• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile (...)

De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé

Et voilà que ça déboule enfin dans les kiosques. En provenance du New-York Times, une fois encore, et pour une fois assez vite relayé dans la presse mondiale. L’aveu est de taille, mais ne surprendra pas vraiment le lecteur de cette saga sans fin. Plus de 300 nazis auraient trouvé refuge auprès de la CIA, apprend-t-on ce 15 novembre 2010. Ici-même, cela ne fait que deux années que je le clame haut et fort, dans des articles sur Von Braun, et l’opération PaperClip qui avait ramené la majeure partie des techniciens de Peenemünde (les français s’en saisisseront d’un également, qui deviendra le père de la ... SNECMA- et donc des réacteurs de « Mirage »- j’y reviendrai bientôt), ou dans ceux sur la fameuse « Route des rats » et ses points de chute Boliviens, Chiliens, Comombiens et Argentins, qui seront à l’origine de régimes dictatoriaux à l’organisation calqués sur le système nazi. La CIA a aidé des escadrons de la mort dans tous ses pays. Logique que derrière il y ait eu la main de nazis ! 

Les nazis créateurs de la Saturn V, j’en avais parlé ici il y a un an et demi déjà, en citant celui qui apparaît le plus dans le fameux rapport. "Un homme, parmi les 119 récupérés à la hâte par les américains lors de l’opération PaperClip, Arthur Rudolph, ravive la polémique. Il a été l’adjoint direct de Von Braun, le directeur du projet Saturn de Août 1963 à Mai 1968, et est parti en retraite l’année même où Armstrong mettait le pied sur la Lune. Il s’est installé à San José, en Californie. En septembre 1982, l’OSI (Office of Special Investigation) de l’AIR FORCE lui envoie une lettre lui demandant de s’expliquer sur son rôle exact durant la guerre, notamment à propos des prisonniers de Mittelwek. Ceux qu’on distinguait en uniforme à rayures en train de construire les V2. L’homme s’emporte, et répond par une longue diatribe, où il étale ses convictions raciales demeurées inchangées. Nazi il était, nazi il est resté. Devenu encombrant, l’OSI lui propose en 1984 un marché : celui de renoncer à sa citoyenneté américaine en échange de sa liberté. Il atterrit finalement en Allemagne, où un juge, en 1987 finit par conclure à sa non culpabilité à Mittelwek ! L’homme tentera de revenir aux USA pour fêter en 1989 l’anniversaire d’Apollo XI, mais se fera arrêter au Canada, où il sera ouvertement soutenu par le négationniste Zundel. Il finira ses jours en Allemagne, sans renoncer à ses engagements." Difficile de l’avoir en effet ignoré aussi longtemps ! Mais la Lune valait bien une messe, sans doute...
 
La justice américaine se réveille tout à coup en "découvrant" un rapport secret énumérant la liste de ses nazis choyés et protégés pendant des années. La belle affaire ! Depuis Eichmann, enlevé à la barbe de la CIA, on s’en doutait, remarquez : son assistant s’appelait Otto von Bolschwing et c’est un de ceux qui figure sur cette liste ; mais c’est la première fois que le pays le reconnaît officiellement. Mieux, beaucoup mieux encore : on apprend surtout que le ministère de la justice US avait tout fait pour empêcher cette parution en 2006, alors que venait d’être nommé à la tête du renseignement John Negroponte, celui qui avait été de tous les coups d’état en Amérique du Sud, ou presque. Les neocons américains étaient-il si proches que cela des nazis ? Sans nul doute, et le cas de Guantanamo est bien représentatif de cet état d’esprit consistant à détenir des personnes pendant des années et à les relâcher dans la nature sans aucune accusation retenue contre eux, et encore moins avec des indemnités. Sans compter les disparus, ou ceux martyrisés dans les geôles secrètes disséminées partout, y compris dans des pays européens qui aujourd’hui demandent des comptes. Le pays était dirigé alors par celui dont le grand père paradait à New-York au troisième congrès eugéniste mondial du du 21 au 23 août 1932, et ce n’est donc pas un hasard. Des nazis dans la CIA ? Mais il y avait surtout des supporters des thèses eugénistes d’Henry Ford à tous les niveaux de l’administration américaine : s’ils ont pu autant s’épanouir, ces fameux nazis, c’est bien parce qu’on les laissés s’épanouir ainsi  ! Les américains en ont proposé longtemps, de ce type d’individu... habillé d’un costume moins voyant que l’uniforrme SS. L’un d’entre eux s’appelant John Negroponte : la majeure partie se sa vie se résume aujourd’hui à des actes répétés dignes des pires exactions nazies.
 

Dans un site traitant de sa carrière et dans un chapitre intitulé "Negroponte prend soin des rapports sur les droits de l’homme" on avait parfaitement résumé l’individu : "Il ne fait aucun doute que Negroponte et le reste des hauts fonctionnaires de l’ambassade étaient au courant des disparitions et des tortures infligées contre les militants de gauche honduriens car les principaux journaux du pays publièrent pas moins de 318 articles à ce sujet au cours de la seule année 1982. Negroponte était aussi en contact direct avec le Général Gustavo Alvarez Martinez, à l’époque chef des Forces armées honduriennes et chef occulte du Bataillon 316. Negroponte a lui-même souligné qu’il lui était arrivé d’intervenir pour faire libérer une victime de torture lorsque l’information risquait d’être publiée dans la presse étasunienne. Ce qui arriva en 1982 à la suite de l’arrestation et de la torture du journaliste Oscar Reyes et de sa femme, Gloria. A l’évidence, Negroponte et l’ambassade étaient suffisamment bien renseignés pour pouvoir intervenir et agir lorsqu’ils y étaient poussés par les circonstances". Negroponte était bien derrière le sinistre Bataillon 316, auteur des pires exactions dans le pays et l’histoire en a témoigné ! Les squelettes retrouvés n’ont pas menti !

Que faisait à cette époque Negroponte, qui, je vous le rappelle a été nommé ambassadeur en Irak (en avril 2004, et remplacé en juin 2005 par Zalmay Khalilzad, disciple d’Albert Wohlstetter (*)) ? C’est simple : il soutenait ouvertement un néo-nazi notoire. "En tant qu’ambassadeur au Honduras de 1981 à 1985, Negroponte était connu pour entretenir des relations étroites avec les violeurs des droits de l’homme les plus notoires du pays. Un des plus connus était à l’époque le Colonel Gustavo Alvarez Martinez, chefs des armées du Honduras et de facto l’homme fort du pays"... Or cet Alvarez était bien la pire ordure du moment, formé à Fort Bragg (**) et à Fort Benning, à la trop fameuse "School of America", comme la majeure partie de ses hommes, qui n’hésiteront pas à faire disparaître les opposants trop gênants, avec des méthodes de nazis. "Alvarez était surtout connu pour ses liens étroits avec l’escadron de la mort connu sous le nom de Bataillon 316. Cette unité créée par Alvarez, qui recevait une formation en techniques de torture par d’anciens vétérans de la "sale guerre" en Argentine et par la CIA (selon une série d’articles primée par le Prix Pulitzer du journal Baltimore Sun qui avait enquêté, entre autres, sur le rôle controversé deNegroponte au Honduras), est largement soupçonnée d’avoir fait "disparaître" plus de 180 "subversifs" au début des années 80. A cette époque, tout Hondurien opposé au rôle de base arrière attribué à son pays par le Président Reagan dans sa guerre contre les Sandinistes était généralement considéré comme "subversif"." Quand il ne tuait pas, il faisait quoi, ce fameux Batalion 316 ? Il torturait pardi ! Avec quelles méthodes ? "Shock and suffocation", notent les rapports sur les malheureux passés entre les mains des sbires de Gustavo Alvarez Martinez. Les mêmes méthodes qu’à...Guantanamo ! Son remplaçant en Irak étant partisan lui... des talibans lorsqu’il était conseillé de Rumsfeld ! ! Du waterboarding à la charia, il y a un lien évident sur l’absence des libertés démocratiques ! Negroponte, en Irak, supervisera le second nettoyage de Fallujah, après que quatre mercenaires de Blackwater aient été attaqués (et littéralement dépecés) par la population excédée. Pour arriver à mâter les révoltés, les troupes américaines utiliseront le phosphore blanc à outrance. Et le nier aussitôt, malgré les reportages affligeants notamment de la télévision italienne.

Ça se passait où, ces exactions de Negroponte au Honduras ? Au camp Lepaterique (***), à peine à 16 miles à l’ouest de la capitale, Tegucigalpa. les prisons étant disséminées dans le pays, telle celle d’ Indumil, où fut détenue Ines Murillo. C’est en 1982 seulement qu’on découvira comment se passaient les séances de tortures qu’endureront plus de 184 opposants. Lors de l’exhumation d’un cadavre d’américain, retrouvé par le plus grand des hasards. "Parmi les 14 otages qui ont décrit leur traitement dans des entrevues avec The Sun, le surnom donné à Alvarez, neuf ont dit que les membres du Bataillon 316 fixaient des fils à leurs organes génitaux et envoyaient des courants électriques qui enflammaient tout leur corps. « Ils ont commencé avec du 110 volts", a déclaré Miguel Carias, un dessinateur d’architecture qui a été en captivité avec Nelson Mackay pendant une semaine en 1982. "Puis ils sont allés jusqu’à 220. Chaque fois, qu’ils m’ont électrocuté, je pouvais sentir mon corps sauter et ma bouche se remplir d’un goût de métal." Les anciens membres du bataillon 316, interrogés au Canada où ils vivent et en exil, ont décrit comment les prisonniers étaient presque suffoqués par un masque de caoutchouc serré autour de leur visage. Le masque a été appelé "La Capucha," ou "la hotte." Les femmes ont été violées et ont subi des attouchements, ont précisé les tortionnaires. Le corps de Mackay, qui avait 37 ans et était père de cinq enfants, a montré des signes d’autres tortures. Les agriculteurs qui ont trouvé le corps enterré de Mackay en 1982 et plus tard ont déclaré que ses mains et ses pieds étaient attachés avec une corde et un nœud coulant était autour son cou. Un liquide noir s’était échappé de sa bouche. Les agriculteurs reconnu la substance comme étant de la "criolina », un liquide épais et noir frotté sur le bétail pour tuer les tiques et les mites." J’avais déjà expliqué la technique dans le numéro 14 de cette série, en octobre 2009, il y a plus d’un an maintenant. Voilà quelles ont été les exactions de nazis véritables qu’à encouragé et protégé Negroponte !

En précisant bien que John Negroponte, nommé ambassadeur en Irak en 2004 par G.W.Bush avait... recommencé ce qu’il avait fait au Honduras. Dans un pays où on a réussit à subtiliser des millions de dollars amenés par palette entières à bord d’un C-130 surveillé par de mercenaires ayant à leur tête Tim Spicer, on pouvait se dire en effet que ça allait recommencer. Les membres de sa société de mercenaires se filmeront en train de tirer le samedi soir sur des civils irakiens comme au ball-trap : à part ça, il n’y aurait pas d’idéologie nazie restante chez un ambassadeur ayant couvert ses exactions ? Spicer et sa horde ont bien été les nouveaux chiens de guerre, protégés par tout une machinerie administrative qui en font des irresponsables complets dans les pays où ils sévissent ! Les jeunes soldats US déboussolés ne feront guère mieux, comme l’a si bien montré le film remarquable "Dans la vallée d’Ellah" de Paul Haggis, sorti en 2007.

Le nazisme repose sur le mensonge, on le sait : le dictateur est l’homme le plus intelligent de la terre, c’est un dieu vivant (à la japonaise !) qui ne ne peut faillir. Même dans la défaite, on va lui trouver des circonstances atténuantes toutes trouvées. Les défaites sont des victoires, les opposants des terroristes juste bons à être fusillés, et quand les SS massacrent, ils rejettent la faute sur d’autres ou nient. Plus de soixante ans après, il y en a pour dire de même, c’est aussi cela qui est affligeant. Sous Negroponte, en Irak, on va faire de même, et nier les pires massacres, enterrés dans les archives de l’armée, et que montrent aujourd’hui les révélations de Wikileaks. Les nazis verrouillaient en priorité l’information : les communiqués de guerre ne pouvaient qu’être victorieux. Les américains ont fait de même en Irak en niant les pires massacres, dont ceux de Fallujah, à deux reprises. Nier les massacres, ou en fabriquer pour mieux faire porter le chapeau à l’adversaire. Et en ce moment, il semble bien que le scénario soit en cours.

En cours dans le Nord du pays. Une région "tiripartite" à l’équilibre instable brisé par l’arrivée des américains : "Si la politique menée actuellement se poursuit, nous allons connaître de graves problèmes", martèle Rakan Saeed, le vice-gouverneur arabe. Située à plus de 200 kilomètres au nord de Bagdad, Kirkouk est principalement composée de trois grandes communautés, les Arabes, les Kurdes et les Turcomans, qui se disputent cette province riche en pétrole. Sous Saddam Hussein, les Arabes étaient favorisés, mais, depuis l’invasion américaine en 2003, les peshmergas – les miliciens kurdes – y ont déployé leurs unités dans le but avoué d’intégrer la province à la région autonome du Kurdistan. Arabes et Turcomans s’y opposent fermement". Or qu’à dit à ce propos Negroponte en mars 2006 ? Que ’explosion d’un conflit entre chiites et sunnites au Proche-Orient en cas de guerre civile en Irak "est une possibilité". Connaissant l’oiseau, le rpi des coups tordus dans les pays où il a sévi, on pouvait fort craindre de sa part une ingérence."Il a reconnu que l’Iran pourrait être tenté de s’engager aux côtés des chiites irakiens et l’Arabie Saoudite et la Jordanie aux côtés des sunnites," nous dit l’agence relatant ses propos alarmistes. Mieux encore : bizarrement, Negroponte a décrit voici quatre ans ce qui se passe aujourd’hui, ce qui est assez confondant : "On pourrait voir un conflit exploser entre les mondes sunnite et chiite par exemple, a-t-il estimé. Nous avons des indications que l’Iran a déjà des liens assez étroits avec des éléments extrémistes chiites en Irak". Les deux responsables du renseignement américain ont affirmé qu’il n’y avait pas encore de guerre civile en Irak. La situation reste cependant "très fragile", a dit le général Maples. "Davantage de violence (...) aurait un impact très significatif sur la situation en Irak", a-t-il ajouté"...

Or dans la région, d’avoir favorisé les Pershmergas, les USA l’on fait, ouvertement : "dans cette bataille politique, les Kurdes semblent prendre l’avantage. Un nouveau plan de sécurité prévoit d’intégrer lespeshmergas dans des unités mixtes au côté des militaires américains et irakiens. Cette initiative provoque la colère des partis arabes et turcomans. En effet, la milice kurde ne devrait pas opérer dans cette province sous contrôle de l’armée nationale. « Tous les jours, il y a des assassinats, des bombes artisanales qui explosent ici, cette mesure nous conduit au conflit », regrette Rakan Saeed. Il y voit aussi un complot", disait-on en janvier dernier dans la Croix. Les élections passées, rien ne bouge, alors autant fabriquer un clash avec les arabes, notamment. Le meilleur moyen étant de les rendre responsables d’exactions ou de massacres, par exemple sur une communauté religieuse.Autant prendre la plus attaquée, déjà.

On parle beaucoup en ce moment de massacres de chrétiens en Irak. On a pu en voir l’accélération soudaine et les effets monstrueux. Leur apparition soudaine dans de pareilles proportions défie l’entendement. Même sous Saddam Hussein ils ne s’étaient pas sentis persécutés, plutôt acceptés sinon tolérés qu’autre chose. Depuis 2003, les menaces pressantes ont néanmoins fabriqué un réel exode, que l’on chiffre aujourd’hui à 160 000, avec des épisodes marquants comme l’assassinat de l’évêque chaldéen Paulos Faraj Rahho, enlevé le 29 février 2009 et son corps retrouvé " dans une décharge de la périphérie de Mossoul", le 16 mars. On n’a jamais su s’il s’agissait d’un enlèvement mafieux ou véritablement islamiste : il n’y a pas eu de revendication, et la piste de simples voleurs a longtemps tenu la corde. Sur l’ampleur de ces récents massacres, un député irakien, Mohammed Al-Dayni, un sunnite, a exprimé récemment une bien étrange analyse. Il faut dire que l’homme lui-même avait déjà été accusé de posséder son propre groupe de miliciens pour régler ses comptes. Ancien Baassiste, il ne faut pas prendre ce qu’il dit pour argent comptant non plus. Mais ce qu’il a noté ne laisse pas indifférent.

Le gouvernement (shiite) irakien de Maliki avait en février 2009 obligé à faire demi-tour à son avion l’emmenant en Jordanie, à ce prétexte qu’il n’avait pas réussi à prouver pour autant. Mais Al-Dayni, avait réussi à fuir, laissant son chef de la sécurité, Alaa Khairallah Hashim, et Ryadh Ibrahim al-Dayni, son neveu se faire arrêter à sa place. Les deux auraient avoué que leur chef était responsable du parlement le 12 avril 2007 par un kamikaze. Réponse de l’intéressé : "des aveux obtenus sous la torture"Il faut dire que juste auparavant, le remuant député avait dénoncé l’existence d’au moins 400 prisons secrètes gérées par le gouvernement irakien, où l’on torture et où on exécute dans les conditions que l’on sait, que derrière Maliki il y a l’Iran qui dicte sa politique mais qu’aussi ce gouvernement a recours depuis longtemps... à des escadrons de la mort, dont il se sert pour monter les factions les unes contre les autres. Réfugié en Jordanie, son immunité levée, Al-Dayni se fera arrêter le 10 octobre 2009 à Kuala Lumpur International Airport, en Malaisie, avec un faux passeport : il est en attente d’extradition depuis. La fiabilité de sa parole n’est donc loin d’être assurée.

Mais que vient-il d’ajouter, ce Mohammed Al-Dayni ? Qu’une vaste opération est en cours, selon lui pour chasser les chrétiens de Mossoul au nord du pays. Cela, on vient effectivement de s’en apercevoir dans l’effroi des scènes qu’ici certains sont immédiatement venus commenter en visant bien entendu l’habituelle nébuleuse, relayée par les médias US en mal d’explosions d’imprimantes. Et Al-Dayni de relever une chose assez étonnante à vrai dire : au début d’octobre, John Negroponte est venu quelques jours en Irak. L’homme est tellement sulfureux et ses déplacements jonchés de cadavres que pour l’observateur sunnite ça ne fait pas un pli : les chrétiens chassés de Mossoul, il y est pour quelque chose, et selon lui ce sont même des milices kurdes peshmerga qui s’en chargent. Selon lui toujours, ce sont quelques 2500 familles chrétiennes d’Irak du nord qui ont déjà été expulsées de leurs habitations. Ceux qui l’ont fait n’avaient rien d’islamistes selon Al-Dayni : ils sont arrivés dans des véhicules de l’armée irakienne, dans lesquels étaient les milices peshmerga. Comme pour Sabra et Chatila, les troupes de la cohalition encore présentes ne sont pas intervenues.... un scénario déjà vu dans l’histoire donc. Un laisser faire qui équivaut à un assentiment. Mais qui passe inaperçu : des escadrons de la mort, en quelque sorte. Façon Negroponte, âme damnée s’ll en est.

Peut-on croire pour autant Al-Dayni, qui a fui son pays quand il s’est vu accuser ? Certainement pas de prime abord, mais son propos dérange en raison du lourd passé de Negroponte. Et le problème de la visite impromptue du plus grand responsable d’escadrons de la mort au monde n’est pas faite non plus pour rassurer, et jette le doute sur ce soudain embrasement anti-catholique dans un endroit où existent déjà trois factions qui ne peuvent s’entendre : s’est-on servi des chrétiens comme bouc-émissaire ? Peut-être bien. L’empressement à voir apparaître le communiqué d’Al-Qaeda déclarant les chrétiens "cibles légitimes" m’avait paru bien suspect : c’était encore une fois le site d’appels au djihad SITE qui avait battu tambour pour l’annoncer avec fracas. Al-Gadhan ne faisant plus du tout recette, le Yemen prenant trop lentement le relais, il fallait bien se trouver un événement sanglant pour faire repartir la haine. A noter que le carnage de la cathédrale Sayidat al-Najat a aussi entraîné la mort de sept policiers irakiens, dont l’entraînement insuffisant est décrié depuis longtemps maintenant. Dans les témoignages du massacre, d’étranges propos : "Ils ont fait irruption en pleine messe. "Des hommes, portant des habits militaires, ont pénétré dans l’église avec leurs armes et ont immédiatement tué un prêtre. Je me suis réfugié dans une petite salle où se trouvaient quatre autres fidèles", a raconté un otage, âgé de 18 ans, qui n’a pas voulu donner son nom. « Peu après, deux des hommes armés sont entrés dans la pièce, ont tiré en l’air et sur le sol, blessant trois personnes, puis nous ont poussés dans la nef. Il y a eu ensuite des échanges de tirs et nous avons entendu des bruits d’explosions. Des vitres sont tombées sur les gens », a-t-il ajouté." Des islamistes déguisés en militaires ? Une attaque à la Mumbaï serait-on tenté de dire ! Le lendemain ; ne cherchez pas plus loin : à la simple interrogation sur les chrétiens en Irak, l’internet débitait partout le même texte avec la même phrase censée attribuée à Al-Qaeda. Dans les sites d’extrême droite, une seule version du phénomène. Celle de l’analyse de l’affaire par les neocons , "avec ces islamistes sanglants, on peut tout craindre ma foi" : le credo habituel. Negroponte, bizarrement, n’a jamais cessé de se rendre en irak : en 2006, en 2007, en 2008, en 2009 et en 2010. En 2006, déjà, c’était pour aller admirer les restes des victimes d’escadrons de la mort  ! Incoyable, mais vrai ! Une obsession chez lui, sans aucun doute ! "Les victimes montraient des traces de torture", indique NewsMax, "une pratique courante chez les extrémistes religieux", ajoute-t-il... En 2009, il était aussi au Honduras.... juste avant le coup d’état ! Il y avait rencontré Roberto Micheletti, président du Congrès du Honduras, qui a renversé Manuel Zelaya, le président de la République... Décidément...

Dans le JDD, des précisions sur les persécutions : "Jamal, 26 ans, est arrivé à Paris avec sa mère, grièvement blessée lors de l’attaque de la cathédrale : une balle lui a traversé l’abdomen. Le jeune homme a le visage blême de celui qui ne dort plus depuis des nuits. Ce dentiste, comme sa mère et son père (assassiné en 2005), décrit dans un anglais parfait un quotidien fait de peurs et de paranoïa qui a contraint tant des siens à l’exode. De 45.000 en 2003, les chrétiens de Bagdad ne sont plus que 150 000 aujourd’hui. "Dans la rue, tu les entends insulter le Christ et la Vierge Marie. On te dit qu’on va te tuer. Qu’on te connaît, qu’on sait où tu habites, où tu travailles. Tu ne peux plus faire confiance à personne." Mercredi dernier, 13 bombes et deux obus de mortier ont encore visé des maisons et des magasins appartenant à des chrétiens, faisant six morts et 33 blessés". Il y a bien une tension fabriquée quelque part : or elle correspond surtout aux dons pour la futurologie de 2006 de John Negroponte, artificier du continent sud-américain pendant plus de trois décennies maintenant. Le même individu venu saluer en son temps un Musharraf confronté au même problème !! Partout où il passe, des bandes étranges viennent déstabiliser le pays après son départ !

Voilà ce que j’avais écrit de l’étrange visite de Negroponte au Pakistan : Ce qu’on sait moins, c’est que derrière Hayden il y a John Negroponte, qui était venu le 7 novembre 2007 déjà régler quelques "détails" sur place. Une fois Bhutto assassinée, ce même Negroponte arrive une nouvelle fois, alors qu’il n’est déjà plus à la tête de la Direction du renseignement national (DNI) depuis le 4 janvier 2007, date à laquelle il a été remplacé par Mike McConnell. Negroponte a été depuis trente ans dans tous les coups tordus de la CIA : Honduras, Nicaragua, les "contras" en Iran, le Mexique... Ses nombreux séjours au Pakistan et son poste actuel d’assistant direct de Condoleeza Rice en font le candidat rêvé au titre d’espion en chef dans le pays. Et d’organisateur des basses œuvres, y compris les pires. Surnommé "l’ambassadeur des escadrons de la mort", il pourrait être le coupable véritable tout trouvé pour l’assassinat commandé de Benazir Bhutto, pourtant soutenue par les Etats-Unis... mais qui auraient pu se raviser devant les exigences de Musharraf." Et c’est le même qui visite l’Irak un mois à peine avant le dernier massacre de chrétiens ! 

Que s’était-il passé au Pakistan dès 2002 ? Ceci : "Dès 2002, un communiqué de l’armée pakistanaise affirmait qu’à Wana, des talibans avait fait circuler une liste de 120 personnes susceptibles de travailler sur place, avec la CIA, et donc de les menacer de mort. Dès 2002 déjà, la piste était déjà l’objet de suspicions sur son usage éventuel. Les défenses s’expliquent : récemment, le 16 mars dernier, une offensive talibane avait consisté à l’attaque d’un "fort paramilitaire"... selon la terminologie officielle pakistanaise. "Paramilitaire" reste à définir dans ce jargon : pas une base officielle pakistanaise, donc... et peut-être bien une base... privée ou de la CIA américaine. Le vocabulaire des communiqués révèle bien des surprises à qui sait les lire attentivement. Wana, avec sa piste unique et son enceinte close et gardée, est bien l’endroit idéal pour lancer des Predators. " Depuis, les offensives se sont multipliées, on le sait. Toujours au même prétexte éculé de la chasse au Ben Laden invisible. Il est quand même étrange qu’à chaque fois que passe quelque part Negroponte, on parle juste après d’exactions ou de massacres. Les américains, sont peut-être en train de découvrir que des nazis d’adoption minent leur politique extérieure depuis des années : Negroponte, qui a toujours été si proche des activités de la CIA en est le prototype parfait. Les 300 nazis recrutés ont déteint, c’est une évidence aujourd’hui plus que jamais : en 2006, année où Negroponte nous annonçait que l’Irak allait tomber dans une guerre civiile, obligatoirement, le département de la justice US alors dirigé par un faucon notoire tentait de dissimuler un rapport expliquant que les nazis étaient dans le pays, cachés au sein de la CIA depuis plus de 50 ans. Désolé, mais j’ai du mal à croire à une simple coïncidence. En 2003, alors qu’il était en poste comme ambassadeur l’ONU, Negroponte s’en était pris violemment à Hans Blix qui venait de conclure que Saddam Hussein n’avait aucune arme de destruction massive. Logique de le retrouver derrière Colin Powell en train de tromper tout l’ONU avec sa fausse fiole à anthrax et son Powerpoint à images fabriquées  ! Quelques semaines plus tard, les américains déployaient leur panoplie : napalm, phosphore blanc et obus à l’uranium. Des troupes de Saddam, dans des tranchées, lors de la première guerre du Golfe, en 1991 avaient été bulldozerisées vivantes (****), et lors d’une de leurs retraites, on utilisera on ne sait encore quelle arme pour tout incendier et tout volatiliser... le long de l’autoroute 80 qui mène au Koweit. Qu’a-t-on donc testé ce jour là ? L’Irak a eu ses Oradour, et l’attitude d’un Negroponte ne doit pas y être étranger, à être revenu aussi souvent sur le lieu de ses crimes : mais il y aura-t-il un jour quelqu’un pour le dire plus haut et plus fort (*****) ? 
 

Il y a quelques années un photographe avait surpris Negroponte venu admirer un tableau de Picasso : ça ne pouvait être que Guernica, bien sûr...

 
(*) Albert Wohlstetter, l’homme de la Rand Corp, l’un de ceux qui a théorisé la suprématie obligatoire des Etats-Unis pour la survie d’un complexe militaro-industriel qui n’avait pas d’autre solution que de provoquer des guerres pour survivre ! L’homme qui commençait un jour un textepar "je suis favorable aux proposition de réduction des armements" pour conclure que ça n’était pas possible tant que l’URSS existerait. Bien entendu, certain de l’anticommunisme primaire de ces concitoyens, il pouvait donc compter sur un accroissement des dépenses d’armement : il suffisait pour ça de diaboliser davantage les russes. Aujourd’hui, on agit de même avec les talibans, qui ne représentent rien au seul point de vue militaire, mais sont en passe de gagner leur pari comme les Viet-Congs ont pu le faire jadis.
 
(**) ou visiblement d’autres individus se sont entraînés. Les membres du cartel de Zutas, l’un des plus violents du Mexique aujourd’hui. Deux de ses leaders, Heriberto Lazcano, connu sous le pseudo de Z-3 et Miguel Trevino surnommé Z-40 y ont séjourné eux aussi nous apprend la presse américaine ! On pense que près de 500 soldats mexicains on été formés à la lutte anti-drogue et aux techniques de lutte contre le terrorisme avant de devenir pour certains... trafiquants !
 
 
(***) où comme par hasard ce sont entraînés Triple Canopy et Blackwater...
 
(****) par les troupes commandées notamment par "le lieut. général Thomas Rhame, qui sera membre du Defense Security Assistance Agency, de septembre 1993 à août 1997 : Au cours de son mandat, Rhame aouvert le robinet de financement pour subventionner des offres pour les anciens régimes communistes en Europe de l’Est. Rhame avait bien essayé une retraite directe après la sortie de l’armée, mais il a dit "vous ne pouvez jouer au golf autant de jours dans la semaine ". Très vite, il a pris une position de vice-président de l’Association of the United States Army, un organisme privé qui a fait pression sur les gouvernements pour maintenir "une défense nationale forte".
 
(*****) fort ironiquement, le rapport de 2006 cite l’un des premiers films qui avait discrètement abordé le sujet : le superbe Marathon Man... de John Schlesinger avec Dustin Hoffman, et Laurence Olivier, sorti en 1976 sans que la presse US ne fonde pour autant sur le sujet ! Sa célèbre réplique, "Is it safe ?" est encore dans toutes les mémoires... Guantanamo avait été décrit bien avant...
 
le document révélé par le NYT :
http://documents.nytimes.com/confidential-report-provides-new-evidence-of-notorious-nazi-cases?ref=us#p=1
le document complet de la RAI sur Faloujah :
WMV (mb 45)
 
 

Documents joints à cet article

De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé De Victor Jara à Guantanamo (57) : une petite partie du voile levé

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 11 décembre 2010 08:15

    outre quelques anciens Nazis, l’oncle Sam a egalement soigne quelques criminels de guerres japonais.

    la guerre froide, deja serieusement engagee avant Yalta, a eu bon dos


    • asterix asterix 11 décembre 2010 13:47

      Morice, c’est un petit WikiLeaks à lui tout seul.


      • morice morice 11 décembre 2010 15:30

        si je ne pouvais que servir à ça, j’en serais ravi. 


      • Tall 11 décembre 2010 14:07

        Jamais vu un auteur aussi obsessionnel que ce « morice »

        C’est vraiment un humain, ça ?

        • morice morice 11 décembre 2010 15:34

          Jamais vu un auteur aussi obsessionnel que ce « morice »


          on vous ressort tous vos posts avec les allusions au sexe, à l’homosexualité ou l’islamophobie ? Question obsédé, je suis semble-t-il largement battu. Par votre achernement également sur ma personne et non sur mes propos.

          Pour info, sachez qu’aujourd’hui, des gens très bien placés viennent de s’en remettre à mes conclusions de 2008 sur le Bulgaled Breizh. Et ça, ça ne peut que vous clouer le bec.


          mon article :

          remarque de Mr Allard sur l’article :

           @ l’Auteur : Remarquable. Vous êtes de ceux qui vont rendre ce monde plus transparent. Il va devenir de plus en plus difficile au pouvoir d’être « celui qui ne voit pas ce que tout le monde voit », quand on s’apercevra que tout le monde regarde..." 

          Pierre JC Allard

        • Tall 11 décembre 2010 16:01
          n’importe quoi ...

        • djanel Le viking- djanel Le viking- 11 décembre 2010 16:47

          .


          Pauvre Talleuh. N’empêche, il t’a cloué ton bec de canard boiteux sur ta planche à repasser tes inepties.


        • Tall 11 décembre 2010 19:12

          ben voilà, mon p’tit canard du nord

          tu viens d’avoir l’iilustration en live de la modération protégeant morice du discrédit
          alors, « clouer le bec » des gens comme ça ... c’est pas trop dur ? non ?


        • Tall 11 décembre 2010 20:21

          tiens, j’ai signalé un abus sur le post de morice où il veut me faire passer pour un malade sexuel

          vu qu’on m’a censuré pour bien moins que ça, j’attends de voir

        • Tall 11 décembre 2010 21:11

          ben voilà, cqfd ...


          allez, salut les clowns

        • morice morice 11 décembre 2010 15:35

          « 3 lecteurs a cette heure ci pour morice.. »

          la quatrième, je préférerais m’en passer....

          • ELCHETORIX 11 décembre 2010 15:40

            non kronfi , on est fidèle au post , on lit , on apprécie , surtout , que l’auteur ne noie plus ses articles avec trop de liens , très informateurs , par ailleurs !
            non , t’inquiètes , la « caravane passe et les chiens aboient .... »
            RA .


            • morice morice 11 décembre 2010 16:07

               « surtout , que l’auteur ne noie plus ses articles avec trop de liens , très informateurs , par ailleurs ! »


              bon alors comme ça informe j’en remettrai plus la prochaine fois.

              • djanel Le viking- djanel Le viking- 11 décembre 2010 18:12

                Pour Morice et aussi pour clouer le bec à Tall

                .

                Comme je sais que tu n’aimes pas le Réseau Voltaire, je crains que tu ne veuilles pas cliquer sur ce lien ici mais comme le texte est court, je te le donne en copier et coller. Normalement, tu devrais te sentir réconforter par ce texte qui confirme tes jugements sur Négroponte. 

                Tu n’es pas seul car deux éleveurs de chevaux ont intérompu un discours de Négroponte pour l’accuser d’être un criminel de guerre.


                « Le superpatron du renseignement états-unien, John Negroponte, se voit rappeler son passé de criminel de guerre par des manifestants 

                « En ce début de juin, dans l’Etat du Vermont, John Negroponte, le superpatron du renseignement américain (National Intelligence Director) devait tenir le discours d’ouverture de la cérémonie de remise des diplômes de la célèbre université privée St. Johnsbury Academy, qui forme traditionnellement les futures élites WASP (White Anglo Saxon Protestant) de la classe dirigeante états-unienne.

                Son discours a été interrompu à deux reprises par des membres de l’assistance. Quelques instants après avoir pris la parole, Michael Colby, un éleveur de chevaux local s’est levé et a crié « Au nom de la démocratie je m’oppose à ce que cet homme soit autorisé à parler dans cette assemblée. Il a du sang sur les mains de l’époque où il exerçait en Amérique Centrale et en Irak. Il ne devrait pas être debout derrière ce pupitre, il devrait être en prison, c’est un criminel de guerre. » Colby a été emmené par la sécurité et remis aux policiers a l’extérieur.

                Alors qu’on emmenait Colby, Negroponte a dit, « [Maintenant c’est mon tour de parler. » Mais avant de pouvoir continuer son discours, Boots Wardinski, un autre éleveur s’est levé et a crié , « Non ! C’est mon tour ! Quand le directeur de l’école nous a présenté Negroponte, il a oublié de nous parler de toutes les personnes qui ont été torturées, tuées et violées sous le commandement de Negroponte au Honduras. Vous devriez avoir honte de rester assis et d’écouter cet homme parler. »

                par Grégoire Seither.


                • morice morice 11 décembre 2010 18:16

                  omme je sais que tu n’aimes pas le Réseau Voltaire, je crains que tu ne veuilles pas cliquer sur ce lien icimais comme le texte est court, je te le donne en copier et coller. 


                  je n’apprécie toujours pas le réseau Voltaire, mais votre contribution est excellente. 

                  le " Vous devriez avoir honte de rester assis et d’écouter cet homme parler. »

                  est exactement comment il devrait être traité : en ce sens Wikileaks est salutaire !


                  • OMAR 11 décembre 2010 19:08

                    Omar 33

                    Morice :"Plus de 300 nazis auraient trouvé refuge auprès de la CIA, ...

                    Franchement, Morice, vous avez encore des doutes sur la duplicité, l’hypocrisie et l’immoralité des dirigeants américains ?

                    Que ne feraient-ils pas pour un dollar troué ?

                    Pensez-vous par exemple, que le soutien inconditionnel qu’ils accordent à Israél est basé sur des valeurs humaines, spirituelles ou de justice ?

                    Si le Diable apparaitrait, il serait américain...


                    • morice morice 11 décembre 2010 20:31

                      « On a les soutiens que l’on recherche »


                      vous êtes donc mal barré ici, à voir les vôtres..

                    • voxagora voxagora 11 décembre 2010 20:03

                      Plus de 300 nazis dans les bras de la CIA,

                      et ils nous sortent le passé de la SNCF, il faut le faire !

                      • morice morice 11 décembre 2010 23:32

                        Voxagora

                        C’est le business.....pas de cadeaux.....tous les coups sont permis


                        vous reconnaissez agîr en troll....


                      • voxagora voxagora 12 décembre 2010 12:24

                        ? ?????????????????????????????

                        Je ne suis pas Calmos.
                        .

                      • Annie 11 décembre 2010 20:40

                        Le rôle de Negroponte au Nicaragua en 1983 est bien connu. Je peux en témoigner, comme du rôle de la CIA dans l’établisssement d’escadrons de la mort en provenance du Honduras.


                        • morice morice 11 décembre 2010 23:33

                          Je peux en témoigner, 


                          écrivez-le nous en article, ça intéresse tout le monde, enfin tous sauf la bande de décérébrés habituels.

                          • Annie 14 décembre 2010 12:47

                            Désolé Morice,
                            Mais ce ne serait « qu’anecdotal ». Encore que j’ai quelques noms d’agents de la CIA (simple déduction de ma part, bien sûr), qui faisaient des apparitions soudaines au Nicaragua, et cela après avoir traversé à pied la forêt bordant la frontière avec le Honduras. Il faut savoir que tout détenteur d’un passeport avec le tampon du Honduras ne pouvait pas se rendre au Nicaragua et vice-versa dans les années 80. Il fallait pour cela deux passeports différents.


                          • duane 11 décembre 2010 23:50

                            Salut momo

                            Je te cite : "Pour info, sachez qu’aujourd’hui, des gens très bien placés viennent de s’en remettre à mes conclusions de 2008 sur le Bulgaled Breizh. Et ça, ça ne peut que vous clouer le bec."

                            Hoppala ! ça va les chevilles ? Pauvre vieux, va !

                            Et à part copier/coller frénétiquement à partir de google, ta Très Petite Entreprise d’informatique, elle existe toujours ? Le dernier RDV avec ton expert-comptable, ça remonte à quand ?

                            Cordialement.

                            Un petit canard versaillais smiley


                            • Pyrathome pyralene 12 décembre 2010 15:08

                              Et oui morice, les néo-nazis ont fait leur lit depuis plus de soixante ans, tel le Phénix renaissant de ses cendres, une doctrine sournoise très en vogue à notre époque avec une façade démocratique complétement délabré qui ne va pas tarder à s’écrouler.....et montrer son vrai visage de monstre puant, dégoulinant de haine et de cupidité !
                              Les bouc-émissaires ont changé et les victimes sont devenus bourreaux.....mais la finalité est exactement la même.... 
                               «  ein Volk, ein Reich, ein Führer »......le futur NWO !...


                              • Laureline 12 décembre 2010 18:07

                                 

                                Les articles soumis sont systématiquement examinés et validés par un comité de rédaction composé de « modérateurs ».

                                Chaque article est lu par plusieurs modérateurs : celui-ci est publié s’il obtient le quorum nécessaire de voix approuvant sa publication

                                Cette modération a pour fonction principale de filtrer les articles qui ne rentrent pas dans le cadre de la politique éditoriale (les articles commerciaux, les simples dépêches d’actualités copiées, les positions très provocatrices, les diffamations volontaires ou involontaires etc.), et de garantir par là même une qualité d’information argumentée et une expression citoyenne.

                                Un article soumis passe donc 3 filtres différents. Ces filtres ont pour fonction d’assurer la qualité des éditions AgoraVox :

                                < !—[if !supportLists]—>1-< !—[endif]—>L’article soumis est voté par les modérateurs

                                < !—[if !supportLists]—>2-< !—[endif]—>Si l’article a obtenu le quorum nécessaire de voix approuvant sa publication, l’Equipe AgoraVox fait les dernières vérifications nécessaires, s’assure des éventuels problèmes juridiques, finalise la mise en page et publie l’article en ligne.

                                < !—[if !supportLists]—>3-< !—[endif]—>Une fois l’article publié, chaque lecteur agit comme filtre, il peut voter l’article et surtout il est libre de le commenter et d’apporter ainsi des corrections et des informations complémentaires.

                                 

                                Question : Certains auteurs sont-ils publiés sans passer par ces filtres ?

                                http://www.agoravox.fr/qui-sommes-nous/article/le-comite-de-redaction-8843

                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès