• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Détruire la Syrie : une entreprise criminelle collective

Détruire la Syrie : une entreprise criminelle collective

Tout le monde prétend vouloir mettre fin à la guerre en Syrie et restaurer la paix au Moyen-Orient.

Enfin, presque tout le monde.

« C’est un jeu éliminatoire où vous avez besoin que les deux équipes perdent, mais vous ne voulez surtout pas que l’une gagne – donc nous allons faire en sorte que ce soit un match nul, a dit Alon Pinkas, un ancien consul général israélien à New York, selon le New York Times en juin 2013. Laissons-les se saigner tous les deux, jusqu’à l’hémorragie mortelle : telle est la réflexion stratégique ici. »

 

Efraim Inbar, directeur du Begin-Sadat Center for Strategic Studies [Centre Begin-Sadat d’études stratégiques] a souligné les mêmes éléments en août 2016 :

L’Occident doit chercher à affaiblir État islamique, mais pas à le détruire […] Laisser des méchants tuer d’autres méchants sonne vraiment cynique, mais il est usuel et même moral d’agir ainsi, si cela maintient les méchants occupés et moins en mesure de nuire aux bons types […] En outre, l’instabilité et les crises contiennent parfois des signes de changement positif […] L’administration américaine ne semble pas capable de reconnaître le fait qu’État islamique peut être un instrument utile pour saper l’ambitieux plan de Téhéran de domination du Moyen-Orient.

Okay, alors pas exactement tout le monde.

Mais le site humanitaire Avaaz veut sûrement mettre fin à la guerre et restaurer la paix.

Le veut-il vraiment ?

Avaaz fait actuellement circuler une pétition qui a recueilli plus d’un million de signatures et en vise un million et demi. Elle est susceptible de les obtenir avec des mots comme ceci :

« 100 enfants ont été tués à Alep depuis vendredi dernier. »

« Trop, c’est trop ! »

Avaaz poursuit en déclarant : « La solution parfaite pour mettre fin au conflit n’existe pas, mais il n’y en a qu’une pour faire cesser cette terreur tombant du ciel – que des gens, partout, demandent une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils. »

Zone d’exclusion aérienne ? Cela ne sonne-t-il pas familier ? C’était le stratagème qui a servi à détruire les défenses aériennes de la Libye et a permis un changement de régime en 2011. Cette solution était promue avec zèle par Hillary Clinton, qui appuie aussi totalement la même approche en Syrie.

Et lorsque l’Occident dit « exclusion aérienne », cela signifie que certains peuvent voler et d’autres non. Pendant la zone d’exclusion aérienne en Libye, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis y volaient autant qu’ils voulaient, tuant d’innombrables civils, détruisant les infrastructures et permettant aux rebelles islamistes de servir dans certaines parties du pays.

La pétition d’Avaaz fait la même distinction. Certains pourraient voler et d’autres non.

« Lançons un appel mondial à Obama et aux autres dirigeants pour qu’ils résistent à la terreur de Poutine et d’Assad. C’est peut-être notre dernière chance, notre meilleure chance d’aider à mettre fin à ce meurtre massif d’enfants sans défense. Ajoutez votre nom. »

Donc s’il s’agit de meurtre massif d’enfants sans défense, et de le stopper, nous devrions faire appel au roi des drones, Obama, pour qu’il mette fin à la « terreur venue du ciel ».

Pas seulement Obama, mais aussi d’autres « bons » dirigeants, membres de l’OTAN :

Au Président Obama, au Président Erdogan, au Président Hollande, à la Première ministre May et à d’autres dirigeants mondiaux : en tant que citoyens du monde entier, horrifiés par le massacre d’innocents en Syrie, nous vous appelons à imposer une zone d’exclusion aérienne au nord de la Syrie, y compris Alep, pour mettre fin au bombardement de civils en Syrie et garantir que l’aide humanitaire atteigne ceux qui en ont le plus besoin.

Le calendrier de cette pétition est éloquent. Elle arrive exactement au moment où le gouvernement syrien est désireux de mettre fin à la guerre en reconquérant la partie est d’Alep. Elle fait partie de la campagne de propagande massive actuelle, qui vise à réduire la conscience qu’a l’opinion publique de la guerre en Syrie, à deux éléments : les enfants victimes et l’aide humanitaire.

(A admirer les museaux joyeux de ces soi-disant victimes de bombardements atroces.) 

A partir d’un tel point de vue, les rebelles disparaissent. Donc également tous leurs soutiens étrangers, l’argent saoudien, les fanatiques wahhabites, les recrues d’EI venues du monde entier, les armes étasuniennes et le soutien français. La guerre n’est plus que l’étrange caprice d’un « dictateur », qui s’amuse à bombarder des enfants sans défense et à bloquer l’aide humanitaire.

Cette manière de voir réduit la guerre de cinq ans en Syrie à la situation décrite en Libye pour justifier la zone d’exclusion aérienne : rien d’autre qu’un méchant dictateur qui bombarde son propre peuple.

Pour le public qui aime à consommer les événements mondiaux sous forme de contes de fées, tout cela se tient. Signez une pétition sur votre ordinateur et sauvez les enfants.

La pétition d’Avaaz ne vise pas à mettre fin à la guerre et à restaurer la paix. Elle vise clairement à faire obstacle à l’offensive du gouvernement syrien pour reprendre Alep. L’Armée syrienne a subi de lourdes pertes en cinq ans de guerre, ses recrues potentielles ont en effet été invitées à éviter un service militaire dangereux en allant en Allemagne. La Syrie a besoin de puissance aérienne pour réduire ses pertes. La pétition d’Avaaz appelle à paralyser l’offensive syrienne et se met donc du côté des rebelles.

Attendez – cela ne signifie-t-il pas qu’ils veulent que les rebelles gagnent ? Pas exactement. Les seuls rebelles vraiment assez forts pour gagner, c’est État islamique. Personne ne veut vraiment ça.

Le constat est que, pour mettre fin à cette guerre, comme pour mettre fin à la plupart des guerres, il faut qu’un camp sorte par le haut. Lorsqu’on sait qui est le camp gagnant, il peut y avoir des négociations fructueuses pour des choses comme l’amnistie. Mais cette guerre ne peut pas être « terminée par des négociations ». C’est un résultat que les États-Unis ne pourraient soutenir, que si Washington pouvait utiliser les négociations pour imposer ses propres marionnettes – pardon, des exilés pro-démocratie vivant en Occident. Mais en l’état actuel, ils seraient rejetés comme traîtres par la majorité des Syriens, qui soutiennent le gouvernement, et comme apostats par les rebelles. Donc un camp doit l’emporter pour mettre fin à cette guerre. Le résultat le moins mauvais serait que le gouvernement Assad vainque les rebelles afin de préserver l’État. Pour cela, les forces armées syriennes doivent reprendre la partie est d’Alep occupée par les rebelles.

Le boulot d’Avaaz est d’obtenir que l’opinion publique s’oppose à cette opération militaire, en la décrivant comme rien d’autre qu’un effort commun russo-syrien pour assassiner des civils, en particulier des enfants. Pour cela, ils appellent à une opération militaire de l’OTAN pour abattre (c’est ce que signifie « exclusion aérienne ») les avions syriens et russes qui assurent un soutien aérien à l’offensive de l’armée syrienne.

Même des mesures radicales comme celles-ci ne visent pas à mettre fin à la guerre. Elles signifient affaiblir le camp vainqueur pour l’empêcher de gagner. Pour faire durer le blocage. Cela signifie – pour recourir à l’absurde expression populaire utilisée pendant la guerre en Bosnie – créer un « terrain de jeu équitable », comme si la guerre était un événement sportif. Cela signifie laisser la guerre continuer encore et encore, jusqu’à ce qu’il ne reste rien de la Syrie et que ce qui reste de la population syrienne remplisse les camps de réfugiés en Europe.

Comme le New York Times l’a rapporté de Jérusalem en septembre 2013, « la synergie entre les positions israéliennes et américaines, bien qu’elles ne soit pas explicitement formulée par les dirigeants de chaque pays, pourrait être une source critique de soutien, puisque M. Obama cherche l’approbation du Congrès pour des frappes chirurgicales en Syrie ». Il ajoutait que « les problèmes de sécurité nationale d’Israël recueillent un large soutien bipartisan à Washington, et l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), l’influent lobby pro-Israël à Washington, a fait pression mardi en soutien à l’approche de M. Obama ». (C’était lorsque Obama projetait de « punir le président Bachar al-Assad pour utiliser des armes chimiques sans le forcer à quitter le pouvoir » – avant qu’Obama ne décide de se joindre à la Russie pour désarmer plutôt l’arsenal chimique syrien, une décision pour laquelle il est toujours condamné par le lobby pro-Israël et et le Parti de la guerre.) La déclaration de l’AIPAC « n’a rien dit, cependant, sur le résultat préféré de la guerre civile… »

En effet. Ainsi que le rapport de 2013 de Jérusalem continuait, « comme les espoirs se réduisaient de voir l’émergence d’une force rebelle modérée laïque, qui pourrait forger un changement démocratique et même un dialogue constructif avec Israël, une troisième approche a gagné du terrain : laisser les méchants se brûler eux-mêmes. ‹La poursuite du conflit sert absolument les intérêts d’Israël›, a déclaré Nathan Thrall, un analyste pour l’International Crisis Group basé à Jérusalem. »

La pure vérité est que la Syrie est la victime d’une entreprise criminelle collective planifiée depuis longtemps, afin de détruire le dernier État nationaliste arabe laïc au Moyen-Orient, à la suite de la destruction de l’Irak en 2003. Alors que la répression des« manifestations pacifiques » de 2011 est attribuée au gouvernement, le soulèvement armé a été planifié depuis des années et était soutenu par des puissances étrangères : l’Arabie saoudite, les États-Unis et la France, parmi d’autres. Les motifs français restent mystérieux, à moins qu’ils ne soient liés à ceux d’Israël, qui voit la destruction de la Syrie comme un moyen d’affaiblir son principal rival dans la région, l’Iran. L’Arabie saoudite a des intentions similaires pour affaiblir l’Iran, mais avec des motifs religieux. La Turquie, l’ancienne puissance impériale dans la région, a des ambitions territoriales et politiques propres. Le dépeçage de la Syrie peut les satisfaire tous.

Cette conspiration flagrante et parfaitement transparente pour détruire la Syrie est un crime international majeur, et les États mentionnés ci-dessus sont des co-conspirateurs. Ils sont rejoints dans cette entreprise criminelle collective par des organisations prétendument « humanitaires » comme Avaaz, qui propagent la propagande sous le couvert de protéger des enfants. Cela fonctionne, parce que la plupart des Américains ne peuvent tout simplement pas croire que leur gouvernement ferait des choses pareilles. Parce que les gens normaux ont de bonnes intentions et haïssent voir des enfants tués, ils imaginent que leur gouvernement doit être semblable. Il est difficile de dépasser cette foi réconfortante. Il est plus naturel de croire que les criminels sont des gens méchants dans un pays auquel nous ne comprenons vraiment rien.

Il n’y a aucune chance que cette entreprise criminelle éveille jamais l’attention des procureurs de la Cour pénale internationale qui, comme la plupart des grandes organisations internationales, est totalement sous le contrôle des États-Unis. Par exemple, le Secrétaire général adjoint pour les questions politiques des Nations unies, qui analyse et élabore les questions politiques pour le Secrétaire général Ban Ki Moon, est un diplomate américain, Jeffrey Feltman, qui était un membre important de l’équipe d’Hillary Clinton lorsqu’elle effectuait un changement de régime en Libye. Et les complices dans cette entreprise incluent toutes les organisations pro-gouvernementales « non gouvernementales » comme Avaaz, qui pousse l’hypocrisie à de nouvelles extrémités en exploitant la compassion pour des enfants, afin de justifier et de perpétuer ce crime majeur contre l’humanité et contre la paix dans le monde.

*  *  *

Diana Johnstone est l’auteur de Fools’ Crusade : Yugoslavia, NATO, and Western Delusions. Son dernier livre est Queen of Chaos : the Misadventures of Hillary Clinton [Hillary Clinton : la reine du chaos, Editions Delga]. Elle peut être atteinte à diana.johnstone@wanadoo.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

153 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan howahkan 8 octobre 2016 08:51

    Salut et merci entre autre il est important de souligner le rôle d’avaaz, je connais quelques personnes avec disons « un bon fond » ou au choix si naïves qui y croit dur comme fer...

    car ils distillent l’espoir par le mensonge de leur vrai raison d’être..façon Hollywood...

    voir ici...

    extrait....

    D’ailleurs, c’est ce que prétend un des participants à un des forums traitant du cas : Avaaz... En tout cas si la question vers la Scientology reste ouverte, ils ont bien des liens vers la secte du « Nouvel Ordre Mondial » via le milliardaire Georges Soros qui n’est pas moins qu’un des membres fondateurs d’Avaaz (dixit Ricken Patel, co-fondateur du groupe Avaaz)  ! [source : Dominique GUILLET, Avaaz : un écran de fumée occultant les bombes libératrices à uranium appauvri]



    • Hecetuye howahkan howahkan 8 octobre 2016 15:27

      @trobador

      salut et merci,lien très pertinent que je garde en marque page, car çà va resservir..
       smiley


    • izarn izarn 9 octobre 2016 14:24

      @howahkan
      Avaaz, connait pas...
      C’est quoi cette merde ?


    • chantecler chantecler 8 octobre 2016 08:56

      A l’auteur ,
      Formidable : l’article est en ligne ... !
      Résistance .
      Cr.


      • Massada Massada 8 octobre 2016 09:06

        Une Syrie avec ou sans Assad importe peu pour Israël ; l’essentiel est que les combats ne débordent pas la frontière. 

         
        Ce principe de non-intervention connait deux exceptions : les attaques venant de Syrie auxquelles Israël riposte systématiquement, et les dépôts et convois d’armes destinés au Hezbollah qu’il cible de manière préventive.
         
        Quand les Européens s’enferrent encore dans le dilemme « ni Assad ni Daesh », pour Israel : c’est l’Iran le « premier Etat terroriste de notre époque » et il sera avec l’arme nucléaire « mille fois plus dangereux et plus destructeur que Daesh ».
         
        Pour le reste, Israël s’en tiendra à sa neutralité sur le conflit syrien. 

        • chantecler chantecler 8 octobre 2016 09:17

          @Massada
          Ben voyons !
          Merci de participer Monsieur l’ambassadeur !
          *
          A tous : effectivement , méfiez vous des pétitions en ligne dont vous ignorez l’origine , les tenants et aboutissants .
          Et dans le doute abstenez-vous !


        • Hecetuye howahkan howahkan 8 octobre 2016 09:21

          @Massada

          salut oui comme ici...

          ou ici

          voir là

          j’arrête ce sont des livres qu’il faudrait...


        • Massada Massada 8 octobre 2016 09:56

          @howahkan
           
          L’armée israélienne soigne des blessés civils ou djihadistes syriens.

           
          Simplement, les israéliens ne sont pas les barbares cyniques et machiavéliques que vous sous-entendez par vos propos absurdes mais le virus Soral vous a peut être trop contaminé pour envisager cette simple option.
           
          La théorie du complot est plus confortable lorsqu’il s’agit de diaboliser tout un peuple. Plus confortable parce qu’elle déshumanise et vous permet de lâcher votre fiel en cherchant à le faire passer pour de la réflexion.

        • Hecetuye howahkan howahkan 8 octobre 2016 10:15

          @Massada

          et là, quelles excuses bidons cette fois..
          et encore il y a hélas 100 fois hélas bien pire en vidéo mais c’est à chacun de chercher..


        • Massada Massada 8 octobre 2016 10:27

          @howahkan
           

          La zone qui a été touchée était une base connue des forces navales du Hamas, qui avaient l’habitude d’utiliser cette zone de façon exclusive.

          Les enfants, en pénétrant cette zone en courant, ont été confondus avec des éléments des forces navales du Hamas.

          Toute attaque de l’armée israélienne fait l’objet d’une enquête préalable, il a été décidé de mener une attaque aérienne contre les silhouettes qui avaient été identifiées, après que toutes les autorisations nécessaires pour une attaque avaient été obtenues, et après que la possibilité d’une présence civile dans la zone avait été écartée.

           

          Malheureusement, dans la foulée de l’incident, il est devenu clair que le résultat de l’attaque était la mort de quatre enfants, qui étaient entrés dans l’enceinte militaire pour des raisons qui demeurent encore obscures.

           

          Après un examen des conclusions de l’enquête, l’avocat militaire général a constaté que le processus de l’attaque en question était en accord avec le droit interne israélien et les exigences du droit international

          Le Hamas cherche par ses tirs de roquettes à toucher volontairement des civils comme cet enfant israélien tué par le Hamas

          http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/un-enfant-israelien-tue-par-une-roquette-palestinienne_1569887.html&nbsp ;

          Mais cela vous importe peu, car vous êtes un hypocrite

          L’armée française à bombardé des civils en Syrie, mais cela vous importe peu, car vous etes un hypocrite.


        • Hecetuye howahkan howahkan 8 octobre 2016 10:34

          @Massada

          les palestiniens sont chez eux.........


        • Massada Massada 8 octobre 2016 12:04

          @howahkan
           

          Je suis né en Israël, j’y vis et c’est chez moi.
          Les Palestiniens sont les descendants d’immigrés arabes qui revendiquent une terre qui ne leur a jamais appartenu.
           
          Ils n’ont aucun droit sur cette terre, ils la revendiquent uniquement parce que nous ne sommes pas musulmans.
           
          Et vous soutenez cette épuration religieuse tout en étant persuadé de défendre une cause juste, c’est tristement risible cette naïveté européenne.
           


        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 12:53

          @Massada

          .
          Que voulez-vous, les crétins en Europe n’arrivent pas à comprendre que votre pays s’est créé sur un désert. 

        • mursili mursili 8 octobre 2016 13:00

          @Massada

          Pourquoi cette terre appartiendrait-elle davantage à des immigrants ashkenazes venus pour la pluplart de l’ancien empire des tsars (Pologne, Ukraine, Biélorussie, Lituanie, Russie, pays de naissance ou d’origine des Weizmann, Gourion, Jabotinsky, Eshkol, Meir, Begin, Shamir, Dayan, Sharon, Peres, etc.) et dont les ancêtres khazars n’avaient probablement jamais mis les pieds en Palestine ?

          Au maximum, les Juifs représentaient un dixième de la population de la région au début de l’immigration sioniste à la fin du 19ème siècle.


        • wesson wesson 8 octobre 2016 13:19

          @Massada
          les prétentions israéliennes sur les terres qu’ils occupent me font largement sourire, d’autant que l’on sait parfaitement que depuis la pérestroika et en fait surtout depuis la présidence Ieltsine, Israel s’est littéralement rempli d’immigrés Russes (plus ou moins) juifs qui n’ont en réalité strictement aucun droit sur la terre qu’ils revendiquent maintenant.


          Quand à la politique extérieure d’Israel, ils ont déjà déclaré quasi officiellement que ils préféraient avoir l’EI comme voisin plutôt que Assad et le Hezbollah. Inutile de se demander à quoi Netanyau doit occuper ses week-end aujourd’hui, à engueuler Obama au téléphone pour qu’il se décide à aller bombarder les Syriens (oui, ils demandent ça aux Américains car ils sont trop lâche pour y aller eux-même franco de port, et de toute manière ils savent qu’ils sont un état zombie qui peut disparaître à la première défaite sérieuse).

        • Pomme de Reinette 8 octobre 2016 13:29

          @mursili

          Weizmann, Gourion, Jabotinsky, Eshkol, Meir, Begin, Shamir, Dayan, Sharon, Peres,

          Encore des noms à consonances étrangères !
          Gross scandal !

          PS : vous ne seriez pas un petit peu raciste sur les bords ?


        • mursili mursili 8 octobre 2016 14:29

          @Pomme de Reinette

          Non, pas du tout. J’aime assez ces consonances, et j’aime bien Heifetz, Milstein, Leibowitz, Feldenkrais, etc., mais ce n’est pas le sujet. 


        • focea 8 octobre 2016 14:31

          @howahkan
          les palestiniens ne sont paq chez eux !
          ces terres appartiennent de droit à Israel !
          les palestiniens sont jordaniens , la palestine est un nom donné par les romains..
          les palestiniens etaient alors les habitants d Israel .

          ces terres appartiennent au peuple juis , les arabes ayant massacré durant une période pour envahir 


        • fred.foyn 8 octobre 2016 14:50

          @Massada...la parfaite illustration..d’un voleur de terre Palestinienne..et content de voir assassiner ce peuple..en plus soutenu par les « faux-culs » de agora... !
           


        • Massada Massada 8 octobre 2016 15:11

          @focea
           

          Les palestiniens ont été inventé par le KGB,  les soviets avaient décidé de détruire par la main des arabes – Israël – avant poste des américains. 
           
          Les agents du KGB vont façonner, jusque dans les moindres détails, l’image mythique d’un Yasser Arafat, dont l’uniforme de baroudeur et la barbe de trois jours de guérillero devront réveiller, dans l’inconscient collectif mondial, l’image adorée de Che Guevara, et susciter la sympathie des mouvements de la gauche européenne.

          L’organisation s’appellerait OLP : Organisation de Libération de la Palestine. Des membres des services syriens et des services égyptiens participaient. Les Syriens ont proposé leur homme pour en prendre la tête, Ahmed Choukairy, et il fut choisi. Les Egyptiens avaient leur candidat : Yasser Arafat. Quand il apparut que Choukairy ne faisait pas l’affaire, il fut décidé de le remplacer par Arafat.

          Ce peuple a été inventé à des fins de propagande uniquement.

        • Massada Massada 8 octobre 2016 15:12

          @fred.foyn
           

          Prouvez moi qu’il existait un pays qui s’appelait Palestine !
          Gros farceur

        • Massada Massada 8 octobre 2016 15:15

          @wesson
           

          les prétentions israéliennes sur les terres qu’ils occupent me font largement sourire
           
          tant mieux, car nous préparons le projet d’annexer la Judée-Samarie, on va sourire ensemble.


        • Massada Massada 8 octobre 2016 15:17

          @mursili
           

          Lorsque vous laissez votre maison pour partir en vacances, elle vous appartient toujours lorsque vous retournez chez vous !
          ou comme on dit
          Qui va à la chasse perd sa place mais qui revient fait fuir le malin smiley


        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 15:59

          @Massada

          .
          Massada, éleveur de marmottes. 

        • Massada Massada 8 octobre 2016 16:07

          @sarcastelle
           

          quel puissant argumentaire !
          vous êtes un intellectuel vous, ça se voit immédiatement 

        • fred.foyn 8 octobre 2016 16:10

          @Massada...Arrêtez de prendre les gens pour des cons..et relisez le traité de paix de 47...il n’est question que de la Palestine partagée avec les juifs..pas d’Israël..et ça vous le savez fort bien, mais en parfait faux cul vous niez la vérité... !


        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 16:25

          @Massada

          .
          Mieux vaut vivre dans un pays en paix, puisqu’en temps autre on se juge autorisé à sortir n’importe quelles énormités, même les plus méprisantes pour la cervelle du lecteur. 

        • Massada Massada 8 octobre 2016 16:30

          @fred.foyn

          Si vous êtes si sûrs que la Palestine, le pays, a toujours été reconnue
          historiquement, j’espère que vous êtes capables de répondre à quelques questions de base sur ce pays de Palestine :

          1. Quand le pays a-t-il été fondé et par qui ?

          2. Quelles étaient ses frontières ?

          3. Quelle était sa capitale ?

          4. Quelles étaient ses villes les plus importantes ?

          5. Quelles étaient les bases de son économie ?

          6. Quelle était sa forme de gouvernement ?

          7. Pouvez-vous nommer au moins un leader palestinien avant Arafat ?

          8. La Palestine a-t-elle été jamais reconnu comme un pays dont l’existence,
          ne laisse aucune place à interprétation ?

          9. Quelle était la langue de la Palestine ?

          10. Quel était le nom de sa monnaie ? Choisissez une date quelconque dans l’histoire et dites quel était le taux de change approximatif de l’unité
          monétaire palestinienne par rapport au dollar US, au mark allemand, à la
          livre anglaise, au yen japonais ou au yuan chinois à ladite date.

          Vous vous lamentez sur le naufrage dune nation qui fut fière . 
          Alors, dites-moi, quand exactement cette nation a été fière et de quoi elle était
          fière ?

          Répondez à ces simples questions, alors peut-être cesserais-je de vous prendre pour un con !

        • Massada Massada 8 octobre 2016 16:34

          @sarcastelle
           
          Mieux vaut vivre dans un pays en paix

           
          En fait, il ny a quune seule façon d obtenir la paix au Moyen Orient. 
           
          Les pays arabes doivent reconnaître et accepter leur défaite dans leur guerre
          contre Israël. En tant que vaincus ils doivent payer des réparations à Israël
          pour les plus de 50 ans de dévastation quils lui ont causé. 
           
          La forme la plus appropriée de réparation serait l’évacuation de leur organisation terroriste
          de la terre dIsraël et l’acceptation de l’ancienne souveraineté d’Israël sur Gaza, la Judée et la Samarie. 



        • fred.foyn 8 octobre 2016 16:38

          @Massada..........

          Le 29 novembre 1947, le plan de partage de la Palestine élaboré par l’UNSCOP est approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU, à New York par le vote de la résolution 181.

          Ce plan prévoit la partition de la Palestine en trois entités, avec la création d’un État juif et d’un État arabe, Jérusalem et sa proche banlieue étant placées sous contrôle international en tant que corpus separatum.

          La partie I du plan précise les dispositions de la fin du mandat britannique, du partage et de l’indépendance des entités. Il indique que le mandat doit se terminer aussi vite que possible. Les Britanniques prévoient de se retirer le 1er août 1948 et le partage doit être réalisé au 1er octobre. La partie II du plan inclut une description détaillée des frontières proposées pour chaque État.

          Le plan est accepté par les dirigeants de la communauté juive en Palestine, par le biais de l’Agence juive....Wikipedia...

          BOUFFON...


        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 16:43

          @Massada

          .
          Il semble facile de répondre que les Palestiniens étaient les sujets de l’empire turc. Les colons juifs y furent acceptés. Puis, l’empire disloqué en 1918, tout le monde devint sans nationalité précise, désormais sur un territoire géré par le Royaume-Uni. Puis un jour le Royaume-Uni perdit pied devant l’ébullition générale, et l’un des habitants de la contrée sut dans ce vide de gouvernement se constituer un état, tandis que l’autre habitant ne le sut pas. Mais pourquoi cet autre devrait-il décamper, voilà ce que je ne sais pas ? 
          .
          Il n’est facile de jouer au con que si le spectateur l’est lui-même, mon brave. 

        • sarcastelle sarcastelle 8 octobre 2016 16:48

          @Massada

          .
          l’acceptation de l’ancienne souveraineté d’Israël sur gaza, la Judée et la Samarie.
          .
          Oui, assez ancienne. Nos voisins et amis italiens tenaient un langage similaire autrefois aux Tripolitains. 

        • Massada Massada 8 octobre 2016 16:53

          @fred.foyn
           

          Vous voyez, vous êtes incapable de répondre à mes questions.
           
          Parce que le terme « Palestine » n’a jamais été un pays, il fut utilisé depuis plusieurs siècles pour désigner le territoire situé géographiquement entre la mer Méditerranée et le fleuve Jourdain.
           
          En 1947, le terme « Palestine » est utilisé par les organisations sionistes 
          (Agence juive pour la Palestine15, Banka Palestina, Association France-Palestine, le journal The Palestine Post, etc.). 
           
          En effet, les juifs parlaient alors d’émigration vers la Palestine.
          Le mot Palestine désignait un espace géographique. 
          Dès 1948, le terme est tombé en désuétude dans les milieux sionistes et a été remplacé par Israël (Agence juive pour Israël, Banka Léoumi ce qui signifie nationale, Association France-Israël, le journal The Jerusalem Post, etc.)
           
          Les plus comique c’est que les arabes qui plagient tous ont repris le nom Palestine à leur compte. Mais l’arabe n’a pas le son « P », et les Arabes, pour la plupart, ont du mal à prononcer les mots qui comportent la lettre P.
          Donc les Arabes ne peuvent pas dire Palestine et en arabe le nom est prononcé Falastine.
           
          Décidément vous avez tout faux, désolé de démonter vos mensonges, mais vu votre esprit sectaire, il y’a peu de chance pour que vous ayez compris quelque chose smiley
          Passez donc en mode insulte, cela vous soulagera.


        • Pomme de Reinette 8 octobre 2016 16:53

          @sarcastelle

          Vous plaisantez « mon brave ».
          « L’autre habitant » s’est vu attribué 75% de ce territoire gracieusement fourni par les Britanniques. Et il y a installé un roi et un gouvernement sans que personne ne lui fasse de difficulté.
          Vous avez la mémoire courte et sélective ...
          D’autant plus que cet « autre habitant » est venu attaquer et envahir son minuscule voisin, avec d’autres armées, au lendemain même de son indépendance, en chassant tous les habitants juifs qui vivaient en Judée-Samarie (où ils étaient fort nombreux, et d’implantation bien plus ancienne que lui !) et en se comportant comme des vandales à l’égard des lieux saints tri-millénaire du judaïsme.

          Renseignez-vous. Tout cela est expliqué dans tous les livres d’histoire.


        • pemile pemile 8 octobre 2016 16:55

          @Massada « quelques questions de base sur ce pays »

          Reconnaissez vous que cette région fut majoritairement occupé par des musulmans ou ottomans depuis 1500 ans ?


        • Massada Massada 8 octobre 2016 17:04

          @sarcastelle
           

          Mais pourquoi cet autre devrait-il décamper, voilà ce que je ne sais pas ? 
           
          Il ne devait pas décamper, 1 million d’Arabes vivent actuellement en Israël.
          Ceux qui à l’époque voulaient rester étaient les bienvenus.
          Mais il y a deux hic

          - Nombre d’Arabes (syriens, jordaniens, égyptiens) sont venus au début d’Israël, car il y avait du travail. Israël était en pleine construction et ils trouvaient un job facilement. Ensuite ils s’y sont sentis tellement bien qu’ils ont revendiqué le pays.
          Ce ne sont pas des manières, si vous employez des ouvriers pour construire votre maison et qu’ensuite ceux disent qu’elle leurs appartient, vous ne seriez pas content non plus.

          -Les voisins arabes aidé par le KGB ont déclaré la guerre à Israël à peine né.
          Tous les médias arabes de l’époque disaient aux Arabes d’Israël, fuyez la région quelque temps, le temps de jeter les juifs à la mer, ensuite revenez prendre possession du pays.
          Mais cela ne s’est pas passé comme prévu.


        • Massada Massada 8 octobre 2016 17:07

          @pemile
           

          Il eu en effet des invasions arabes et ceux occupèrent le pays mais nous l’avons délivré.
          Tout comme l’Espagne et le Sud de la France ont chassé l’envahisseur musulman.


        • Pomme de Reinette 8 octobre 2016 17:07

          @sarcastelle

          Oui, assez ancienne.

          C’est quoi « ancienne » pour vous ?
          Il y a des synagogues de toutes les époques en Israël. C’est le paradis des archéologues.
          Savez-vous par exemple que la première imprimerie du moyen-orient a vu le jour à Safed, en 1578. Pour l’impression de livres en hébreu.
          A Gaza, on a trouvé les vestiges d’une synagogue du 6ème siècle avec de très belles mosaïques que vous pouvez admirez ici :
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Synagogue_de_Gaza


        • pemile pemile 8 octobre 2016 17:10

          @Massada "Ce ne sont pas des manières, si vous employez des ouvriers pour construire votre maison et qu’ensuite ceux disent qu’elle leurs appartient, vous ne seriez pas content non plus"

          Je ne pense pas que cette métaphore soit la plus fine par rapport aux colonisations actuelles de territoires. smiley

          PS : venant de vous, qui trouvez normales et justifiées les punitions collectives par destructions de maisons au bulldozer !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

roman_garev


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires