• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des chercheurs d’or dans Paris

Des chercheurs d’or dans Paris

Il y a ceux qui voient Paris comme dans les photos de Robert Doisneau et qui auraient souhaité que rien ne change depuis les années 40 et un pittoresque évoquant une ville n'ayant en somme jamais existé (NB : je n'aime pas du tout Doisneau). Ce Paris là n'était pas des plus agréables non plus, il sentait la pisse des clochards, les odeurs de choux brûlé. On entendait les gueulements des voisins et les moins fortunés pouvaient s'entasser à sept dans une trentaine de mètres carrés.

Il y avait certes des compensations, les milieux se mélangeaient, les parisiens riches et bourgeois, les précaires et le « populo » se croisaient parfois. Les mêmes ne voient qu'un Paris patrimonial, des « vieilles pierres » qui dans la capitale ne le sont pas tant que ça datant pour leur majorité d'Haussmann et dont le but premier était déjà d'éloigner le petit peuple du centre-ville.

Ce à quoi la « bobolisation » arrive tout aussi bien à faire, elle est dans la stricte continuation de l'haussmanisation censée domestiquer ce Paris si turbulent...

D'autres perçoivent Paris comme un genre de carrefour de cultures, d'influences et de « diversités » mais des diversités vues comme dans une pub « Benetton » des années 80. Eux se fichent complètement du passé. Étant incultes, cela ne les intéresse pas. Cela nécessite il est vrai de leur part un effort intellectuel qu'ils ne sont en aucun cas prêts à faire et qui freine leur appétence pour des fêtes dites « citoyennes » sans fin, grégaires et décervelant es.

Aucun d'entre eux ne veut voir le véritable Paris, celui du quotidien, celui des migrateurs diurnes du « périph » et des trains de banlieue. Et celui des « chercheurs d'or » parisiens. Ceux-ci sont nombreux, on en voit partout. Ils sont de tous les âges, tous les milieux. Certains ont déjà un bon filon en vue, d'autres n'auront qu'un peu de poussière et deux ou trois particules dans leur tamis. Ils sont à Paris, ils savent que la ville par ces prix, par son mode de vie, n'est pas fait pour eux. Ils n'en ont cure ils passent outre, ils sont venus pour y trouver la célébrité, la richesse. Ils connaissent l'ami d'un ami d'un ami de l'assistant d'une vedette ce qui demain c'est certain leur ouvrira les portes de la gloire.

Econduits, ils ne se mettent même pas en colère, ce n'est rien, c'est que la personnalité connue n'était pas sympa c'est tout. Ils en connaissent une autre l'étant beaucoup plus c'est sûr.

Cela va de cette vieille petite fille en jean taille basse et tennis de gamine à peine pubère son carton de dessins au bras, cheveux nattés en « dreadlocks », la cinquantaine bien tassée. Elle attend le métro indéfiniment en fumant des « roulées », retardant le moment où il lui faudra monter dedans pour rentrer dans le réduit qu'elle habite, retardant le moment où la réalité bien ennuyeuse s'imposera d'elle-même. Elle montre ses œuvres, elle les détaille longuement à qui veut l'écouter. Elle ne veut pas les vendre, elle veut aller à Drouot directement. Et là les maîtres du lieu, éblouis, lui achèteront tout céans. Elle demande trente fois par jour aux voyageurs où il faut descendre pour aller à cette salle de ventes.

Au fond d'elle elle sait sans doute qu'elle rêve, elle s'en défend...

Je pense aussi à cet homme distribuant son livre devant l'entrée de Montparnasse, un livre expliquant les grands secrets du monde actuel, on comprendra tout me dit-il.

Il y a également les « chercheurs d'or » qui trichent. Fils à Papa et Maman, enfants de parvenus, ils s'ennuient terriblement dans la vacuité d'une existence matériellement facile mais intellectuellement et spirituellement complètement creuse. Ils sont persuadés qu'ils ont forcément un don artistique, celui-ci expliquant leur vide intérieur. Ils sentent bien qu'ils ne sont pas fait pour être gérants d'affaires, même de bonnes affaires, juristes ou faire de l'économie.

Ils culpabilisent d'être favorisés, d'être privilégiés. Cela ne les empêche cependant de ne fréquenter que des cafés ou des endroits de détente où ils ne se retrouvent qu'entre eux. C'est bien beau d'être en rupture de ban d'avec son milieu mais les pauvres, les prolos sont quand même bruyants. Ils participent à « Nuit debout » font la fête toute l'année universitaire, le loft de cent mètres carrés de leurs géniteurs est quand même bien pratique pour ça et assurer la fidélité de leurs amis.

Et puis ils finissent tous à un moment ou un autre à rentrer dans le rang se donnant de temps en temps des alibis adulescents et, ou équitables. Cela n'empêche en rien le vagabonage sexuel l'embourgeoisement, il donne même le sentiment d'être encore rebelle et tellement libertaire.

Décrivant ces quelques figures me reviennent celles d'Haïcème ou d'autres, connus durant les années 90. Haïcème s'habillait comme Aristide Bruant, il allait au « café des phares » pour échanger quelques lieux communs pensant philosopher. Il se voyait chanteur réaliste, chanteur poète comme Philippe Léotard qu'il révérait. Ainsi il était moins triste quand il rentrait dans la très belle tour « Défense 2000 » où il habitait avec sa mère en attendant la fortune...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • ZenZoe ZenZoe 13 juillet 19:33

    Très beau texte, très beaux portraits, on aimerait en lire plus. Bravo à vous !


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 juillet 18:17

      @ZenZoe
      Merci smiley


    • Emma Joritaire 13 juillet 21:28

      J’aime bien votre texte, moi aussi, comme ZenZoe, mais faut pas pousser non plus :

      -...ça ne sentait pas la pisse de clochard et le chou brûlé, pas plus que ça ne gueulait chez les voisins et que ça s’entassait à sept sur trente mètres carrés, sur 100 km2.

      Et je peux vous citer au moins vingt films en noir/blanc des années 55 à 65, qui pourrait entrer à la Cinémathèque mémorielle de la France française, de Porte des Lilas à Archimède le Clochard en passant par Mon oncle, Drôle de paroissien, Courte tête. Quand passent les faisans...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 juillet 18:18

        @Emma Joritaire
        Cette France dans ces magnifiques films était une France rêvée, cela ne veut pas dire que c’était la réalité était moins belle que le rêve


      • Emma Joritaire 16 juillet 20:49

        @Amaury Grandgil

        « Cette France dans ces magnifiques films était une France rêvée... »

        Elle a duré vingt ans de plus en province, ça n’avait rien d’un rêve à l’époque. C’était la vie de gens simples, qui vivaient simplement. Et entre eux.

        La France rêvée, c’était alors celle que concoctaient les intellectuels de gauche. Ils ne passaient pas à la télé en ce temps-là. Et leur France rêvée n’était déjà plus la France française.


      • sarcastelle 13 juillet 21:59

        Si vous cherchez de l’or à Paris allez rue Vivienne. Comptez dans les 210 euros le nap. 


        • Fergus Fergus 14 juillet 12:23

          Bonjour, Amaury

          Moi non plus, je n’aime pas trop Doisneau (trop de photos bidonnées), je lui préfère de loin Ronis.

          Très franchement, je n’ai pas très bien compris votre amalgame de population et de générations dans le concept de « chercheur d’or". Non que je ne sache pas que nombre de Parisiens sont en quête de notoriété et de retombées financières, mais je crois que beaucoup se contentent de vivre dans la ville une existence plus ou moins branchée sans être spécialement en quête d’un Graal particulier.

          Pour ce qui est d’Haussmann, son objectif n’était pas (prioritairement) de remplacer les pauvres par des riches, mais de transformer une ville qui était devenue très largement insalubre et où les rues étroites tracées au fil des siècles depuis le Moyen Âge interdisaient de facto la circulation dans un espace urbain moderne. D’où les grands travaux et l’émergence d’un habitat nouveau qui a, en effet, chassé une partie des classes populaires vers les quartiers périphériques, les habitants touchés par ces grands travaux n’ayant ni les moyens d’acheter ni ceux de louer les logements nouveaux.

          C’est le même phénomène qui se produit de nos jours avec la réhabilitation de l’habitat ancien. La volonté n’est pas forcément (du moins pas prioritairement) de chasser les locataires vivant dans les immeubles vétustes. Mais la mise en œuvre de ces importants et très coûteux travaux induit là aussi des départs vers la banlieue de personnes qui n’ont plus les moyens de vivre dans leur quartier, qu’ils aient été logés dans le parc privé ou dans le parc public, les propriétaires - y compris les bailleurs sociaux - ayant engagé des fonds considérables pour transformer ces habitations. On constate d’ailleurs le même phénomène dans toutes les grandes métropoles européennes et régionales. A cet égard, l’exemple du Panier à Marseille est particulièrement significatif de cette transformation.

          Pour en revenir à Haussmann, l’une des meilleures démonstrations de son souci avant tout urbanistique en lien avec la salubrité de la ville a été la décision de fermer toutes les « tueries » anciennes pour implanter des abattoirs modernes dans la capitale. J’ai évoqué cela dans un article intitulé Paris au temps des abattoirs.

          Cordialement.


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 juillet 18:19

            @Fergus
            Dans le livre d’Eric Hazan sur Paris il montre bien que le but était de faire disparaître le Paris populaire et turbulent aussi


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 juillet 18:22

            @Fergus
            Ces gens que je décris cherchent un Paris qui n’a jamais existé, selon la croyance actuelle qu’il vaut mieux être célèbre sans aucun talent et riche ne fût ce qu’un instant que s’épanouir dans un travail là où on est et accepter, et lâcher pris


          • zygzornifle zygzornifle 14 juillet 14:58

            Il cherchent le pognon que Macron a planqué pour ne pas se faire chopper avant de se présenter aux élections..... il n’est pas en France , pas fou le Macron ....


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 juillet 18:20

              Le moinsage de l’article et des coms n’est pas bien grave, il montre juste la nullité intellectuelle des moinseur(es), incapables d’argumenter, de simples haters frustrés pleins de rancoeur, des minables en somme

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès