Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment la gauche rejette son passé de collabo sur la droite (...)

Comment la gauche rejette son passé de collabo sur la droite nationale

Avec les récentes déclarations de Marine Le Pen sur les prières de rue musulmanes, comparées à une Occupation du territoire, la gauche a sauté sur l’occasion et ne s’est pas privée de mettre sur le dos de la droite nationale tout le passé collaborationniste de la France. La situation mérite une mise au point, non par défense de cette même droite, mais par attachement à la vérité historique. La gauche n’assumerait-elle plus une partie de son passé ?

« Tel père, telle fille » répétait-on. Alors oui, la consigne était donnée, à gauche comme à droite. Marine Le Pen grimpe dans les sondages, il faut au plus vite se servir de ses provocations volontaires afin de remettre en marche la diabolisation. Cependant, certains hommes de gauche font entendre un tout autre réquisitoire contre le Front National : le fascisme, le nazisme, et même le pétainisme.

Ces mots, je ne les invente pas. Il serait vain de relever les indénombrables sorties qualifiant le FN de parti dans la lignée de la pensée mussolinienne, hitlérienne et pétainiste.

Parmi les plus récentes, on retrouve Bernard-Henri Lévy qui avait directement qualifié Marine Le Pen de « fasciste » sur le plateau du Grand Journal.
Ou encore Jean-Luc Mélenchon qui a pu profiter de ses passages télévisés fréquents pour étiqueter le parti frontiste d’héritier du nazisme et du fascisme. « Les ancêtres de ces gens là, l'extrême droite européenne, ont envoyé, non seulement les juifs où l'on sait, mais les socialistes et les communistes dans les camps de la mort » a-t-il lancé.
Du côté du PS, nombreuses également furent les indignations, dont celles de Benoit Hamon, porte-parole du parti, qui a déclaré sans trembler que Marine Le Pen était « héritière d'une famille politique d'extrême droite qui avait fait le choix de la collaboration ».

Enfin, Jean-Michel Apathie le grand éditocrate de gauche s’est livré à une sortie virulente aux accents sudistes lundi soir sur Canal + :
« La deuxième guerre mondiale en France c'est le moment historique où la droite nationale et autoritaire perd son honneur. Tous les courants de pensée résistent, chacun à son rythme, et la droite pétainiste, elle, collabore avec l'occupant.
« L'occupation, c'est la droite nationale qui collabore (...) Il y a sur la droite nationale, une tâche indélébile.
« On est au cœur de la psychanalyse. Le Front National c'est une communauté qui voit ses racines contestées. C'est un peu comme des enfants qui verraient leurs parents mis au banc des nations.
« Le but des dirigeants du Front National est de réhabilité l'honneur perdu du pétainisme ».

Et dire que ce dernier se demandait où la fille Le Pen était allé chercher le rapprochement entre les prières de rue et l’Occupation… Il faudrait également se demander jusqu’où JM Apathie a-t-il creusé pour en arriver à cette conclusion. Mais au regard des différentes déclarations à gauche, on constate qu’il ne fait pas cavalier seul dans la propagation de ce genre d’affirmations.

Pourquoi la gauche profite-t-elle de cette occasion pour rapprocher Front National et Collaboration ? Car le sujet l’imposait, certes, mais c’est à se demander si cette dernière n’aurait pas quelques casseroles dans le tiroir, et tenterait de les refiler discrètement à la cible commune du moment : la droite nationale et l’esprit nationaliste, celui dont BHL veut « réduire le caquet ».

Si l’on se penche avec précaution et attention dans la période vichyste, on découvre alors une réalité bien dissimulée. N’est-ce pas le Front Populaire qui a voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940 ? Parmi les 649 suffrages exprimés lors du vote à l’Assemblée, la gauche ne représentait-elle pas la majorité incontestable, sénateurs compris ? 286 votants en faveur des pleins pouvoirs, sur 569, n’avaient-ils pas une étiquette de gauche (283 étaient de droite, soit un peu moins) ? Léon Blum lui-même n’a-t-il pas déclaré qu’il se sentait comme « un étranger, comme un suspect au sein de (s)on propre parti » ?

La situation est bien triste, et bien intéressante à la fois. La gauche s’indigne aujourd’hui ? Elle a voté les pleins pouvoirs à Pétain en 40, elle a collaboré dans sa large majorité en 40, elle s’est retournée contre les juifs en 40. Emportée par son pacifisme, son désir absolu de paix, elle a vu dans l’étoile jaune un facteur de guerre avec l’Allemagne nazie. Résultat, c’est Laval qui, en 1942, organise la rafle du vel’ d’hiv, et c’est tous les anciens antiracistes, dreyfusards et antifascistes que l’on retrouve dans la collaboration, comme le montre, avec preuves et listes nominatives jusqu’ici incontestées, l’historien Simon Epstein dans ses livres. Côté communiste - on parle toujours de la gauche - l’approbation du pacte germano-soviétique, le soutien à l’URSS jusque dans les pires atrocités, ainsi que l’entrée tardive (1941, au moment de l’attaque allemande à l’Est) dans la Résistance se suffisent à eux-mêmes.

Parallèlement, qui rejoint en premier le Général de Gaulle à Londres ? Les gens de l’Action Française, de la Cagoule, mais aussi des juifs. De Gaulle le dira lui-même : « à Londres, j’ai croisé la cagoule et la synagogue ». En France, Henri Frenay, homme politique de droite, fonde l’organisation Combat, le premier et l’un des plus efficaces mouvements résistants. Résistance dont un certain De Gaulle, qui ne me semble pas être de gauche, est l'homme fort. Situation paradoxale, les antidreyfusards, la droite et l’extrême droite de l’époque sont dans la Résistance ; les dreyfusards et la gauche dans la Collaboration.

A l’image des BHL, des Hamon, des Mélenchon, des Apathie, et bien d’autres, la gauche tenterait-elle de profiter de l’Histoire qui s’écoule pour faire oublier la partie sombre de son passé de collabo ? La diabolisation du FN, les provocations de Marine Le Pen ne sont-ils pas le terrain de chasse favori de ces gens qui militent pour faire tenter de faire oublier le passé ?

La gauche fuit les agissements du SFIO, l’extrême gauche fuit le passé du PCF. Tous deux, fuient le passé du Front Populaire, des dreyfusards et des antiracistes de l’époque. Conséquence : aujourd’hui, le Front National, les nationalistes et les patriotes doivent tous, à eux seuls, assumer le passé vichyste de la France, pendant que les autre profitent des maladroites sorties lepenistes pour se mettre au chaud.

Toutes ces constations sont autant de raisons pour lesquelles il faut dire NON, mettre la gauche devant son passé, face à ses réalités, et arrêter de subir tantôt ce silence, tantôt ce détournement d’attention qui glisse vers la droite. Une partie de votre histoire est entachée par la Collaboration. Assumez-la !

Chris Lefebvre (mon blog)


Sources : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (176 votes)




Réagissez à l'article

218 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 15 décembre 2010 20:42

    Quand le sage montre la lune, Calmos regarde le doigt...


  • nuance 15 décembre 2010 21:31

    @Calmos
    Je vous conseille une bonne lecture :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cagoule#Action_subversive


  • Onegus Onegus 15 décembre 2010 23:50

    « L’auteur rappelle que les premiers résistants étaient des cagoulards : cela devrait vous faire plaisir... »

    Faux, les premiers résistants venaient de tous horizons, ce sont des gens qui ont dit non instinctivement et ont agi, souvent de façon individuelle, sans attendre la constitution des réseaux. Il y avait des anciens cagoulards parmi eux, certes, mais aussi de simples ouvriers imprimeurs, par exemple, à l’autre bout de l’échiquier politique...

    Si certains, comme Laval, venaient effectivement de la gauche, il n’en reste pas moins que la collaboration a été conçue avant tout dans les rangs de la réaction et de l’extrême-droite contre-révolutionnaire. L’auteur de ce torchon s’inscrit visiblement dans cette tradition et ne fait que servir la soupe à son héritière en la personne de la fille lepen...



  • thaumaetopea 16 décembre 2010 09:43

    @traroth....
    Et alors... y’a rien sur la lune !


  • Cogno2 16 décembre 2010 15:37

    toujours dans le déni de réalité et en plein transfert.

    Je lui ai déjà dit d’aller consulter. Mais toujours dans le déni, il n’ira pas de peur qu’on lui confirme qu’il ne tourne pas rond dans sa caboche.


  • non667 16 décembre 2010 17:24

    « Quand le sage montre la lune, Calmos regarde le doigt... »
    et traroth se le met dans le fion ! smiley


  • Deneb Deneb 17 décembre 2010 15:53

    Quand le sage montre la lune, celui qui n’a pas bien regardé son doigt pour savoir où il pointe, regarde ailleurs


  • Cogno2 15 décembre 2010 17:29

    Calmos, c’est pour toi, un machin avec « droite=gentil » et « gauche=méchant », ça va te plaire.


    • titi 15 décembre 2010 17:37

      @L’auteur

      Merci de remettre les pendules à l’heure.

      La collaboration est été le fait de la quasi unanimité des francais. Les interets des uns rejoignant ceux des autres.

      Voir comment une personne comme la pseudo historienne mais vraie militante Lacroix-Riz tente de réécrire l’histoire, et les relais qu’elle trouve ca et là n’est pas un signe de bon augure.


      • adeline 15 décembre 2010 17:50

        ouala une crotte de plus sur le vrai peuple françé
        je pleure mon vari site


        • Philou017 Philou017 15 décembre 2010 17:51

          Article de propagande qui n’a rien à faire en une.

          Le 10 juillet 1940, les parlementaires sous la pression des éenements ont voté non pas les pleins pouvoirs à Pétain, mais lui ont délégué le pouvoir jusqu’au vote d’une nouvelle constitution.

          Le pouvoir Pétainiste en a profité pour opérer un véritable coup d’état. Le 11, Pétain signa trois actes, s’arrogeant le titre de Chef de l’Etat, renvoyant le Président de la République ; il ajourna les Chambres ; il s’accorda les pouvoirs exécutif, législatif et dans les faits, également, le pouvoir judiciaire. Et revenant sur toutes les promesses qu’il avait faites aux députés et sénateurs pour obtenir leur vote.

          Voir cet excellent récapitulatif : Pétain le 10 juillet 1940 à Vichy : l’histoire précise des événements.
          http://www.80-vichy.fr/vote/vote.html

          Si les députés ont été irresponsables en laissant un Pétain aux commandes, ils ne sont pas responsables de ce coup d’état. Comme le disait le député Maurice Antier qui avait voté le projet du gouvernement tout en étant le premier parlementaire a avoir rejoint Londres : «  Le 10 juillet je me suis trompé, le 11 juillet j’ai été trompé  ».

          S’il y a eu une certaine collaboration de personnalités de gauche au début, ces soutiens se sont fait rares, le meilleur exemple étant François Mitterans qui prend rapidement ses distances avec le pouvoir Pétainiste.

          Il me parait vain de dire que la droite classique a plus collaboré que la gauche et inversement.

          Mais il apparait certain que la droite nationaliste représentée par Pétain, c’est à dire la plupart des courants de l’extrême-droite, a une énorme responsabilité dans la collaboration active avec les Nazis.

          "Situation paradoxale, les antidreyfusards, la droite et l’extrême droite de l’époque sont dans la Résistance ; les dreyfusards et la gauche dans la Collaboration."
          N’importe quoi. Plus c’est gros, plus ca passe, c’est çà ? L’extrême-droite n’est décidément jamais en retard de contre-érités profondes appuyées sur si peu d’arguments.


          • Yohan Yohan 15 décembre 2010 18:44

            Et philou, lui il s’y connait en matière de propagande. 
            C’est comique quand les gens repeignent l’histoire avec leur propre pinceau tout neuf. Quand j’étais petit on m’avait appris à l’école que les français étaient de vaillants résistants et que de Gaulle avait libéré la France quasiment à lui tout seul. Depuis, j’en ai appris de belles, que les forces alliées nous ont libéré, que les communistes sont passés à la résistance dès que Moscou a cessé d’être copain avec Berlin, que la police française ne s’était pas beaucoup fait prier pour raccompagner les juifs à la SNCF, que nos braves gens de droite n’étaient pas tous à Londres ou dans la maquis loin de là et que la gauche avait passé des alliances douteuses avec la bande à Pétain et que le Mitterrand dinait plus souvent avec l’envahissure qu’avec les maquisards. 
            Tout ce petit monde, au sortir de la guerre, avait bien trouvé un Le Pen tout disposé à endosser à lui tout seul le costard de vomi et maintenant, ils voudraient en plus que sa fille le récupère en héritage...non mais....
            Le bal des petites lâchetés et de l’hypocrisie ordinaire est ouvert.... 


          • zarathoustra 16 décembre 2010 22:28

            Cher ami, Mitterrand était à droite de la droite à cette époque et sa position ne reflète donc en rien la position de la gauche.


          • BOBW BOBW 15 décembre 2010 17:53

            @ l’auteur : Étrange silence absolu sur Maurice Papon ??  smiley


            • Yvance77 15 décembre 2010 17:54

              Salut,

              Oui c’est assez juste, et cela fait partie des histoires sombres de notre histoire.

              Tout comme plus tard l’on retrouvera un JM Le Pen et le club des droites favorables au maintient d’une Algérie française, alors que la gauche y fût opposée.

              Plus tard, ironie c’est la plainte de la droite nationale qui tient le haut du pavé, alors que la gauche y a été favorable. Rien de comparable à une droite giscardienne qui en 1974 vota pour le regroupement familiale qui ouvrira une voix à une immigration assez incontrôlable.

              A aujourd’hui la droite de type UMP joue le rôle de collabo en se soumettant au Dieu « Ricain » alors qu’une partie de la gauche et de la droite nationale rejète cela.

              En fait, bien des postions se sont renversées au cours de ses 7O dernières années. Et l’on peut remonter plus loin encore ainsi avec les Dreyffusards, la Commune etc...

              A peluche


              • CAMBRONNE CAMBRONNE 15 décembre 2010 18:02

                BRAVO à l’auteur

                Je suis d’accord avec vous à 90% .

                La seule nuance que j’y mettrais est que le Maréchal n’était pas Fasciste . Même Marc Ferro qui ne peut être soupçonné de droitite aigüe qualifie le régime de vichy de « Droite catholique autoritaire ».C’est à dire , regarder plus du coté de Franco que du coté de Mussolini et encore moins d’Hitler .

                On mélange tout grâce à la nullité en histoire ! c’est bien commode .

                On mélange le gouvernement de vichy qui a essayé plus ou moins heureusement de sauver les meubles , avec les collaborationistes dont Doriot et Deat qui souhaitaient la victoire de l’Allemagne et l’instauration en France d’un régime nazi .

                Même Laval n’était pas fasciste . il avait fait une mauvaise analyse géostratégique , croyant que l’Allemagne ne pouvait être battue.

                Les pires et là je vous rejoint sont les anciens socialos et cocos qui étaient très hostiles d’ailleurs au Maréchal qui n’était pour eux qu’une vieille baderne qui n’avait rien compris à la nouvelle Europe.

                En conclusion et pour être honnête il faut dire clairement que le clivage entre collabos et résistants n’était pas la plupart du temps politique .

                A Londres et dans la résistance intérieure Socialistes , juifs , cagoulards , à Paris , les mêmes(moins les Juifs , (of course) Il y a même eu des cocos qui ont résisté dés le début !!!

                Bien à vous .


                • Philou017 Philou017 15 décembre 2010 18:53

                  Cambronne :
                  « La seule nuance que j’y mettrais est que le Maréchal n’était pas Fasciste »
                  « On mélange le gouvernement de vichy qui a essayé plus ou moins heureusement de sauver les meubles , avec les collaborationistes »
                  « Même Laval n’était pas fasciste . »

                  Dire qu’on accuse les partisans du complot du 11/9 de révisionnisme....


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 15 décembre 2010 19:02

                  Salut

                  Il ne s’agit pas de révisionnisme mais de ne pas tout mélanger . Je vous demandais tout simplement un effort d’intelligence . Est ce trop ,

                  La pulupart des historiens sérieux ne mettent pas Pétain dans la case fasciste /

                  Si vous ne l’avez pas compris, cette période de notre histoire est très très complexe et ne peut se réduire à coup de slogans simplistes .


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 19:06

                  Salut Cambronne,

                  Vous avez raison : Pétain n’était pas fasciste et les historiens en conviennent.
                  Mais ce vocable fait tellement plaisir que le simple fait de le rappeler fait de vous un immonde collabo.
                  Pauvre France, en déshérence de ses historiens et de ses penseurs.
                  Suffit que vous soyez précis, et vous êtes immédiatement taxé de complicité intemporelle...


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 19:08

                  Ben non, Redj, il pût être antisémite sans être fasciste pour autant...


                • Emile Red Emile Red 15 décembre 2010 19:47

                  Il faut un peu arrêter avec le sens des mots, nous sommes en 2010 et les mots d’aujourd’hui n’ont plus le sens d’hier.

                  Le fascisme recouvre l’ensemble des idéologies et des pouvoirs totalitaires, d’ailleurs je ne vous l’apprends pas vous qui utilisez sans aucune vergogne fascho et nazi pour qualifier les musulmans. D’ailleurs l’origine du mot n’est il pas dérivé du mot faction ou factieux, ce n’est en rien lié à une idéologie totalitaire définie mais bien à toutes les idéologies factieuses et donc totalitaires... alors vos leçons....

                  En tout cas je vois que je ne me trompe pas, vous viendrez ensuite me parler d’antisémitisme et d’antisionisme quand on prend la défense de la vermine nazie, il y a des questions à se poser.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 19:54

                  Et en plus, contrairement à ce que vous dites, le fascisme ne recouvre pas « l’ensemble des pouvoirs totalitaires ». A moins que vous ne pensiez que le stalinisme, le maoïsme, le castrisme sont des fascismes ?


                • Philou017 Philou017 15 décembre 2010 19:57

                  La plupart des historiens sérieux ne mettent pas Pétain dans la case fasciste...

                  Je me demande bien lesquels. Quand on cherche, on se demande ce que le pouvoir Pétainiste avait à envier au pouvoir de Mussolini. C’est plutôt l’inverse. Les Italiens ont peu collaboré à la déportation des Juifs.

                  Prenons cette définition donnéee par Wikipédia :

                  "Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s’est étendu à tout mouvement politique s’appuyant sur un pouvoir fort, les métiers organisés en corporations, l’exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l’opposition et un contrôle politique extensif de la société civile."

                  Pétain est un fasciste, ca ne fait pas l’ombre d’un doute.

                  Je ne comprend pas pourquoi ne pas l’admettre. Une fois qu’on l’a admis, on tourne la page et puis basta. Mais peut-être que vous ne considérez pas les dérives autoritaristes comme vraiment comdamnables...


                • Cogno2 15 décembre 2010 20:17

                  A moins que vous ne pensiez que le stalinisme, le maoïsme, le castrisme sont des fascismes ?

                  C’est l’idée, je qualifie de fasciste tout régime autoritaire et arbitraire.
                  Il en existe une multitude de variété, mais c’est comme tout, il y a des degrés, et la limite est difficile à cerner, je parle de quand on le vit, pas quand on regarde ça après coup, en sachant comment ça fini.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 20:19

                  Ben vous qualifiez comme ça vous chante, Cogno2... Et ma concierge aussi...


                • Cogno2 15 décembre 2010 20:38

                  Ce fut un plaisir. smiley


                • Emile Red Emile Red 15 décembre 2010 20:45

                  Bonjour les pirouettes, toujours un moyen pour se défausser.

                  Toujours est il que ma définition est bien similaire à celle donnée par Philou et que votre clin d’œil aux totalitarisme pseudo communistes ne me dérange pas, j’y vois aussi des totalitarismes qu’on peut assimiler à des fascismes puisque résultantes de factions.

                  A ce propos, je me nomme Red (diminutif de Redstein... pour être clair) et non Redj, vous devez confondre, et pour répondre à vos allégations de l’autre jour, je n’ai toujours eu qu’un nom et un seul sur Avox depuis le jour de mon inscription, je n’ai pas l’habitude de me cacher pour dire ce que j’ai à dire et la méthode du multi-pseudo, vous devriez le savoir, me débecte au plus haut point... dontact.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 20:46

                  Oui bon. Emile Red, je rectifie.
                  Moi aussi ça m’emmerde, les multi-pseudos. So what ?


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 20:48

                  Je suis mariée et amoureuse, Perseus... Va fantasmer ailleurs. Tu n’as vraiment rien d’autre à dire ? Mouais. Gros troll. Emile Red n’aime pas ça non plus.


                • Imhotep Imhotep 15 décembre 2010 20:52

                  Fasciste ne vient pas de factieux mais de faisceau (du côté de Mussolini ex chemise noire, ex extrême gauche), comme phalangiste (du côté de Franco) vient de phalange. L’une et l’autre son des techniques de mise ensemble des fusils pour les faire tenir dans les campements. La différence est seulement le nombre de fusils associés.


                • Guy Liguili Guy Liguili 15 décembre 2010 20:56

                  Pétain n’était pas fasciste, juste Pétainiste, ce que n’étaient ni Franco, ni Mussolini, ni Hitler, respectivement Franquiste, Fasciste, Nazi. Jouer sur les mots ne permet pas de comprendre la réalité : le point commun à ces régimes est que c’étaient des dictatures nationalistes, contre révolutionnaires, conservatrices et réactionnaires.
                  Le Front National me semble être l’héritier de ces régimes.


                • Emile Red Emile Red 15 décembre 2010 21:36

                  Imhotep,

                  Exact, j’ai confondu les deux étymologies, persuadé que faction et faisceau étaient de même origine. Factio pour l’un et fascis pour l’autre...


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 21:42

                  D’accord avec vous, Guy Liguili.


                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 15 décembre 2010 21:45

                  Je ne comprends pas très bien votre métaphore, Imhotep. Pourriez-vous préciser ?


                • boris boris 19 décembre 2010 15:15

                  D’autant plus que c’est un mec, a moins que tu sois homo !


                • 2102kcnarF 19 décembre 2010 16:28

                   

                  ’ Je suis mariée et amoureuse, Perseus... ’

                  Quelle mytho cette cosmic ! Ma hasbara préférée .....  smiley ......


                • juluch 15 décembre 2010 18:07

                  Merci pour l’article Chris....


                  Effectivement ça remet les pendules à l’heure !!

                  Les gentils gauchistes et communistes fer de lance de la résistance !!! lol !!
                  Ils croient qu’ils étaient les seuls ??

                   Il y a eu plus de gens de droite que de gauche.
                  Et tous n’ont pas eu un objectif révolutionnaire pour la France.
                  Certains ont tenté de l’imposer après guerre !!

                  Comme les communistes par exemple, qui sont rentré dans la clandestinité dés que leur « pays idéal » a été attaqué par les nazis !





                  • Traroth Traroth 15 décembre 2010 20:46

                    La Résistance s’est construite sur la structure du PCF !


                  • courville courville 19 décembre 2010 17:06

                    mais oui , c’est les communistes qui sont les plus grand résistant , degaule et ceux de la france libre était communiste c’est bien connue

                    ce sont plutot des traitres , actuellement ils s’allient avec les islamismes


                  • non666 non666 15 décembre 2010 18:11

                    La droite nationale s’engage toujours d’un coté, pour le meilleur et pour le pire.

                    En 1940 elle s’est divisée en deux camps :
                    1) ceux qui ont choisi le camps de la collaboration , comme l’immense majorité des Français mais qui ont parfois été jusqu’a l’engagement dans la milice et la LVF.
                    Eux ont choisi le camps de l’ennemi du jours contre lnnemi hereditaire (Angleterre) et le peril communiste
                    2) Ceux, qui ont choisi le camps de la resistance preferant l’ennemi hereditaire derriere DeGaulle à l’ennemi du jour...

                    Il ne faut jamais oublié dans ces affaires que les Français ont pris de plein fouet, comme en 1914 le gros des forces quand les etats unis etaient absents et l’Angleterre en fuite apres Dunkerque.
                    Il ne faut pas oublier non plus l’effet desastreux de l’operation catapulte , la destruction de la flotte française a mer els kebir par les anglo-saxons.
                    On ne sous-estimera pas non plus l’effet des bombardement anglo-saxons sur Billancourt et leurs milliers de morts

                    Bref la droite nationale a été divisé en deux et a choisi dans chaque cas l’engagement armé.

                    Et en face ?
                    Comme le dit l’auteur, la gauche à la notable exception de leon Blum a signé les pleins pouvoirs a Petain apres avoir desarmé la france à l’epoque du front populaire.

                    Les communistes etaient collabos entre la signature du pacte germano-sovietique et l’operation barberousse....
                    Ils ont été peu inquiété , au contraire, jusqu’a l’assinat par le « colonel fabien’ d’une balle dans le dos , d’un officier allemand.
                    Et encore, le PC desavouait fabien , à l’epoque.

                    Quand au PS, michel Rocard lui meme dans »si la gauche savait« reconnaissait la compliocité des socialistes dans la mise au pouvoir de Petain et la lacheté ambiante quand tout le monde fuyait a Bordeaux...

                    Le fait de faire porter sur la seule droite nationale , la culpabilité et la responsabilité de la collaboration est donc une oeuvre commune de tous les autres partis et sert aujourd’hui de plein droit les interets de la mondialisation qui doit detruire tout sursaut national dans les peuples....

                    Alors ecouter les opinions de BHL ou la thèse de JM Apathie, quelle rigolade !
                    Et pourquoi ne pas demander l’opinion des »reporters de l’Histoire" pendant qu’on y est ?
                    La racaille qui controle Liberation a de multiples visages mais un interet unique : humilier la france et servir les interets des anglo-saxons et d’israel.

                    Notons le nom des diffamateurs sur un calepin, il servira le jour de la Liberation.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean Lannes

Jean Lannes
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès