Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Créer des boucs émissaires pour péréniser le système !

Créer des boucs émissaires pour péréniser le système !

En désignant régulièrement à la vindicte populaire des boucs émissaires, les hommes politiques et les médias font appel à l’un des plus puissants mécanismes des sociétés primitives. Accusée à tort d’être responsable d’un problème réel ou supposé réel, la victime désignée, le bouc émissaire, endosse symboliquement la « faute » et permet à la société, et aux hommes politiques, d’éviter de poser les bonnes questions, de rechercher les vraies responsabilités. Le bouc émissaire joue involontairement son rôle de victime expiatoire. Et cela marche d’autant mieux qu’il était déjà perçu négativement et stigmatisé. Cette façon de procéder est l’une des expressions les plus fréquentes du populisme.

A multiplier ainsi les boucs émissaires, les hommes politiques créent des clivages et des tensions au sein de la société, détruisent peu à peu la solidarité et favorisent le corporatisme et l’individualisme. Quelques exemples de boucs émissaires :

Les immigrés, en situation irrégulière, qui viennent « prendre le travail des français », mais qui sont appréciés par les entreprises parce que constituant une main d’œuvre bon marché. On leur préfère l’immigration choisie. Pourquoi augmenter les salaires des professions en pénurie de main d’œuvre quand on peut en faire venir de l’étranger ? C’est ce thème qui avait permis à Nicolas Sarkozy de vider le Front National de ses électeurs.

Les mauvais pauvres, les perpétuels assistés sociaux, « ceux – qui – n’ont – qu’à – se – lever – tôt – pour – travailler – s’ils – veulent – s’en – sortir », les « parasites » et les « profiteurs du système », ceux pour qui les « honnêtes contribuables » paient des impôts. Pendant ce temps-là, on ne s’intéresse pas aux vrais profiteurs, ceux qui s’enrichissent sur le dos de tous les autres.

Les 35 heures, l’obstacle à abattre, le symbole de la France paresseuse, la cause de tous les maux, notamment de la faible compétitivité des entreprises et de la baisse du pouvoir d’achat. Revenir sur un acquis social important masque la volonté de réduire toujours plus le coût du travail avec son corolaire, l’augmentation de la précarité.

La BCE, Banque Centrale Européenne, accusée de freiner la croissance à cause de sa politique monétaire et de la priorité donnée à la lutte contre l’inflation.

Les fonctionnaires, trop nombreux, « qui-ne-travaillent-pas-assez », qui pèsent lourd sur la feuille d’impôts des « français-qui-se-lèvent-tôt ».

Les homosexuels à l’origine de la perte de moralité dans la société.

Les agro-combustibles rendus coupables de l’augmentation des prix des denrées alimentaires de base, évitant ainsi aux pays riches de remettre en question leur politique agricole.

Le modèle social « à la française » trop généreux avec des salariés peu mobiles et paresseux.

Les soixante-huitards. Mai 68 est rendu responsable du communautarisme, du délitement de la famille et des mœurs, de la faillite du système scolaire. Mais ne serait-ce pas plutôt l’économie de marché et le capital qui détruisent les valeurs dont la droite se fait pourtant le défenseur.

La Chine, accusée par les pays riches d’avoir une monnaie sous-évaluée, de concurrence déloyale, de tirer les prix vers le bas. Mais ceux-ci oublient de parler des avantages qu’ils retirent des importations chinoises et du développement des filiales qui y sont implantées.

Et l’on pourrait en citer beaucoup d’autres : la racaille des banlieues, l’euro, l’Union européenne, l’OPEP, les laïcards, les enseignants, les journalistes, les patrons voyous, les récidivistes…

Cette manipulation politique est construite autour du même principe : « Ce n’est pas de la faute de notre politique si tout va mal, c’est à cause de tel groupe de profiteurs, dont il faut réduire les avantages. » C’est une politique de « diviser pour mieux régner », alors que l’on devrait tous se serrer les coudes, être plus unis, plus solidaires.

Article original de Pierre TOUREV

A lire également : LES FRANÇAIS, DES ENFANTS GATES ?



Sur le même thème

La Bourse : victime expiatoire ?
De quelques réflexions d'un déserteur du marché du travail ou les aventures de super super au travail pour la croissance à travers les siècles
Crise économique et austérité. Comment faire face ? (2)
Hollande, ou le Culbuto
La faute à l'euro... depuis 40 ans ?!


Les réactions les plus appréciées

  • Par jaja (---.---.---.129) 29 octobre 2012 13:35
    jaja

    Et si la droite manifeste qu’est-ce qui nous empêchera de contre-manifester pour exiger l’expropriation des banques et le refus de payer la dette des capitalistes ?
    Sans oublier la socialisation des secteurs clés de l’économie....

    Revendications qui sont loin d’être celles de la droite....

  • Par jaja (---.---.---.129) 29 octobre 2012 13:31
    jaja

    Politique de gauche celle qui envoie les CRS contre les travailleurs de PSA au Salon de l’auto ou qui moleste les grévistes d’Air France, sans oublier les manifestants gazés de l’Aéroport de Nantes... ???

    Non c’est bien toujours la vieille politique au service des capitalistes qui est menée par cette fausse gauche... D’ailleurs qui continue de s’enrichir et qui continue de s’appauvrir sous ce gouvernement... qui vient tout juste de voter (avec la droite) le TSCG de l’austérité ? Qui fait voter le budget de la rigueur ?.......

    Il est grand temps de construire une opposition de gauche à ce gouvernement.... une opposition qui ne laissera pas faire et combattra de toutes ces forces l’austérité que les riches veulent nous imposer....

  • Par foufouille (---.---.---.234) 29 octobre 2012 22:02
    foufouille

    comme le libertaryanisme et guantanamo
    sauf que ca fait parti de la doctrine

  • Par OMAR (---.---.---.17) 29 octobre 2012 16:54

    Omar 33

    Bonjour Robert :« La Chine, accusée par les pays..... »

    J’adhère en gros, au contenu de votre article, sauf sur ce point....
    La Chine a introduit un nombre inimaginable d’articles et de produits de large consommation dans les pays sous-développés.

    En quantité industrielle, ces articles et produits sont vendus à des prix dérisoires, mais sont de qualité très médiocre et parfois douteuse, et contiennent des éléments toxiques, non recyclables et pathogènes.....

    De ce fait, toutes les petites entreprises locales fabriquant des produits ou articles similaires, ferment les unes après les autres, ne pouvant rivalisant avec les produits importés, générant ainsi de graves problèmes sociaux :économiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires