• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Et alors, tong ou espadrille ?

Et alors, tong ou espadrille ?

C'est un peu LE choix de l'été (une fois résolu l’épineux problème de la destination).

L’on peut même considérer cette interrogation fondamentale comme l'équivalent plantaire de « cravate ou nœud pap’ ? », « blonde ou brune ? », « thé ou café ? », ou même « avec ou sans vaseline ? ». Plus qu'un simple choix de chaussures, c'est assurément un choix de vie.

Petit tour d’horizon de la pompe coolos pour que vous puissiez choisir sans vous tromper (et dormir sur vos deux orteils entre une blonde diaphane et une brune sapiosexuelle).

Qu'est ce qu'une espadrille ?

Franchement, quand on voit cette espèce de chose informe au pied (et surtout quand on l’essaye), et que l'on a compris que l’aficionado de la paresse qui les porte n'est ni sdf (on aurait pu lui pardonner), ni Robinson Crusoë (qui préfèrera marcher pieds nus et personne ne lui jettera la première sandale pour ça), la chose immédiate que l'on a envie de faire après s'être passé les yeux au bec benzène façon Michel Strogoff du camping, c'est d'aller sur wikipodia voir qui a osé inventer cette bouse chaussante.

Bon alors c'est catalan. Moi j'aurais plutôt dit catastrophique, mais non il semblerait que cela vienne d’en bas, genre près des Pyrénées, entre un berger et trois bérets. C'est-à-dire que les mecs, ils ont inventé deux trucs (*) dans leur vie : la crème et puis l'espadrille (pas trop sûr de l'ordre chronologique, mais si la crème est arrivée en premier, ils auraient dû s’arrêter là, entre nous). En tout cas, ça en dit long sur leur niveau de créativité.

Qu'est ce qu'une tong ?

Les avis sont partagés. Certains pensent que c'est en essayant de chausser un string que le créateur du Queen s'est dit "purée, cool, on voit encore mon vernis", d'autre disent que c’est en découpant sa paire de Van’s, déjà pleine de trous, que le premier SDF de l’histoire (qui était égyptien) s’est dit qu’on était mieux les pieds à l’air et que c’était quand même sympa que les grains de sable puissent tomber tout seul sans enlever sa chaussure toutes les trois pyramides. Au début, c’était un peu dur à porter – surtout qu’on marchait de profil à l’époque –, mais avec les différentes évolutions technologiques au fil des siècles, c’est devenu mettable (on peut donc en déduire que cela a suivi l’évolution inverse de Brigitte Bardot). A vrai dire on s'en fout, ce qui compte c'est quand même de pouvoir foutre un bout de plastoque au pied et de dire qu'on est chaussé.

Une différence de philosophie.

La tong, c’est l’exposition du pied, c’est le contact avec la nature, c’est les pieds sales au bout de cinq minutes mais on s’en cogne, c’est l’aération des membres inférieurs, c’est le refus du carcan. En un mot la liberté (par le bas).

L’espadrille, elle, cache le bout du membre porteur, habille le petit peton, se fait plus trendy, plus « classe » (enfin… si on veut, ça reste quand même un bout de tissu tout pourri). L’espadrille se porte avec un pantalon blanc et un livre de Paul Auster à la main, tandis que la tong s’accommode mieux à la planche de surf. On est donc pas dans la même catégorie socioculturelle. Il est d’ailleurs assez clair qu’un porteur d’espadrille qui enlèverait le talon façon joueur de boules serait, de suite, déclassé dans la catégorie des « tongistes ». On ne plaisante pas avec l’harmonie vestimentaire de ses extrémités impunément.

En gros, c’est donc un match entre deux cultures que je vous propose aujourd’hui.

Les plus, les moins.

Oui, cet article est très sérieux (du haut niveau). Petit compar-hâtif (c'est que j'ai pas que ça à faire).

Aspect extérieur :

A part Francis Tatanne (ha ha), je crois pas que quelqu’un un oserait défendre l'aspect esthétique d'une espadrille. C'est un peu l'équivalent du moule bite pour les pieds. Tu sens bien que les orteils manquent de place, t’as trop envie de les libérer, mais tu peux pas, c'est comme ca, papa avait qu'à acheter un caleçon (on attend encore la tong du 21ème siècle : la tong kangourou pour laisser s’aérer l’orteil central).

Evidemment, a contrario, compte-tenu de l’exposition du pied, et un peu comme on s'épile le sif quand on met un string, on évitera de mettre des tongs quand on est un hobbit (dans ce cas-là, on mettra plutôt un moule-hobbit).

FAIL : ne pas être accordé entre vernis et couleur de tong.

Aspect pratique :

Bon c'est vrai que marcher avec des tongs, c'est merdeux, mais d'un autre côté c'est vite enlevé. Franchement, si tu te retrouves dans la jungle avec un mammouth au cul (on me dit que les mammouths ont disparu – en voilà un qui n’a jamais croisé ma gardienne au saut du lit), mieux vaut une bonne paire de tongs qui va exploser au premier virage que des espadrilles que t’arrives JAMAIS à enlever (seule paire de pompes ou t’as besoin du chausse pied pour les mettre ET les retirer bordel).

Ha oui, j'allais oublier. T’as déjà vu la couleur de tes pieds quand il pleut dans des espadrilles ? Je crois que ça se passe de commentaires.

FAIL : justement, mettre des espadrilles quand il pleut (sauf si tu veux connaître la sensation d'être chaussé de gants de toilettes qui déteignent)

Le prix :

On a encore jamais vu d'espadrille Quiksilver, donc là c'est plate couture (ha ha) encore pour la tong. Franchement payer des pompes moins de 5 euros, c'est quand même la honte.

FAIL : acheter des espadrilles de marque.

Durée de vie :

Les deux tiennent à peu près un mois je dirais (je sais pas trop en fait vu que je les viande assez régulièrement à la fin de l’été). Donc tout va bien, t’es pas emmerdé à la rentrée… rien de pire que de dépasser la date limite de conso des grognasses de vacances. Ha mince on parlait des pompes. Ben, pareil.

FAIL : mettre des tong ou des espadrilles en dehors des périodes estivales (est-ce qu’il te viendrait à l’esprit de mettre un jogging en dehors du 93 ou d’un gymnase ?).

L’aspect sécurité :

Même si on est assez loin de la chaussure de chantier, il est vrai que l’espadrille te protège un peu des agressions extérieures (genre moustique au ras du sol ou ortie des plages). Le problème vient quand on te marche dessus... Au moins avec la tong tu peux saigner en toute liberté, alors qu’avec l’espadrille, je te conseille pas trop les tâches de sang.

FAIL : courir un 100m en tongs (à moins de faire partie d’un orchestre brésilien).

Bon… a-t-on vraiment envie de voir l’espadrille gagner ?

Soyons honnêtes, il y a comme un problème de conception intrinsèque à l’espadrille. Cela ressemble de très très près à une fausse bonne idée. Non mais sans déconner, déjà le mec qui fait une pompe avec du chanvre, c’est qu’il a pas le cerveau à l’endroit (à croire qu’il avait fumé avant). Ensuite, tous ceux qui ont déjà essayé d’enfiler une espadrille savent qu’il manque une révolution technique indispensable à cette chaussure à la con : l’enfilage facile (cela s’applique aussi à ma voisine du 7ème). Ils ont bien fait l’ouverture facile pour les paquets de gruyère, ils devraient bien réussir à nous pondre un truc. Comment peut-on supporter de passer 5 minutes par pied à enfiler une paire de pompes censée représenter l’oisiveté, censée s’accorder à la glande estivale ? Où est la liberté du pied ? Où est le gain de temps indispensable à sa perte immédiate (ben oui, si tu gagnes pas de temps, tu peux pas en perdre, CQFD) ? Au moins avec la tong, la seule question qui t’occupe c’est de pas confondre pied gauche et pied droit.

Pour conclure sur ce score sans appel (et parfaitement objectif) de 5 à 0, j’ajouterai que la tong est quand même la seule chaussure avec laquelle tu peux :

  • Prendre une douche sans attraper de mycoses (cela ne s’applique pas au string)
  • Faire de la musique en marchant (cela ne s’applique qu’à certains strings)
  • Attraper une cicatrice entre les orteils (euh…)
  • Te vanter de faire travailler des enfants asiatiques (eux qui sont si feignants par ailleurs)

Si ça c’est pas génial.

--------

Le plus culturel de Jean-Fabien :

Une tong, ça se dit « gougoune » au Québec et « slache » en Belgique.

Et là, je viens de t’en boucher un coin.

--------

(*) Allez, on va dire trois avec le terrorisme basque.

---------

Retrouvez tous les articles inutiles de Jean-Fabien sur http://www.jean-fabien.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

105 réactions à cet article    


  • Rounga Roungalashinga 30 juillet 2013 10:25

    Je sais que je prends des risques en m’engageant sur ce sujet polémique, mais pour moi, c’est définitivement tong.
    Voilà, c’est dit.


    • Fabienm 30 juillet 2013 10:30

      la vie est faite de danger, la prise de risque n’en est qu’une conséquence directe...

      je prends note de votre choix ô combien courageux



    • Fergus Fergus 30 juillet 2013 13:37

      Bonjour, Roungalashinga.

      Si je devais choisir, ce serait les espadrilles sans hésiter. Et pour cause : j’ai horreur d’avoir un truc entre les orteils, et d’être sans cesse ennuyé par des petits cailloux. Les tongs, je déteste ! Cela dit, je m’en fiche car le ne porte ni l’un ni l’autre. Les vacances, c’est pour moi chaussures et chaussettes de randonnée. Même lorsque je vais à la plage vu que j’aborde la baignade en cours de rando. Y compris dans les îles grecques. Et même sur la plage de Super Paradise où, au terme d’une balade dans les enclos à brebis, je suis allé me baigner(pas longtemps à cause de la musique techno) avec mes pompes de randonnée. D’ailleurs, ils en rigolent encore à Mykonos !


    • Fabienm 30 juillet 2013 13:46

      à Roungalashinga (t’as pas pu trouver plus simple comme pseudo ?) : excellent choix de vidéo

      à Fergus : à Mykonos, c’est pieds nus définitivement !


    • Fergus Fergus 30 juillet 2013 13:53

      Bonjour, Fabienm.

      Pieds nus pour marcher sur les sentiers caillouteux et coupants, je demande à voir. Cela dit, il faut que je précise : une journée à Mykonos, à Paros ou à Santorin, c’est pour moi 7 heures de crapahut dans les villages et les sentiers paumés, 1/2 heure de baignade, histoire de se rafraîchir, et le cas échéant une pause ouzo.


    • Fabienm 30 juillet 2013 13:56

      l’uzo j’approuve smiley


    • paco 30 juillet 2013 14:24

       Cher Fergus, je vous comprends. Il y a les Mykonos, et les complètement connos.


    • imprécateur 30 juillet 2013 10:39

      Je suis surpris que dans ce banc d’essai où j’ai pris mon pied, soit occultée la « Louboutin » des tongs, je veux parler des « Birkenstock », indispensables dans le dressing des snobinardes « estrasses » marseillaises !
      Au demeurant, les semelles orthopédiques de ces « Birkenstock » à base de liège sont d’un confort incomparable, et sont recommandés par de nombreux rhumatologues !


      • Fabienm 30 juillet 2013 10:48

        merde, c’est vrai ça, j’ai carrément zappé la Birkenstock....

        quel gros loser je fais

        (je ferai mieux la prochaine fois)


      • ZenZoe ZenZoe 30 juillet 2013 10:59

        Vous voulez prler des « crocs », prisés des infirmières, ou c’est encore autre chose ?



      • ETTORE ETTORE 30 juillet 2013 10:44

        en plus avec les Tongs, le plus beau ce sont ceux qui ont déjà la démarche en canard, avec grande ouverture du parallélisme d’entre jambe.


        • Fabienm 30 juillet 2013 10:49

          oui, c’est plutôt bon pour l’aération des parties basses...



          • Fabienm 30 juillet 2013 10:50

            mince, je le connaissais pas celui-là !!
             smiley


          • ZenZoe ZenZoe 30 juillet 2013 10:56

            Bien l’article, bien.
            Comme je les aime, léger et estival, mais complet quand même, avec juste ce qu’il faut d’analyse sociologique et de considérations pratiques, bref, votre article sur les chaussures, c’est le pied !

            Alors moi, je vote tong aussi. Toute mon enfance, j’ai porté ces bouts de plastiques à longueur de journée. A la plage pour pas se brûler les orteils, parfait. Dans les rochers pour pas se planter une épine d’oursin ou un bout de coquille de moule dans le talon, parfait. Dans les douches des campings pour pas attraper une saloperie, parfait. Pour tuer les mouches et les moustiques, parfait. Pour se faire remarquer des garçons en claquant les semelles à la couleur assortie au maillot de bain, parfait. A noter : mieux vaut préférer la version unie d’origine aux délires colorés, pailletés, d’aujourd’hui. Dans mon coin au fait, on les appelle aussi les claquettes.

            Allez, pour frimer un peu :
            En pays anglophone, on dit flip-flop, thongs (Asutralie), jandals (NZ), slappies, zoris go-aheads...
            Bonne journée.


            • Fabienm 30 juillet 2013 11:08

              merci beaucoup pour votre commentaire, indispensable complément à mon article de fond smiley


            • escartefigue 30 juillet 2013 11:52

              Article bien coordonnier  faisant penser aux fourberies d’ Escarpin .


              Un peu sandaleux néanmoins comme a dit Sabine . 
              Moi qui suis pantouflard je vais me rangers pour les sabots d’ Hélène . 

              J’ ai bien aimé le passage des Egypsie-Kings qui marchent de profil .

              La raison pour laquelle Cléopâtre  pas plutarque qu’ il y a vingt siècles 
              la maman de Ptolémémée disait : avé des nénés pareils le monde 
              d’ en face va changer . 

              Roulio des Iglésias a affirmé le contraire en chantant «  non yé né pas changer  » 

              Avec er c’ est plus rigolo le changé , ça donne le change ...

              je me retire sur les pointes 

              • Fabienm 30 juillet 2013 11:57

                trop de jeux de mots tue le jeu de mots smiley

                (bien joué ceci dit)


              • paco 30 juillet 2013 12:14

                 Et puis dans Espadrille, il y a drille. Je trouve ça plutot joyeux.
                 Maigre contribution à vottre grand art, Captain. chapeau bas.


              • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2013 12:04

                @ l’auteur,
                Excellent article qui nous change de ’Marine ou Mélenchon’.
                Le problème est grave et mérite qu’on s’y penche.
                Je serai plutôt tongs mais ... on transpire sur des tongs et elle deviennent glissantes, bref la semelle plastique c’est pas sain pour la plante des pieds.
                L’idéal : la tong en cuir on en trouve dans les pays méditerranéens et en Afrique. yapamieux.


                • Fabienm 30 juillet 2013 13:37

                  je me demande d’ailleurs si mélenchon est plutôt tong... ?

                  sinon, pas mieux pour la tong en cuir


                • paco 30 juillet 2013 12:08

                   Merci Fabienm pour cette étude recherchée... Vous ne seriez pas ingénieur ? Bonne tranche de marrade en tout cas !!! et arguments inattaquables !
                   Je suis espadrille. Nobodys perfect.
                   
                   Mon papy andalou nous les confectionnait lui meme, avec deux herbes dont j’ai oublié le nom, il tressait le tout, rajoutait deux grands lacets noirs à croiser en haut des chevilles, et à nous de crapahuter par monts et désert. Ca piquait un peu les arpions au début. Ca forge un randonneur. On appelait ça « espardegna » ( désolé, pas trouvé le N tilde sur mon clavier )
                   J’en suis fan depuis.
                   M’attention ! je me les customise. En gros feignant j’enfile jamais le talon, souvent le découpe, les porte façon babouches, Pour l’hygiène, (important, ça) je les travaille de l’ongle du gros norteil jusqu’à les percer. Un, ça ventile. Deux, c’est joliement pourri-négligé ce gros norteil mal coupé orné de fils qui rebiquent. Poétique, meme. Couper au cutter, ça fait pas pareil, je préfère le fait soi meme patiement.
                   Ma chère et tendre me les guerroie, mais sait que si elle me les jette, la rupture sera apocalyptique. Si.

                   La Tong, en Hispanie on dit « chancla », c’est pas pareil. Pour la plage à la rigueur. Ou pour la grognasse qui rechigne à faire son devoir de ménage et serpillère matinal et les fait claquer tout en trainant les pieds pour reveiller son homme qui compense paisiblement une nuit de beuverie bien méritée...Trop plastique à mon gout.
                   Quand je vois mon voisin le rugbyman kanak ( beau bébé soit dit en passant, woufff ! ) partir à 6 heures du mat en plein hivers par -10° en short et tongs dans 15 cm de neige, je me dis que c’est pas humain comme semelle.
                   Pire, la tong est indécente :
                   Il y a trois ans buvant un rafraichissement sur la cote d’en bas avec madame dans une plage privée ( re-nobodys perfect ) en grattant le sable chaud de mes arpions nus je trouve une paire de tongs enfouies. Jolies ma foi, et nickel. Avec une étoile de mer sur le coté. Madame les embarque, elles lui allaient à merveille. Au retour je tape sur le net la marque et le nom de la semelle... « ipanema gisele bundchen » . Tu ne me croiras pas Fabienm ! 200 Euros ! qu’elles coutaient ! Indécent ! Depuis elle les porte plus, j’ai trop peur qu’elles se les fasse piquer, je les ai mises au coffre.
                   Et puis tong, ça fait asiate. un peu comme tang ou ping ou pong.

                   Voici donc mon témoignage ému suite à votre brillante étude, j’attends ceci dit avec impatience votre prochaine expertise comparative, en espérant secrètement qu’elle porte sur les « blondes diaphanes et les brunes sapiosexuelles » Bien à vous.


                  • Fabienm 30 juillet 2013 13:39

                    merci Paco (très bonne anecdote)

                    pour le sapiosexuel, j’avais écrit ça : http://jeanfabienauteur.wordpress.com/2013/02/25/ca-sent-le-sapio/

                    (un jour de grand désarroi)


                  • escartefigue 30 juillet 2013 12:23

                    Paco , 


                    J’ mé régalé à lire votre com , jolie histoire creusée avec l’ ongle du
                     z’ orteil ... smiley

                    • paco 30 juillet 2013 13:46

                       Trop d’honneur, cher Maitre...
                       Il est vrai que mon vécu podologique a connu maints rebondissements....
                       Oublié de raconter à Fabienm un mariage en Bretagne il y a 15 ans ou tous mes potes se gaussaient de mes Birkenstock, de gros pavés de cuir, jusqu’à l’arrivée de la correspondante teutonne de la mariée... Comment vous dire... Elle respirait en défiant éffrondément les lois de la gravité... parmi tous mes copains bogoss, son regard ne se riva que sur mes godillots. Musicienne, elle fut la flutiste de la cérémonie. Et la nuit venue, me démontra l’étendue de son art...
                       Une autre fois, une soirée huppée plutot cul serré - j’adore ! - me fis le plaisir d’arriver en bermudas fleuri, grandes chaussettes de ski, incisées entre le gros « z’orteil » et le second pour laisser passer mes tongs. Effet assuré. Des chaussettes de foutues, mais quand on déteste, on ne compte pas...  smiley


                    • Fabienm 30 juillet 2013 13:54

                      je vais devenir fan de flûte...


                    • Aurore 30 juillet 2013 12:27

                      Ah oui l’espadrille , c’est originaire de chez moi lol
                      Autant je trouve ça moche pour les mecs (PS : Surtout a éviter si vous avez tendance à sentir des pieds...) mais pour nana il y en a des sympas je trouve
                      Ex : http://www.carrepointu.com/files/produit_normal/produits/E12/TONI%20PONS/FLORA-B/ESPADRILLE-FEMME-TONI-PONS-FLORA-B-BLANC-1.jpg

                      PS : L’espadrille (pour nanas du moins) n’est pas forcément fermée au bout
                      Ex : http://www.eram.fr/multimedia/_img/source/02300_10386423572_0.jpg


                      • Fabienm 30 juillet 2013 13:42

                        merci Aurore, il manquait une touche féminine à cet article smiley


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 2013 13:12

                        Définitivement tongs (savattes sur Tahiti) ,et avec l’habitude on peut courrir avec et meme grimper aux arbres ...Si , si ...testé .
                        En outre les tongs sont plus pratiques dans les contrées chaudes ou l’on se déchausse avant d’entrer dans les maisons .Gaffe s’il y a présence de chiens ,ils adorent ,et vous risquez de repartir pieds nus .(testé plusieurs fois ,hein salopards de clebs ! smiley ).Donc les déposer en hauteur ....
                        Manque un grand classique ,la paire de « méduses » ,moches mais pratiques pour la ballade marée basse sur grèves rocheuses ou corailleuses ...Voire plages sable blanc et tout et tout ou vous attendent enfouis ,dans peu d’eau des enfoirés de poissons pierre à l’épine turgescante (j’fais pas du porno là ,Captain et Fabienn smiley ).


                        • Fabienm 30 juillet 2013 13:44

                          mince, tout est à refaire, je connaissais même pas les méduses....

                           smiley


                        • paco 30 juillet 2013 14:07

                           Ah oouuiiii ! Aita, tu me plonges en plein revival années 80 !!! Ces fameuses méduses increvables...laides à n’en plus pouvoir et si pratiques...P’tain, je monte au grenier retrouver ma paire !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 2013 14:12

                          Des méduses avec des chaussettes mi-mollet ,moi j’dis que ça pose son bonhomme !
                          Heu...Vas acheter des neuves ,Paco, cause mon pouçentage ... smiley


                        • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2013 14:19

                          Manque un grand classique ,la paire de « méduses »
                          Mais c’est bien sûr, ces méduses qui devenaient d’un jaune pisseux au soleil avec la boucle toute rouillée par l’eau de mer en fin de carrière.
                          La méduse est adéquate pour marcher sur les rochers, la semelle est sculptée et la boucle la maintient au pied. Mais il ne faut pas marcher dans le sable avec, il faut souvent passer dans l’eau pour laver les pieds porteurs.
                          Dans les 50’s les palmes coûtaient la peau du dos et même peut-être un peu plus bas, les petits garçons comme moi n’avaient donc que des méduses pour aller à la pêche aux oursins.
                          Sniff ....


                        • paco 30 juillet 2013 14:38

                           T’as raison foison Aita. D’ toutes façons ce grenier est un cafardnaum. File en acheter et Les porterai avec chaussetes, et , on est jamais assez coquet, ce genre de porte jartelles sur mollets pour bien les tenir... Important de bien se tenir, meme en string. Si.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 30 juillet 2013 14:46

                          Des méduses avec des chaussettes mi-mollet
                          Avec ça et parfumé à l’axe, elles tombent toutes. Les minettes en ont marre des Nike, des Reebok, elles veulent du nouveau. Le temps de la méduse est arrivé.
                          Mais faut pas déconner avec les chaussettes, du vrai nylon bien tendu, pas du coton en accordéon ou pire de la laine.
                          Reste à trouver le haut qui va avec mais je vois qu’on a des idées.
                          Aïta, redessinons l’homme nouveau !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 2013 14:51

                          Abou ,j’vois bien le short de sport des 70’ ,découvrant les cuisses et fendu sur le coté ...En vert serait un plus !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 2013 15:05

                          Bob ,sacoche ,trop fort Sabine ...Allez ,j’ajoutes un marcel ...
                          Voilà abou ,nous avons redéssiné l’homme moderne ,avec Paco et Sabine ...
                          Vite ,un défilé et des photos !


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 juillet 2013 15:19

                          J’amènes le pack de kro !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès