• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Coke en stock (XXXVII) : le rôle trouble d’Hugo Chavez

Coke en stock (XXXVII) : le rôle trouble d’Hugo Chavez

Et au milieu de tout ce cloaque... trône Hugo Chavez. Si la Colombie est bien la grande pourvoyeuse en cocaïne, bien que deux autres pays la talonnent (le Brésil et la Bolivie), le Vénézuela, lui, est bien la plaque tournante des envois vers l'arc des Caraïbes, le Mexique, ou même comme on l'a vu vers l'Afrique de l'Ouest. Et à la tête du pays, on a un individu, porté à jouer les matamores, qui dénonce à tour de bras l'ingérence américaine, mais en même temps laisse proliférer ces trafics, tout en clamant sur les médias locaux à sa botte qu'il fait tout pour lutter contre les trafiquants. En l'espèce, les résultats ne sont pas probants, à vrai dire, et Chavez traîne derrière lui un bon nombre de personnes impliquées directement dans le trafic de cocaïne. Sur la sincérité de son engagement sur la lutte antidrogue, peu de gens lui donnent crédit désormais. Chavez, le roué, beugle que la drogue est la pire des choses pour son pays, mais en réalité semble avoir des œillères assez grandes sur ce qui s'y passe réellement. Le tout, avec une CIA qui n'attend que cela, de l'amener à la faute. Et ça aussi, il le sait bien.

Le circuit de la drogue par avion, on l'a vu, a donc bien changé : en 2003 encore, la drogue en partance de Colombie, déversée ou non à la frontière vénézuélienne partait vers le Mexique ou l’Amérique Centrale. Ce sont les deux directions possible, pour arroser le Mexique, via désormais le Honduras, et l'Afrique de l'Ouest directement du Vénézuela ou des îles alentour. Tout cela à partir de l'abondante production colombienne qui ne se tarit absolument pas, bien au contraire, à se demander à quoi servent les milliards injectés dans le "plan Colombia" de la DEA. Entre le Vénézuela et la Colombie, il y a la rivière Tachira... qui n’a jamais été un obstacle. En passe facilement de l'un à l'autre. Aux dernières nouvelles, l'administration Obama n'a plus les mêmes vues sur le sujet, il semble... En 2006, donc, renversement de tendance  : les vols se faisaient jusqu'ici vers La République Dominicaine en très forte majorité. Et de là repartaient, soit vers les Etats-Unis, soit vers l’Afrique de l’Ouest. Chavez étant opposé à la surveillance DEA sur son territoire, les narcos-trafiquants ont bien compris qu’il fallait plutôt passer par là en effet. Or aujourd'hui, c'est aussi le marché mexicain qui a pris le dessus. Et pour passer la drogue, ou la remonter au Mexique, tous les moyens sont bons, on s'en doute. "Le 6 février 2007, une tonne de cocaïne est interceptée à l’aéroport international Benito Juarez à Mexico. La drogue était dissimulée dans le double-fond de 25 valises embarquées à bord du vol de nuit Mexicana 374 en provenance de l’aéroport de Maiquetia (CCS, Caracas). L’enquête démontrait que les stupéfiants avaient transité de Colombie via l’aéroport international de Caracas. Sur cette plateforme aéroportuaire, les trafiquants règlent une « taxe » de 1 400 dollars aux forces de sécurité vénézuéliennes afin qu’elle ferment les yeux sur leurs activités". Ça c'est la méthode du graissage de patte, nous dirons assez traditionnelle dans des pays où la corruption est endémique (ou un sport national, comme en Grèce). Le 16 septembre 2009, on apprend que c'est tout un réseau d'employés d'American Airlines comportant 22 personnes qui cachaient la drogue à l'aéroport de Porto-Rico où un bob nombre de petits bimoteurs vénézueliens avait été vus. L'opération du FBI qui les avait coincés s'appelait " Operation Heavy Cargo". Ça c'est pour la seconde méthode (pour faire entrer la drogue aux Etats-Unis). A partir de 2007, le Vénézuela devient la zone privilégiée des atterrissages et décollages, avec 2009 comme année phare. 

L'autre méthode est celle que nous décrivons depuis le début de cette enquête, celle des petits bimoteurs décrits, et le relais des îles autour du golfe du Mexique. "Un pont aérien est organisé à partir du Venezuela en utilisant en particulier des avions d’affaires bimoteurs Beechcraft King Air, avec pour destination intermédiaire le Surinam, le Guyana, l’île d’Hispaniola (Haïti et Saint-Domingue). Partagée entre la République dominicaine et Haïti, Hispaniola sert d’étape aux narcotrafiquants pour fournir les Etats-Unis et l’Europe en drogues de toutes natures, mais principalement en cocaïne. A noter que souvent les avions ne se posent même pas. Ils larguent les colis en pleine mer où ils sont récupérés par des navires rapides. Ils sont ensuite acheminés vers la terre ferme où ils sont reconditionnés en vue d’être embarqués sur des cargos ayant pour destination les Etats-Unis et l’Europe". On comprend avec cette méthode que les atterrissages avec la drogue à bord soient souvent, dans la région, une situation d'urgence et non une situation ordinaire. Et c'est bien ce que je vous ai décrit, les seuls avions visibles étant ceux qui ont eu des ennuis.

En 2005, Chavez, qui jusqu'ici acceptait certaines intrusions anti-drogue, décide le clash avec la DEA américaine : "avec La décision d’août 2005 du président Hugo Chavez de rompre toutes les relations avec la Drug Enforcement Agency (DEA) sous prétexte d’« espionnage » américain a grandement permis aux trafiquants d’augmenter le flux de drogue transitant par le Venezuela estimé à plusieurs centaines de tonnes ! Comme par hasard, depuis 2005, les saisies de stupéfiants au Venezuela ont chuté de 40%. La corruption de certains membres des services de sécurité, en particulier appartenant à la Garde nationale n’a fait que faciliter les choses pour les Organisations criminelles transnationales (OCT) colombiennes comme le « cartel del Norte del Valle ». Le thème de l'espionnage, qui n'est pas totalement faux non plus, connaissant les liens entre la CIA, les ambassades US et la DEA, sera utilisé aussi par le président bolivien, en proie au même problème interne. Ces deux-là luttent-ils véritablement contre les trafiquants, c'est bien tout le problème !

Dans le pays, il y en a qui ont bien compris le profit qu’ils pouvaient en tirer de ce laxisme vénézuélien. Des gens liés au pouvoir, obligatoirement. Celui qui le raconte aujourd’hui est Feris Farid Dominguez, ancien trafiquant et même ancien baron, arrêté, extradé... et aussitôt devenu "consultant" de la DEA, aux Etats-Unis. Ce qu’il raconte aujourd’hui est sans doute vrai, mais il ne faudra pas oublier que dans ce jeu de billard diplomatique à trois bandes, on cherche, via la drogue, à charger au maximum la mule Chavez. On l’a vu précédemment avec l’histoire de la "célèbre" valise argentine (voir notre épisode N°12).

Selon Feris Farid Dominguez, donc, la filière vénézuélienne impliquerait des militaires véreux du pays, une partie de l’armée ayant été déçue par le leader tonitruant qui ne leur aurait pas permis de s’approcher de son cercle restreint personnel. Le principal responsable visé serait le général Hugo Carvajal Barrios, surnommé "El Pollo", signifiant le "Bantam Rooster" ("Petit Coq !"), en raison de sa petite taille, l'homme à la tête des renseignements militaires. la Dirección General de Inteligencia Militar (DGIM).  L'âme damnée de Chavez. L’homme a depuis longtemps des liens directs avec les Farcs. en mai 2006, par exemple Carvaja a tenu une réunion avec Germán Briceño Suárez, alias "Grannobles", leader des Farcs et frère de "Mono Jojoy", (ou"Monkey Jojoy"), dans une ferme nommée Corocito, près de San Silvestre, le but de la réunion était l’obtention de passe-droits dans le pays pour des membres de Farcs, dont Yeison Armando Escobar, alias "Cocorinche", membre du Front 45 des FARC. Lui et Didier et Yesid Ríos, deux résidents depuis 2007 de l'île Margarita, à 23 km seulement des côtes vénézuliennes, et surnommés le Clan Rios, ayant travaillé pour le Front 16 des Farcs dirigé par Tomás Medina Caracas, alias "Negro Acacio’" le grand responsable au sein des Farcs de la distribution de la drogue colombienne. Or c'est à Margarita qu'un intense trafic s'est développé.

BonnamyLîle Margarita nous intéresse particulièrement ici en France : c’est là que l’OCRTIS (l’Office central antidrogue français) a arrêté le 26 novembre 2009 le français Jean-Marie Bonnamy qui a pour correspondant colombien Salomon Camacho, soupçonné d’être à la tête d’un gros trafic. Un de ses voiliers, avait été arraisonné par La Gracieuse, un patrouilleur de la Marine nationale, et avait été retenu à Saint-Martin avait à son bord 986 kilos de cocaïne cachés dans des fûts de plastique ! A l’autre bout, il y avait une paisible retraitée : la propre mère de Bonnamy, en maison de retraite à... Maisons, près de Narbonne. Chez elle, des milliers d’euros en petites coupures et... un Zodiac. Voilà comment on passe des avions à turbopropulseurs ou aux Boeing... aux pantoufles et aux charentaises de retraités, sans doute !

Toujours selon notre informateur ancien repenti, responsable principal du trafic au Vénézuela est colombien, c’est Hermágoras González Polanco, du Cartel du Soleil, surnommé "Gordito", ou "Fatso" ou "Fatty Gonzalez" (il est bien épais en effet !), qui, au Vénézuela, pourrait se promener librement car détenant deux cartes officielles : celle d’un commissaire de la DISIP et une des services spéciaux de la Garde Nationale. Il a finalement été arrêté en mars 2009 dans le district de Zulia. Encore une fois, on retombe sur ce qu’on a pu voir en Afrique ; au plus haut du pouvoir règne une forme évidente de corruption. L’homme, avec Hugo Carvajal Barrios, n’hésitait pas à très violent, et même à torturer ceux qui voudraient lui mettre des bâtons dans les roues : c’est la même situation qu’au Mexique, où l’on coupe des têtes pour montrer sa puissance et faire peur.  Deux militaires colombiens infiltrés ont fait les frais de leurs représailles : le capitaine Camilo González et le Caporal Gregorio Martínez, tués dans les bâtiments de la Garde Nationale à Santa Bárbara, dans l’état de Zulia. Pour beaucoup, Hugo Carvajal Barrios, chez Chavez, est le clone de Montesinos, le "raspoutine péruvien", responsable des renseignements (le Servicio de Inteligencia Nacional), et conseiller du président-escroc Fujimori. Montesinos dirigeait un groupe paramilitaire qui semait la terreur, rappelons-le, le Grupo Colina de sinistre réputation.

Mais dans cette histoire, il ne faut pas oublier une chose : quand Feris Farid Dominguez se fait pincer, en septembre 2006, sur l'îlle Margarita, on est en train de charger un avion de 2,5 tonnes de drogue saisi à l’Aéroport d’Aguascalientes, à Mexico. Un avion lui appartenant. Le type d'avion qu'il utilisait rappellait beaucoup celui du Nicaragua de 2004 : le Beechraft 200 numéro N168D, qui était lui aussi un faux numéro (c'était celui d'un CN-235-300 de de Devon Holding and Leasing Inc, un avion... de la CIA !).  Son véritable numéro étant N391SA, celui de Sky Way Aircraft Inc, société étroitement liée on le sait à la CIA. Le numéro de l'avion du Nicaragua ressemblait comme deux gouttes d'eau à ceux des avions précédents de nos périples transatlantiques : faux, et collé à la va-vite sur le fuselage. Toujours le même procédé ! L'appareil avait atterri dans un champ de coton, et était découvert abandonné. On avait intercepté un camion pas loin de là, contenant une tonne de cocaïne. A l'intérieur de l'avion, partout des traces de cocaïne. Feris Farid Dominguez jouait-il déjà double jeu à l'époque ? Avec un tel individu, le doute est largement permis !

Tous ces avions provenaient du Vénézuela et avaient le même propriétaire vénézuélien, très lié à ses vendeurs exclusifs américains. Visiblement, on a profité d'un état de fait : le refus de Chavez de participer à partir de 2005 aux actions de la DEA américaine. " Hugo Chavez, aveuglé par son anti-américanisme virulent, a indiscutablement beaucoup fait pour faciliter la tâche aux trafiquants de drogue. De là à prétendre qu’il est leur allié semble exagéré. Il a personnellement démis de leurs fonctions Luis Corea, le chef du bureau anti-narcotiques de la police, et fait condamner le brigadier général Frank Morgado qui dirigeait la Garde nationale pour leurs liens avérés avec les narcotrafiquants. De là à dire qu’il combat efficacement le trafic de drogue et la corruption, il y a un grand pas à franchir", note Alain Rodier. Bref, la position de Chavez est à l'image de sa politique : loin d'être une ligne droite !

Chavez en a-t-il conscience, en effet ? Sans aucun doute. L’homme est suffisamment retors pour ça. Mais ce qu’il faut aussi noter, c’est l’incroyable organisation que la CIA a mis indirectement à sa disposition, en définitive : on voudrait faire tomber Hugo Chavez pour trafic de drogue qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Car on est bien forcé de constater une chose : tous les avions, ou presque, dont on a parlé ici comme étant les transporteurs de la drogue sont tous d’origine américaine, liés à une ou deux entreprises minuscules dont la principale a été fondée par un voisin de chambrée de Georges W. Bush. Les avions ont tous passé par des ateliers de refurbishing, qui les a peints aux couleurs vénézuéliennes, et ont tous le même propriétaire, comme par hasard un vénézuélien. Les méthodes sont toujours les mêmes : simulation de panne à l'arrivée et autocollants comme numéros ajoutés à la dernière minute sur la carlingue (ci-dessous un Beechraft vénézuélien immatriculé YV-724 contraint à atterrir à la suite de tir à Utila, au Honduras, le 9 septembre 2009). 

A chaque fois, le propriétaire des avions l'est devenu la veille du jour où le registre de l'avion a changé, des avions qui ont parfois servis à des transferts de prisonniers de Guantanamo avant de devenir livreur de drogue dans le Yucatan. Non, ces habitudes, ces liens avec les pouvoirs en place, et le lourd héritage de la Mena, plus les activités douteuses d’un Oliver North nous inclinent à penser que l’on a facilité cette situation au lieu de chercher à la contrecarrer. En ayant comme but d’entraîner Hugo Chavez dans le circuit. Et en tirant au passage les fruits de la revente de la drogue : autant rentabiliser l’affaire au passage. Les circuits transatlantiques, la CIA les effectue depuis longtemps, avec les Boeing 727 du Shah, ou la flotte d’avions de contractants pilotés par des mercenaires qui font toutes les semaines le voyage vers l’Afghanistan. C’est un système huilé, qui a plus de 50 ans d’âge, hérité du Viet-Nam. Et c'est l'omniprésence de petits drapeaux vénézuéliens sur chaque avion qui intrigue : de simples narco-trafiquants prendraient-ils le temps de repeindre les avions ? Ou des les enregistrer systématiquement au Venezuela ? Chavez prendrait-il ce risque lui-même ? Certainement pas ! Escobar, qui possédait aussi ce genre de bimoteurs, ne s'embarrassait pas avec ça... A noter que l'avion que l'on voit aujourd'hui ici est une réplique : l'original a été perdu en mer... 

Pour faire bonne figure, Chavez clame être dans son bob droit en exhibant des prises. Telle celle de l'avion intercepté le 13 août 2010, et dont l'un des pilotes, Alberto Quintana, était citoyen... américain L'avion avait décollé de Trinidad et Tobbago, et visait l'aéroport de Puerto Ordaz comme destination avant d'être intercepté en vol par les avions de Chavez, ayant subitement changé de destination vers la région de Meta dans l'état d'Apure.. L'avion immatriculé N340CG, mais lors de la saisie, aucun chargement de coke n'avait été découvert à bord, paraît-il : "Le test a confirmé que l'avion avait été utilisé pour transporter de la cocaïne.Compte tenu de cette information, nous avons déployé des équipes spéciales pour tracer la zone. Il est important de considérer que l'avion a décollé vide de Trinité-et-Tobago et a atterri dans l'État d'Apure pour probablement charger la cocaïne, puis revenir vers les Caraïbes. La cocaïne est probablement enterrée près de la bande de terrain clandestin où l'avion a atterri ", a déclaré le fonctionnaire de l'ONA.

Je l’ai conté ici, déjà, en évoquant le crash du Gufstream du Yucatan : "l’un de ces avions perdus nous donnait sans le savoir, en fait, la clé du fonctionnement financier de la CIA. C’est tout simplement et depuis toujours de l’autofinancement… à base de trafic de drogue. Exactement la scène d’Air America ou l’adjoint de Mel Gibson transperce malencontreusement un sac censé contenir du riz. Car le poids emporté est parfois aussi phénoménal. L’homme qui avait vendu cet avion était Joao Malago, le patron brésilien d’une entreprise de biocarburant, Atlantic Alcohol, couverture parfaite de la CIA. L’homme travaillait en duo avec un américain, Larry Peters, le propriétaire d’une firme d’aviation, Skyway Aircraft Inc. installée à St. Petersburg, Floride, mise en cause à plusieurs reprises dans des trafics de drogue. Malago n’en était pas resté là, avec son petit Beechcraft : sa société d’aviation Donna Blue Aircraft Inc. avait aussi racheté un autre appareil accusé d’avoir servi à transporter des prisonniers à Guantanamo. Un superbe Gulfstream, immatriculé N987SA, piloté par un duo improbable dont un personnage véritable, un vétéran des vols de la CIA). L’avion avait été retrouvé crashé, coupé en deux, au Yucatan, au Mexique, avec à bord plus de 4 tonnes de cocaïne colombienne, sagement rangée dans plus de 100 sacs militaires US. Les deux pilotes, dont Smith, alias Vega, avaient réussi à s’en extirper et avaient fui dans la nature avant l’arrivée des policiers mexicains, venus en hélicoptère et ayant poursuivi quelque temps le jet  !" J’en avais déjà conté en janvier 2008 dans Agoravox l’histoire complète.
 

Quant à savoir la méthode d'approvisionnement des appareils, elle est simple. Quand les trafiquants ne les volent pas, ce qui semble être une nouvelle méthode, il les achètent en feuilletant le catalogue... des saisies des douanes américaines. Via une entreprise bidon comme Skyway, ou Part Planes.. L'adresse gouvernementale regorge des mêmes modèles  ! En cherchant un peu, on peut même trouver... un Boeing 727 ! Proposé le 23 février 2009 ! A vendre avant le 10 mars prochain !!! Enchère de départ : 1000 dollars.... On y trouve aussi un Cessna 412 en parfait état de marche : celui saisi le 11 décembre 2008 à Sugar, Texas, en provenance de McAllen et Wharton, avec à bord cinq émigrés ... chinois, montés à Wharton. Les deux pilotes avaient été relâchés, mais l'avion avait été saisi. Et depuis remis en vente.

Pendant ce temps, pour couper court aux vilaines rumeurs, Chavez fait des efforts : il arrête à Valencia "Big Papa" ( ou "Papa Grande,” “El Viejo” et “Hector), le 17 janvier 2010, autrement dit Salomon Camacho Mora, qui avait une récompense de 5 millions dollars offert par les américains sur sa tête. Enfin, dit l’arrêter : c’est via l’arrestation, on l’a vu du français Bonnamy. L’ancien collègue de Pablo Escobar, aujourd’hui âgé de 65 ans avait introduit 9 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis en deux ans seulement. Joli score. Aujourd'hui extradé aux Etats-Unis, où il avait déjà été condamné en 1991, puis en 2002 et en 2005. Des efforts encore, avec le 14 février dernier l’annonce de la découverte de 28 petits avions servant aux trafiquants, paraît-il, à El Sombrero. A deux pas de la base des nouveaux chasseurs Sukkhoi... ce qui semble difficilement crédible, avouons-le. A ce jour, on n’a eu que l’annonce de la saisie, et aucun cliché pour le prouver. Chavez n'est pas clair, et nous allons nous en apercevoir bien davantage un peu plus loin encore.

Pas clair, mais il tient à montrer un beau faciès, celui d'un homme luttant contre un fléau qui ravage son pays et les pays limitrophes. Et il y a du travail à faire : "L'un des principaux éléments de lutte contre le Venezuela contre le trafic de drogue en 2008 a été la destruction des pistes d'atterrissages illicites dans des régions isolées qui sont utilisés par de petits avions transportant des drogues interdites. Selon un article paru dans le Washington Post publié le 7 avril 2008, ces dernières semaines les autorités vénézuéliennes ont détruit 157 de ces pistes d'atterrissage, la majorité d'entre eux dans l'état ​​peu peuplées de l'Ouest de l'Apure. L'article a en outre déclaré : "La ligne de front ressemble à une prairie qui, à vu à partir d'un hélicoptère militaire, ressemble aux prairies du Dakota, sauf pour les palmiers occasionnels qui servent de ponctuation pour cette vaste étendue d'herbe qui s'étend au sud de la frontière poreuse avec la Colombie. Une équipe de commandos spéciaux, traînant des détonateurs, des câbles et des explosifs du Venezuela a ainsi miné une bande de terre de 1 700 yards. Avec des températures avoisinant les 100 degrés Farenheit, huit explosions ont secoué la terre dure, soufflant dans le champ des cratères contre les atterrissages et soulevant des nuages ​​bruns dans le ciel. Avec la dernière explosion, les fonctionnaires ont dit qu'ils avaient détruit toutes les bandes clandestines dans cet état. " Parmi les "contrôleurs" des pistes clandestines : Makled-Garcia !

Faire sauter les "land strips", mais aussi surveiller les atterrissages clandestins. "Un autre élément de la lutte contre le Venezuela le trafic de drogue est l'utilisation de radars pour suivre et d'intercepter les avions transportant des drogues illicites. Jusqu'à présent, le Venezuela a installé trois stations de radar fabriqués en Chine, avec sept autres devant être installés en Octobre. L'achat et l'installation de ces radars, qui coûtent 260 millions de dollars, permettra au gouvernement vénézuélien de mieux et plus complètement contrôler son espace aérien. L'Assemblée nationale est susceptible d'approuver une loi cette année qui permettra à la Force aérienne du Venezuela pour abattre des avions trafic illicite de stupéfiants, semblable à un programme utilisé en Colombie et au Brésil." Abattre carrément les récalcitrants, tout le monde s'y achemine, semble-t-il. L'exemple d'un avion colombien Tucano abattant un petit bimoteur est dans tous les esprits... (en oubliant que toute la scène avait été guidée d'un avion...US !). Chavez a choisi... Chinois : quatre K-8W, dans lequel il a pu s'asseoir le 31 octobre 2008, déjà. Pas sûr qu'ils soient destinés seulement à lutter contre le trafic de drogue...


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • sonearlia sonearlia 8 avril 2011 09:54

    « avec La décision d’août 2005 du président Hugo Chavez de rompre toutes les relations avec la Drug Enforcement Agency (DEA) sous prétexte d’« espionnage » américain »


    En même temp on peut pas trop le lui reprocher...

    Chavez en a-t-il conscience, en effet ? Sans aucun doute. L’homme est suffisamment retors pour ça. Mais ce qu’il faut aussi noter, c’est l’incroyable organisation que la CIA a mis indirectement à sa disposition, en définitive : on voudrait faire tomber Hugo Chavez pour trafic de drogue qu’on ne s’y prendrait pas autrement. 

    ...Mais alors vraiment pas, du coup le titre serait pas un peu trompeur ?

    • asterix asterix 8 avril 2011 10:17

      Et moi qui croyais que Chavez est un type bien parce que c’est un dictateur de gauche.
      Que voulez-vous, je suis si candide...


      • Yvance77 8 avril 2011 11:21

        Salut,

        Au lieu de nous saouler avec l’escadrille de la drogue vous ne voulez pas nous faire un billet sur la disparition du grand Calvin Russell ?

        Car ça je sais que vous savez faire et même très bien le faire !

        Bye


        • LE CHAT LE CHAT 8 avril 2011 11:23

          Même remarque qu’Astérix , ce colonel avec un berêt rouge encensé par tout ce qu’Agoravox compte de gauchistes ne serait en fait pas mieux que Noriega !

          est ce lui qui a fourni de la mauvaise came à Khadafi pour qu’il délire autant ?  smiley


          • le folisophe le folisophe 8 avril 2011 11:34

            ce qui n’est pas dit dans cet articles, tres interessant au demeurant, c’est qu’avant 2009, il n’y avait pas de police national mais 135 intitutions policieres, http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/LEMOINE/19524, qu’en est il depuis la creation de la PNB... ?


            • morice morice 8 avril 2011 11:45

              euh c’est pire....


            • le folisophe le folisophe 8 avril 2011 12:46

              euh.. c’est court !


            • morice morice 8 avril 2011 11:43

              « Au lieu de nous saouler avec l’escadrille de la drogue vous ne voulez pas nous faire un billet sur la disparition du grand Calvin Russell ? »


              non, car il n’était pas grand, tout simplement. Je l’ai vu plusieurs fois en concert, et jamais il ne m’a plu. Point barre. Pour votre gouverne, l’article sur Sweet Micky est le plus lu de la semaine : c’est con pour vous, hein !

              «  ce colonel avec un berêt rouge encensé par tout ce qu’Agoravox compte de gauchistes »
              pour un mec du FN tout ce qui est au centre est DEJA à l’extrême gauche... ah ah ah !

              • Jean Lannes Chris Lefebvre 8 avril 2011 19:48

                Tous ces articles à la suite, vous les rédigez tous les jours ? Ou sont-ils issu d’un livre que vous publiez ici en plusieurs fois ?


              • Loatse Loatse 8 avril 2011 13:03

                Bonjour Morice,

                J’éprouve une grande admiration pour Hugo chavez, cet homme est pour moi un homme droit, soucieux du bien être de son peuple et de justice... Je ne crois pas un instant qu’il puisse avoir un quelconque lien avec le cartel de la drogue...

                "Le point commun entre toutes ces accusations est l’’absence absolue de preuves ou de faits concrets étayant les diverses déclarations. Le président Chávez a dénoncé les manœœuvres colombiennes et états-uniennes. « J’alerte le monde à ce sujet : l’empire nord-américain est en train de créer les conditions pour générer un conflit armé entre la Colombie et le Venezuela », a-t-il souligné. « En moins d’une semaine le chef des forces armées de l’empire s’est rendu en Colombie [suivi par] le tsar antidrogue qui a dit que j’étais un ‘grand facilitateur’ du narcotrafic », a-t-il ajouté, fustigeant par la même occasion les déclarations du ministre colombien de la Défense .

                Le président du Nicaragua Daniel Ortega a également mis en garde la communauté internationale contre le danger représenté par l’actuelle campagne destinée à lier le Venezuela au trafic de drogue. « Les États-Unis sont en train d’utiliser le territoire colombien […]. Il s’’agit d’’un pays qui est militairement occupé par les États-Unis, pour essayer de détruire cet espace qui est en train de s’ouvrir en Amérique latine », a-t-il noté. « Nous espérons que le peuple colombien pourra freiner l’attitude de son gouvernement afin qu’il ne commette pas la folie de provoquer une confrontation ».

                En réalité, le seul haut dirigeant à être impliqué dans le trafic de drogue est le président colombien Alvaro Uribe, comme le souligne une source au-dessus de tout soupçon : un rapport de renseignement du département de la Défense des États-Unis de septembre 1991 détaille les relations de ce dernier avec le cartel de Medellín et les paramilitaires.."

                http://www.voltairenet.org/article155192.html


                • morice morice 8 avril 2011 14:05

                  J’éprouve une grande admiration pour Hugo chavez, cet homme est pour moi un homme droit, soucieux du bien être de son peuple et de justice... Je ne crois pas un instant qu’il puisse avoir un quelconque lien avec le cartel de la drogue...


                  va falloir réviser vos jugements.... ou mieux regarder les avions !

                  Le président du Nicaragua Daniel Ortega a également mis en garde la communauté internationale contre le danger représenté par l’actuelle campagne destinée à lier le Venezuela au trafic de drogue.

                  logique, il en assez bénéficié....

                  « En réalité, le seul haut dirigeant à être impliqué dans le trafic de drogue est le président colombien Alvaro Uribe, »

                  ah, là pas de problème ; c’est jusqu’au cou chez lui, mais vous allez attendre que je vous parle des autres, ceux que vous avez oublié... 

                • Loatse Loatse 8 avril 2011 14:17

                  Ce n’est pas logique, Morice...

                  C’est plus de 480 millions de dollars qu’a investi le Vénezuela dans l’installation de radars permettant de contrôler l’espace aérien national, et plus particulièrement la frontière avec la Colombie, contre le traffic de la drogue...

                  Vous ne sentez pas la campagne de désinformation lancée par la Maison-Blanche et relayée par Bogota avec pour but de ternir l’image du gouvernement vénézuelien, peut-être en vue d’une intervention militaire indirecte ?
                   
                  Washington n’accepte pas de voir une nation du sous-continent s’affranchir de sa tutelle et revendiquer son indépendance.

                  Je ne vois là, qu’une sorte de propagande savamment orchestrée... Cela m’étonne de vous, Morice que vous relayez celle ci...


                • morice morice 8 avril 2011 14:21

                  vous lisez trop Meyssan...


                • morice morice 8 avril 2011 14:25

                  C’est plus de 480 millions de dollars qu’a investi le Vénezuela dans l’installation de radars permettant de contrôler l’espace aérien national, et plus particulièrement la frontière avec la Colombie, contre le traffic de la drogue...


                  vous avez UNE photo des « radars » ?

                  MOI, pas.

                   l’empire nord-américain est en train de créer les conditions pour générer un conflit armé entre la Colombie et le Venezuela », a-t-il souligné.

                  c’est pour ça qu’il achète des avions d’attaque au sol pour lutter contre la drogue sans doute...

                • Loatse Loatse 8 avril 2011 14:39

                  Il est difficile d’accuser les autorités vénézueliennes d’attentisme ou d’immobilisme dans la lutte contre le trafic de drogue. En effet, selon le Bureau national contre les drogues (ONA), en 2007, 57 tonnes de drogues et 53 avions ont été saisis sur le territoire national. Treize laboratoires de production de cocaïne ont été détruits à la frontière colombienne ainsi que 60 pistes d’atterrissage clandestines. En outre, 126 autres pistes sont en passe d’être démantelées. Plus de 178 tonnes de substances chimiques ont été saisies ainsi que 23 immeubles, 25 embarcations, 18 avions, 53 fermes et 106 véhicules utilisés dans cette activité criminelle. Le Venezuela a également procédé à l’extradition de trois individus vers la Colombie en mars et avril 2007, répondant favorablement à une demande du département administratif de sécurité (DAS) de ce pays. Un citoyen états-unien a également été déporté, suite à une demande de Washington [20].

                  Le Venezuela a investi 480 millions de dollars dans l’installation de radars permettant de contrôler l’espace aérien national, et plus particulièrement la frontière avec la Colombie. Plus de 380 fonctionnaires des services de la sécurité de l’État sont employés à plein dans la surveillance des éventuels trafics illicites et l’analyse des images satellites pour détecter les cultures illicites. En décembre 2007, pas moins de 14 survols de la zone frontalière ont été effectués [21].

                  Les institutions internationales telles que les Nations unies, mais également l’Organisation des États américains ont salué les efforts vénézueliens dans la lutte contre le trafic la drogue, notamment au niveau de l’utilisation du système interaméricain des données uniformes sur la consommation des drogues, l’application de programmes de prévention, la réalisation d’enquêtes nationales, la création d’un registre national de substances chimiques à contrôler, la promulgation de la loi organique contre le crime organisé, l’éradication systématique des cultures de drogues et la ratification de plusieurs conventions internationales de lutte contre les drogues .

                  Vous avez nommément impliqué Hugo Chavez, Morice, tout d’abord l’accusant tout d’abord d’accointance avec les narcotrafiquants puis ensuite de négligence... ce qui n’est pas du tout la même chose, d’autant que vos informations n’apportent aucune preuve de ceci..

                  Vous bossez pour les ricains ou quoi ???


                • morice morice 8 avril 2011 15:52

                  Vous bossez pour les ricains ou quoi ???


                  bien sûr. D’ailleurs, j’écris ici plein ce choses charmantes sur eux...

                • morice morice 8 avril 2011 16:00


                  J’éprouve une grande admiration pour Hugo chavez, cet homme est pour moi un homme droit, soucieux du bien être de son peuple et de justice... Je ne crois pas un instant qu’il puisse avoir un quelconque lien avec le cartel de la drogue...


                  relisez l’affaire de la valise argentine, on en reparlera... vous n’êtes au courant de rien, visiblement !



                • morice morice 8 avril 2011 16:07

                  votre trollisme ici est EVIDENT :


                  Par Loatse (xxx.xxx.xxx.42) 25 mars 00:19

                  Dernière info de première importance de wikileaks d’après les révélations de la femme de chambre d’un grand hotel saoudien.. Suite à la demande de réservation de kadhafi.. ; « on affiche complet »...

                  il s’agit surement d’un complot...
                   
                  Chavez serait aux abonnés absents également. De source sure d’un agent de venezuela telecom, celui ci aurait omis de régler sa facture.. :)

                  Aux dernières nouvelles, la standardiste de chez TEPCO refuse de prendre les incessants appels d’un certain Assange...


                  bref que venez vous faire, sinon foutre la zone ?


                • Loatse Loatse 9 avril 2011 11:13

                  Marrant ca, dés qu’on exprime une opinion contraire à la vôtre, on « sème la zone »... j’ai le droit de m’exprimer tout comme vous, morice et de temps en temps de faire de l’humour, ce dont vous semblez complètement dépourvu...


                • Pyrathome Pire alien 8 avril 2011 14:05

                  Toujours passionnant, mais franchement je ne vois pas où serait l’intérêt de Chavez en couvrant ces trafics, est-il au courant ? Ne pourrait-il pas y avoir des gens dans son ombre qui chercheraient à le compromettre ? Ou des amis qu’il ne voudrait pas froisser (drôle d’amis en passant..) .. ?
                  Se faire griller aux yeux du monde par de vulgaires et immondes trafics de drogue serait très contre-productif à son image, je ne vois pas vraiment la finalité de cette supposée activité....
                  mais de nos jours, on est surpris par plus grand-chose !!


                  • morice morice 8 avril 2011 14:09

                    « Heil Morice, si tu aime pas la coke faut pas en dégoutter les autres. »


                    retrait demandé à la modération pour deux raisons : le « HEIL » et le soutien à la cocaîne.

                    venant d’un troll bien connu..

                    réinscrit le 30 juin 2009 20:20

                    toujours le même : viré le même jour qu’il se réinscrit : RAS LE BOL !

                    • Loatse Loatse 8 avril 2011 14:10

                      aie Rakai !

                      Vous confondez :

                      La feuille de coca qui est utilisée, de manière empirique, de très longue date par les Indiens des Andes qui mâchent les feuilles de coca ou les consomment en infusion pour les aider à résister à la fatigue et à l’altitude AVEC la cocaine appelée également « coke » qui elle, est un alcaloïde  extrait de la coca. . Elle est classifiée comme stupéfiant par la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 de l’ONU.


                      • morice morice 8 avril 2011 14:17

                        « Se faire griller aux yeux du monde par de vulgaires et immondes trafics de drogue serait très contre-productif à son image, je ne vois pas vraiment la finalité de cette supposée activité....
                        mais de nos jours, on est surpris par plus grand-chose !! »


                        difficile de croire qu’il n’est pas au courant...



                        « participe » ou « facilite », en tout cas, n’enraye pas.... sa lutte anti-drogue est INEFFICACE.

                        • Madoff Madoff 8 avril 2011 15:43

                          « sa lutte anti-drogue est INEFFICACE. »

                          Comme dans tout les pays du monde Mr Morice ,


                        • morice morice 8 avril 2011 15:53

                          Comme dans tout les pays du monde Mr Morice ,


                          ah ouais, et POUQUOAAAAA ?

                        • Madoff Madoff 8 avril 2011 16:14

                          Désole Mr Morice je ne parle pas CWEEOOOL


                        • morice morice 8 avril 2011 14:20

                          « La feuille de coca qui est utilisée, de manière empirique, de très longue date par les Indiens des Andes qui mâchent les feuilles de coca ou les consomment en infusion pour les aider à résister à la fatigue et à l’altitude AVEC la cocaine appelée également »coke« qui elle, est un alcaloïde extrait de la coca. . Elle est classifiée comme stupéfiant par la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 de l’ONU. »


                          confond rien du tout... c’est bien de cocaîne dont je parle. N’essayez pas l’argument d’Evo Morales... l’avion crashé au Mali n’était pas rempli de FEUILLES à ce que je sache... 

                          • Loatse Loatse 8 avril 2011 14:41

                            Je m’adressais à Rakai, Morice... vous avez fumé la moquette ou quoi ???? :))))


                          • Gérard Luçon Gerard Lucon 8 avril 2011 14:20

                            et imperturbable Morice continue son travail malgré l’actualité,

                            j’admire qu’il y en ait encore sur Agoravox qui se rappellent qu’il n’y a pas que la Lybie, la Côte d’Ivoire et Fukushima (mais là au moins on a des images choc et des films de propagande bien léchés)

                            Ceci dit pendant qu’on nous bassine avec le néocolonialisme et le nucléaire on ne pense pas à ces trafics de drogue, à nos futures retraites, aux dossiers et casseroles des gouvernants, aux magistrats carpettes et aux banquiers spéculateurs


                            • morice morice 8 avril 2011 14:22

                              et imperturbable Morice continue son travail malgré l’actualité, 


                              et sweet micky...

                              Ceci dit pendant qu’on nous bassine avec le néocolonialisme et le nucléaire on ne pense pas à ces trafics de drogue, à nos futures retraites, aux dossiers et casseroles des gouvernants, aux magistrats carpettes et aux banquiers spéculateurs

                              exactement. Y’en a même pour admirer Chavez, c’est vous dire....

                              • Loatse Loatse 8 avril 2011 14:45

                                voui, voui, je confirme, je persiste, VIVE CHAVEZ !!!!

                                Celui ci a diminué le fossé entre les revenus, éliminé l’analphabétisme, a mis en place un système de sécurité sociale pour tous les Vénézuéliens, a réduit les inégalités et a augmenté le niveau de vie de façon générale.
                                 
                                Pendant que Bush et Obama multipliaient les guerres à l’étranger et faisaient voter des réductions d’impôts pour les riches, Chavez s’employait à améliorer la vie des pauvres et des nécessiteux tout en se défendant contre la dernière vague d’agressions des USA.

                                C’est un grand homme...




                                • morice morice 8 avril 2011 14:58

                                  voui, voui, je confirme, je persiste, VIVE CHAVEZ !!!!


                                  on n’est pas ici pour placer une PROPAGANDE. Chavez est un DICTATEUR. 


                                • Pyrathome Pire alien 8 avril 2011 15:31

                                  Chavez est un DICTATEUR.....

                                  Non, Chavez est tout sauf un dictateur.....Uribe en est un, c’est sûr !
                                  À ce compte là, Sarko est aussi un dictateur....et tout les autres également !
                                  Pinochet c’était fait élire aussi ?? Il y a ceux qui s’élisent tout seul et d’autres qui se font élire par la fraude, Tunisie, Algérie, Égypte, Libye, Russie ....etc ( la liste est trop longue..).......et même les USA ...ça, vous le savez !!..
                                  Mesurez vos termes, SVP !!


                                • le folisophe le folisophe 8 avril 2011 15:43

                                  « on n’est pas ici pour placer une PROPAGANDE. Chavez est un DICTATEUR. »
                                  vous n’en etes plus a un paradoxe pres, surtout sur le fond, dans vos articles precedent, j’avais crus comprendre que la CIA etait associe a ce traffic, maintenant Chavez est un trafficant puisque la CIA le dit.
                                   ???


                                • morice morice 8 avril 2011 15:56

                                  Non, Chavez est tout sauf un dictateur.....


                                  c’en est un.

                                • morice morice 8 avril 2011 16:03

                                  « j’avais crus comprendre que la CIA etait associe a ce traffic, maintenant Chavez est un trafficant puisque la CIA le dit. »


                                  ça vous est difficile à imaginer que les DEUX en profitent ?

                                • diego149 diego149 8 avril 2011 18:06

                                  Loatse connaissez vous le Venezuela ? Chavez est loin d’être l’icône que vous nous proposez.. Ce qu’écrit Morice est tout à fait bien documenté.


                                • diego149 diego149 8 avril 2011 18:11

                                  Pire Alien Uribe est un « dictateur » qui a respecté la constitution et ne s’est pas représenté. Pour un dictateur c’est rare non ? Par contre Chavez bidouille la constitution pour rester au pouvoir. Morice a raison et je ne pense pas qu’on puisse l’accuser de fascisme ou d’être un agent des gringos...


                                • latitude zéro 9 avril 2011 03:20

                                  Chavez un dictateur !!!!!!!!!!!!!!!

                                  Morice vous me décevez.

                                  Je cite Lula
                                  « Hugo Chavez est le plus légitime d’entre nous »

                                  Lula est il un dictateur aussi ?

                                  Qu’est ce qu’il vous arrive Morice ?


                                • morice morice 8 avril 2011 14:45

                                  « Washington n’accepte pas de voir une nation du sous-continent s’affranchir de sa tutelle et revendiquer son indépendance. »


                                  faudra penser à regarder les avions... de plus près.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès