• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > #Franceleaks : « L’armée accro à Microsoft », Libération (...)

#Franceleaks : « L’armée accro à Microsoft », Libération l’aurait oublié ?

« L'armée accro à Microsoft », c'est l'impression qui se dégage d'un rapport de 2008 émanant du ministère de la défense sur l'opportunité d'un contrat avec l'éditeur de logiciel. Non seulement ce contrat controversé a été conclu, en 2009, mais il a été renouvelé en 2013, sans appel d'offres, alors qu'était révélé l'existence des programmes de surveillances PRISM (collusion avec Microsoft, Google...) et ECHELON (antennes en GB, Australie...), incitant le gouvernement chinois à se tourner vers le logiciel libre. Franceleaks aurait dû faire ressortir ce scandale, mais cela ne s'étant pas produit (à notre connaissance), nous y avons donc consacré (avec un autre sujet relatif à Franceleaks) un billet il y a quelques jours. Depuis, Libération, qui est partenaire de Wikileaks, a publié un entretien entre leur journaliste Pierre Alonso et le directeur de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, un dénommé Guillaume Poupard. Cet entretien faisant l'impasse sur ce scandale, il nous oblige à enfoncer le clou.

Double jeu de Libération ?

Dans le précédent billet, nous avions souligné l'incongruité contenue dans l'affirmation « On savait, c'est un secret de Polichinelle », vu le manque manifeste de protection contre la menace. Dans l'entretien en question, on apprend « La volonté de la France est de se protéger contre les risques d’espionnage informatique » On est rassuré sur les intentions, moins sur les résultats, mais ce qui compte n'est-il pas que « La prise en compte d’une menace majeure relative à la sécurité informatique des données sensibles dans les entreprises fait partie des scénarios graves envisagés dès 2008 par le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale » ? Sauf que le passage en force du contrat Microsoft (filiale irlandaise, un point de controverse accessoire) contredit la thèse de la priorité accordée à la sécurité nationale. C'est un point que le journaliste de Libération ne pouvait ignorer.

Quel pouvait être le mobile de ce non-dit ? Doit-on comprendre que, d’un côté, remplit le tiroir caisse en surfant sur la vague d'indignation suscitée par Franceleaks. Et de l’autre, cherche à éviter à tout prix un crime de lèse majesté envers la classe au pouvoir ? Libération perçoit de grosses subventions, ils ne sont pas tout à fait libre... Wikileaks aurait-il fait équipe avec Libération, si Assange avait anticipé que ses fuites seraient exploitées de la sorte ? Ça le regarde.

Sur ce dossier, (au moins) deux parlementaires, ont relayé les interrogations de la (digne de l'appelation) presse (Canard enchaîné) lors des séances de Questions/Réponses avec le gouvernements. Il s'agit de Bernard Carayon (son Q/R) et Joëlle Garriaud-Maylam (sa Q/R). Ce qui choque dans les réponses, c'est qu'elle présupposent la bonne foi de celui qui les donne, en l'occurence le ministère de la défense, et leur caractère rébarbatif de phrases stéréotypés (« Le ministère de la défense s'attache ainsi à protéger ses réseaux informatiques, tout en maîtrisant les coûts de maintien en condition de ses systèmes et en mutualisant au mieux ses dépenses d'acquisition. »). Quel crédibilité leur accorder ?! On aimerait que les parlementaires en question se sentent concernés et aillent au fond de cette question (malheureusement le premier des deux parlementaires cités a quitté les rangs de l'Assemblée Nationale).

Le contrat de 2009 :

« En 2007, Microsoft proposait au ministère de la Défense de centraliser les multiples contrats passés entre l’éditeur de logiciels américain et l’armée française. » (source à suivre). Le contrat fait l’objet de deux rapport d’évaluation en 2008 (rendus publics en 2013), l’un par la DG système d’info. et de comm. (DGSIC) , et l’autre par la Commission des marchés publics (CMPE).

Le Rapport DGSIC, vu par Le vinvinteur, en 2013, dans « L’armée accro à Microsoft » :

a) Le rapport déplorait que la procédure, passée sans appel d’offres, [...]. Les experts pointaient également du doigt le risque d’ [...] « addiction » aux produits Microsoft.

b) Ils constataient la situation de « monopole confirmé » de l’éditeur, mettant l’armée « à la merci de la politique tarifaire » [...]

c) Les experts militaires déploraient également le risque de « perte de souveraineté nationale » et [...] le rapport estimait que le système informatique de l’armée française serait [...] « vulnérable car susceptible d’être victime d’une intrusion de la NSA dans sa totalité »

d) Les auteurs du rapport concluaient enfin que « la seule certitude » de l’offre de Microsoft était qu’elle « entraînera un accroissement de 3 M€/an des dépenses de logiciel » [...] Et tout en contribuant à un « affaiblissement de l’industrie française et européenne du logiciel  »

e) Non contents de constater que l’offre Microsoft (S2) comportait « dix risques rédhibitoires » , les experts militaires pointaient également du doigt « trois critères destructifs » , censés se caractériser par « un seuil au delà duquel le scénario est rejeté » .

Et l’issue du dossier : « En dépit de cette « analyse de la valeur » particulièrement sévère de la proposition de contrat, l’armée française n’en signait pas moins un « acte d’engagement » portant sur un marché de « maintien en condition opérationnelle des systèmes informatique exploitant des produits de la société Microsoft avec option d’achat » avec… la filiale irlandaise de l’éditeur américain. »

Le contrat de 2013 :

En janvier 2013, le contrat de 2008 arrivant à expiration, la DGSIC, sous la direction du général P. Bazin établit un « projet de contrat cadre avec Microsoft ». Essentiellement, ce rapport tente de justifier à postériori le contrat initial :

« S’appuyant sur une analysé économique [...] le [comité exécutif du conseil des systèmes d’information et de communication ([CECSIC[)] a validé les choix de solutions majoritairement Microsoft. En effet, l’analyse, confirmé depuis par d’autres (note 5), a montré que les logiciels libres n’offraient pas de gain financier notable » avec note 5 : « Etude VOIRIN consultant auprès de collectivités territoriales. »

Il faudrait juger sur pièce l’« étude » du CESIC et la seule autre (et non « autres ») dite VOIRIN (lien de consultant avec MS ?), mais elles ne se trouvent pas dans les sources à disposition, citées plus bas. Levinvinteur relève que, en passant au logiciel libre, la gendarmerie avait occasionné une réduction de coût de 70%. Comment se fait-il que ce ’constat’ (c’est à propos, venant de la gendarmerie), n’est pas cité dans le « projet de contrat cadre » ?!

S’ensuit une justification sur le plan de l’interopérabilité, dont le Levinvinteur souligne l’insuffisance. En gros, s’aligner sur les alliés de l’OTAN, qui ont retenu Microsoft, serait une garantie à ce niveau là. Ajoutons à l’analyse de Levinvinteur que c’est retenir une définition d’interopérabilité qui n’est pas celle de la Commission et du Tribunal de l’UE. En 2004, le premier avait, condamné Microsoft à lui verser 899 millions d’euros pour abus de position dominante. En 2012, le second publiait un communiqué de presse intitulé : « confirmé la décision de la Commission imposant une astreinte pour ne pas avoir permis à ses concurrents d’accéder aux informations relatives à l’interopérabilité à des conditions raisonnables. » CQFD.

Levinvinteur fait valoir d’autres arguments, par exemple le fait que l’adoption de logiciel propriétaire est contraire à une circulaire de 2012 du premier ministre, J-M Ayrault.

Ministres de la défense :

Présidence Sarkozy / Gouvernements Fillon

7 mai 2002 – 15 mai 2007 - Michèle Alliot-Marie
18 mai 2007 – 13 novembre 2010 - Hervé Morin
14 novembre 2010 – 27 février 2011 - Alain Juppé
27 février 2011 – 10 mai 2012 - Gérard Longuet

Présidence Hollande / Gouvernements Ayrault, Valls

16 mai 2012 – - Jean-Yves Le Drian

 

Documents joints à cet article

#Franceleaks : « L'armée accro à Microsoft », Libération l'aurait oublié ? #Franceleaks : « L'armée accro à Microsoft », Libération l'aurait oublié ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 1er juillet 2015 10:26

    bof..les « Rétros commissions » ont du remplir quelques poches de notables-véreux bien Français...C’est une habitude en France de prendre le peuple pour des cons..(ils adorent ça..)


    • Le p’tit Charles 1er juillet 2015 16:18

      @gros macho....Le ’Bonneteau ’ c’est pas un jeu d’arnaqueur.. ?


    • leypanou 1er juillet 2015 12:57

      C’est tout de même presque indécent de voir Médiapart et Libération se vanter de « profiter » des révélations de Wikileaks car comme médias qui cherchent à pourfendre l’ordre économico-social ambiant, on peut trouver mieux.

      Et puis diriger un pays et ne voir que le côté financier des choses avec cette remarque : « a montré que les logiciels libres n’offraient pas de gain financier notable » est tout de même bizarre.

      Mais bon, combien de ceux qui se disent gaullistes ont trouvé à dire sur le glissement atlantiste de la France depuis plusieurs années déjà ?


      • straine straine 1er juillet 2015 13:42

        @ l’Auteur citation :
        "Doit-on comprendre que, d’un côté, remplit le tiroir caisse en surfant sur la vague d’indignation suscitée par Franceleaks. Et de l’autre, cherche à éviter à tout prix un crime de lèse majesté envers la classe au pouvoir ? Libération perçoit de grosses subventions, ils ne sont pas tout à fait libre... "
         :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

        #Franceleaks : diplomatie, Microsoft 30 juin 14:17
        #Franceleaks : diplomatie, Microsoft 1er juillet 01:05
        # Franceleaks : diplomatie, Microsoft 1er juillet 01:40
        #Franceleaks : diplomatie, Microsoft 1er juillet 10:32

        Pour résumer, les médias de masses obéissent complaisamment à un pouvoir financier et, à nos élus qui doivent leur place à ce même pouvoir financier !
        La boucle est boucler ..... Pourquoi chercher des réponses rationnelles ? ... à la base les règles sont faussées !!!


        • Bonneteau 1er juillet 2015 13:57

          @straine « Pour résumer, les médias de masses obéissent complaisamment à un pouvoir financier et, à nos élus qui doivent leur place à ce même pouvoir financier ! » Libé fait très fort en se faisant passer pour le porte-drapeau du journalisme d’investigation...


        • straine straine 1er juillet 2015 14:19

          @Bonneteau
          La couche de maquillage est proportionnelle à l’avancement de la putréfaction, en ce qui concerne libé je préconiserai un clonage issu de cellule saine ; Aucun maquillage n’est susceptible de tromper qui que ce soit ...


        • Ruut Ruut 1er juillet 2015 15:12

          La corruption est vraiment énorme en France.


          • Bonneteau 1er juillet 2015 15:33

            @Ruut vous ne croyez pas si bien dire. La France est classée 26è dans le monde, entre l’Estonie et le Quatar, 15è au sein de l’UE, entre l’Estonie et la Chypre, d’après cette source : https://www.transparency.org/cpi2014/results


          • Enabomber Enabomber 2 juillet 2015 12:41

             Cocorico !


          • Bonneteau 2 juillet 2015 19:10

            Un ancien conseiller de Microsoft juge la Commission Nationale des Libertés (CNIL) naïve vis à vis des géants américains de l’internet.

            ...rapport remis au parlement européen par l’expert Caspar Bowden, ancien conseiller de Microsoft, au sujet des effets des programmes de surveillance américains de la NSA sur les droits fondamentaux des citoyens européens. Le rapport critiquait durement la naïveté des autorités européennes, qui n’auraient pris la mesure des risques juridiques liés au stockage de données par les géants du cloud américain, et qui ont cru pouvoir neutraliser ces risques par le truchement de clauses contractuelles dites « BCR » (« Binding Corporate Rules », ou "Règles d’entreprises contraignantes"), qui n’engagent que ceux qui y croient.

            http://www.numerama.com/magazine/27651-nsa-prism-caspar-bowden-juge-la-cnil-accro-a-une-illusion.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter


          • Langlemort 26 décembre 2015 16:54

            EN 2016, LE MINDEF ITALIEN PASSERA AU LOGICIEL LIBRE !

            Le 16 septembre 2015, le ministère de la défense italien a annoncé la migration des 150 000 ordinateurs de bureau de l’ensemble de son ministère vers la suite LibreOffice, suite à un accord signé avec l’association LibreItalia qui se propose aussi d’organiser des actions de formation en direction des personnels. L’April se réjouit de cette adoption, en cohérence avec la décision de 2012 de l’Italie de donner la priorité au logiciel libre. Elle démontre également que le tout Microsoft, défendu par le ministère de la Défense français dans le cadre du contrat Open Bar, n’est pas une fatalité.

            https://www.april.org/le-ministere-de-la-defense-italien-passe-libreoffice


          • Langlemort 26 décembre 2015 17:00

            EN 2016, MICROSOFT AURA ÉTENDU SON EMPIRE À L’ÉDUCATION NATIONALE

            13 millions ! C’est ce que va débourser Microsoft pour le plan numérique du gouvernement ! En échange de cette somme insignifiante pour la multinationale, l’Éducation Nationale va lui ouvrir toutes grandes les portes des établissements scolaires. Au menu : mise en place du « cloud » Microsoft, formations « gratuites » pour les enseignants, « charte de confiance » (sic !), mise à disposition de la suite bureautique de Microsoft etc.

            https://blogs.mediapart.fr/ilian-amar/blog/081215/leducation-nationale-vend-nos-enfants-microsoft-pour-13-millions


          • Langlemort 26 décembre 2015 17:10

            2009, L’ARMÉE PARALYSÉE PAR UN VIRUS AYANT INFECTÉ SON SERVEUR INFORMATIQUE FONCTIONNANT « GRÂCE » À WINDOWS

            « Depuis deux semaines, les réseaux informatiques du ministère de la Défense sont infectés par un virus qui a immobilisé certains systèmes d’armes », comme les Rafale de la Marine, assure IntelligenceOnline. Cette crise « d’ampleur » pose de « sérieuses questions sur la sécurité des réseaux militaires français », affirme la lettre confidentielle [...] « A ce jour, l’état-major et le ministère de la défense ne savent pas combien d’ordinateurs et de systèmes d’informations militaires sont susceptibles d’avoir été contaminés par le virus Conflicker » - un ver informatique qui exploite une faille du service « serveur » de Windows pour se dupliquer.

            http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2009/02/05/les-armes-attaq/


          • Langlemort 26 décembre 2015 17:28

            PASSÉ INAPERÇU DANS LES MÉDIAS : BEAUCOUP DE BOIS MORT DANS LA HIÉRARCHIE MILITAIRE, DÉNONCENT DE JEUNES OFFICIERS

            Aujourd’hui, trop d’officiers sont toujours recrutés, alors que, déjà, des centaines de colonels n’ont pas de commandement. Pour les occuper avant leur retraite (où ils partiront travailler dans le secteur privé, après que leur sera versée une juteuse prime de départ), ces officiers supérieurs sont remisés à des postes administratifs qui deviennent autant d’obstacles bureaucratiques à l’efficacité opérationnelle.

            http://www.francetvinfo.fr/france/nous-jeunes-officiers-sommes-inquiets-des-gaspillages-et-des-coupes-budgetaires-commis-au-detriment-de-la-capacite-operationnelle_274895.html

            @Ruut


          • Langlemort 26 décembre 2015 18:10

            QUAND MICROSOFT SERVAIT DE CHEVAL DE TROIE À LA NSA

            The documents show that :

            Microsoft helped the NSA to circumvent its encryption to address concerns that the agency would be unable to intercept web chats on the new Outlook.com portal ;

            The agency already had pre-encryption stage access to email on Outlook.com, including Hotmail ;

            The company worked with the FBI this year to allow the NSA easier access via Prism to its cloud storage service SkyDrive, which now has more than 250 million users worldwide ;

            Microsoft also worked with the FBI’s Data Intercept Unit to « understand » potential issues with a feature in Outlook.com that allows users to create email aliases ;

            In July last year, nine months after Microsoft bought Skype, the NSA boasted that a new capability had tripled the amount of Skype video calls being collected through Prism ;

            Material collected through Prism is routinely shared with the FBI and CIA, with one NSA document describing the program as a « team sport ».

            http://www.theguardian.com/world/2013/jul/11/microsoft-nsa-collaboration-user-data


          • jako jako 19 juillet 2015 19:52

            Amusant, cela marche parce qu’ils ont à faire avec des imbéciles, j’ai un cas précis ou IBM voulait à tout prix obtenir un marché et affirmait que leur système AIX ( comprenez Unix) ne pouvait communiquer avec un système BSD Unix 4.3..... à mourir de rire pourtant cela passe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Langlemort


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès