• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des marrons pour les journalistes

Des marrons pour les journalistes

Quand ils sont en manque d'inspiration, les journalistes aiment à ressortir des sujets-bateaux peu fatigants pour meubler une période creuse ou traiter par la médecine douce une flémmingite aigüe.

Le marronnier le plus simple à reproduire, c'est celui qui traite d'un dossier cent fois rebattu qui permet la technique du copier-coller avec néanmoins quelques recherches préalables dans les rubriques nécrologiques lorsqu'il s'agit d'énumérer la liste de "ces francs maçons qui nous gouvernent".

Il y a de cela quelques années un député UMP de l'Orne Alain Lambert avait déclaré à propos des niches fiscales "Les niches fiscales sont à la fiscalité ce que le marronnier est au journaliste, c'est-à-dire un sujet dont on parle quand on a vraiment rien d'autre à traiter".

Le moment est donc venu pour nous d'évoquer, puisque l'imagination nous fait cruellement défaut, la niche fiscale des professionnels des médias et comme nous ne disposons pas des mêmes moyens, à défaut de marronniers, nous nous contenterons de leurs fruits, les marrons plus cultivés, selon les castanéiculteurs, que les châtaignes.

 La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, dans son article 13 crée l'égalité devant l'impôt et nous ne comprenons pas que les détenteurs de la carte de presse épris de justice, si soucieux d'éthique et si prompts à stigmatiser le riche en partance pour la Belgique ou autre paradis fiscal, le politicien oublieux et phobique, ne dénoncent pas avec plus de vigueur le privilège que constitue l'abattement dont ils bénéficient.

Le mauvais exemple vient du plus intègre d'entre eux, le chevalier blanc de Médiapart à la moustache inquisitrice qui ne s'insurge pas devant cette absurdité fiscale et se permet même de s'auto appliquer le taux de tva qui lui convient.

Imaginez la tête du vendeur de la dernière tablette d'Apple qui se verrait sommer par un acheteur sourcilleux de céder sa dernière merveille au taux réduit de TVA sur les produits frais sous prétexte que la marque et le logo évoquent plus le magasin de primeurs que la boutique ''High Tech''.

Depuis 1934 et jusqu'à sa suppression par le gouvernement Juppé en 1996, tout détenteur de la carte de presse pouvait retrancher 30% de son revenu imposable. Le gouvernement Jospin de retour aux affaires en 1997 a rétabli l'abattement sous la forme d'un montant forfaitaire de 7650€ au titre des frais professionnels pourtant remboursés par leurs employeurs.

Les syndicalistes de la profession invoquent aussi les heures de travail démentielles puisque même en vacances alors que le commun des mortels joue aux boules en sirotant son pastis, le journaliste lui, doit rester en éveil, acheter les journaux, regarder les JT, consulter Internet, toutes ces démarches entrainant des coûts non remboursés par l'entreprise.

Ce raisonnement imparable énoncé par l'ancien secrétaire du syndicat national des journalistes CGT Michel Diard postule évidemment que durant les congés payés les salariés des autres entreprises se voient offrir le jeu de boules, la bonbonne de pastis, les magazines de mots fléchés et sont pris en charge pour les éventuels troubles musculo-squelettiques et neuronaux inhérents à ces dangereuses activités.

Évidemment, objectivité oblige, nous aurions pu renvoyer à la niche fiscale, outre les journalistes, les arbitres sportifs professionnels par exemple, mais nous n'avons pas la même virtuosité qu'eux pour sortir le carton rouge, aussi à l'approche de cette période de fêtes, c'est à nos amis de la presse, volontiers donneurs de leçons, que nous avons souhaité offrir nos marrons.


Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Garance 20 novembre 2014 18:09

    Siatom


    Le Changement pour les journaleux c’est qu’avec Hollande leur abattement fiscal est passé à 40 %

    Le Changement pour les journaleux du Monde c’est que désormais ils ont table ouverte à l’Elysée


    Ce qui leur permet de magouiller sur ordres


    Je ne plaindrais pas Fillon ; l’avait qu’à faire gaffe ; l’a trouvé plus roublard que lui

    Une chose est sure : les 40 % octroyés ont trouvés leur finalité ( parmi d’autres )


    • siatom siatom 20 novembre 2014 18:57

      Dommage Martin, hélas les histoires d’amour finissent mal en général.


    • siatom siatom 20 novembre 2014 18:55

      @ Garance

      Peut être que nos journaleux ne sont pas aussi transparents qu’ils le prétendent.

       Ce qui expliquerait qu’ils ne livreront à la justice qu’une partie de leur enregistrement

       Il se dit qu’il préparent une hagiographie sur notre grand timonier. dont le titre pourrait être « Parce qu’il le vaut bien »


      • Garance 21 novembre 2014 10:34

        Siatom


        Pour écrire un livre à la gloire de ce blaireau : il va leur falloir faire preuve de beaucoup d’imagination

        j’ai le titre si ça peut les aider : 

        « Comment faire président quand on est un pourri en plus d’être un nul à chier  »

      • siatom siatom 21 novembre 2014 10:51

        C’est un peu long, comme les titres des films d’Audiard et puis il y a un risque que ce ne soit pas vendeur car ce titre tue tout le suspens.

        Certains vous diront qu’avec une telle couverture, il n’est pas nécessaire de faire un investissement d’une vingtaine d’euros pour acheter le bouquin puisque tout est dit..

        Ce n’est donc pas, malgré sa remarquable concision une bonne idée commerciale , je suggère de reprendre un titre qui a fait ses preuves « Merci pour ce moment » saison2.


      • raymond 20 novembre 2014 19:02

        les marronniers servent surtout les gens qu n’ont rien à écrire


        • siatom siatom 20 novembre 2014 19:09

          Parfois, ils sont utiles pour les véhicules en fin de vie.


        • ahtupic ahtupic 20 novembre 2014 19:35

          Des marrons dans la gueule, non ? C’est ça qu’il leur faudrait. smiley


          • siatom siatom 20 novembre 2014 19:46

            ahtupic

            Si vous le dites, mais je serais plus circonspect car les châtaignes méritent aussi d’être prises en considération. C’est un dilemme qui risque d’être difficile à trancher.


          • ahtupic ahtupic 20 novembre 2014 21:17

            Quoi vous voulez leur trancher aussi ? Mais comme disait Brassens : « Par bonheur, ils n’en avaient pas »


          • marauder 20 novembre 2014 21:18

            Encore de la bouillie.

            Agoravox ca pique toujours un peu les yeux mais la c’est encore monté d’un cran.


            • Francisco Francisco 21 novembre 2014 08:54

              Les journalistes sans vergognes n’enquête plus, ils copient les dépêches AFP et ce plaigne de trop travailler. J’ai une haine du journaliste qui ne cesse de grandir, ces derniers qui usent d’éléments de langage pour façonner la réalité au moule atlantiste. La presse libre est un mythe, et les journalistes sont des putains qui nous trahissent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité