Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Euro 2016 de football : combien de morts ?

Euro 2016 de football : combien de morts ?

JPEG

Entre le plan Vigipirate et l’Euro de football qui se déroulera en France du 10 juin au 10 juillet, c’est le dispositif estival de surveillance des plages par les maîtres-nageurs sauveteurs qui se trouve gravement remis en cause. Avec à la clé des risques accrus de noyade, notamment dans le sud-ouest...

C’est en 1958 qu’a été mis en place pour la première fois le déploiement de CRS maîtres-nageurs sauveteurs (MNS) durant les deux mois d’été sur les principales plages du littoral français, de la mer du Nord à la Méditerranée, en passant par la Manche et l’Atlantique. Depuis cette date, des dizaines de milliers de personnes ont été secourues et, pour nombre d’entre elles – hommes, femmes, enfants ; français et étrangers –, sauvées d’une probable noyade.

Or, si l’on en croit les syndicats UNSA Police et SGP Police, une grave menace pèse cette année sur la présence des MNS aux postes de secours de nombreuses plages sur le littoral de notre pays. Les syndicats évoquent même une absence totale des CRS durant le mois de juillet. En cause : le plan Vigipirate renforcé, l’organisation à haut risque de l’Euro 2016 de football et les célébrations du 14 juillet sur fond de menace terroriste. Sans oublier le Tour de France qui réclame toujours plus de participation des forces de police.

À l’évidence, tout cela va nécessiter des présences policières renforcées guère compatibles pour la haute hiérarchie avec la surveillance des plages qui, chaque année, mobilise près de 500 MNS. À cet égard, les élus locaux, et notamment les maires des communes du littoral dénoncent depuis plusieurs années, avec le soutien des syndicats de police, la tentation des pouvoirs publics d’alléger le dispositif, voire à terme de retirer des postes de secours tous les agents appartenant aux corps des CRS.

Or, qui dit CRS dit « sécurité » comme l’indique la troisième lettre du sigle. Et s’il est un endroit où cette sécurité n’est pas un vain mot, c’est sur les « plages à risques » du territoire, et notamment celles du sud-ouest où, entre les forts rouleaux et le phénomène spécifique des baïnes, la baignade est parfois rendue périlleuse.

Le maire de Lège-Cap Ferret, Michel Sammarcelli, en charge d’une trentaine de kilomètres de plages océanes, ne dit pas autre chose, et l’on comprend aisément son inquiétude. Chaque année, l’on compte en effet sur le territoire national près de 20 000 noyades dont environ 500 se terminent par un décès. Sur ce nombre, environ un quart est imputable à la baignade en mer. Comment ne pas envisager avec crainte la désertion des MNS durant un mois entier sur les côtes, et notamment sur ces plages de Gironde et des Landes, si belles mais si dangereuses lorsque se mettent en place les courants de baïne ?

Certes, les communes peuvent avoir recours à des MNS civils. Mais ces derniers sont insuffisamment nombreux et souvent moins bien formés que leurs homologues des CRS. Qui plus est, « Ils n’ont pas de pouvoir de police pour faire respecter certains règlements et tous n’ont pas l’expérience pour diriger un poste de secours », souligne non sans raisons Marc Lesage, délégué national de l’UNSA.

Rien n’est encore définitivement arrêté par les pouvoirs publics. Mais la pression du contexte terroriste en concomitance avec l’organisation de l’Euro 2016 fait peser une grave menace sur la sécurité des vacanciers. Nous croisons tous les doigts pour que cette compétition se déroule sans incidents, mais comment ne pas craindre qu’en marge de celle-ci, l’Euro 2016 ne fasse des morts sur les plages de France ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • gruni gruni 29 janvier 12:47

    Bonjour Fergus


    Effectivement l’état d’urgence va probablement durer au-delà de l’Euro. On constate déjà que la fatigue commence sérieusement à user les gardiens de notre sécurité. Toutefois il serait irresponsable de négliger la sécurité des plages. De toute façon, si cela était le cas les mairies concernées le feraient certainement savoir. Seulement bien malin qui peut prédire ce qui va se passer d’ici là. 

    • Fergus Fergus 29 janvier 12:52

      Bonjour, gruni

      « il serait irresponsable de négliger la sécurité des plages »

      En effet, et particulièrement celles du sud-ouest dont les personnes qui ne les connaissent pas n’imaginent sans doute pas les terribles dangers.

      « les mairies concernées le feraient certainement savoir »

      Plusieurs maires sont déjà montés au créneau, et notamment celui de Lège-Cap Ferret cité dans l’article, eu égard notamment à la dangerosité de la plage du Grand-Crohot, très fréquentée en été, et particulièrement soumise aux courants de baïne.


    • Verdi Verdi 29 janvier 13:17

      Bonjour Fergus,

      Mieux vaut prévenir que guérir. Je vous suis très bien. Serez-vous entendu ? Rien n’est moins sûr. Nos gouvernants nagent (passez moi l’expression) en plein délire paranoïaque. Bien sûr le risque d’attentats demeure. Cependant, déshabiller la surveillance des plages, cela n’empêchera pas un kamikaze de se faire exploser là où il aura choisi de le faire et pourquoi pas au beau milieu d’une plage bondée en plein mois d’août, avec l’assurance d’un impact médiatique maximum ! 


      • Fergus Fergus 29 janvier 13:50

        Bonjour, Verdi

        « déshabiller la surveillance des plages, cela n’empêchera pas un kamikaze de se faire exploser là où il aura choisi de le faire »

        C’est exactement au cœur de la problématique. Qui plus est, les plages surveillées sont des lieux très fréquentés par les familles, avec une présence en nombre de jeunes enfants, pas forcément armés pour affronter les rouleaux ou pour se méfier des courants de baïne. Cela dit sans compter les phénomènes de lames de fond qui peuvent se produire ici et là en divers points du littoral.

        Pour avoir déjà assisté sur la côte atlantique à des sauvetages délicats, je n’ose imaginer ce qui pourrait se passer sur ces plages en l’absence de MNS expérimentés.


      • Trelawney Trelawney 29 janvier 14:00

        Certes, les communes peuvent avoir recours à des MNS civils. Mais ces derniers sont insuffisamment nombreux et souvent moins bien formés que leurs homologues des CRS. Qui plus est, « Ils n’ont pas de pouvoir de police pour faire respecter certains règlements et tous n’ont pas l’expérience pour diriger un poste de secours »

        Votre article est bien fait, mais je tique un peu sur ce passage. Tout d’abord la SNSM forment train bien sinon mieux ses MNS, d’ailleurs ce sont les seules qui ont la certification pour le sauvetage en haute mer (voilier etc)

        La plage est un endroit de liberté ce qui veut dire qu’il n’y a pas de réglement et ce n’est pas dans la fonction d’un CRS MNS de mettre des contraventions parce qu’on laisse trainer des détritus (la police municipale est là pour cela).


        • Fergus Fergus 29 janvier 14:30

          Bonjour, Trelawney

          En effet, les sauveteurs de la SNCM sont très bien formés, mais il s’agit le plus souvent de volontaires qui ne sont pas disponibles pour assurer en continu une activité de surveillance sur les plages, leurs compétences les appelant plutôt à intervenir lors des interventions en mer lorsqu’ils sont sollicités, encore que cela puisse se faire également sur des plages, mais de manière ponctuelle.

          Sur le 2e point, les CRS ne sont effectivement pas sur les plages pour verbaliser, mais leur présence - et leurs éventuelles remarques aux estivants - sont en général plus facilement respectées par ces derniers, que ce soit en matière de respect de l’environnement ou des consignes de sécurité.

          Pour ce qui est de l’espace de liberté, il n’est pas question de le remettre en cause. Néanmoins, la surveillance des plages est très prisée des familles, et c’est pourquoi, sur les immenses plages du sud-ouest, il y tant de monde entre les fanions de limitation des zones surveillées, et si peu hors de ces zones.


        • Trelawney Trelawney 29 janvier 16:03

          @Fergus
          La SNSM passe deux brevets de sauveteurs en mer. Le premier sert à la surveillance des plages et pour cela elle recrute beaucoup chez les licenciés en natation.. C’est un peu comme le BAFA pour les colonies sauf que le stage dure 2 mois à temps complet avec des phases éliminatoires.

          Le surveillant SNSM niveau 1 connait tout sur tout en matière de secourisme sur les plages. Il est ensuite embauché pour la durée de la saison par la ville qui assure la sécurité de ses plages. Le matériel (bouées, filins, tour de guet, scooter des mer et zodiak est loué à la SNSM). Le niveau 2 est encore plus restrictif mais très bien payé. C’est du niveau des gardes cotes US. Ils sont formés au saut en hélicoptère, natation tout temps (jusqu’à force 10), remonté dans la cage de hamster, et natation en haute mer

          Le syndicat des CRS râle parce qu’ils doivent être remplacé sur les plage par la SNSM. Et pour certain qui ont la formation sauveteur, c’est quand même cool de se faire 3 mois par an presqu’en vacances.


        • Fergus Fergus 29 janvier 16:18

          @ Trelawney

          Merci pour ces précisions.

          Cela dit, le remplacement éventuel des CRS par des sauveteurs de la SNCM ne me semble pas démontré par les recherches que j’ai effectuées sur le sujet. Du moins de manière systématique. Peut-être ne sont-ils pas assez nombreux à se trouver disponibles pour les 2 mois d’été ?

          A ce jour, la plupart des MNS civils sont en fait, soit employés dans les piscines et les parcs aquatiques, soit des bénévoles qui ont un emploi autre que MNS.


        • Odin Odin 29 janvier 18:10

          Les effectifs n’étant pas extensibles, un choix devra être fait. Rien de mieux pour nos politiques que de prioriser le ballon rond et le vélo durant cette période afin de faire oublier une certaine courbe qui ne s’inverse toujours pas. « Panem et circenses ». 


          • Fergus Fergus 29 janvier 18:58

            Bonjour, Odin

            « Rien de mieux pour nos politiques que de prioriser le ballon rond et le vélo »

            Et cela d’autant plus que ces évènements donnent lieu à des retransmissions télé à très large audience sur la planète.

            Que pèse, à côté de cela, la sécurité des baigneurs à Wissant, à Brignogan, à Lacanau ou à Palavas ?


          • Auxi 29 janvier 18:49

            Ah mais, vous blasphémez, Fergus ! Le football, c’est sacré ! C’est la religion du prolétariat, que vaut la vie de quelques gosses face à la volonté populaire de s’entasser à prix d’or dans des stades pour y acclamer des milliardaires en short en se bourrant la gueule de mauvaise bière ? Et tous ces z’emplois (inusable prétexte) à la clé, vous y pensez ? D’ailleurs, que reste-t-il de la côte aquitaine, à présent que les marchands de béton l’ont défigurée au point de la faire ressembler à Nanterre ?


            Non, franchement, vous n’êtes pas sérieux. La populace veut du foot, du foot, du foot ! Et comme on n’a pas trouvé mieux pour l’abrutir encore et toujours plus, elle en aura ! Pensez, une drogue qui fait croire que les fascistes Hollande et Valls sont de gauche, et que la France est une démocratie, c’est de la bonne !

            • Fergus Fergus 29 janvier 19:06

              Bonjour, Auxi

              Eh oui, le foot, érigé en grand’ messe intouchable lors de tels évènements, ne peut être mis en concurrence avec quoi que ce soit, pas même, semble-t-il, pour des raisons de sécurité évidentes.

              « que reste-t-il de la côte aquitaine, à présent que les marchands de béton l’ont défigurée au point de la faire ressembler à Nanterre ? »

              Là, je m’interroge : certes, il y a eu, ici et là, du bétonnage, mais dans quelques stations balnéaires seulement car, pour le reste, cette côte est très largement préservée entre la pointe de Grave et Vieux-Boucau. Si tel n’était pas le cas, j’entendrais d’ailleurs mon épouse (originaire du Bassin d’Arcachon) vitupérer les promoteurs. smiley


            • Auxi 29 janvier 21:20

              @Fergus


              Je pensais à Lacanau-Océan, que j’ai connu dans les années 70. Quand je vois ce que c’est devenu, j’en chialerais. Et j’avoue que, lorsque je vois des marées dézinguer les horreurs bétonnesques commises en détruisant les dunes, je prends un certain plaisir. L’homme et sa cupidité est tellement malfaisant qu’il réussit même à enlaidir l’océan, cette merveille absolue. Que la mer reprenne ses droits, et que les proprios de ces merdes crèvent la gueule ouverte !

            • Fergus Fergus 29 janvier 22:56

              Bonsoir, Auxi

              Je n’ai pas mis les pieds à Lacanau depuis des années, mais j’imagine sans mal la déception que l’on peut ressentir en voyant l’évolution de certaines stations balnéaires.

              Malgré tout, si j’en juge par les photos que je viens de regarder sur le net, on est bien loin, fort heureusement, de ce qui s’est fait en Vendée, et notamment à Saint-Jean-de-Monts où le bétonnage a pris des allures belges.

              Et encore n’atteint-on pas là le comble de la monstruosité, la palme en la matière allant à mon avis à La Grande-Motte (Hérault).


            • shiatsulandes40 shiatsulandes40 29 janvier 19:03

              Annonce de nos gouvernants aux voyous en tout style : ayant besoin de surveiller paris et diverses réjouissance footballistiques , nous mobiliserons à ces fins l’ensemble des forces de police et de gendarmerie. Veuillez donc ne pas en profiter pour commettre vos méfaits durant toute cette période..... L’ensemble de notre gouvernement vous remercie à l’avance .Les dates exactes vous seront communiquées ultérieurement. Bien à vous .


              • Fergus Fergus 29 janvier 19:10

                Bonjour, shiatsulandes40

                Voilà un communiqué qui ne manquera pas d’être « reçu cinq sur cinq » comme disent les policiers qui seront affectés à l’Euro !


              • Auxi 29 janvier 21:23

                @shiatsulandes40
                Ah, ben voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! J’ai très très besoin de sous, en ce moment, je vais profiter de l’Euro 2016 pour me faire une banque !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès