• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Est-ce la mort du Parti socialiste ?

Est-ce la mort du Parti socialiste ?

Cette réaction est une réaction objective et non partisane car je suis un démocrate et j’ai toujours pensé que dans un pays libre comme le notre il fallait une ou des oppositions démocratiques pour assurer lorsque les électeurs le désirent une alternance politique comme par exemple en 1986,1993 et 1997.

Depuis 25 ans nous avions droit a nos alternances régulières !

Ce qui vient de ce passer au P.S. ces derniers mois est mauvais pour notre pays car il y a un combat fratricide entre les courants , entres les chefs , les petits chefs , les militants...

Ce parti ne propose plus rien de concret , ne possède pas de programme alternatif et est en état de totale décomposition. De plus non content de ne rien proposer il y a une totale fuite de ses parlementaires sur le vote de textes comme par exemple la modification de la constitution ou bien le vote pour la sauvegarde du système bancaire et donc de l’argent des petits épargnants.

Ce résultat de ce 22 novembre 2009 dans l’histoire du Parti Socialiste (il rappelle un peu le score de Gaston Deferre aux présidentielles de 1969 qui avait laissé le parti dans la torpeur) est une « catastrophe »pour le PS( du pain bénie pour l’U.M.P. ?).

Le Parti Socialiste va obligatoirement exploser dans quelques jours ou semaines si le résultat pour Martine Aubry est confirmé !

La démocratie est de savoir accepté sa défaite et bien sur la victoire de son adversaire, je pense que François Hollande a parfaitement raison de vouloir faire valider ce scrutin où il y a eu déjà deux tours et ou personne dans le camp Royal n’avait émis le moindre doute sur les résultats ! La force d’un politique est de savoir perdre même de 42 voix ; j’en connais qui ont perdu dans des cantonales de 1 voix et qui n’ont fait aucun recours c’est cela être sport.

Quant a madame Ségolène Royal, si elle souhaite continuer à avoir un avenir politique national, elle est obligé de prendre ses responsabilités, de faire tout péter et de jouer sur sa popularité pour fonder son propre mouvement au travers de Désirs d’avenirs. Sinon pour l’anecdote nous aurons peut-être de nouveau en France "le parti Royaliste" et la reine mère son altesse Ségolène...

A suivre !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Blé 22 novembre 2008 13:48

    Le jour où les têtes pensantes (ceux qui se considèrent comme telles) de ce parti ont admis que l’économie de marché, la circulation libre et non faussé des capitaux était un postulat indépassable, faut faire avec, ce parti a attaché à son cou la corde qui allait le pendre.

    Cet après midi, les gens vont dans la rue pour défendre la Poste publique.

    Y a t-il encore une place pour le P.S entre le parti anti capitaliste et le P C , les verts d’un coté et le Modem de l’autre ?



    • foufouille foufouille 22 novembre 2008 14:13

      le PS etait malade depuis longtemps
      sur place y avait pas de defribilateur ............
      les gens pourront voter ailleurs TSS&PS


      • canac richard canac richard 22 novembre 2008 14:17

        Le premier secrétaire du PS sortant souhaite que le résultat soit validé lors d’un conseil national du parti qui devrait être convoqué en milieu de semaine prochaine.
        "C’est mon rôle de demander à chacune des candidates de faire preuve de sang-froid par rapport à cet événement (...) et puis ensuite d’épuiser les recours s’il y en a, les contestations si elles existent et de prononcer un résultat aussi clair que possible, c’est-à-dire définitif lors de cette réunion du conseil national", a dit François Hollande sur France Info.


        • irukandji irukandji 22 novembre 2008 14:35

           Le parti socialiste est mort depuis l’avènement de Mitterrand, homme de droite issue de la droite et faisant une politique de droite. Par exemple en désindexant les salaires en 1983 par rapport au coup de la vie (le taux d’inflation), résultat des salaires misérables depuis 25 ans, une perte de pouvoir d’achat de plus de 20%.
          C’est depuis le parti de la gauche caviar et des villas sur la côte, à Marrakech, en corse etc.


          • Kalki Kalki 23 novembre 2008 15:58

            Un président est le président de tous les francais, de gauche et de droite.


          • canac richard canac richard 22 novembre 2008 14:48

            Vive la France et sa démocratie, le résultat de l’élection ne convient pas, alors il faut revoter.
            Revoter pour le traité de l’Europe, revoter pour la présidence du PS, revoter ……
            Il faudrait mettre le bon bulletin dans les mains à ces imbéciles d’électeurs.


            • bernard29 bernard29 22 novembre 2008 14:58

              Vous dites ; 

              • "La démocratie est de savoir accepté sa défaite et bien sur la victoire de son adversaire,.."
              Sans doute, sauf s’il y a eu fraude. Quand même non ? ça me semble un minimum d’étudier les contestations avant de tirer des conclusions. 

              Aprés oui, même à une voix près, la victoire ou la défaite doivent être acceptées.

              • saint_sebastien saint_sebastien 22 novembre 2008 16:18

                alors ya une chose très simple , pour ceux qui croient que le PS peut exploser. Le PS , c’est d’abords un trésor de guerre énorme , fait de de cotisations et de subvention. Celui qui gagne , c’est celui qui touche le pactole. Donc c’est une simple histoire de thunes.
                Ceux qui feraient session se retrouveraient sans argent donc sans pouvoir d’action à court terme.


                • Kalki Kalki 23 novembre 2008 16:01

                  ok ...
                  Peut on savoir quel est ton "bord" politique alors ?


                • canac richard canac richard 23 novembre 2008 20:25

                  pour qui la question ?


                • gilles gilles 23 novembre 2008 00:22

                   Mais il ne s’agit plus de tactique de parti mais avant tout de stratégie.

                  Martine Aubry quelque soit ses compétences et elles sont très nombreuses, ceux qui ont travaillé avec elle lors de son premier passage au ministère du travail doivent s’en souvenir.

                  Capacité d’analyse hors du commun, puissance de travail étonnante à bien des égards, méthodologie et sens de l’organisation aussi hors du commun.

                  Mais sur la stratégie, Ségolène royal a déjà un temps d’avance et plus encore le soutien de certains sympathisants qui ne sont pas encartés au PS et surtout qui n’y seront jamais avec les thèses dépassées que Martine AUBRY sera dans l’obligation d’accepter dans son futur programme présidentiel.

                  C’est ce point qui est fondamental aujourd’hui dans la seule perspective essentielle

                   c’est à dire celle de 2012.

                   

                  En étant encore plus dur, en 2011, avec la candidature légitime de Martine AUBRY ,Ségolène ROYAL devra comme CHIRAC en 1995 maintenir sa candidature contre AUBRY et donc quitter le PS.

                  2011 marquerait alors le double échec de Royal et d’AUBRY. la seule hypothèse efficace s’imposera alors dans les prochaines jours ou les prochaines semaines.

                  Les vieux croûtons du PS ne veulent pas d’elle, soit : alors elle devra alors quitter ce parti en créant un nouveau parti radical socialiste afin de disposer des trois ans impératifs pour poursuivre son ébauche de programme dans la seule perspective d’absorber sans alliance avec le MODEM 80% de cet électorat seul gage de victoire en 2012.

                  Avec l’ébauche de son programme de nombreux gaullistes seront prêts à lui accorder leurs confiance, ce" qu’ils ne feront jamais pour Martine AUBRY engluée dans des thèses dépassées et donc condamnée par avance à l’échec.

                  Obliger Ségolène ROYAL à ce choix qui lui sera très douloureux à prendre, 

                   condamnera définitivement le PS des anciens essentiellement formés par plus de 50% 

                  d’élus dont la majeure partie est issue de l’éducation nationale ou de la fonction publique.

                  Les conséquences seront dramatiques pour le PS dont le seul avenir demain deviendra synonyme de celui du PCF.

                   En effet ce parti verra plus de 50% de ses adhérents quitter le navire mais  surtout plus de 80% de ses électeurs sympathisants.

                  Comment les éléphants peuvent ils privilégier leur seul avenir sans à aucun moment penser à ce qu’ils doivent au peuple non seulement de gauche mais à la FRANCE ?

                  S’ils obligent Ségolène ROYAL à cette extrémité dont  ils porteront l’entière responsabilité  devant l’histoire, pire que celle du sang contaminé, ils perdront arithmétiquement toutes les prochaines élections dans cette division qu’ils auront imposée.

                   Comme en 38 à Munich, ils auront la guerre, la défaite mais pire  le déshonneur devant l’histoire et le peuple de notre Pays.

                  Le non choix (à vérifier et elle le fera, car ce serait mal la connaître , car elle se battra jusqu’au bout avec sa pugnacité habituelle) maintiendrait le PS dans l’opposition en 2012.


                  • canac richard canac richard 23 novembre 2008 10:16

                    Après une campagne interne minée par des querelles de personnes et une victoire contestée de Martine Aubry sur Ségolène Royal, le parti socialiste est au bord de l’explosion, selon plusieurs experts et politologues. Coupé en deux, mû par des haines personnelles, divisé entre partisans d’un parti présidentiel voulu par Ségolène Royal et d’une formation social-démocrate qu’entend préserver Martine Aubry, le Parti socialiste risque l’explosion, selon des analystes.
                    Après un congrès de Reims désastreux d’où n’a émergé aucune ligne politique majoritaire, le vote des militants jeudi et vendredi pour élire une leader s’est soldé par un résultat sur le fil du rasoir - 42 voix d’avance pour Aubry sur Royal- contesté par le camp de la présidente de Poitou-Charentes.
                     

                    "Le parti d’Epinay - construit par François Mitterrand en 1971 - est mort "on ne sait pas ce qui va sortir"


                    • poetiste poetiste 23 novembre 2008 10:36

                      La lutte des uns…

                      Le différent Ségolène Martine a le mérite de donner l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire dans une société éclatée comme la nôtre, c’est-à-dire : tirer la couverture à soi, vouloir imposer son ego qui, tout bien considéré, ne valant pas grand-chose, se trouve bien souvent trop largement surestimé. Notre douce France souffre d’égoïsme, de corporatisme et se trouve être à l’opposé de ce qu’elle prône crânement : les droits de l’homme. La mort d’un seul « sdf » au Bois de Vincennes est rapportée par les médias alors que ce sont des centaines par an que l’on recense en France. L’association « Collectif des morts de la rue », (n’hésitez pas à cliquer !), leur donne une sépulture décente, ultime hommage. Au-delà de la mort du socialisme, c’est la liberté égalité fraternité que l’on a enterrée depuis un certain temps. Nous vivons dans une ère de fiction, de saines réactions remises aux calendes grecques, accumulées dans des dossiers, stockées dans les archives. L’enterrement des valeurs va de pair avec l’enterrement de ces hommes, exclus du fait de notre manque de courage à remonter aux sources de ce qui nous conduit à ces dysfonctionnements. Plus de contrôle, plus de maîtrise et un duel de personnes au sein d’un parti dit : « socialiste ». On assiste à des luttes intestines en un temps où la véritable question à se poser est de savoir où va la planète. Que sommes-nous dans l’évolution ? Nos différents nous entraînent en une fiction ; nous ne « collons » plus à la terre. Le « tropisme de la première place » a encore frappé et les perdants ont vu leur orgueil blessé. Le temps est venu de sortir de ces distractions de l’esprit qui ne nous donnent qu’une vue à court terme et de mauvaises recettes pour l’avenir. Assez d’egos hypertrophiés ! Assez de virtualité ! Revenons sur une terre modeste et féconde ? Cessons de subir la vie ou de la jouer, vivons-la réellement ! Au moment où une prise de conscience s’impose sur un plan planétaire, au temps de la globalisation et des délocalisations d’entreprises, deux personnes se disputent une présidence au sein d’un parti qui nous dit : « tout ce qui est humain est nôtre ». Il y a des contradictions qui tuent plus que le ridicule. Martine et Ségolène, soyez généreuses car au parti socialiste, vous le devez bien ; c’est même une règle que vous ne devriez pas transgresser. En collusion avec les médias, vous nous jouez une comédie dans la tragédie. La comédie, c’est vous et la tragédie, c’est qu’une grande partie des Français est en voie de paupérisation. Il n’y a pas de commune mesure entre votre fiction et la réalité. Votre différent est vraiment le signe de l’impuissance de « changer » bien que ce mot soit votre slogan. Et le diable se marre (en admettant qu’il existe) et Nicholas aussi car vous venez de pousser l’électorat à droite et peut-être plus à droite que vous ne le pensez, vous lui apportez sur un plateau ces « introuvables » qui vont le regonfler dans les sondages. Jospin n’avait pas fait mieux que vous en matière de sabordage. Quand est-ce qu’on redescend sur terre ?
                      A.C


                      • Botsu 23 novembre 2008 11:18

                        Des fautes et très peu de développement... ça me donne l’impression d’une tirade au bistrot du coin en version texte...

                        "De plus non content de ne rien proposer il y a une totale fuite de ses parlementaires sur le vote de textes comme par exemple la modification de la constitution"

                        Il me semble que le seul député à avoir voté la réforme des institutions est Jack Lang. Alors parler d’une "totale fuite" me semble incongru.

                        Et je regrette il y a des gens au PS qui proposent et qui ont des choses bien plus intéressantes à dire que "il faut mettre un frein à l’immobilisme" : Liem Hoang Ngoc, Pierre Larrouturou, Benoît Hamon ont un discours qui tient bien davantage lieu de programme que de populisme à deux balles, suivez mon regard. On ne les prend tout simplement pas au sérieux car on conviendra que c’est moins vendeur que les plateaux de Michel Drucker, et puis aujourd’hui une élection ne se gagne plus sur des idées. Ce qui veulent faire de la politique à l’ancienne et échapper au Star System sont devenus des "casse-couilles" et des gêneurs.


                        • canac richard canac richard 23 novembre 2008 12:36

                          Je crois que les choses sont claires : que ce soit du côté des "dirigeants" ou "têtes pensantes" du PS, et du côté des militants, personne n’est d’accord, tout le monde s’insulte à moitié, et personne ne propose toujours rien...
                          Le monde a changé ; cette idéologie est dépassée.
                          Dépassée car elle part du principe que les humains sont bons et honnêtes, justes et loyaux.
                          Or, l’humain est imparfait.
                          Ceci ne pourra jamais exister !
                          Le PS est bien mort, je crois... et il est temps de passer à autre chose, car quel temps de perdu pour plein de gens, avec tout ça !

                          Quand on sait que la majorité des militants du PS sont des enseignants , on comprend mieux les problèmes des éléves en calcul !

                          MA pauvre SéGO, dommage que vous soyez , la femme du PASSIF,intellectuel !!!!VOUS voyez votre inculture récurrente , vous fait employer les mêmes arguments que GISCARD face à MITTERRAND !!! on connaît le résultat !!!


                           


                          • canac richard canac richard 23 novembre 2008 20:23

                            Tempete dans un verre d’eau

                            160.000 militants 40 % d’abstention !!! donc 50.000 votes contre 50.042 comment la population de 2 stades de football peuvent accaparer la vie politique française et l’on parle de démocratie ?


                            • canac richard canac richard 24 novembre 2008 05:19

                              Benoît Hamon s’en prend à Ségolène Royal. Il l’accuse d’instrumentaliser "les médias à des fins politiques" et s’indigne : "on n’a pas le droit de casser le principal parti de France pour une ambition individuelle". Le candidat malheureux à la direction du PS et soutien de Martine Aubry, s’inquiète dans les colonnes de Sud Ouest dimanche, sur "l’existence même" du Parti socialiste et demande aux partisans de Ségolène Royal de "respecter le vote des militants (...) Je craignais effectivement que la situation dégénère, mais pas à ce point", s’alarme le leader de la gauche du parti. "La situation devient grave voire dangereuse (...) Aujourd’hui, l’unité du Parti socialiste est en cause. Et son existence même", estime Benoît Hamon.

                              Benoît Hamon appelle les "royalistes" à "changer de comportement" et à "cesser de dresser les socialistes les uns contre les autres". "Je suis d’accord pour que l’on recompte et que l’on vérifie ce que l’on veut. Mais il existe des procédures qu’il faut respecter", poursuit-il avant de s’interroger : "Comment pourront-ils (les royalistes) travailler avec ceux qu’ils viennent de qualifier de voleurs et de tricheurs ?".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès