• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Découverte d’un site archéologique exceptionnel à Bure

Découverte d’un site archéologique exceptionnel à Bure

L’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a dernièrement annoncé avoir découvert un site archéologique exceptionnel pour la période couvant le Néolithique lors des diagnostics entrepris en 2016 sur plus de 300 hectares à Bure et à Saudron.

Or c’est précisément là que l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) entend construire son centre d’enfouissement des déchets nucléaires les plus dangereux.

Les équipes scientifiques de l’INRAP soulignent l’intérêt historique du site qui correspond à une enceinte datant du quatrième millénaire avant Jésus-Christ. D’une superficie de 35 hectares, celle-ci est sans équivalent dans tout le quart Nord-Est de la France. Ce type de structures de plateau reste rare et pratiquement inconnu des archéologues. C’est la raison pour laquelle l’enceinte de Bure-Saudron constitue une opportunité unique d’étudier une très grande enceinte néolithique et d’en savoir enfin plus.

Malheureusement, la demande des archéologues de fouiller le site dans son intégralité a été partiellement refusée par la Sous-Direction de l’Archéologie (SDA), alors que la Commission Interrégionale de la Recherche Archéologique (CIRA) avait donné son feu vert. Considérant la demande comme « excessive », la SDA a ainsi seulement autorisé la fouille intégrale du fossé. La surface interne du site ne pourra quant à elle être fouillée que sur un quart de la superficie du site.

Les archéologues fustigent cette décision qui anéantit toute possibilité d’étude et de compréhension de l’espace interne d’une grande enceinte néolithique alors que la loi est censée protéger le patrimoine enfoui. Afin d’empêcher la destruction programmée du site, une pétition a été mise en ligne.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 18 juillet 09:05

    Ah la France du futur avance....vers son anéantissement avec sa connerie !


    • robert 18 juillet 10:57

      @bob14
      abrrrrrruti


    • bob14 bob14 18 juillet 11:50

      @robert...en effet ce mot vous va comme un gant !


    • alain_àààé 18 juillet 11:04

      excellent article mais vous me faites rigolé vous les représentants d association et les élus vous ne faites jamais rien pour l archéologie car je suis archéologue amateur ou j ai fait des fouilles sur le T G V de lille 59 ou ou les élus ont faits détruire des sites pour raison personnelles.j ai aussi fait des recherhces en picardie ou chaque année on faisait des fouilles sur des champs de blé aprés les cultures et au bout de2 mois de fouilles il fallait remettre les champs en l état ;ET SA continue en bretagne ou les élus ne veulent non plus investir sur des sites importants.alors arrété de vous plaindre.VOUS feriez mieux de faire des campagnes pour les sites archéologiques et que nos enfants puissent eux aussi en profité en cas de visite de chantiers


      • eric 18 juillet 11:05

        L’Inrap fait, entre autre, des trucs geniaux. Perso, je suis fan des docu sur la base de leur travaux. Mais c’est aussi une administration qui a trouve les moyens de bosser en roue libre. L’INRAP taxe direct les entrepreneurs prives ou publics. D’apres les rapports, il a eu longtemps tendance a une inflation des effectifs et des budgets.

        On sait ce que sont la recherche, l’enseignement et la fonction publique (tendance historique a la titularisationa l’Inrap depuis le,changement de statut), notamment intellectuellement, ideologiquement et politiquement.

        La concomittance entre la construction d’un centre d’enfouissement a des centaines de m sous terre, la,decouverte d’un truc unique, la necessite de l’expertiser d’urgence sur une telle surface..... tous cela interpelle.


        • cathy cathy 18 juillet 11:47

          Pauvre Lorraine !


          • ppazer ppazer 19 juillet 08:19

            @cathy
            Vous ignoriez tout de ce site jusqu’à présent : donc rassurez-vous, cela ne changera strictement rien à votre vie.
            Bien à vous.



            • ppazer ppazer 19 juillet 08:18

              Faut vivre avec son temps.


              • Sozenz 20 juillet 19:41

                @ppazer

                perso , j ai un peu de mal à vivre à l ère du connard ^^


              • guiguitor 20 juillet 08:55

                La SDA a autorisé la fouille intégrale du fossé, d’un quart de la superficie interne du site... et il existe une zone réservée qui permettrait d’étendre les fouilles au besoin !


                Tempête dans un verre d’eau...

                • JC-van-Dale JC-van-Dale 30 juillet 17:41

                  Bonjour,

                  Il n’est pas très étonnant que les plus hauts services de l’« Archéologie » d’état, ne favorisent guère les recherches sur ce type de site site bien trop sensible d’un point de vue historique, et notamment sur des découvertes qui auraient tendance à remettre en question des pans entiers de l’Histoire de notre Belle Nation. (Voir l’épisode « Glozel »)

                  Cela dit, permettez-moi un léger éclairage sur l’Histoire de cette Belle région du grand-Est, et de la jolie ville de Metz en particulier : 
                  Depuis l’invasion romaine jusqu’à Charlemagne, l’histoire est muette sur le rôle des femmes, et, du reste, très mal renseignée sur celui des hommes. On nous cache une époque qui fut la transition entre l’ancien régime gynécocratique et le nouveau régime masculiniste. C’est pendant ce temps que se substitua un monde à un autre.
                  Dans la seconde moitié du IIIe siècle, les empereurs gallo-romains choisirent Trêves pour leur résidence, et la magnificence qu’ils déployèrent éclipsa la modeste, mais solide antiquité de Divodurum devenue Metz. C’est une capitale, le centre de la Médiomatrice. Elle resta l’ancienne capitale de l’Austrasie, la ville principale et la meilleure forteresse de la Haute Lorraine demeurée fidèle aux institutions féministes. Et la Lorraine fut le centre du Monde. Les Romains diront avec dédain que la Celtide fut une des divisions de la Gaule, du temps de César. Ils ne diront pas que ce fut l’empire mondial, le berceau et le centre de la vie de l’esprit. En réalité, le berceau de la civilisation primitive et de la langue mère était la région celtique comprise entre trois fleuves : l’Escaut, la Meuse et le Rhin. Elle comprenait la Belgique méridionale (le pays flamand, Gand, Bruges, Ostende n’y étaient pas compris, mais Valenciennes, Cambrai et les villes comprises entre l’Escaut et la Meuse en faisaient partie) ainsi que le Luxembourg, les Ardennes, la Lorraine, la Hollande méridionale et ce qui était la Prusse jusqu’au Rhin. Si les Lotharingiens aux vastes pensées et aux mains débonnaires ne purent maintenir la Lotharingie, qui donc sauva la Lorraine de l’oubli, y conserva l’idéal ? Les auteurs masculins ne savent pas, ils cherchent les origines de la Haute Lorraine et les trouvent obscures, parce qu’on a voulu cacher toutes les filiations pour ne pas arriver à la Déesse. Ils ne veulent pas connaître les époques de foi naïve et forte ; alors, comment comprendre l’enthousiasme des Lorrains pour la défense des institutions celtiques ?
                  Cordialement.

                  • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 30 juillet 19:51

                    Merci de votre commentaire, très belle mise en perspective historique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès