Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Evolution, création et droits de l’homme

Evolution, création et droits de l’homme

Ambiguïté du concept d’évolution

Le mot évolution est un mot ambigu. Il est indiscutable que l’on a vu apparaître au cours de longues périodes des espèces toujours plus complexes ou évoluées mais affirmer que ce changement s’est fait automatiquement sans apport d’informations extérieures à l’origine et au long du processus n’est pas en soi scientifique et correspond à une approche athée ou matérialiste. On peut associer le processus d’évolution avec un processus de création au lieu de défendre un processus d’évolution causé pour reprendre les mots du biologiste prix Nobel Jacques Monod par le hasard et la nécessité.

L’apparition de la vie elle-même est déjà un coup sérieux portée à l’idée selon laquelle tout s’explique par des lois naturelles.

Cette apparition dès les plus petits organismes révèle la présence d’une quantité d’informations extrêmement importante. Ainsi on a calculé que l’être vivant le plus élémentaire, le protozoaire unicellulaire, contient dans son noyau une quantité d’informations équivalente à 1000 fois celle contenue dans les volumes de l’Encyclopédie Britannique et il ne s'agit que du noyau. La chance pour qu’un tel être vivant si simple soit-il, soit apparu par hasard est de l’ordre de 10-70, ou pour parler en langage commun nulle et encore plus nulle si on la combine avec la probabilité des constantes à l’origine de l’univers.

Cela a amené certains scientifiques et non des moindres comme Francis Crick, l’un des deux découvreurs avec J. Watson de l’ADN, la plus importante avancée en biologie/génétique des 70 dernières années, à supposer que l’ADN aurait été déposé sur la terre par des extra-terrestres, idée qu’il a défendu publiquement dès 1973. Cette hypothèse est plus intelligente que celle du hasard et de la nécessité, titre du livre de Monod, mais ne fait que repousser le mystère un peu plus loin, en effet la question demeure, terrestre ou extra-terrestre, d’où vient la vie ?

Quoiqu’il en soit, l’alternative raisonnable à ce hasard plus qu’improbable est de reconnaître que cette information si complexe contenue dans le protozoaire ne peut venir que d’un informateur à l’origine des composants chimiques de la vie et donc l’univers et de l’assemblage de certaines molécules dans un ordre et avec un langage d’une précision extraordinaire pour qu’apparaisse le premier ADN.

La vie pour apparaître, nous apprennent les cosmologues, nécessite des composants chimiques complexes qui eux même résultent de l’apparition des galaxies et de leur évolution. C’est ainsi qu’Hubert Reeves appelle les hommes des « poussières d’étoiles ».

 

Evolution graduelle et changements brusques

Laissant de côté la question de l’apparition de la vie, les Darwinistes ont cherché à défendre leur approche en expliquant l’apparition des différentes espèces vivantes jusqu’à l’homme par la sélection naturelle, l’adaptation au milieu environnant et des mutations.

Mais en défendant cette théorie, les Darwinistes ont très largement confondu microévolution et macroévolution. Si les preuves de la première, la microévolution ou l’évolution au sein d’une espèce sont nombreuses comme on peut le voir par la diversité des races de chiens ou de chats, celles de la seconde sont pratiquement inexistantes. Darwin s’était basé pour affirmer sa théorie sur l’évolution du bec de certains oiseaux en fonction du climat plus ou moins sec de l’île qu’ils habitaient. Cette évolution cyclique vers des becs larges en période humide ou longs et pointus en période sèche pour mieux chercher leur nourriture sous la terre, est cyclique et n’amène aucun dépassement des limites de l’espèce.

Par contre la macroévolution ou dépassement des limites de l’espèce implique des modifications très substantielles du code génétique qui ne peuvent s’expliquer par le principe darwiniste de la survie des mieux adaptés. Ce dépassement implique l’existence d’espèces transitionnelles, de chaînons manquants, d’innombrables espèces non abouties qui n’ont jamais été mis en évidence par l’étude des fossiles. Ces espèces transitionnelles ne seraient pas viables et seraient stériles dans le cas de mutations sensibles de gènes.

En 1980, environ 150 des principaux théoriciens de l’évolution se sont rassemblés à l’Université de Chicago pour une conférence dont le titre était « Macroevolution. » Leur tâche : « considérer les mécanismes sous-tendant l’origine des espèces » (Lewin, Science vol. 210, pp. 883-887). "La question centrale de la conférence de Chicago était si les mécanismes sous-tendant la microévolution peuvent être extrapolés pour expliquer le phénomène de la marcroévolution . . . la réponse a été un clair « Non ».

D’autre part, l’apparition des espèces est loin de se produire de façon continue ou linéaire. On assiste plutôt à des explosions de vie, de véritables big-bang biologiques, avec l’apparition de nombreuses espèces à différentes périodes géologiques. On a ainsi parlé de l’explosion du début du Miocène avec les innombrables fossiles correspondant à cette période succédant à des très longues périodes sans nouveautés. Des soudaines disparitions de centaines d’espèces peuvent aussi se produire… Les évolutionnistes ont sur ce point comme sur bien d’autres revu leurs théories, passant du changement graduel d’une espèce à l’autre à l’idée développée ces dernières décennies de longues périodes de stabilité d'une ou de nombreuses espèces suivies de changements brusques et du passage en une courte période à une autre ou d’autres espèces suite à de brusques changements environnementaux. Cette théorie semble plus correspondre à la réalité et on s'éloigne de la conception d’origine de Darwin.

Du temps de Darwin, l’ignorance de la génétique pouvait permettre ce genre de confusion entre ces deux types d’évolution et amener à penser que les macroévolutions étaient dues à la simple accumulation de microévolutions mais depuis, ce n’est plus le cas.

 

Evolution et génétique

On fait souvent passer Darwin pour le grand scientifique de la nature du 19ème siècle mais le grand scientifique de la vie pour cette période serait plutôt un moine morave, Gregor Mendel qui dans son monastère a découvert des lois de l'hérédité (on parle des lois de Mendel et non de la théorie de Mendel comme de la théorie de Darwin) en se basant sur des pois de couleurs différentes mais les travaux de Mendel étaient de son temps largement ignorés contrairement à ceux de Darwin.

La génétique nous montre que deux espèces peuvent être très proches par leur forme extérieure et leur squelette tout en étant très éloignée génétiquement et réciproquement. Ainsi on peut constater de très grandes différences morphologiques entre un teckel et un St Bernard ou un épagneul irlandais, pourtant ils appartiennent tous à la même espèce et descendent de loups. De même, pendant longtemps on a expliqué sur la base de différences extérieures que l’homme de Neandertal était d’une autre espèce que l’homme de Cro-Magnon et maintenant on en arrive à la conclusion qu’il s’agissait dans les deux cas d'hommes, peut-être de tribus ennemies, pas plus éloignés que deux hommes de races différentes.

Supposons qu’un scientifique darwiniste découvre dans quelques milliers d'années un squelette de pygmée et un squelette de suédois, il pourrait facilement en déduire qu'ils appartiennent à deux espèces d’origines différentes. C’était d’ailleurs l’opinion de certains idéologues nazis, de fervents darwinistes rejetant la conception judéo-chrétienne de l’unité de la race humaine et pour qui les races humaines avaient évoluées à partir de familles de singes à différentes périodes, les noirs ayant évolués plus récemment que les blancs, opinion contredite par la génétique qui défend l’unité de la race ou espèce humaine.

 

Conséquences de la théorie de Darwin sur le darwinisme social, le nazisme et le marxisme

La conception évolutionniste de l’homme et de la vie a souvent été résumée par cette phrase « la survie du mieux adapté » (« the survival of the fittest » selon Herbert Spencer qui basa sa philosophie sur les théories de l’évolution de Lamarck et Darwin). Cette conception correspond à une négation de la conception à la base des droits de l’homme. En effet comment défendre les droits des faibles, des enfants, des moins bien adaptés, des personnes mentalement ou physiquement handicapées si la loi naturelle nous dit que seuls les mieux adaptés doivent survivre pour le bien de l’espèce.

Cette notion darwinienne que le progrès s’installe lorsqu’il y a élimination des plus faibles dans le combat pour la survie a été largement utilisée par les nazis.. En effet, quoi de plus darwinien que cette idée des races supérieures qui doivent remplacer les races inférieures au nom de lois naturelles. Ou que cette déclaration d’Adolf Hitler s’opposant aux mariages interraciaux et déclarant que l’on détruirait ainsi « ce qu’il a fallu à la nature des dizaines de milliers d’années à réaliser » (la supériorité de certaines races sur d’autres selon le principe de la survie des mieux adaptés). Toute la politique eugéniste des nazis se voulait être une contribution à l’œuvre imparfaite de la nature, en renforçant la sélection naturelle et éliminant les plus faibles.

Dans le domaine économique et social, le darwinisme s’est transformé en darwinisme social une conception qui aboutit à justifier l’exploitation des pauvres par les riches, ce qui correspondait à l’esprit d’une époque où le travail des enfants dans les mines était sérieusement défendu par des membres du parlement britannique.

 

La conception marxiste n’est pas très différente de la conception darwiniste et pose que c’est le travail social qui a permis à l’homme de passer du stade animal au stade humain, une conception qui à nouveau contredit la notion de droits universels de l’homme. En effet, seuls les hommes engagés dans un travail social productif ont de la valeur, les autres, les parasites ou ennemis de classe, ne valent guère mieux que des animaux et sont bons pour le Goulag ou la mort comme les différents régimes de socialisme réel l’ont montré à leurs opposants.

 

Pour un fondement philosophique solide aux droits de l’homme

Quant à la Déclaration des droits de l’homme française, elle reconnaît l’existence de droits imprescriptibles sans reconnaître la source ou le garant de ces droits, ce qui a amené la philosophe Simone Weill à expliquer dans un remarquable petit livre sur les questions sociales et l’aliénation « L’Enracinement » que « les hommes de 1789 ont voulu poser des principes absolus  » avec les droits de l’Homme sans reconnaître « la réalité d’un domaine au dessus de ce monde  », ce qui les a fait tomber dans « une confusion de langage et d’idées  » et violer les droits affirmés auparavant sous la Terreur. En d’autres termes, sans reconnaître de transcendance, il est difficile de justifier des droits inaliénables et universels.

Finalement, on en revient à la reconnaissance d’une transcendance avec la conception chrétienne d’un Dieu créateur qui a fait l’homme à son image en lui donnant des droits imprescriptibles comme le déclare par exemple la Constitution américaine pour pouvoir fonder solidement l’idée de droits universels de l’homme.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 4 mars 18:07

    Prétendre que 10 puissance -70 = 0 est une sacré connerie scientifique !

    A l’origine du monde la probabilité que Bernard Mitjaville naisse sur cette terre (je vous laisse faire le calculs des ascendants ) était nettement inférieure à ce nombre, donc totalement nulle.

    Conclusion scientifique/créationniste : l’auteur n’existe pas !!!!!!!!!!!!!!!!!

     


    • La mouche du coche La mouche du coche 6 mars 09:55

      BON SANG MAIS LISEZ DARWIN !
      
.
      Darwin a écrit : « Si ma théorie est vraie, un nombre illimité de variétés, qui serait le point commun entre toutes les espèces du même groupe, aurait sûrement dû exister. Par conséquent, la preuve de leur existence peut être trouvée seulement parmi les fossiles. »
      Charles Darwin, The Origin of Species : A Facsimile of the First Edition, Harvard University Press, 1964, p. 179
      . 

      Et qu’observons nous ? Les fouilles menées par les évolutionnistes dans l’espoir de confirmer leur théorie sont restées vaines. L’évolutionniste David Kitts, un Professeur de l’Université d’Oklahoma, admet que : « L’évolution nécessite des formes intermédiaires entre les espèces, et la paléontologie ne les a pas fournies ». ( David B. Kitts, « Paleontology and Evolutionary Theory », Evolution, vol. 28, septembre 1974, p. 467 )

      A ce jour, quelques 100 millions de fossiles de 250.000 espèces différentes ont été déterrés et chacun d’entre eux fournit la preuve de la création.
      DONC les évolutionnistes n’ont pas trouvé de preuves,
      DONC LA THÉORIE EST FAUSSE.
      Elle n’est pas scientifique mais une croyance.


    • nours77 nours77 4 mars 18:42

      Sur la forme, vous êtes dur a suivre et l évolution sociale n est pas si simple, il y a du psychologique... Pauvre Darwin, « La conception marxiste n’est pas très différente de la conception darwiniste ... »

      Sur le fond des extraterrestres... sérieusement... ?
      Mouais, pourquoi pas, mais c est encore plus improbable que le hasard au finale, au même niveau que de croire au divin... Quand on en aura vu au moins un vivant, pourquoi pas... Mais sinon c est juste un beau rêve.
      Je ne suis pas contre l idée que des cellules puissent venir de l espace, la terre a été bombardé d astéroïdes et comètes en tout genre, et plus d une fois, mais il faut ce rappeler l age de la terre, il a des inconnus disparus depuis longtemps bien sur, et notamment au niveau des micros organismes marin. reconstituer la chaine depuis la fin est peut etre impossible quand on voit le nombre d organisme vivant actuellement.... et on est loin d avoir tout découvert encore, vivant ou mort...
      je pense que l évolution ne vient pas spontanément, même si les possibilités sont la, il faut un déclencheur, un problème, comme un gaz, une radiation, un virus, une météorite, un volcan, un prédateur, un environnement différent de celui d origine. De plus comment expliqué cette variété si tout a été dessiné dans un but... a mon sens, le hasard, la survie et le temps.


      • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 4 mars 19:37

        @nours77 Bonnes questions. 


      • Donbar 4 mars 18:54

        La Déclaration de 1789 a été rédigée« en présence et sous les auspices de l’Être Suprême ». Ce n’est tout de même pas rien.


        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 4 mars 19:28

          @Donbar Vous avez raison de soulever ce point. Ceci dit, les réflexions de Simone Weil restent assez justes.


        • Sarah Sarah 4 mars 20:33

          Félicitations pour votre article.


          Quelques observations pour abonder dans votre sens :


          "Jacques Monod par le hasard et la nécessité" : Jacques Monod s’est totalement trompé : il n’y a ni hasard, ni nécessité.


          "par des extra-terrestres, ... mais ne fait que repousser le mystère un peu plus loin" : en effet, comment expliquer ensuite les extra-terrestres ? Une explication fourre-tout à ce que l’Homme n’arrive pas à expliquer, impossible à contredire : création d’une nouvelle mythologie.


          • Sarah Sarah 4 mars 20:36

            "les Darwinistes ont cherché à défendre leur approche en expliquant l’apparition des différentes espèces vivantes jusqu’à l’homme par la sélection naturelle, l’adaptation au milieu environnant et des mutations."


            Il y a deux aspects chez Darwin :


            - le constat scientifique de l’évolution (couches géologiques, espèces de plus en plus complexes)


            - une tentative d’explication par "la sélection naturelle, l’adaptation au milieu environnant et des mutations«  (donc, »le hasard et la nécessité")  : là est l’erreur. Cela revient à expliquer l’Histoire par les morts et les malades. Or, à quelques exceptions près, l’Histoire a été faite par des gens bien portants.


            • Sarah Sarah 4 mars 20:38

              Ceux qui ont tenté d’apporter de nouvelles explications autres que "sélection naturelle, adaptation et mutations" , même purement matérialistes (ni Intelligent Design et encore moins D.ieu) ont immédiatement été vilipendés par ceux qui seront appelés plus tard les évolutionnistes.

               

              En réaction aux prétentions de ces évolutionnistes sont apparus les créationnistes.

               

              Un pugilat très peu scientifique opposant deux camps accrochés à leurs certitudes comme des patelles sur leur rocher.


            • Jean Pierre 4 mars 22:09

              @Sarah
              L’histoire c’est quelques milliers d’années. La naissance de la vie et ses évolutions c’est quelques millions d’années. Vous mélangez tout.


            • lermontov lermontov 4 mars 21:36

              Darwin n’a rien à voir avec le darwinisme social. ’L’origine des espèces’ ne concerne pas l’homme, il a écrit un autre livre pour cela où il se penche sur les instincts sociaux et moraux (sic). Darwin était antiraciste et abolitionniste. Pour l’eugénisme, idem, quand bien même Galton était son gendre.

              ....

              "Quant à la Déclaration des droits de l’homme française, elle reconnaît l’existence de droits imprescriptibles sans reconnaître la source ou le garant de ces droits..." : le garant, c’est l’individu lui-même, qui adhère à ces valeurs, avec ses frères, libres et égaux. Tous proclament : ’dans cet espace, les droits sont, il ne peut y en avoir d’autres’. Voilà pourquoi on dit ’droits naturels’ ; et l’espace, ben, c’est l’univers. La finalité, c’est l’individu souverain, il n’y a donc rien ni personne au-dessus de lui.


              • Zip_N Zip_N 5 mars 03:51

                @Lermontov

                « Darwin n’a rien à voir avec le darwinisme social. ’L’origine des espèces’ ne concerne pas l’homme, »

                Celui qui a socialisé le darwinisme, le prédécesseur gagnant c’est Lorenz.
                "


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 07:57

                @lermontov Un fait, lors de son voyage en Patagonie, Darwin écrivit en 1834 à propos des indiens de Patagonie que “la différence entre les Fuégiens (“parmi les créatures les plus abjectes et misérables que j’aie jamais vues”) et les Européens était plus grande qu’entre animaux sauvages et domestiques". Ces malheureux indiens de Patagonie furent plus ou moins génocidés par la suite. Quel grand antiraciste ! 


              • lermontov lermontov 5 mars 08:40

                @ Bernard Mitjavile

                Vous ne savez pas ce qu’est le racisme, il parle là d’une peuplade particulière.

                Je vous laisse repasser une nuit blanche pour trouver qq ch, je reviens demain.


              • lermontov lermontov 5 mars 09:30

                @ Bernard Mitjavile

                Une seconde nuit blanche à remuer Google, ce n’est sans doute pas raisonnable à votre âge.

                https://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2005-2-page-29.htm

                "Le cas des Fuégiens ramenés en Terre de Feu par le Beagle est crucial car il signe la rencontre avec le « sauvage » contemporain, traité comme un fossile vivant de l’humanité, une relique de l’évolution : « Je ne me figurais pas combien est énorme la différence qui sépare l’homme sauvage de l’homme civilisé... »  [12][12] Darwin, Voyage..., I, p. 224. . Mais, contrairement à ce que l’on dit, cette expérience a des aspects très contradictoires. Sur le navire, Darwin est d’abord frappé de leur proximité avec les Européens et il le soulignera quarante ans plus tard : « On range les Fuégiens parmi les barbares les plus grossiers ; cependant, j’ai toujours été surpris, à bord du vaisseau Le Beagle, de voir combien trois naturels de cette race, qui avaient vécu quelques années en Angleterre et parlaient un peu la langue de ce pays, nous ressemblaient au point de vue du caractère et de la plupart des facultés intellectuelles »  [13][13] Darwin, La descendance de l’homme, rééd. 1981, I, p. 67..... Cette perfectibilité attestée amortira le choc de la vision des Fuégiens « sauvages », totalement nus, cruels et pilleurs, pratiquant à l’occasion l’infanticide et le cannibalisme. De plus, Darwin peut comparer différents stades d’évolution des « primitifs » ; ainsi les Tahitiens lui paraissent bien plus avancés en raison de leurs institutions socio-économiques. De là le parallèle entre barbares/civilisés et nature/domestication en fonction du rôle de l’agriculture comme maîtrise des conditions d’existence et matrice d’un dispositif civilisationnel inspiré de Locke (propriété, droit coutumier, gouvernement et chef). Et lors d’un second passage en Terre de Feu, Darwin voit que des sentiments (la jalousie) et des règles sociales (l’échange) peuvent ordonner les comportements d’une tribu (Voyage, I, pp. 248-49).

                [...] Notons qu’il hésitera un temps à financer l’éducation des Fuégiens lorsque l’amiral James Sullivan (ancien lieutenant sur le Beagle) le sollicitera pour aider des missions ; mais la lecture en 1867 de rapports sur les progrès réalisés sur place le fera changer d’avis.

                Bref, si l’expérience des Fuégiens est centrale pour comprendre comment Darwin se persuade de l’existence d’une série dégradée de formes appartenant à l’espèce humaine, il conserve la conviction de la perfectibilité et du méliorisme social. La différence qui sépare le sauvage du civilisé est plus grande que celle qui sépare l’animal sauvage de l’animal domestique, mais c’est dû au fait « que l’homme est susceptible de faire de plus grands progrès » (Voyage, I, p. 224). D’autre part, il est convaincu que les conditions d’existence jouent un grand rôle quant à l’apparence et aux moeurs d’un groupe humain. Quand on lui présente au Chili des Indiens élancés et beaux, excellents cavaliers, commerçant avec les colons, en lui disant qu’ils sont d’une autre race que les Fuégiens, il se rend compte rapidement qu’il s’agit de la même population que « le froid, le manque d’aliments et l’absence absolue de toute civilisation ont rendu hideuse » en Terre de Feu (Voyage, I, p. 79). En outre, on ne trouve pas chez Darwin une obsession des traits héréditaires, physiques ou mentaux, que les anthropologues voyaient à la racine des différences insurmontables entre groupes humains. L’article cité de John C. Greene montre que même ses notes et carnets ne renferment pas ces considérations."


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 09:33

                @lermontov Eh oui, le monde est fait de peuplades particulières, c’est aussi ce que disent les racistes. Certains disent même que l’intérêt de Darwin pour les « Fugeiens » était motivé par sa recherche du « chaînon manquant ».


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 09:41

                @Bernard Mitjavile Fuégien et non Fugéiens (habitants de la Terre de feu).


              • Jean Pierre 4 mars 22:16

                L’auteur fait partie de ces croyants qui n’ont toujours pas digéré que des scientifiques aient osé contredire les dogmes de l’église (et montré que la terre n’était pas au centre du monde, par exemple). Les religieux de l’époque répondaient par les tortures de l’inquisitions et les bûchers. La religion ayant heureusement perdu sa toute puissance, il ne reste plus au nostalgiques de cette belle époque que les combats d’arrière garde ou que la misère intellectuelle de rapprochements insultants et stupides entre Darwin et le nazisme.

                Je vous propose un marché Mr Mitjaville : laissez les scientifiques faire leur travail et ils vous laisserons tranquille avec vos superstitions.


                • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 07:50

                  @Jean Pierre Tiens, mais vous avez peut-être oublié, puisque vous parlez des scientifiques qui ont montré que la terre n’était pas au centre du monde, c’est un religieux, un chanoine polonais, Nicolas Copernic, qui a montré que la terre n’était pas au centre du monde, un moine Gregor Mendel a trouvé les lois de l’hérédité et un Jésuite a développé la théorie du Big-Bang, ceci sans compter les innombrables scientifiques chrétiens. Alors vos oppositions simplistes entre « croyants et scientifiques » auraient peut-être besoin d’être mises à jour.


                • Jean Pierre 5 mars 10:26

                  @Bernard Mitjavile

                  L’opposition entre la démarche scientifique et le système de croyances religieuses dépasse les cas personnels de tel ou tel. 
                  Votre opposition entre le rôle de l’église (transcendance, morale, humanisme) et la science (socle ou caution des totalitarisme selon vous) est fausse historiquement. Dois-on vous rappeler le nombre de régimes corrompus, dictatoriaux et sanguinaires qui ont été ardemment et officiellement soutenus par les églises ? Des curés et des évêques bénissant les tortionnaires et les pelotons d’exécutions, je vous en trouve à la pelle.

                • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 11:16

                  @Jean Pierre Je n’ai jamais parlé d’« opposition entre le rôle de l’église et la science » (sic). Je vous dis simplement que votre opposition croyants-scientifiques est fausse et réductrice, sur ce vous faites diversion en parlant d’évêques bénissant des pelotons d’exécution. Dans ces conditions, on ne peut avoir d’échange constructif.


                • Jean Pierre 6 mars 22:56

                  @Bernard Mitjavile
                  Comment pourrait-il y avoir des débats constructifs avec quelqu’un qui visiblement ne sait pas qui était Darwin et qui voit en lui un précurseur, un inspirateur ou je ne sais quoi, du nazisme et du stalinisme ? Darwin ne confondait pas le fonctionnement des systèmes naturels et le fonctionnement des sociétés humaines, et il n’est pour rien dans le fait qu’après sa mort son oeuvre est été interprétée faussement. Ou alors, plutôt que de faire des généralités diffamatoires et gratuites à son égard, prouvez nous la solidité de vos affirmations en nous citant un livre, un paragraphe, une phrase..

                  Votre volonté de discréditer Darwin en racontant n’importe quoi vous discrédite vous même.


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 4 mars 23:21

                  - Les Darwinistes, n’ont jamais essayé d’expliquer l’apparition de la vie. On ne peut parler d’apparition (mais justement d’évolution) Origine des espèces oui mais pas Origine tout court

                  -La macroévolution repose sur un ensemble de faits et un ensemble de preuves raisonnables pour lesquelles il vous faudra plus que des mots pour la réfuter.

                  La question centrale de la conférence de Chicago était si les mécanismes sous-tendant la microévolution peuvent être extrapolés pour expliquer le phénomène de la marcroévolution . . . la réponse a été un clair « Non »

                  -Non, tout comme la la génétique ne peut expliquer pourquoi François Hollande est président

                  -Darwin énonça surtout un principe sur la base d’observations, qui fut affiné par la suite

                  Finalement, on en revient à la reconnaissance d’une transcendance avec la conception chrétienne d’un Dieu créateur qui a fait l’homme à son image en lui donnant des droits imprescriptibles comme le déclare par exemple la Constitution américaine pour pouvoir fonder solidement l’idée de droits universels de l’homme.

                  - Les droits de l’homme n’impliquent pas d’aller essayer de sacrifier son fils
                  - Les droits de l’homme modernes sont plus aboutis que les 10 commandements
                  - Le premier amendement de la constitution des états unis définit clairement la liberté de religion et de non-religion
                  ...
                  sans compter que :
                  - Toute tentative de multiplication des pains à échoué
                  - Que la marche sur l’eau est possible, mais confine au ridicule
                  - La quasi-totalité des croyants n’ont jamais appliqué les textes rigoureusement
                  - Qu’une minorité a utilisé les divinités pour satisfaire leurs envies de pouvoirs
                  ...
                  et que les religions ont toujours perdu du terrain pour des raisons valables :
                  - dans l’explication des choses (la science)
                  - dans l’éducation
                  - dans l’administration (tenue des actes de naissance)
                  - dans la moralité (spécialement pour les innocents qui meurent de faim à 3 mois)
                  - dans la justice (qui ne se compte plus en coups de fouets ou en bûchers)
                  ...

                  Ca vous dérange que l’homme soit un singe évolué ? Par principe ?
                  Pourquoi ne pas accepter que des mortels ont imaginé des intentions divines ?
                  Pourquoi ne pas simplement dire que dieu créa le big bang ?
                  Pourquoi vous contorsionner pour excuser l’ignorance ?


                  • Zip_N Zip_N 5 mars 02:47

                     « La voix, »

                    La macroévolution repose sur un ensemble de faits et un ensemble de preuves raisonnables pour lesquelles il vous faudra plus que des mots pour la réfuter"

                    Des théories de macroévolution ont déjà été avancées, comme la théorie Gaia de Lovelock.


                  • Zip_N Zip_N 5 mars 03:27

                    La théorie de Richard Dawkins est farfelue à l’égard et rapport de Lovelock.

                    Dawkins essaie de décrédibiliser la théorie Darwin / Lovelock en disant :

                    « la Terre ne possède pas de prédateur et n’évolue dans aucun milieu permettant la compétition »

                    1. Si la météorite à détruit les dinosaures c’est que la terre a des prédateurs exogènes.

                    2. Elle est en compétition pour ne pas être comme mars ou vénus. Le fait qu’elle tourne autour du soleil avec un cycle jour nuit, rend la compétition possible. La terre aurait un ciel prédateur (inégal), qui mène a la compétition pour le savoir des étoiles, pour faire des scientifiques à son auto protection et utilisation optimale de quantité, la survie est celui du plus grand calcul. La terre est en compétition pour rester ce qu ’elle est comme les autres planètes pour rester ce qu’elles sont.

                    Dawkins a perdu.


                  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 07:44

                    @La Voix De Ton Maître J’ai peur qu’il n’y ait pas que moi qui soit dérangé par l’idée que l’homme est un singe évolué Regardez le scandale qu’a déclenché une fillette en comparant C. Taubira à une guenon. Si les gens croyaient sincèrement être des singes plus ou moins évolués, ils ne se scandaliseraient pas d’un rapprochement avec l’un de leurs ancêtre plus ou moins éloigné qualifiant cela de racisme abominable, de négation de la dignité humaine et autres et cela de la part, non de chrétiens fondamentalistes mais de gens de gauche souvent athées.


                  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 5 mars 12:58

                    @Bernard Mitjavile

                    Une insulte bête et méchante reste une insulte bête et méchante.

                    De plus votre argument n’a aucun poids, pire, il me fait penser à quelques paroissiens qui ont changé d’église le dimanche, au simple prétexte que le nouveau curé était noir, appelé d’Afrique à cause du manque de vocations chez nous.

                    Et cela résume bien vos articles : un rafistolage scientifico-religieux emballé dans de la sagesse. Or en observant de plus près, cette sagesse s’évapore avec ce type de commentaire que vous venez de laisser.

                    Vous pensez que la science, la gauche et tout un tas d’autres détails quotidiens menacent votre foi, que tout risque de s’effondrer si vous ne vous osez pas à des rationalisations.
                    C’est faux
                    Allez au JMJ et demandez au jeunes scientifiques s’ils pensent qu’un vieux fossile est un danger pour leur foi, et pendant que vous y êtes, allez voir un peu comment à l’Est les chrétiens du quotidien vivent leur foi.

                    D’ici peu l’intelligence artificielle devrait enlever le dernier bastion de la religion : l’âme, et non, cela ne tuera pas dieu, et le vrai danger c’est qu’il ne risque de rester que des sentiments aigris.


                  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 13:51

                    @La Voix De Ton Maître Pourquoi est-ce « une insulte bête et méchante » ? La réponse est simple, le bon sens commun rejette l’idée que l’homme soit assimilé à un animal, il reconnaît que l’homme a une dignité unique venant pour les croyants de son créateur et s’indigne si cette dignité est bafouée. En d’autres termes, le bon sens commun rejette la continuité évolutionniste singes - hominidés - hommes mais pense au contraire qu’il y a une discontinuité entre l’homme et l’animal, que l’homme n’est pas simplement un « animal évolué » pour reprendre une expression usitée. Et cela inclue les gens qui se disent scientifiques et évolutionnistes.

                    C’est tout ce que je voulais dire, vous vous êtes peut-être mépris sur mes motivations.
                    Je ne vois pas en quoi la foi serait « menacée par la gauche, la droite, la science.. » , dans la parabole du semeur, Jésus indique des dangers plus subtils, les soucis de la vie, la dureté du cœur, l’oubli.. 

                  • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 6 mars 15:58

                    @Bernard Mitjavile

                    Vous êtes sérieux ?

                    Regardez le scandale qu’a déclenché une fillette en comparant C. Taubira à une guenon. Si les gens croyaient sincèrement être des singes plus ou moins évolués, ils ne se scandaliseraient pas d’un rapprochement avec l’un de leurs ancêtre plus ou moins éloigné

                    Donc il n’y a rien d’insultant à dire (et à répéter) que quelqu’un n’a qu’un neurone, même si la science nous dit qu’on en a chacun plusieurs milliards ?

                    Cela va encore plus difficile pour vous de vous attaquer à la science.


                  • chantecler chantecler 6 mars 16:19

                    @La Voix De Ton Maître
                    Non la plupart d’entre nous disposent de milliards de neurones .
                    Le souci c’est qu’ils sont très mal employés .
                    Des conflits internes , psychologiques les neutralisent .
                    Voir les écrits de H. Laborit : « éloge de la fuite » par ex. ou son film « mon oncle d’Amérique ».


                  • Jean Pierre 7 mars 00:26

                    @Bernard Mitjavile

                    Réduire une personne à un animal a toujours été une façon de déshumaniser cette personne. La propagande nazie traitait les juifs de « rats ». La radio « mille collines » du Ruanda chauffait les esprits et parlait de « blattes à écraser » à propos des Tutsis. C’est en raison de telles références historiques, ou la déshumanisation de l’ennemi dans le langage précède parfois son extermination physique, que les insultes envers Taubira ont soulevé un tollé amplement justifié. Dans d’autres contextes n’impliquant pas de connotations péjoratives, racistes ou haineuses le rapprochement avec un animal peut être au contraire affectueux et respectueux. Dire « mon lapin » ou « mon poussin » a un être aimé ne créé aucun problème. C’est une question de contexte. 
                    Que des chrétiens proches de l’extrême droite inculquent à leurs enfants un système d’insultes racistes visant à déshumaniser un adversaire politique pose un véritable problème. On sait exactement quel est le contexte et on sait exactement d’ou vient l’insulte. 
                    Si vous ne comprenez pas les implications des insultes envers Taubira, si vous ne voyez pas la haine raciste qui les inspire, vous ne comprenez décidément rien à rien. Et encore une fois, que vient faire Darwin, la dedans ?



                  • pemile pemile 7 mars 18:04

                    @Bernard Mitjavile "le bon sens commun rejette la continuité évolutionniste singes - hominidés - hommes mais pense au contraire qu’il y a une discontinuité entre l’homme et l’animal, que l’homme n’est pas simplement un « animal évolué » pour reprendre une expression usitée. Et cela inclue les gens qui se disent scientifiques et évolutionnistes."

                    Ah ? Vous avez des sources ? La seule évolution pouvant être comprise comme une discontinuité est la langage, mais est bien expliquée par les théories évolutionnistes, non ?


                  • Zip_N Zip_N 5 mars 02:07

                    « Si les preuves de la première, la microévolution ou l’évolution au sein d’une espèce sont nombreuses comme on peut le voir par la diversité des races de chiens ou de chats, celles de la seconde sont pratiquement inexistantes. »

                    Non, l’évolution du macroscopique est pas inexistante. Il y a une multitude d’étoiles différentes qui évoluent et changent différemment, cela existe. Les planètes qui orbitent sont plus difficile à voir mais l’orbite existe à plusieurs endroits différents, rendant l’adaptation possible (chaud froid, changement de poil chez les chiens et chats.... Ca existe seulement c’est plus lent à voir, il y a donc moins d’informations quantitatives.


                    • Zip_N Zip_N 5 mars 02:43

                      Le macroscopique est un miliard de fois plus lent à nos yeux que le chien, 1 miliard d’année de soleil = 1 an de vie au chien. Le nombre des 2 pour une même théorie est différente et évolutive.


                    • Zip_N Zip_N 5 mars 02:29

                      « élimination des plus faibles dans le combat pour la survie »

                      C’est pourtant la vérité, dans la partie d’échec c’est toujours les pions les plus faibles qui meurent en 1er. Biologiquement ceux qui ont le moins défendu leur territoire confortable sont ceux, qui ont le plus évolué (vaccin) et ceux qui ont le plus défendu leur territoire confortable sont ceux qui le moins évolué.(consanguinité). Les animaux qui arrivent pas à émigrer, les plus faibles qui sont avec les nomades sont ceux qui sont éliminés en 1er.


                      • popov 5 mars 06:44

                        @Bernard Mitjavile

                        Le débat évolution/création entre scientifiques et religieux est complètement futile.

                        Le rôle du théologien consiste à mettre les articles de foi hors de portée des philosophes et des scientifiques. Pour cela, il lui suffit de définir la création par la phrase minimaliste « le monde n’existerait pas si le créateur n’existait pas ». Rien de plus, pas un seul mot de plus. Aucune affirmation sur le « quand » ou le « comment » qui pourrait être infirmée par des découvertes scientifiques futures. Si on lui parle d’évolution, il lui suffit de répondre que s’il s’avère que cette théorie est correcte, c’est que le créateur l’a voulu ainsi, point.

                        Le rôle du scientifique n’est pas de démontrer que le créateur n’existe pas ; il consiste à explorer le « comment » et le « quand » sans faire l’hypothèse d’un créateur. Qu’il y arrive ou non, c’est son problème. Ce qu’il doit absolument éviter, c’est de traiter une théorie comme un article de foi car cela le fermerait à toute idée ou toute découverte nouvelles.

                        Quand Georges Lemaitre, un jésuite en soutane, a formulé sa théorie sur le big bang, le Vatican qui voyait dans cette théorie une confirmation de la création a essayé de le récupérer, il a refusé aussi sec. Il comprenait qu’il ne fallait pas mélanger les genres, qu’il ne fallait pas faire reposer un article de foi sur un hypothèse scientifique qui allait peut-être se voir infirmée, et qu’il ne fallait pas faire d’une hypothèse scentifique un article de foi. C’était à la fois un bon théologien et un bon scientifique.

                        Si les croyants perdaient moins de temps à discuter de sujets scientifiques qui leur échappe, peut-être auraient-ilsplus de temps pour démontrer par leur comportement la valeur de leur religion.
                        Si les scientifiques ne considéraient pas une hypothèse, aussi sensée qu’elle puisse paraître, comme une chose à laquelle il faut croire, peut-être auraient-ils plus de temps pour examiner les faits difficiles à expliquer dans le cadre de leur théorie et pour la faire évoluer.

                        C’est tout ce que j’ai à dire. Les discussions sur la probabilité de ceci ou cela, n’ont pas leur place sur un forum tel que celui-ci, mais dans des revues spécialisées.


                        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 5 mars 07:36

                          @popov Je suis assez d’accord avec vous mais vous parlez d’une situation idéale où chacun resterait honnêtement à sa place. Or nous vivons dans une bataille idéologique où par exemple on a largement utilisé la théorie de l’évolution pour nier l’existence d’un Dieu créateur et certains professeurs enseignent dans les écoles publiques une forme d’athéisme pseudo-scientifique qui ne correspond pas aux travaux des vrais scientifiques. Dans ces conditions, on ne peut se contenter de subir cela passivement.


                        • Sarah Sarah 5 mars 11:29

                          @popov
                           

                          D’accord aussi avec vous. Quelques observations :


                          "Le rôle du théologien consiste à mettre les articles de foi hors de portée des philosophes et des scientifiques."


                          Cela a été vrai chez les Catholiques, surtout à partir de 325 et n’a fait que s’aggraver ensuite (interdiction d’étudier la Bible sous peine de mort) mais pas chez nous.


                          "Pour cela, il lui suffit de définir la création par la phrase minimaliste « le monde n’existerait pas si le créateur n’existait pas »."


                          Peut-être chez certains mais pas chez nous : bien sûr que l’Univers n’existerait pas sans D.ieu mais nous ne définissons pas la Création de cette manière négative.


                        • Sarah Sarah 5 mars 11:36

                          @popov (suite)

                          "Le rôle du scientifique n’est pas de démontrer que le créateur n’existe pas ;"

                          Encore que certains pseudo-scientifiques s’y essaient.


                          " il consiste à explorer le « comment » et le « quand » sans faire l’hypothèse d’un créateur."

                          C’est cela ; et il n’y a pas un mot dans la Torah sur le « comment ».

                           

                          Pour nous, chaque découverte scientifique lève un coin du voile sur le « comment » et nous prenons acte de l’oeuvre de D.ieu. A l’inverse de l’islam où toute découverte scientifique contredisant le Coran est forcément fausse car contraire à une vérité révélée directement par leur dieu Allah.

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès