• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Désir de respect à tous les étages

Désir de respect à tous les étages

Actuellement, en 2017, tout le monde veut du respect, désire qu'on le respecte tout le temps et pour tout. C'est respectable, c'est le cas de le dire, mais cela a pris des proportions déraisonnables. Je me demande aussi si par respect les gens n'entendent pas l'acceptation de toutes leurs opinions, penchants, tendances même les plus détestables, les plus ignobles...

Chacun veut le respect sur des coutumes mêmes barbares même les plus abjectes.

Chacun veut le respect d'opinions injustifiables, d'idéologies ou de théocraties stupides au nom de la diversité, de la liberté d'expression. Tout le monde le réclame pour des goûts au ras du sol, pour des blagues chaussées de semelles de plomb comme celles que l'info-bouffon Hanouna a coutume de faire dans son émission. Mais il est loin d'être le seul.

Chacun veut le respect pour son apparence, pour son envie de tout montrer, se débrailler au risque de pour le coup manquer de respect envers le reste du genre humain.

Chacun veut le respect pour son inculture, pour son ignorance, contre toute logique et le plus souvent en toute connaissance de cause. Évoquer une culture un peu plus exigeante intellectuellement, des réflexions plus nuancées, plus argumentées est pris de pour de l'irrespect, une remise en question insupportable voire du mépris quand ce n'est pas de l'aigreur ou de la jalousie face à la pseudo-réussite sociale qui est avant tout matérielle.

Comme si seule la réussite matérielle pouvait être enviable, quelle que soit son prix...

On est toujours surpris que des adultes censément être mûrs invoquent tout cela comme des enfants de huit ans dans la cour de récréation...

Cerise sur le gâteau, le respect est aussi réclamé à cors et à cris pour ceux qui nous gouvernent, toujours plus de révérence, de soumission pour l'argent et le pouvoir, pour les réseaux d'influence et le clientélisme interdisant toute ascension sociale par la méritocratie et le travail, ou simplement le désir d'excellence...

...Réclamation provenant étonamment de ceux qui subissent pourtant quotidiennement et de plus en plus la paupérisation, la précarisation mais qui ont besoin de rêver en se projetant dans la vie des privilégies. Cela évite l'effort de se remettre debout et sortir du rang, même si bien entendu c'est très inconfortable. Et cela entretient l'illusion commune que l'allégeance enthousiaste et l'obséquiosité marquées envers les puissants leur donnera envie de coopter l'un ou l'autre « vulgum pecus » pour qu'il fasse un jour partie des oligarques.

La certitude que cela puisse arriver un jour bien ancrée dans la tête de la plupart des gens, un peu plus encore depuis l'avènement des réseaux dits sociaux où n'importe quel crétin peut devenir célèbre du jour au lendemain avec une vidéo de chatons tellement mignons ou de son dernier repas dans un restaurant à la mode, que n'importe quelle crétine en montrant son cul peut réussir et se faire connaître de tous sans avoir le moindre talent quelconque...

Combien de fois, comme d'autres, je suis loin d'être le seul, me suis-je heurté à ce genre de réactions que je trouve surtout immatures car j'ai lu quelques livres ?

Combien de fois, comme d'autres, je suis loin d'être le seul, suis-je tombé sur cet écueil dangereux de la sottise dure, tellement dure et épaisse que rien ne peut percer jamais ? Pour la raison que je refusais d'écouter des raisonnements réduits à un empilage de slogans simplistes...

...Et au fond si on n'a jamais autant parlé de respect, on l'a jamais aussi peu pratiqué pour de bon. Quant à moi, contre ce désir de respect à tous les étages, je prône l'irrespect de tous les instants, la remise en cause constante des certitudes, des lieux communs à commencer par les plus stupides. Quitte pour cela à ce que les imbéciles prennent ça pour du mépris...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • sarcastelle 1er juin 10:28

    Je ne puis qu’approuver puisque je concoctais quelque chose de similaire. Hop, me voilà du travail en moins. 

    .
    .
    On voit ainsi comment le respect est érigé en « valeur de la république » au sein d’une nouvelle triade de valeurs venant s’ajouter au traditionnel liberté-égalité-fraternité. 
    .
    Les lois punissant les divers manques de respect ne devraient pas tarder. Dans cette attente on aménage les lois existantes. Ainsi la loi Perben de 1972, qui punit non l’attaque des idées mais celle des personnes à cause de leurs idées. Or en 2017 cela paraît trop restrictif ; on s’efforce donc de poursuivre tout de même au tribunal pour l’attaque des idées, surtout relatives au spirituel, en expliquant qu’elles attaquent les personnes au nom de leurs idées puisqu’en parlant fort contre une idée on inspire la haine de qui la promeut. 

    • François Vesin François Vesin 1er juin 11:57

      @sarcastelle

      Extrait du lien que vous nous proposez :

      Quoi de plus fédérateur que les valeurs du vivre ensemble ? Le respect, la justice, la paix...« 

      Le fameux  »vivre ensemble" cher à la caste néolibérale
      pour laquelle le mot citoyen est une insulte menaçante !

      On n’y invite pas au RESPECT de l’intégrité de chaque citoyen
      mais à notre soumission de l’image qu’il nous impose
      On invoque la JUSTICE dès qu’on est l’objet d’un délit
      mais on refuse de se soumettre au devoir d’honorer l’impôt
      On pétitionne, on pleure et on est Charly et on a peur
      mais, en PAIX, notre armée tue en notre nom des êtres qui
      ne nous ont rien fait.



       





    • ZenZoe ZenZoe 2 juin 10:05

      Il n’y a qu’un seul respect qui compte vraiment, et c’est aussi le « père » de tous les autres : le respect de soi. Le respect de qui on est vraiment, de ce qu’on désire plus que tout en tant qu’être humain.
      Ce respect-là a été balayé avec, sans doute, la société de consommation et son aboutissement hideux, la téléréalité, qui fait des gens des êtres dociles, vains et un peu veules, des êtres qui sont eux-mêmes devenus produits de consommation. Comment se respecter quand on en est arrivé à ce stade, et comment par conséquent respecter les autres ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès