• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Faire du 9 décembre la journée mondiale de la laïcité

Faire du 9 décembre la journée mondiale de la laïcité

Face au danger que court la paix face à la montée des communautarismes religieux, choisir un media citoyen comme Agoravox pour argumenter cette idée d’une journée mondiale de la laïcité et lancer un appel aux pronétaires du monde entier, c’est aussi çà la révolution internet. 

 Inscrire la laïcité comme principe premier d’une république c’est inscrire dans la loi l’obligation et le droit au respect de la conscience individuelle, le devoir de rechercher l’intérêt général et la primauté de la loi sur les dogmes. 


Le 9 décembre 1905 en France, l’assemblée nationale adopte la loi de séparation des Églises et de l’État. Elle pose dans la loi de la République Française que les citoyens ont le droit de penser librement. Elle fait du concept de laïcité, le concept phare de la démocratie. 
 
La laïcité au sens de "Laos" qui signifie « la population indivise » concerne tout le peuple, indépendamment des diverses croyances ou convictions qui le divisent. Elle reconnaît à chaque homme et à chaque femme le statut de citoyen en même temps qu’elle lui garantie le respect en tant qu’individu, de sa liberté de conscience. Elle apparaît comme un élément essentiel de toute véritable démocratie en ce qu’elle distingue la res publica (la « chose publique ») de la chose privée. 

Le principe de laïcité sécularise la puissance publique et renvoie à la sphère privée l’activité religieuse et les tentatives d’explication du monde qui ne relèvent pas du savoir mais de la croyance. L’histoire humaine s’émaille d’exactions commises au nom de dieu. A partir de là quoi d’étonnant , pour une république, que de se doter de cette loi fondamentale qui institutionnalise le principe de laïcité sous lequel se subsume ceux de liberté, de démocratie et de paix ? 

L’état garantit la liberté de croyance ( de croire que dieu existe ou n’existe pas). Il pose la liberté de culte en considérant que toutes les religions sont égales. Par contre, tout ce qui touche à la croyance et aux cultes l’oblige, par delà une stricte neutralité de principe, à se garder en tant que puissance publique de toute implication dans l’individuel de la sphère privée, qu’elle que soit sa forme juridique : familles, organisations associatives ou confessionnelles, fondations, communautés religieuses etc... 

La liberté de conscience permet aux options spirituelles de s’affirmer sans s’imposer. Elle pose l’égalité de droits de tous les hommes sans distinction . Elle rationalise le principe d’une loi commune à tous visant le seul intérêt général, universellement partageable. 

Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État.
 (Publiée au Journal officiel du 11 décembre 1905)

 TITRE PREMIER
Principes.

ARTICLE PREMIER. - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.

ART. 2.- La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

En rupture avec les précédentes, la 5° république française inaugure un exécutif fort .

Charles De Gaulle en supervise la constitution , faisant du Président des Français l’héritier des rois de France. Au mépris du principe de liberté de conscience que le conseil constitutionnel continue à identifier comme l’un des dix principes consacrés de la république française, elle inaugure aussi le retour sur les bancs l’église catholique du général de Gaulle et à sa suite Messieurs Giscard d’Estaing et Jacques Chirac qui prendront discrètement possession de leur stalle de chanoine du Latran. Georges Pompidou et François Mitterrand n’en ont accepté que le titre. 

Le viol des principes constitutionnels n’est pas le signe de la bonne santé démocratique d’un pays. Aux termes de la loi française, la République ne reconnaît aucun culte mais ses Présidents font allégeance à l’église catholique en devenant un de leur chanoines. Dans son discours du Latran, Monsieur Sarkozy bafoue les principes de la constitution française. Il devient le premier chanoine divorcé de l’église catholique. Son apologie des racines chrétiennes de la France efface-t-elle la nuit du 24 août , celle du massacre de la Saint-Barthélémy patron des bouchers ? 

Parler de laïcité positive introduit un glissement sémantique qui dénature son principe même. Elle laisse supposer qu’il y aurait une laïcité négative à renvoyer du côté de l’intégrisme. Celui d’un anticléricalisme athée ? Le terme de laïcité positive suggère une tolérance qui voudrait faire de la laïcité un simple oecuménisme de la conciliation là il faut y voir des infractions à la loi sans espoir de réconciliation comme en Irlande, au Liban sans parler du talibanisme.

 En effet le risque est grand de voir se pérenniser un régime injuste de passe-droits au motif d’une tradition cultuelle dominante. Un peut partout sur la planète les conflits et le business des armes continuent à s’alimenter du religieux. 

Le principe de laïcité fait barrage à l’intégriste animé de la trouble passion qui exige, au prix du sang, que ses croyances deviennent des vérités. Il protège des procès en sorcellerie , des bûchers et des lapidations. C’est une disposition législative qui désarme la radicalité et le prosélytisme qui se font mission d’imposer aux autres leur propre vision du monde et de la société. 

 La Déclaration universelle des droits de l’homme affirme le principe de la non-discrimination et proclame que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit, et que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de sexe. 

La Charte des Nations Unies réaffirme les droits fondamentaux de l’homme. Décider de l’animer du principe de laïcité sans laisser aux religions le monopole de l’éthique, c’est ajouter une voix supplémentaire pour défendre la paix , c’est désarmer les conflits et les bras des fidéistes belliqueux. 

 "Non Violence" : sur le parvis du bâtiment dans lequel siège l’Assemblée Générale des Nations Unies à New-York, installée face à la 45e rue sur Visitor’s Plaza, une sculpture en bronze réalisée par l’artiste suédois Carl Fredrik Reuterswärd représente un révolver dont le canon est noué. Le nom de l’oeuvre l’indique, il s’agit d’un symbole de non violence conformément à la mission de paix dans le monde que les Nations Unies se voient confiées par leur charte. Elle a été créée en réaction au meurtre de John Lennon, le 8 décembre 1980 à 23H15 à New-York. Victime de la ferveur meurtrière d’un de ses admirateurs , il y a 30 ans le 9 décembre 1980 à 4h 15 heure de Paris, le chanteur compositeur de "Imagine" mourrait pendant que je dormais.

A Paris, 75 ans plus tôt, le 9 décembre 1905 sous l’impulsion d’Aristide Briand, prix Nobel de la paix, les députés français s’apprêtaient à voter la loi de séparation des Églises et de l’État, une loi prenant en compte la diversité des hommes, leur liberté de conscience et la nécessité de les unir dans la paix pour leur assurer une coexistence pacifique. 

 Cette coïncidence calendaire lie symboliquement ces deux événements aux deux aspirations légitimes de tout peuple et de tout citoyen de vivre en paix et librement. 

Trente ans après sa mort, Monsieur Lennon est l’un des artistes les plus populaires du xxe siècle. Il incarne le mouvement pacifiste peace and love des années 1960 et 1970.

Le symbolique n’est jamais dérisoire. Les français ne sont pas les donneurs de leçon que certains caricaturent. La France doit rester le pays de la démocratie et des droits de l’homme que les citoyens opprimés ont pris comme exemple tout au long de l’histoire. Pour combien de temps encore notre république solidaire et laïque nous protègera ? 

Alors, en ce 9 décembre 2010, qui peut nous empêcher entre gens de bonne volonté de fêter une journée mondiale de la laïcité en prenant le temps de rêver et de fredonner ces quelques paroles ... 

 

Imagine all the people

living for today...

 

Imagine all the people

living life in peace...

 

You may say I’m a dreamer

But I’m not the only one

I hope someday you’ll join us

And the world will live as one.

 

Imagine no possesions,

I wonder if you can,

No need for greed or hunger,

A brotherhood of man,

Imagine all the people

Sharing all the world...

 

You may say Im a dreamer,

but Im not the only one,

I hope some day you’ll join us,

And the world will live as one.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 9 décembre 2010 11:20

    Un « pronétaire », c’est quoi ?

    « L’état garantit la liberté de croyance ( de croire que dieu existe ou n’existe pas) »

    L’État

    la liberté de conscience : croire que dieu existe, ou penser que dieu n’existe pas.


    • civis1 civis1 9 décembre 2010 12:32

      La bascule entre les moins et les plus sur cet article peut servir de test : 

      1) Cet appel à la tolérance et à la paix ne va-t-il exciter que les personnalités paranoïdes qui cherchent toujours quelque sujet pour se « friter » même les moins polémique ? 

      2) Elle en est où la paix ? Et la conscience citoyenne des français ? 

      3 Quid de la compréhension de ce principe fondateur du vivre ensemble qu’est la laïcité ? 



    • civis1 civis1 9 décembre 2010 13:47

      des moins des moins ! ben zut alors ? 


      Il n’y aurait que les excités belliqueux de riposte laïque qui réussirait à faire le Buzz sur la laïcité ?

       Auraient -ils réussi leur coup ? De dévoyer complètement ce beau principe pacifiste ? 

    • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 14:44

      Senatus,


      Votre définition de la liberté de conscience est singulièrement étroite. 

      Tout d’abord, vous supposez implicitement qu’il n’y aurait qu’un dieu. Il faudrait peut-être préciser lequel pour que l’on s’y retrouve. Il y a en effet à peu près autant de dieux que d’humains depuis la création du monde.

      Ensuite, vous signifiez que l’on ne peut que passer par la pensée pour conclure à l’inexistence de dieu. C’est faire peu de cas de ceux qui ont la foi de l’athéisme et ont adopté cette doctrine sans l’avoir réfléchie.

    • agent orange agent orange 9 décembre 2010 12:16

      Une société vraiment laïque ? Chiche !
      Commençons par supprimer la noël, la pâque et les autres jours fériés d’origine religieuse (ascension, pentecôte, toussaint (?), etc...).
      Mais je ne suis pas sur qu’une telle suggestion rencontre beaucoup de réponses favorables, même parmi les laïcards les plus extr^mistes.
      Merci d’avance donc, pour vos votes négatifs.

      PS : Je souscris totalement au message précédent de senatus.


      • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 14:40

        Juste par curiosité, c’est quoi un laïcard ?


      • civis1 civis1 9 décembre 2010 12:20

        @ senatus


        le terme « pronétaire » est un néologisme proposé par Joël De Rosnay co fondateur de ce site construit avec l’initiale et la finale du mot « prolétaire avec, à l’intervocalique, la finale »net« du mot internet. : le prolétaire ne possédant rien que ses »prôles" (ses enfants) n’était pas citoyen. De nos jour, l’Agora c’est Internet et il est bien question comme vous et moi d’y tenir sa place en temps que citoyens. 





        • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 14:53

          Cher ami qui découvre Internet. Pour répondre à un contributeur on clique sur « réagir à ce message » et pas sur « réagir à l’article » sous peine que personne n’y comprenne rien et que vous ne soyez pas lu.


        • civis1 civis1 9 décembre 2010 12:23


          conscience : entre croire et penser  ?

           Cette question mérite un volume entier à elle seule. 


           Entre Croire en dieu ou penser que dieu n’existe pas il y a la foi et deux intimes convictions qu’il faut respecter (c’est l’esprit de la loi du 9 décembre 1905 qui fonde le principe même de laïcité) 



          • civis1 civis1 9 décembre 2010 12:38

            Comment faire la fête si les danseurs ne sont que des moinseurs ? 


            • ELCHETORIX 9 décembre 2010 13:05

              Bonjour , l’auteur
              Que dire de votre article , sinon que la laïcité ne mérite pas une journée de commémoration !
              Notre état a suffisamment de lois pour démontrer que la laïcité est un droit !
              Puis , pour ma part , cette laïcité n’est qu’un pis-aller pour promouvoir ce mondialisme qui ne jure que pour la consommation !
              Puis , en l’état , il y a des sujets autrement plus urgent comme par exemple , comment rendre plus éthique le 5ème pouvoir qu’est la finance et ses banques dévoreuses de monnaie , et aussi la souveraineté des nations , donc des peuples est d’actualité comme en COTE D’IVOIRE et en EUROPE . Je n’ai , donc , pas lu en entier votre article , désolé !
              RA ..


              • civis1 civis1 9 décembre 2010 13:12

                @ ELCHETORIX 


                Dommage car à la fin de l’article je proposais de chanter pour garder un peu d’espoir. 

                • ELCHETORIX 9 décembre 2010 13:55

                  ouaih ! , je viens de lire cette chanson , d’accord , pas mal , mais pour un monde meilleur , il ne suffit pas d’imaginer , il faut AGIR !
                  Nous ne sommes pas dans un monde de « bisonours » , les hippies et l’île de white , celà n’a jamais fait avancer le schmilbik !
                  RA .


                • lecoureur 9 décembre 2010 13:43

                  Pour info : une semaine de la Laïcité se déroule en ce moment en PACA : à Marseille film « La Séparation » ,à Belcodène conférence-débat, à La Ciotat film « Laïcité » etc Il y a un programme disponible ..Mais il n’y a pas à fêter une loi mais plutôt à garantir son application dans la vie de tous les jours .. D’autre part, la lutte pour la séparation des Églises et de l’État n’est pas un phénomène franco -français : la Libre Pensée entend le démontrer en 2011 par son Congrès International de la Libre Pensée à Oslo .


                  • sisyphe sisyphe 9 décembre 2010 14:34

                    Entièrement d’accord pour défendre la laïcité ; mais pourquoi une seule « journée » ? Comme celle de la femme, ou des Grands-mères ? 


                    La laïcité doit se défendre et se proclamer tous les jours, comme fondement même de la démocratie. 

                    Pour le 9 Décembre, vous vous y prenez quand même un peu tard, mais si je dois y adjoindre une chanson, pour moi, ce serait plutôt  celle-là 



                    • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 14:55

                      Bonjour Sisyphe,


                      La chanson de Ferré défend plutôt l’athéisme que la laïcité, non ?

                    • sisyphe sisyphe 9 décembre 2010 15:24

                      Oui, c’est vrai. 


                      Mais elle a le mérite, outre l’athéisme, de défendre la démocratie (« ni maître »), dont la laïcité est un des fondements. 

                    • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 15:44

                      Euh… il y a de nombreuses régimes démocratiques sans laïcité, qui ont une religion d’État ou un concordat. Et seules quelques républiques ont inscrit la laïcité dans leur constitution (France, Turquie, Portugal… Brésil ?)


                      Par conséquent, si la laïcité ne peut fonctionner que dans une république démocratique, cela ne marche pas dans le sens inverse.

                      Sinon, ça va bien ?

                    • civis1 civis1 9 décembre 2010 18:35

                      une journée pas seulement mais une journée de ralliement pour créer l’occasion de faire le buzz


                    • sisyphe sisyphe 9 décembre 2010 23:40

                      @ san kukaï 


                      oui ; je parlais de la démocratie française 

                      Sinon, vous avez raison ; j’aurais dû parler de fondement d’un processus démocratique..

                    • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 14:51
                      Résumé
                      Après une introduction à la Jean-René Craypion (le pape du Web 2.0), l’auteur nous montre qu’il sait recopier Henri Peña Ruiz sans citer ses sources. Puis il nous ravaude un vieux napperon anti-Ve et exhume quelques reliques d’un chanteur yéyé.

                      Conclusion
                      Lisez Peña Ruiz, vous aurez l’original et une pensée claire. Beau cadeau pour Noël.

                      • Massaliote 9 décembre 2010 15:12

                        Pourquoi le 9 décembre ? Est ce à cause de cette autre fête religieuse ? : « Le diocèse de Lyon avait choisi d’adresser un message au grand public au jour de la fête de l’Immaculée Conception : dans ce but, et grâce au geste d’un mécène, 4 pages de publicité étaient donc réservées dans l’édition lyonnaise du journal 20 minutes à paraître mercredi 8 décembre 2010. Les pages furent livrées vendredi 4 décembre. Mardi 7 décembre au soir, à quelques heures du bouclage, le diocèse de Lyon s’est vu refuser ces 4 pages de publicité. Le journal 20 minutes a annoncé d’ailleurs qu’il n’était pas tenu de se justifier de son choix. Les pages que 20 minutes ne souhaite pas voir ses lecteurs lire sont à télécharger ici. » Par ailleurs : « La régie publicitaire de la SNCF a refusé de mettre dans ses gares les affiches « Merci Marie », de l’Église de Lyon, pour le 8 décembre. Ou plutôt, elle a accepté, à condition que le « Marie » disparaisse. »

                        Devant la laïcité nous pouvons remarquer que « certains sont plus égaux que d’autres ».


                        • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 15:21

                          Beaucoup de bruit pour rien.


                          Votre exemple n’a rien à voir avec la laïcité, le journal 20 mn étant un organe de presse privé. Il peut donc refuser d’afficher des vierges au larmes de sang et mettre en valeur des déesses grecques très dénudées sans que cela empiète en rien sur les principes républicains.

                          Revenez avec autre chose pour faire croire au martyrologe.

                        • Louise Louise 9 décembre 2010 16:18

                          Merci pour le lien Massaliote !

                          Cette fête des lumières à Lyon avait un sens religieux.

                          Ce n’est pas à la demande de l’Eglise si les autorités laïques ont transformé cette fête en une débauche de lumière (électrique), très belle et très chère.

                          La laïcité devrait-elle interdire de mettre des lumignons sur les rebords de ses fenêtres ? Simple question...

                          Je crois que l’Eglise supporterait bien que soient supprimés les jours fériés, tels que Noël, l’Ascencion et l’Assomption. D’ailleurs, en Italie, l’Ascension se fête le dimanche.


                        • civis1 civis1 9 décembre 2010 18:38

                          L’argent ne serait-il pas mieux employé pour auder ceux qui en ont besoin plutôt que de servir un prosélytisme sur le modèle mercantile le plus éculé ? On défend quel business ? 


                        • sisyphe sisyphe 9 décembre 2010 15:28

                          Oui, mais c’est absurde, parce que la laïcité est un gadget essentiellement français qui, par ses relents de fanatisme intolérant, fait rire, ou navre c’est selon, une bonne partie de la planète.


                          La Laïcite un « gadget » ! smiley smiley 
                          aux relents de « fanatisme intolérant » .. smiley smiley 
                          Je ne sais pas qui ça « fait rire ou navre », mais Gélone, lui, est un vrai rigolo ; qu’est-ce que vous nous proposez face à ce « gadget aux relents de fanatisme intolérant », Gélone : la charia ? 
                           smiley

                        • San Kukai San Kukai 9 décembre 2010 15:40

                          relents de fanatisme intolérant


                          Mouahahahaha !!! 

                          Les politiques allemands et anglais qui vouaient hier nos principes républicains aux gémonies et ne juraient que par la cohabitation, voient leurs modèles s’effondrer lamentablement sous la poussée des « fanatismes intolérants » et se tournent désormais vers la laïcité, principe d’anti-fanatisme tolérant.

                        • civis1 civis1 9 décembre 2010 18:43

                          @ Marc Gelone 


                          Tout les dirigeants éclairés des pays où émerge la démocratie regardent du côté de la laÏcité pour essayer résoudre le problème du vivre ensemble. 
                          La laîcité n’est pas un « gadget » comme peut l’être un objet de consommation c’est un principe éthique . 

                        • pastori 9 décembre 2010 18:50

                          Géloné qui est italien est du même avis que son ami berlusconi et l’agité du nord. :


                          du moment qu’on fait le signe de croix et qu’on a une grosse chaîne en or autour du cou avec en pendentif une énorme madone, tout est permis.

                          c’est quoi en effet ce gadget français qui prétend que la religion doit se pratiquer dans le secret de son alcôve entre soi et son Dieu, et que par respect pour les juifs, les musulmans, les bouddhistes, les non croyants, ceux qui ne savent pas, il faut faire comme si Dieu n’existait pas ?

                          c’est d’un fanatisme intolérent !!!ah !



                        • pastori 9 décembre 2010 18:06

                          dans la mesure où les gens sont de religion différente ou n’ont pas de religion du tout et que personne n’a pu prouver que les uns ont raison par rapport aux autre, la laïcité coule de source

                          dans tout pays civilisé.

                          par contre, les pays d’Europe qui ont encore un roi (de droit divin) devraient bannir la laïcité de leurs institutions, pour être logiques. 
                          certains diront qu’il vaudrait mieux supprimer ces reines et rois parasites, sauf à prouver que le divin y est pour quelque chose. smiley 

                          • civis1 civis1 9 décembre 2010 18:47

                            @ pastori 


                            merci pour ce petit résumé qui cible bien le sens de cet article 
                            j’étais en train de me désespérer de ce fil ... je me demande si le contenu de mon article était suffisant clair ... je vois que oui .

                          • Laureline 9 décembre 2010 18:43

                            L’Eglise catholique a vu d’un très mauvais œil la laïcisation qui lui enlevait une partie de sa puissance. Les pauvres institutrices des années 1880 à 1890 ont eu une vie très dure. Le clergé tout puissant dans les campagnes ameutait contre elles les paysans. Celle qui venait remplacer les religieuses dans l’école était boycottée ; les commerçants refusaient de lui vendre des aliments, elle était en butte à l’injure, à la calomnie, parfois aux voies de fait.

                            C’est l’école laïque qui a affermi la République, qui, toute imparfaite qu’elle soit, vaut mieux que la monarchie. Il ne faut pas oublier que la France est le pays le moins religieux du monde et il faut en savoir gré à l’école laïque.

                            Les artisans de la laïcisation s’étant endormis quelque peu sur leurs lauriers, les prédicateurs de l’islam en profitent pour conquérir du terrain et ainsi enseigner aux peuples attardés l’absurdité religieuse. Le gouvernement en bons capitalistes, ayant compris que la religion est un frein social, bafoue les lois de la République et offre terrains&mosquées clés en main pour 1 euro.

                            Une journée n’y changera rien. Face au danger que court la paix face à la montée des communautarismes religieux, le combat doit être permanent.

                             

                             

                             


                            • civis1 civis1 9 décembre 2010 18:54

                              @ laureline, 


                              merci de ces remarques concrètes que je trouve très pertinentes. 

                              Je suis d’accord avec vous : défendre le principe de laïcité est une lutte permanente face aux prosélytisme religieux qui ne désarme jamais 
                              Lancer une journée de la laïcité ce serait l’occasion de se fédérer pour faire le buzz dans le but d’informer .

                            • Laureline 9 décembre 2010 18:55

                               

                              C’est en matière d’enseignement que l’église s’est déclarée le plus violemment hostile à l’esprit laïc. Comprenant que des intelligences adultes et normales ne sauraient admettre son absurde credo, elle réclama de bonne heure le droit exclusif d’ouvrir des écoles et d’instruire les enfants. Puis, ses prétentions admises,elle se garda de mettre la science à la portée du populaire.

                               

                               


                              • Louise Louise 10 décembre 2010 12:11

                                Quel rapport avec vos affirmations ce lien a-t-il ?

                                Oui, l’Eglise a ouvert des écoles avant tout le monde, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y avait pas de concurrence !
                                Il en est de même pour les hôpitaux...


                              • pastori 9 décembre 2010 19:01

                                géloné est pour le catholicisme obligatoire. nous on aura la voilette en dentelles pour les femmes (obligatoire) et pour les hommes la grosse chaîne en or et médaille jeanne d’arc du modèle berlusconi.

                                en guise de bonjour on fera le signe de croix...
                                 
                                c’est pourquoi il combat ceux qui prônent l’islam obligatoire. 
                                simple question de concurrence. obscurantisme contre obscurantisme.

                                on a les moyens de vous faire croire, hein !! pas vrai gélone ?

                                 tiens si tu me prouve que ton dieu existe, je me convertis ; ! smiley

                                • pastori 9 décembre 2010 21:12

                                  allons gélone, Je ne me plante pas la preuve,c’est bien ce que je disais, tu est agnostique. Comme berlusconi ! Sûr de rien !  smiley


                                  tu prend quand mmême tes précautions avec le bon Dieu en prenant partie pour celui des cathos, au cas ou il existerait. seulement qui te dis que c’est celui des catholiques et pas celui des musulmans, ou celui des juifs ? smiley

                                  quel est le bon ? C’est le même ? mais alors deux des trois sont couillonnés

                                  « imagine qu’à ta mort, tout estransiné par le grand voyage, au détour d’un nuage, tu rencontre un Dieu barbu avec plein de bras comme une esquinade, un Dieu que tu ne connais pas et qui parle une langue que tu ne comprend pas, » .... je ne me souviens plus de la suite ! tu a du reconnaître pagnol ? smiley



                                  • Annie 9 décembre 2010 22:40

                                    Je me trouve plus à l’aise dans un pays où n’existe pas de séparation entre l’état et l’église que dans un pays comme la France où la laïcité est devenue un dogme.


                                    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 9 décembre 2010 22:53

                                      La laïcité, fille de la Révolution française, n’est jamais « devenue un dogme ».
                                      Elle a toujours été le ciment national de la paix religieuse et de la tolérance libérale au sens strict, dans la mesure où elle a clairement départagé les sphères politiques et religieuses et leurs influences respectives l’une sur l’autre, autorisant toute liberté religieuse dans la mesure où cette dernière ne prétend pas imposer son modèle au pacte social réglementé par la Constitution.
                                      Ce concept, cette règle d’or profondément républicaine vous échappent, Annie. Depuis que je vous lis, ça ne fait aucun doute.
                                      Il est profondément aberrant d’employer le terme « dogme » pour ce qui concerne cette cheville de notre république, comme il est aberrant de parler d’« extrémisme laïc » ou de « laïcards ».
                                      Vous le trouvez si bien, le modèle britannique ?


                                    • sisyphe sisyphe 10 décembre 2010 08:56

                                      Tiens, je suis d’accord avec CD !


                                      Ca s’arrose : un p’tit coup de vin de messe ? 
                                       smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires