• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Femmes dirigeantes : une valeur plus sûre pour la société de (...)

Femmes dirigeantes : une valeur plus sûre pour la société de demain

Les femmes pourraient avoir une capacité à évaluer les prises de risques et un sens de la responsabilité plus pertinent que les hommes face aux évolutions sociales.

Un quota de parité pour augmenter le nombre de femmes aux postes de direction
Elles ont beau être de plus en plus nombreuses à sortir des grandes écoles, les femmes peinent toujours à s’imposer dans les instances de direction des grandes entreprises nationales. Face à ce retard français, les députés ont adopté, le 20 janvier dernier, une proposition de loi de l’UMP qui oblige à terme les grandes entreprises à un quota de 40% de femmes dans leurs conseils d’administration d’ici 2016. En effet, si les statistiques affichent un accroissement régulier de la part des femmes dans les différents secteurs de métiers, les fonctions occupées dans l’entreprise par les femmes restent majoritairement des fonctions dites « transverses support », les ressources humaines et la communication représentant plus de la moitié des emplois féminins en entreprise. La disparité ne se joue donc pas dans la quantité, mais dans la qualité du poste, et son degré de responsabilité et de pouvoir. Ainsi, à peine plus de 9 % de femmes figurent dans les conseils d’administration et conseils de surveillance et seulement 7 % dans les comités de direction ou comités exécutifs, qui sont les instances opérationnelles. Aujourd’hui seules six entreprises du CAC 40 comptent trois femmes ou plus dans leur conseil, et plus du quart n’emploie pas de femmes au niveau des comités de direction. Quant aux entreprises de culture « technique » telles EADS, Airbus, et Vallourec, elles ne comptent aucune femme ni dans leur conseil d’administration, ni dans leur comité de direction.
 
Hommes / Femmes : quelle différence ?
Les sociologues affirment que cette disparité est culturelle. Les postes à haute responsabilité nécessitent en effet une disponibilité à toute épreuve, une grande mobilité géographique, et surtout une progression de carrière sans interruption de parcours, qui reste inconciliable avec l’obligation des femmes à conjuguer vie professionnelle et tâches domestiques et familiales, ces tâches étant toujours inéquitablement réparties dans le couple. Certains dirigeants prétendent qu’ils ont du mal à trouver des femmes, mais cela est faux, car ce ne sont pas les compétences qui manquent aux femmes. L’obstacle à leur évolution de carrière, c’est que ce sont les femmes qui font les enfants, et cela, aucune loi ne pourra le changer.
Pourquoi chercher cependant à hisser les femmes aux commandes des grandes entreprises ? Parce qu’il semblerait que le potentiel féminin soit l’avenir de notre société. Les experts spécialisés dans les études de genre ont depuis longtemps démontré que la maternité conférait aux femmes des qualités dont les hommes sont souvent dépourvus. La sagesse féminine résiderait dans un instinct protecteur, qui ferait des femmes des personnes plus prudentes, plus conscientes de leurs responsabilités et des conséquences de leurs actes. Par contraste, la crise des traders est justement l’exemple même de la dangerosité des prises de risques et des gestes impulsifs, comportement généralement attribué à la gente masculine ! Alors, si la crise fut l’œuvre des hommes, la société future sera-t-elle reprise en main par les femmes ? Les femmes pourraient en effet avoir une meilleure capacité de jugement et d’évaluation des risques, très appréciable en ces temps d’incertitude.
 
Femmes au pouvoir : quels résultats pour l’entreprise ?
En Norvège, la représentation des femmes dans les conseils d’administration a atteint 41 % depuis que le pays a légiféré pour instaurer des quotas en 2003. Quels effets cela a-t-il produit ? Tout d’abord, un grand chambardement dans les mentalités, et une obligation pour les hommes de faire confiance aux femmes même pour d’importants enjeux. De manière générale, instaurer de la diversité dans les conseils d’administration ne peut être que profitable. Sans aucun doute, c’est dans un mélange des sensibilités, féminines et masculines, mais aussi celles relatives aux différentes générations et parcours professionnels, que se joue l’efficacité et la pertinence d’une prise de décision.
Une étude réalisée en 2007 sur les plus grandes entreprises européennes a constaté que les sociétés ayant au moins trois femmes dans leurs comités de direction ont vu leur rendement moyen augmenter d’environ 10%, et leur bénéfice d’exploitation presque doubler. L’étude en déduit que les entreprises qui cultivent une diversité des sexes équilibrée connaissent une meilleure qualité de gestion et d’organisation. La diversité de sexe comme d’âge et de parcours conduit à l’évidence à une meilleure compétence globale de l’équipe dirigeante, et donc de meilleurs choix stratégiques.
 
La prudence, l’organisation, la gestion des ressources et la transmission du savoir sont aujourd’hui des valeurs primordiales pour conduire la société, et a fortiori pour diriger une entreprise. Si elles sont plus naturelles aux femmes, alors il semble que Louis Aragon avait vu juste lorsqu’il affirmait que « la femme est l’avenir de l’homme ».
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • jako jako 15 février 2010 11:30

    Je n’arrive pas à voire de différence entre le management femme et homme, dans mon entreprise presque toute la direction est composée de femmes, je peux vous affirmer que dans leurs fonctions de directrices, il n’y a aucune féminité , elles sont souvent pire que les hommes surtout vis à vis de leurs subordonnées.


    • MarcDS MarcDS 15 février 2010 12:54

      Entièrement d’accord avec vous, et ça s’explique aisément par le fait que dans un monde régi par les « valeurs » masculines de pouvoir, de compétition, de domination, les femmes qui arrivent à s’y faire une place sont celles qui ont appris à développer le mieux ces caractéristiques.

      A mon avis, le féminisme n’arrivera à rien d’essentiel tant qu’il ne remettra pas en cause notre modèle de société capitaliste. Car à quoi sert d’accumuler toujours plus de richesses, si ce n’est pour dominer l’autre ?


    • faxtronic faxtronic 15 février 2010 11:38

      « La sagesse féminine résiderait dans un instinct protecteur, qui ferait des femmes des personnes plus prudentes, plus conscientes de leurs responsabilités et des conséquences de leurs actes »

       smiley

      Vous n avez jamais eu de contact avec des femmes a part votre mere ou quoi ? Vous sortez d un monastere ? Non mais franchement, ce genre d assertion est d un sexisme les plus naif. Il y a souvent des manieres differentes entre homme et femme, mais l instinct protecteur et doux d une femme patron, tu peux rever vieux !


      • Gabriel Gabriel 15 février 2010 11:51

        «  La sagesse féminine résiderait dans un instinct protecteur, qui ferait des femmes des personnes plus prudentes, plus conscientes de leurs responsabilités et des conséquences de leurs actes »

        Ben Theacher et Parisot c’est pas des femmes alors !

        • cathy30 cathy30 15 février 2010 12:46

          christian Kostrula
          je suis certaine que vous êtes au courant de la gestion hommes ou femmes dans les entreprises. Cherchez vous la polémique ? Je crois que oui. D’ailleurs il y a t-il encore quelques illusions a attendre de notre pauvre société ? Tout le monde s’y met à coeur joie pour la détruire ou prendre ce qu’il reste pour quelques dollards.
          Rendons plutot hommage à ceux qui descendent dans la rue pour nourrir et donner un peu de chaleur à celui qui a froid.


          • Bardamu 15 février 2010 12:54

            Je ne pense pas, à l’instar du poète, que la femme soit l’avenir de l’homme !... mais bien plutôt ... sa fin !

            La femme, vis-à-vis de l’ordre -histoire d’oedipe !- étant bien plus soumise, nous irons en lui obéissant droit dans le mur... je veux dire « bien droit » !... gentiment, sans dévier ! ni broncher !... en bons élèves appliqués, et suivant les conseils de l’exemplaire maîtresse !


            • Bardamu 15 février 2010 13:18


              Vu sous cet angle !... le cuir en sus ?... là, j’hésite !

              Les cuissardes étincellantes ?... et la casquette à la « feldmarschall » ! Façon Dietrich ! lookée « Lili Marleen », et tout le tralala ?
              Je ne dis pas non !

              Sinon, j’aime trop les femmes pour accepter qu’elles deviennent... pareilles à des hommes !... aussi mal « dégrossies » en somme !


            • anty 15 février 2010 12:56

              Je crois que les femmes aux postes du commandement peuvent être aussi bonnes que les
              hommes ni plus ni moins .

              Cependant, moi aussi je me suis également trouvé,face aux femmes aux réactions inhumaines et aux expressions dignes des jeunes des banlieues (la spécialité des certaines femmes de l’education nationale).


              • Lucien Denfer Lucien Denfer 15 février 2010 17:27

                « L’homme et la femme confondent constamment égalité et similarité. Pour la femme être traitée en égale par l’homme signifie être traitée par lui de la même façon qu’elle le serait par une autre femme. Mais lorsque les hommes traitent vraiment les femmes en égales, elles se sentent insultées, car elle ne veulent pas être traitées de la même façon qu’un homme en traiterait un autre. »

                Joe Tanenbaum


              • florent1968 florent1968 15 février 2010 15:11

                On a bien vu le resultat avec Margaret Thatcher...
                et il y avait pas la parité.

                Ou les femmes d’influence sous la royauté (catherine de médicis...)
                Si nous connaissons beaucoup de femmes d’influence, etonnament, nous ne connaissons que peu d’homme d’influence
                Qui connait le mari d’Elizabeth la catholique, le mari de Madame Veil , le mari de Margaret Thatcher ...



                • anty 15 février 2010 15:59

                  Tu oublies Elisabeth Batory une princesse hongroise lesbienne qui a fait (après les avoir violé

                  bien sûr ) égorger plus de 500 filles pour pouvoir prendre des bains de sang

                  qui parait il rendaient sa peau blanche et délicate.

                  Chose étonnante

                   ce sont les hommes qui l’ on aidé dans cette entreprise infâme qui ont payé de leur vie.

                  Jusqu’à la fin de sa vie Elisabeth Batory croyait qu’elle avait tous les droits sur ses sujets.

                  Elle termina tranquillement sa vie enfermée dans un chateau sur ordre du roi de Hongrie.


                • Lucien Denfer Lucien Denfer 15 février 2010 16:46

                  Condoleezard Rice n’est qu’amour et sens des responsabilités, la pétroleuse...


                • Lucien Denfer Lucien Denfer 15 février 2010 16:52

                  L’histoire de la femme est l’histoire de la pire forme de tyrannie que le monde ait jamais connue : la tyrannie du faible sur le fort. C’est la seule tyrannie qui perdure...
                  Oscar Wilde

                  y devait fumer autre chose que du thé l’Oscar...


                • citoyen 16 février 2010 10:42

                  les femmes qui exercent du pouvoir sont tout aussi dures que les hommes qui exercent du pouvoir , tout simplement parce qu’une personne qui n’est pas « dure » , soit ne se lance pas dans la compétition aux postes élevés , soit s’y fait écraser et ne perce pas .
                  Les fondations de cet article reposent sur du sable


                  • pierre mistwood pierre mistwood 17 février 2010 08:51

                    Nous nous dirigeons de plus en plus vers une gynocratie, dont ce texte est un morceau de propagande. Leur accorder la parité politique fut une erreur. Cette parité a créé une classe politique de féministes qui ne représentent qu’elles mêmes. C’est ainsi qu’on entend Ni Putes Ni Soumises parler au nom de toutes les femmes du monde alors qu’elles ne sont qu’un groupuscule. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès