• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De la « Loi Travail » au « revenu universel », ou comment un piège (...)

De la « Loi Travail » au « revenu universel », ou comment un piège anti-social peut en cacher un autre…

Au lendemain du premier débat de la "primaire de gauche" on comprend qu'un nouvel enjeu sous-tend les contradictions entre les candidats "de gauche" à la présidentielle 2017 : pour ou contre le "revenu universel"...

Et c'est Benoît Hamon, un des rares "opposants" apparemment encore engagé contre la "loi travail" qui s'en fait le principal promoteur...
La justification en serait la disparition "inexorable" du travail, due à la "révolution numérique" et à la robotisation de nombreux secteurs d'activité...

Le système de protection sociale, en France, de la santé aux retraites, en passant par l'indemnisation du chômage, et sans oublier l'aide au logement, le soutien aux familles, toute cette protection est effectivement le produit du travail, via les diverses systèmes de cotisations.
Ces dernières décennies, et singulièrement, ces dernières années, il a subi de nombreuses atteintes et dégradations, notamment au nom de la "compétitivité", censée relancer l'emploi...

En quoi le "revenu universel" serait-il la conquête d'un nouveau "droit social", selon ses promoteurs, et notamment Benoît Hamon, et comment peut-il être financé ?
En fait d'"universalité", il sera donc "de droit", à tout un chacun, indépendamment de toute condition d'emploi et de ressource.
Pour le chômeur, il deviendra son unique ressource, et pour le travailleur, il sera un revenu garanti, indépendamment de son employeur.

Évidemment, pour le travailleur déjà "précaire", c'est une incitation à accepter n'importe quel "petit boulot" pour compléter et améliorer son sort...

Pour l'employeur, c'est une incitation à embaucher de manière précaire, en toute "bonne conscience", et même à remettre en cause le SMIG, qui n'aurait, au regard du patronat, plus de réelle raison d'être...

En "compensation" de cette "flexibilité" extrême, quel est l'"avantage" financier éventuel de cette précarisation du travail ?
Le "projet" repose sur un "processus" progressif qui commencerait par une revalorisation du RSA à 600 euros et son extension systématique à tous les 18-25 ans, étape chiffrée à 45 milliards d'euros par Benoît Hamon. Déjà très lourd, mais encore crédible, sous réserve de vérification plus précise... Ensuite il se propose d'atteindre l'objectif de 750 euros par mois, généralisés à tous les habitants du pays, à l'horizon 2020... ! Pourquoi pas, serait-on tenté de dire, à priori... Le coût ? 300 milliards, selon lui...

Qu'en est-il, en réalité ? 300 milliard, en termes de revenu mensuel, pour 66,6 millions d'habitants, c'est 375 euros par mois, et non 750...

Et même si l'on en exclu les "moins de 18 ans", et en vertu de quoi, vu que ce "revenu" remplacera toutes autres allocations familiales et aides au logement, ce n'est encore que 470 euros par mois, et non 750...

750 euros par mois et par habitant, c'est donc, en réalité, près de 600 milliards, et non 300...

A comparer avec le budget global actuel de l’État français...

Voici ce qu’il en est, de ce budget, tel que prévu pour 2017 :

« Il prévoit un déficit de 69,3 milliards d’euros, soit 2,7 % du PIB. Les dépenses nettes de l’État seraient de 381,7 milliards d’euros, contre 374,3 en 2016, et les recettes nettes de 307 milliards d’euros, contre 301,7 en 2016. »
https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_l’%C3%89tat_fran%C3%A7ais_en_2017#cite_note-minefi-chiffres-cles-2017-1

On mesure tout de suite l'absurdité de ce projet, mais l'on doit s'interroger sur les raisons qui poussent un grand nombre de médias, comme BFM-TV, à lui accorder une crédibilité, et à en faire un enjeu de société... Cette démarche est relayée, en outre et à la base, par un grand nombre d''intellectuels de gauche", sociologues et "économistes" de tous poils, et y compris par des institutions "libérales", comme l'OFCE, fondé par Raymond Barre...(*)

Bien entendu, Benoît Hamon, qui s'affirme "de gauche", prétend qu'il ne touchera pas à certaines protections sociales actuelles, comme la santé et les retraites, déjà financées par le monde du travail, et non par l’État...

Mais déjà, on l'a vu, sa première étape reprend le RSA, et ensuite, assez logiquement, l'aide au logement, les allocations familiales, et les indemnités de chômage...
Autant de droits spécifiques, adaptés à des catégories de population ayant des difficultés et des besoins particuliers. Autant de droits sociaux qui seront "fusionnés" et "répartis", sur tous le habitants de France...

Mais qui, sur la base actuelle de financement, représentent un équivalent de "revenu" mensuel par habitant de ...150 euros par mois !
Il lui resterait donc encore l'équivalent d'un revenu de 600 euros par mois et par habitant à trouver, d'ici 2020, s'il veut atteindre l'objectif des 750 euros...

Or on a vu que cet objectif vaut 600 milliards, à priori introuvables, sauf à doubler le budget de l’État, actuellement déjà "prévu" avec un déficit de près de 70 milliards...

C'est à dire, au minimum, doubler le poids de la pression fiscale...

Tous ces "intellos de gauche" et autres "experts" et "économistes" distingués seraient-ils idiots à ce point ?

En réalité, évidemment, l'argent existe... dans les caisses de la Sécu, de l'Assurance chômage, des retraites de base, des retraites complémentaires...

Au total, il y a précisément là de quoi financer un tel "revenu universel", à hauteur de 750 euros par mois...

A condition de renoncer à tous autres droits sociaux...

Avec cette somme il faudrait donc survivre en cas de chômage, y compris question logement, élever ses enfants, le cas échéant, se soigner en cas de maladie, et finalement, s'en contenter comme retraite, pour tous ceux qui n'auront pas eu les moyens, et ils seront nombreux, de se constituer une rente privée...

Bien évidemment, selon les promoteurs de cette "brillante idée", il s'agit d'un processus progressif, qui, on l'a vu, commence par une bonne intention, d'aider les jeunes, et qui "promet" de ne pas toucher à certains droits sociaux fondamentaux, mais on a bien vu également que ce processus ne peut avancer qu'en se substituant "progressivement" aux autres droits sociaux, y compris en matière de financement, faute de toute autre ressource évidente, sauf une fiscalité totalement débridée et ubuesque, doublant quasiment en l'espace de quatre ans à peine...

Il ne parait donc pas douteux que ce chiffre de 750 euros par mois n'a pas été déterminé au hasard, mais qu'il correspond bien à une volonté de liquider les derniers droits sociaux en France, et livrer la "protection" à la marchandisation totale, c'est à dire limitée, en fait, à ceux qui en auront les moyens...

Les autres devant se "dém..." avec leur 750 euros, ce qui, de l'aveu du "MFRB" (**), l'une des officines qui fait la promotion de ce type de projet, dont celui de Benoît Hamon, reste nettement inférieur au seuil de pauvreté...

Une pauvreté désormais institutionnalisée, pour finir, dans notre pays.

Comme on le voit maintenant, à l'issue de ce "premier débat", et des projets politiques actuels, le critère choisi pour notre pétition,

 

 

https://www.change.org/p/adress%C3%A9e-%C3%A0-tous-les-candidats-de-gauche-r%C3%A9cup%C3%A9rant-ce-slogan-en-2017-abolir-enfin-la-loi-el-khomri


à savoir l'unité autour de la revendication d'abrogation de la "Loi Travail", ce critère s'avère désormais insuffisant, et il faut nettement y rajouter le critère de refus du "revenu universel", ce qui disqualifie franchement un candidat comme Benoît Hamon, qui s'en est fait le principal promoteur et porte-parole dans notre pays.

 

Paradoxe ? Non, en réalité, car la "Loi El Khomri", dans le cas de figure où ce projet de "revenu universel" avance, se trouve reléguée au rang d'accessoire, tant la précarité sera généralisée et incontournable, sous ce régime, prétendument "socialiste"... En fait, une forme particulièrement réactionnaire, et même extrême, de capitalisme...


Pierre GRINDSABLE

 

********************

(* http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/seminaires/sem20161013/2.pdf  )

(** http://www.revenudebase.info/2016/12/23/revenu-universel-protection-sociale-hamon/ )

 

****************************

Sources de l'article :

https://solydairinfo.wordpress.com/2017/01/14/de-la-loi-travail-au-revenu-universel-ou-comment-un-piege-anti-social-peut-en-cacher-un-autre/

https://frontdeslaics.wordpress.com/2017/01/14/de-la-loi-travail-au-revenu-universel-ou-comment-un-piege-anti-social-peut-en-cacher-un-autre/

 

*******************************************

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • fatizo fatizo 14 janvier 2017 18:51

    Si les médias ont choisi de mettre Hamon en héros de la primaire PS c’est bien qu’il y a une raison, ou plusieurs.



    • Prostituer définitivement le troupeau multiethniqué ....
       
      Un rêve oligarchique de Coudenhove-Kalergi :
       
      « Ce n’est qu’à travers l’alliance avec le meilleur sang bourgeois que les éléments les plus capables du développement de la noblesse féodale d’antan s’élèveront vers une nouvelle apogée ; ce n’est qu’à travers l’union avec les sommets de l’européanité non juive [Krupp] que l’élément juif de la noblesse du futur parviendra à son plein épanouissement […] notre âge démocratique est un pitoyable interlude entre deux grandes époques aristocratiques [...] Dès qu’une nouvelle et véritable noblesse se sera constituée, la démocratie disparaîtra d’elle-même [...] L’humain du lointain futur sera un métis […]. La race du future, négroïdo-eurasienne (eurasisch-negroide Zukunftsrasse), d’apparence semblable à celle de l’Égypte antique, remplacera la multiplicité des peuples  »


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 janvier 2017 21:09

        Ils sont catastrophés devant les résultats cataclysmique de leur belle Europe « de la paix et de la prospérité », mais aucun ne songe à en sortir !


        Ils savent, ou alors ils sont incompétents (ce qui n’est pas exclu), qu’en restant dans l’ UE, ils devront tous appliquer les GOPé, les Grandes Orientations de Politique économique de la Commission européenne, qui prévoit la destruction de tout le modèle social français.

        Et ils cherchent des astuces pour que les Français leur fassent encore confiance.
        Mais les Français ne leur font plus confiance, c’est ballot !


        • JP94 14 janvier 2017 22:02

          Le problème, à mon avis, ne situe pas dans l’impossibilité du financement, mais dans le manque évident de crédibilité d’un candidat du PS qui veut croire à un président PS social, après Hollande.


          Déjà, il sait qu’il ne fera jamais ce projet, fût-il possible. Mais le but est de discréditer tous les projets sociaux, de candidats réellement à gauche, en disant, regardez, ce qu’ils proposent, je le propose. Or je suis le PS et donc ce projet est inconcevable.
          ça procède d’une dialectique subtile.

          Ensuite, pour financer un projet social, il faut attaquer les patrons par des actes. Et ça, jamais le PS ne le fera un jour. Par de belles paroles, déjà, il n’y arrive pas !
          Le « Discours de la Raison » est en réalité le Discours de la Volonté patronale.

          Et puis, ce revenu est tiré de quelles sources ? Si c’est pour siphonner les poches des salariés pour donner une obole aux plus précarisés d’entre eux, le Patronat n’y trouvera pas à redire, certes, mais dans ce cas, on va en réalité diviser les salariés, car ceux qui bossent vont avoir leur Pouvoir d’Achat diminué pour payer les chômeurs qui sinon crèveraient de faim et seraient massivement dans la rue.

          La question est de savoir qui possède les moyens de production. Et avec le PS, ce sera toujours les mêmes.

          Le PS se présentait comme une sorte de voie douce vers le Socialisme ... enfin il fut un temps où...mais depuis, tous les pays où les Sociaux-démocrates ont eu le pouvoir vivent le retour brutal au Capitalisme le plus rétrograde ... pour les salariés ( et le plus moderne pour les patrons).

          • Luniterre 15 janvier 2017 01:21

            @JP94

            Le seul endroit où il y a de l’argent pour ce « revenu », c’est dans les caisses de la Sécu, pour l’essentiel, et dans les caisses des assurances chômage et les caisses de retraites, ensuite, c’est à dire de l’argent qui sort déjà de nos poches pour nous « revenir » ainsi, mais sans plus aucun des droits sociaux qui allaient avec ces caisses...

            N’est-ce pas suffisamment clair dans l’article ?

            Évidemment, ce n’est qu’une « hypothèse », mais autrement, il n’y a que la « planche à billets », comme alternative, ruineuse pour ce qui reste de notre économie, ou sinon, un doublement, au moins, de la fiscalité, ce qui aurait le même effet ruineux...

            Et donc cette « hypothèse » a de fortes chances de devenir la réalité de demain, si l’on n’y prend garde, et surtout si l’on gobe béatement les discours « utopiques » des Hamon, Friot et autres escrocs politiques du même style...

            Ces escrocs roulent évidemment pour le capital financier, et pour l’aider à liquider ces caisses et les droits sociaux qui vont avec, pour les remplacer par des assurances privées, mais qui ne seront valables réellement que pour les plus riches, et à la rigueur, pour les classes « moyennes-supérieures » et la petite bourgeoisie, dont sont issus tous ces « penseurs de gauche »...

            Luniterre


          • gogoRat gogoRat 14 janvier 2017 23:59

             
             Il faut être vraiment et sincèrement de mauvaise foi, et savoir brillamment raisonner à l’envers,
            ( ou bien, vivre dans une autre galaxie parallèle ?) pour arriver à cette élucubration hallucinante :
             - un Revenu Minimal d’Existence augmenterait la précarisation, ’car c’est une incitation à accepter n’importe quel « petit boulot » pour compléter et améliorer son sort’ ... ? !

             - Pour l’employeur, ce serait une incitation à embaucher de manière précaire ?! ...

             - cela provoquerait une « flexibilité » extrême ? !!
             

             Allons, ce n’est pas en se montrant encore plus indécemment stupides que nos candidats, que nous nous allons redresser la fausseté et la mascarade de ces campagnes politicailleuses !
             
             
             
             Par contre, là où je suis absolument convaincu d’une incohérence grave factuelle et fort louche du projet proposé de Revenu Universel, (outre le choix, dans son titre, de l’imprécision et du flou élastique du mot ’universel’ ) c’est par le fait qu’il soit assorti de lapromesse ubuesque, inconséquente, et stupide de taxer les robots !

             L’augmentation du temps que chacun peut et devra pouvoir consacrer à l’otium est une victoire de l’humanité , qui passe par la robotisation des corvées : c’est grave à elle que nos sociétés modernes peuvent et devront financer de RME dans chaque pays.
             que peu donc bien cacher ce contresens qui consiste alors à vouloir sanctionner l’art de cette robotisation ? !!!


            • Luniterre 15 janvier 2017 00:46

               Vivre, à l’horizon 2020 avec 750 euros, sans assurance maladie (sauf à en déduire les cotisation des 750 euros...), sans aide au logement, sans aide pour les enfants, sans pouvoir épargner pour la retraite, vous n’appelez pas ça de la précarité... ?

              Et vous n’accepteriez pas n’importe quoi pour pouvoir au moins payer votre loyer, à supposer que quelqu’un vous loue quoi que ce soit dans ces conditions... ?
              Sans doute n’avez vous pas eu l’occasion d’expérimenter ce style de vie... ?

              Moi, si, et encore, aujourd’hui, on peut tenter d’avoir la CMU, même si c’est un dossier hyper long à faire avancer...

              Remplacer l’ensemble des aides actuelles par un « revenu universel », même de 750 euros, c’est encore une dégradation pour les plus pauvres...
              Pour ceux qui ont du boulot précaire, cela peut être un complément utile, mais à peine supérieur au RSA+ALS d’aujourd’hui, et sans la CMU...

              Pour les employeurs, c’est l’occasion de recruter à temps partiel, flexible, et pourquoi pas, en dessous du SMIG, vu que c’est déjà souhaité par certains comme remise en cause...

              Qui, dans le besoin, refusera, alors ?

              Comment ne voyez vous pas le piège ?

              Utopie, quand tu nous tiens...

              Luniterre


            • gogoRat gogoRat 15 janvier 2017 12:12

              @Luniterre

               Ce que vous énoncez n’est pas ce qui est « vendu » (supposé par les promesses susurrées par le candidat-incarneur ) Ce n’est pas ce qui est ’promis’ :

              • " Vivre, à l’horizon 2020 avec 750 euros, sans assurance maladie (sauf à en déduire les cotisation des 750 euros...), sans aide au logement, sans aide pour les enfants,"
               Ne faisons tout de même pas à nos incarneurs l’affront de les croire déficients mentaux au point de nous croire aussi amorphes !
               Quant à la retraite, il faut comprendre qu’avec un RME, le concept en est très largement chamboulé !
               
              Quant à expérimenter un style de vie , vous devriez vous douter qu’il n’est pas très pertinent pour un avatar de pouvoir en témoigner. 
               Les arguments d’un Gogorat auront-ils plus ou moins de valeur auprès des ’non concernés’ s’il est perçu et classé comme, par exemple, un SDF, ou un ’assisté’ ?
               Y avez-vous bien réfléchi ?

               Pour ma part, je n’ai aucune acrimonie contre l’idéal ( utopie : représentation d’une réalité idéale et sans défaut.). Au contraire, c’est ce qui fait grandir le genre humain !
               Le piège serait, au contraire, de jeter le manche après la cognée !
               
               Par contre, j’ai de grosses difficultés à supporter la fausseté intentionnellement mise en œuvre (lorsque cette intentionnalité sera avérée), ou, en tous cas, la non correction des incohérences dénoncées ( du genre : vouloir taxer les robots ! ).
               


            • Trelawney Trelawney 15 janvier 2017 15:18

              @Luniterre
              Pour les employeurs, c’est l’occasion de recruter à temps partiel, flexible, et pourquoi pas, en dessous du SMIG, vu que c’est déjà souhaité par certains comme remise en cause...
              Avec ou sans RU, l’employeur ne se généra pas pour, dans un trés proche avenir, recruter à temps partiel, flexible, et surtout en dessous du SMIG. Car c’est tout simplement la loi de l’offre et de la demande. Et vous et vos amis communistes aurez beau descendre dans la rue pour refuser cet état de fait, ça ne changera rien, car vous êtes archi-minoritaires.

              Si jamais Mélenchon se plante à la présidentielle, ca fera le bonheur de Laurent et sa clique de communistes qui tels des charognards ramasseront les débris qui leurs serviront à se garder des places douillettes au sénat, en se moquant comme de l’an 40 et du CNR de leurs sympathisants.

              Le RU permet à la totalité des français d’obtenir un revenu décent pour vivre (environ 2000 euro par mois pour une famille de 4) le complément se faisant pas un travail précaire ou pas. Il est évident que le RU exonéré du code du travail entraînera une pléthore de travailleurs précaires, mais figurez vous (puisqu’on ne vit pas sur la même planète) que les affiliés au RSA ne demandent qu’à obtenir un travail précaire à la condition que ça ne supprime pas leur droit au RSA. Mais vous allez me dire que cette personne qui aimerai compléter son RSA par un petit boulot devient un larbin du patronat et est un ennemi de la cause. Tandis que si elle continu à bouffer des nouilles à l’eau elle a toute votre sympathie et justifie ainsi la lutte des classe.

              Que vous ayez construit votre idéal politique sur une escroquerie intellectuel (qui n’a jamais fonctionné) est en soit dommageable. Mais arrêtez d’arnaquer le monde en leur faisant croire à des chimères. Ca fait belle lurette que Pierre Laurent n’est plus communiste (je pense qu’il ne l’a jamais été) il est juste sénateur

              PS : Les allocations logements ne servent qu’à enrichir les sociétés HLM et accessoirement les propriétaires, car elles seules justifient les augmentation de loyer

            • Luniterre 15 janvier 2017 16:08

              @Trelawney

              .

              Votre propos est remarquable et même très intéressant en ce qu’il marque clairement que ce « revenu universel » est bien une idée de droite, et même carrément d’extrême droite, en réalité... !

              .

              Une précision utile, cependant, personnellement, en tant que militant marxiste-léniniste, je ne suis pas du tout membre du PCF, et même aux antipodes de sa ligne politique de « trahison » permanente, reposant sur l’héritage de la ligne« thorézienne » de collaboration de classe.

              Je ne suis pas non plus l’adepte de Mélenchon, démagogue populiste parmi tant d’autres...

              Néanmoins, que ce soit lui ou Montebourg, s’il y a un candidat pour faire barrage à la fois à la loi EL Khomri et au « revenu universel », c’est un soutien tactique qu’il faut lui apporter, faute de mieux...

              .

              Votre constat est lucide, jusqu’à un certain point, une famille avec deux enfants s’en sortira assez bien, avec autour de 2000 euros de « rente » du RU, et quelques petits jobs sous-payés pour compléter...

              Néanmoins l’illusion du bonheur s’évanouira si un enfant, par exemple, tombe gravement malade ou nécessite une opération, que ces « braves parents » seront tout à fait dans l’incapacité de payer, faute de sécu : il n’auront plus qu’à regarder leur progéniture crever en pleurant, ce qui sauvera peut-être l’industrie du kleenex !

              Bonjour, votre monde de fachos de m... !

              Concernant la faisabilité du socialisme, je ne suis pas non plus un inconditionnel de ce qui se faisait en URSS, mais néanmoins, il ne faut pas oublier que ce pays est sorti de terre à partir du champ de ruines laissé par vos amis impérialistes coalisés pour soutenir les blancs, et qu’à partir de ce champ de ruines il est devenu en deux décennies la seconde puissance mondiale, qui a vaincu vos copains hitlériens, et qui s’est relevé une nouvelle fois de ses ruines, après la deuxième guerre mondiale.

              Parler d’échec me parait donc absurde, à ce niveau, chercher à comprendre les dérives qui l’on finalement affaibli, plus utile, pour trouver enfin des solutions que le capitalisme n’est plus en mesure d’apporter.

              Luniterre


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 2017 08:27

              @Luniterre
              Concernant la faisabilité du socialisme, je ne suis pas non plus un inconditionnel de ce qui se faisait en URSS, mais néanmoins, il ne faut pas oublier que ce pays est sorti de terre à partir du champ de ruines laissé par vos amis impérialistes coalisés pour soutenir les blancs, 


              Avec les communistes, s’est toujours de la faute des autres. A la fin 45, l’Allemagne aussi était un champ de ruine et pourtant en 1989, les deux Allemagnes se sont unis pour devenir le pays qu’il est.
              L’URSS est un échec social, économique et politique dont ils sont seul les responsables

            • Luniterre 16 janvier 2017 10:25

              @Trelawney

              L’URSS est un échec social, économique et politique...

              Il se trouve juste que ce n’est pas l’avis des Russes, aux deux tiers, selon les divers sondages !


              dont ils sont seul les responsables...

              Concernant les avis sur la période de transition Gorbatchev-Eltsine, vue ici et par vous comme une « libération », le résultat est inverse, par contre !
              Les responsables de la chute de l’URSS sont incontestablement ses derniers dirigeants, qui ont organisé la liquidation au profit de leurs « nouveaux amis » de l’occident...

              Ceci dit, cela ne m’empêche pas , comme je vous l’ai dit, d’avoir un regard critique sur les dérives « pré-capitalistes », en quelque sorte, qui ont facilité cette liquidation.

              Luniterre


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 2017 11:09

              @Luniterre
              Et bien sur encore la faute aux autres ! le déni à ce niveau confère à de l’aveuglement pathologique.Pour qu’un système communiste fonctionne, il faut qu’il s’appuie sur 3 principes fondamentaux :

              1 Privation de liberté et notamment liberté de circulation
              2 Obligation de travailler avec revenu et lieu de travail par imposé l’état, (camp de travail et déportation)
              3 Blocage de toutes importations en dehors des pays communistes d’où rationnement sur certain produits.
              Les conséquences économiques d’un tel système sont :
              Blocage de toute initiative et innovation et espionnage obligatoire de ce qui se fait dans les pays innovants(capitaliste) pour copier les produits.
              Croissance quasi nul ou fantasque car imposée par l’état en fonction de ses besoins.
              Repli sur soit même par blocage des frontière et donc pas de dévellopement économique possible
              Besoin en police et armé hors norme car imposition de contrôler la populationAucune création de richesse et décalage de niveau de vie croissant avec les autres pays
              Un seul événement a accéléré l’effondrement économique programmé de ce pays : les dépenses engendrées par les contrôle de la catastrophe de Tchernobyl
              Gorbatchev-Eltsine comme vous le dites n’ont pas eu d’autre choix que d’accélérer le processus de privatisation de l’économie pour donner plus de liberté au peuple et faire entrer des capitaux et des investissement. Les fonctionnaires et les apparatchiks en place se sont accaparés les richesses au détriment de la population. On connait la suite. Même Cuba ouvre ses frontières et annonce la fin d’un système communiste à bout de souffle. La Corée du Nord est un autre problème 

              Si vous faites un sondage en France, 100% d’entre eux regrette les 30 glorieuses, il n’empêche que cette époque est révolue, car due uniquement à la reconstruction d’après guerre

              Le système communiste est au mieux une utopie au pire une escroquerie intellectuel



            • Luniterre 16 janvier 2017 11:17

              @Trelawney

              En fait, c’est donc vous qui tournez en boucle...


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 2017 11:25

              @Luniterre
              Non j’avance en oubliant jamais qu’il faut garder son sens critique. Restez où vous êtes comme une bonne partie de vos collègues. Lorsque vous aurez compris votre erreur, il sera trop tard, mais ça fera de la place pour les autres.

              Ce qui fait la différence dans la mondialisation, c’est que tout le monde n’avance pas à la même vitesse et l’URSS s’en est aperçue trop tard et à ses dépends, car en terme de puissance économique, la Russie est derrière l’Inde. Ca vous situe le niveau

            • Luniterre 16 janvier 2017 11:58

              @Trelawney

              Effectivement, l’économie de l’URSS, qui stagnait déjà sous votre ami Gorbatchev (pérestroïka=transition vers la restauration totale du capitalisme), s’est carrément effondrée sous le capitalisme d’Eltsine.

              Et comme un schéma vaut toujours mieux qu’un long discours, le voici :

              https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2014/03/pc3afb-ru-tml.png

              Merci à vous de vanter ainsi les « mérites » du capitalisme !!

              Luniterre

               


            • Trelawney Trelawney 16 janvier 2017 13:31

              @Luniterre

              C’est difficile de faire boire un âne qui n’a pas soif.

              Entre 1960 et 1980 (20 ans) le PIB mondial a doublé. Entre 1980 et 1990 (10 ans) il a encore doublé. Entre 1990 et 1995 (5 ans, il a encore doublé. Il a stagné entre 1995 et 2000 (crise mondiale internet). Il a encore doublé entre 2000 et 2010.

              Face à une économie communiste dont la spécificité et de stagner question croissance, il n’est pas étonnant que l’écart s’agrandit. Eltsine n’a rien à voir avec cela si le fait d’être président d’un pays dont il ne peut maîtriser son économie.

              Un chiffre qui ne devrait pas vous laisser indifférent est l’espérance de vie du Russe en 1970 et aujourd’hui. C’est à mettre en corrélation avec le système politique en place


            • Luniterre 16 janvier 2017 14:41

              @Trelawney

              Contre l’évidence que vous avez vous-même souligné, vous ne pouvez que tourner en boucle, à nouveau...


            • Raoul-Henri Raoul-Henri 15 janvier 2017 04:23

              Et avec une CSG à 100% et une répartition à égalité stricte ? Cela donnerait aujourd’hui environ 30k euros par Français et par an (tous les Français ; bébés et Lagardère compris) si les chiffres du PIB que j’ai sont corrects.

              Bien entendu il faut pour cela envisager la transformation monétaire multi-points en circuit fermé ainsi que la souveraineté monétaire individuelle gouvernementale et un compartimentage des monnaies nationales comme le faisaient nos démocrates ancêtres les Gaulois avant l’invasion romaine et la mise forcée au sesterce (l’équivalent de la monnaie unique euro/dollars d’aujourd’hui).


              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 15 janvier 2017 11:50

                revenu universel que soutient Benoît Hamon

                Au
                Revenu de Base (ou Universel) financé par la Fiscalitésans Refondation du Capitalisme
                on peut préférer le
                Dividende Universel financé par l’Épargneavec Refondation du Capitalisme

                Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2017.




                • michel-angelo michel-angelo 15 janvier 2017 11:59

                  Le revenu universel est une arnaque nuitdeboutiste !

                  Le but est de faire accepter aux français de vivre sous le seuil de pauvreté pendant que d’autres se gavent.

                  Vive la France, vive la France Insoumise.


                  • Luniterre 15 janvier 2017 12:20

                    @michel-angelo

                    Effectivement, Montebourg et Mélenchon sont les seuls candidats avec un potentiel « électoral » significatif, susceptibles de porter la revendication d’abrogation de la loi « El Khomri », sans chercher à nous refiler le « revenu universel » à la place, et surtout, à la place de la Sécu...

                    Je ne soutiens pas, pour le reste, leurs « projets » plus ou moins démagos et populistes, mais il faudra bien qu’il n’en reste qu’un en lice, à la veille du 1er tour, pour avoir une chance de barrer la route aux plus réacs qu’eux, c’est à dire tout le reste...

                    https://www.change.org/p/adress%C3%A9e-%C3%A0-tous-les-candidats-de-gauche-r%C3%A9cup%C3%A9rant-ce-slogan-en-2017-abolir-enfin-la-loi-el-khomri

                    Les « trotskystes » ne sont là que pour ajouter à la confusion, vu qu’il ne dépasseront guère 1%...

                    Mais le plus important, au delà de ce débat nécessaire sur les enjeux de société, c’est d’organiser la résistance prolétarienne à la base, dans les entreprises, dans les quartiers, dans les services publiques, ou ce qu’il en reste... !!

                    Luniterre


                  • gogoRat gogoRat 15 janvier 2017 12:22

                    ’@michel-angelo

                     Alors vous préférez laisser crever, dans une misère non ’assistée’, toutes les Françaises et tous les Français qui dores et déjà, en ce moment même, vivent ’sous le seuil de pauvreté pendant que d’autres se gavent’ ? !
                     Et votre attitude, à vous-même, ce ne serait pas une arnaque ? !!!


                  • rocla+ rocla+ 15 janvier 2017 12:22

                    @Luniterre


                    résistance prolétarienne 

                    des mots d’ imbéciles à usage de cons 

                  • Luniterre 15 janvier 2017 12:35

                    @rocla+

                    La Sécu et le peu qui reste des conquêtes sociales des générations passées sont l’héritage de ceux qui ont d’abord sacrifié leurs vies pour arrêter la barbarie nazie, forme extrême du capitalisme de cette époque, sous couleur de social-fascisme... (« National-Socialisme »... pour mémoire...)

                    Même si les idéaux de la Résistance ont été détournés aussitôt après la « libération », il y a du respect humain à avoir de ce côté...

                    Votre truc semble être : « J’irai cracher sur vos tombes... »

                    Belle leçon pour les générations à venir...

                    Sombre avenir, si on la suit.

                    Luniterre


                  • Trelawney Trelawney 15 janvier 2017 15:20

                    @michel-angelo

                    Le but est de faire accepter aux français de vivre sous le seuil de pauvreté pendant que d’autres se gavent.
                    Qu’est ce que vous attendez pour vous gaver ? Les compétences, le talent ? Il est où le problème ?

                  • Trelawney Trelawney 15 janvier 2017 15:32

                    @Luniterre
                    La Sécu et le peu qui reste des conquêtes sociales des générations passées sont l’héritage de ceux qui ont d’abord sacrifié leurs vies pour arrêter la barbarie nazie,


                    Comme pour le droit de vote des femmes. Ah non, c’est vrai les communistes y étaient opposés Il a fallu créer une réunion à Alger où les communistes ne pouvaient pas se rendre pour adopter cette mesure.
                    Hypocrisie quand tu nous tiens !

                  • Trelawney Trelawney 15 janvier 2017 15:41

                    @Luniterre
                    Mais le plus important, au delà de ce débat nécessaire sur les enjeux de société, c’est d’organiser la résistance prolétarienne à la base, dans les entreprises, dans les quartiers, dans les services publiques, ou ce qu’il en reste... !!

                    Là vous êtes un escroc !
                    On instaure un système communiste où la propriété individuelle n’existe plus et où c’est la collectivité qui possède les richesses. Comme cela cette même collectivité fait travailler tout le monde au salaire qu’elle a déterminé et (concurrence oblige) si possible bas. Par contre si le salaire ne plait pas au citoyen, il sera décrété « ennemi de la cause » et pourra dans un camp de rééducation travailler pour gratuitement (nouvelle version du travailleur imigré ou travailleur précaire). On espère seulement que son contrat soit à durée déterminé. 
                    Voilà l’avenir de Luniterre. Si je me trompe, je vous laisse le soin de développer votre projet de société

                  • Luniterre 15 janvier 2017 16:17

                    @Trelawney

                    La réponse est déjà dans mon post précédant, vous concernant :


                    http://www.agoravox.fr/commentaire4780330

                    Je ne suis pas membre du PCF, ni même sympathisant.

                    Combattre l’héritage du révisionnisme thorézien est un aspect important d’une renaissance éventuelle de la résistance prolétarienne en France.

                    Luniterre


                  • Luniterre 15 janvier 2017 16:28

                    @Trelawney

                    En copie, extrait de ma réponse précédente, anticipée, également, sur ce point :

                    " Concernant la faisabilité du socialisme, je ne suis pas non plus un inconditionnel de ce qui se faisait en URSS, mais néanmoins, il ne faut pas oublier que ce pays est sorti de terre à partir du champ de ruines laissé par vos amis impérialistes coalisés pour soutenir les blancs, et qu’à partir de ce champ de ruines il est devenu en deux décennies la seconde puissance mondiale, qui a vaincu vos copains hitlériens, et qui s’est relevé une nouvelle fois de ses ruines, après la deuxième guerre mondiale.

                    Parler d’échec me parait donc absurde, à ce niveau, chercher à comprendre les dérives qui l’on finalement affaibli, plus utile, pour trouver enfin des solutions que le capitalisme n’est plus en mesure d’apporter."

                    Luniterre


                  • michel-angelo michel-angelo 15 janvier 2017 20:48

                    @gogoRat

                    Hausse du Smic et des minimas sociaux. Programme de la France Insoumise.

                    Pas le revenu universel. Je suis salarié et je paye des impôts, je n’ai pas besoin du revenu universel.


                  • michel-angelo michel-angelo 15 janvier 2017 21:00

                    @Trelawney

                    J’ai déjà ce qu’il me faut, un appart, une bagnole, un salaire, une vie et des proches.

                    Pas besoin de me gaver d’avantage. Merci.

                    Je pense aux autres.

                    Le RU est une arnaque pour eux. Je n’ai pas besoin de 600€ de plus. Par contre, eux aurait besoin de 1000€ de plus.

                    Le RU c’est la fin de la sécurité sociale.


                  • rocla+ rocla+ 15 janvier 2017 13:15

                    Votre soeur , elle a sacrifié sa vie  ? 


                    Vous vivez sur quelle planète ?

                    Conquêtes sociales  , avanie d’ ayant-droit ...

                    • baron 15 janvier 2017 18:08

                      Vous présentez là, cette idée de façon caricaturale, certe dans sa version libérale, elle peut être comprise ainsi. 

                      Si l’on fait les calculs de façon plus rigoureuses, les 300 milliards sont facilement trouvés, il suffit de redistribuer aux citoyens les gains de productivité et la création de richesse par exemple sous la forme de participation, mais pas seulement.
                      Personne n’est dérangé par le fait que les banques centrales injectent des milliers de milliards d’euros en bourse chaque année. 
                      Il y a une ignorance catastrophique du fonctionnement de l’économie et la façon dont se crèe l’argent en dehors de l’arge’t dette, voilà pourquoi les salairiés et d’autres se font facilement escroqués.
                      Il y a une diffèrence cependant, c’est que l’argent injecté dans l’économie réelle, passe par de nombreuses poches, avant de revenir à son point de départ, c’est à dire dans les caisses de l’état qui réinjecte en permanence l’argent qu’il collecte tout au long de l’année. 
                      En caricaturant, un même billet créé en 2017 sera dépensé plusieurs fois dans l’année, donc cent euros utilisés 10 fois représenteront 1000 euros dans l’économie.
                      La pauvreté, est lié au fait, qu’une part de plus en plus grande de l’argent ne retourne pas dans le cycle de redistribution, puisque maintenant il finit par tourner en boucle à la bourse,sans jamais revenir dans l’économie réelle. 
                      En, fait, avec 100 milliards, vous pouvez en redistribuer facilement 500 ou 600, les banques font cela tous les jours.
                      Avec seulement 100 milliards en caisses les banques ou l’état peuvent en utiliser plus de 1000 sans que personne ne crie au scandale.

                      • Luniterre 15 janvier 2017 18:43

                        @baron

                         « Vous présentez là, cette idée de façon caricaturale, certes dans sa version libérale, elle peut être comprise ainsi. »

                        Dans sa version « libérale »... ??

                        Mais vous êtes justement en train de faire le panégyrique de l’économie de casino...

                        Dans le « plan de financement » du RU version Hamon, tel que présenté par le MFRB, supposé faire autorité en la matière, on trouve cette « perle » :

                        « L’estimation finale du coût brut de la mesure se porte à 450 milliards d’euros étalés progressivement sur cinq ans. »

                        http://www.revenudebase.info/2016/12/23/revenu-universel-protection-sociale-hamon/


                        Hamon, lui-même, parle de 300 milliards par an, ce qui reste évidemment absurde, car ce n’est que la moitié du total... annuel !

                        Autrement, il faut bien admettre que ce projet repose sur une arnaque, la seule source de financement réel déjà existante étant l’ensemble de la couverture sociale actuelle, qui sera donc inévitablement supprimée, ou plutôt, « remplacée », par ce « revenu ».

                        « Progressivement », comme prudemment annoncé pour la première partie, de façon à ne pas susciter de réactions sociales indésirables... pour le capital !

                        Bonjour le « progrès » social !

                        Luniterre


                      • baron 15 janvier 2017 19:19

                        @Luniterre
                        Vous ne m’avez pas lu et cela se voit. Je vous affirme que vous confondez le revenu universel pronez par les libéraux et celui d’inspiration plus keyneisienne.


                        De toute fàcon, les faits sont là, il n’y aura plus jamais de travail pour tout le monde et pire, ce phénomène va s’amplifier. 
                        Il faut donc trouver des solutions, ou accepter que très rapidement 50% de la population vive dans une extrème pauvreté dans des conditions dignes de la cours des miracles.
                        Mais, attention, même si vous faite parti des 50% les moins pauvres, la vie quotidienne deviendra invivables sauf à avoir les moyens de vivre en vase clos et sous protection permanente, sans oublier les épidémies etc ....
                        Vous pouvez prendre le problème dans tous les sens, il n’y a pas d’autres solutions que la redistribution ....

                      • Luniterre 15 janvier 2017 20:05

                        @baron

                        Je comprends simplement, en vous lisant, que vous croyez possible une version « keynésienne » du RU qui reposerait sur une économie de casino... Bon, et la version « libérale », c’est quoi, selon vous ?

                        Vous concluez sur la « redistribution », mais de quoi ?

                        Des bénéfices des capitalistes, devenus soudain « charitables » ?

                        La « charité » des capitalistes, c’est exactement le plan facho de remplacer la Sécu par le RU, pour simplifier à peine...

                        Plus de travail ? Si le but du travail cesse d’être le profit des capitalistes, ce qui suppose de mettre fin à leur système, il y a moyen et de répondre aux besoins sociaux basiques et réels, encore largement insatisfaits dans de nombreux pays, et en plus, de partager le travail pour y arriver.

                        Non pas de manière utopique, mais en utilisant intelligemment la loi économique de la valeur, en adéquation, précisément, avec les capacités de travail disponibles.

                        Dans le monde d’aujourd’hui, avec les moyens de production modernes, cela signifie du travail en quantité raisonnable pour tout le monde, et les besoins sociaux essentiels satisfaits pour tout le monde, également.

                        Le socialisme du XXIème siècle, autrement que sous une formule galvaudée.

                        Luniterre


                      • baron 15 janvier 2017 22:03

                        @Luniterre
                        Alors on est à peu près d’accord, sauf peut-être sur l’aspect du travail, il faut être réaliste, les compétences nécessaires ne seront pas maitrisables par tous

                        Il y aura donc des laissés pour comptes, mais toutefois il y a des solutions qui consisteraient à maintenir certains métiers en modernisant moins que cela est possible. C’est déjà le cas, des millions d’emplois sont déjà maintenus artificiellement, essentiellement dans le domaine des services. 
                        Effectivement, la voie à suivre est le socialisme réel, la difficulté sera de maintenir la santé à un haut niveau et un bon niveau de qualité de vie.
                         Quant aux emplois difficilement automatisables, ils sont dans le BTP et un peu dans l’industrie, dans l’hotellerie, la restauration, l’agriculture, l’artisanat, comme nos jeunes ne sont pas formés et ne sont pas encouragés a s’y diriger !!! il y a un problème, 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Luniterre


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès