• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Entre « Prédictions » et « Notre Dame de l’Apocalypse » : récit (...)

Entre « Prédictions » et « Notre Dame de l’Apocalypse » : récit d’une (re)conversion

Ceux qui ont vu le film Prédictions ne seront pas dépaysés. Ici aussi un scientifique en vient à croire à des prédictions. Comme dans le film, son récit risque de passer pour un délire d’interprétation. Pourtant, en matière de prédiction, seul l’avenir peut juger à coup sûr. D’abord destiné à mes ami(e)s, à ceux qui me connaissent et voudront me lire sans d’emblée me juger, ce article est susceptible d’intéresser ceux qui souhaitent comprendre comment un darwinien convaincu peut en venir à croire que « le ciel » est intervenu pour l’aider à se préparer à l’Apocalypse. Cela s’est fait au travers d’évènements étranges qui me sont arrivés et qui ont pris tout leur sens grâce au livre que Pierre Jovanovic a consacré aux apparitions de la Vierge (sic). Je décris donc ici un processus psychologique de prise de conscience auquel nous pouvons tous être confrontés à un moment ou un autre de nos vies et qui nécessite de croire en dehors des sentiers balisés par les représentations collectives et les orthodoxies ; ce à quoi nous nous refusons généralement.

Connaissez-vous le cas de cette femme obèse qui a pris conscience de son problème de poids quand elle a constaté qu’elle était incapable de s’asseoir dans un fauteuil de cinéma ?
La chose pourrait prêter à sourire mais ce serait ignorer qu’il y a là une attitude tout à fait normale, c’est-à-dire générale. Tous autant que nous sommes, nous entretenons de multiples aveuglements à l’égard ce que nous ne voulons pas (sa)voir. Ainsi, il est tant de choses terribles qui se profilent à l’horizon et dont nous nous détournons. Pourtant, selon Jean-Pierre Dupuy qui aborde la question dans « Pour un catastrophisme éclairé  », il convient de regarder les possibles catastrophes bien en face, car c’est encore le meilleur moyen de faire qu’elles n’adviennent pas. Autrement dit, le pire est d’autant moins sûr qu’il est tenu pour certain.
Songeons à la situation des juifs européens au cours des années trente. Quel sens chacun devait-il faire des innombrables signes d’une violence en marche, reconnaissable mais reconnue par tous seulement après coup ? Certains ont fui mais la plupart n’ont pas cru ce qu’ils avaient sous les yeux. Ils l’ont payé au prix fort, celui de leur vie.
 
Cette idée d’une cécité mortelle est souvent véhiculée au travers de la métaphore des grenouilles dans la casserole d’eau qui chauffe progressivement. Elles sont aux premières loges pour apprécier l’état de leur situation, mais l’évolution insensible de la température fait qu’elles n’y prêtent pas attention et persistent à croire que rien ne change. La métaphore des dindes est aussi suggestive : elles engraissent jour après jour et croient que cela va continuer indéfiniment, jusqu’à ce qu’arrive la période de Noël…
 
Le présent texte va probablement irriter les dindes. On va me reprocher d’annoncer Noël, d’être prétentieux en croyant savoir mieux que d’autres ce qui nous pend au bec. J’en suis désolé, car telle n’est pas mon intention. Je ne veux pas laisser à penser que je sais quoi que ce soit, seulement que je crois à ce qui m’est arrivé. Je ne cherche à dire rien d’autre que ma rencontre avec une chaîne causale improbable qui m’a permis de faire sens de pressentiments qui m’ont habité depuis l’enfance mais que j’avais tout bonnement oubliés.
 
Tout a commencé par un accident de vélo, le 13 octobre 2000, à Montpellier. C’était un vendredi, mais ce détail est a priori sans importance. Pressé d’aller acheter un livre pour l’anniversaire de mon amie, je roulais à toute vitesse, sous une pluie fine, sur la toute récente ligne du tramway de Montpellier. Sans que j’y prenne garde, ma roue est entrée dans un rail, j’ai tout de suite perdu le contrôle du guidon et je suis tombé lourdement sur le côté droit. Un claquement ressenti dans l’épaule fut le premier indice du sérieux de la chute. L’impossibilité de lever ce bras plus haut que l’épaule fut le second.
Tout contusionné, je suis remonté sur le vélo, j’ai acheté le cadeau voulu et je suis rentré tant bien que mal.
 
Chemin faisant, je me suis rappelé la lettre de l’assurance reçue quelques jours plus tôt qui me demandait l’état de consolidation de mon accident de l’an passé, intervenu lui aussi un 13 octobre, toujours à vélo. J’avais alors par inadvertance laissé un parapluie de golf pénétrer dans la roue avant de mon VTT qui s’était arrêté pile, m’obligeant à un grand soleil avec atterrissage sur la poitrine et fracture du sternum à la clé.
 
A peine arrivé chez moi, j’avais ma petite idée en tête et j’ai donc téléphoné à mon père pour m’assurer que la date de son mariage avec ma mère était bien un 13 octobre. Je l’ai vraiment entendu sourire au téléphone quand il a dit « oui, un vendredi 13 octobre ».
 
Bien qu’étant psychologue, j’ai une orientation cognitiviste qui ne m’offrait guère de piste pour gérer cette situation. J’ai donc appelé un collègue et ami que je savais d’orientation clinique. Il m’a dit en riant qu’il ne pouvait m’aider mais que la chose l’amusait beaucoup car le soir même il allait retrouver ses parents pour fêter leur anniversaire de mariage, qui s’était donc déroulé, lui aussi, un 13 octobre.
Il m’a alors semblé que la chose prenait un tour singulier car cette série de coïncidences était tout de même hautement improbable. Je n’étais pourtant pas au bout de mes surprises.
Cinq jours plus tard, le 18, je suis allé à la Poste et comme le préposé m’a vu avec le bras droit en bandoulière — à cause de ma clavicule cassée — il a proposé de remplir le bulletin de retrait. Je ne sais plus pour quelle raison, je l’ai laissé faire, alors que je suis gaucher. Très vite cependant, je l’ai arrêté quand je l’ai vu écrire « 13 octobre ». J’ai protesté en lui rappelant que nous étions le 18 et je lui ai demandé pourquoi il écrivait une telle date. Il m’a répondu tranquillement qu’il s’agissait de la date de mon passeport, réalisé le 13 octobre 1997. Stupéfait, mais pas complètement surpris, j’ai compris que j’allais décidément avoir à réfléchir sérieusement.
Le point de départ, ce fut, bien sûr, le pourquoi du comment du mariage de mes parents. La psychogénéalogie a pris tout à coup une allure bien moins suspecte à mes yeux. J’ai mené une petite enquête d’amateur et malgré l’éclairage de plusieurs collègues, elle ne m’a mené à aucune conclusion bien claire. En désespoir de cause, je suis allé consulter une psychologue généalogiste qui a mis comme condition à la poursuite d’un travail la reconstitution de mon arbre généalogique. J’ai commencé à collecter les données plus systématiquement, mais rien de très évident ne m’est apparu. Il y avait bien ce secret de famille sur un grand-oncle séminariste qui se serait suicidé au milieu des années trente, mais même si la date de sa mort — que j’ignore encore — devait en définitive coïncider avec un 13 octobre, je n’ai pas bien vu quel rapport cela pourrait avoir avec le mariage de mes parents et finalement avec moi. Bref, j’ai pressenti qu’en m’engageant dans cette voie, je ne verrai pas de si tôt le bout du tunnel.
 
Durant tout ce temps, cela va de soi, je suis resté vigilant et j’ai passé les 13 octobre qui suivirent à mon domicile et, en tout cas, sans rouler à vélo. Rien ne m’est arrivé jusqu’à cette journée pluvieuse du 13 octobre 2005. J’avais complètement oublié la date fatidique, je pédalais à Béziers, sous la pluie, sans grande visibilité, quand une voiture n’a pas respecté un stop et je l’ai percutée. Heureusement, cette fois-ci, seul mon vélo a souffert. Pare-boue avant brisé. Je suis reparti à mon rendez-vous, une réunion de travail dans une école de mon secteur, et c’est seulement arrivé sur place, en ouvrant l’agenda, que j’ai pris conscience que nous étions un 13 octobre. Il m’est d’emblée apparu que la première fois où j’avais oublié de « veiller » au 13 octobre, j’avais été tout de suite rappelé à l’ordre, si je puis dire.
Cette même année ou peut-être l’année suivante, j’ai trouvé dans ma boîte aux lettre un bordereau de la Poste m’indiquant l’arrivée d’un colis, en date du 14 octobre. Je n’ai fait, bien sûr, aucun rapprochement particulier et je suis allé à la Poste chercher mon colis ; seulement là : pas de colis. Je leur laisse mon téléphone et quelques jours plus tard, je trouve sur le répondeur un plaisant message m’indiquant que le colis a été retrouvé. Le message était spécialement plaisant car il précisait l’origine du problème : le colis avait été rangé par erreur à la date du 13 octobre.
 
Cette vaccination de rappel sous la forme d’un minuscule accident a fait son chemin dans mon esprit et il m’est alors venu à l’idée que je n’étais peut-être pas sous le coup d’une simple fatalité inscrite dans mon subconscient psychogénéalogique. En effet, je me suis demandé si, au travers de ces accidents, le « ciel » n’essayait pas d’attirer mon attention sur cette date pour, en quelque sorte, m’alerter, non vis-à-vis d’un passé qui voudrait me rattraper, mais vis-à-vis d’un futur vers lequel je me dirigeais sans en avoir conscience. En toute logique, une alerte a plus de sens orientée vers le futur que vers le passé, n’est-ce pas ?
 
Une telle hypothèse, « céleste », ne va pas de soi. Laplace n’a-t-il pas, en son temps, répondu à Napoléon qu’il n’en avait pas eu besoin ? Seulement, tout le monde n’a pas la chance d’avoir des parents communistes ; pour ma part, j’ai grandi dans une famille où de tels événements font assez facilement sens sur le versant surnaturel.
Par exemple, depuis ma petite enfance, j’ai le souvenir de ce récit où, en 1943, ma grand-mère a vu un ange lui apparaître pour lui dire simplement « Thérèse, quoi qu’il arrive, ne t’en fais pas ». Le lendemain elle recevait un télégramme annonçant la condamnation à mort de son mari. Il a été gracié quelques années plus tard. Par ailleurs, ma grand-mère guérit par la prière (brûlures, psoriasis, etc.), elle trouve les sources d’eau avec une branche de vigne, auparavant elle tirait les cartes, et elle a même eu un temps une boule de cristal. Bref, c’est dire que je me suis trouvé croyant au surnaturel comme Obélix s’est trouvé fort : en tombant dans la marmite quand j’étais petit.
Mais entendons-nous bien. Cela ne m’a pas empêché de rejeter le catéchisme, les dogmes et tout le saint frusquin. Je suis devenu un darwiniste bon teint, anticlérical obstiné et si je ne suis pas devenu proprement matérialiste, c’est que le fanatisme des rationalistes de la « Libre pensée  » m’a fait frémir. Bref, j’ai accompli ma petite révolution et suis devenu un adulte rationnel, scientifique. En conservant malgré tout au fond de moi un total respect pour le surnaturel et la magie blanche de ma grand-mère. Ayant fait moi-même l’expérience d’un certain nombre de phénomènes de prescience protectrice ou salvatrice, sans parler des guérisseurs auxquels j’ai fait appel avec succès comme tant d’autres, je n’ai jamais douté l’ombre d’une seconde de la véracité de ce que m’a dit ma grand-mère. Schizophrénie, superstition, ou bon sens, chacun jugera en fonction de ses… convictions ; peu importe. Ce qui m’intéresse ici, c’est de comprendre par quel processus étrange j’en suis venu à ne plus m’identifier comme un rationaliste.
 
Toujours est-il que la nouvelle hypothèse consistant à voir ma série d’accidents comme une alerte au sujet de l’avenir a fait que le 13 octobre m’est apparu sous un jour positif ; non comme un danger mais, dorénavant, comme une aide. Toutefois, je ne savais trop dans quelle direction regarder et c’est donc par hasard, sur Google, que je suis tombé sur un 13 octobre qui a fait tilt. Il s’agissait de celui de 1917.
 
Pourquoi cette date m’est-elle apparue marquante ? Pour une intuition toute personnelle et affreusement ésotérique liée au fait que ma vie suit un rythme décennal où tous les dix ans se produisent des évènements de même nature par rapport au travail et aux relations. Ce que, sans trop savoir pourquoi, j’ai associé au fait que mes parents ont dix ans d’écart. Ma mère est née en 1937, mon père en 1927. Le 13 octobre 1917 a donc eu d’emblée pour moi un petit air de famille qui s’est par ailleurs trouvé concordant avec deux autres dimensions auxquelles je me sens profondément attaché et dont je m’excuse par avance du caractère désespérément intuitif et new age, du genre qu’on ose confier seulement entre quatre yeux, tant la chose se tient en dehors des convenances intellectuelles :
1. Il s’agit tout d’abord de la dimension apocalyptique de l’« âge atomique » dans laquelle j’ai grandi et qui est encore actuelle bien que nous en ayons progressivement perdu conscience par simple effet d’habituation. Aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours accordé une grande attention à tout ce qui avait trait à la troisième guerre mondiale dont le risque a longtemps été jugé important. Vers mes dix ans, j’avais l’impression très nette de vivre dans une société où dominaient l’apparence et le faux-semblant. L’épreuve d’une guerre mondiale, aussi terrible soit-elle, me paraissait avoir au moins la vertu de mettre un terme à cela. J’ai même pensé que je deviendrais moi-même seulement à ce moment là.
2. Il s’agit ensuite — adieu respectabilité — du rapport au soleil vis-à-vis duquel je ressens une affinité particulière que je suis tenté de mettre en lien avec le fait que :
a. Je suis né peu après que l’activité du soleil ait atteint le plus haut niveau qu’elle ait jamais connu (depuis qu’elle est mesurée).
b. une chiromancienne (je vous vois sourire) m’a prédit que l’année 2010 serait pour moi d’une importance capitale, une sorte de seuil. Or, c’est précisément le moment où le soleil devrait, selon toute probabilité, retrouver un niveau d’activité au moins aussi fort que celui qu’il avait à ma naissance.
3. Le lien entre ces deux dimensions est assez évident si, d’une part, l’on prend en compte le fait que le feu nucléaire de la bombe à fusion d’hydrogène est identique à celui du soleil et si, d’autre part, on veut bien considérer l’influence qu’ont les cycles solaires sur les activités humaines. A cet égard, je tiens pour significatif le fait que le symbole de la paix mis en vogue par la contre-culture ait été inventé lors du pic d’activité solaire dont je viens de parler. Il importe de savoir que ce symbole ne veut pas dire « peace and love », mais « désarmement nucléaire  ».
 
En quoi ces dimensions trouvèrent-elles à se recouper dans le 13 octobre 1917 ? Vous êtes assis ? Cette date est celle de la dernière d’une série de cinq apparitions de la Vierge à trois jeunes enfants de Fátima, au Portugal. A cette occasion, une foule immense de 70.000 personnes était sur les lieux car, fait alors unique dans l’histoire, la réalisation d’un « miracle » avait été annoncée trois mois plus tôt. Même les journalistes anti-cléricaux [1] de l’époque furent confondus par le spectacle auxquels ils assistèrent à l’heure dite, quand le soleil… :
« …semblable à un disque d’argent […] se mit à tourner sur lui-même comme une roue de feu, projetant dans toutes les directions des gerbes de lumière dont la couleur changea plusieurs fois. Des rayons jaunes, rouges, verts, bleus, etc. coloraient les nuages, les arbres, les collines, donnant un aspect étrange au paysage et à toute cette nature […] Au bout de quelques minutes, l’astre s’arrêta, brillant d’une lumière qui ne faisait pas mal aux yeux ; puis il recommença sa danse stupéfiante.
Ce phénomène se reproduisit trois fois et chaque fois avec un mouvement plus rapide, une lumière plus brillante et plus colorée. Et pendant les douze inoubliables minutes que devait durer ce spectacle impressionnant, la foule se tenait suspendue, contemplant bouche bée ce phénomène tragique et captivant, qui devait être vu à 40 km à la ronde. Puis les spectateurs eurent l’impression que le soleil se détachait du firmament et se précipitait sur eux.
Un cri formidable sortit en même temps de toutes les poitrines. Quelques personnes s’agenouillèrent, d’autres hurlèrent, d’autres prièrent à voix haute... Cependant, il s’arrêta dans sa course, puis retourna lentement à sa place ; enfin il reprit son éclat normal. Il n’y eut plus de nuages et le ciel fut d’un azur limpide. La foule entière se leva et entonna le Credo. Les vêtements des gens, complètement trempés par la pluie l’instant d’avant séchèrent aussitôt. L’enthousiasme fut indescriptible ». (in Notre Dame de l’Apocalypse, p. 39-40.)
 
Outre ce miracle, la Vierge livre ce jour là trois secrets dont le dernier n’a toujours pas été révélé par l’Eglise en raison de sa teneur apocalyptique. [2] Moi qui cherchais quelque chose qui fasse sens dans le futur, j’étais servi. Le troisième secret de Fatima, c’est du lourd. Mais que recèle-t-il ? A quoi se préparer ?
 
Heureusement, pour contrer le silence de l’Eglise, la Vierge a multiplié les apparitions et donc, ses messages. Dans son livre Notre Dame de l’Apocalypse, Pierre Jovanovic a proposé une analyse très convaincante des nombreux messages de la Vierge. L’auteur a pu procéder à de multiples recoupements, notamment avec les paroles de différents papes et d’un conseiller de premier plan qui a eu accès à la lettre dans laquelle Lucie Dos Santos avait consigné ledit secret. Aussi improbable que cela puisse paraître a priori, Jovanovic réussit à nous donner une assez bonne idée du contenu du 3e secret de Fatima.
 
Je ne peux m’attarder ici à en donner le détail. Le lecteur intéressé pourra se référer à l’excellent livre de Jovanovic. Je traiterai seulement du point qui m’apparaît le plus important, à savoir, celui qui évoque la possibilité d’une apocalypse au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire, au sens de dévastation ultime : « Le feu tombera du ciel transformant les océans en vapeur. »
 
Cette annonce s’accorde assez bien avec la « chute » du soleil qui a été vue le 13 octobre 1917 à Fatima. Mais toute la question est de savoir quelle signification lui accorder.
 
Il y a deux possibilités. Soit le feu en question est proprement céleste (au sens naturaliste comme au sens religieux), soit il est d’origine humaine, c’est-à-dire, atomique. De manière assez bizarre, Jovanovic ne semble pas prêt à se confronter à cette dernière hypothèse. Il suit d’autant plus volontiers la première que le Vatican est devenu possesseur d’un observatoire avec deux télescopes à Mount Graham, en Arizona. Cela devrait, selon Jovanovic, lui permettre d’observer un premier signe (annoncé à Garabandal en 1961) dont notre auteur nous dit, sans garantie, qu’il est prévu pour… le 10 avril 2009 !
 
Pour ma part, sans du tout écarter la possibilité d’événements « célestes », mon sentiment est qu’avec l’arme atomique l’Homme a largement de quoi faire qu’un feu tombera du ciel transformant les océans en vapeur. La violence humaine est probablement ce qu’il y a de plus à craindre. Ceci dit l’un n’est pas exclusif de l’autre. Si l’on en juge par l’impact sur le réseau électrique canadien en 1989, on peut imaginer que des perturbations électromagnétiques extrêmes causées par une gigantesque éjection de masse coronale solaire pourraient affecter le fonctionnement des centrales nucléaires, voire, des systèmes de défense.
 
Avant de revenir à ces questions, il reste à évoquer deux éléments ayant contribués à ma (re)conversion.
Il y a, tout d’abord, le fait que depuis trente ans déjà, je suis lecteur de René Girard. Ce chercheur a développé une anthropologie générale suggérant que l’apparition de l’humain est concomitante de l’invention du religieux, c’est-à-dire, de cultures sacrificielles basées sur un mécanisme violent de mise à mort d’une victime expiatoire, un « bouc émissaire  ». Depuis la nuit des temps, ces pratiques auraient contribué à entretenir la paix au sein de communautés secouées par une violence endogène extrêmement contagieuse. Cela, par le rassemblement du groupe dans l’unanimité d’une violence accomplie à l’égard d’une victime accusée de tous les maux mais réduite au silence et donc incapable de contester le récit de ce qui s’est passé. Selon Girard, ce mécanisme « unanimitaire », aurait été rendu inopérant par la révélation chrétienne. Car la capacité à voir les victimes et à témoigner de la violence subie empêche la réalisation de l’unanimité au sein du groupe, de sorte que la violence, ne pouvant plus être évacuée vers le sacré par l’entremise du bouc émissaire, resterait dans la communauté et retomberait en quelque sorte sur la tête de ceux qui l’ont perpétrée. L’escalade de la violence deviendrait alors inévitable et l’autodestruction serait alors le destin de l’Homme. C’est, selon Girard, précisément ce vis-à-vis de quoi le nouveau testament nous mettrait en garde en nous invitant à un renoncement unilatéral à la violence, c’est-à-dire, à refuser de s’engager dans une réciprocité violente. Vous savez bien, ce fameux « tendez l’autre joue » ou ce presque célèbre « plutôt rouge que mort » des pacifistes allemands du temps de la guerre froide que nous empressons d’oublier tant, dans notre monde, la légitime défense va de soi.
 
Pour ma part, je suis tout à fait convaincu du sérieux de cette éventualité catastrophique. Je l’ai toujours crue probable, sinon certaine. Je l’ai longtemps crainte, mais je l’avais oubliée. Il a fallu l’intercession d’un ami pour que cette thématique me revienne en pleine figure alors qu’ayant découvert le 13 octobre 1917 et l’existence d’un troisième secret de Fatima, je m’interrogeais encore sur la signification que tout cela pouvait avoir pour moi. J’ai eu la réponse en écoutant le catastrophiste éclairé, Jean-Pierre Dupuy, présenter sur France Culture le livre de Günther Anders, récemment traduit et intitulé « Hiroshima est partout ». De la présentation en question deux choses essentielles ressortaient :
1. Nous devons croire que la catastrophe va arriver si nous voulons nous donner les moyens de l’éviter (thèse de Jean-Pierre Dupuy)
2. L’existence même de l’arme atomique est une garantie de son utilisation future (thèse de Günter Anders que Dupuy fait sienne)
 
J’ai immédiatement acheté le livre d’Anders et, alors que j’étais plongé dans sa lecture m’est soudain revenu un souvenir qui, dans un autre contexte, aurait été tout à fait anodin mais qui, en la circonstance était une clé dont le livre de Jovanovic m’a ensuite confirmé la pertinence.
C’était au cours d’une belle soirée d’été, entre amis tendance contre-culture, à la fin des années 70, possiblement après une discussion autour du livre de Girard que je venais de découvrir et dont je parlais déjà passionnément. Nous avions abordé la question d’un éventuel holocauste nucléaire et, convaincu de ce que je saurais anticiper cela, ne serait-ce qu’en raison de l’attention que j’y accordais alors, je me suis entendu leur dire : « le jour où vous me verrez partir dans l’hémisphère sud, vous saurez que le danger sera proche ».
 
Aussi anodin que cela puisse paraître, j’ai tout de suite su qu’il y avait là la réponse que je cherchais. Les décennies passant, je m’étais progressivement assoupi, je m’étais laissé emporter par les préoccupations du temps, sinon matérielles du moins sociales et professionnelles. J’avais, ce faisant, complètement perdu de vue ce à quoi j’avais pourtant toujours cru : le risque d’une apocalypse. Ma série d’accident du 13 octobre pouvait donc être comprise comme un signal destiné à me faire « revenir à moi. ».
 
Cela est resté comme une intime conviction jusqu’à ce que je lise Notre Dame de l’Apocalypse. Après avoir refermé le livre de Jovanovic, je savais qu’il m’avait changé. Le scientifique darwinien était toujours là en moi, mais je ne pouvais pas ne pas reconnaître que j’étais aussi devenu croyant.
Cela, simplement parce que ce livre m’avait permis de recoller tous les morceaux du puzzle dont je disposais. En reliant avec une telle plénitude de sens mes accidents à répétition douloureusement réels, avec l’apparition de Fatima, il m’a obligé à me reconnaître croyant en la véracité de ces apparitions, et donc croyant tout court.
Mais il y a toujours une distance entre les idées et les actes. En effet, peu après être parvenu à la conclusion que c’est bien la possibilité d’une apocalypse que je devais envisager, j’ai eu la possibilité de demander une mutation pour l’île de la Réunion. Malgré la conviction nouvelle qui m’habitait, ce ne fut pas sans hésitations. Je me rappelle très bien comment à ce moment décisif la moindre bonne nouvelle prenait un poids extraordinaire et tendait à faire pencher la balance dans l’autre sens. L’élection d’Obama, dont je n’ai jamais pensé qu’elle pourrait changer quoi que ce soit, m’a pourtant fait douter par l’enthousiasme populaire qu’elle a suscité. Je me suis pris à imaginer que peut-être les choses pourraient rentrer dans l’ordre. J’ai donc douté du choix, lourd de conséquence, consistant à tout quitter pour aller s’installer à l’autre bout du monde. Il a fallu que je me rappelle la réalité de mes accidents du 13 octobre pour pouvoir revenir à la conclusion que si le ciel prenait la peine de m’envoyer ce message, ce n’était pas sans raison et que, partant, le danger était réel, autant que l’illusion d’une paix sans effort.
 J’ai ainsi touché du doigt l’incroyable puissance de l’habitude qui nous porte à rationaliser la situation présente, quelle qu’elle soit, pour nous amener à la conserver, c’est-à-dire, à la juger satisfaisante et à ne rien changer de nos comportements ou de nos représentations. Ainsi, malgré un pressentiment si profondément ancré en moi d’un holocauste nucléaire à venir, malgré ma volonté farouche de le fuir, malgré les paroles d’avertissement données à mes amis il y a trente ans, il est évident que je ne serais pas parti pour l’hémisphère sud sans l’avertissement que j’ai reçu. En dépit de l’indépendance d’esprit que je croyais mienne, j’étais passé sous l’influence a) des représentations collectives lénifiantes qui prévalent actuellement comme b) du système d’homéostasie psychologique qui s’appelle l’habitude et qui nous porte aux choix qui préserveront… nos habitudes.
 
Quoi qu’il en soit, j’ai passé la ligne imaginaire qui sépare les non croyants des croyants. Ce passage est essentiellement venu de la nécessité que je ressens de témoigner de ce qui m’est arrivé et donc de me présenter donc comme croyant. Car j’aurais pu tranquillement croire, dans mon for intérieur, en toute discrétion. Ç’eût été plus confortable. Mais, vu ce que je crois, ne devais-je pas tenter de communiquer avec ceux susceptibles d’entendre ce signal ?
 
Bien entendu, il n’y a là aucun prosélytisme. Ce témoignage ne vise pas à argumenter quoi que ce soit. Comment le pourrait-il ? Aucun raisonnement ne peut, je crois, amener à prendre en considération l’hypothèse d’une intervention céleste. Il s’agit seulement d’alerter ceux qui, comme moi, portent en eux une capacité à croire qu’ils ont peut-être laissée en sommeil parce que la norme sociale actuelle porte à la rationalité — serait-elle pathologique, comme les rationalités technologiques, économiques et consuméristes.
 
* * *
 
Supposons que vous m’ayez entendu. Si ce que je viens de relater a eu quelques résonances avec votre propre expérience, si nous partageons une même vue de la situation actuelle, c’est-à-dire, l’idée que l’humanité puisse être en danger de destruction ou d’autodestruction et si vous consentez à l’idée que le ciel puisse nous avertir de l’imminence de ce danger, la question à se poser pourrait alors être :
1. à quoi nous préparer ?
2. comment nous préparer ?
 
Comme on peut supposer que le ciel nous incite à nous préparer non pas pour mourir mais pour vivre, on peut espérer que l’histoire humaine aura une suite et que la fin des temps ne sera pas la fin du monde. Il reste dès lors à se poser une troisième question :
3. pour quelle suite ?
 
Sans doute importe-t-il de préciser que je ne prétends aucunement livrer ici quoi que ce soit qui puisse relever d’une expertise dont je pourrais m’autoriser. Il s’agit simplement d’une intime conviction basée sur la synthèse toute personnelle et certainement trop rapide que j’ai réalisée à partir des informations dont je dispose. Je vous communique cela comme je l’ai déjà fait à certains de mes amis, sans autre garantie que la sincérité et la conviction avec laquelle j’en fais état.
 
Ceci étant précisé, voici mes réponses :
 
1. Ce que me font craindre les écritures et les différents messages de la Vierge que le livre Notre Dame de l’Apocalypse résume très bien, c’est :
a. La perte des connaissances [3] humaines engrammées dans les ordinateurs qui pourrait être causée par :
 i. Une puissante « éjection de masse coronale » en provenance du soleil. Ceci pourrait produire des effets électromagnétiques intenses susceptibles de détruire nos réseaux et les petits et grands circuits électriques, allant des réseaux d’alimentation électrique aux puces et disques de nos ordinateurs.
 ii. Le même effet dit EMP (ElectroMagnetic Pulse) des bombes atomiques
b. La perte d’innombrables vies humaines par :
 i. Des cataclysmes divers (tremblements de terre, tsunamis, ouragans, sécheresses, inondations) avec famines et épidémies associées
 ii. Le feu atomique et l’empoisonnement de l’eau et de l’air
 
2. La préparation qui me paraît la plus adaptée se résume à ceci :
a. Passer dans l’hémisphère sud car :
 i. Toutes les forces nucléaires en présence se trouvent dans l’hémisphère nord
 ii. L’équateur sépare de manière presque étanche les deux atmosphères. Il y a en somme deux terres, ce qui est conforme avec l’annonce de Jean qui nous dit : « Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés »
b. Mettre son matériel informatique et électrique dans des cages de Faraday.
c. Venir vivre en nature, près de sources d’eau et de nourriture. S’éloigner des villes, sources de contagions de toutes formes.
d. Faire des réserves de nourriture pour passer les caps difficiles
e. Consommer de l’iode (pour protéger la thyroïde), de la pectine et des carraghénates (pour purger l’organisme des métaux lourds et radioactifs), et pourquoi pas des produits Beljanski pour réparer l’ADN agressé ? Tout cela en cas d’exposition à une radioactivité anormale.
f. Apprendre avec la littérature survivaliste.
g. Enfin, peut-être le plus important : construire et/ou s’inscrire dans des réseaux d’entraide, de solidarité et de coopération qui pourront constituer les germes d’une paix et d’une sécurité non violente dont nous aurons bien besoin en période de chaos planétaire.
 
3. Pour ce qui est de la suite à donner, chacun peut facilement imaginer combien le sujet est bien trop vaste puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de se préparer à une refondation de l’humanité. En même temps, la réponse que je me suis donné est assez simple à formuler : les survivants de l’apocalypse n’auront-ils pas compris après tant de tribulations qu’il n’existe pas de violence qui soit juste ou légitime et que la seule réponse à la violence ne peut être que la non violence, la non réciprocité violente à laquelle nous invite le nouveau testament mais, probablement aussi, j’imagine, d’autres textes religieux ? Ne serons-nous pas plongés dans une terreur sacrée qui nous disposera plus que jamais à entretenir des relations radicalement pacifiques et à renoncer aux guerres sous toutes leurs formes ? Dans cette perspective, je comprends mes années de recherche passées comme une forme de préparation à contribuer à l’immense effort collectif qui sera, je crois, nécessaire pour que chacun en vienne à découvrir qu’il peut se réconcilier sans violence avec ses semblables, de sorte que nous n’aurons alors plus peur les uns des autres. Avec une telle prise de conscience, je crois qu’une paix que nous n’aurons jamais connue sera enfin à notre portée.
 
J’ai bien conscience que ce texte est infiniment en dessous des évènements qui, je crois, approchent. Mais j’ai fait de mon mieux et comme dit ma grand-mère : « quand on fait ce qu’on peut, on fait ce qu’on doit ». Je compte sur mes lecteurs pour avancer.
 
Au terme de ce parcours, ayant conscience que ce témoignage a plus de chances de susciter des réticences ou des résistances qu’autre chose, je voudrais terminer par une impressionnante citation du cinéaste hollywoodien Billy Wilder qui avait fui l’Allemagne en 1934. Il aurait affirmé : « Les optimistes ont fini à Auschwitz ; les pessimistes, à Beverly Hills. ».
Il y a là, je crois, une sagesse terriblement actuelle qui, de manière paradoxale, nous offre une lueur d’espoir, semblable à celle qui naît des paroles de Jean déjà citées :
 
« Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ;
 car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés ».
 
 


[1] Jovanovic donne sur son site copie des pages (1, 2, 3, en portugais) que le journal anticlérical O Seculo consacre à l’événement. Des témoignages semble-t-il non pris en compte par Jovanovic sont disponibles ici.
[2] Cf. le livre de Laurent Morlier, Le Troisième secret de Fatima est un faux, ainsi que celui de Jovanovic précédemment cité. Ils démontrent preuves à l’appui que les cardinaux Sodano, Bertone et Ratzinger ont mentis en prétendant révéler le fameux secret le 26 juin 2000.
[3] Vous souvenez vous ? La pomme dont tout est parti venait de l’arbre de la connaissance. N.D. de la Salette nous a dit : « Alors, l’eau et le feu purifieront la Terre et consumeront toutes les oeuvres de l’orgueil de l’homme... Et tout sera renouvelé. »


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

173 réactions à cet article    


  • Icare 8 avril 2009 17:37

    Bonjour,

    J’ai beaucoup apprécié votre billet même si je ne vous rejoins pas dans votre analyse.
    Vous avez écrit votre billet avec sincérité, c’est pourquoi vous me trouverez sans doute sévère dans ma critique.

    Vous « pronostiquez » l’avenir à partir d’une base sociologique (nous fermons volontairement les yeux) pour arriver à des conclusions complètement ésotérique.
    En gros, vous vous égarez en chemin ce qui est logique vu l’environnement où vous avez grandi.
    Prévoir l’avenir revient à demander à un météorologue de nous dire quel temps il fera dans 1 an ou plus.
    De manière scientifique, plus on s’éloigne du sujet étudié, plus il est difficile de déterminer son état, au contraire plus on en s’approche, plus on est déterministe.
    C’est une logique implacable et personne ne peut s’y soustraire.

    Pour Pierre Jovanovic, l’apocalypse semble être son fond de commerce, il faut donc se méfier et rester très prudent vis à vis de ses écrits.
    Il y a un conflit d’intérêt évident, il vaut mieux lire des auteurs désintéressés par l’aspect financier.

    D’une manière plus générale concernant le sujet que vous abordez, il vaut mieux lire des auteurs contemporains, les écrits vieux de plusieurs millénaires n’avaient pas nos connaissances d’aujourd’hui, elles ont bouleversé notre perception du monde.

    Paul Moyne ou Merleau Ponty pourrait vous aider à y voir « plus clair » dans votre esprit.


    • le naif le naif 30 juillet 2009 09:27

      Icare c’est celui qui s’est brulé les ailes en voulant s’approcher du soleil !!

      Vous conseillez la lecture des auteurs contemporains, mais vous semblez influencé par la mythologie.

      L’apocalypse est peut-être le fond de commerce de Pierre Jovanovic, mais je vous conseille la lecture de son blog ( revue de presse factuelle et pertinente de la crise économique).
      A la façon d’un Bukovsky sorte de chronique de la folie ordinaire.


    • Jojo 8 avril 2009 21:02

      Bonjour et merci,

      J’ai lu jusqu’au bout et plusieurs fois souri à vos efforts pour contenir la vague qui ne manquera pas de déferler. Risque dont vous étiez conscient et qui ne vous a pourtant pas empêché de nous délivrer cet avertissement, il faut du courage pour ça, de la générosité aussi.

      Et si je vous suggère de ne pas prêter attention aux railleurs qui déraillent (et qui ne font quasiment que ça sur AV), je pense qu’il vous faudra quand même écouter avec attention y compris ceux qui penseront que vous avez fumé la moquette. Mais ne vous laissez pas marcher sur les pieds pour autant, faites valoir votre droit (et le mien), à chanter différemment.

       

      Pour ma part je voudrais vous dire plusieurs choses.

      1. Si j’étais vous, je me méfierais de signes que j’aurais reçu un 13 et à plus forte raison un 13 Octobre.

      ·  Vous êtes croyant et citez Jean. Jean dit beaucoup de choses sur l’Apocalypse mais aussi sur les puissances d’égarement et les prodiges mensongers de cette fin d’un temps (et pas de tous les temps). Si vous admettez que le mal existe et qu’il est capable d’égarement, vous pouvez examiner la superstition et les pratiques occultes qu’elle finit parfois par entraîner différemment.

      o  Inutile de revenir sur tout ce qui a été dit à propos du nombre 13 (du 17 en Italie qui pouvait s’inverser en VIXI (j’ai vécu) etc), sachez juste que les superstitieux qui vont jusqu’au bout de leur logique, ont prévu comme étant hautement maléfique la journée du 13 … Octobre 2006 parce qu’elle permettait entre autres, une réduction du 13.10.2006 en un autre 13, alors pour se prémunir des méfaits de cette journée, un Talisman a été confectionné sur la base d’un carré magique Sator en 4x4 que vous pourrez retrouver sur la toile si vous le souhaitez. A ce stade de pratiques condamnées par toutes les écritures monothéistes, ce n’est plus de la superstition mais carrément, se trouver sous emprise du mal.

      o  Un 13 Octobre également, ont débuté les persécutions des templiers accusés de sodomie et autres joyeusetés. Réhabilités par B16 en 2006, soit 699 ans après…

      o  Et enfin vous en parlez, un 13 Octobre a eu lieu la cinquième apparition de Fatima après les autres qui ont également eu lieu les 13 des mois précédents. Qui vous dit, que les puissances d’égarement dont il est question n’ont pas simplement envoyé une entité bien démoniaque sous une apparence plus chrétienne et entérinant par la même, trois dérives :

      §  Un culte marial idolâtre et anti-scripturaire. L’idolâtrie n’a jamais servi que le dessein du malin (s’il existe).

      §  Délivrer des messages d’une importance capitale pour l’humanité que les révélations antérieures auraient omis ?! (un peu comme celui que doivent nous délivrer les 13 crânes de cristal Maya ?).

      Dit très simplement, s’il existait un ange déchu, dévoyer la foi, y faire des ajouts, encourager l’idolâtrie, la superstition et les pratiques occultes, parodier, moquer et surtout égarer seraient en parfaite cohérence avec le personnage non ?

       

      2. Vous utilisez le mot tribulation. Ce mot a un sens précis dans l’apocalypse mais au-delà, l’apocalypse prévoit un certain nombre d’évènements et d’avènements auxquels vous ne faites pas du tout allusion, aurais-je mal compris, votre foi serait (relativement au nouveau testament), plutôt restreinte pour ne pas dire sélective ?

       

      3. En admettant, que vous ayez été prévenu pour pouvoir échapper au pire et contribuer à perpétuer l’espèce et surtout à en sauvegarder le savoir. Vous seriez une sorte d’élu (ce que je n’exclue pas que les choses soient claires), mais il m’avait semblé que les élus n’étaient pas censés ne pas mourir (simple étape vers une suite forcément meilleure pour eux), mais plutôt de leur vivant, faire le bien et s’opposer au mal tant qu’ils le peuvent. Autrement dit, si vous êtes quelqu’un de bien c’est maintenant et sans attendre quelque évènement que ce soit, que vous devez agir en tant que tel. L’avenir vous concerne mais il n’a pas à déterminer votre conduite et surtout ni vous ni un autre n’avez le moyen de le prédire.

       

      4. L’hypothèse selon laquelle l’hémisphère sud après avoir été épargnée serait la nouvelle terre, me semble très imprudente. L’homme s’attribue beaucoup de pouvoirs dont celui de détruire plusieurs fois la terre avec son arsenal nucléaire, les puissances d’égarement s’en attribuent d’autres, mais les cataclysmes annoncés dont vous parlez ne seront pas du fait de l’homme (selon les sources admises chez les croyants du moins), alors au nom de quoi, l’homme pourrait en prévoir les limites.

      5. Enfin, croire comme vous, devrait à mon sens inciter à fuir vers Dieu (unique voie de salut) et non pas devant la colère de Dieu. Mais peut être n’ai-je pas bien compris ?

      Cordialement.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 avril 2009 21:05

        Merci pour votre appréciation.
        Votre critique m’apparaît un peu à l’emporte-pièce et ad hominem, sans thématisation bien claire.
        Je ne comprends pas en quoi Merleau-Ponty (ou Moyne que je ne connais pas) serait éclairant sous le rapport du surnaturel ou de l’apocalypse.
        Vous serait-il possible d’en dire plus sur le sujet ?


        • Icare 9 avril 2009 12:41

          Concernant le surnaturel, Paul Moyne aborde le sujet de manière la plus rationnelle possible à partir d’étude scientifique.
          Les idées qu’il apporte n’ont par contre rien de scientifique, que l’on soit vitaliste ou mécaniste, il est de de toute façon impossible d’apporter les preuves nécessaires.

          Concernant l’apocalypse, Merleau Ponty nous nous dit que « toute conscience est conscience perceptive », vous en faites actuellement l’expérience et il me semble qu’elle est « parasitée ». Peut être finirez-vous par découvrir ce que Merleau Ponty appelait l’aune de l’Esprit.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 12:58

          OK, merci pour l’éclairage. Je vous suis très bien dans ce sentiment que la conscience est un exercice de perception. Tout ce texte traduit une expérience de construction d’une perception. Toute la question est de savoir comment dépasser la tendance « lit de Procuste » de nos schèmes perceptifs et voir ce qui va à l’encontre de nos stéréotypes et de notre aspiration au confort intellectuel.


        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 avril 2009 21:12

          Mon précédent message s’adressait à Icare.

          J’en profite pour demander à ceux qui sauraient : comment fait le lecteur pour venir sur cet article vu qu’il n’apparaît plus en première page avec la nouvelle version d’av ?

          Il y était tout à l’heure (avec l’ancienne version) et là, plus rien. Ou alors j’ai mal vu ?

          Bon, maintenant je vais répondre à Jojo


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 8 avril 2009 21:41

            @ Jojo

            Merci pour le message plutôt encourageant.
            * Concernant le 13, d’emblée ma réponse est comme pour le vendredi : ça n’a, à mes yeux, aucune espèce d’importance a priori. Il est fort possible que je laisse échapper quelque chose d’important, mais fondamentalement, je ne le crois pas. Ce qui compte le 13 octobre 1917, c’est qu’un miracle a été réalisé. S’il l’avait été le 14, à mes yeux, cela n’aurait pas changé essentiellement ma problématique.
            * La possibilité d’un surnaturel maléfique m’a déjà été suggérée. Je n’ai aucun doute pour Fatima. Si l’Eglise l’a validée, c’est qu’ils ne pouvaient faire autrement. Pour ce qui est de mes13 octobre accidentés, je ne doute pas qu’il y ait là une intervention bénéfique car sérieusement, si elle était maléfique, elle serait ridicule, cad, insensée.
            * A supposer que quelqu’esprit malicieux ait voulu jouer avec moi, il n’aurait fait que me faire déménager vers ce petit paradis qu’est la Réunion. La belle affaire !
            * Prier la Vierge ou des saints, comme fait ma grand-mère, ce n’est pas de l’idolâtrie. Au demeurant, ceci est une problématique ecclésiale qui, en tant que telle, ne me concerne pas.
            * Pour l’apocalypse, il va de soi que je n’allais pas en donner un tableau, car c’est un sujet bien trop vaste. Je me suis limité au strict minimum pertinent pour mon propos. Je ne l’ai d’ailleurs pas lue dans son intégralité.
            * Qui a dit que je prévoyais des limites aux cataclysmes et autres catastrophes qui s’annoncent ? Le choix de l’hémisphère sud répond seulement à une logique de protection nucléaire.
            * Je ne sais comment vous croyez que je crois. Fuir Armaggedon, ce n’est pas fuir le spirituel.
            * Je ne lis pas ce qui m’arrive comme me donnant le moindre statut. Sauf peut-être celui de future victime smiley D’ailleurs vous m’avertissez bien de cela. Faire le bien, cela vaut pour tous, à tout moment. Quel que soit le passé et l’avenir non ? Donc là on est d’accord. Pour ce qui est de prédire l’avenir, j’ai peur de lire une position de principe dans votre point de vue. Le miracle de Fatima annoncé trois mois à l’avance (comme l’a montré Jovanovic, ce fait n’est absolument pas explicable scientifiquement) montre que vous vous égarez.

            Merci quoi qu’il en soit pour cet échange


            • Jojo 9 avril 2009 07:32

              Bonjour et merci pour votre réponse,

              Je ne veux pas vous offenser, ni vous convaincre de quoi que ce soit, ce n’est pas comme ça que ça marche, mais juste vous rappeler ce que vous savez mieux que quiconque à savoir (et n’en déplaise aux athées), que la foi n’exclue pas le raisonnement, bien au contraire.

              Marie était une femme d’exception d’une pureté et d’une piété rarissimes, élue d’entre toutes les femmes de la terre, mais c’était une femme.

              Les hommes et les femmes ont le pouvoir de soigner mais ils n’ont pas celui de guérir.

              Si Marie avait le pouvoir de guérir les malades qui l’invoquent, neuf mois et un jour avant sa naissance, elle n’était littéralement rien du tout, pas même un projet, une idée, rien du tout. Qui guérissait les hommes à ce moment là et qui les guérissait auparavant ?.

              Attribuer à Marie un pouvoir qu’elle n’a pas est rigoureusement identique à attribuer à Isis celui des crues du Nil, il est donc bien question d’idolâtrie, une abomination.

              Certains indous ont une divinité différente pour chaque besoin vital, je parie que même si vous êtes le plus indulgent des hommes, vous ne pouvez pas vous empêcher en regardant un documentaire qui en parle d’en sourire et pourtant, ils font peut être de manière caricaturale ce que beaucoup d’autres font avec la bénédiction d’autorités religieuses prestigieuses et ... infaillibles.

               

              Et à propos d’autorités religieuses, vous dites que les apparitions de Fatima sont avérées et la meilleure preuve pour vous en est que l’église les a validées, vous comprendrez qu’un tel argument soit irrecevable pour moi. Je ne vois simplement pas pourquoi j’aurais besoin d’un quelconque intermédiaire entre Dieu et moi pour vivre ma foi. Imaginez un seul instant que pour une raison ou pour une autre, le Vatican ne soit plus, ou qu’une maladie mystérieuse frappe tous les prélats de la terre, je fais comment dans ce cas ?

               

              Reste l’argument avancé par beaucoup : Miracles, prodiges, etc. Vaste programme.

              Sachez que pour moi, le vrai prodige est dans la moindre des cellules de votre corps, dans la plus insignifiante des gouttes d’eau mais au delà, le danger d’une telle approche de la foi est incommensurable : D’abord parce que depuis Babylone un sorcier peut abuser votre vision et vous faire voir ce qui n’est pas, ensuite les écritures elles même préviennent que les prodiges mensongers ont été et seront. Quelqu’un comme l’Antéchrist aura en apparence et en apparence seulement, des pouvoirs qui pour le commun ne peuvent être que divins et il sera divinisé pour cela.

               

              En conclusion vous dites que je m’égare mais ce que je constate c’est que bien que le divin unique soit éclatant et manifeste partout et depuis toujours, l’homme continue à diviniser des étoiles, des pierres, d’autres hommes et finira même par diviniser son pire ennemi. C’est plutôt ça l’égarement vous ne trouvez pas ? Bonne journée.


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 13:22

              Oui, je comprends votre position, elle me va bien.
              Concernant l’argument du Vatican, je suis d’accord qu’il est de portée limitée puisqu’il faut lui accorder la capacité à distinguer le diabolique de ce qui ne l’est pas. A priori, je les tiens capables de ça. Dès lors que le diabolique lui-même craint l’eau bénite, tout est possible n’est-ce pas ?
              Pour ma part, je n’ai pas l’ombre d’une hésitation, la factualité et l’inexplicabilité en termes naturels du miracle de Fatima suffit à le valider du bon côté de la force si je puis dire.
              Vraiment, je mets tout lecteur au défi de me prouver par A + B que je me trompe sur ce point. Je sais très bien que le lecteur standard, rationaliste, est d’emblée certain qu’il n’y a là que fadaises. Dès lors, je l’invite à un succès facile. Qu’il vienne me faire la démonstration de l’erreur qui est mienne. A noter tout de même que, comme Jovanovic l’a montré, Science et Vie en 2006 s’y est cassé les dents. D’ailleurs si quelqu’un a l’article, je suis preneur.

              Enfin, pour ce qui est de cette logique attributionnelle qui fonde la pensée magique, il est en effet essentiel de la comprendre. Car elle n’est pas que magique. Elle est à la base de notre construction sociale de la réalité. J’ai fait une thèse sur le sujet.


            • Jojo 9 avril 2009 15:06

              Fatima par A+B vous plaisantez ?

              Par contre par de simples appels au bon sens…

              Un beau théologien italien laïc - ne jamais oublier son nom : Enzo Bianchi - s’est tout de suite aperçu de la superstition et de la supercherie. Dans le journal La Republica, il met irréfutablement le doigt sur la plaie : " Un Dieu qui pense révéler en 1917 que les chrétiens seront persécutés et qui ne parle pas de la Shoah et des six millions de juifs n’est pas un Dieu crédible. "

              Oui, il faut débrider la plaie : la tare du troisième secret de Fatima, la preuve qu’il est un faux, qu’il ne vient pas de Dieu, mais comment ne pas la voir, aveuglante ? Le troisième secret de Fatima disqualifie Dieu, il discrédite Dieu. Il nous présente un Dieu non crédible. Le Dieu du racisme chrétien catholique, qui ne s’intéresse qu’aux siens, à sa race de catholicisme dans l’oubli total de son peuple apatride.

              http://www.bibleetnombres.online.fr/fatima.htm

               Quant aux … feux d’artifices si impressionnants, je vous renvoie au NT :

               " [...] Elle opérait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes ". (Apocalypse 13/13)


              J’ai apprécié l’échange merci.


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 16:29

              Merci pour le beau texte de Cardonel. Il est d’une belle sincérité. Il manque juste de modestie dans ses jugements. J’ai connu des religieux semblables. Ils ne peuvent admettre cette idée que les simples en esprit voient mieux qu’eux ce qu’il y a à voir.
              S’il avait poussé l’analyse, il aurait découvert que le 3e secret prétendument livré en 2000 est réellement un faux made in Vatican.
              Lui aussi néglige complètement la factualité du miracle de Fatima.
              Pour finir, je dirai que l’analyse concernant la shoah est plus émotionnelle et orgueilleuse qu’autre chose.


            • Antoine Diederick 8 avril 2009 23:08

              Bonsoir Luc-Laurent Salvador,

              Avec la migration d’Avox ancienne version vers la nouvelle, journée chahutée , j’ai eu du mal à retrouver votre article.
              Votre article a bien attiré mon attention. Après l’avoir lu, un commentaire de ma part, le plus spontané :« Bienvenue au club.... »

              Après votre introduction sous forme d’analyse transgénérationnelle vous amenez le sujet....Il y a beaucoup de concepts dans votre article :
              transgénérationnel, engramme, coincidences signifiantes, catastrophisme, la prédiction, la prophétie, l’apparition, le destin du monde, la fin des temps, la parousie, armagédon, l’antechrist, les 72 heures de noirceur, le renouvellement de la terre et de l’humanité....
              De coincidence, il y a une pour moi, il y a quelques jours j’ai relu le texte donné par le Vatican pour celui du troisième secret de Fatima et ceci tout à fait par hasard, secret qui concernait JP II et la tentative d’assassinat dont-il fut victime...mais le texte est moins précis que cela...

              Bienvenue au club....il faudrait trouver l’endroit où il faut partir et si je voulais rester dans le ton de l’article et de sa possible suite, quel serait le signe déterminant d’une imminence.....

              J’ai aussi pensé suite aux évènements de NY, à cette lame du tarot, La Maison Dieu, frappée par la foudre.

              J’espère que vous pourrez développer votre approche, c’est très intéressant....


              • Antoine Diederick 8 avril 2009 23:21

                j’oublie quelque chose, il y a un arbre sur la carte « le Jugement » du tarot et à l’origine la carte « Maison Dieu », pas de tour mais un arbre....


              • Antoine Diederick 9 avril 2009 00:18

                correction : la tour « Maison Dieu » avait un arbre dans une ancienne iconographie...pas le jugement...

                pour le 13 ....arcane « La Mort »....tout de même, cher auteur, soyez prudent smiley


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 13:28

                Merci pour l’accueil.
                Mais d’emblée pardonnez-moi de ne pas vous suivre dans les considérations symboliques. J’y ai porté attention il y a bien longtemps, précisément quand ma grand-mère tirait encore les cartes et que la chose m’intriguait. Je ne doute pas de son intérêt, simplement je n’ai plus aucune connaissance ni compétence en la matière. Je suis d’abord comme St Thomas, un croyant du fait accompli. Celui qui m’est arrivé en particulier. Mais je n’exclue rien.


              • John Lloyds John Lloyds 8 avril 2009 23:20

                NB pour l’équipe AV : ça serait sympa, pour l’auteur et les nombreux lecteurs qui pourraient être intéressés, de re-publier cet article qui a totalement disparu des unes (audience et chronologie) suite à votre changement de version, c’est un miracle si je l’ai trouvé.

                Merci l’auteur pour ce superbe témoignage, vous avez toute ma sympathie tant pour la qualité de cet article que pour votre recherche visant à établir des recoupements entre votre expérience personnelle et des enseignements théologiques précis.

                Je ferais deux remarques principales relativement à vos interprétations. Etant un profond détracteur du dogme chrétien, je n’en ai pas moins une profonde admiration pour la tradition chrétienne, sous la forme qui existait avant que les pères de l’église nous imposent leur administration, pères qui s’évertuèrent à vider toute la coquille de sa substance. Comme par exemple la gnose.

                Dans ce cadre, les apparitions successives de la vierge me semblent être une gigantesque escroquerie visant à reconstruire le marketing vatican. J’ai travaillé dans le livre ancien, et peux vous fournir quelques documents introuvables sur l’apparition de la Salette, dont l’entretien qu’eût le curé d’Ars avec les enfant, qui témoignent de la supercherie. Le Laus, à côté duquel j’habite, ne vaut guère mieux. Je ne nie pas pour autant les guérisons, ni les phénomènes surnaturels liés au fait, mais vous devez savoir comme moi que la force de guérison ou de destruction des égrégores, ou plus spécifiquement de la foi, détachée par définition de toute démarche intellectuelle, est illimitée.

                Aussi :

                1/ Si l’on nie comme je le fais la véracité historique des personnages historiques du NT, il n’en demeure pas moins que sa lecture en tant que mythe confère à ce livre sacré un enseignement de très haute qualité, lié d’ailleurs à d’autres mythologies ou théologies, comme l’ont démontré certains hermétistes ou anthropologues. Mon hypothèse est donc que les enseignements ou secrets de la vierge ne sont rien d’autre que d’anciens mais hauts enseignements ressortis des tiroirs de la bibliothèque vaticane. Curieusement, sur la base d’une escroquerie à caractère populaire, il ne sont pas à rejeter pour autant, c’est là un des très grands paradoxes de la religion chrétienne, dirigée par des incompétents, mais sans qu’il faille pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain.

                La lecture des apocalypses ne peut pas être, à mon sens, historique. L’apocalypse est une révélation, et ne peut se traiter que mythologiquement. Autrement dit, elle n’indique pas une date historique destinée à une génération particulière, comme fin d’une époque (pourquoi une seule génération devrait être privilégiée par l’enseignement apocalyptique ?), mais s’adressait à toutes les générations depuis 2000 ans jusqu’à présent, comme un enseignement strictement personnel, que chaque individu est libre de rejeter ou d’accepter.

                2/ Si je ne pense pas que les apocalypses sont destinées à indiquer une date de « fin des temps » destinée à une génération particulière, je ne pense pas non plus qu’il faille rejeter pour autant les prophéties, qu’elles soient juives, chrétiennes ou para-religieuses. Même si la plupart des prophéties sont certainement des escroqueries, il est nécessaire de les considérer, car l’histoire a montré que certaines d’entre elles se sont révélées exactes. Je pense par exemple à la prophétie du roi du monde du XIX°, rapportée par Saint-Yves d’Alveydre puis par Ossendowski, qui indiquait presque à l’année près les 2 guerres mondiales.

                Mais finalement, tout en étant en désaccord avec votre interprétation, j’arrive à des conclusions similaires. Peu importe, donc, nos approches, si les résultats sont semblables ? Il est clair que quand l’on voit la montée vertigineuse de la courbe démographique mondiale, on attrape peur, car même si certains théoriciens voient une future inflexion, il n’en demeure pas moins que chaque million supplémentaire, cherchant à survivre à n’importe quel prix, est maintenant un drame en soi.

                Dans le système de pillage planétaire organisé que nous vivons actuellement, où la course à l’efficacité et au rendement amènent à des conséquences de plus en plus dramatiques sur la qualité de vie, l’environnement et la qualité de la nourriture, pour ceux qui peuvent encore manger, il ne faut pas être grand clerc pour ressentir que la farce touche à sa fin, dans un imminent sauve-qui-peut, ce pour quoi les plus grands privilégiés prennent tout ce qu’ils peuvent avant de se mettre à l’abri, au sein d’un système qui s’annonce totalitaire, tout en entretenant l’illusion qu’ils maîtrisent encore quelque chose.

                Le feu nucléaire est à considérer, hypothétiquement, mais ce qui est à considérer de manière certaine, c’est l’instauration d’un régime facho, au point qu’il est aisé de constater à quelle vitesse il se met en place sous nos yeux. Si je souscris complètement à vos soucis de mise en place d’un environnement de survie, il sous-estime toutefois une période qui lui précédera certainement, et qui peut durer plusieurs années, une période comme celle-ci (où n’importe qui peut-être embarqué pour n’importe quoi), pour laquelle la prise de dispositions personnelles s’annonce urgente. Peut-être apocalypse nucléaire il y aura, mais le grand danger se situe AVANT.

                Merci encore pour avoir partagé cette superbe réflexion.


                • Antoine Diederick 8 avril 2009 23:28

                  a Lloyds,

                  en effet, prophétie du Grand Monarque....


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 14:35

                  Cher John,
                  Merci pour votre message et le soutien auprès d’AV. Probablement avez-vous été entendu. C’est heureux.
                  Sur le fond, je comprends votre lecture des apparitions mariales, je faisais la même. Il vous manque d’entendre le fait que ces apparitions embarrassent l’Eglise plus qu’autre chose. Ne serait-ce que parce que la Vierge n’a pas de mots assez durs pour dire ce qu’elle pense des serviteurs de ladite institution. Je vous invite à lire Jovanovic qui a vraiment de très forts passages à ce sujet, comme par exemple, celui-ci :
                  « « car depuis, le monde et le clergé ont augmenté
                  le cloaque d’impuretés... l’Église est à un tournant : ou elle ira à sa perte,
                  ou, comprenant enfin le message si grave que je lui ai donné à La Salette,
                  elle retrouvera sa voie qu’elle n’aurait jamais dû quitter » (...) Satan
                  fera tout pour que les hommes ne connaissent pas le message  »

                  Ce à quoi Jovanovic ajoute avec humour « Les curés de La Saiette sont habillés pour l’hiver, le printemps et l’été... »

                  Quand la Vierge dit ce que je crois vrai de l’Eglise, je ne pense pas qu’elle soit l’instrument de cette dernière.

                  Même si, avec raison, votre lecture de l’Apocalypse ne veut pas s’attacher à un temps particulier, elle a le tort de se tenir alors dans un abstraction systématique et manque de voir le fait qu’à plusieurs moments dans l’Histoire sa vérité peut s’incarner. C’est la thèse de Girard et je le suis complètement sur ce point. En particulier quand il dit que nous sommes actuellement dans l’Apocalypse annoncée. Peut-être gagneriez-vous à suivre l’ancrage de la mythologie dans le réel anthropologique que Girard accompli ? Il me semble vraiment qu’un clé vous manque ici.

                  Pour le reste, nous parfaitement en phase. Le risque fascite est une réalité que je vois grandir avec inquiétude. Mais il ne s’affirmera pas, je crois, en une autre occasion que la guerre, seule à même de canaliser les masses vers la discipline et le sacrifice nécessaires à la perpétuation du pouvoir en place. (cf. Richard Koënigsberg dont les thèses, pour être trop psychanalytiques n’en sont pas moins pertinentes sur le rapport entre guerre et sacrifice).


                • John Lloyds John Lloyds 9 avril 2009 18:45

                  « Il vous manque d’entendre le fait que ces apparitions embarrassent l’Eglise plus qu’autre chose. Ne serait-ce que parce que la Vierge n’a pas de mots assez durs pour dire ce qu’elle pense des serviteurs de ladite institution ... Quand la Vierge dit ce que je crois vrai de l’Eglise, je ne pense pas qu’elle soit l’instrument de cette dernière ».

                  La hierarchie catholique se fonde sur le principe d’ignorance. Que le haut de la pyramide, le Vatican, envoie à sa base, le bas-clergé, des remontrances, par son porte-parole attritré, la vierge Marie, me semble très cohérent.

                  « Même si, avec raison, votre lecture de l’Apocalypse ne veut pas s’attacher à un temps particulier, elle a le tort de se tenir alors dans un abstraction systématique et manque de voir le fait qu’à plusieurs moments dans l’Histoire sa vérité peut s’incarner »

                  Le concept d’incarnation est la magistrale connaissance révèlée par le christianisme. Même Platon souffre du manque de ce concept. Et probablement serez-vous d’accord avec moi que le prologue de Jean est à ce titre la pièce centrale du NT. Toutefois c’est le verbe qui s’incarne, et le christianisme primitif identifie le verbe au logos, et le Logos à Jésus. Si Jésus est un principe, et non un personnage historique, évidemment qu’on se trouve dans une abstraction systématique, puisque l’enseignement est destiné à la spécificité individuelle de l’adepte, comment pourrait-elle autre que générique ? Vous noterez que chez les grecs le Logos est Hermès, qu’est-ce qui interdit, dès lors, d’identifier l’incarnation à la « fixation » mercurielle (d’Hermès) des hermétistes ? Vous aurez noté que Fulcanelli a franchi le pas ... Donc oui, abstraction, laquelle est disponible POUR N’IMPORTE QUELLE GENERATION, et pas seulement pour celle arrivant à la « fin des temps ». En quelque sorte, une « fin des temps » valable tout le temps.

                  « C’est la thèse de Girard et je le suis complètement sur ce point. En particulier quand il dit que nous sommes actuellement dans l’Apocalypse annoncée. Peut-être gagneriez-vous à suivre l’ancrage de la mythologie dans le réel anthropologique que Girard accompli ? Il me semble vraiment qu’un clé vous manque ici. »

                  Mais c’est bien ma lecture : la mythologie ancrée dans le réel anthropologique, et de tous temps et toute génération, pas seulement la vôtre. Sauf que celà contredit votre thèse. Pourquoi chez vous cet ancrage se fait pour la dernière génération ?

                  « Pour le reste, nous parfaitement en phase. Le risque fascite est une réalité que je vois grandir avec inquiétude. Mais il ne s’affirmera pas, je crois, en une autre occasion que la guerre, seule à même de canaliser les masses vers la discipline et le sacrifice nécessaires à la perpétuation du pouvoir en place. »

                  Oui, sauf que le nucléaire n’adviendra que si le militaire conventionnel échoue, et si l’une des parties n’a plus rien à perdre. Le totalitarisme précédra donc bien l’évènement, et très probablement plusieurs années avant. La prévention du nucléaire est à ce titre ce qu’il y a de plus facile à préparer, car l’affaire se jouera à la chance (localisation, météo) en cas « d’impacts light », et sera pliée pour tout le monde si c’est plus sérieux (hiver nucléaire - cas où il ne sert à rien de se préparer). Donc, en gros, un compteur geiger et, comme vous le disiez, quelques babioles comme l’iode.


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 19:08

                  Bonjour John,
                  J’espère que mon ton polémique ne vous a pas heurté.
                  Je n’ai plus le temps de m’attarder à une réponse circonstanciée.
                  En très bref, j’entends bien votre principe d’apocalypse éternelle car à tout instant. C’est OK sur le fond, mais à la condition de ne pas négliger le fait que l’histoire n’est JAMAIS homogène.
                  Il y a des temps forts, des points d’accumulations dirait-on en théorie des systèmes dynamiques. Ou des bifurcations peut-être.
                  Il me semble que nous sommes à un tel carrefour. Nous avons atteint le point critique qui n’avait jamais été atteint avant car la puissance humaine était bien trop en-deçà.
                  Nous voilà dos au mur, et c’est mal barré pour rattraper le coup.
                  Que le fascisme vient avant ou après l’atome n’est pas une discussion qui doit nous retenir. Je suis d’accord avec vous qu’il est déjà là, n’est-ce pas ?
                  Ceux qui ont des yeux pour voir le voit.
                  Les autres s’amusent.
                  C’est la vie.


                • John Lloyds John Lloyds 9 avril 2009 20:45

                  « J’espère que mon ton polémique ne vous a pas heurté. »

                  Bien sûr que non, j’aime bien les dialogues francs et directs, sachez que ça sera toujours un plaisir de parler avec vous.


                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 10 avril 2009 11:08

                  Merci, c’est complètement réciproque.

                  Je reviens sur les points que je n’ai pas eu le temps d’aborder en détail hier.

                  * L’hypothèse d’une Vierge marionnette du Vatican ne me paraît pas tenable car les accusations qu’elle porte sur l’Eglise ne concernent pas que le bas clergé. Elle annonce que le « prince de ce monde » va s’introduire jusqu’au sommet de l’Eglise. Aucune marionette ne dirait ça.

                  * Pour la question de l’apocalypse, je répète que j’accepte complètement l’idée d’une généralité dans une lecture spirituelle et individuelle mais que malgré tout, l’Histoire, processus dynamique s’il en est, fera qu’à certains moments, certaines générations seront collectivement concernées. Il me semble évident que nous sommes dans ce cas de figure. En raison notamment du seuil critique atteint avec l’arme atomique

                  * Pour finir, concernant l’hypothèse d’un hiver nucléaire, l’idée qu’il n’y ait rien ou presque à faire ne me va pas du tout. Car mettez vous à ma place ? Pourquoi ai-je été alerté si ce n’est pour me préparer ? et, peut-être, en aider d’autres à se préparer ? Je suis convaincu pour le moment que mon hypothèse d’une terre divisée selon les hémisphères tient la route. L’hiver nucléaire ce sera pour l’hémisphère nord. C’est là que sont les bombes.

                  Bon, quoi qu’il en soit, merci pour cet échange.


                • Antoine Diederick 8 avril 2009 23:38

                  Concerant Girard, que je n’ai pas lu (faudrait tout de mme, c’est important), la figure christique est bien là pour mettre fin au sacrifice humain et à la pratique archaïque, c’est fondamental pour l’émergence de la conscience , des responsabilités collectives et inviduelles. (d’ou par suite, le trouble actuel et le choc culturel entre les archaismes et le religieux transcendant ceux-ci et modifiant alors le social, crf : intégrisme musulman et modernité ).


                  • Antoine Diederick 8 avril 2009 23:49

                    bref ; « on » passe de la victime propitiatoire au sacrifice librement choisi et surtout à la notion du don. Ce qui est gratuit totalement, sans contraintes est le don du Père, le don de la vie sans aucunes contreparties.....


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 14:37

                      Tout à fait d’accord, il y a dans ce passage quelque chose de tout à fait essentiel. En particulier, tout ce qui est de l’ordre de la ... continuité smiley


                    • moebius 9 avril 2009 00:18

                       ESchatologie ! c’est le terme, Le pape Benoit XII (pas l’actue) définit :

                      « Par la présente constitution, qui restera à jamais en vigueur, et de notre autorité apostolique, Nous définissons que, d’après la disposition générale de Dieu, les âmes de tous les saints qui ont quitté ce monde avant la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ : que celles des saints Apôtres, martyrs, confesseurs, vierges et autres fidèles morts après avoir reçu le saint baptême du Christ, en qui il n’y a rien eu à purifier lorsqu’ils sont morts ou en qui il n’y aura rien à purifier lorsqu’ils mourront dans la suite ou encore, s’il y a eu ou qu’il a quelque chose à purifier, lorsque, après leur mort, elles auront achevé de le faire ; que, de même, les âmes des enfants régénérés par ce même baptême du Christ ou encore à baptiser, une fois qu’ils l’auront été, s’ils viennent à mourir avant d’user de leur libre-arbitre, (que toutes les âmes de ces enfants), aussitôt après leur mort et la purification dont nous avons parlé pour celles qui en auraient besoin, avant même la résurrection dans leur corps et le Jugement général, et cela depuis l’Ascension du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ au Ciel, ont été, sont et seront au Ciel, au Royaume des cieux et au paradis céleste avec le Christ, admises dans la société des saints anges. En outre, nous définissons que, selon la disposition générale de Dieu, les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent aussitôt après leur mort en enfer, où elles sont tourmentées de peines infernales. »

                       


                      • moebius 9 avril 2009 00:21

                        ...le monde passe....


                        • Hieronymus Hieronymus 9 avril 2009 00:38

                          Bonsoir Salvador
                          meme reflexion que les precedents, j’avais brievement note votre article, je m’etais promis d’y retourner et je le dois au lien indique par Jojo ..
                          mais quel article ! tout ce que vous nous confiez, il y a vraiment a boire et a manger, essayons d’avoir une approche synthetique :
                          1) la validite des propheties (je m’interesse au sujet) est une question redoutable car d’abord philosophique, l’admettre c’est etre deterministe (c’est plutot ma tendance mais elle n’est pas absolue)
                          vous pensez que le 13 octobre vous est fatidique, pourquoi pas ?
                          le 9 novembre est bien le jour de l’Allemagne (1917-1936-1989 et j’en oublie surement) pas impossible qu’un jour de l’annee nous soit particulier ..
                          si j’admets la possibilite des propheties et s’il peut y avoir de vraies propheties il y en a plus encore de fausses, et aussi qu’une prophetie soit vraie (mettons celle de Fatima) et accompagnee de miracles apparents ne prouve pas pour autant sa divine provenance, je veux dire qu’apercevoir la vierge ne prouve pas que c’est la sainte vierge, peut etre quelque malefice tout simplement, enfin a Fatima il s’est passe qq chose indubitablement, la dessus j’ai trouve ce lien interessant
                          http://www.fatima.be/fr/fatima/secret/index.php
                          2) sur les catastrophes a venir, suis assez d’accord qd vous ecrivez :
                          il convient de regarder les possibles catastrophes bien en face, car c’est encore le meilleur moyen de faire qu’elles n’adviennent pas
                          sans doute nombre de catastrophes pires que toutes celles connues historiquement pourraient bientot survenir, mais je ne sais pas ce qu’elles seront exactement ni quand elles se produiront, le terme d’apocalypse est a mon avis un peu trop usite par tous les amateurs de sensations fortes, pour faire court je crois a la fin probable d’un certain monde ds lequel nous vivons mais pas a la fin du monde, des choses rebondiront de facon inattendue, independamment de l’hemisphere ou nous nous trouverons et je ne vois pas la necessite d’aller ds une grotte ds l’Himalya ou les Andes pour faire partie des (heureux ou malheureux ?) elus, l’homme pieux accepte le destin et place sa foi ou sa confiance ds le deroulement du temps, nulle raison de chercher a « tricher » avec ce qui doit advenir ..
                          3) sur le caractere eschatologique de l’existence humaine
                          je serais assez en phase avec Lloyds, tout en etant tres religieux et mystique, profondement penetre de croyance chretienne, je suis tres sceptique vis a vis des dogmes religieux, ne crois guere a l’existence historique du personnage Jesus, ce qui n’enleve rien ou presque a la pertinence du message des Evangiles qu’il ne faudrait pas, a mon avis, considerer ds une acceptation historique et terrestre, ainsi la parole de Jean
                          « Et je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ;
                           car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés »
                          ne se refere pas a des modications climatiques ou astronomiques exterieures mais a un cheminement interieur de la conscience humaine qui depasse les clivages de l’espace et du temps que nous connaissons et permet d’etre « autre », d’atteindre un etat intraduisible dans les termes que nous connaissons habituellement ..
                          celui qui de facon intuitive et inexprimable, percoit en son for interieur la realite de cette transcendance divine, il est en paix avec lui meme et ne demande plus rien pour lui car il comprend le sens de la parole : « Seigneur, que ta volonte soit faite ! »

                          Salvador, surtout ne vous arretez pas la, il faut poursuivre cette discussion, donnez nous d’autres articles comme socles de reflexion ..
                          bien a Vous


                          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 14:55

                            Bonjour Hieronymus,
                            Merci pour votre message.
                            D’emblée, je vous indique que je ne crois pas que le 13 octobre me soit fatidique. Précisément, mon interprétation le fait sortir du fatum pour en faire un signe qui m’avertit et me met en position de vigilance et de responsabilité aussi.

                            Une fois l’avertissement réalisé, je n’ai plus à craindre quoi que ce soit de personnel le 13/10. Par contre, peut-être que le monde dans son ensemble reste concerné par cette date. Probablement est-ce la cas. Mais je n’ai aucune certitude.

                            Pour ce qui est des prophéties, comme je l’ai dit plus haut, Fatima est suffisamment probant. J’attends les courageux contradicteurs rationalistes.

                            Pour ce qui est du chemin intérieur que chacun doit accomplir, je vous suis complètement, mais mon sentiment est que les Evangiles ne parlent de rien d’autre. Confère la très belle analyse que fait Frédéric Lenoir dans « Le Christ philosophe » de la rencontre entre la samaritaine et Jésus autour d’un puit. Il y a là quelque chose de puissamment libérateur et corrosif pour les dogmes.


                          • Antoine Diederick 9 avril 2009 01:09

                            je reviens encore ce soir sur votre article....

                            je relève : habitudes --- je traduis : vision du monde...représentations
                            perte de conscience, revenir à soi ---accident, rappel du destin - fatum

                            avec le tarot et la Maison Dieu, illumination-bas les masques- soleil-ego-construction terrestre et humaine détruite etc....

                            Vraiment bcp dans votre texte....faut creuser...

                            En plus, nous sommes à la veille de Pâques....

                            abandonner sa vision du monde pour accèder à une autre expérience sensible , ou bien aller , vers un égo dépouillé d’artifice....passer au plan supérieur de l’être

                            Bonne nuit.


                            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 14:59

                              Je comprends qu’une telle lecture soit possible. Pour ma part, sans nier sa pertinence ultime, je reste dans mon cadre « naturaliste » habituel smiley autant que possible.
                              Je me confronte à un fait accompli dont je tente de faire sens le plus rationnellement possible. Et le plus rationnel, en la circonstance, c’est de croire qu’il y a là un signe, ... surnaturel.


                            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 15:04

                              Bonjour Kinini,
                              Merci pour votre suggestion. J’ai en tête le fait que ma grand-mère m’a bel et bien dit que j’hériterai de ses pouvoirs.
                              Mais je n’ai aucune idée de la manière selon laquelle je devrais en venir à découvrir cela.
                              Je me dis que les choses viendront en leur temps.
                              Mais si vous avez des suggestions à me faire, n’hésitez pas.
                              Pour le reste, soyez tranquille, de par ma formation et mon expérience, je résiste assez bien aux manipulateurs et sans opposition de principe, je suis d’abord sceptique quand je rencontre un individu qui s’attribue des pouvoirs. La psychologie est un bon guide en la matière.


                            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 10 avril 2009 14:19

                              Merci pour cet éclairage.
                              Ce que je ressens pour le moment est une urgence qui ne me pousse pas dans cette direction.
                              Je pense simplement que si je dois venir à cela un jour, ce sera le moment venu, et pour l’instant, je ne vois pas de signes pour cela.
                              Mais peut-être ne vont-ils pas tarder ?
                              Bref, comme vous le suggérez, je reste prudent.


                            • banni pour une photo 9 avril 2009 04:30

                              whaou,un tel article est incoyable,merci à l’auteur.


                              j’ai connu jovanovic pour ses revues de presses économiques qui sont aux antipodes des news à la télé mais qui refletent malheusreusement la triste réalité de la débacle économique,je vous garanti que lire sa revu de presse,ca fou les boules,enfin bref ce n’est pas le sujet quoique l’économie aille vers l’apocalypse aussi.

                               je vous vous faire part des liens que j’ai été amené à faire ces derniers jours.

                              bon,déja,le système solaire dans son intégralité se réchauffe, http://www.dailymotion.com/video/x4rfya_rechauffement-du-systeme-solaire_tech c’est un fait avéré,et c’est le soleil qui en responsable,nos élites s’en état rendu compte elles prirent la décision de lutter contre ce réchauffement(et oui le réchaufeement comme conséquence de l’activité de l’homme est un mensonge,du moins dans les proportions,attention cela ne veut pas dire que nous ne polluons pas ou ne détruisons pas la nature et nous mêmes, car des molécules chimiques ressenti comme des messagers biologique et qui transforme les fonctions et appareil sexuel sont surement le problème le plus important,carc’est le cycle naturel de la vie qui serai interrompu,bien sure in vitro on fera ce que l’on veut,mais bon,la vie est quelque chose de magique)
                              pour info,voila des glaciers qui semblent s’etre disloqué du reste de la banquise en angle très droit et en bande très droite,comme c’est écrit sur la vidéo à méditer :http://www.dailymotion.com/related/x4rfya/video/x4vpw9_glacier-antartique_tech?ajax_function=get_video_list&ajax_arg%5B0%5D=%2Frelated%2Fx4rfya%2F1&ajax_arg%5B1%5D=x4rfya_rechauffement-du-systeme-solaire_tech&ajax_rnd=1239233888574

                              oui donc,alors que le soleil chauffe,de nombreuse régions sr terre ont vu la luminosité baissé,voila un documenatire saisissant, http://www.dailymotion.com/bookmarks/fonzibrain/video/x465eo_lobscurcisseme nt-planetaire-1-3_news  car la personne pose les bonnes question, a la chance grace au 1109 (les avions ont été interdit de vol,lui permettant d’avoir un ciel témoin ) de vérifier sa théorie et de valider sa théorie ,car il a démontré que c’est les avions qui font baisser la luminosité,alors q’en fait c’est les produit que l’avion déverse qui fait baisser la luminosité.
                              en effet j’avais lu qu l’onu avait décidé d’applqiuer le pla « Shield » c’es à dire l’épandage massif de sel de baryum et de se d’aluminim pour à la fois pieger le co2 et renvoyer des rayons solaires,bien qu’il y avait de nombreuses prevent (l’eau testé en californi contenait bcp trop de baryum et aluminium,http://www.chemtrails-france.com/ ,http://johndoe2012.unblog.fr/tag/chemtrails/ 
                              Et la deouis deux semaine ,c’est le falex CFR qui parle de géoingénièrie pour lutter contre le réchauffement climatique,et a embauché ce que l’on trouve sur les site des chemtrails,deus scientifiques qui disent qu’ils faut faire des épandange de sel de batyum et d’aluminium,et voila boucle est bouclé,si le CFR le dit,cela va srement etre fait officciellement,parceque cela a déja commencé,de nombresues personnes sont malades des retombés,les morgelons,les gens se grattent jusqu’au sang et bien que dans l’univers cinématographique on est fait passer ces gens pour des fous,les dernières analyses ont prouvé que c’était des sortes de fibres qui étaient dans le corps.

                              pour enrevenir à l’apaocalypse
                              o sait donc que les orages solaire peuvent etre très destructeurs,comme dit ici,
                              tout est très bien expliqué sur les faiblesses des systeme electrique mondiaux,et cela d’autant plus à cause de la sur exploitation minère,minerai qui « absorberai » les chc solaire,un autre article ici aussi met en avant l’année 2012 pour les pic d’explosion solaires dévastatrice,http://www.examiner.com/x-2912-Seattle-Exopolitics-Examiner y2009m4d1-2012-may-bring-the-perfect-storm—solar-flares-systems-collapse, et tout en pensant à cela j’au vu prédicton aussi avec donc cette histoire d’enfant contacté par des extra terrestre pour plus ou moins les prévenir de la catastrophe à venir,et voila qu’au même moment je tombe sur cet extrait de documentaire « les enlevées »,ou un proesseur émérit d’harward a étudié les cas de centaines de gens enlevéés et ecrit un bouqui qui dit que ces gens ne sont pas fou,qu’ils sont sincère,et bien que cela ait fait scandale,de nouvelle alanyses ont confirmé ses dires,mais voila l’extrait,c’est à harare au zimbabwé ou une 60 d’enfants ont vu des extra terrestre dans leurs court d’école,quelque semaine plus tard,les gosses furent interviwé par un pédo psychiatre,et la la gosse a dit que les ET lui a mis dans la tete que nous ne faisions pas assez attention à la terre et que la terre,l’air les arbres seraient détruit,et c’est exactement comme dans prédiction
                              c’est assez troublant
                              et puis si on tire par les cheveux,il y a eu claudi haignerai qui aurait voulait avertir la habitants de la terre d’une grave menace,http://www.anti-monde.gerardcambri.com/societe/claudie_haignere.htm

                              et dans le film prédiction ,nicolas cage dit que les vent solaire penètrerai jusqu’à 1500 metre sous terre,je me suis alors souvenu de ces bases souteraines contruites sous terre,très profond, http://www.youtube.com/watch?v=pu21TkPO3-E&feature=related

                              enfin voila,mais peut etre que c’est juste dans l’air du temps comme vers l’an 1000,l’an 1500 et 1666 et 1999 et 2000,mais il faut savoir qu’il y a surement eu plusieurs humanité avant la notre les continents de l’atlantide et de Mu ont vraisemblablement existé,il faut dire que la dorsale pacifique peut aisément engloutir un continent,tenez voila un doc sympa,ou un immense bloc sculpté par l’homme sous l’eau, http://ufo.the-foundation.fr/UFOmotion/Mu-Le-Continent-Retrouve.html  on a trouvé également des pyramide en chine, en bosnie, en oc&anie,http://chinefantastique.enchine.fr/label/149/mysteres-archeologiques-chinois


                              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 avril 2009 15:32

                                Merci pour cette très riche documentation dont j’ignorais l’existence.
                                Je vais m’y plonger. J’aurais dû le faire depuis longtemps pour apocalypse2012. Le document que vous suggérez est vraiment très intéressant.


                              • banni pour une photo 9 avril 2009 16:14

                                content que cela t’ai plu,je vais t’nvoyer un mail sur ton blog afin que nous approndissions ce sujet.

                                merci et à très bientot j’espère

                              • banni pour une photo 9 avril 2009 16:15

                                content que cela t’ai plu,je vais t’nvoyer un mail sur ton blog afin que nous approndissions ce sujet.

                                merci et à très bientot j’espère

                              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 avril 2009 05:34

                                à l’auteur

                                Mon pauvre Monsieur,

                                Vous me semblez quelque peu « déconstruit »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès