même résultat. 
    A moins qu’un sursaut d’orgueil ne vienne secouer le peuple apathique. Si ce que l’auteur de l’article nous raconte, pouvait participer à l’avénement de ce sursaut citoyen, ce ne serait déjà pas si mal, en fin de compte... 

  • Par Talion (---.---.221.243) 7 octobre 2009 10:39
    Talion

    Ça commence à devenir drôle...

    Maintenant je comprend pourquoi le nain suprême souhaite supprimer le juge d’instruction...

  • Par gdevie (---.---.110.6) 7 octobre 2009 14:30

    Je confirme la presse n’est pas libre dans ce pays et l’hallali sur Villepin continue !

    Ceux qui n’ont de cesse de disqualifier la gauche en la renvoyant à ce qu’était l’URSS, son collectivisme et son goulag ; ceux la même qui n’ont que le mot république et démocratie au bout des lèvres usent pour démolir l’honneur d’un homme aujourd’hui les mêmes méthodes -preuves tronquées et désinformation- que lors des procès staliniens .

    Ce matin pas un seul quotidien ne reprend les propos de Rondot favorables à Dominique de Villepin quand il affirme que ce dernier ne pouvait savoir en avril 2004 que les listings étaient des faux. Dans sa quasi totalité, la presse décrit DDV comme un personnage machiavélique et menteur et le pauvre Nicolas Sarkozy comme l’innocente victime d’une machination. Pourtant dès le début Sarkozy savait que son nom était sur les listes (confirmé à l’audience aujourd’hui par Van Ruymbeke qui dit avoir communiqué dès le départ l’information à la partie civile l’entreprise Thales dont l’avocat était maître Thierry Herzog, celui de Sarkozy aujourd’hui) et qu’il n’a rien fait pour stopper la machination pour mieux le « pulvériser » (le terme est de Sarkozy cf note de Rondot ) (suspect, non ? Certains parlent de rétro machination)

    Sans doute Villepin s’est fait prendre les doigts dans la confiture, appâté par une information impliquant Sarkozy ; il a voulu vérifier et maintenant il est pris au piège pourtant il n’y a jamais eu de sa part volonté d’éliminer un adversaire par des moyens malhonnêtes.

    Le but de cette campagne de presse est de discréditer définitivement Villepin aux yeux de l’opinion et même s’il bénéficie d’un non lieu -ce qui est probable- de semer un doute indélébile sur sa probité ; et de cette façon de saborder ses chances politiques car contrairement à ce que vous affirmez, elles sont grandes.
    Certes il n’a jamais été élu et alors ? C’est un grand serviteur de l’état, il l’a déjà prouvé à l’ONU en 2003. Et, est-ce si difficile de se faire élire dans les hauts de seine ou à Iaris 7ème où n’importe quel âne de droite se fait élire avec 60% des voix.

    Jusqu’ici Villepin a eu un autre parcours, demain, il ira au rendez-vous avec les électeurs où beaucoup qui n’en peuvent mais du déshonneur qui tous les jours s’abbat sur la France (le racisme d’Hortefeux, Frédéric Mitterand et son soutien à Polanski) l’attendent avec impatience.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération