• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elections législatives au Liban : défaite toute relative du Hezbollah et du (...)

Elections législatives au Liban : défaite toute relative du Hezbollah et du 8-Mars

Deux jours après les élections législatives au Liban, les résultats définitifs ont été annoncés, les différents partis ont pu s’exprimer et "l’hystérie" médiatique est retombée. Nous pouvons donc sereinement aborder la portée et les conséquences du scrutin.

Cela n’a échappé à personne : le bloc pro-occidental du 14-Mars a conservé la majorité au Parlement libanais. Il a remporté 71 sièges contre 57 pour le 8-Mars. Beaucoup avaient pourtant annoncé que le pays pourrait basculer entre les mains des pro-syriens. Les médias et les gouvernements occidentaux l’avaient d’ailleurs parfaitement intégré. Avant le scrutin, certains avaient déjà prévenu de leur probable victoire. Les Occidentaux avaient, parfois même, usé de pressions. On se souvient de la visite de Joe Biden, le vice-président américain, à Beyrouth où il avait affirmé que l’aide américaine au pays serait conditionnée en fonction des résultats des élections ; ce qui constituait une grave ingérence dans les affaires d’un Etat souverain.

L’opinion, en Occident en tout cas, s’était préparée à voir la victoire du "Hezbollah" (en effet, dans la majorité des médias, l’on préfère réduire la coalition du 8-Mars au Hezbollah uniquement, alors qu’en fait, le parti chiite n’est qu’un fragment d’un bloc qui réunit le parti Amal, le Courant patriotique du chrétien maronite Michel Aoun et d’autres groupes plus petits). Cela fut donc une surprise de le voir "perdre".

Ces résultats ne sont cependant pas étonnants. Il fallait, de toute évidence, s’attendre à ce qu’ils soient sensiblement les mêmes que ceux de 2005. En effet, il y a 4 ans, le bloc anti-syrien mené par le parti sunnite du clan Hariri s’était imposé avec 72 sièges. Aoun n’était alors pas coalisé avec les pro-syriens (Amal et Hezbollah). Ils avaient alors respectivement reçu 21 et 35 sièges. Si l’on additionne leurs scores, on obtient 56 sièges. Cela signifie que l’alliance du 14-Mars a même reculé depuis les dernières élections législatives : elle perd 1 siège (72 moins 71 en 2009).

La situation politique ne change donc pas. L’explication est très simple. L’importance du facteur communautaire au Liban fait que naturellement les variations des bases électorales sont potentiellement très faibles. On pouvait prédire d’avance la victoire du Hezbollah au Sud Liban et dans la Bekaa, celle du leader druze Walid Joumblat dans le Chouf ou des autres membres du 14-Mars dans les grandes villes (comme Saida, Tripoli ou Beyrouth) et dans le Nord Liban. Le véritable enjeu se situait dans les circonscriptions du Mont Liban où Michel Aoun et les autres partis chrétiens devaient se livrer bataille (comme en 2005).
Quelques jours avant le scrutin, Hassan Nasrallah, dans un discours, demandait d’ailleurs un "plébiscite" afin de conforter l’action de la résistance. Il comparait même l’élection à un référendum pour la Résistance ce qui montre bien combien leur statut est assuré dans le sud.

"Il s’agit d’un référendum sur la Résistance et ses armes"

On ne peut donc pas affirmer que les anti-occidentaux aient été véritablement défaits contrairement à ce que soutiennent des quotidiens comme Le Point, Le Parisien, ou encore l’Orient, Le Jour (pro-occidental) au Liban.

Nous pouvons même dans une certaine mesure affirmer que ce résultat est plutôt favorable au Hezbollah. En effet, le mouvement poursuit principalement 2 objectifs : maintenir la résistance contre Israël et la légitimer. De par le nombre de sièges engrangés, il démontre qu’il reste populaire au sud du pays (légitimation politique). Ensuite, l’épreuve du pouvoir est toujours redoutable et peut s’avérer dommageable ; surtout au Liban où les défis pour le gouvernement seront très importants. Dans ce cas, il peut être perçu comme plus intéressant pour le "parti de Dieu" de rester en retrait tout en s’offrant une répresentation politique suffisante. Enfin, si le 14-Mars a maintenant toutes les cartes en main pour former son gouvernement, il serait imprudent et irresponsable d’écarter les chiites et une bonne partie des chrétiens. Le gouvernement d’union nationale pourrait donc persister. Pour terminer, notons que la défaite permet de faire mentir les certitudes des Occidentaux et de leurs soutiens au Liban. En effet, ils ont souvent appuyé l’idée que l’opposition lèverait les armes s’il le faut pour s’assurer le contrôle du pouvoir. Or Hassan Nasrallah a honorablement salué les résultats de la majorité, en les félicitant.

Voici ce qu’il en dit dans son discours post-électoral (traduction) :

Nous acceptons le résultats de ces élections (...) nous acceptons la victoire de la partie adversaire sachant que l’opposition a malgré tout, préservé sa position.
Cela dit, je souhaite parler de deux points en particulier, il s’agit de deux mensonges, qui se sont écroulés.
Le premier mensonge concerne un discours politique qui accusait l’opposition de vouloir empêcher ces élections, selon ce discours, l’opposition compte déstabiliser la situation sécuritaire au Liban si elle constate durant les élections qu’elle a perdu ou encore qu’elle refusera les résultats de ces élections. Or, aujourd’hui, nous sommes le Lundi et nous nous comportons avec ces résultats, normalement, il n’y a pas eu de problèmes de sécurité ou quoique ce soit de ce genre.

Le deuxième mensonge qui s’est effondré : pendant des mois ils ont prétendu que c’était impossible d’organiser des élections en présence des armes du Hezbollah sous prétexte que c’était intimidant pour les électeurs.
Or, non seulement ces élections ont eu lieu alors que le Hezbollah détient ces armes mais mieux encore il détient tout un arsenal militaire sans précédent depuis 1982, sans compter que ces élections étaient l’une des plus importantes .
Ces armes n’ont pas pour mission d’ imposer une équation politique, leur seule mission est la résistance contre l’ennemi sioniste.
Les Libanais ont démontré leur capacité à maintenir la sécurité et la paix civile alors que la concurrence électorale était tés sévère, sans compromettre la sécurité et la stabilité.

Discours de Hassan Nasrallah, traduction approximative en français de Al Manar

Ajoutons, pour conclure, que le statu quo est la meilleure solution pour le Liban. Il le préserve des sanctions occidentales et des menaces israéliennes qui, aussi illégales et injustes soient-elles, auraient pu être mise en exécution en cas de victoire du bloc du 8-Mars. C’est l’assurance que le Pays du Cèdre ne deviendra pas un nouveau Gaza, du moins pour le moment...


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • snoopy86 10 juin 2009 19:52

    Un nouvel auteur barbu fanatique enturbanné ....

    Le Hezbollah a perdu, les chrétiens n’ont pas voulu d’Aoun malgré les bricolages des barbus....

    Inutile de polémiquer avec Abdelmaboul et sa clique....

    L’article d’hier de Ben Khabou était beaucoup plus sérieux ....

    http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-reponse-intelligente-du-liban-57287

    Hubert, mcm, Colre

     n’hésitez pas à reposter sur celui-ci mes commentaires d’hier....


  • Barbet Barbet 10 juin 2009 14:05

    Israël ne respecte rien, même pas lui même, c’est la honte de l’humanité.
    Le Hezbollah a donné une claque à l’arrogance occidentale, et a Isreal l’état voyou et lache.
     Ce que ne sait pas Israel, c’est que c’est la démocratie qui le conduira a sa perte.


    • abdelkader17 10 juin 2009 14:45

      Très bonne analyse, bien loin des discours partisans des commentateurs autorisés occidentaux.
      Le journalisme Français brille de son inculture crasse et de ses partis pris quant à la situation dans le monde arabe.
      Une leçon démocratique pour l’arrogance occidentale comme en Palestine occupée.


      • COLRE COLRE 10 juin 2009 14:52

        Mauvaise semaine pour le camp anti-s… smiley smiley

        Entre le Hezbollah qui prend une claque aux élections, Ahmadinejad qui prend le même chemin de la grosse baffe, le président du grand Satan (un « noir » élu par la plus grande démocratie occidentale censément raciste…) qui fait son discours du Caire et, enfin, le score quenellien de Dieudonné et sa clique de racistes, d’extrémistes, et d’illuminés de tout poils… 

        Je comprends que ça leur ait coupé le sifflet pour qques jours…  

        Mais, les revoilà, toujours prêts à donner des leçons : non de démocratie, mais d’arrogance, oui, et de mensonges et propagande, toujours…


        • jaja jaja 10 juin 2009 19:37

          La Finul s’offusque qu’une résistance résiste mais ne fait rien lorsque l’armée sioniste envahit le territoire libanais.... La Finul est l’alliée d’Israël et non pas une « force d’interposition »...

          Tout le monde le sait au Liban... Seul le rapport de force lui évite d’être foutue dehors par les Libanais


        • abdelkader17 10 juin 2009 16:26

          @MCM et colre
          Nos deux agents de propagande sont venus déverser leur fiel habituel, le monde arabe se se laissera plus duper par un Obama simple produit de réhabilitation d’une Amérique proche de la banqueroute, la résistance détient des armes de plus en plus moderne pour combattre la peste sioniste, ses troupes sont disciplinées et prêtes au sacrifice pour la dignité et la terre.
          Continuez donc à propager vos mensonges, votre stratégie frise le ridicule elle n’est plus opérante sur les esprits des masses occidentales qui auront compris que vous n’êtes que des bouchers sanguinaires sans aucune loyauté.


          • abdelkader17 10 juin 2009 19:39

            @Hubert
            le préalable à la paix c’est de se débarrasser du sionisme malfaisant.


          • jaja jaja 10 juin 2009 19:19

            Walid Charara interviewé par le Mouvement des Indigènes de la République......Limpide. En quelques minutes tout est dit sur la résistance des peuples arabes contre l’impérialisme américain et ses valets....

            http://www.dailymotion.com/relevance/search/charara/video/x86qbr_walid-charara-analyse-la-guerre-isr_news


            • Ricardo 10 juin 2009 22:31

              ah comment ça me fait plaisir les réactions de MCM et Hubert :)

              On voit bien que vous êtes désespérer. J’ai une info pour vous : Les jours du sionisme sont comptés, profitez pendant que vous le pouvez encore ;)


              • yossi yossi 10 juin 2009 23:11

                Hariri refuse une paix entre Israel et le Liban !!!Le futur Premier ministre libanais prend ses distances avec l’Initiative de paix arabe !!!L’initiative de paix arabe est un leurre, les limites fixées sont inacceptables.
                C’est une preuve de plus qu’ils ne veulent point un état pour les Palestiniens, mais nous voir disparaitre du moyen orient.
                Et Hariri fera comme les autres la peur au ventre, il acceptera de facto la participation du Hezbollah, l’armée Libanaise ne faisant pas le poids avec le Hezbollah et son armement.
                Sinon son tour viendra. !!Une négociation est une libre discussion entre états responsables ou l’on pose des bases, à savoir restitution de territoires éventuels en échange d’une paix.

                On négocie point par point, nous ne sommes ni les sujets ni les esclaves de l’Arabie saoudite pour nous jeter au visage un soit disant traité en nous disant voila c’est comme cela que ça doit marcher, et si nous ne sommes pas d’accord on nous coupe une main ou la tête, dur de perdre certaines habitudes. !!!

                Car vois-tu, avec le Liban, nous n’avons aucun contentieux territorial serieux. Il y a cette histoire de Fermes de Shabaa, qui d’ailleurs appartiendraient plutot a la Syrie et c’est tout.
                Alors qu’est-ce qui empeche Hariri de negocier un traite de paix avec Israel ?

                La reponse est toute simple : la presence au Liban d’un demi-million de Palestiniens. Le Liban ne peut pas se permettre le luxe de leur accorder la nationalite libanaise tout simplement parce que cela remettrerait en cause le fragile equilibre constitutionnel sur lequel repose la souverainete et l’independance de ce pays.

                Et donc, le Liban pose pour conditions prealables a toute negociation le retour des refugies. 

                on n’en est encore et toujours au meme point.



                • abdelkader17 11 juin 2009 00:41

                  @Yossi
                  les réfugiés Palestiniens du Liban sont palestiniens pas Libanais quand enfin allez vous comprendre cela, la construction d’un état Palestinien est aujourd’hui caduque ayez au moins l’honnêteté de le reconnaitre.
                  A quoi ont mené toutes ces négociations à par la poursuite active de la colonisation.


                • Hesprides Hesprides 11 juin 2009 13:00

                  Pour que les sionistes soient contents et continuent a faire leur propagande crasse ils veulent :

                  1-Qu’il n y ait pas de resistance populaire quand ils envahissent le liban !!

                  2-Que quand les libanais appliquent la vraie democratie, ils esperent la guerre civile !!!

                  Le hezbollah outre qu’il les a royalement battus et chassés, joue le jeux democratique d’une maniere exemplaire, et s’inscrit dans la construction nationale libanaise.

                  Bravo aux libanais de donner des lecons d’humanite,de dignité et de civilisation au monde entier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

harry


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès