• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Est-ce l’avion qui s’est écrasé ou les pilotes ?

Est-ce l’avion qui s’est écrasé ou les pilotes ?

Mardi 24 mars 2015 crash de l'A320 de GermanWings, compagnie low cost de Lufthansa.

Le vol Germanwings 4U 9525 de Barcelone à Düsseldorf a subi un accident au-dessus des Alpes françaises. Ce vol était opéré par un Airbus A320 et transportait 144 passagers et six membres d’équipage. 

 

Des mesures sont prises aussitôt :

- les chaînes de TV de journaux en continu répètent qu'elles ne savent rien et embrayent, puisqu'il faut bien meubler, sur les sentiments et sur des « C’est terrible, c’est un drame épouvantable. ». A défaut d'information, le journal devient une série à l'eau de rose, emplie de clichés, de situations sans réelle surprise et de sentiments très conventionnels

- et toujours dans la série « rose », voici le président qui entre deux entrevues avec sa supérieure, pardon avec la chancelière allemande, recevait par hasard le roi d'Espagne : « C’est un deuil que nous devons éprouver car le crash s’est produit sur notre sol ». Un avion qui part d 'Espagne pour l'Allemagne et s'écrase en Suisse, ça ne nous touche pas. Mais dans les Alpes françaises !

-  En pleine campagne électorale, c'est le moment de donner la parole au président du conseil général, qui n'a aucune responsabilité autre que ne pas avoir aplani la montagne, et encore ce n'est pas sûr que ce fût suffisant,

- puis c'est l'annonce de Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur en charge de tout ce qui se meut et stationne sur le sol public, et donc de l'avion qui y demeure, et de Ségolène Royal ministre de l'écologie concernée par l'ouverture de cette nouvelle décharge sauvage

- Vient la question qui taraudait tout le monde : puisque le roi d'Espagne a écourté son séjour à Paris, qu'est devenu après son annulation le dîner d'État de 200 personnes pour Felipe VI ? Il n'a pas été perdu, « Tout ce qui peut être stocké est resté dans les cuisines de l'Élysée », précise-t-on au palais présidentiel. En revanche, « tout ce qui doit être consommé » rapidement en raison de la préparation « est donné à la Banque alimentaire ». Le Figaro nous apprend que « du côté de la banque alimentaire Paris-Île-de-France, une bénévole confirme avoir « entendu parler » d'une telle opération « au sujet des desserts », sans disposer de davantage d'informations. « Hier, nous avons été contactés en ce sens », confirme lui aussi le responsable de l'entrepôt où sont stockées les aliments, mieux informé des arrivées de stocks. « Ils devaient nous recontacter mais on n'a pas eu de nouvelles », précise-t-il. Alors quelqu'un a-t-il oui ou non avalé ses 200 repas ?

-  Parmi toutes les réactions, la plus rapide est venue de Stéphane Guillon qui a tweeté : «  On me dit que l'Airbus de la compagnie Germanwings avait été affrété par TF1 pour la saison 2 de Dropped. C'est une connerie ? »

 

J'espère que les élèves journalistes décortiquent l'événement et son traitement par leurs aînés bardés de diplômes et de certitudes et habitués des projecteurs des studios de diffusion.

- Un événement tragique : on ne sait rien, mais on parle jusqu'à plus de salive, au prix de mélanger les terme « décrochage » et « descente prononcée » ou les minutes et les secondes dans les explications, au risque de provoquer une crise cardiaque d'un auditeur pilote.

- Faute d'information, on fait du sentimental, au moins on tient le micro à l'antenne et la ménagère en haleine. Le plus important est la relation ménagère avec son pouvoir d'achat et la publicité. Quand les éléments se raréfient, on suppose, on invente des hypothèses, on évoque des faits anciens. Mais il faut continuer à parler. Et on en vient à parler du dérisoire, et on fait mine de s'indigner de l'humour noir d'un provocateur professionnel.

- Mais, attention mes petits élèves, on peut dire du mal d'une personne, de sa manière de s'habiller, de son lapsus, mais il ne faut pas ébranler le système en parlant de l'image déchue du pilote de ligne.

 

Jadis le pilote et l'hôtesse de l'air étaient des icônes de la société :

- lui était l'homme avec la prestance de l'uniforme, les honneurs des diplômes et la magie de la technologie

- elle était la femme-objet sublimée, belle forcément dans son tailleur chic, elle transcendait le rôle de femme au foyer en exerçant le métier de femme de ménage dans l'univers confiné des carlingues qui l'emmenaient dans des lieux exotiques aux noms enchanteurs.

 

Aujourd'hui, le métier d'hôtesse s'est tellement démocratisé que des hommes l'exercent, même si aucun mot français n'en a voulu et qu'il a fallu faire venir le mot « steward », un immigré anglais.

 

Le job de pilote de ligne a perdu de sa superbe et les jeunes doivent passer sous les fourches caudines des compagnies low cost et des contrats léonins. Pour voler, il faut avoir des heures de vols. C'est le serpent qui se mord la queue. Le jeune est prêt à solder son salaire pour voler.

Ce n'est pas assez.

Il en est réduit à payer pour voler.

 

La pétition publiée le 3 septembre 2014 est toujours en ligne https://secure.avaaz.org/fr/petition/p2f_must_stop/?pv=85

« Nous vous écrivons afin de porter à votre connaissance une pratique qui consiste à vendre à des pilotes de ligne (ou d'hélicoptère) des blocs d'heures de vol sur avion ou hélicoptères multi-pilotes. 

Il est scandaleux qu'un pilote doive payer de 30 à 80 000 euros pour voler 300 à 1200 heures sur un Airbus 320 ou Boeing 737 avec 150 personnes a bord. 

En effet, toute personne achetant un billet de transport à une compagnie aérienne s'attend, à juste titre, à être confié à des pilotes professionnels employés et payés par la compagnie, c'est à dire avec un statut de travailleur rémunéré. 

Il doit être rappelé qu'un pilote de ligne doit posséder au minimum une licence commerciale pour piloter un avion de ligne avion classé "multi-pilotes". 

Cette pratique consistant à faire payer les équipages, connue sous le nom de "pay to fly" (p2f) soulève donc la question de la responsabilité effective du pilote qui paie pour voler. Dans le cas (normal) où le pilote est rémunéré, son salaire achète entre autre le fait qu'il assume la responsabilité du vol et sa sécurité. En renversant le sens du flux financier, la compagnie se place en position de fournisseur de service pour le pilote payant. Ceci amoindrit ou annule l'endossement de responsabilité par le pilote avec des conséquences implicites sur le niveau de sécurité du vol. 

... »

 

Est-ce que le pilote du crash de mardi dernier avait payé pour voler ? 

Etait-il endetté ?

Avait-il décidé d'en finir avec cette vie études-boulot-dettes et d'emmener ses passagers dans ce qu'on appelle un monde meilleur ? 

Peut-être.

Peut-être pas. 

Mais la question des conditions de travail des pilotes doit être posée. 

Comme la condition de non-travail en cette semaine de publication du nombre de chômage.

3 millions et demi approximativement. 

Est-ce que le 5 millionième gagnera un poste d'expert auprès du ministre du travail ? 

Références : 

https://secure.avaaz.org/fr/petition/p2f_must_stop/?pv=85

http://television.telerama.fr/television/crash-dans-les-alpes-les-chaines-info-partent-en-vrille,124643.php

https://www.germanwings.com/fr.html

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/en-direct-crash-de-l-a320-francois-hollande-se-rend-dans-les-hautes-alpes_1664651.html

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/03/25/01016-20150325ARTFIG00152-que-sont-devenus-les-mets-prevus-pour-le-diner-d-etat-de-felipe-vi.php

 

JPEG - 251.3 ko
Un Airbus A380, qui vole bien, comme presque tous les avions de cette marque
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Airbus_A380_blue_sky.jpg

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • luxwalker 26 mars 2015 18:54

    Bonjour
    manifestement cet article a été soumis à la modération avant que l’annonce du « suicide » du copilote soit divulguée ?

    DOMMAGE

    Bizarre que certains articles passent immédiatement et sont donc dans l’actualité alors que d’autres végètent des jours avant d’etre approuvés puis passent alors que l’actu est déjà passée à quelque chose d’autre
     smiley


    • Croa Croa 26 mars 2015 22:14

      À luxwalker,
      *
      La modération ferait-elle plus attention aux rumeurs extérieures qu’à ce qui est sur le site ?  smiley
      (J’avais moi-même publié sur les forums que la thèse du suicide était une des plus vraissemblable.  )


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 27 mars 2015 11:21

      @Marie Zorn

      si les services médicaux us et deutsch étaient a la hauteur du CEMPN FRANCAIS ( déprime du copilote et arret prolongé recruté par un piston d’élu magouilleur ???= ces pauvres gens seraient encore en vie tout cela pour une économie de pecul de chiottes et de places dans un avion 1 PLACE POUR 1 CHIOTTE N EST PAS EGAL A 149 VIES VOL = 500 EUROS ????

      QUEL MONDE DE MERDE TOUT TOURNE AUTOUR DU COMMERCE....DE VIES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
       VIE DE CHIOTTES :1 CHIOTTE POUR 149 MORTS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 


    • gaijin gaijin 26 mars 2015 21:20

      l’avion ou les pilotes ?

      ben l’un dans l’autre........

      oups je sors ...


      • Saltz Saltz 27 mars 2015 08:47

        @gaijin

        Le titre de l’article est à prendre au deuxième degré.
        Il raille les commentaires TV et radio récurrents pour chaque catastrophe.

        Quelle que soit la cause cette fois-ci, je veux attirer l’attention sur la précarité qui nuit d’abord à celui qui travaille et par ricochet à tous.


      • gaijin gaijin 27 mars 2015 12:39

        @Saltz
        oui bien sur votre excellent article méritais mieux que ma pauvre vanne
        on est en train ( partout sur les ondes ) de se poser la question de l’humain .....mais j’ai bien peur que ça ne soit qu’un égarement passager
        comme a été un feu de paille la question du stress au travail après les suicides de france télécom : on a aboutit a la mise en place d’ une vague procédure de reporting
        pendant ce temps les notions de « bien être, épanouissement , confiance, connaissance de soi, management des situations professionnelles .......... »
        doivent alerter sur un risque de dérive sectaire.
        dixit cet organisme merveilleux que le monde nous envie qu’est la mivilude
        http://www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire/o%C3%B9-la-d%C3%A9celer/vie-professionnelle/le-risque-gestion-des-ressources-hu
        et classe des techniques comme la sophrologie dans la liste noire dehttp://www.ouvertures.net/le-gouvernement-publie-sans-debat-contradictoire-une-liste-noire-de-medecines-douces/s techniques présentant un risque de dérive sectaire ........

        on n’est pas près d’avancer .......


      • sls0 sls0 26 mars 2015 21:31

        On dit avec raison que les médias font dans l’émotionnel, le sensationnel... mais pas dans le factuel.
        Ils méritent un peu le titre de merdias sans compter le coté propagande otanesque.

        Si on laissait cela aux médias et voilà que sur agoravox ont s’y met aussi.

        Comme j’ai un bloqueur de pub, je ne les vois pas donc il m’est difficile de voir un changement, ça rapporte ce coté presse people ?


        • Vipère Vipère 26 mars 2015 21:41

          Absolument, rien de transparent, les médias jouent et sur- jouent l’émotionnel !

          Quid des faits, des motivations du co-pilote, des conditions de travail des navigants low  cost ? 


          • Croa Croa 26 mars 2015 22:01

            Les conseillers en communication ont répondu au titre de l’article  (!) : C’est ’avion !
            *
            Sur tous les médias le commentaire obligé c’est : « Le co-pilote voulait détruire l’avion ». Ce qu’ils ont dû se fendre le crane pour trouver ça ! smiley smiley smiley C’est évidemment un gros mensonge car c’est d’abord lui-même qu’il voulait détruire ; Et assurément les bonnes questions que suggère l’auteur, notamment sur les conditions de travail dans le milieu du ’’low-coast’’, seront largement évitées, et ce malgré les longs développements sur l’accident qui ne manqueront pas de saturer les médias ces prochains jours. 


            • Croa Croa 26 mars 2015 22:04

              Houps, j’aurais dû mettre aussi des guillemets à ’’communication’’ ! (Synonyme moderne de propagande mais avec une bonne image.)


            • Pyrathome Pyrathome 27 mars 2015 00:36

              @Croa
              Le co-pilote voulait détruire l’avion ».
              .

              En fait tout cela n’a aucun sens, on est dans l’irrationalité totale sur cette affaire, là....


            • egos 27 mars 2015 15:46

              @Croa


              low coast ?

              message crypté ?!

            • Croa Croa 27 mars 2015 18:04

              À egos,
              Non message étranger, barbare quoi ! (C’est dur ! smiley , j’aurais préféré bas coût mais comme ce n’est pas le terme consacré j’essaye de m’adapter !)


            • Vipère Vipère 26 mars 2015 22:39


              Enfin croa, si on veut se suicider, on peut le faire en solitaire et par de multiples moyens ?

              Donc le terme détruire l’avion n’est pas inexact... ?

              Le times reprend ce terme dans l’extrait plus bas : « Mr. Robin said it appeared that the intention of the co-pilot, identified as Andreas Lubitz, had been “to destroy the aircraft. »

              (Mr ROBIN a dit qu’il apparaîtrait que l’intention du co- pilote, identifié comme Andreas LUBITZ a été de détruire l’appareil) 

              Germanwings Co-Pilot, Andreas Lubitz, Deliberately Crashed Plane, Prosecutor Says

              By NICOLA CLARK, DAN BILEFSKY and AURELIEN BREEDENMARCH 26, 2015

              Inside

                Brice Robin, the chief Marseille prosecutor, said on Thursday the co-pilot of the Germanwings Airbus A320 deliberately crashed the plane that killed himself and 149 others aboard in the French Alps.

                Video by Associated Press on Publish Date March 26, 2015. Photo by Franck Pennant/Agence France-Presse — Getty Images.


                PARIS — The co-pilot of Germanwings flight 9525 deliberately crashed the aircraft, French officials said Thursday, pointing to voice recorder evidence that he had locked the captain out of the cockpit, ignored his pleas for re-entry and steered down into the French Alps as passengers were heard screaming.

                The assertions instantly changed the nature of the Tuesday crash, which obliterated the Airbus A320 and killed all 150 aboard, into a wide-ranging criminal investigation that focused on the co-pilot, a 27-year-old German with no obvious reason to commit mass murder, who had been hired less than two years ago. The top executive of Lufthansa, the parent company of Germanwings, said he was speechless at the news from France.

                In Marseille, the chief prosecutor handling the criminal investigation, Brice Robin, said, “At this moment, in light of investigation, the interpretation we can give at this time is that the co-pilot through voluntary abstention refused to open the door of the cockpit to the commander, and activated the button that commands the loss of altitude.”

                Mr. Robin said it appeared that the intention of the co-pilot, identified as Andreas Lubitz, had been “to destroy the aircraft.” He said the voice recorder showed that the co-pilot had been breathing until before the moment of impact, suggesting that he was conscious and deliberate in bringing the plane down and killing 144 passengers and five other crew members on Tuesday.

                The German Foreign Ministry said half the dead were Germans, including four dual citizens. Most of the others were from Spain, with a smattering from other countries. Three were from the United States.

                The revelation that one of the pilots of the jetliner was locked out of the cockpit before it crashed, which was first reported in The New York Times, raised troubling questions. Search teams continued to scour the rugged terrain of the French Alps for clues, and several other issues remained unclear on Thursday, including the identity of the captain and why he had left the cockpit.

                The inquiry shows that the crash was intentional, Mr. Robin said, and said he was considering changing his investigation from involuntary manslaughter to voluntary manslaughter.

                He said there was no indication that it was a terrorist attack, and added that Mr. Lubitz was not known to law enforcement officials. After the news conference, the German interior minister, Thomas de Maizière, told reporters in Berlin that security officials had checked their records after Tuesday’s crash and found no indication that anyone aboard had links to terrorism.

                An investigation into the background of Mr. Lubitz, who was from the German town of Montabaur, is underway. German news media initially said he was 28, but the local authorities said he was born on Dec. 18, 1987, which would make him 27.

                Asked if Mr. Lubitz had tried to commit suicide, the French prosecutor said, “I haven’t used the word suicide,” adding that it was “a legitimate question to ask.”



                The flight was heading to Düsseldorf, Germany, from Barcelona, Spain, on Tuesday morning when it descended and slammed into the French Alps.

                The French prosecutor said that the authorities had a full transcript of the final 30 minutes of the voice recorder.

                “During the first 20 minutes, the pilots talk normally,” Mr. Robin said, saying they spoke in a “cheerful” and “courteous” way. “There is nothing abnormal happening,” he said.

                The prosecutor said the transcript showed that the captain was preparing a briefing for landing in Düsseldorf. The co-pilot’s answer, the prosecutor said, was “laconic.”

                The commanding pilot then asks the co-pilot to take over, and the noise of a seat backing up and a door closing can be heard.

                “At this stage, the co-pilot is in control, alone,” the prosecutor said. “It is when he is alone that the co-pilot manipulates the flight monitoring system to activate the descent of the plane.” The prosecutor said that this action could only have been “voluntary.”

                The control the co-pilot activated requires several turns, Mr. Robin said, and it could not have been turned to such a low altitude accidentally.



                • Vipère Vipère 26 mars 2015 23:20
                  Midi Charente s’oriente aussi vers la thèse de la destruction volontaire de l’avion



                  Extrait :

                  « On connaît désormais l’identité du copilote. Andreas Lubitz, 28 ans, qui selon toute vraisemblance a volontairement fait s’écraser l’avion, avait 630 heures de vol à son actif. Il avait été recruté il y a un an et demi. 15h02.  »On peut être quasiment sûr que . Des questions se posent désormais sur le processus de recrutement des avions. Le PDG a indiqué qu’il s’agit d’un processus très strict « avec des tests psychologiques » quand ils choisissent un pilote. « C’est le cas durant toute la formation, mais nous n’allons pas jusqu’à interroger les proches des candidats. » «  

                  Le PDG de Lufthansa déclare que ce n’est pas un suicide :

                   »Mais quand une personne entraîne dans sa mort 149 autres personnes, ce n’est pas le mot suicide qui s’applique« , a déclaré le PDG de la compagnie Lufthansa »



                  Ce qui rejoint mon point de vue, car détruire l’appareil avec à son bord 149 persones est bien davantage qu’une affaire personnelle de suicide car elle touche à la compagnie et à ses finances, qui devra indemniser les familles eu égard au décès des 149 passagers. (ce n’est que mon opinion)










                • Croa Croa 26 mars 2015 23:29

                  À Vipère,
                  *
                  Dans l’absolu tu as raison mais il ne s’agit là que d’un aspect des choses. Le rôle des conseillers en ’’com’’ est justement de faire dire aux choses le contraire de ce qu’elles signifient vraiment. Sinon Merci pour l’info : Celle-ci démontre que la tactique choisie a été décidée pour le monde entier ce qui laisse rêveur en ce qui concerne la puissance de suggestion de masse dont disposent certains cabinets. 


                • caramico 27 mars 2015 08:50

                  @Vipère
                  Un procureur français s’exprimant en français est commenté par un français (je suppose, vipère), s’adressant à des français, en anglais ? 

                  Certaines questions posées d’ailleurs au procureur par des journalistes anglophones directement en anglais, sans que ça ne choque personne.

                  Suis-je le seul a m’en étonner ?


                • Vipère Vipère 26 mars 2015 22:54



                  Dans ce drame, tout porte à croire qu’Andréa LUBITZ, co-pilot de la compagnie aérienne germanique ait voulu délibéremment krasher l’avion avec les passagers, le personnel et lui-même, pour que la compagnie paie ! 

                  Faire payer la compagnie... et ternir son image low cost

                  Mais ce n’est que mon opinion ! 





                  • joletaxi 26 mars 2015 23:10

                    Bizarre tout de même

                    si le copilote a en projet de se suicider de cette façon, il ne peut pas prévoir que le commandant va avoir envie de pisser ?
                    Est-il possible qu’il aie déjà fait des dizaines de vol, en attendant d’être seul ?
                    pas très crédible.
                    Mais admettons
                    pourquoi alors programmer une descente ?
                    Il suffisait de débrancher le pilote, couper les gaz, tirer sur le manche et l’avion tombe comme une pierre, ou encore pousser le manche , l’avion pique et s’éparpille en morceau.

                    Curieux non ?
                    Possible qu’il manipule le pilote auto, et qu’il aie un malaise,l’avion continue sur la dernière route.

                    En tout cas, moi je suis pour que les pilotes portent des couches


                    • Croa Croa 26 mars 2015 23:47

                      À joletaxi
                      *
                      Tant qu’à faire finir aux Trois Évêchés c’est aussi finir en beauté. (Là ce n’est qu’une supposition car je ne suis pas à la place du pilote suicidaire.)


                    • Ruut Ruut 27 mars 2015 16:35

                      @joletaxi
                      Ce qui est surprenant c’est l’absence d’urinoir dans le cockpit dit sécurisé.


                    • Vipère Vipère 26 mars 2015 23:27

                      VIDÉOS - Même si la prudence reste de mise, un verrouillage volontaire du pilote dans le cockpit semble un scénario probable pour expliquer l’incapacité de son collègue à le rejoindre.

                      PUBLICITÉ

                      L’italien ?Apprenez l’italien avec Babbel et LeFigaro

                      Démarrer

                      1/5

                      Un cockpit fermé, un pilote qui essaye d’enfoncer la porte. Si les informations du New York Times sont confirmées par les autorités, la piste de l’attentat ou d’un suicide du pilote en fonction resté dans le cockpit devrait prendre de l’épaisseur dans les heures à venir. « C’est une enquête de sécurité aérienne qui pourrait vite devenir une enquête criminelle, indique au Figaro un expert en sécurité aérienne. Le BEA n’a pas démenti les informations de la presse américaine. Si elles étaient erronées, nous le saurions déjà ».



                        • Vipère Vipère 26 mars 2015 23:40


                          Le pilote se levait pour aller au toilette, et le co-pilote qui avait reçu un blâme a krashé volontairement l’avion :



                          « EgyptAir : les moteurs coupés en plein vol par le copilote

                          Le 31 octobre 1999, le Boeing 767 de la compagnie égyptienne à destination du Caire quitte l’aéroport John F. Kennedy de New York. Il s’écrase dans l’Atlantique, au large du Massachusetts ; tous les 217 passagers et membres d’équipage meurent.

                          Les causes de l’accident sont discutées. Pour les enquêteurs américains, cet accident est provoqué par le copilote.

                          Gamil El-Batouty, le copilote, vient en effet de recevoir un blâme pour faute professionnelle. Un des dirigeants d’EgyptAir passager du vol l’aurait prévenu quelques jours plus tôt : le New York-Le Caire serait son « dernier vol ». L’intéressé lui aurait alors répondu : « Ce sera le dernier vol pour vous aussi. »

                          Au cours du vol, alors que le pilote se lève pour aller aux toilettes, les boîtes noires de l’appareil enregistrent El-Batouty dire plusieurs fois : « Je m’en remets à Dieu », avant d’éteindre le pilote automatique et de pousser l’avion en piqué. »


                          • Vipère Vipère 27 mars 2015 00:10



                            « Il y a ceux qui paient pour voler, ceux qui sont mis à disposition d’une compagnie aérienne par une société de service, ceux qui se déclarent en travailleurs indépendants, ou encore ceux qui ne savent quand ils seront appelés pour une prochaine mission… Des chercheurs de l’Université de Gand (Belgique) ont évalué que près de 4 pilotes sur 10 âgés de moins de 30 ans sont aujourd’hui des travailleurs indépendants ou des intérimaires. Il ressort également de la récente étude qu’ils ont réalisée grâce à un financement de la Commission Européenne, qu’un nombre grandissant de pilotes vole sans aucun lien direct avec la compagnie aérienne pour laquelle ils opèrent, en particulier dans le secteur des compagnies à bas coûts. Pour l’ECA (European Cockpit Association ou Fédération européenne des associations de pilotes), « il s’agit clairement d’une forme de précarisation de l’emploi pilote ».

                            Cette enquête, basée sur la participation de plus de 6.000 personnes, conclut que plus d’1 pilote sur 6 en Europe peut être considéré comme un travailleur « atypique », à savoir opérant pour le compte d’une agence de travail temporaire, en tant que travailleur autonome ou sous la forme de contrats à la demande et ce, sans salaire minimum garanti.

                            Selon les chercheurs de l’Université de Gand, le statut de travailleur autonome est l’un des types d’emplois atypiques les plus répandus dans le secteur aérien. 7 pilotes indépendants sur 10 travaillent pour une compagnie aérienne à bas coûts. « Paradoxalement, ce type de « travail autonome » est parfois utilisé pour masquer ce qui est en réalité un emploi régulier de salarié ; une situation qui créé une distorsion de concurrence sur le marché au profit des compagnies aériennes qui utilisent ce système  », estime l’ECA.

                            L’étude révèle également que près de la moitié des pilotes indépendants se déclare incapable de contester les instructions à caractère économique de la compagnie, même lorsqu’elles contreviennent à la sécurité. « La précarisation du travail dans l’aérien n’est plus une seule question de contournement des charges et impôts, elle soulève aussi de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité des vols en général  », avertit l’ECA.

                            Toujours selon cette étude, les jeunes sont les plus touchés par le phénomène : « 40 % des pilotes âgés de 20 à 30 ans volent désormais sans être directement employés par une compagnie aérienne  ». L’ECA explique que ces jeunes pilotes « sont également confrontés à des situations où ils finissent par « subventionner » leur propre activité ; par exemple, en payant une compagnie pour utiliser ses avions afin d’acquérir de l’expérience. Ce principe, autrement appelé le « pay-to-fly », crée de potentiels conflits d’intérêts vis à vis de la sécurité et constitue une exploitation financière pure et simple des individus  ».

                            Le marché de l’emploi des pilotes n’est pas épargné par l’ultra libéralisme qui s’est développé en Europe, sur les failles qui existent entre les systèmes nationaux de protection sociale, de fiscalité et de droit du travail. Les pilotes de ligne sont désormais logés à la même enseigne que les ouvriers du bâtiment ou les chauffeurs routiers. Faut-il s’en étonner ?

                            Il y a eu le temps des « seigneurs de l’Atlantique », aujourd’hui, le transport aérien est entré dans celui des « précaires ». Le phénomène n’est pas nouveau, sauf que désormais il tend à se banaliser. Avant, il y avait le « troisième niveau », aujourd’hui il y a le « low cost  ». A l’époque, pour ceux qui n’empruntaient pas la voie royale, des chemins détournés permettaient tout de même d’intégrer à plus ou moins long terme une grande compagnie nationale. Aujourd’hui, les voies sont parallèles et, donc, par définition, ne se rejoignent pas.

                            Tant que la sécurité des vols ne s’en ressentira pas, tant qu’une série d’accidents aériens n’aura pas été imputée au mal être de pilotes qui n’arrivaient pas à boucler leurs fins de mois, la situation continuera à se dégrader. Les syndicats accuseront les « patrons-voyous » d’exploiter des pilotes prêts à tous les sacrifices pour voler. Confortés par des coefficients de remplissage des avions à 90%, les actionnaires en demanderont plus.

                            Tant que le premier critère de choix d’un passager aérien demeurera le prix du billet, il y aura des pilotes précaires dans les cockpits. Tant que les consommateurs se bousculeront pour faire les soldes, il y aura des gamins qui se tueront devant des machines à coudre au Bangladesh. »

                            Gil Roy




                            • Croa Croa 27 mars 2015 08:20

                              À Vipère,
                              *
                              OUI, VOILÀ DANS QUEL MONDE NOUS VIVONS !
                                smiley
                              Ce qui est arrivé devait arriver un jour même s’il faut avoir sacrément les idées noires pour se sacrifier ainsi.
                              Le DRH de Germanwings se devrait de démissionner, peut-être aussi le PDG... Quand à nos ’’élites’’, avec en tête Hollande (celui qui nous a encore promis « toute la vérité » sur cette affaire), certainement feraient-ils mieux de la mettre en veilleuse au lieu d’exploiter ce drame dont ils sont responsables avec leur idéologie des sois-disant « concurrences non faussées » !


                            • izarn izarn 27 mars 2015 16:24

                              @Vipère
                              On devrait remplacer les pilotes par des robots, et leur interdire de sortir de leur couloir aérien.
                              Voila. Les pilotes deviennent trop dangereux...Quand un pilote pete les plombs il faut télecommander l’avion depuis le sol et le forcer à atterrir d’urgence sur la piste la plus proche. On sait faire ça avec les drones, c’est au point.
                              Ensuite on appelle le samu et les psychiatres pour sortir le forcené.


                            • Ruut Ruut 27 mars 2015 16:37

                              @izarn
                              Si un robot pète les plomb ce n’est pas 1 avion qui tombe mais tous en même temps.


                            • Saltz Saltz 27 mars 2015 16:43

                              @izarn

                              On y arrive. ce n’est qu’une question de temps.

                              Une équipe de l’Institut supérieur coréen des sciences et technologies a mis au point un robot humanoïde bientôt capable de piloter un avion. Pour l’instant, Pibot apprend les manœuvres de décollage, de navigation et d’atterrissage de façon autonome sur un simulateur, comme tout pilote débutant. Il devrait bientôt faire son baptême de l’air dans un avion modèle réduit.

                              Le 22/09/2014 à 13:24
                              - Par Marc Zaffagni, Futura-Sciences

                              http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/robotique-video-pibot-robot-veut-piloter-avion-55323/


                              Vidéo : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=e7WEXoiJRh8

                            • rocla+ rocla+ 27 mars 2015 16:56

                              @Saltz


                              C ’est peut-être ça la solution . 

                              Ou combiné homme-machine et en cas de grave problème humain 
                              la machine intervient .

                              à l’ éclairage du cas qui vient de survenir , un détecteur de bizarreries 
                              aurait pu intervenir . 

                              Le paramétrage de la porte du cockpit est également une erreur 
                              d’ anticipation à l’ ère du numérique . 
                              Ok c ’est facile de le dire maintenant , mais que des solutions soient crées 
                              pour éviter ces drames .

                            • CaptV 27 mars 2015 00:20

                              Et la question de « l’auto-pilote » voir la prise de contrôle de l’avion par une entité extérieure à l’avion ?
                              Certains pourtant en font l’hypothèse la plus vrai-semblable !
                              http://www.abeldanger.net/2015/03/2311-marine-links-serco-patents-base.html
                              Et quel « os a ronger » pour les médias voraces......autant que d’écran de fumée !
                              Est-ce que vous comprenez que l’économie Mondiale est en train de se « cracher » et que nous sommes réellement au bord de la IIIème Guerre Mondiale ?
                              ......




                              • Croa Croa 27 mars 2015 08:27

                                À CaptV,
                                *
                                Essaye de suivre un peu avant d’écrire des conneries. (Avant-hier c’était encore bien de faire toutes les hypothèses, maintenant ça pollue le forum.)


                              • tf1Groupie 27 mars 2015 00:51

                                Oui bon, sur Avox non plus on n’a rien à dire sur le sujet , mais on en pond quand même plusieurs articles.

                                C’est un concours ?

                                On pourrait quand même nous en faire un petit false-flag, un complot juif ou un bouquet de nanothermite, du vrai journalisme citoyen quoi smiley


                                • CaptV 27 mars 2015 00:56

                                  @tf1Groupie
                                  Laisse tomber !
                                  Vas sur TF1, c’est ton créneau.....


                                • Croa Croa 27 mars 2015 08:31

                                  À tf1Groupie,
                                  *
                                  Ce n’est pas pire que sur les médias ’’autorisés’’.
                                  Tous les articles AgoraVox sur le sujet ne sont pas excellents mais celui-ci, qui nous en a proposé une approche intéressante, est très bon je trouve. smiley


                                • Le p’tit Charles 27 mars 2015 07:44

                                  Quand on assassine 150 personnes ce n’est pas un suicide mais in crime....
                                  Tuer 150 personnes est un crime...« Attentat » 5 synonymes


                                  • Croa Croa 27 mars 2015 08:36

                                    À Le p’tit Charles,
                                    *
                                    Admettons... Facile de dire ça quand on vit dans de la ouate.
                                    *
                                    Pour moi les criminels sont ceux qui dirigent ce monde. Entre les deux il y a certains patrons : Moi, à la place du PDG de Germanwin je ne dormirais plus !


                                  • Le p’tit Charles 27 mars 2015 08:41

                                    @Croa...Vous avez la réponse sous les yeux...Après vous en faites ce que vous voulez... !
                                    Je parle du pilote pas du monde.. ?

    Ajouter une réaction

    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


    FAIRE UN DON






    Les thématiques de l'article


    Palmarès