• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crise de l’euro : panique, contradictions et divisions

Crise de l’euro : panique, contradictions et divisions

Même si les médias français font preuve d’un remarquable silence conjugué sur le sujet, la réalité de la crise de l’euro, expression de la crise mondiale, continue à se frayer son chemin dans les faits.

Derrière ce silence inquiétant pour un pays vu comme un élément central de la zone euro, ce qui apparaît est la panique des politiques et les divisions criantes quant aux mesures à prendre.

Aberration supplémentaire : ce qui fait figure d’économistes français, déconsidérés et ridiculisés dans le monde entier, se concentre sur les problèmes de la Grèce, feignant de ne pas voir que, maintenant, la crise a largement débordé le petit cadre de la Grèce et s’attaque à l’ensemble de la zone.

La tragédie n’est pas grecque. Elle est celle de toute la zone euro et derrière elle, de toute l’Union européenne qui en est touchée de plein fouet.

Panique, divisions et contradictions

C’est une évidence majeure que de dire que la panique -pour user d’un terme modéré- a gagné les sphères les plus élevées de l’Union européenne et de la BCE.

L’annonce récente par la BEI (Banque Européenne d’Investissements) indiquant que son rôle est de financer des projets et non de couvrir des déficits publics des Etats est un signe qui ne trompe pas.

Les déclarations solennelles et les articles de presse rassurants ne font plus effet sur personne de réfléchi. Ce qui aujourd’hui est regardé par beaucoup comme une solution possible n’est que le report dans le temps d’une crise aggravé et démultiplié.

Au plus haut niveau de la zone euro et maintenant de l’Union européenne, les affrontements et contradictions sont manifestes. Cette situation est d’autant plus criante que personne n’est en mesure de définir avec clarté et un minimum de certitude une stratégie de sortie de crise apportant une solution durable. Ceci a un motif sérieux : il n’en existe pas !

Les pressions les plus fortes s’exercent pour que, rompant avec les Traités signés et acceptés, une intervention massive soit engagée afin de soutenir les Etats à l’évidence en grande difficulté.

Outre la question de la possibilité technique et juridique, dans le cadre des Traités actuels, de pouvoir s’engager dans cette voie que certains appellent «  la voie fédérale », le problème essentiel est et demeure : cela suffira-t-il à endiguer la crise ou cela va-t-il, au contraire, l’aggraver en l’étendant encore plus largement ?

La zone euro et ses impasses

Il importe ici d’être clair et concret : bien évidemment, les dirigeants de l’UE et de la zone euro sont obligés de dire à leurs opinions publiques qu’ils agissent et vont agir.

La difficulté ici réside dans l’action elle-même et sa nature. Modifier les règles originelles qui ont conduit à la création de l’euro, c’est ouvrir les portes à d’autres problèmes que les concepteurs de l’euro et de la zone euro ont voulu éviter.

En d’autre termes, transformer la zone euro telle qu’elle est à ce jour en « union monétaire fédérée », c’est faire clairement faire porter sur toutes les économies et les budgets des Etats de cette zone les difficultés actuelles, mais aussi celles qui surviendront vite dans un tel cadre modifié.

En un mot, cela revient à propager la crise actuelle de quelques-uns pour le moment...aux 16 pays de la zone euro pour toujours !

Certes, ne rien faire reviendrait à attendre que la crise détruise et disloque la zone euro et achève l’euro.

Mais, agir de manière « fédérale » tend au même résultat à terme. Seuls les délais peuvent être reculés au prix de crises plus fortes et plus dramatiques, car remettre les déficits des budgets des 16 Etats de la zone euro dans la limite des 3% du PIB et ramener leurs dettes publiques en dessous de 60% est socialement explosif, pour chaque Etat, donc concrètement impossible à court terme !

En effet, un autre aspect des évènements nourrit les contradictions les plus violentes au sommet des structures européennes : la crainte- fondée- de véritables crises sociales à caractère insurrectionnel, comme cela se dessine en Grèce avec les récentes émeutes paysannes contre la fin des subventions au monde rural de ce pays.

Une « thérapie de choc  », comme aiment à les appeler les économistes les plus cyniques, serait à la fois très probablement insuffisante afin de redresser durablement les déficits publics abyssaux (pour autant que ceux-ci soient sincères) et abaisser les dettes publiques, mais constitueraient des menaces terribles pour la stabilité sociale et politique même des Etats de la zone.

Gestion de crise à vue et explosions sociales en perspective

Le panorama qui s’offre aux yeux est donc celui d’une crise à étages multiples de la zone euro que la crise actuelle nourrit et développe rapidement.

Toute décision de type «  fédéraliste » qui serait prise dans les jours qui viennent, quelle qu’elle soit, aurait des effets dangereux pour les 16 Etats de la zone euro, tandis qu’elle engendrerait des explosions sociales qui, pourraient, par leur intensité et/ou leur violence, annuler les effets des mesures prises, tout en étendant le rejet populaire massif de l’euro et des politiques économiques qui lui sont intrinsèquement liées.

Trois choses sont déjà acquises au niveau de la zone euro :

1- Le mythe de l’euro protecteur et salvateur, est détruit dans l’opinion publique. Plus encore, son rejet comme monnaie apporteuse de malheurs croissants pourrait s’accentuer fortement dans l’opinion publique des 16 Etats concernés -notamment en Allemagne- si une orientation « fédéraliste » sur le plan financier était mise en œuvre, transformant contre son gré ce pays en « banquier de la zone euro  ».

2- La zone euro et l’Union européenne telles que bâties jusqu’à ce jour sont condamnées : il est possible de retarder encore quelques mois, voire même un an la sentence, mais elle est déjà inscrite dans les faits inévitables qui découlent des processus actuels en cours sous nos yeux.

3- Cette crise de l’euro est bien l’expression particulière de la crise mondiale qui continue son cours : de ce point de vue aussi, toute décision interne à la zone euro aura des conséquences lourdes sur la marche générale de la crise internationale, avec effet boomerang prévisible.


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

163 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 11 février 2010 10:34

    1°) Cela ne peut et ne pourra jamais fonctionner tant qu’il ni aura pas une politique juridique, fiscale et sociale commune.

     2°) Cela était voué à l’échec. En effet comment fonctionner à 25 lorsque on n’arrivait déjà pas à s’entendre à 10 et je ne parle pas des anglais !

     3°) L’Europe monétaire a été faite uniquement pour les échanges des marchés, pour la spéculation. On voit aujourd’hui les résultats. Les marchés monétaires après avoir pillé les particuliers pillent les états et leurs institutions en créant des bulles spéculatives sur la monnaie.

     4°) Pour résoudre cette crise il faut faire fonctionner la planche à billet, tirer un trait sur tout les actifs pourris, c’est ce que l’on a fait pour ces enfoirés de financiers !

     5°) La banque Européenne doit être sous le contrôle des états membres. Cela évitera l’hégémonie qui est responsable de la faillite de milliers d’entreprises et de ménages suite à sa politique ultra libérale.

     6°) Le FMI doit arrêter d’écraser les pays endettés par une dette colossale avec des taux d’usuriers malhonnête.

     Ouvrez les yeux, ces gens là répandent la misère et prennent en otage les pays et leurs peuples en les endettant pour mieux les asphyxier financièrement afin de mieux les contrôler et créer ainsi un ordre mondial dirigé par les élites financières dont ils rêvent depuis des décennies. 


    • jps jps 11 février 2010 11:22

      Il n’a pas de crise de l’Euro. Pour preuve la parité €/$ était de 1.24 il y a un an et est de 1.39 aujourd’hui.

      La raison de la poursuite de la crise est la suivante

      Deux hedge funds, qui tiennent l’essentiel du marché grec des « credit default swap »,  CDS, ont été furieux de n’avoir reçu que 2 % du dernier emprunt grec.  Ces deux hedges funds ont acquis beaucoup de CDS ne peuvent les vendre en nombre au risque de faire baisser le cours de ces derniers. Comme, un CDS n’a de valeur que s’il correspond à des emprunts. Il faut forcer la Grèce à plus emprunter. Un pays a besoin d’emprunter pour honorer ses échéances. Si l’on créait une rumeur d’insolvabilité les taux vont croître et plus les taux croient plus le déficit s’accroît et plus le pays se trouve dans la difficulté pour trouver de nouveaux crédits. C’est la spirale infernale.

      Le Spread ou l’écart de taux d’intérêt entre la Grèce et l’Allemagne, est de 550 points pour les emprunts à deux ans et 370 pour ceux à dix ans. C’est énorme ! Le spread sur les emprunts et les CDS portugais et espagnol suivent aussi une pente ascendante.

      Le CDS c’est l’assurance qu’un prêteur contracte pour se prémunir contre un défaut d’un État à qui il a prêté de l’argent. Ce qui signifie que le CDS correspond à un emprunt remboursable donc en cas d’insolvabilité le CDS ne vaut plus rien, sauf si cela engendre des emprunts supplémentaires à des taux prohibitifs. Il faut accroître ce besoin d’emprunt. Ainsi en créant un vent de panique les crédits accordés à la Grèce seront affectés d’un taux importants qui généreront eux-mêmes des besoins d’emprunt pour l’encourt de la dette, etc .. D’où cette spirale infernale évoquée. C’est la qu’intervient une banque pour accorder des crédits à des coûts importants. Cette banque y gagne et les hedges funs aussi car leur CDS ont pris de la valeur.

      Leur but est de gagner un maximum d’argent en créant une panique !

      C’est ainsi que deux hegde funds et  une grande banque d’investissement américaine (qui a bénéficié du plan de sauvetage des banques US) sont à l’initiative de ce vent de panique. Afin d’accroître la panique, ils se sont mis à vendre de l’euro, suivis par des investisseurs apeurés.

      Reste que l’Euros n’est pas mal loti car le déficit budgétaire est de 6 % du PIB en 2010 pour les seize pays de la zone euro. On ne peut en dire autant du Japon et des Etats-Unis qui sont à plus de 10 %.

      Mais ceci prouve encore que le pouvoir financier tente de s’imposer au pouvoir politique pour dégager de très larges profits. Aux politiques de s’affirmer à présent !

      Source : Jean Quatremer sur http://bruxelles.blogs.liberation.fr/


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 11:34

      JPS,

      Votre commentaire est très intéressant, bien que reflet dune réalité qui est à la fois déformée et vue par le petit bout des choses.

      Nier la crise de l’euro dont la crise actuelle est UNE EXPRESSION FORTE est aberrant : cela revient pour un médecin à nier qu’une tumeur mortelle se développe parce qu’elle touche un petit organe tel que le nez par exemple.

      Ne pas comprendre que les fondements de la crise sont mondiaux, qu’ils s’expriment dans la zone euro de manière particulière, que la sphère financière n’obéit pas aux politiques qui ont eux-mêmes détruit leurs outils de possible contrôle, revient à se mentir à soi-même.

      C’est votre droit le plus strict et respectable.

      Le problème que pose aussi votre commentaire est son aspect restrictif : les problèmes que vous évoquez sont déjà dépassés !

      Ce sont plusieurs pays européens qui sont aujourd’hui regardés comme ayant des dettes trop grandes qui sont visés. La Grèce est donc la pointe émergée de l’iceberg que vient de heurter le Titanic « zone euro ».

      Des faits seuls découlent que votre commentaire est en quelque sorte hors jeu, si je puis me permettre, car son axiome de départ est d’une fausseté criante.

      Bien cordialement,


    • jps jps 11 février 2010 12:19

      @auteur
      je vous invite à utiliser les termes adéquats. la démonstration et la réalité sont apportées dans mon commentaire au risque de vous déplaire.
      Bien sûr que d’autres pays sont visés. Comme en sont temps soros qui commençait à attaquer l’italie puis d’autres et c’est ainsi qu’il a fait fortune.
      A nier l’évidence que l’Euro est pour l’"heure solide vous discrédite (j’ai apporté les chiffres) .
      Je ne tenais pas à vous faire ombrage uniquement rectifier votre propre axiome car vous le présenté comme une vérité admise alors qu’il n’en est rien.

      Ce qui m’importe, c’est de démontrer l’importance du pouvoir financier face aux politiques . Ce qui n’est pas fondamentalement en contradiction avec votre article. Alors, keep cool smiley cordialement


    • jps jps 11 février 2010 12:51

      erratum : en son temps


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 12:52

      JPS,

      Votre second commentaire est instructif de l’aveuglement et de l’incohérence qui règne dans les réflexions des partisans du système qui fait faillite en direct.

      La parité entre monnaies est un outil économique, voire un indicateur, qui reflète une multiplicité de facteurs qui interviennent dans la formation de cette parité. 

      Le fait que la parité euro-dollar (il est aussi intéressant de noter comment l’euro varie par rapport à d’autres monnaies) manifeste une baisse par paliers de l’euro, n’est pas EN SOI la crise, ou même, l’EXPRESSION CENTRALE de la crise de l’euro.

      Ce qui est essentiel est le processus d’endettement massif des Etats, assorti d’une politique de désindustrialisation et d’un chômage de masse, qui sont des indicateurs fiables de la crise, de sa force et de sa profondeur !

      Ainsi, le fait que les pays asiatiques commencent à se débarrasser de leurs euros manifeste simplement, pour tout économiste pensant, le fait que cette monnaie perd tout crédit, et ce au niveau mondial.

      Nier une crise que le monde entier reconnaît, y compris les dirigeants de la zone euro, me paraît tout simplement irréaliste. Mais, comme il est dit auparavant, nul n’oblige personne à regarder un fait en face et à le comprendre.

      Peut-être votre opinion- contrariée par les faits actuels et passés, par tous les analystes mondiaux, provient-elle du fait que vous vous refusez à reconnaître les racines vraies, profondes et durables de cette crise de l’euro et de la zone euro....

      Les contradictions entre dirigeants de la zone euro dans cette crise s’exprimeront INEVITABLEMENT en Allemagne, et très probablement, par l’amorce d’une crise politique contre les gouvernants qui auront gagé l’argent du pays pour soutenir une monnaie condamnée à terme.

      Puisque vous ne voyez pas que la crise est avant tout STRUCTURELLE et COLLECTIVE, il est évident que nul ne peut vous interdire d’être aveugle aux faits les plus éclatants.

      Cela dit, il est vbon que vous puissiez exprimer ainsi votre point de vue car il reflète toutes les divisons, incohérences et contradictions que connaissent les dirigeants de la zone euro et leurs partisans angoissés, et ce avec raison.

      Bien cordialement,


    • jps jps 11 février 2010 13:32

      @auteur

      De toute évidence un petit cours de syntaxe s’impose après la sémantique (mais je n’ai pas le temps, veuillez m’en excuser).

      Vous me jugez d’être partisan de ce système. Je serai curieux de savoir ce qui vous fait penser à cela ? Une fois encore vous faites erreur par votre aveuglement. Pourquoi vouloir cataloguer ? je vous invite à lire mes articles plutôt que de juger hâtivement.

      La crise est initialement financière puis elle est devenue économique et à présent politique. Le pouvoir financier profite de la faiblesse des politiques telle était, entre autres, ma démonstration dans mon premier commentaire

      Vous affirmez : « les pays asiatiques commencent à se débarrasser de leurs euros » quelle est votre source ???

      Vous écrivez : « Peut-être votre opinion » mais comme je l’ai démontré vous vous fourvoyez au sujet de mes opinions. Par ailleurs, dans mes commentaires, sur ce sujet, je n’ai pas fait état de mes opinions mais je relatais des faits et rien que des faits. De plus vous vous contredisez puisque vous écrivez par la suite  « Cela dit, il est vbon que vous puissiez exprimer ainsi votre point de vue ». Un peu de cohérence, s’il vous plait

      Par ailleurs, je n’ai jamais nié le fait que la crise était structurelle. Tenteriez vous de faire dévier le débat car vous n’y êtes pas à votre aise. Je n’ose y croire.

      les remarques sont un peu vives mais ne doutez pas de la sincérité de leur cordial caractère.


    • plancherDesVaches 11 février 2010 13:48

      Et pour faire plaisir à cet auteur qui rêve d’un éclatement de l’Euro :
      http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=8716
      "Les USA vont connaitre leur crise grecque - la dette US est un refuge aussi « sûr » que l’était Pearl Harbor en 1941 (Nyall Ferguson, FT, reco du jour)"


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 13:56

      JPS,

      Merci de votre nouveau commentaire, bien que sa cohésion soit de plus en plus difficile à saisir.

      Dans vos précédents commentaires, je n’avais vu aucun fait, rien qui soit un élément, seulement des assertions. Donc des opinions personnelles fort légitimes.

      Sur ce qui se passe en Asie concernant l’euro, je vous invite à lire la presse financière internationale et particulièrement asiatique....

      A Taïwan, qui est un des pays les plus dotés en capitaux, l’euro n’a plus la confiance de ce qu’on appelle les marchés. Et je n’aurais pas la cruauté de relever ce qu’en pense la presse en Chine.

      Soyez assuré que je n’ai lu aucun article signé de votre main et qu’il me paraît sans intérêt de débattre sur vos opinons propres, que je respecte. Ce qui est essentiel est l’information réelle, l’analyse sensée, choses qui peuvent éclairer les actions et décisions pratiques des citoyens, voire des dirigeants des Etats et/ou des décideurs économiques.

      Quant aux crises en zone euro, il semble que vous alliez un peu vite : la crise en zone euro vient de débuter, elle VA se transformer en crise économique (cela est une évidence), puis en crise politique.

      Ceci dit, ne confondons pas les étapes et les processus : la crise politique va éclater lorsque l’Allemagne sera placée au centre des contradictions effroyables de la zone euro, mais sans avoir la puissance et le statut des Etats-Unis au niveau mondial.

      Bien cordialement,


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 14:01

      Plancher Des Vaches,

      Voilà une comparaison avec les Etats-Unis propre à faire rire largement. Mais pas en zone euro où les opinions de certains ne peuvent servir de rien dans la crise en cours.

      Merci encore de cette brève incursion dans un domaine où certains média peu compétents se croient dotés de savoirs et de compréhension qu’ils n’ont (malheureusement) pas.

      Quant au « rêve » que vous évoquez ; c’est plutôt un cauchemar réel qui commence...Un cauchemar gigantesque qui touche 325 millions de personnes.

      Bien cordialement,


    • Mycroft 11 février 2010 15:49

      C’est le problème avec les littéraires, on leur donne des argument factuels et logique, et ils perdent le fil...

      Blague mis à part, monsieur vassé, vous semblez vous focaliser sur l’euros (3 articles sur notre monaie, qui disent à peu près la même chose), alors qu’on est bien face à une crise qui dépasse largement le cadre de l’euros.

      L’endettement des états ne touche pas que la zone euros, loin de là. Ce ne seront pas les seuls états à faire faillite dans un proche avenir. La dette des USA est considérable, comparable, à l’heure actuelle, à celle des PIIGS. De même pour l’Angleterre. Et si on considère la dette réelle, c’est à dire la dette publique + dette privée, la situation est encore plus catastrophique. Au final, l’Allemagne, grand frêre de la zone euros, s’en sort mieux que beaucoup de pays hors zone euros (Angleterre et USA notamment).

      C’est justement en renforçant les liens avec l’Allemagne, quitte à les autoriser à faire de l’ingérence, qu’on peut s’en sortir. Et l’euros, plus qu’un poid morts dans notre système, serait, dans cette optique, un lien avec la boué allemande, qui elle, semble plus loin que nous le sommes du naufrage.

      C’est l’ensemble de l’occident qui est en train de sombrer, puisque basé sur un modèle complètement absurde, qui fait que l’état n’est plus maître chez lui, et que la volonté du peuple n’est plus première par rapport à celle des riches. Le système asiatique, quand à lui, risque de suivre, faute de clients. Il pourra peut être s’en sortir grace au développement du marché interieur. S’il fais ce choix. En chine, ce n’est pas partie pour. Rien, dans vos déclaration, ne montre que le problème n’est catastrophique que sur la zone euros, ou que c’est même un problème en lien avec le concepte de zone euros. Tout juste pouvons nous admettre que l’impossibilité de jouer sur la planche à billet est un soucis, mais en contrepartie, ce n’est pas un fait irrevocable, les lois de la zone euros peuvent être changé, on peut établir une véritable constitution mettant la BCE sous le controle du vote populaire directe, ce qui permettra à la zone euros de faire jeu égale, au niveau financier, avec les pays ayant le pouvoir de battre monaie.

      Vous parlez de fait, mais vous laissez de coter les fait, donnés par les intervenants, qui prouvent que vos interprétation sont très partial. Vous semblez aussi avoir des problème à comprendre que vos conclusions sont loin d’être les seules envisageable. Car vous présentez au final peu de fait, et beaucoup d’interprétation. Vous êtes de plus coutumier du fait, il est particulièrement pénible de discuter avec vous.


    • jps jps 11 février 2010 16:04

      @auteur
      merci de votre invitation à lire la presse financière internationale . C’est déjà fait et aucune trace de votre allégation
      est-ce ainsi que vous bottez en touche ?
      je réitère ma demande qu’elle est votre source !


    • plancherDesVaches 11 février 2010 16:05

      Complètement bien vu, Mycroft.


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 18:31

      Mycroft,

      Je vous sais gré de votre sympathique cours qui est effectivement très intéressant.

      D’autant que ce que vous expliquez recoupe exactement ce que dit l’article, en en développant certains points, notamment en rattachant cette crise de l’euro avec la crise mondiale.

      Que dit l’article en résumé ? La même chose que vous en termes simples et clairs, sauf qu’il ne se projette pas dans des hypothèses pour l’heure hors sujet et ne compare pas les problèmes incomparables ( à savoir la nature de la dette américaine et celles des Etats de la zone euro).

      Il est vrai que le fait de mettre en lien l’article excellent et assez informatif du Wall Street Journal, d’un niveau incomparablement plus documenté et large dans son analyse des faits que les articles sur le sujet parus en France, permet aussi de contribuer à la réflexion collective.

      Il vous appartient donc de prendre les informations brutes et ensuite de les comprendre.

      Quant aux hypothèses des uns et des autres, effectivement, elles relèvent de libres débats sur lesquels ne pas avoir la prétention d’arbitrer est la première règle d’humilité et sens des réalités.

      Bien cordialement,


    • Croa Croa 11 février 2010 19:09

      Gabriel veut « faire fonctionner la planche à billet ! »

      Hélas, nos représentants, vendus depuis longtemps à la haute finance, ont verrouillés cette possibilité  par le scélérat Article 104 du traité de Maastricht smiley En ce qui concerne la France, notre finance était de toute façon vendue aux banques depuis 1973 (Pompidou.) Comme par hasard dès 1975 le chômage décollait ainsi que les dettes éternelles.

      Seule solution : Reprendre en main notre monnaie après révision des statuts de la BCE et effacement des dettes, lesquelles correspondent de toute façon à une vaste escroquerie puisque nous avons laissé des institutions privées parasites créer ex-nihilo une monnaie de singe. (La source de la crise est là.)


    • DESPERADO 11 février 2010 19:39

      The new world order needs a new world curency !
      Je le dis en anglais parce que la démarche l’est.
      Mais ne vous inquiétez on va allez piquer le pognon des perses.


    • Mouchemesse Mouchemesse 12 février 2010 01:07

      Cher Mr Vassé,

      Personne ne doute de vos compétences en tant que président de l’ADECA (qui se sont notamment exprimées lors de la fameuse crise du « festival folklorique de 1998 »), mais pour ce qui est de conjecturer sur le futur de l’économie mondiale, vous manquez de crédibilité...


    • R.L. 12 février 2010 12:42

      « ...l’article excellent et assez informatif du Wall Street Journal,... »

      Ce support des criminels en col blanc de la phynance écrit ce qu’il veut que vous sachiez et croyez !
      Mais cessons maintenant de parler finance et financiers !
      Si nous étions en démocratie, depuis longtemps les politiques, lorsqu’ils sont élus sans que cela ne soit dû à l’épaisseur de leur budget de campagne, auraient dû sanctionner les responsables, réformer drastiquement les règles financières.
      Or, non seulement ils ne l’ont pas fait mais n’ont eu de cesse de déréguler, laisser faire, fermer les yeux devant les illégalités et irrégularités de leurs bailleurs de fonds... en attendant de les rejoindre (pour les plus importants...).
      De grâce, mettons en prison les auteurs des SIV, du Repo Market, des Transactions à haute fréquence et des Better Alternative Trading System avec leurs flash notes et leurs darks pools.
      Le reste n’est que troll.
      Pourquoi ne pas nommer Goldman Sachs comme la banque qui spécule contre un pays mal notée par les agences de cotation qui notaient AAA+ des produits toxiques ?

      J’en viens en me dire qu’on a ce qu’on mérite à se laisser dicter par des criminels et leurs relais politiques...



    • BABAYAYA BABAYAYA 11 février 2010 10:47

      @ l’auteur :

      Bonjour, je ne remet absolument pas en doute les points que vous soulevez/constatez, en revanche me vient à l’esprit que tous ces artisles (sur avox) et même ceux de journalistes tout azimuth constatent les fait,

      en effet tout va s’écrouler c’est la fin, etc...

      quelqu’un aurait il enfin une solution ou un semblant de solution pour résoudre le problème ?
      parce qu’a part se regarder le nombril on fait pas grand chose pour enfin solutionner la chose,
      voilà le triste constat que je fais...
      je ne suis pas économistepour un sous, c’est le cas de le dire, je suis dans la construction, et justemment dans mon métier quand on est face à des problèmes de cette ampleur on s’attache à résoudre la crise avant de savoir qui est responsable et pourquoi....

      c’est une chose que je ne comprends pas, aucun des politiques ou économistes ne cherche à la résoudre apparemment comme si elle les arrangeait bien cette crise...

      cordialement à vous.


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 11:15

        Babayaya,

        Votre commentaire est empli de bon sens qui correspond en effet à l’expérience quotidienne de chaque personne sensée, dans le bâtiment comme dans toute activité humaine.

        Comme l’article le dit, il n’existe, dans le cadre économique actuel, AUCUNE SOLUTION DURABLE ET STABLE qui sout applicable par personne.

        Pour reprendre votre très juste comparaison entre économie actuelle et le travail dans le bâtiment : si vous rénovez une maison, elle est unique, ses problèmes peuvent être identifiés et vous avez les compétences avérées afin de les résoudre afin que la maison soit stable, durable et habitable pour ses futurs occupants.

        Là, il s’agit d’Etats différents, avec des intérêts souvent divergents, voire antagoniques, au total 16 pays, engagés dans des processus qui échappent à leur contrôle et ne peuvent pas être donc maîtrisés.

        La différence de contexte saute donc aux yeux.

        Pire encore, ces 16 Etats ont créé des règles qui les empêchent de lutter efficacement en commun contre les CAUSES PREMIERES de leurs problèmes, l’indépendance totale des marchés financiers, qu’on peut ici appeler de « spéculateurs » ne suivant que leurs propres intérêts à court terme, et non l’intérêt public.

        La logique voudrait que des solutions, au moins une, soit possible et durable, mais tel n’est pas le cas ici, car les processus en cours sont à la fois incontrôlables, mais aussi mondiaux en arrière-plan.

        Maintenant, si l’on s’en réfère à l’Histoire de l’humanité, les crises trouvent toujours leurs solutions par des brusques modifications fondamentales des évènements qui proviennent des peuples eux-mêmes, lesquels interviennent dans le cours des choses lorsque justement les dirigeants anciens n’ont plus de solution propre afin d’assurer le développement de la société concernée, et plus généralement, de la civilisation en général.

        Ceci dit, de solution dans le cadre actuel, hors l’explosion de la zone euro et une crise sans fin, elle-même partie de la crise mondiale qui est STRUCTURELLE, il n’en existe malheureusement pas.

        Tout au plus des cautères sur une jambe de bois, comme cela est en cours à Bruxelles.

        Bien cordialement,


      • BABAYAYA BABAYAYA 11 février 2010 11:23

        Merci de cette explication...

        bon bien on en arrive doucement à ce qui m’inquiètais le plus...
        le système tel qu’il est va finir par s’effondrer de sa belle mort...
        et comme cela le fut dans l’histoire, l’europe « unie », va de nouveau se désunir...
        ce coup d’essai pacifique aura fait long feu...
        la prochaine fois, s’il faut faire une europe unie, ce serait plus intelligent de la baser sur les « hommes » (sans mysoginie aucune, je précise) que sur le fric...


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 12:56

        Babayaya,

        Vous avez bien en effet compris la racine du problème : l’UE actuelle n’est pas bâtie sur l’intérêt des peuples, mais sur celui, pour faire court, des « spéculateurs » de la sphère financière déréglementée.

        Sur de telles bases, il était inévitable que le château de cartes s’écroule. Ce qui se déroule en direct et va se poursuivre avec des secousses et crises convulsives successives jusqu’à la fin.

        Bien cordialement,


      • Croa Croa 11 février 2010 19:16

        « comme si elle les arrangeait bien cette crise... »

        Cette crise ne les arrange pas mais on voit mal nos « élites » s’en prendre à leurs maîtres !


      • Terran 11 février 2010 20:50

        des élites comme l’autre connard de vert DCB qui se permet de dire « ta gueule » au parlement.

        Vlà ce qu’ils ont élu les lâches français...


      • Merlin 11 février 2010 22:32

        Une grande partie de désarroi actuel des peuples dans ce monde est le constat d’évidence : Les états nation ne les protègent plus, le pouvoir politique nombrilique ne fait que des mesurettes électoralistes.
        Pour une grande part (même si c’est complexe) la finance a vampirisé le pouvoir politique et utilisant la dette comme arme de destruction massive. Le peuple endetté est équivalent à un esclave dont la liberté est devenue virtuelle. (tu rembourse pas on te prend tout). De plus nous payons 40% d’impôt en d’intérêt aux banques à cause d’un article que personne ne connais (article 104 de maastricht) qui nous à coûté 1500 Milliard !! depuis 1972

        Il y a collusion entre la finance et le pouvoir politique (lobbying ….). De droite comme de gauche plus aucun système politique n’est indépendant de la finance ; et de facto est incapable de lui faire appliquer des règles (taxe sur les banques avorté, paradis fiscaux, Vol fiscale, bonus, retraite chapeaux, spéculation sur les monnaies, CDS, hedges funds...)

        Il faudrait que le pouvoir retourne au peuple, pendant au moins un certain temps afin de nettoyer le système avec des règles strict sur la finance. On pourrait imaginer un Gouvernement par Internet où tout les Français vote pour des textes de lois comme pour un référendum. Plus de politiciens, de parlement, les votes des Français sont directement appliqués.


      • Philippe Vassé Philippe Vassé 14 février 2010 11:32

        Chantecler,

        Votre commentaire est d’une grande pertinence, dans son fond et sa forme.

        Rétrospectivement, certes, il est maintenant aisé de constater que le dérèglementation financière et la politique fiscale de l’UE et de la zone euro n’avaient comme objectif que de favoriser la pure spéculation financière.

        Les citoyens des pays membres étaient ainsi victimes deux fois :
        -au « tirage » : par la suppression massive des services publics essentiels et nécessaires à leur vie quotidienne ainsi que la baisse de leur qualité et niveau de vie ;
        - au « grattage » : par les dettes publiques à rembourser avec des intérêts de plus en plus élevés afin de remplir les caisses des spéculateurs !

        Sur le fond, vous avez raison : les rustines, quand elles sont utilisées, ne résolvent rien et aggravent tout.

        Bien sûr, l’objectif d’une Europe politique des peuples et des citoyens libres, démocratique et stable, est antagonique, ou, plus précisément, inconciliable, avec les structures actuelles qui n’ont pour seul but que permettre la spéculation au profit d’une minorité décroissante contre une majorité en augmentation, tout en affaiblissant le substrat économique des pays concernés, menaçant emplois et qualité de vie pour le futur, tout en désorganisant au passage toute la vie sociale des populations.

        Ceux qui, avec cette crise et ses aléas, ne verront pas les véritables objectifs actuels de la zone euro et de l’UE avec ses critères destructeurs des économies réelles au profit de la seule sphère financière incontrôlée car les Etats ainsi unis ont abandonné toute souveraineté sur leurs politiques économique, monétaire, financière et social, ne pourront plus avoir de crédibilité publique.

        Bien cordialement,


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 11 février 2010 10:58

        Content de vous relire, Philippe.

        Merci pour cet exercice de mise en perspective de nos problèmes. C’est vrai que je trouvais moi aussi curieux de n’entendre parler que de la Grèce (qui comme chacun sait chez les élites chez nous, n’est un pays que très vaguement occidental, suspect et pas très honnête, entré par piston au sein de la prestigieuse Europe).

        D’ailleurs, tout le monde ici s’entend à rappeler que la Grèce a menti que ses déficits et ses comptes publics, ça c’est vachement mal. Comme quoi on vit dans un feuilleton américain (mentir, c’est très très mal), et pas dans la réalité. Ilest bien connu que les grands « capitaines d’industrie’ » n’ont jamais menti sur leur comptes, comme EADS et Lagardère l’incompétent, ou Meissier et Vivendi (qui lui, vient de se faire gauler), ou nos banques chéries (qui détiennent, comme c’est curieux, la dette grecque). Quant à nos Etats, il sne mentent jamais sur leurs déficits, surtout notre glorieux Président qui remoralise le capitalisme après avoir fait péter notre dette de + 100% en deux ans sous Balladur.

        D’ailleurs, nos Etats sont beaucoup plus vertueux que l’Etat grec, notoirement incompétent et corrompu, comme je l’entendais ce matin sur France Inter. C’est pas comme en France, n’est-ce-pas... Clearstream, la financement occulte des partis, les marchés de copinage comme la pub de France Télévisons, ou les autoroutes, ou les casinos en ligne, hein, c’est pas chez nous que ça arriverait...

        Bref, la Grèce, c’est le nouveau méchant, celui par qui le malheur arrive. L’Amérique, qui nous avait exporté sa crise (qui d’ailleurs, jusqu’à il y a peu, n’était pas une crise européenne) , en est blanchie d’avance : et nous qui n’avions rien vu, pauvres naïfs que nous sommes ! La Grèce, vipère lubrique et basanée, lovée au sein de la protection bienveillante de l’Europe forte de son Euro fort, était tout occupée à saper la confiance des marchés et des investisseurs, en cassant son service public comme le demandait le bienveillant FMI, et à nous foutre dans la merde.

        Bref aussi, la Grèce sera stigmatisée, tout ce bordel, c’est uniquement et exclusivement la faute à la Grèce, brûlons-là en place de Grève. En plus ils sont même pas vraiment européens, ils sont voisins des Turcs.

        Le fait que je sois moi-même d’origine grecque (mais très partiellement, je vous assure) n’a rien à voir avec cette diatribe. D’ailleurs, je ne me rappelle même plus le nom de mon grand-père, et je n’ai plus aucun rapport avec cette partie de la famille.


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 11:53

          Vilain Petit Canard,

          Merci de votre commentaire. Et de son côté ironique sympathique.

          La Grèce est un pays que j’aime aussi beaucoup, bien que, jeune, sa langue antique m’ait donné quelques maux de tête très scolaires.

          L’hypocrisie des défenseurs de la politique de la BCE, y compris avec quelques critiques, sur la Grèce est en effet sidérant.

          Le déficit français est en voie de rattraper celui des Hellènes sans que les gouvernants français s’en alarment ou baissent, pour le diminuer, leurs salaires exorbitants qui vont bientôt paraître provocateurs.

          Les « économistes » français qui stigmatisent la Grèce, bien que faisant rire leurs confrères du monde entier, ne savent pas apparemment lire, même le Wall Street Journal« , qui leur explique pourquoi la Grèce est la »proie« la plus vulnérable, mais seulement la première des proies en zone euro.

          http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704182004575055292744721172.h tml

          Il sera bon aussi de rappeler, comme les économistes asiatiques, que l’économie grèce a été vidée de ses possibilités par la politique menée par l’UE.

          Mais, cela, le peuple grec risque fort de le rappeler à Bruxelles et Strasbourg, en ne se contentant pas de brûler les drapeaux de l’UE, mais en cherchant à échapper à cette »prison des économies et des peuples", afin de les soumettre, pieds et poings liés, à l’appétit des marchés financiers déréglementés....

          Bien cordialement,


        • Antoine Diederick 11 février 2010 12:56

          oui, si les allemands interviennent ce sera pour protéger leurs banques qui détiennent de la dette grecque si je comprends bien....

          tout le monde se tient par la barbichette smiley


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 février 2010 08:47

          Philippe, quand vous dites que la Grèce n’est pas la proie la plus vulnérable, mais seulement la première des proies, je suis tout à fait d’accord avec vous. Nous sommes les suivants sur la liste.
          Antoine : oui, ça va péter en Grèce, on a eu un avant-goût l’an dernier, et ça va faire traînée de poudre...


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 10:59

          Gabriel,

          Votre commentaire me semble porter en lui-même des contradictions inconciliables les unes avec les autres.

          Le point 1 qui semble souhaiter une « politique juridique, fiscale et sociale unique » (oui, mais laquelle exactement ?) contredit, faute de clarté, les points suivants, notamment le 3 qui est d’une grande justesse sur le fond des faits.

          S’il s’agit de fédéraliser des règles et des politiques qui mènent des centaines de millions de citoyens à la misère et donc à la révolte, l’intérêt de cette « harmonisation » ne paraît pas évidente.

          Vos autres remarques sont certes légitimes, mais elles sont en totale contradiction avec les critères du Traité de Maastricht qui agit ici comme un CARCAN étrangleur des Etats membres de la zone euro.

          Il paraît évident que l’on ne peut pas changer radicalement de politique économique, monétaire et sociale, sans rompre avec les outils, Traités et obligations qui en découlent qui ont conduit aux problèmes structurels lourds actuels.

          Il ne s’agit pas donc d’ouvrir les yeux des citoyens de la zone euro (ce qui se passe a déjà fait de ce point un fait acquis), mais de porter le débat public sur lE FOND DES CHOSES.

          Affirmer des « on doit » et des « il faut » est certes l’expression d’objectifs légitimes et dignes d’attention.

          Mais, le problème essentiel est dans le présent cas de passer de l’expression orale ou écrite de ces souhaits à sa concrétisation dans les faits réels, en clair d’établir un pont entre les réalités vivantes d’aujourd’hui et ce qui est nécessaire pour demain dans l’intérêt public de plus de 325 millions de personnes humaines.

          A mon humble sens, cela passe par la compréhension claire des processus et des évènements, condition préalable à toute décision ou action de nature collective ( celle des Etats, des citoyens, des collectivités de citoyens et d’Etats)

          Bien cordialement,


          • Gabriel Gabriel 11 février 2010 11:44

            D’accord avec vous Philippe mais l’expression de l’engagement citoyen au travers de son vote est bafouée (Voir traité de Lisbonne) Quant à porter le débat je le  fait au travers de la société civile par le biais d’associations. Quant à utiliser les principes démocratiques avec des voleurs et des tricheurs prêts à tout pour la sauvegarde et la croissance de leurs privilèges cela me laisse de plus en plus dubitatif voir carrément septique.

            Amicalement

             


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 12:26

            Gabriel,

            Votre second commentaire est explicite car il évoque l’engagement citoyen sur l’avenir de la société humaine et cela me semble aujourd’hui essentiel.

            Continuez dans ce sens avec un esprit libre et les yeux ouverts sur les réalités du monde.

            Bien amicalement,


          • Terran 11 février 2010 20:58

            Une société humaine !!!

            hahahaha !!

            Un cheptel d’esclaves du système monariste britanique oui !!

            C’est pas la même chose.
            Les articles pour enfumer la réalité se multiplient volontier sur Avox, ça et les articles sur les vert.

            Vlà le moyen age qui revient au galop, et sus aux déchêts nucléaire dirent-ils !!!
            Alors qu’il n’y a aucuns dechêts, juste de la matière fissile qui se recréer et redonne de l’énergie, avec super phoenix.
            Analyser l’economie sans parler une seconde de l’énergie, ça ressemble à rien, mais à rien du tout.
            Le vecteur qui catalyse l’économie, c’est l’énergie, et sa densité.
            C’est une évidence.
            La bourse a jamais créer de richesses physique à ce que je sache.
            Juste du pognon.
            Vous voulez une société de services ?

             smiley
            Alors parler pas d’énergie !
            En même temps ; y’en a qui parlent de supprimer l’argent...
            C’est dire le niveau de compréhension qui règne...

            Ils me gavent tous ces pseudo escronomistes...
            Ne pas parler d’énergie quand on parle d’économie, c’est comme chier en ayant oublier d’enlever son slip...


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 février 2010 11:01

            Bonjour PV, « Cette crise de l’euro est bien l’expression particulière de la crise mondiale qui continue son cours » Quand l’euro monte d’un point, c’est la catastrophe, quand il baisse d’un point, c’est la catastrophe !

            a mon humble avis, il faut congédier les conseillers de vos conseillers, et cesser d’écouter ces voyants essssperts qui crient quand la caravane passe.

            Petit retour sur le phénomène de la pandémie qui s’attaque maintenant à nos comptes en banques.

            Décus de devoir quitter le territoire pour délocaliser plus loin, c’est çà dire fabriquer pour 2X moins cher un produit 3X moins fiable, les principaux marchés secoués par la crise de l’ancien n°1 de l’automobile étasunienne et de la pharmacopée chimique ont du quitter la France dès 2008.
            Ces investisseurs / spéculateurs qui perdent gros dans l’affaire se retournent sur Toyota et le marché médical français pour répandre leurs fausses rumeurs à la baisse, entièrement indexée sur leur moral de tôle ondulée.

            Tout comme Saddam qui a quitté le Koweit en foutant le feu à la région, ils sont tentés de jeter leurs dernières cartouches sur les puissants pays qui ne les retiennent pas. Ces pays ne sont en effet pas innocents dans leur histoire, puisque à y regarder de plus près, ils sont tous, ou îlotiers, l’Angleterre, ou semi comme la Grèce l’Italie et l’Espagne, ou côtiers, et doivent à leur positions géographiques privilégiées d’être à l’origine de toutes les pires colonisations mondiales. Ils sont tous détenteurs de part sociales dans les flottes commerciales qui sillonnent les mers de tout le globe terrestre, et ont beaucoup à perdre de la fin du trafic international permanent et du protectionnisme à venir gros comme une montagne de dettes.

            Mais sinon, à part ça, chez moi tout va pour le mieux.


            • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 11:22

              Lisa Sion 2,

              Merci de votre commentaire bien que son sens me paraisse assez confus.

              Le rapport entre délocalisations et indépendance totale de la sphère financière n’étant pas clair dans votre texte, je ne sais qu’en dire.

              Peut-être souhaitiez-vous exprimer le fait que les délocalisations sont mauvaises pour la qualité des produits (et que les déboires de Toyota, mais aussi d’Airbus) sont la preuve de cela.

              Bien cordialement,


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 12 février 2010 00:26

              Philippe,

              Les petits pays d’Europe accablés de dettes pourraient suivre l’exemple de l’Argentine et ignorer leurs dettes. Cela reporterait le fardeau sur les pays créanciers et le problème pourrait être résolu grâce à un simple changement des règles comptables.

              La ruine financière totale, autrefois un problème réservé aux pays en développement, frappe maintenant l’Europe. Le FMI impose ses « mesures d’austérité » aux pays périphériques de l’UE, la Grèce, l’Islande et la Lettonie étant les plus touchées. Mais ce ne sont pas nos habituels solliciteurs du tiers monde. Historiquement, l’Islande a été colonisée par les Vikings qui envahirent avec succès la Grande-Bretagne. Les tribus lettones repoussèrent même les Vikings. Les Grecs, quant à eux, conquirent tout l’Empire perse. S’il y a des pays qui peuvent tenir tête au FMI, ce sont bien ces robustes guerriers.

              Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=17522


            • ZEN ZEN 11 février 2010 11:10

              Bonjour Philippe
              Oui, la tragédie n’est pas seulement grecque, bien d’accord
              J’ai trouvé hier une petite synthèse dans CI ,introduisant une analyse de P.Krugman
              Elle me semble bien résumer le problème :

              --"Si c’est aujourd’hui la Grèce et au-delà les pays faibles de l’eurozone qui tiennent le devant de la scène, leur cas n’est qu’une illustration parmi d’autres des difficultés partagées par l’ensemble des pays dits développés.
              Les finances des USA, du Japon, de la Grande Bretagne sont dans une situation à peine moins déplorable et la Grèce ne doit son triste privilège qu’au fait qu’elle est la proie la plus facile dans un troupeau d’éclopés
              .
              La masse de capitaux flottants censée représenter la richesse du monde cherche avant tout à se protéger en ces temps troublés, mais les réflexes prédateurs sont toujours là. Au moindre signe de faiblesse, excités par l’odeur du sang (c’est le vocabulaire en usage dans les salles de marché), les traders parient à la baisse et amplifient les désordres du monde, en une spirale destructrice. L’Europe n’est pas absoute pour autant, loin s’en faut.
              Depuis trop longtemps, elle vit dans un état de somnambulisme, entre incantations incessantes à ses principes fondateurs, sa vocation universaliste, et un déni de réalité. Pourvue des attributs d’une institution politique rassemblant les peuples, elle n’en assume aucune responsabilité sur le plan social ou économique, nos dirigeants ayant choisi en une coupable facilité de s’en remettre à l’intervention de la main invisible.
              ."(CI)


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 11:43

                Zen,

                Le point de vue que livre P Krugman est très instructif. Ses constats sur l’état du monde et la sphère financière poursuivant ses propres buts sont évidents et indiscutables.

                Par contre, sur l’UE et la zone euro, son discours est assez hypocrite et trompeur. Les concepteurs de la zone euro ont établi la BCE et ses règles en toute connaissance de cause et ne s’en sont pas remis à personne pour abandonner tout outil de contrôle dans les sphères financière et monétaire. Ils l’ont sciemment décidé.

                L’euro n’a que cette fonction : favoriser la spéculation des « prédateurs » sur l’économie des pays membres et sur les budgets des Etats.

                Ces dirigeants n’ont pas été frappés de somnambulisme, ils étaient éveillés et ils ont agi avec méthode et soin afin de donner aux « prédateurs » toute latitude pour agir à leur guise.

                Et maintenant, ils vont faire semblant de soigner un pays agressé alors que tous les autres commencent à saigner, ce qui va attirer des requins en nombre, pour reprendre l’image marine donnée.

                Bien amicalement,


              • Lucien Denfer Lucien Denfer 11 février 2010 12:07

                Article intéressant qui fait le constat de la situation économique dangereuse de la zone euro.

                Mais quelles sont les solutions ? Que préconisez-vous ?

                Faut-il revenir aux monnaies nationales avec tout ce que cela implique ?

                Faut-il redonner aux états la faculté de créer leur monnaie et court-circuiter les vampires ?

                Faut-il abandonner le rêve d’un bloc européen qui se propose de rassembler des états que tout divise ?

                Faut-il laisser faire et se serrer la ceinture en prévision d’une décennie noire de misère ?

                Messieurs les économistes...


                • Antoine Diederick 11 février 2010 12:27

                  une des solutions a long terme serait de ne plus mettre les pays européens en concurrence économique mais d’intégrer la politique économique — la politique du plan en somme — ce qui ne pourrait plaire aux libéraux.

                  Pour cette politique du plan, c’est un raccourci, une image commode que j’utilise....


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 12:30

                  Lucien Denfer,

                  Sur les interrogations, fort légitimes et naturelles que vous avez émises, et pour ce qui concerne justement cet aspect, je me permets, afin de ne pas me répéter, de vous renvoyer à la première réponse faite à Babayaya, qui synthétise les choses de la manière la moins subjective possible.

                  Il n’est malheureusement pas de solution-miracle à une situation aussi mondiale dans son fond réel, complexe et contradictoire.

                  Bien cordialement,


                • Terran 11 février 2010 21:01

                  « Il n’est malheureusement pas de solution-miracle à une situation aussi mondiale dans son fond réel, complexe et contradictoire. »

                  Dit-il le lâche !!!
                  Vous connaissez pas Larouche ?
                  C’est tellement mieux d’enfumer le monde en oubliant sciamment de parler d’énergies...
                  ils me font gerber les escronomistes et les escrologistes...
                  Des vrai patriotes, pouvez en être sur !


                • Antoine Diederick 11 février 2010 12:18

                  Bonjour Philippe Vassé,

                  Votre précédent article se voit vérifié par les faits....ainsi que les propos de Zen sur la réticence allemande pour le sauvetage de la Grèce...

                  La zone euro est-elle une zone monétaire optimale

                  Ce qui se passe est lié au différentiel économique entre les régions européennes qui provoquent des chocs asymétriques.

                  Rien que la réunification allemande aurait couté des points de croissance à l’économie française et belge aussi, quoique nous sommes plus lié au modèle allemand qu’en France.

                  Et donc la crise grecque va nous couter aussi maintenant.

                  Sur les calculs des PIB des pays européens , il y aurait bcp à dire....

                  Donc, viendra le moment de chercher à unifier les politiques économiques et là : nouveau casse-tête chinois.

                  Sur le management , la gouvernance grecque , bcp de questions aussi....on parle de fraude de toutes sortes, à la tva entre autres ( à vérifier).

                  La BEI , n’aurait pas vocation à soutenir un état européen défaillant.....

                  C’est sans doute dans le cadre de la coopération européenne que des solutions seraient trouvées.



                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 12:35

                    Antoine Diederick,

                    Il est une chose que la la vie enseigne, c’est que suivre les faits en les intégrant dans leurs processus réels, objectifs, permet en toutes choses de prévoir et donc éventuellement d’agir.

                    Les faits sont têtus et ils donnent raison à eux-mêmes, à leur propre déroulement logique.

                    Ce qui est édifiant est l’aveuglement des partisans d’un système qui fait faillite sous leurs yeux et dont ils nient avec un fanatisme déraisonnable la réalité.

                    Bien cordialement,


                  • Antoine Diederick 11 février 2010 12:44

                    Sur Wikipédia, voir BelaBalassa

                    Cela c’est pour la théorie, pour la réalité et l’application c’est autre chose....et moins simple qu’il n’y parait.

                    Si je mets ce lien, c’est que cela doit nous interpeller de voir à quel point la construction européenne peut parfois avoir apparemment un aspect fictionnel.


                  • Antoine Diederick 11 février 2010 12:46

                    à Philippe Vassé,

                    Oui, je viens de lire votre réponse, c’est que je dis autrement avec le post sur Bela Balassa.

                    Bien à vous.


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 13:09

                    Antoine Diederick,

                    Un petit point de détail sur les créanciers de la dette publique grecque : ce ne sont pas les banques allemandes qui en détiennent le plus, CE SONT LES BANQUES FRANCAISES.

                    Ceci explique pourquoi papandréou était à Paris hier. En cas de banqueroute grecque, ce serait les banques françaises qui seraient les plus touchées.... !!!!

                    http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704182004575055292744721172.h tml

                    Lesquelles banques ne se sont pas vantées de ces « actifs » solides entre tous (avec ironie) qu’elles détiennent.

                    Conclusion : l’Allemagne va se porter garant aussi et surtout pour les banques françaises. Cela va certainement réjouir l’opinion publique au-delà ru Rhin.

                    Bien cordialemeny,


                  • Antoine Diederick 11 février 2010 13:25

                    hou hou, sympa l’ambiance....


                  • BABAYAYA BABAYAYA 11 février 2010 13:33

                    Sympa la symbolique de l’ourobouros.....

                    le serpent qui se mange la queue.....


                  • bobbygre bobbygre 11 février 2010 16:44

                    A part ça on nous parle de la disparition du Dollar depuis déjà des mois

                    Depuis l’été 2009 en fait. Mais zetes pas au courant ? Les Etats ont versé des centaines de milliards dans les banques pour que ça tienne un peu plus longtemps. C’est comme si la tour de Pise menaçait de s’effondrer et que pour l’en empêcher, on rajoutait trois ou quatre étages encore plus bancales.

                    « Jusqu’ici tout va bien.... Mais le plus important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. »


                  • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 13:17

                    Alchimie,

                    Les media français en général ont, depuis le début de la crise, été d’une quiétude instructive : ils se réveillent depuis la visite en France de Monsieur Papandréou ! C’est une bonne chose, quoique tardive.

                    Quant à la qualité de l’information et à sa véracité, on est encore loin du Wall Street Journal, de la presse allemande ou même taïwanaise sur le sujet - à des milliers de kilomètres.

                    Mais, cela en soi n’est que la fumée des choses.

                    Vous avez raison sur votre conclusion avec juste une contradiction : la dette est la dette, cela est indéniable.

                    Avec l’euro, la dette de chaque pays de la zone euro est dorénavant l’affaire et le problème des 16 pays, donc facteur de crise collective sans possibilité pour l’heure d’échappatoire.

                    A cette remarque, essentielle près, vous avez parfaitement raison.

                    Bien cordialement,


                    • Antoine Diederick 11 février 2010 13:27

                      Quant à la qualité de l’information et à sa véracité, on est encore loin du Wall Street Journal, de la presse allemande ou même taïwanaise sur le sujet - à des milliers de kilomètres.

                      là c’est clair....


                      • Simon Simon 11 février 2010 13:27

                        +1 pour cet article (que j’ai lu en diagonale) car il aborde un sujet pas assez traité, et sur lequel les medias font silence.


                        • logan 11 février 2010 13:28

                          Oualal quelle tentative de propagande ... Voilà donc que « la solidarité » qu’il nomme « fédéraliste » entrainerait une crise plus grave ... Belle tentative mais non ... Personnellement je ne suis pas d’accord.

                          Il n’y a crise que parce qu’il y a système en crise. Et il n’y a système en crise, que parce que les structures qui composent ce système sont mauvaises.

                          Parmi cette structure, la monnaie commune et la solidarité qui peut découler d’une monnaie commune ne sont évidemment vraiment pas les « mauvaises parties » de cette structure mais au contraire les seules bonnes parties ...

                          Les structures néfastes sont plus à aller chercher dans les pouvoirs octroyés à des agents privés au mépris de toute démocratie, dans l’unique intérêt de ces agents privés, elles sont là les vrais causes de toutes les crises qui nous touchent, l’idée d’une monnaie commune, en soi, n’est franchement pas le problème bien au contraire.

                          L’euro ne serait pas attaqué si nous n’avions pas délibérément transformé l’euro en monnaie spéculative, nous pourrions à tout moment changer de système et interdire la spéculation sur notre monnaie, ce serait même une décision plutôt saltutaire !

                          La grèce ne serait pas en crise, si nous n’avions pas donné aux agences de notation privées le pouvoir de décider arbitrairement ( et sans fondement vu qu’aucun état jusqu’à présent n’a été coupable de défauts de paiment ) de la capacité de remboursement des dettes publics des états.

                          Le système européen ne serait pas en crise si nous n’avions pas institué une banque centrale européenne indépendante des états et donc indépendante de la volonté générale des citoyens. La BCE pourrait à l’image de la FED venir au secours des états en difficulté en acceptant d’acquérir directement des titres publics sans leur faire payer le moindre intérêt et il n’y aurait tout simplement AUCUNE crise ni en grèce ni ailleurs ...


                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 13:42

                            Logan,

                            Votre commentaire est très pertinent, même s’il est construit sur des SI successifs qui finissent par lui ôter tout lien avec la réalité.

                            Evidemment, les problèmes se poseraient très différemment si l’euro n’était effectivement pas une monnaie faite pour favoriser la spéculation contre elle, ce que l’article explique.

                            Evidemment, si l’économie de marché, avec sa sphère financière déconnectée des réalités, l crise actuelle n’existerait pas.

                            Tous ces SI sont virtuels et la réalité,elle, est celle que nous vivons et dont il est sans objet de vouloir s’extraire avec des SI....

                            Prenons votre texte à l’endroit, en partant non de chimères basées sur des SI, mais des faits :

                            - la crise n’a pas pour origine les agences de notation, sa racine- pour faire court- étant dans la sphère financière et les dettes publique accumulées (souvent, et pas seulement en Grèce, avec des comptabilités fausses et/ou falsifiées.

                            - Les grands créanciers de la dette publique grecque, pour ne prendre que celle qui vous occupe- sont les banques privées françaises ( qui donc tendent à spéculer en vue de leurs propres profits).

                            - l’euro étant ce qu’il est -vous l’admettez avec clarté- la zone euro va droit dans le mur.

                            Les SI ne sont ci qu’inutiles spéculations sans intérêt, ce qui compte est d’agir sur la réalité ou, pour d’autres, de ne pas agir pour ne pas la changer.

                            Bien cordialement,


                          • logan 11 février 2010 14:03

                            Il n’y a aucun SI dans ce que j’ai expliqué

                            J’ai expliqué en quoi votre conclusion est totalement abusive et grossière

                            Vous déclarez TOUTE mesure fédéraliste comme forcément aggravante, stigmatisant ainsi toute solution de type fédéraliste, alors qu’évidement il existe tout type de solution fédéraliste, comme dans n’importe quel domaine en politique, des solutions de gauche des solutions de droite, des solutions socialistes, des solutions libérales ou conservatrices, tout dépend du but que l’on veut atteindre, en l’occurence ce que j’explique ce sont des solutions qu’il faudrait mettre en place et qui résoudraient le problème, et elles sont TOUTES fédéralistes

                            Le but recherché par ces solutions est l’intérêt général des citoyens, là où les solutions fédéralistes qui seront certainement employées par les dirigeants européens chercheront elles à conserver le système actuel intact et à permettre aux banques privés de se sucrer au passage

                            Votre article est donc au mieux incomplet, au pire faux, vous vous trompez tout simplement de cible, et ne pointez pas du doigt les vrais problèmes, les vrais risques


                          • Antoine Diederick 11 février 2010 14:10

                            a Logan

                            Quel seraient pour vous les vrais risques et problèmes , selon vous ?

                            N’avez - vous pas l’impression que nous y sommes en plein, dans les vrais risques et problèmes ?

                            Je ne veux pas défendre l’auteur qui est bien habilité à le faire par lui-même, mais tout de même, il y a tourmente et cela ne seraient pas vrais risques et problèmes ?


                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 14:17

                            Logan,

                            Avez-vous noté que nous sommes dans la réalité et qu’une solution fédéraliste mène droit à une explosion encore plus violente de la zone euro et de l’UE ?

                            Si vous avez suivi les faits réels, et non les SI que vous invoquez, vous aurez compris que, sur cette orientation dite « fédéraliste », les problèmes ne peuvent que s’aggraver.

                            Mais, c’est votre droit le plus légitime de chercher une solution dans les SI sans tenir compte des réalités de l’économie actuelle, qui est ce qu’elle est tant que personne n’intervient pour changer les paramètres.

                            Quant à déclarer des faits publics FAUX comme vous l’écrivez, il semble que vous devriez prendre le temps de regarder avec plus de calme les processus en cours avant de contredire les faits avec des SI et des dénégations des réalités. Le déni de réalité est toujours dangereux pour son auteur car il l’auto-isole.

                            Bien cordialement,


                          • logan 11 février 2010 14:24

                            Le vrai problème il est dans la soumission de nos états à des intérêts privés, cela a toujours été cela le problème, depuis la nuit des temps et ça continue de l’être aujourd’hui, ici en l’occurence, notre système européen est soumis aux intérêts privés de diverses manières, les plus flagrantes étant la dépendance à des agences de notation privées, l’indépendance de la BCE vis à vis des états ( et donc au même titre des citoyens ), le sauvetage des banques privées sans contreparties, l’intervention obligatoire des banques privées dans les relations BCE / état etc ... etc ... etc ...
                            C’est surtout cela le problème et c’est à ce niveau là qu’il faut agir, il faut redémocratiser tout ce système monétaire, nos ainés, je ne sais pas pourquoi, on abandonné ces questions monétaires à des politiciens/experts proches des banques et de la finance et voilà le résultat.


                          • logan 11 février 2010 14:26

                            non le problème n’est pas dans des considérations fédéralistes / non fédéralistes vraiment
                            vous ètes à côté de la plaque réellement

                            cessez de faire comme si je parlais de choses irréelles, ce dont je parle ce sont des solutions à mettre en oeuvre, et c’est bien réel


                          • Croa Croa 11 février 2010 19:40

                            Tout à Fait !

                            Logan a raison contrairement à l’auteur adepte d’économie « autorisée ». Non ce ne sont pas des « chimères » ! Je reformule donc :

                            Le système européen ne serait pas en crise si nous n’avions pas institué une banque centrale européenne dépendante de la finance privée. Les états ayant donc abandonné leurs prérogatives de frappe de la monnaie et leurs devoirs de régulation de celle-ci en fonction de l’intérêt public en suivant la volonté générale des citoyens. Sans ces forfaitures la BCE pourrait à l’image de la FED venir au secours des états en difficulté en acceptant d’acquérir directement des titres publics sans leur faire payer le moindre intérêt et il n’y aurait tout simplement AUCUNE crise ni en Grèce ni ailleurs ...

                            Est-ce plus clair ainsi ? smiley


                          • Terran 11 février 2010 21:03

                            Croa, vous avz pas remarquez qu’ils ne prettent aucune atte,ntion a nos propos ?

                            Avox me censure et il n’y a que des articles qui vont dans le sens de la lacheté.
                            Vous pensez que c’est un hasard ?


                          • Croa Croa 11 février 2010 23:48

                            à Terran,

                            Oui, j’ai eu aussi un article refusé.

                            Mais bon il y a vraiment de tout sur AgoraVox, même du mauvais ! Essaye encore !

                            En ce qui concerne les commentaires, ceux-ci sont évidemment moins lu que le texte introductif.
                            Il faut dire que beaucoup d’intervenants abusent car des discussions hors sujet peuvent parasiter le débat. Celui-ci semble correct pour le moment.


                          • Ernester 12 février 2010 00:21

                            Croa,

                            parfaitement résumé et entièrement d’accord.

                            Devant l’incurie de nos gouvernants, nous n’avons pas d’autre choix que d’envisager l’avenir sans la monnaie euro.

                            Et donc que de devenir producteur des biens nécessaires à notre existence.


                          • Terran 12 février 2010 00:34

                            Exact Ernester,

                            Et pour cela, il faut de l’énergie, environ 3kW par habitant en instantanné.

                            Et pi ça ira ! Une monnaie indexée sur nos richesses, que nous créons et construisons, des choses utiles.
                            Et qu’on arrête de faire la chasse aux matérialistes.
                            On a tous besoin de matos, à tous les niveaux, bien plus que des banques.
                            Ce sont pas les banques qui nous font vivre, par contre, elles vivent sur notre dos.

                            Bon ben faut qu’on essai de pousser l’idée alors !


                          • Julien Julien 11 février 2010 13:45
                            Je reposte ce que j’ai déjà posté ailleurs, car j’en ai marre de voir certains discours d’économistes et de journalistes qui ne savent pas prendre du recul et se poser de vraies questions.

                            Le problème de fond est :: pourquoi les pays sont endettés ?

                            Réponse : non pas parce que les Etats dépensent trop, ou parce que les gens ne travaillent pas assez ou pas assez longtemps, ou que sais-je encore.

                            Non, la raison est plus simple, bien que *semblant* ignorée par toutes les personnes s’exprimant dans les médias dominants : parce que les banques pretent de l’argent qu’*elles n’ont pas* (elles peuvent prêter beaucoup plus que ce qu’elles ont en depôt) *avec intérêt*. Elles finissent donc par endetter tout le monde, tout en amassant des fortunes. 

                            Quand les banques accordent un crédit, elles créent de l’argent. Lorsque la personne rembourse le crédit, il y a destruction d’argent. Mais la banque récupère les intérêts qui doivent bien venir de quelque part ; réponse : de la masse monétaire en circulation, ou bien d’autres crédits. Les banques finissent donc par tout posséder, et endettent tout le monde. L’Etat a contribué indirectement à fournir les intérêts des crédits (via le chômage, les aides diverses, la paie des fonctionnaires, etc), mais nécessairement s’endette via d’autres crédits, car il faut bien que tout cet argent qui sert à payer les intérêts des crédits vienne de quelque part. Et pourquoi les Etats empruntent ? Parce qu’ils ont renoncé au droit de créer l’argent depuis au moins Maastricht.

                            Non ce n’est pas la « faute » des Etats s’ils sont endettés, ni des gens qui « ne travaillent pas assez ». L’endettement est simplement intrinsèque au système ; le montant des dettes des Etats, énorme, devrait mettre la puce à l’oreille aux journalistes, et aux gens de manière plus générale. Mais non.

                            Voir :



                            • logan 11 février 2010 14:07

                              Tout à fait c’est la vrai question de fond à se poser


                            • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 14:10

                              Julien,

                              Votre commentaire, bien qu’au début quelque peu vindicatif, n’est pas inexact.

                              Mais, vous avez remarqué que les banques font partie d’un tout, d’un ensemble, d’une économie mondialisée et que remettre en cause cette partie, aujourd’hui essentielle, revient à remettre en question le tout.

                              Est-cela que l’on doit comprendre de votre commentaire ou seulement une attaque en règle contre le seul rôle des banques en oubliant que, dans l’économie actuelle, elles sont des rouages essentiels indispensables ?

                              Bien cordialement,


                            • Julien Julien 11 février 2010 14:44

                              Philippe,

                              Mon commentaire est « générique » et ne s’adressait pas spécialement à votre article.

                              > Votre commentaire, bien qu’au début quelque peu vindicatif, n’est pas inexact.

                              Vindicatif, pour sûr. Je suis assez remonté contre le système, et surtout contre le fait que le citoyen lambda est laissé dans l’ignorance la plus totale. On lui demande de travailler, et de ne pas réfléchir. Si la dette est trop grande, le citoyen arrive même à se résigner sur le fait de devoir travailler plus (! !!). Moi-même, sans internet (BANKSTER, et oui), je serais un ignare absolu en économie (je suis ingénieur de formation). Remarquez que ma vision de l’économie est plus que basique, mon vocabulaire économique plus que limité, mais je crois avoir compris un point essentiel, le point essentiel, passé sous silence en permanence. Et cela, c’est insupportable.

                              > Mais, vous avez remarqué que les banques font partie d’un tout, d’un ensemble, d’une économie mondialisée et que remettre en cause cette partie, aujourd’hui essentielle, revient à remettre en question le tout.

                              Exactement. Il faut tout remettre en cause, tout casser. Pourquoi les politiques et économistes ne trouvent pas de solution ? Parce qu’ils ne comprennent même pas pour la plupart les fondations du système, et LE principal problème déjà évoqué.

                              > Est-cela que l’on doit comprendre de votre commentaire ou seulement une attaque en règle contre le seul rôle des banques en oubliant que, dans l’économie actuelle, elles sont des rouages essentiels indispensables ?

                              Mais justement, il faut abandonner l’économie actuelle, et passer à autre chose. Et il va falloir que ça vienne de nous.


                            • logan 11 février 2010 14:54

                              En réalité non elles ne sont pas vraiment mondialisées les banques elles sont nationales.
                              Les remises en cause impliqueraient des changements de statut uniquement au niveau national ( du moins pour la majeure partie ), le mieux serait au niveau européen, vu qu’elles sont inscrites dans un système européen et qu’une partie de leurs statuts en dépend. Il n’y a donc aucune impossibilité à faire ces changements à l’heure actuelle, encore faut-il être au pouvoir et avoir la volonté politique de le faire.
                              Si les banques ont des filiales à l’étranger ou se sont acoquinées à des banques étrangères, et d’une manière globale pour toutes les banques étrangères, quoi qu’il arrive sur le territoire français elles doivent se soumettre aux lois françaises, et elles devront s’adapter aux lois françaises pour exercer leur activité en France.


                            • Croa Croa 11 février 2010 19:51

                              à l’auteur :
                              « le seul rôle des banques en oubliant que, dans l’économie actuelle, elles sont des rouages essentiels indispensables ? »

                              Oui, tout à fait !
                              C’est pourquoi elle devraient faire partie des services publics (et non pas des services marchands.)

                              Bref, il faut les renationaliser. smiley


                            • Terran 11 février 2010 21:06

                              Les banques indispensables !!!

                              Mon cul oui !!!
                              Argument de merde !!
                              On a pâs besoin des banques ? On a besoin de gens honnêtes.

                              Et pas d’escronomistes laches qui font bien attention de ne surtout pas analyser les partis politiques qui ont parfaitment analyser la situation.
                              Ce n’est pas un hasard.
                              Il y a une logique a tout.

                              On a besoin d’un état qui décide de créer la valeur.
                              Et les banques elles ferment leur gueules, et elles font leur boulo, ou on les remplace.
                              Nous aussi on sait faire des transactions et gérer des comptes.
                              On sait même voir loin, nous aussi.
                              Vous nous prenez pour des dupes l’auteur ?


                            • JL JL 11 février 2010 14:01

                              Bonjour, jene peux qu’approuver.

                              Vous écrivez : « En un mot, cela revient à propager la crise actuelle de quelques-uns pour le moment...aux 16 pays de la zone euro pour toujours ! »

                              Est-ce que ce n’est pas le prolongement du fameux principe qui est mis en application aux niveaux des Etats, je veux parler du principe de privatisation (concentration) des profits et socialisation (élargissement) des pertes ?

                              Il me semble, à y bien réfléchir, que l’une des mécaniques de l’indusrtie financière constiste à créer des bulles qui ont naturellement vocation à se dégonfler, voire éclater : toute l’astuce consistant à faire en sorte que pendant qu’elles se gonflent la finance s’enrichit de dettes, et quand elles se dégonflent - les crises - la finance transfère ces dettes sur ceux qui la rembourseront par leur travail dont on ne dira jamais assez que c’est le seul créateur de richesse.


                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 14:06

                                JL,

                                Vous avez parfaitement raison sur tous les points abordés, et SURTOUT le dernier concernant le travail.

                                Ceci est un point essentiel qu’il convient de remettre au centre de l’économie dans la futur, mais cette économie- là ne le fera pas.

                                Bien cordialement,


                              • logan 11 février 2010 14:16

                                J’insiste ! Non ! Ce n’est pas là le problème ... Nos économies sont interdépendantes, de toute façon que l’on ait une monnaie commune ou pas à cause des ces interdépendances nous seront quoi qu’il arrive touchés de la même manière.

                                Une monnaie commune au contraire est un plus pour nous car il permet d’être solidaire entre les pays. Si un pays flanche d’un côté cela se ressent alors beaucoup moins ou quasiment pas par l’ensemble des pays du fait de la solidité accrue de la monnaie, dans le cas contraire, pour ce pays les risques d’inflation ou de déflation seraient considérablement accrus et les conséquences sociales et économiques seraient évidemment bien plus terribles.

                                Le problème n’est donc pas à ce niveau là.

                                Le problème il est dans le fait que le système fait intervenir des agents privés qui se sucrent au passage.

                                Quand par exemple il est interdit à la BCE d’acquérir directement des titres publics de la grèce, concrètement, ce qui se passe, c’est que la BCE acquiert quand même ces titres publics, mais des titres acquis au moment de leur émission par des banques privés puis revendues ensuite à la BCE, les banques privés se sucrant au passage.

                                Quand la grèce se retrouve en situation de crise, c’est évidemment à cause des taux d’intérêts accrus que lui font subir les banques privées ou les marchés financiers privés en général en échange de l’achat de leurs titres publics, et la hausse de ces taux d’intérêts n’est due qu’à des décisions arbitraires, à la fois d’agences de notation privées qui ont abaissé arbitrairement leur notation de A à B alors que la grèce ne s’est rendue coupable d’AUCUN défaut de paiement jusqu’à présent, et évidement par le jeu des spéculations

                                Ce sont à ces niveaux que s’opèrent réellement les véritables transferts de richesses, privatisations des profits et socialisation des pertes, c’est là que se concentre le vrai problème !

                                Votre vision des choses est trop superficielle et donc erronée !


                              • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 14:23

                                Logan,

                                Vous venez de réinventer l’économie de marché et de découvrir sa sphère financière.

                                Que dire de plus sur votre commentaire, si ce n’est que vous reprenez l’article sous un angle particulier et en concluez qu’il exprime des faits faux ?

                                Vous n’avez pas tort sur ce que vous indiquez, mais persistez à ne pas relier les faits entre eux.

                                Ce qui fait que vous attaquez un article qui, à vos yeux, a le seul tort de ne pas abonder dans vos seules conceptions, alors que lui se fonde sur les faits publics avérés, et non sur ...des opinions.

                                Bien cordialement,


                              • logan 11 février 2010 14:37

                                non ce n’est pas « l’économie de marché », oui effectivement onparle de politique économique monétaire et donc en effet de sa sphère financière

                                ce système est propre à l’union européenne, les états unis par exemple n’ont pas posé de telles restrictions au niveau de leur banque centrale ( je n’insinue pas qu’ils n’ont pas soumis leur système économique aux intérêts privés eux aussi, mais ils l’ont fait d’une différente manière )

                                la FED par exemple n’hésite pas à acquérir les titres publics émis par l’état américain pour soulager l’économie américaine, elle n’est pas indépendante de l’état américain, elle ne s’oblige pas à passer par des banques privées, elle ne dépend pas d’agences de notations privées

                                on a mis en place en europe un système monétaire tourné vers les intérêts privés au détriment de l’intérêt général, c’est voulu, c’est délibéré et c’est là que réside le problème

                                le problème n’est pas dans la solidarité entre les pays au niveau de la monnaie commune, car c’est malheureusement ça le fond de votre article une attaque en règle contre le principe de solidarité d’une monnaie commune, comme si c’était ça le problème alors que c’est surement son unique ( et insuffisante ) qualité


                              • Terran 13 février 2010 22:35

                                Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!

                                Julien, Logan, Croa, les autres (excusez moi de pas citez tous vos pseudos, vous êtes nombreux) merci, merci, merci !!!!!!!

                                Continuez, vous êtes clairs, concis, précis, la voie est ouverte.
                                C’est bon, parfait, de la vraie matière grise en action.
                                J’aime le visage de cette France là.

                                Me voilà fièr de vous !

                                 smiley smiley smiley

                                Enjoy
                                Tout le monde ici se redresse !!!
                                Yeah !
                                Go ! Go ! Go !

                                Défends ton avenir citoyen !
                                Reprends le contrôle de ta monnaie !!!

                                Il y a des grands moments sur Agoravox !
                                Ecrivez des articles, vous allez cartonner.
                                La modération, laissez passer les idées s’il vous plais, vous n’avez rien à perdre !
                                Tout à gagner.

                                Agoravox, si tu veux réussir, tu dois créer les conditions de la crédibilité !


                              • curieux curieux 11 février 2010 14:17

                                Maintenant on peut dire merci à tous nos politicards véreux qui nous ont vanté l’Europe et l’Euro comme la panacée. Merci au Nabot d’avoir ratifié le traite de Lisbonne malgré les 53% de NON. L’Europe n’est qu’un machin(comme disait De Gaulle) au service des élus pourris, au service de la finance, soumise aux Américains. Une véritable passoire à sens unique pour tous les biens et les personnes. Tout cela pour nous ramener à l’age de pierre.


                                • HELIOS HELIOS 11 février 2010 14:51

                                  Bonjour,
                                  Ce qui se passe en Grèce est un tout petit epiphenomene dont l’Euro n’est qu’un des protagonistes.
                                  Pour parler franchement, je ne crois pas qu’il existe de crise au sens propre, supposant que le systeme economique ou le capitalisme soit en panne. Ce qui ne marche pas, c’est un systeme ou la creation d’argent est faite par des acteurs qui ne sont pas garant de la monnaie qu’il créent...

                                  Je m’explique... les etats sont en deficit, donc ils emprumptent n’est-ce pas ? OK, A qui empruntent ils puisque l’europe est en deficit, les Etats unis aussi, les Russes n’ont pas un Kopek, les Africains n’existent pas, les Australiens ne savent pas où ils habitent... il ne retsent donc que la Chine et peut etre quelques pays exotico-paradiso-quelquechose avec des fond privés dont la taille n’a rien a voir avec les montants mis en jeux.

                                  En fait ils enpruntent a des banques PRIVEES qui n’ont pas d’argent, mais qui le crée sur des indicateurs de qualité estimés, des cotations etc. Les etats doivent alors rembourser l’argent emprunté a des taux de plus en plus forts.

                                  Imaginez donc, par exemple que mon copain ait besoin d’argent, je fabrique de la monnaie, je lui prete, je me fais rebourser, je detruis, lorsque cela me fait plaisir l’argent crée, et il me reste les interets. Genial. Bref, j’ai fait le boulot des banques centrales, mais je suis un privé, je gagne de l’argent sur de la fausse monnaie. Cela porte un nom et vous emmenerait directement au tribunal si vous le faisiez.

                                  La pemiere mesure consiterait a rendre au banque centrale le monopole de la creation de monnaie.

                                  On nous bassine maintenant sur les speculateurs, ceux qui jouent a la hausse et a la baisse sur la cotation des emprunteurs a qui ils ont prété de l’argent. C’est quand même fort de café. On pleure sur les attaques alors que tout le monde sait qui est derriere, même moi dans mon coin. Dites-moi, avec quoi les banques viennent elles de rembourser les aides ? je vous le dis, avec l’argent qu’elles viennent de gagner sur ce genre d’operations douteuses. Les traders de la Societe Generale sont en train de speculer sur la Grece et mme Lagarde ne le saurait pas ?

                                  La seconde mesure consiste donc a obliger les banques a acheter sans decouverts avec paiement immediat (plus de terme)

                                  Enfin, quand plus rien ne va, et qu’un pays est au bord de la faillite, c’est un devoir de soutenir en premier la population et les activités REELES, celles qui permettent de revenir a un etat economique acceptable. Un patient a l’hopital qui a un risque cardiaque, on va lui donner d’abord un medicament pour le coeur, pour le sauver et on se preoccupera ensuite de lui soigner les effets secondaites de la potion.

                                  La troisieme mesure est donc de suspendre ou encadrer fortement certaines activités bancaires pour un temps limité, jusqu’au retablissement de la situation.

                                  Pourquoi, parceque l’argent n’est pas une marchandise comme les autres. Nous avons le DEVOIR d’intervenir pour empecher cette loi de la jungle.

                                  Tous les discours que j’entends actuellement ce sont des discours d’impuissance dans le meilleurs des cas sinon des pieces de theatre que nous jouent nos representants.
                                  C’est une honte. Ou est ils le « je n’accepterai pas... » que nous repete a tout bout de champ notre president ? ce n’est helas qu’un tic verbal, car même s’il peut, il s’en garde bien.


                                  J’aimerai bien lire des articles détaillés qui expliquent vraiment tous les mecanismes que nous subissons actuellement car je suis sur qu’avec un minimum de mesures on peut retablir un certain ordre bienvenue.

                                  Bonne apres midi neigeuses


                                  • logan 11 février 2010 14:58

                                    pourquoi pour un temps temporaire ? je ne suis pas d’accord, si une règle est bonne maintenant alors elle doit être permanente, la loi ne doit pas être fonction de circonstances sinon c’est la porte ouverte à la loi à deux vitesses comme dans l’ancien régime, des dirigeants qui décident si oui ou non la loi s’applique à eux même, et des citoyens envers qui la loi est toujours par contre impitoyable


                                  • xa 11 février 2010 16:04

                                    "La pemiere mesure consiterait a rendre au banque centrale le monopole de la creation de monnaie."

                                    Quand ont-elles eu ce monopole ? Les banques privées créent de la monnaie depuis qu’elles font du prêt d’argent qu’elles ne possèdent pas directement ... soit depuis que les banques existent. Ca commence à faire long.

                                    Pour les banques au sens où nous l’entendons, ca fait 400 ans.

                                    Vous parlez du pouvoir du pouvoir de prêter à l’Etat, peut être ?


                                  • logan 11 février 2010 16:55

                                    Non vous vous trompez elles n’ont eu ce monopole qu’à partir de 1973 en France, avant l’état pouvait clairement demander à la banque de France de créer ou d’émettre de la monnaie, l’état pouvait même dévaluer la monnaie à sa guise, ce qu’ils ont fait d’ailleurs. Et c’était d’ailleurs un des arguments des libéraux pour retirer ce pouvoir à l’état.


                                  • xa 11 février 2010 17:16

                                    Je me trompe ?
                                    Les banques ne prêtaient pas avant 73 en France ?

                                    Vous l’avez rappelé par le passé : dès que la banque prête des fonds qui ne sont pas à elle, elle crèe de la monnaie scripturale. Or c’est le métier des banques depuis qu’elles existent, ce qui si on s’en tient à la définition actuelle d’une banque (fournir un compte / coffre pour conserver l’argent que l’on possède ET offrir des possibilités d’emprunt) durent depuis 400 ans.

                                    D’où ma question : parlait-il de la possibilité de prêter à l’Etat, ou de la possibilité de prêter tout court ?


                                  • Claude Simon Tzecoatl 11 février 2010 20:35

                                    @Xa :
                                    Logan parle de MONOPOLE


                                  • xa 11 février 2010 22:05

                                    On parle de "La pemiere mesure consiterait a rendre au banque centrale le monopole de la creation de monnaie"

                                    Or vous conviendrez que tout prêt bancaire EST une création monétaire, que c’est le fondement de la banque depuis le 16ème siècle.

                                    Donc QUAND DONC les banques centrales ont-elles eu le monopole de la CREATION MONETAIRE ?

                                    Lorsque les banques n’existaient pas ? On remonte alors sous Francois 1er, lorsque les nobles les plus puissants, voire certaines familles de commerçants frappaient leur propre monnaie.


                                  • Le péripate Le péripate 11 février 2010 22:17

                                    Longtemps la frappe n’ a été qu’un simple certificat émanant d’une source de confiance, frappe qui n’empêchait pas une pratique très courante la refonte du métal, soit en lingot, soit en autre monnaie.

                                    Les choses se sont compliquées quand des politiques, qui n’étaient encore que des guerriers à peine dégrossis, s’en sont emparés, d’abord rognant, puis confisquant l’or contre des bouts de papier (Roosevelt ira même jusqu’à interdire la possession d’or).

                                    C’est l’histoire d’un vol. Le casse du millénaire.


                                  • Terran 11 février 2010 22:55

                                    «  »«  »Roosevelt ira même jusqu’à interdire la possession d’or«  »«  »

                                    Merci merci merci
                                    ça c’est important, et il a pas fait ça pour rien.
                                    Il fallait que les gens comprennent que la valeur de l’argent doit se trouver dans le travail et non dans l’usure et d’un metal. Et qu’il faut indexer la valeur du metal sur le travail accompli par sa transformation, donc du travail humain.

                                    Mais ils comprennent rien, je me demande comment il faut leur causer, et le pire, c’est qu’ils te prennent de haut, il me font marrer !!!
                                    Ils vont chercher un tas de trucs compliqué et soucoupistes, des dieu giec et des saint nabo pour penser à leur place...
                                    Chai pas si on les aura un jour !!!
                                    Il y a vraiment beaucop trop de collaboadoration !
                                    Ou alors, ils veulent plus rien faire ?


                                  • Claude Simon Tzecoatl 12 février 2010 09:28

                                    "Il fallait que les gens comprennent que la valeur de l’argent doit se trouver dans le travail et non dans l’usure et d’un metal. Et qu’il faut indexer la valeur du metal sur le travail accompli par sa transformation, donc du travail humain."

                                    Si vous croyez que seul le travail est à même de créer de la valeur, la seule monnaie qui vaille est la création monétaire lors du travail et sa destruction lors de la consommation.


                                  • JL JL 12 février 2010 09:53

                                    Tzecoatl dit : « Si vous croyez que seul le travail est à même de créer de la valeur, la seule monnaie qui vaille est la création monétaire lors du travail et sa destruction lors de la consommation. »

                                    C’est absurde et mal formulé. La création monétaire n’est pas une monnaie, pas plus que sa destruction. ! Voilà pour la formulation. Absurde, ou plutôt insensé. Désolé.


                                  • UnGeko 11 février 2010 15:22

                                    @L’auteur vous décrivez très bien la construction boiteuse de l’europe !

                                    Ceci dit, les truands de Wall Street et de la City on déjà tenté de destabiliser l’euro et le système bancaire de l’UE en avril 2009 à la veille d’un G20  ! Sont-ce les mêmes qui cherchent à nouveau à affaiblir l’europe ?
                                     
                                    Combien représente le PIB grecque ? Car comme il est dit dans l’article du LEAP, « la taille a de l’importance en matière économique et financière, et ce n’est pas la queue qui fait bouger le chien, comme certains voudraient visiblement le faire croire »


                                    • Néo-Résistant Néo-Résistant 11 février 2010 15:44

                                      Pour juger de la validité d’un système monétaire, ce n’est pas dans les périodes où tout va bien qu’il faut le faire ; c’est au contraire aux limites extrêmes, là où la souplesse et la réactivité sont nécessaires pour résoudre une crise...

                                      Visiblement, le système monétaire de l’Euro est totalement hors du coup et c’est la pagaille chez les libéraux pour trouver une solution à cette impasse... c’est d’autant plus lamentable que c’était prévisible ! ((

                                      S’ils ne s’attaquent pas au système de production et d’échange du libéralisme, les partis politiques qui nous promettent le respect de l’environnement et le développement social ne sont que de vulgaires opportunistes à la pêche aux voix !

                                      Je compte voter Front de Gauche aux régionales car il s’attaque réellement à la racine du mal : le libéralisme !

                                      http://www.everyoneweb.fr/marredelagauchecaviar/


                                      • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 19:35

                                        Néo-résistant,

                                        Merci de votre commentaire et de votre annonce de vote...à des élections que je suppose être franco-françaises (régionales, si je ne me trompe), lesquelles ne changeront en rien les processus en cours dont cet article (avec beaucoup d’autres) fait état.

                                        Une question simple me vient à l’esprit quant aux partis politiques français (pour rester dans ce cadre restreint) : quelle issue envisagent-ils d’apporter à cette crise mondiale ayant une expression au niveau de la zone euro dont la France fait partie ?

                                        Autrement dit, quel(s) parti(s) politique(s) français inclut (ent) dans son-leurs programme(s) la sortie du pays de la zone euro avant que celle-ci ne soit un champ de ruines et de conflits ?

                                        Vu de Taïwan, cela me semblerait intéressant à connaître, pour information.

                                        Bien cordialement,


                                      • Croa Croa 11 février 2010 20:09

                                        Les écologistes indépendants rejettent aussi ce système destructeur créateur de croissance et de centralisme avant même d’entrer en crises périodiquement.


                                      • Terran 11 février 2010 21:11

                                        c’est le neo-liberalisme le responable !!!!
                                        Et pas le liberalisme, c’est carrement pas la même chose !!!

                                        Marre de lire des conneries, maere marre marre de voir de la confusion et encore et encore de l’enfumage !!!

                                        Une monnaie du peuple, qu’elle soie nationale ou internationale, ça change rien, je suis un libéral et je veux une monnaie du peuple, je veux pas d’un système monétariste.
                                        Et je veux du nucléaire, je veux de la croissance, pas de croissance sans énergie dense, rien, nada, la misère.


                                      • Croa Croa 12 février 2010 00:01

                                        Non Terran,

                                        Nous n’avons pas besoin de nucléaire, au moins à terme.

                                        Et encore moins de croissance ! 
                                        La croissance n’est justement là que pour faire durer l’escroquerie le plus longtemps possible. Mais les richesses réelles se feront toujours et irrémédiablement distancer par la croissance financière d’où les crises. Au terme c’est nous qui crèverons !


                                      • Terran 12 février 2010 00:44

                                        Si ! Il faut de la croissance, mais pas de la croissance comme vous avez l’habitude de l’entendre.

                                        La vraie croissance, c’est le progrès, repousser les limites.
                                        La croissance de la qualité par exemple, et bien cela permet de réduire beaucoup de problème. Un secteur comme la maintenance peut croître, et une entreprise ou même un foyer a besoin de faire croitre la qualité pour justement faire croitre le confort etc...

                                        Il faut redonner aux mots leurs sens entier.
                                        Nous pouvons faire crôitre nos connaissances sur le nucléaires, rechercher, et trouver.
                                        Etc...etc...



                                      • citoyen 11 février 2010 15:49

                                        @ l’auteur : article tout à fait pertinent et que les commentaires éclairent . Je l’ai relu quatre fois et c’est bien clair : il n’ y a pas de solution satisfaisante dans le cadre actuel . L’attente « en espérant que cela se passe » n’en est pas une , les expédients ne permettraient que de gagne rdu temps ( de moins en moins pour un prix de plus en plus élevé ) , et le traitement de fond des problêmes n’est pas possible sans : 1) soit sortir du trés rigide cadre euro-institutionnel actuel , que l’on nous présente comme intangible 2) soit que cela ne « saigne » vraiment ( à ce jour , sur ce plan , ce n’est rien encore). 

                                         L’euro n’aurait pas du être créé , tout simplement , et aucune sortie « propre » n’ a été prévue.


                                        • epapel epapel 11 février 2010 16:19

                                          Attribuer à deux fonds spéculatifs les difficultés de la Grèce et le perturbations de l’euro, c’est quand même très simpliste et surtout ça revient à inverser les causes et les conséquence.

                                          Et quant à comparer le taux change entre l’euro et le dollar pour statuer que tout va bien, c’est équivalent à comparer la vitalité d’un tuberculeux avec celui d’un cancéreux et donc ça ne prouve rien sinon à dire qu’à un instant T la maladie a plus progressé chez l’un que chez l’autre, ce qui ne rend pas l’autre bien portant pour autant.

                                          Les hedges funds jouent le même rôle que les prédateurs vis à vis des bêtes malades ou accidentées, ils ne s’attaquent qu’aux plus faibles et ne font que précipiter l’inéluctable. Cette attaque spéculative n’est que la sanction de l’irresponsabilité des politiques qui ont laissé la situation empirer, car c’était prévisible depuis la crise de 2008 mais rien n’a été fait autant pour réguler la finance que pour redresser les économies à bout de soufle.

                                          Car la Grèce est bien un pays économiquement en perdition depuis des années, son état ayant été aggravé par le coût des JO en 2004 et le coup de grâce donné par la crise de 2008, ça fait quand même un an et demi que les problèmes grecs font les manchettes des médias. Franchement qu’elle est le devenir d’un pays qui depuis des décennies consomme plus qu’il ne produit ?

                                          Ensuite, l’Espagne a fondé sa croissance économique en grande partie sur son secteur immobilier qui s’est transformé en une bulle qui a explosé avec la crise de 2008, mais ça aurait du arriver tôt ou tard, et ça fait déjà plus d’an qu’on nous montre des programmes de milliers de logements arrêtés faute d’acheteurs. Quel est le devenir de l’Espagne avec sa principale activité économique plombée sans espoir de reprise puisque l’offre est désormais structurellement supérieure à la demande pour des décennies ?

                                          Portugal et Irlande, même combat pour d’autres activités et comportements.

                                          Le point commun entre ces pays, c’est qu’ils ont bâti leur prospérité sur les fonds structurels européens puis ont bénéficié par la suite grâce à l’euro d’emprunts à bas taux qui leur ont permis de développer hors de toute mesure et de tout contrôle chacun sa propre bulle.

                                          Cette crise de l’Euro, car c’en est bien une, n’est que la suite logique et naturelle de la crise latente des « PIGS » qui se révèle au grand jour après un an et demi de pourrissement. Et nous ne sommes pas près d’en sortir, car il faudra des années pour que le PIGS assainissent leur économie puis réduisent leur endettement. Et ça ne va pas être facile car pour qu’ils s’en sortent il faudra bien que les autres mettent à la poche, les allemands en tête.

                                          C’est ça ou l’éclatement de la zone euro qui serait le premier acte de l’éclatement de l’UE. Même les allemands n’iraient pas volontairement jusque là, et si ça par malheur ça arrive quand même alors c’est qu’on ne pouvait plus rien faire, mais après bonjour le désastre. Parce qu’on ne peux pas dire que la France, la Pologne, Grande Bretagne et les autres à part l’Allemagne (dont les excédents sont les déficits des autres) vont bien. L’UE à l’heure actuelle n’est plus qu’un club de bras cassés.

                                          Le postulat fondamental de l’Euro, c’était qu’il entraînerait naturellement la convergence des politiques des participants au lieu de quoi nous avons assisté à leur divergence chacun voulant mettre en valeur l’avantage qui lui est propre. En quelque sorte l’idée stupide d’une d’autorégulation politique déclinée du dogme de l’autorégulation des marchés faux lui aussi.

                                          Donc pour reprendre le thème initial de l’article, soit on va vers l’Europe fédérale ou quelque chose d’approchant c’est à dire une régulation collective par le politique soit l’Europe implose et nous avec malheureusement. Ceux qui nous ont faire croire qu’on pouvait faire une union monétaire en s’exonérant de l’union politique se sont fourvoyé et nous ont envoyé droit dans le mur, de fait dans l’histoire de l’humanité quand ça c’est produit ça n’a jamais duré bien longtemps. A eux de prendre les mesures qui s’imposent maintenant.


                                          • logan 11 février 2010 17:02

                                            ou alors on renverse le pouvoir en France et on propose une réelle alternative au système monétaire actuel en europe, cette solution est quand même pour nous français, celle que nous devons rechercher, plutôt que d’attendre patiemment que tout s’effondre

                                            parce que quand tout s’effondre, ce que vous ne voyez pas derriere votre écran, c’est que dans la réalité ca veut dire plein de monde à la rue, au chomage, dans la pauvreté, ca veut dire des violences, voir des guerres civiles avec leurs lots de massacres et compagnie, rappellez vous que la crise de 1929 a résulté par du fascisme en Europe

                                            en France, la crise avait ammené l’émergence du front populaire, c’est plutôt dans ce sens là qu’il faut aller


                                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 19:06

                                            Epapel,

                                            J’ai lu avec un grand intérêt votre commentaire qui met en valeur les processus lourds en oeuvre depuis plusieurs années, donc met à nu les tendances fortes.

                                            Avantage de votre texte, il réduit à leur place réelle les « arguments » mis en avant de bonne foi par certains commentateurs sur la crise en cours, notamment sur des volontés « mauvaises », comme si la sphère financière obéissait à d’autres lois que celles de ses profits immédiats (objectif de prédation de l’économie réelle). Il rappelle les faits et les met en perspective.

                                            Autre qualité du texte : il rappelle des faits connus (bulle immobilière espagnole), fonds structurels de l’UE massivement investis en Italie, en Grèce et au Portugal, et les sources de la crise de la zone euro qui ne sont pas seulement grecques et liées aux dettes publiques des PIIGS.

                                            Certes, les analyses tendancielles divergent sur l’issue de la crise actuelle, mais les facteurs essentiels y sont bien remis en perspective.

                                            A l’évidence, l’union politique, au vu de ce que la zone euro a déjà connu, ne paraît pas non plus la panacée aux problèmes évoqués.

                                            Bien cordialement,


                                          • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 19:17

                                            Logan,

                                            Vous avez souvent raison sur de nombreux points, mais vos nombreux commentaires, parfois confus, sont difficiles à suivre de ce fait.

                                            Dans l’un, vous évoquez les problèmes mondiaux, dans un autre, les difficultés de la zone euro (qui n’est pas ni toute l’UE, ni d’ailleurs toute l4Europe), puis ensuite vous réduisez votre champ de vision à la seule France et évoquez les banques, sans bien d’ailleurs comprendre leur fonctionnement au niveau international.

                                            Il s’ensuit qu’il est particulièrement compliqué de vous répondre.

                                            Ceci étant dit, vous avez émis des réflexions pertinentes, et d’autres qui peuvent paraître l’être moins.

                                            Ce qui me paraît intéressant est votre volonté nette d’essayer de comprendre les faits en cours. Ce qui peut sembler dommage est que vous restez dans un cadre donné, que de plus vous affirmez condamner pour les méfaits que vous citez.

                                            Un peu de cohésion et de continuité seraient utiles selon le diction populaire « un peu moins, de virulence, mais une meilleure efficience ».

                                            Vous énoncez souvent des choses justes, mais semblez vous arrêter devant les conséquences ultimes, évidentes pourtant, de vos propres raisonnements.

                                            Ceci étant, une chose est certaine : la France seule ne peut résoudre ses problèmes sans les autres peuples, d’où il s’ensuit que toute thèse d’un pays isolé n’est pas valide afin de sortir véritablement d’une crise, celle-là ou une autre.

                                            Bien cordialement,


                                          • logan 11 février 2010 20:12

                                            d’abord évacuons le mythe de la mondialisation

                                            la mondialisation n’est rien d’autre qu’une certaine législation qui s’accorde entre les différents pays, cette législation définit des espaces de liberté par exemple pour les agents éconiques ainsi que certaines structures etc ... la mondialisation n’est pas un phénomène qui tombe du ciel, ou une évolution naturelle comme certains libéraux veulent le faire croire, mais bien une construction politique
                                            la portée de cette législation est en ce qui nous concerne principalement nationale

                                            et absolument tout ce qui définit le cadre de cette mondialisation, au niveau français, est bien inscrit dans nos lois nationales
                                            la seule exception vient de notre spécificité européenne, et des transferts de notre souveraineté accordés à l’union européenne

                                            donc c’est totalement faux de dire que la mondialisation nous empécherait de faire quoi que ce soit, on est quoi qu’il arrive maîtres de notre destin
                                            donc faut différencier deux choses, croire par exemple que je ne sais quel pouvoir serait détenu par tel intérêt privé est faux, c’est une illusion, la réalité c’est que notre gouvernement ou nos législateurs ont définit des règles qui accordent à cet intérêt privé un certain pouvoir
                                            cette différence est importante, car dans un cas il n’est pas possible de récupérer ce pouvoir, dans l’autre cas, récupérer ce pouvoir est simple, il suffit de modifier ces règles

                                            pour les banques c’est exactement ce qui se passe
                                            c’est une illusion de croire que le pouvoir nous aurait définitivement échappé et qu’il serait détenu à un niveau international innaccessible
                                            en réalité tout ce qui concerne les banques, leurs statuts, leurs droits, leurs devoirs, tout est définit au niveau national et européen
                                            et absolument rien ne nous empêche de modifier intégralement leur statut et leur fonctionnement, leur organisation, leurs droits, leurs devoirs, leurs libertés etc ... etc ... etc ...

                                            donc imaginons que je sois député, il me suffirait de proposer une simple série de projets de loi pour modifier totalement le système bancaire, si nous étions majoritaires, personne dans le monde ne pourrait nous en empécher, c’est le principe de la souveraineté

                                            donc si cela ne se fait pas, c’est uniquement parce que les gens qui sont au pouvoir ne le veulent pas, il ne faut pas aller imaginer je ne sais quelle impossibilité au niveau mondiale,


                                          • Terran 13 février 2010 22:44

                                            Argumentaire parfait Logan !

                                            Tu as cloué l’auteur.

                                            Génial smiley
                                            Tu es brillant et tenace.
                                            Deux grandes qualités qui se complètent harmonieusement.

                                            Enjoy !


                                          • faxtronic faxtronic 11 février 2010 16:29

                                            A mon avis, la premier chose a faire est d executer les dirigeants des societes financieres qui ont attaques de cette maniere l europe. Il est temps que la violence d etat remplace la violence de quelques prives.


                                            • Triodus Triodus 11 février 2010 16:49

                                              "Il est temps que la violence d etat remplace la violence de quelques prives."

                                              Très juste. Encore faudra-t-il changer d’état avant ! 

                                              Dis, Louisette, c’est comment qu’on Fresne ?


                                            • faxtronic faxtronic 11 février 2010 16:33

                                              Et la deuxieme chose a faire est d envoyer une ou deux bombes nucleaires sur les US, c est une declaration de guerre leur attaque financiere


                                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 février 2010 17:34

                                                Le problème est surtout celui-là : Après la Grèce, le Portugal et Machin, ce sera un autre lot de pays de la coalition qui s’accrochera désespérement à la locomotive franco-allemande !
                                                Alors je vous répète qu’on ne peut pas créer un Empire en additionnant des pays aussi différents sur une carte de Géographie. Le projet « Europe » est le plus ridicule qui soit, seul point positif cet amalgame n’a pas été imposé par une guerre comme l’Europe en a connu...Bien que son équilibre actuel ne tient qu’à l’exploitation illégale des richesses d’autres continents.

                                                Je suis certain que bon nombre de pays, surtout ceux enlevés au « bloc de l’Est » déserteront bientôt la basse cour de Bruxelles pour retrouver leur identité et leur existence propre.

                                                Et même que les Français et les Allemands comprendront qu’ils ne pourront pas indéfiniment « aider les moins performants » pour les amener au rythme infernal de toutes les surproductions, d’ailleurs l’uniformisation et les « égalités » suspectes en tous genres qui applanissent les valeurs ne sont pas une idéologie à suivre.

                                                Mohammed MADJOUR.


                                                • ddacoudre ddacoudre 11 février 2010 18:00

                                                  bonjour philiipe
                                                  j’ai aimé ton article, moins que tu dises qu’il n’y a pas de solution, mais ce n’est pas grave.

                                                  a part les sots qui pouvait songer qu’en sauvant les banques et leur pouvoir, nous allions solutionner quelques crise que ce soit.
                                                  depuis 1973 j’entends dire que nous sommes en crise, alors ou la vie est une crise permanente, ou nous n’avons que de mauvaises appréciations et qu’il convient donc de changer les paramètres qui nous servent de références pour cela.

                                                  la réalité est que 3% de français nourrissent la population, 25% produisent les biens, 73% vivent de services, et nous n’avons pas besoin du travail de 10% d’entre eux.

                                                  pourtant tous veulent plus de biens, plus de services,plus de tout, et nous ne trouvons pas le moyen de trouver du travail pour ces 10% qui s’ils construisaient une maison pour chacun d’entre nous auraient du travail pour vivre à l’âge de Mathusalem.
                                                  alors où il y a un problème.

                                                  si nos modèles financiers nous les fabriques, alors il faut en changer, et cela c’est le pouvoir politique qui le permet, et s’il ne peut le comprendre seul, il faut l’aider en allant dans la rue. sauf c’est que peut-être c’est ce courage là qui manque.

                                                  je ne comprend pas que cela ne vous apparaisse pas incongru qu’avec la pauvreté qui existe nous puissions trouver qu’il y a trop de monnaie disponible.j’oubliais, on ne prête qu’aux riches.il faut viré les marchands du pouvoir, cette crise sera peut-être ’occasion manqué de celle du système banquère.

                                                  comme tu le vois il y a toujours une solution.

                                                  http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=69498

                                                  cordialement.


                                                  • citoyen 12 février 2010 10:23

                                                    si c’était du boulot dans le batiment qui leur convenait , aux 10 pour cent , alors, évidemment...


                                                  • ddacoudre ddacoudre 14 février 2010 11:03

                                                    bonjour citoyen

                                                    ignorerais tu que le choix du travail n’est qu’une illusion, c’est seulement l’orientation des individus vers les besoins de l’organisation socioéconomique, mais l’on peut toujours rêver.

                                                    cordialement.


                                                  • citoyen 15 février 2010 12:01

                                                    ddacoudre , nous sommes d’accord sur ce point


                                                  • ZEN ZEN 11 février 2010 19:11

                                                    Jouer sur la faillite d’un pays, le maillon le plus faible, comment apppeler ça ?
                                                    Je ne trouve pas de mots...

                                                    « ... Les inquiétudes des investisseurs, liées aux déficits record de certains pays de la zone euro – la Grèce, mais aussi l’Espagne et le Portugal –, entraînent de fortes secousses sur les marchés européens. Mais les autorités politiques et les régulateurs observent aussi d’importants mouvements spéculatifs, à même de faire vaciller la zone euro.
                                                    L’Espagne a dénoncé, lundi 8 février, des  »manœuvres troubles«  émanant de  »ceux qui sont à l’origine de cette crise, les spéculateurs financiers internationaux« .

                                                    ______ »DEPUIS LES ANNÉES 1990, RIEN N’A VRAIMENT CHANGÉ« _
                                                    Cet avis est partagé par un certain nombre d’experts, qui accusent les fonds spéculatifs – les hedges funds – de profiter de l’effet d’aubaine offert par la crise de la dette grecque pour s’enrichir. Au risque d’aggraver la situation.___ »C’est auto-réalisateur : les spéculateurs parient sur la perte de l’autre et le pari même provoque la perte« , analyse l’économiste Paul Jorion. »On a le sentiment que depuis les années 1990, rien n’a vraiment changé« , renchérit l’économiste Daniel Cohen.En 1992, le milliardaire américano-hongrois George Soros avait mené une intense spéculation sur le marché des changes. Ce patron de hedge fund était parvenu à faire sortir la livre sterling du système monétaire européen. Il avait empoché un peu plus de 1 milliard de dollars, devenant  »l’homme qui a fait sauter la Banque d’Angleterre« .

                                                    Cette fois-ci, les spéculateurs misent sur l’éviction de la Grèce de la zone euro et attaquent la monnaie. Selon le Financial Times du mardi 9 février, les traders ont accumulé plus de 40 000 contrats (7,6 milliards de dollars) pariant sur la chute de l’euro.

                                                    Mais leur arme privilégiée reste le marché opaque des CDS, pour »credit default swap« , ces contrats d’assurance censés prémunir l’acheteur d’un emprunt d’Etat (ou d’une entreprise) contre le risque de non-remboursement. Plus le risque de défaut est élevé, plus l’assurance coûte cher.___
                                                    Certains hedge funds tentent de gagner beaucoup d’argent en pariant sur une explosion du prix des CDS grecs. Autrement dit, ils jouent sur la faillite de la Grèce. ... » (Le Monde)


                                                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 11 février 2010 20:44

                                                      Zen,

                                                      Et s’il n’y avait que la Grèce....Après le sommet de ce jour à Bruxelles qui, pour synthétiser avec ironie, « somme les marchés de devenir gentils et les spéculateurs de ne plus spéculer », la porte est ouverte en grand pour tous les PIIGS, avant les autres.

                                                      Chose admirable : un sommet se conclut par aucune décision, seulement un message ferme qui se résume à cette vérité simple : nous coulerons, mais lentement.

                                                      Ceci dit, la Grèce se prépare à exploser socialement, tandis que le chômage monte en Espagne de manière vertigineuse.

                                                      Qui a donc créé ce système monétaire fait pour la spéculation massive, laquelle fut totalement déréglementée ?

                                                      La question des responsabilités initiales ne devrait pas être prise à l’envers.

                                                      Bien amicalement,


                                                    • Claude Simon Tzecoatl 11 février 2010 19:36

                                                      Que les spéculateurs jouent à la baisse l’euro contre les statuts psycho-rigides de l’euro, c’est un bien pour l’économie réelle de la zone euro, qui a tant de mal à exporter face aux produits libellés yuan ou dollars. C’est du moins préférable à la déflation (baisse des prix généralisé du fait d’une monnaie sur-évaluée relativement).

                                                      L’asymétrie des politiques monétaires Chine-Europe-USA est l’un des facteurs majeurs de toute cette crise (depuis 2007 s’entend) : que Trichet sauve le navire euro, et c’est l’économie européenne qu’il sacrifie telle Sainte-Bandine.

                                                      Quand à la Grèce, elle est la première victime de la monnaie de surendettement qu’est l’euro. Dans l’incapacité de dévaluer, il lui reste la déflation.


                                                      • ddacoudre ddacoudre 12 février 2010 09:05

                                                        bonjour Tzecoatl

                                                        je ne rentre que trés rarement dans les explication technique car ce n’est pas en elles que se trouve une quelconque solution même si ce sont certain modèle technique qu’il faut faire évoluer tel le plan comptable, mais comme il ne sont que le miroir de nos relations, il faut commencer par elles.

                                                        mais le problème que tu poses est essentielle, il dépasse même le seul aspect technique qui en découle, c’est toute une vue, de l’ensemble des relation économiques mondiales.

                                                        avons nous les moyens de dépendre de l’approvisionnement extérieur en ce qui concerne les matiéres premières essentielles, alors l’euro fort permet de faire face, sont utilité se fera jour dans la chéreté du pétrole, et d’autres produits, le commerce de biens secondaire qu’ils soit produit a moindre cout par d’autre pays et nous les connaissont et moins problématique, sauf comme tu le soulignes sur le marché interieur avec son cortège de fermeture et licenciement.

                                                        la solution n’est pas évidente, il y a des choix politique a faire, ou l’on laisse faire le processus de mondialisation, source de profit pour les financiers et alors il faut leur soutirer les moyens d’une solidarité des exclus, ou il faut revenir a une forme de contrôle des productions pour se maintenir une protection sociale prospère. c’est a pas compté vers se choix que nous allons, mais certain voudrait que ce soit ceux qui en tire profit qui le fasse par acquit de conscience pour ainsi dire, la laisse rêveur.

                                                        cordialement.

                                                        cordialement.


                                                      • Terran 11 février 2010 20:33

                                                        http://www.agoravox.tv/actualites/europe/article/daniel-cohn-bendit-ta-gueule-25208

                                                        En même temps les gars, vos vous plaignez, mais regardez l’héritage de 68...

                                                        Super l’europe !!
                                                        Avec des verts cannibales et malthusiens, et en plus pas poli.

                                                        A comparer avec Nigel Farage, il existe une certaine différence de calibre !

                                                        Mais non, les souris vertes nous mettent des vrais connards en place...Et vulgaire eu parlement Européen, il fallait oser !
                                                        la france me dégoute, la majorité des citoyens qui votent, comprennent pas ce qu’ils font.
                                                        La majorité est abrutie par la télé.
                                                        J’ai honte d’habiter ici, honte honte honte !!!!


                                                        C’est désolant, déséspérant !!!
                                                        Vous allez vous reveiller un jour ?
                                                        Y’a des calibres comme Farage en France. Y’a Cheminade, s&p
                                                        Y’a Larouche aux USA
                                                        Ce mouvement de solidarité et de progrès éxiste aussi en Allemagne.

                                                        Et en france, ils sont prêt à aller sucer dcb...
                                                        Vlà le visage de ce pays !
                                                        Une majorité de lâches !
                                                        Ils attendent !


                                                        • bonnes idees 11 février 2010 21:07

                                                          L’ Amérique se consume dans sa passion hégémonique. Ses intérêts passant avant ceux des autres peuples, morale et justice peuvent aller en enfer. Jusqu’à ce que l’Amérique se précipite elle-même dans l’abîme, s’aliénant le reste du monde, isolée et mondialement méprisée. "

                                                           


                                                          • Terran 11 février 2010 21:14

                                                            L’amérique !!!

                                                            Mais quel con celui là, il mélange pire que tout !

                                                            C’est Londre qu tire les ficelles. La city.
                                                            T’en tiens une couche l’escrolos du panneau solaire...

                                                            Tiens au fait, ça produit comment un panneau couvert de neige ?

                                                             smiley smiley
                                                            C’est dense ce qui sort au bout du fil ?

                                                            ahahahaha

                                                            L’escrologie !!! le dcb qui dit « ta gueule » au parlement !!!
                                                            Quelle classe !


                                                          • bonnes idees 11 février 2010 22:00

                                                            Tout est liés..

                                                            En attendant arrête ta frime avec tes centrales et va resserer les boulons du « papy parc » avant qu’une centrale pète dans la gueule à ton fils. Oeil pour oeil dent pour dent !

                                                            Après plus d Europe c’est certain ! 

                                                            Arava « fleuron de la France », le n° un au monde qui n’arrive même pas à satisfaire la demande Française l’hiver. Pas de quoi frimer !

                                                            Mais ce n’est pas le sujet de l’article. Zen


                                                          • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:05

                                                            Les USA, avec les pères fondateurs, avait une constitution anti-empire.

                                                            Avec Lincoln, la voix du partage de technologie était ouverte, en envoyant par exemple des locomotives en Chine.

                                                            Ce à quoi répondirent les financiers britanniques en coulant les navires et en armant la finance de Rockfeller pour que le monde ne connaisse plus de partage de progrès technologiques.


                                                          • bonnes idees 12 février 2010 16:00

                                                            Bon et bien fallait le dire.


                                                          • Terran 11 février 2010 21:28

                                                            27 Janvier 2010, Livermoore, les scientifiques du NIF (National Ignition Center) n’ont jamais été aussi proche de la fusion contrôlée. Une nouvelle limite vient d’être franchie.
                                                            Pendant 30 milliardièmes de seconde, le laser a, à deux reprises, dépassé le mégajoule.
                                                            La fusion deuterium-tritium n’a jamais été aussi proche. Un bon 30 fois plus puissant que les expériences passées. Une énergie délivrée équivalente à 500 fois celle que consomme les états-unis à tout moment.
                                                            Quelles sont les réelles perspectives, allons nous restez dans l’obscurantisme ? 

                                                             
                                                            Cette expérience est un bond majeur pour l’homme. La fusion contrôlée nous apportera l’énergie en abondance, propre et illimitée. Le concept d’énergie pour tous à court terme.
                                                            A la vitesse ou va la science, il faudra moins de 50 ans pour obtenir le fruit de ces efforts de recherche.
                                                            A l’heure ou l’Europe reste immergée dans un système monétariste, la city et wall street ayant paralysé l’occident, le choix de société matraqué par les médias de masse et les puissances financières semble prendre le chemin du renouvelable.
                                                            C’est un formidable retour vers le passé, le renouvelable ayant une densité de flux énergétique minable, le choix proposé ne peut que nous amener à régresser.
                                                             
                                                            La vie sur Terre.
                                                            La Russie, La Chine, L’inde, La Corée du Sud, le Japon, l’Iran, et beaucoup d’autres mettent un maximum de moyen pour développer le nucléaire civil.
                                                            Certains aux USA comme Lyndon Larouche pointe du doigt l’arnaque verte des dirigeants qui ne sont rien d’autres que des marionnettes de gens qui ne souhaitent visiblement qu’une chose.
                                                            Que l’homme cesse de croître et d’évoluer. Nous obligeant à un rationnement d’énergie en vue de vivre à l’age des cavernes.
                                                            Sommes nous donc des proies sur une planète sauvage ? Ou alors des hommes qui ne visent et aspirent qu’a élever la dignité humaine ? Qui sont les Européens, que sommes nous au juste ? Des monstres sans coeur indifférents au sort de l’humanité ? Que néni je ne peux me résoudre à cela.
                                                            La technologie n’a jamais été aussi avancée, nous sommes capables de modeler la matière à volonté, par action mécanique ou chimique. Nous pouvons nettoyer la Terre de sa pollution réelle.
                                                            Améliorer nos modes de productions, nous soulager du travail, améliorer le confort collectif, porter tout ces grands projets nécessite de l’énergie. Cela nécessite que nous montions en densité de puissance et non en quantité.
                                                            La mort verte est un étouffement lent, pour la France, au fur et à mesure que nous avançons dans le temps, nos centrales se dégradent, nous n’avons plus d’ambitions énergétiques, sinon un rationnement au travers le renouvelable. Toute installation de production et de collecte d’énergie renouvelable ne peut que se heurter à la réalité. En effet chaque collecteur va directement occuper de l’espace et du volume sur le planète et donc empiéter sur les autres formes de vies y compris nous. La densité de flux énergétique du renouvelable étant minable on comprend vite qu’il faut multiplier les installations et donc occuper plus d’espace, encore et encore. Car nous consommons plus d’énergie et nous voulons la consommer proprement. Nous nous dirigeons vers la mort verte et nous allons entrainer d’autres espèces avec nous, d’autres formes de vies.
                                                            Alors que si nous prenons de la hauteur, nous voyons clairement que la fusion contrôlée nous offre une vue à long terme en densifiant les flux énergétiques.
                                                             
                                                            La conquête de l’espace, Lune étape intermédiaire avant Mars.
                                                            La fusion offre des perspectives d’avenir et c’est la mère qui nous arrachera de notre berceau.
                                                            Nous ne sommes pas une forme de vie qui restera les pieds sur Terre.
                                                            Notre job n’est pas de vivre mollement, nous évoluons, malgré nous, l’humanité est poussée à toujours aller plus loin, plus vite, plus fort.
                                                            La Lune possède une quantité énorme d’hélium3, qui est un carburant très dense pour la fusion.
                                                            La densité de puissance est telle qu’elle porte Mars à trois jours Terrestres de la Lune.
                                                            Nous pourrions donc industrialiser la Lune, la reléguant à étape intermédiaire avant Mars.
                                                            Il serait dès lors plus facile de préparer une mission vers Mars, la gravité de la Lune étant faible, c’est une opportunité cela facilite les allez-retour Lune Mars. Et là nulle question de parler écologie, la Lune étant dépourvue de vie, nous aurions un début de commencement de l’homme qui sème la vie dans l’espace. Un début de commencement de projet qui porte l’humanité.
                                                            Un début de commencement ou l’intérêt collectif passe naturellement avant les individualismes.
                                                            Un sens à ce gros mot qu’est l’humanité. Mais que diable pourquoi parler de décroissance dans ces conditions ? pourquoi vouloir réduire la population et ainsi réduire les probabilités de faire naître des esprits brillants ? pourquoi vouloir faire de l’espèce humaine un parasite ; alors qu’elle est, et nous le savons tous, la seule et l’unique capable de sauver la vie et de la préserver.
                                                            La géopolitique actuelle en Europe essai donc de nous faire croire que nous sommes des parasites, que nous pauvre cerf ne méritons pas la fusion, que des moulins à vent et des bols solaires nous suffiront. Qui peut donc être assez fou pour vouloir s’autodétruire, nous atteignons là les limites de l’absurdité. Osons porter l’espoir d’une croissance de l’espèce humaine à l’infini, osons nous projeter dans le futur, songer que l ’homme peut semer la vie dans l’univers.
                                                            Nous sommes instinctivement et naturellement capable de nous adapter à une multitudes d’environnements, y compris les plus austères.
                                                            Sans nageoires et sans ouïes, nous pouvons vivre sous l’eau et y évoluer rapidement.
                                                            Il en va de même sur l’eau. Dans l’air, malgré que nous soyons dépourvu d’ailes, nous évoluons.
                                                            Dans l’espace, aucune espèce n’y est allée, sauf nous. Alors la question se pose.
                                                            Pourquoi somme nous sur Terre ?
                                                             
                                                            Le système monétariste Européen, inventé par la cupidité de quelques-uns, adopté au travers le mensonge et l’arnaque, l’escroquerie à grande échelle, aura eu raison des peuples souverains Européens. Il suffit de voir la city et wall strett nommer nos concitoyens des cochons.
                                                            Des PIGS, Portugal, Italie, Grèce, Spain. Nous en sommes là, et nous, France qui a su résister grâce au général De Gaule, sombrons depuis que VGE a mis un terme à notre création monétaire aux alentours de 1974. Cela a sonné le glas de notre liberté. Depuis, la France ne prends plus une seule décision qui va dans le sens du collectif, les projets d’avenir sont inexistants, aucun projection à long terme. Notre économie est ruinée. Et notre industrie de production remplacée par une industrie de service. Nous étouffons, et chaque fois que nous plantons une éolienne ou des bols solaires, nous nous rapprochons un peu plus des pires moments de notre histoire.
                                                            La France baigne dans l’obscurantisme. Les mêmes puissances qui se sont lancées plein pot dans le nucléaire, sont les mêmes qui ont mis sur pieds les projets de conquête de l’espace.
                                                            Ce n’est pas sans raisons qu’ils ont dit non à Copenhague. Le sud a dit non.
                                                            Le sud a repris son droit à se développer.
                                                            Eurasie 1 Europe 0.
                                                             smiley


                                                            • Lucien Denfer Lucien Denfer 11 février 2010 23:54

                                                              Ca fait toujours plaisir de se rendre compte qu’il n’y a pas que des esprits défaitistes...


                                                            • Terran 12 février 2010 00:48

                                                              Comme tu vois Lucien, je suis liberal et je partage les mêmes valeurs que toi

                                                               smiley

                                                              Ce que tu viens de lire c’étais un article qui m’a été refusé par la modération d’agoravox.
                                                              Donc, il faudrait faire quelque chose tu crois pas ?





                                                            • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:12

                                                              Je ne vois que la censure de Larouche pour expliquer ce refut.

                                                              Quoique la prose est aussi frontale et elle demande un certain décantage d’un non avertie (monnaie courante actuellement).

                                                              Les 2 sont plausibles : les modérateurs ont motivés la décision avec quoi ? 

                                                               


                                                            • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:58

                                                              Et pourquoi je tombe toujours sur l’article « l’urgence écologique éclipsée par l’économie » quand j’appuie sur poste ?

                                                              Paranoia à tous les étages


                                                            • Terran 12 février 2010 09:34

                                                              Avec : manque de documentation...

                                                               smiley smiley

                                                              Viva la censure in Avox !
                                                              Vive les vert de terre !

                                                               smiley smiley


                                                            • BA 11 février 2010 22:36

                                                              La Grèce est au bord du défaut de paiement.

                                                              La Grèce a presque 300 milliards d’euros de dettes.

                                                              La Grèce se tourne vers ses 26 amis.

                                                              Et la Grèce obtient finalement ... un soutien moral ! ! !

                                                              Lisez cet article :

                                                              Les Vingt-Sept apportent leur soutien moral à la Grèce.

                                                              Les marchés financiers espéraient un plan de sauvetage assorti de mesures concrètes, ils devront se contenter d’un message de confiance politique.

                                                              Les Vingt-Sept réunis jeudi en sommet à Bruxelles sur la question de la crise budgétaire grecque n’ont fait qu’apporter leur « plein soutien aux efforts du gouvernement grec et à son engagement à prendre toutes les mesures nécessaires » pour réduire de quatre points son déficit cette année.

                                                              Dans leur déclaration finale, les dirigeants de l’Union européenne précisent que tout sera fait pour s’assurer que les « objectifs ambitieux » de la Grèce, inscrits dans le programme de stabilité pour 2010 et les années suivantes, seront respectés.

                                                              Les 16 Etats membres de la zone euro « prendront, si nécessaire, des mesures résolues et coordonnées pour assurer la stabilité dans l’ensemble de la zone », concluent-ils, en faisant observer que « le gouvernement grec n’a demandé aucun soutien financier ».

                                                              Reste qu’en l’absence de garanties financières, la déception prévalait jeudi sur les marchés, les investisseurs ne voyant rien dans cette déclaration de solidarité de l’UE qui puisse les rassurer sur la capacité de la Grèce à faire face à ses prochaines échéances, d’autant qu’Athènes devra emprunter cette année 54 milliards d’euros pour couvrir son déficit budgétaire.

                                                              http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=23bb2ee1688f440804b90128cc8c7efa


                                                              • Antoine Diederick 11 février 2010 23:38

                                                                fô pas donner un seul Louis d’or, il vont le dépenser....sans résultats....ils doivent faire des changements structurels, puis notre tour viendra aussi, pour les changements structurels , et si jamais par un hasard hasardeux, une politique économique européenne intégrée voit le jour et surtout soit appliquée — la semaine de 4 jeudis — alors peut-être cela fonctionnera mieux...peut-être...

                                                                je reste un grand sceptique, petit, j’ai très vite deviné que Saint Nicolas, c’était les parents....


                                                              • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:21

                                                                Rappeler que la Grèce doit arrêtter les magouilles (comme tout les pays sur les chiffres du chomâge soit dit en passant) pourquoi pas ?

                                                                Mais alors ce délire de la mystique mondialiste... genre à une échelle national avec contrôle démocratique c’est pas possible donc au niveau supranational ça devrait être possible ????

                                                                Monsieur, vous êtes pour la dictature du mondialisme anglosaxon (encore un nonsens).


                                                              • bonnes idees 11 février 2010 22:41

                                                                Qui faut être con pour sortir des conneries pareilles.

                                                                10 milliards de personnes sur terre c’est un tsunami alimentaire pour 2050. Fusion ou pas fusion.

                                                                La vérité est parfois cruelle.


                                                                • Lucien Denfer Lucien Denfer 12 février 2010 00:10

                                                                  Des personnes on surement déclamé le même raisonnement quand il n’y avait que 500 millions de personnes sur terre, puis 1 milliard, puis 2, jusqu’à maintenant. Il est certain qu’il fallait un territoire énorme pour assurer la survie d’une petite tribu de chasseurs-cueilleurs ne disposant que d’outils rudimentaires, mais les choses ont bien évoluées depuis.

                                                                  C’est égoïste et malsain de penser que les générations futures ne feront pas mieux que nous.

                                                                  Les humains ont connus des famines terribles qui n’ont rien à voir avec la densité d’habitants des territoires mais plutôt avec l’indigence, des conditions de vies misérables et des guerres continuelles...


                                                                • Terran 12 février 2010 00:59

                                                                  Oui Lucien, et ces guerres éternelles sont provoquées par l’epir fionancier britanique, cet organe est séculaire. Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’empire de la reine rosbiff est né, il est vieux, et sa spécialité est d’infiltrer les gouvernement et de corrompre les politiques.
                                                                  A des fins de créer les conditions de la guerre, et d’augmenter rapidement les profits avec le traffic d’armes, et auss de drogues !

                                                                  Les empires financiers sappent l’économie, et si nous dépassons notre capacité créative pour améliorer l’existant dans une premier temps afin de remettre le monde sur pieds.

                                                                  C’est vraiment pas dur, une idée au hazard, rendre les moyens de transport dignes de la fiabilité des technologies militaires.
                                                                  Se réapproprier ce que la nation à mis au monde, ce que le monde a mis au monde, c’est à dire, l’intelligence t la créativité, c’est de là que la richesse se créer.

                                                                  Repousser les limites, sans cesse, c’est notre job !


                                                                • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:41


                                                                  Bonne idées dit que l’homme est un animal qui doit être mener à la baguette parce que c’est la conviction du moment (qui est en droite ligne avec une politique d’empire qui donne un rôle restrictif à ses dépendances cfr. l’empire britannique reconvertit en financier )

                                                                  Dire ça, c’est nier le progrès scientifique qui existera TOUJOURS.

                                                                  C’est aussi créer son propre malheur de ne pas se battre pour son indépendance (énergétique entre autres) sous prétexte d’un hypothétique problème si jamais peut être que...

                                                                  Et surtout le malthusianisme a une ORIGINE et une HISTOIRE. Tout comme celle de Keynes, ce sont des idéologies impériales britanniques POUR protéger la domintation impériale britannique.

                                                                  Penser avec une idée du 19° siècle qui s’est avérée fausse plusieurs fois (au point que les anglosaxons ont dû provoquer les guerres mondiales pour empècher l’indépendance du continent) me semble pas une bonne idées, du tout.


                                                                • bonnes idees 12 février 2010 10:07

                                                                  Ah, c’est la meilleur celle là « je considère l’homme comme un animal ». Il est pire car l’animal ne détruit pas son environnement lui !

                                                                  L’humanité est capable d’accomplir des progrès formidables mais l’homme est cupide, vaniteux, cruel et jaloux. C’est dans sa nature et vous n’y changerez rien.

                                                                  Socièté 2050 : 10 milliards de terriens avec nos 15 ampères à la maison, le frigidaire plein à craquer, les enfants à la Fac et les 2 voitures bien garées dans le garage face à la moto. Les plaines verdoyantes, le maïs à maturité (Monsanto quand tu nous tiens). Les guerres oubliées, l’atmosphère purifiée, les déchêts retraités et les océans néttoyés.

                                                                  Dites moi, pour l’instant, c’est le projet hein !

                                                                  A ce jour peut être la fin d’un système inégalitaire pour être immédiatement remplaçé par un autre système.

                                                                  Meilleur ou pire ? En avant les analystes, vous faîtes cela mieux que moi.


                                                                • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 21:18

                                                                  J’avais donc raison au moins sur ce point.

                                                                  Je m’en doutais puisque la haine de l’homme et non des responsables du manque de moyen (qui sera criant avec le non-sens à grande échelle de la majorité des énergies renouvelable, pas toutes d’accord, vive le chauffe-eau solaire sauf en hiver houps) m’a aussi été inculqué à moi.

                                                                  Quand aux possibles, une fois démocratisé l’énergie, les peuples souverains décideront chacun avec leur contrôle démocratique.

                                                                  J’espère que ce sera pour le bannissement des emballages plastiques et des produits sans pièces de rechange.

                                                                  Quand aux 2 voitures elles seront à l’hydrogène, je ne vois pas le problème, tu n’aime pas la chaleur, la flexibilité, et la sécurité des 4 roues ????? (par contre j’espère qu’elle seront plus légères que maintenant, quelle perte d’énergie !)


                                                                • bonnes idees 13 février 2010 09:51

                                                                  Rien à voir avec ce qu’il se passe de nos jours puisque nous n’avons jamais connu une explosion démographique si importante. c’est évident !


                                                                • Terran 13 février 2010 22:59

                                                                  L’humain lorsqu’il accède a un niveau de confort minimum et satisfaisant, quand il a des passions, quand il s’occupe, quand il créer, et tout ça quoi, tout montre que sa démographie se stabilise, et naturellement, le remplaçement est équilibré.

                                                                  Je ne vois vraiment pas en quoi faire briller l’Afrique et l’Asie est un danger.
                                                                  La population Française s’est remplacée après guerre, et aujourd’hui, c’est assez stable.
                                                                  De combien est le taux de renouvelement ?
                                                                  La génération baby boom va s’effondre, pense bien à ça.
                                                                  Et si des zones, justement comme l’afrique sont dépeuplées, c’est parce qu’elles sont, 1 pillées par l’empire britanique, et 2 parce que les gens émigrent pour aller chercher du progrès ailleurs !
                                                                  C’est simple...


                                                                • bonnes idees 14 février 2010 11:27

                                                                  Et si des zones, justement comme l’afrique sont dépeuplées, c’est parce qu’elles sont, 1 pillées par l’empire britanique, et 2 parce que les gens émigrent pour aller chercher du progrès ailleurs !
                                                                  C’est simple...

                                                                  La plus grande « transumance » de tout les temps. Voilà ce qui nous attend. Avant d’aller chercher le progrès beaucoup voudraient trouver simplement de quoi manger et de quoi boire. Les pillages se multiplient et les vautours tournent dans le ciel.

                                                                  La planète s’enlise, s’ensable et se désertifie. A l’échelle planètaire ce sont 12 millions d’hectares qui disparaissent channe année soit l’équivalent de la moitié de la surface agricole de la France. C’est pas rien !

                                                                  Quant à la Chine, elle perd 400 000 hectares de terres par an. Mais c’est bien connu les Chinois ne mangent pas.

                                                                  Où sera le prochain grenier du monde ? Pas si simple que cela.


                                                                • rastapopulo rastapopulo 15 février 2010 18:11

                                                                  Le partage de technologie comme institué par Lincoln (mais combattu par l’empire britannique déjà à cette époque) semble LA solution pour rendre inutile les migrations de masse économique.


                                                                • Antoine Diederick 11 février 2010 23:28

                                                                  Effet Bela Balassa et théorie d’intégration régionale et gouvernement économique....

                                                                  je me doutais bien que ce serait le formule et la solution préconisée ICI lien.

                                                                  ils vont tenter le gouvernement économique intégré.....

                                                                  rem : L’effet Bela Balassa est peut être une des explication du chômage permanent dans les économies développées et riches.


                                                                  • Antoine Diederick 11 février 2010 23:30

                                                                    mais si c’est Sarkozy qui y croit, sur que cela va foirer smiley fô rire un peu


                                                                  • rastapopulo rastapopulo 12 février 2010 04:54

                                                                    "Non, les dirigeants européens n’ont pas de plan et les banques non plus d’ailleurs, car à ce rythme ils succomberont tous à cette crise. Par contre ils se font les instruments de cette politique de destruction des économies d’Europe continentale qui se poursuit depuis le traité de Maastricht et qui entre dans sa phase terminale.« 

                                                                    http://www.solidariteetprogres.org/article6316.html

                                                                    L’Europe ne sait pas quoi faire alors elle grossit !!! La boulimie anglo-saxonne (ne jamais toucher à la finance réservée aux anglosaxons) !!!!

                                                                    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE60S20A20100129

                                                                    Pour ceux qui »croivent« en un contrôle démocratique supranational (LA contradiction).

                                                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_transatlantique

                                                                    La fusion USA-Europe est en cours et pour les marchés financiers, c’est 2010 ! Comme quoi, les banques géantes nous plombent où elles explosent si il y a révolte, malin les »grands" financiers anglosaxons.


                                                                  • Terran 14 février 2010 00:09

                                                                    Et oui, ils sont capables de voir à très long terme et sur des générations entières.


                                                                  • BA 12 février 2010 08:44

                                                                    La Grèce va s’inviter dans l’existence quotidienne des usagers de la Banque Postale.

                                                                    La Banque Postale n’a plus d’argent pour maintenir ses bureaux dans les petits villages français.

                                                                    La Banque Postale ferme ses bureaux dans les campagnes.

                                                                    La Banque Postale ferme ses bureaux dans les banlieues difficiles.

                                                                    La Banque Postale embauche de moins en moins de facteurs, de moins en moins de guichetiers, etc.

                                                                    La Banque Postale ne peut plus fournir aux Français un service public pour tous, sur tout le territoire, …

                                                                    … et nos dirigeants politiques vont obliger la Banque Postale à acheter des milliards d’euros d’obligations grecques ?

                                                                    Ah bon ?

                                                                    La Banque Postale n’est plus un service public ? La Banque Postale ne doit plus remplir une mission de service public ?

                                                                    Maintenant, c’est ça, la nouvelle mission de la Banque Postale ?

                                                                    Acheter des obligations grecques ?

                                                                    C’est-à-dire acheter des obligations pourries.

                                                                    Cette information est un scandale :

                                                                    « Des achats d’obligations grecques par des banques publiques de la zone euro sont l’une des options à l’étude dans le plan d’aide de l’Union européenne à la Grèce, a déclaré jeudi une source de l’UE au fait des discussions. »

                                                                     

                                                                     

                                                                    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE61A22W20100211

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès