Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Famille monoparentale, de reculades en reculades

Famille monoparentale, de reculades en reculades

Je suis mère de famille monoparentale de quatre enfants.

Leur papa n'ayant jamais versé de pension alimentaire depuis qu'il nous a abandonnés quand le dernier était bébé, j'ai en effet mis plus de trois ans à obtenir l'Allocation de Soutien Familial versée par la CAF contre l'obtention d'un jugement de séparation avec fixation de la pension alimentaire par le JAF (Juge aux Affaires Familiales) et Certificat de non-appel que l'on doit obtenir de la Cour d'Appel.

Il faut ensuite attendre que le père fasse défaut pendant plusieurs mois consécutifs (s'il est vicieux, il peut donc donner quelques clopinettes un mois sur quatre pour faire capoter toute la procédure).

Normalement, la CAF possède déjà un organisme de récupération des sommes versées, c'est ainsi que cela nous est présenté, même si on sent bien que la CAF fait un effort de recouvrement une fois puis laisse tomber.

Le Président Hollande annonce donc une mesure qui existe déjà.

Mais il présente comme une avancée ce qui n'est en réalité que recul.

Il faut savoir que depuis le passage de la Prime Pour l'Emploi à la Prime d'Activité, les mères de famille qui travaillent et avaient droit à la PPE, ne sont plus éligible à la Prime d'Activité.

Justement parce que l'Allocation de Soutien Familial et les Allocations Familiales sont comptées comme des revenus, alors qu'elles sont loin de compenser les charges de la charge d'enfants.

A l'heure de Fatima, on ne comprend toujours pas que dans une famille monoparentale, la maman ne vit et ne travaille que pour ses enfants, et que dans la majorité des cas, la maman est un travailleur pauvre et la famille vit en réalité sous le seuil de pauvreté.

Pour ne rien dire de porter seule la responsabilité d'élever des enfants dans de telles conditions, ce qui peut facilement engendrer des conséquences en cascade, qui, à ce niveau, sont toutes des conséquences qui frôlent la catastrophe et le découragement.

Pas question de tomber malade, pas question qu'un enfant soit malade, pas question que la voiture tombe en panne, le fil est tendu en permanence et le moindre accroc, tout casse.

Je travaille, je suis travailleur pauvre, je connais déjà toute la flexibilité et la précarité des nouvelles lois qui s'appliquent depuis longtemps dans les services à la personne.

Nous ne sommes pas payé(e)s quand les prestations que l'on doit faire d'ordinaire sont décommandées au dernier moment et pour lesquelles nous devons resté(e)s disponibles.

On ne peut jamais faire valoir d'heures supplémentaires parce qu'on a plusieurs employeurs et que l'on jongle entre les trous imposés au gré des personnes qui nous emploient et les semaines et les mois où on travaille plus afin de lisser les trous sur l'année.

Il n'y a pas de statut social dans ces nouveaux "métiers" présentés comme d'avenir.

En France, nous aurions dû aller vers un statut, on avait annoncé une garantie minimum de travail de 24 h hebdomadaires, mais avant même que la Loi El Khomri ne remette cela en cause, la plupart des entreprises obtenaient des dérogations.

On ne prend pas de congés, pas de vacances, on s'arrange pour placer nos jours de congés lors d'une journée où on nous demande de ne pas travailler.

Même les Aides aux Temps Libres de la CAF sont inaccessibles.

Il y a dix ans, on pouvait les utiliser, mais les conditions sont devenues aujourd'hui telles que cela est impossible puisqu'il faut prendre au moins sept jours consécutifs de congé et qu'on nous rembourse seulement 40 % d'une location pour 4 enfants par exemple, avec un plafond.

Avant, il y avait un plafond et si on se débrouillait bien (on pouvait déjà choisir l'endroit quand ils sont aujourd'hui imposés), on pouvait l'utiliser pour payer la totalité de la location.

Bref, à chaque fois que l'on annonce un progrès en matière de famille, c'est toujours de reculade dont il s'agit et de précarisation renforcée.

De la même manière, je suis une des dernière à avoir pu bénéficier d'un Congé parental grâce au fait d'avoir travaillé cinq ans dans les dix dernières années précédents mon congé, cela a été grappillé aujourd’hui.

Et entre les congés parentaux que l'on doit partager avec le conjoint, et les nouveaux rythmes scolaires, je n'aurais jamais pu m'en sortir, là encore, mon dernier enfant en primaire était heureusement assez grand en fin de primaire l'année de leurs mises en place, ce qui m'a permis de ne pas payer encore davantage en frais de garde.

Pour les mêmes raisons que la Prime d'Activité, on n'est pas éligible à la CMU-Complémentaire ni à l'Aide Complémentaire Santé, on nous a juste imposé cette complémentaire et donc de nouveaux frais (personnellement, j'avais fait le choix d'une complémentaire low cost), dans tous les cas, même avec une complémentaire, des frais de santé restent à notre charge, et ils sont naturellement démultipliés avec le nombre d'enfants.

En cerise pourrie sur les miettes de gâteau, les personnes qui nous emploient et nous entourent, croient que nous touchons toutes ces aides, alors que nous nous rendons compte nous, qu'à travail égal et dans des conditions plus difficiles, le nôtre est encore moins reconnu.

Ne parlons pas non plus des ces mêmes femmes qui tenteraient de refaire leur vie, elles perdraient tout et imposeraient la charge à leur nouveau compagnon.

Le gouvernement de gauche, comme ceux qui l'ont précédé, ne sabordent pas que le droit du travail pour les pauvres, il s'en prend aussi aux familles monoparentales pauvres.

Aux femmes pour être claire.

Tout en se gargarisant de Journée de la femme, d'un Ministère "des familles" à présent au lieu et place du Ministère de la famille, histoire de se redorer le blason à bon compte et à nous payer de mots.


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

103 réactions à cet article    


  • njama njama 10 mars 13:14

    histoire de se redorer le blason à bon compte et à nous payer de mots.

    Nous ne sommes pas dupes, il ne fait que tenter de justifier sa politique « progressiste » et ses réformes idéologiques passées au forceps. Je dirais plus qu’il noie le poisson, non ? le mot réactionnaire sorti de la bouche du chef de l’État !!! c’est autant polémique que militant, les présidentielles ne sont plus très loin, et bien sûr, les réactionnaires ... sont ceux qui ne le comprennent ni n’approuvent sa politique.

    Le chef de l’État a expliqué qu’il s’agit ainsi de « reconnaître toutes » les familles : « Les recomposées, les monoparentales, de même sexe. Ce qui est réactionnaire, c’est de considérer qu’il n’y aurait qu’un seul et unique modèle familial. »

    S’il nous paye de mots, oui, il semble apprécier de jouer avec, ne voulait-il pas en mars 2012 lors d’un meeting consacré à l’Outre-mer à Paris supprimer le mot « race » de la Constitution , et donc des textes de lois, et aujourd’hui il nous invente la famille polysémique, bel exercice de novlangue
     smiley


    • La mouche du coche La mouche du coche 11 mars 10:10

      Au lieu de se plaindre, femmes célibataires devraient prendre un mec. smiley


    • solomonkane 11 mars 12:26

      @La mouche du coche
      de ce que je peux deduire de votre reponse, je vous suggere de changer votre pseudo pour « la couche du moche » ...


    • orianeborja orianeborja 11 mars 21:11

      @La mouche du coche

      Le problème n’est pas de trouver un homme, encore que, étant donné la charge d’une famille monoparentale, ce ne soit pas du tout la préoccupation principale, surtout quand ils sont petits, et pour ma part, je n’ai pas souhaité leur imposer un inconnu qui serait venu prendre la place de leur père.

      Le problème vient du fait que ce n’est pas viable économiquement, sauf à mentir auprès des organismes sociaux naturellement.

      On perd tout, les APL, l’Allocation de Soutien Familial, les bourses.


    • La mouche du coche La mouche du coche 12 mars 13:37

      @orianeborja
      Pourquoi ne prenez vous pas un homme au lieu de vivre égoïstement ?


    • njama njama 10 mars 13:43

      La Journée du 8-mars n’appartient à aucun parti politique ...faut veiller à ce qu’elle ne soit pas manipulée

      Concernant le droit des femmes, et particulièrement le droit de vote des femmes les « socialistes » ne peuvent en revendiquer la paternité, car sous la III° république ils étaient dans leur grande majorité aussi réactionnaires (machistes ?) sur cette question que le centre et la droite de l’époque. Au mieux ils étaient d’accord pour ne l’accorder que pour les élections municipales, sans qu’elles puissent prétendre à être éligible  !
      Ça c’est l’histoire ...
      Sans tous les combats des « suffragettes » ... etc. , et en France, sans l’insistance déterminée du député communiste Fernand Grenier ... 
      http://8mars.info/en-france-les-femmes-obtiennent-le-droit-de


      • MagicBuster 10 mars 14:08

        « il s’en prend aussi aux familles monoparentales pauvres.
        Aux femmes pour être claire. »

        Prends pas ton cas pour une généralité ... tu te fais du mal.
        D’ailleurs je ne pense assurément pas que votre cas soit généralisable.

        Vous êtes .... assurément .... différente.


        • orianeborja orianeborja 10 mars 17:43

          @MagicBuster

          Mon cas est une généralité, il ne s’agit pas d’un complot contre ma personne.

          J’ai fait toutes les configurations sur le simulateurs de la CAF, lorsque l’on est céloibataire, que l’on gagne entre 500 et 1200 euros par mois et que l’on a deux enfants ou plus (quel que soit leur âge), on n’est pas éligible à la Prime d’Activité.

          D’après vous, ça concerne qui ?


        • Titi123 (---.---.24.206) 10 mars 21:25

          @orianeborja

          Pour la prime d’activité je vous conseille de faire la demande même si le simulateur vous dit que vous n’êtes pas éligible. Dans mon cas (famille monoparentale avec 1 enfant et bénéficiant de l’asf), j’ai droit à 136€ de prime d’activité alors que d’après le simulateur c’était 50€. En comparaison, l’année dernière j’ai touché 72€ de prime pour l’emploi, je suis donc largement gagnante.


        • orianeborja orianeborja 10 mars 22:45

          @Titi123

          Merci de votre aide, mais il faut justement passer par le simulateur pour faire la demande, lorsqu’il vous dit que vous n’êtes pas éligible, vous n’avez plus accès.

          Sauf peut-être à mentir pour entrer ...

          J’ai eu les conseillers de la CAF au téléphone, ils m’avaient dit que cela était passé sans qu’ils y soient formés, ils ne savaient donc pas me dire pourquoi je ne rentrais pas dans le dispositif, sauf justement que ce genre de réformes servaient à éliminer des bénéficiaires.

          Dans votre cas avec un enfant, vous ne devez toucher ni allocations familiales ni peut-être d’APL, quand j’en perçois au prorata de mes quatre enfants, ce qui pèse dans la balance visiblement.

          J’ai reçu au gré des années des Primes Pour l’Emploi allant de 986 euros à 386 (ça changeait chaque année sans que je sache pourquoi, et en demandant aux conseillers fiscaux, ils étaient incapables de me le dire, il paraît que c’est complexe), pour des revenus allant de 11 000 à 12 500 euros selon les ans, avec quatre enfants à charge.


        • vesjem vesjem 11 mars 12:22

          @orianeborja
          encore beaucoup trop de vote + pour cet article que d’opinions favorables
          t’as plusieurs comptes ?


        • orianeborja orianeborja 11 mars 17:36

          @vesjem

          Non, je n’ai qu’un nom et qu’un compte, c’est ma façon d’être, je ne triche jamais.


        • lsga lsga 11 mars 00:05

          faudrait surtout massivement retirer les enfants à leur parent.

          Ce vieux reste de la société féodal est abominable. Ce rapport de propriété de la mère ou du père à leurs enfants reste le socle fondamental de cette société réactionnaire. 
          à l’État de Nature, les enfants sont élevés par la communauté, pas par leurs parents. 
          les familles monoparentales ne sont qu’un intermédaire douloureux entre ces deux modèles. 
          d’ici la fin du 21ème siècle, la famille zéro-parentale sera la règle. vivement. 


          • orianeborja orianeborja 11 mars 07:45

            @lsga

            Un monde sans amour, quel drôle de rêve vous faites.

            Il n’y a pas plus puissant que l’amour inconditionnel qu’une mère donne à ses enfants dans les yeux de laquelle l’enfant grandit et s’émancipe.


          • njama njama 11 mars 10:00

            @orianeborja

            Isga est formaté au collectivisme sioniste, peut-être l’ignore-t-il lui même comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir.
            Son rêve, transformer la planète en un immense kibboutz, dans lesquels, pour ceux qui ne le savent pas, les enfants y sont élevés séparément de leurs parents, enfin plus ou moins, ils n’habitent pas ensemble.
            Expérience inédite dans le monde ...

            « Le kibboutz a remis en cause les structures familiales. Les parents ont souvent mal vécu de ne laisser aucun héritage à leurs enfants. Ainsi, les privations matérielles qu’ils s’étaient imposées par idéologie, leur devinrent insupportables lorsqu’il s’est agi de les imposer à leurs enfants. Pourtant, quelques dizaines d’années plus tôt, ils avaient accepté de confier leur progéniture à la «  Maison des enfants  », un système éducatif se substituant totalement à celui des parents.Les enfants voyaient leurs parents tous les jours mais ils ne vivaient pas avec eux. Ils dormaient dans la Maison des enfants gérée par des professionnels, et non chez leurs mères jugées « trop affectives ». Hommes et femmes pouvaient ainsi se consacrer au travail, valeur cardinale du kibboutz qui conditionnait tout le reste. »
            http://www.cclj.be/actu/politique-societe/israel-kibboutz-utopie-realite

            Les enfants des Kibboutz [article]
            http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1971_num_16_1_1803


          • lermontov lermontov 11 mars 10:43

            @ lsga

            « A l’État de Nature, les enfants sont élevés par la communauté, pas par leurs parents ».

            Ca fait bien longtemps que le delirium rousseauiste a été démonté. Le plus amusant étant que tu réclames de la Science, te dis matérialiste pur et dur, rationaliste, etc.

            Tiens, figure-toi que le Rousseau a abandonné sept enfants dans sa vie. Puis, il ment à tour de bras. Dans les Confessions, par exemple, il a l’aplomb de balancer qu’à l’âge de 22 ans, il ne savait pas comment on faisait les enfants. Bon, il a des excuses : maman est morte en le mettant au monde, c’est un poids très lourd et du coup papa tringlait la nourrice et lui se tapait la tête dans le mur pendant que la dame stridait ’oui, oui, oui’. Donc, on comprend que l’état de Nature n’existe que dans la tête du toqué et est juste l’envers de la réalité.


          • vesjem vesjem 11 mars 12:24

            @lsgasi c’est au premier ° , tu peux faire un stage en hôpital psy , sinon , continue à troller


          • Sozenz 11 mars 12:28

            @orianeborja
            il a trop lu le meilleur des mondes ; et souhaite l appliquer !


          • mmbbb 11 mars 20:11

            @lsga toujours aussi con Hitler avait fait des pouponnieres cela te rappelle rien bolcho


          • lsga lsga 12 mars 13:26

            @mmbbb
            Quand Marx disait que le Capitalisme allait détruire le modèle familiale, tout les petits bourgeois se foutaient de sa gueule. Aujourd’hui que les familles re-dé-composées mono-homo-parentales sont devenues LA RÈGLE, ça rigole beaucoup moins.

             
            La famille zéro-parentale est l’aboutissement de ce processus. Vous n’y échapperez pas. Bientôt, on pourra faire des enfants (via utérus artificiels, sélections embryonnaires, et optimisation via CRISPR), s’en occuper « de temps en temps », et les laisser au soin de la communauté l’essentiel du temps. 

            Les enfants doivent pouvoir choisir librement les adultes qu’ils aiment, les adultes avec lesquels ils souhaitent rester. L’amour de la mère est souvent pathogène, étouffant, et gêne le bon développement de l’enfant. C’est aux enfants de choisir librement. On doit pouvoir choisir sa famille comme on choisi ses amis. 
             


             

          • orianeborja orianeborja 12 mars 15:23

            @lsga

            Avez-vous déjà vu une enfant de votre vie ?


            J’en ai vu des centaines et des centaines, ils ne veulent qu’une chose, mais de façon très ardente, ils veulent maman.

            A la limite, ceux à qui leur mère manque le plus, peuvent dire qu’ils veulent papa, histoire de dire de façon détournée qu’ils veulent leur mère, et comme ils veulent qu’elle s’intéresse plus à eux, utiliseront leur père dans ce but.


          • Je Me Souviens Je Me Souviens 11 mars 00:38

            @ l’auteur

            J’ai cliqué sur votre texte parce que je suis un père monoparental et que j’étais curieux de savoir comment ça se passait pour vous en France.J’avais quelque part au fond de moi la certitude que j’allais être jaloux des avantages que vous auriez eus sur moi dans cette France si réputée pour la qualité de ses services sociaux.......Et tout d’un coup j’ai arrêté de comprendre de quoi vous parliez et j’ai eu l’impression d’être avec Astérix dans cette tour de fonctionnaires à qui il manque toujours le bon formulaire.

            Au Québec,je n’ai eu qu’à remplir un formulaire pour le provincial et un autre pour le fédéral,puis de poster le tout !Le montant des prestations est calculé en fonction du revenu,mais pour vous donner une idée,ce que je perçois tout les mois paye mon loyer et mes factures courantes.
            Les 25 heures que je travaille par semaine servent à payer l’épicerie et les loisirs.De plus,comme ici l’impôt est directement déduit du salaire,je reçois un retour d’impôt assez conséquent tous les ans.

            En tous cas,bon courage à vous,je sais ce que ça prend comme travail et d’abnégation d’être monoparental.

            Amicalement


            • Le Gaïagénaire 11 mars 16:54

              @Je Me Souviens 11 mars 00:38


              Bien le bonjour en Matawinie.


            • Ruut Ruut 11 mars 07:13

              Pourquoi le père n’as il pas eu la garde des enfants si sa situation financière était plus confortable ?

              De plus une Rupture est toujours la faute des 2 membres a part égale de responsabilités.

              Il n’y a jamais de conséquences sans causes.


              • njama njama 11 mars 10:09

                @Ruut

                abandon de domicile conjugal, ça vous dit quelque chose ?
                un cas de figure parmi d’autres cas de séparation ...


              • Elfy (---.---.26.15) 11 mars 11:11

                @Ruut
                Pourquoi le père n’a pas eu la garde ?

                Pourquoi aurait il de meilleurs revenus ?

                Quelques notions de base.
                1. il y a en effet dans notre société française un écart de revenu de 42 % entre hommes et femmes en couple...à l’avantage de l’homme bien sûr
                2. cet avantage est lié à l’image du père et son implication dans sa vie professionnelle, réputé plus disponible, flexible, corvéable, etc..
                3. S’il l’est c’est encore bien souvent parce qu’il déleste en toute tranquillité SA charge de travail parental et au foyer...à sa femme. Ne prend pas ses journées enfant malade quand y’a réunion, ou même quand y’a pas, peut aller en réunion jusqu’à 23h, part au pied levé en déplacement même le WE...et oui, maman est là pour les enfants.
                4. Dès lors il y a fort à parier que la compétence de la mère à prendre en charge le quotidien des enfants augmente proportionnellement à l’absentéisme familial du père, dont la compétence professionnelle croît elle aussi proportionnellement...que celle de la mère diminue aux yeux de la société.
                5. Lors de la séparation, c’est déjà un système bien rôdé : maman SAIT faire avec les enfants, les enfants sont secure dans la relation quotidienne à leur mère. Papa vient en complément en sortant du boulot.

                Sauf...sauf...dans les couples où le partage de la prise en charge des enfants était déjà, avant séparation relativement égalitaire...et là, l’enfant peut s’épanouir dans une garde alternée, ou en résidence principale chez le père. 
                Ce n’est pas la majorité.

                Donner la résidence principale de l’enfant au parent le plus riche, c’est couper l’enfant du parent le plus disponible, investi, et présent dans son éducation souvent. Sur le plan affectif on a déjà vu mieux en terme de respect de l’intérêt de l’enfant.

                Le kibboutz paraît presque plus juste...

              • Ruut Ruut 11 mars 12:21

                @njama « abandon de domicile conjugal, ça vous dit quelque chose ? »

                Des expériences de proches me forcent a relativiser ce genre de phrases.
                Souvent il en est chassé. La formulation est facile et pointe toujours 1 seul coupable, celui qui n’as plus voie a se défendre.

                Au moins il a été informé qui est papa, ce qui n’est pas toujours le cas.


              • Ruut Ruut 11 mars 12:40

                @Elfy
                Une autre notion de base dans le monde du travail. Je le vie tous les jours....

                Lorsqu’une ma femme demande a son patron des jours pour s’occuper de nos enfants cela lui est toujours accordé.
                Lorsque la demande vien du père (moi) cela m’est toujours refusé.

                Non le père ne déleste rien, mais souvent l’épouse n’accepte pas de perdre le contrôle de la maison. J’ai tenté au début d’en faire le maximum a la maison. (cuisine ménage vêtements) Quelque mois après mon épouse m’as demandé d’arrêter car elle se sentait menacée car inutile.(C’est ses mots).

                Ce fut pareil pour notre 3 ème enfant, mon épouse étant trop fatiguée pour l’allaiter, j’ai compensé au biberon jours et nuit.
                Elle l’as très mal vécue. (elle me l’as avoué quelques mois après).

                Et non je ne suis pas exceptionnel, j’ai TOUS les défauts de tous les hommes.

                Parlons des revenus au sein des couples.
                Compte commun pour faciliter la gestion des dépenses et a la demande de mon épouse comptes séparés pour pouvoir faire des cadeaux et se faire plaisir (formule de mon épouse).

                La contribution au compte commun au début était de 50 % de nos revenus chacun.
                maintenant c’est 100 % du père 0 % de la mère. (le shopping chaussures crème vêtements empêchant toute contribution).
                Bien sur tout les faits fixes sur mon compte perso et ceux de mon épouse sur le compte commun.

                Je ne lui en veut pas, elle as ses raisons, mais c’est des faits concrets.

                Alors toujours insulter les hommes d’êtres des infidèles grippes sous jamais présents voir pire, c’est insultant, surtout de voir que c’est devenu une norme revendiquée pas une majorité de femmes qui s’exprime.

                Quand aux séparations, le sort réservé aux père n’est pas glorieux non plus.

                Voila c’était mon coup de gueule car le père bashing j’en ai vraiment marre.


              • Nycolas 11 mars 12:46

                @Ruut

                Il est en effet un peu facile de systématiquement rejeter la faute sur l’homme, comme il est avéré que la justice a tendance à le faire, à cause de certains préjugés, qui peuvent être vrais ou faux, selon les cas, mais cela est difficile à démontrer.

                En tout cas j’observe aussi dans mon entourage des cas (je pense à un en particulier, dont je ne connais pas tous les tenants et aboutissants, mais j’en ai observé d’autres) où l’homme est harcelé, humilié devant témoins, poussé à bout, et s’il part lors d’une crise de nerf, on dira que la faute lui revient à plein, que ce n’était qu’un lâche et un salaud en quête de petites jeunettes, comme la femme le fait entendre. Une femme qui hurle aussi sur ses filles à la moindre occasion, d’ailleurs, les rabaissant par des tournures dégueulasses et un ton qui ne permet pas la réplique. Et si quelqu’un comme moi témoignait en sa faveur, on parlerait encore de « solidarité masculine », voire de complicité dans ses méfaits. Il y a un véritable terrorisme intellectuel autour de ce problème, et ce n’est pas un partisan du traditionnalisme machiste qui le dit, mais un ex-féministe repenti, qui a compris depuis longtemps que, si les torts ne sont peut-être pas partagés à part égales, ils le sont en tout cas dans la plupart des situations, à des degrés divers qu’il est difficile, voire impossible d’évaluer , faute de pouvoir assister (et c’est heureux) à tous les moments d’intimité d’un couple qui « justifient » les jalousies, frustrations et colères qui le brisent.

                Aussi, et à cause de ce vécu, j’ai eu beaucoup de mal à lire cet article qui commence immédiatement pour nous monter contre le père « abandonnant » sa famille... On n’a qu’une version, et on doit la croire. Je suis convaincu qu’Oriane est de bonne foi, mais je sais que chacun voit midi à sa porte dans ce genre de situation, aussi je ne peux pas souscrire à cette accusation, eut-elle été entérinée par un tribunal qui, au fond, ne connait pas le fond de l’histoire, car il ne peut jamais connaitre l’intimité d’un couple, ni ce qui se passe dans la tête de chaque membre d’un foyer pour établir une culpabilité. Certes, laisser ses enfants est « mal », on ne devrait jamais le faire, mais de fait, certains en passent par là pour sauvegarder leur santé mentale ou ce qu’il en reste. Bref... Se présenter d’emblée comme LA victime pour parler ensuite d’un texte de loi certes affligeant puisque hollandien n’est pas une démarche qui m’intéresse beaucoup.


              • orianeborja orianeborja 11 mars 13:03

                @Nycolas

                Dans mon cas, je ne fais que citer les faits.

                Je ne me sens même pas victime.

                Je vois bien dans la vie comment les torts des uns et des autres peuvent être partagés.

                Ma situation est tellement complexe qu’elle n’est pas généralisable.

                Le père de mes enfants a été non reconnu par son père et sa mère a accouché sous X avant de revenir sur son choix alors qu’il était déjà adopté, elle ne l’a pas élevée pendant les trois premières années de sa vie où il était en famille d’accueil.

                Bébé, à la DASS à l’époque, on laissait les petits emmaillotés pieds et bras pour qu’ils ne bougent pas.

                Plus tard, sa mère, célibataire, a eu des tas de problèmes psychologiques, il a dû interrompre ses études en classes préparatoires pour revenir vers elle.

                Il était devenu fonctionnaire puis c’est mis en disponibilité pour se consacrer à d’autres activités, il a tout perdu et de ses propensions à boire, il est devenu alcoolique au fur et à mesure des années.

                Nous sommes restés 9 ans ensemble, quatre enfants, mais il ne rentrait quasiment jamais à la maison pour son travail.

                Quand j’étais enceinte de mon dernier, il a perdu son travail, ne rentrait plus à la maison et est tombé amoureux de sa prétendue psychothérapeute, ça a fini comme ça.

                On a vendu notre maison en urgence et à perte.

                Depuis, il n’a jamais retrouvé de véritable travail, il habite chez sa mère, où les enfants vont un WE sur deux. 


              • Ruut Ruut 11 mars 13:32

                @orianeborja
                Merci pour votre témoignage.

                Le plus triste dans votre histoire c’est que c’est le médecin censé guérir votre mari qui a brisé votre couple ....
                Pire, cette destruction n’as aidé personne.

                C’est un des tristes effets de l’alcoolisme et des drogues...

                Dans cette histoire il ne c’est pas enfuit, il a fait une dépression et c’est l’alcool et une médication toxique (la psy) qui a eu raison de votre couple.
                Impossibilité de dialoguer (et donc de soigner le couple) a cause d’un blocage neuronal lié a l’alcool (pareil pour les drogues).

                Triste histoire.


              • Le Gaïagénaire 11 mars 13:55

                @Ruut 11 mars 13:32

                Dans ce cas, il y a eu paternités imposées et, contrairement à Ségolène Royal, erreur de jugement dans le choix d’un mari gravement hypothéqué par son enfance. Autre paternité imposée aussi.


                • orianeborja 25 août 2015 11:26

                  @Mowgli

                  J’ai voulu avoir quatre enfants.

                  Ils sont nés tous les deux ans et demi, de façon à ce que je puisse bien m’occuper du bébé une fois les aînés scolarisés.

                  il y a des femmes qui sont faites pour avoir des enfants, je suis de celles-là.

                  J’ai toujours souhaité être mère plus que mes camarades d’écoles, j’adorais les enfants et je savais m’en occuper et les élever vraiment, j’adore transmettre, les émerveiller, les rendre heureux et dégourdis.

                • (12 votes)
                  Le Gaïagénaire 25 août 2015 13:19

                  @orianeborja  25 août 11:26


                  « J’ai voulu AVOIR quatre enfants. »

                  « Il y a deux catégories d’hommes (ET DE FEMMES) dans la vie.

                  Ceux qui aiment l’être, et ceux qui aiment l’avoir. »


                  Condamner 4 enfants à un esclavage de 80 ans, quelle adoration, quel amour...


                  Totale inconscience.



              • orianeborja orianeborja 11 mars 17:01

                @Ruut
                Ce n’était pas un médecin, n’importe qui peut se dire psychothérapeute, c’était une adepte de la PNL, ce sont des méthodes sectaires de manipulation.

                Mais elle officie toujours dans le centre de Nantes ...


              • orianeborja orianeborja 11 mars 17:16

                @Ruut

                Dans tous les cas, même si ça m’a rendue malade pendant des années, ça a été une libération, j’ai passé des années à m’inquiéter et à aller le récupérer dans des états lamentables à des heures avancées de la nuit loin de chez moi, je réveillais et prenais alors le dernier de mes enfants avec moi, que j’allaitais, et étais obligée de laisser les autres seuls en pleine nuit à la maison.


              • Tokani Tokani 11 mars 17:37

                Tout cela est a replacer dans le cadre de la machine a détruire la Famille qu’est devenue notre société de consommation hédoniste.... On demande à l’Etat donc la société de se substituer aux carences de la monoparentalité que par ailleurs on encourage en accordant des aides sociales...

                Liberté de rompre ses engagements donc précarité donc assistanat.... 
                Voila la rançon de 40 ans de Libéralo-Féminisme

              • orianeborja orianeborja 11 mars 21:20

                @Le Gaïagénaire

                La vie est le plus beau cadeau que l’on puisse donner, Etre ou ne pas être, c’est être qui est la question autrement la question ne se pose même pas.

                Avoir des enfants, c’est d’abord les faire, je peux vous garantir de la gestation et l’accouchement ne sont pas des parties de plaisir et que cela en refroidi plus d’une.

                Personnellement, j’ai vomi pendant plus de 32 mois, tous les jours, à chaque fois que je me levais, durant les six premiers mois de mes quatre grossesses, j’étais épuisée.

                Les élever également, c’est tout leur donner, même si donner à un enfant est la chose la plus précieuse.

                Que proposez-vous, un suicide collectif ?


              • orianeborja orianeborja 11 mars 22:28

                @Tokani


                C’est vite oublier les problèmes qui couvaient dans les familles, fabriquant tout autant de malheur et des non-dits malsains, qui ont des répercussions ne serait-ce qu’inconsciemment sur les enfants.

                Je doute que le conjoint soit assimilable à un produit de consommation, chacun aspire à réussir son couple et comprend bien les problèmes à venir lorsqu’il y a des enfants.

                La rupture vient d’un mal profond, d’une impasse, pas d’un caprice.

                Elle est le stade avant le sordide.

                Quant à l’assistanat, ça n’existe pas, nous sommes une société, nous ne vivons qu’avec les uns les autres.

                Même le plus riche et le plus autonome n’est rien du tout sans tous les autres, il s’assiste du travail des autres.

                Nous nous assistons les uns les autres, c’est notre humanité.

                Soit on s’assiste, soit on s’entretue, bizarrement il existe des crétins à préférer la seconde option.


              • Le Gaïagénaire 11 mars 23:05

                @orianeborja  11 mars 21:20

                « La vie est le plus beau cadeau que l’on puisse donner, » Comme une mantra.

                C’est faux. La vie est une maladie mortelle transmise sexuellement. C’est un esclavage. Vous le dites mieux que moi. L’ocytocine vous a fait recommencer.

                Venez nous dire que vous êtes prête à dire merci à votre mère pour le beau cadeau qu’elle vous a donné...et que vous avez gâché, ce que vous n’admettrez jamais.

                Autorisez vos filles à ne pas gâcher votre « beau cadeau »...en se foutant dans la même m.... que leur mère et les millions d’autres Françaises. Et milliards d’autres femmes dans le monde.

                Libérez-vous pour vrai. Appliquez l’économie de marché : plus il y a d’humains moins ils ont de la valeur, moins il y aura d’humain plus ils seront précieux.

                Je sais, cela ne vous sort pas de votre précarité actuelle, mais que voulez-vous même Ségolène Royal est sur la même planète, respire le même air que les romains et doit composer avec les requins du plus haut niveau.

                Cordialement quand même.

              • orianeborja orianeborja 11 mars 23:25

                @Le Gaïagénaire


                votre vie n’a peut-être pas de sens pour vous, elle en a pour moi et j’aime la vie, absolument, malgré les difficultés.

                Pour moi la valeur de l’homme ne se mesure pas au nombre d’hommes, les lois du marché ne sont pas les miennes en tous les cas.


              • Le Gaïagénaire 11 mars 23:48

                @orianeborja 11 mars 23:25


                Oriane, vous semblez appelez au secours, vous semblez faire des appels à l’aide.

                Comme une bonne petite fille vous avez fait tout ce qu’on vous a demandé mais La France ne s’intéresse pas à vous. Même votre mère vous ignore et vos enfants.

                On vous a menti sur toute la ligne. Vous avez cru à l’idéal, c’était une fable.

                Le sens de votre vie réside dans votre rôle maternel, mais après... ?

                Bonne soirée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès