Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > E-Cat : une énergie presque gratuite, presque infinie, sans (...)

E-Cat : une énergie presque gratuite, presque infinie, sans pollution

Le procédé que je vais vous faire découvrir s’appelle E-Cat. Il s’apparente aux transmutations à basse température. Il faut obtenir au départ une température de 150 à 500°C : mais, croyez-le ou non, c’est encore une très basse température, surtout s’il s’agit de phénomène nucléaire.

(A Cadarache, dans un projet insensé, on tente de faire une fusion avec 100 millions de degrés au départ : coûteuse utopie, qui ne fonctionnera jamais).

Ici, par contre, nous sommes dans la vraie vie :

Il s’agit de mettre en présence 50 grammes de poudre de nickel chauffée à 300°C (par l’électricité du secteur pour démarrer la réaction, mais l’appareil tournera ensuite en auto-suffisance) et de l’hydrogène, sous une pression de 2 à 20 bars, qui provient d'un réservoir incorporé au E-cat, en présence d’un catalyseur secret.

Cette réaction produit une énorme quantité de chaleur, avec un COP de 40 ou plus (coefficient de performance, rapport entre l’énergie récupérée et l’énergie injectée ).

Vous donnez 1 kilowatt à l'entrée, vous récupérez 40 kw à la sortie.

Les appareils commercialisés produiront de 10 à 30 kw/h, largement suffisants pour alimenter une habitation ou une petite voiture. On peut les accoupler pour faire des centrales, ce qui pourrait donner un recyclage à nos centrales nucléaires, qui ne sont jamais que des machines à vapeur sales. Mais là, c'est propre, sans résidu radio-actif, et sûr : ça s'arrête en quelques minutes.

La réaction produit des rayons alpha et gamma (gamma d'énergie inférieure à 300 keV).

Ce qui prouve qu’une réaction nucléaire est à l’œuvre.

Mais un blindage de plomb de 50 kg sur 2 cm d'épaisseur (soit un volume de 4 litres environ) les arrêterait et l'appareil en fonctionnement n'émettrait ni neutrons ni protons.

Quelques heures après l'arrêt, il n'y aurait plus de rayonnement ni de déchets radioactifs, même au centre du réacteur. Le "combustible" et les déchets ne seraient pas radioactifs. La radioactivité de l'eau chauffée ne serait pas modifiée.

En cas d'emballement du réacteur, un excès de production de chaleur réduirait l'efficacité de la réaction et tendrait à limiter cet excès. De plus, dans ce cas, le système de sécurité activerait le préchauffage auxiliaire pour renforcer cette limitation.

Lors de la maintenance, tous les 6 mois, le nickel serait recyclé et le petit réservoir d'hydrogène à 160 bars (quelques litres) remplacé. Au bout de 2,5 mois d'utilisation, le nickel contient environ 10 % de cuivre (isotopes 63 et 65) et 11 % de fer.

Vous devez y voir la preuve d’une transmutation du nickel en fer et en cuivre, et donc la preuve que la transmutation à basse température est possible.

Le nickel est abondant sur Terre et n'est pas cher.

« Si toute l'énergie consommée par les humains était produite ainsi, un pourcentage infime [10%] de l'extraction annuelle de nickel y suffirait »

Le E-cat est entièrement recyclable après une durée de vie de 15 à 20 ans, le nickel l'est à 80% environ.

Vous pouvez vous offrir 50 grammes de Nickel (20 Euros le kilo : une dose coûte donc un euro) et quelques litres d’hydrogène tous les six mois ? Alors vous aurez bientôt accès à cette énergie quasi illimitée, qui ne produit pas de CO2, pas de particules radioactives, et dont les rares rayonnements sont facilement arrêtables avec quelques kilos de plomb.

J’ai résumé pour vous cet article trouvé sur Wikipédia. Vous y aurez de plus amples détails, et en sortirez convaincus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Catalyseur_d%27%C3%A9nergie_de_Rossi_et_Focardi

Notez que les expériences sont tout à fait actuelles, et suivez l’actualité de cette révolution technologique jour après jour. La commercialisation semble en cours.

Alors, cessez de vous tourmenter avec le nucléaire et ces pseudos trouvailles que sont le photovoltaïque et l’éolien : c’est du passé, c’est périmé. La question du CO2 ne se pose plus, et les écolos vont devoir trouver un autre dada. Charbon, pétrole, nucléaire, au musée : à terme, zéro pollution.

Nous allons vivre une ère nouvelle, et on va cesser de nous casser les oreilles avec l’énergie rare, la pollution, et tous ces concepts d’un autre âge.

Cela pose de gros problèmes : les sociétés pétrolieres, les pays de l'OPEP, peuvent passer de l'opulence à la misère. L'Etat doit se trouver d'autres taxes. La production automobile doit se convertir à l'electricité. Les transports maritimes verront le retour des machines à vapeur ! Les trains auront le choix : électricité ou vapeur directement. Attendons-nous à quelques freins, donc.

Mais avec cette énergie quasi gratuite, quasi illimitée, on peut tout envisager : dessaler l'eau de mer et voir fleurir les déserts, faire disparaitre toute misère sur terre.

Un autre point important : tant que les intérêts pétroliers et nucléaires dominent (dominaient ?) la planète, de nombreux brevets du même ordre ont été confisqués ; il y a en effet de nombreux moyens de produire proprement de l'énergie gratuite. On peut s'attendre à les voir resurgir, dès lors qu'il sera plus rentable de les commercialiser que de les tenir secrets.



Sur le même thème

Théorie Grand Unifiée de la SuperConspiration
Monsieur Hulot et le grand mensonge de la transition énergétique
Transition énergétique... et politique
Le CERN, à cheval entre Genève et la France... vous connaissez ?
Après la Révolution numérique… ou : Le capitalisme se meurt, vive les communaux collaboratifs !


Les réactions les plus appréciées

  • Par cassandre4 (---.---.---.238) 22 décembre 2011 12:36
    cassandre4

    Toutes ces « inventions » sont serte bien réelles, font le buz, et disparaissent aussi rapidement qu’elles sont apparues.

     Silence total des merdias (aux ordres) où disparition pure et simple de l’inventeur !

     La seul solution, (mais il faut qu’elle soit totalement désintéressée) pour voir sortir une telle technologie, est qu’elle soit « balancée »( et réalisable par le grand publique) par internet où tout autres moyens, de tel façon qu’il ne puisse y avoir aucun moyen de coercition possible !

     Donc, messieurs les inventeurs de génie, n’espérez pas faire fortune, et faites vous une raison, si vous voulez vraiment faire avancer le schmilblic, balancez tout le paquet !

     Et à Dieu va !

  • Par robin (---.---.---.3) 22 décembre 2011 10:11

    Dans l’absolu c’est intéressant, passionnant même, mais vous savez très bien que le grand public n’en verra jamais la queue d’un début de commencement de production pour des raisons de basse politique économique et industrielle, sinon ça ferait longtemps qu’on volerait tous dans des soucoupes volantes à énergie du vide (pour exagérer à peine).

    On a un exemple passionnant avec la voiture électrique aujourd’hui, comme on ne pouvait plus décemment cacher au grand public les avancées dans le domaine, on lui donne des versions très couteuses, avec des autonomies ridicules, ou alors avec des couts de location en sus redhitoires, une sinistre comédie de plus quoi !

    alors que par exemple la simple utilisation de volants d’inertie pour stocker l’énergie serait de plusieurs ordres moins chers que les batteries.

  • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 22 décembre 2011 16:04
    Qaspard Delanuit

    Il y aura une véritable révolution énergétique quand un inventeur donnera libre accès aux informations permettant à un particulier normalement doué pour le bricolage de confectionner lui-même un générateur capable de lui assurer son autonomie domestique, à partir de matériaux facile à trouver.

  • Par Alain94360 (---.---.---.151) 22 décembre 2011 13:27

    c’est du nickel taille micrométrique.
    il est convertit en cuivre et autres métaux intermédiaires...
    il semble qu’il y ait une cascade de transmutation et de désintégration...

    si c’est le cas, la question reste de savoir comment le premier neutron a été produit, et certaine avancent un absorbtion d’un électron par un proton...
    c’est improbable dans les situation habituellees, mais certains avancent des conditions particulière qui rendent les électrons lourds, lents et donc étalés sur les protons...
    d’autres hypothèses concurentes sont aussi avancées...

    en tout cas, si l’industrialisation du processus par andrea rossi (e-cat) ou par defkalion GT (hyperion) est encore non validée, le principe des réactions « anormales » est acquises depuis longtemps...

    ca a été reconnu publiquement (en passant) comme réale par la nasa
    http://www.grc.nasa.gov/WWW/sensors...
     ca a été validé par la Navy (le SPAWAR) avec des méthodes qui ont permi de rendre la réaction Pd+H systématique et d’en étudier des paramètres
    http://www.youtube.com/watch?v=Vymh...

    a priori le scepticisme initial est basé sur une fraude par le MIT qui a bidouillé les premuers résultats de réplication pour faire croire a un échec (c’était pourtant dur a reproduire vu qu’on ignorait pas mal de contraintes techniques)
    http://www.infinite-energy.com/imag...
    (voir la page 12 qui explique la fraude, artickle écrit par le responsable de la communication scientifique du mit a l’époque des faits, qui a eu en main les données non trafiquées et trafiquées ensuite)

    a priori si on suit ce qui se passe autour de la société Defkalion, ca devrait être industrialisé très bientot... les grec s sont bien plus pro que rossi, qui n’a pas su s’entoure a cause de sa personalité étrange et parano (normal pour avoir osé travailler là dessus).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires