Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gandhi et la « non-coopération ». Valable en 2011 ?

Gandhi et la « non-coopération ». Valable en 2011 ?

Ramer ou ne plus ramer, that is the question ?
_ Economie 2011, Démocratie 2011 : y collaborer ou ne plus y collaborer ?

France : bilan économique 2011
_ Aucun budget à l'équilibre depuis 30 ans.
_ Le bilan de chaque année est une perte.
_ Le bilan de chaque jour est une perte.
_ Le bilan de chaque jour est une destruction globale de valeur, compensée par la souscription d'une nouvelle dette, ie une perte d'indépendance et d'autonomie.
_ Un organisme qui fonctionne ainsi est non-autonome et non-pérenne. La taille ne fait rien au destin de l'affaire, elle ne fait que le différer.
_ C'est une galère pilotée dans une mauvaise direction depuis 30 ans et
qui conduit ses passagers, et les enfants de ses passagers, au naufrage.

France : Bilan démocratique 2011
_ Au diapason du bilan économique.
_ De la démocratie nous sommes d'abord passés à la démocratie représentative, où une caste d'individus, les élus, s'occupe, pour la population, des intérêts de la population. C'est ni plus ni moins qu'une forme de tutelle.
Une tutelle justifiée pour 1000 bonnes raisons : les lois sont désormais trop compliquées, le peuple est trop populaire, trop populiste, etc, etc.
_ Et puis, la caste des élus s'est professionnalisée (pour mieux servir le peuple bien sûr).
_ Et puis, la caste des élus s'est dit que pour mieux faire son travail, il convenait d'être bien entourée. Et d'embaucher un maximum de personnel, directement ou indirectement. Un personnel, aujourd'hui une armée, qui sait être reconnaissante le moment venu.
_ Et puis, la caste des élus s'est dit que d'être aimée du peuple, c'était ma foi bien sympathique. Et d'organiser la distribution d'allocations innombrables à une population qui sait aussi être reconnaissante le moment venu. Ah, qu'il est doux le métier de teneur de louche !
_ Et puis, avec le bipartisme de facto, la caste des élus a compris que l'essentiel pour être élu était d'abord d'appartenir à l'un des 2 partis et d'y être désigné candidat.
_ Et puis, la caste des élus s'est auto-votée tellement d'avantages que cela lui a permis de complètement se déconnecter des problèmes sordides de la population d'en bas. Le député qui se promène parmi ses électeurs a rigoureusement autant de compréhension pour eux, que vous en avez pour les animaux du zoo où vous vous promenez avec vos cacahuètes.
_ Et puis la caste des élus s'est dit que la bagarre avec le camp d'en face, c'était bien joli pour amuser la population les soirs d'élections, mais que en pratique, si l'élu du jour veut bien embaucher le perdant du jour, et si le perdant du jour veut bien rendre la pareille le moment venu ... et bien il n'y aurait plus jamais de jour de disette dans la famille.



Bref, de glissement gentillet en glissement gentillet, nous voilà désormais rendu avec une classe politique oligarchique, qui ne s'occupe fondamentalement plus que de ses propres intérêts, des intérêts de ses proches et interlocuteurs effectifs et quotidiens (oligopoles et corporatismes).
_ Le principal travail (et le vrai métier) de l'oligarchie aujourd'hui est désormais de dissimuler par tous les moyens possibles la réalité de la situation ci-dessus à la population.

_ Et la population dans tout ça ? Au fait, que devient-t-elle ?

Il y a ceux qui partent ... bon gré, mal gré.
_ Une frange notable de la population saute chaque année par-dessus bord de la galère France, destination l'étranger. C'est une hémorragie cachée, absolument pas médiatisée, mais dont l'impact est significatif car ce ne sont tout simplement pas les plus mauvais qui s'en vont.
_ Une autre part de la population quitte la galère en se suicidant. Tout simplement. (En moyenne 1 à 2 agriculteurs se suicident chaque jour). Là aussi, le traitement médiatique est inversement proportionnel à l'ampleur du phénomène. Il y a plus de décès par suicide que par accident de la route ... lesquels occupent le journal de 20h00 ?

Il y a ceux qui restent ... pour 1000 raisons.
_ Parmi ceux qui restent, une part significative tente de réduire ou a déjà réduit sa participation à l'entreprise collective "France", ou du moins ce qui cherche à s'afficher comme la France "officielle".
_ Ces formes de résistance sont très diverses (voire se croient opposées) et s'appellent travail au noir, "économie souterraine", troc, décroissance, etc. Elles sont soit stigmatisées par l'oligarchie ou alors tout simplement ignorées.
_ De même que l'état oligarque refuse depuis 30 ans de comptabiliser les votes blans (quoi ! des électeurs qui ne veulent ni des oligarques de l'UMP ni de ceux du PS !), l'état préfère faire semblant de ne pas voir cette opposition et ces refuzniks.

_ Et puis, mélange de nécessité, de résignation, de déni, une bonne partie de la population continue de ramer obstinément, et même de plus en plus fort (parfois jusqu'à la rupture). La tête dans le guidon, ils jouent fidèlement leur rôle, ils veulent ou doivent continuer à croire à la pièce de théâtre dont ils sont les acteurs ...

_ En 1919, Gandhi, en désaccord avec le système imposé par les britanniques à son pays recommandait à ses concitoyens indiens
la "non-coopération", le boycott de certains produits et l'indépendance individuelle.
_ Cette démarche était (et reste) parfaitement cohérente et logique.
Lorsqu'on est conscient que le système dans lequel on se trouve est malsain et nous emmène à la ruine, comment peut-on continuer à y coopérer (au-delà du strict nécessaire) ?

_ L'inconscience semble la seule excuse valable.
_ Et il est vrai que l'inconscience du monde réel est plus qu'encouragée par l'oligarchie en place. Subventions, allocations (à crédit !), pipolisation, abrutissement télévisuel, spectacles sportifs, alibi du terrorisme, amplification des faits divers, tout est bon pour tuer l'indépendance et laisser au citoyen le moins de temps de réflexion autonome possible.

Avec d'autres, je forme le voeu que l'internet soit l'un des instruments de reconquête de la conscience individuelle.
_ L'oligarchie (française et internationale) ne s'y est d'ailleurs pas trompée, puisque les offensives contre l'internet libre sont désormais incessantes.
En France, l'ignoble hadopi va venir déverser sa "pureté" (qui fleure tant le pétainisme) sur les hordes d'internautes terroristes pédophiles nazis corbeaux que nous sommes.
_ Certains croient ou espèrent que la transition entre notre "démocratie" représentative/délégative agonisante et une réelle démocratie directe "à la Suisse" (ou démocratie 2.0) se fera inéluctablement et tranquillement.
Peut-être ont-ils raison ... mais j'en doute.
L'oligarchie au pouvoir, sans aucune distinction de droite ou gauche, sait qu'il y va de sa survie. Le combat sera masqué, déguisé (les PURs contre les méchants), mais il n'en sera pas moins féroce. Ces gens-là ont déjà fait beaucoup (regardez ce qu'il reste de la presse papier !) et continueront de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éteindre toute prise de conscience de masse.
_ La mise au pas de l'internet ("régulé", "civilisé", le masque importe peu) est vitale pour cette caste. Et, a contrario, il va falloir lutter pour s'y opposer et pour un internet libre.

C'est l'occasion d'un voeu (pieu).
_ Que tous ceux qui trouvent naturel de se battre pour un internet libre ne s'arrêtent par pitié pas juste à l'internet.
_ La liberté, ce n'est pas quelque chose de bon sur la toile ... mais mauvais pour l'économie. Il n'y a pas une bonne liberté ici, et une mauvaise liberté là.
_ Si la liberté est bonne pour internet, alors elle est aussi bonne pour l'économie.
_ Si vous pensez qu'un internet "régulé" est une mauvaise chose, alors, par pitié, soyez cohérent et refusez aussi une économie "régulée".
_ Il n'y a pas une régulation qui serait bonne dans le cadre économique et une régulation qui serait mauvaise sur internet. Les 2 régulations ont rigoureusement les mêmes effets : verrouillage en faveur des oligopoles (publics et privés) en place et installation d'une caste professionnelle de régulateurs (les teneurs de louches) corrompus ou travaillant à leur propre compte ... comme c'est tristement le cas dans la plupart des économies occidentales aujourd'hui. Avec les douloureux effets que nous sommes en train de constater maintenant que les perfusions de la dette commencent à se faire difficiles.

PS : non-coopérer n'implique pas le retour au rouet ! Mais non-coopérer implique de réfléchir soigneusement (prendre le temps) à la part que nous apportons au système. Si nous pensons que le système en place est malsain, alors il faut minimiser autant que possible notre apport à ce système.
_ Dans le cas contraire, ce n'est pas la peine de protester verbalement contre un système auquel nous continuons à coopérer concrètement quotidiennement. C'est hypocrite et complètement incohérent.

Un petit lien pour la route :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohandas_Karamchand_Gandhi

Article initialement publié sur La Route de la Fourmilière : http://rdlf.fr/5304


Les réactions les plus appréciées

  • Vladivostok 1919 (---.---.---.57) 25 juillet 2011 11:32
    Vladivostok 1919

    Les anglais furent forcés de discuter avec Ghandi uniquement parceque des courants plus violents menacaient leur emprise sur l’Inde.

    En Inde, Bhagat Singh qui abandonnat la non-violence tres vite est presque aussi connu que Gandhi. Au moment de son proces en 1930, qui abouti a sa condamnation a mort, sa popularite etait aussi grande que celle de Ghandi.
    Aujourd’hui en occident, personne ne connait ce nom

    La non-violence de Ghandi n’a pas, a elle seule, vaincu l’empire Britanique.
    C’est une legende bien pratique pour inciter tous les activistes a se laisser matraquer, et a croire qu’un sitting en face des bureaux des grands puissant, ou une petition seront a meme de changer les choses.

  • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 12:03
    Vincent Andrès

    Je n’ai voulu inciter personne à se laisser matraquer, ni à se contenter d’un sitting (je trouve le mouvement « indignés » assez ridicule) ou de pétitions qui donnent bonne conscience à peu de frais (même si c’est un 1° geste).
    Mon billet veut précisément inciter à aller un cran plus loin que ces comportements un peu passifs et souvent de facto hypocrites.
    Il est temps 1/ de cesser d’alimenter le système ou du moins d’y réduire notre contribution/participation autant que possible, 2/ d’assumer ouvertement cette position de non-coopération.
    Voilà qui aurait déjà un impact tout à fait considérable, mais qui est en fait assez difficile à réaliser.

    L’inverse, qui consiste à protester continument contre un système, tout en continuons à y coopérer concrètement quotidiennement est à la fois extrêmement hypocrite et totalement contre-productif vis-à-vis des « protestations » affichées. C’est, littéralement, du sado-masochisme.

    Mais bon, cela demande aussi de s’interroger finement sur ce qu’est la « coopération » avec le système. ... Pas si facile !

  • illuminato (---.---.---.8) 25 juillet 2011 15:29

    Ce systeme vit,se nourrit , de notre consommation ,le levier de notre siecle n’est pas la non violence ,mais la Non consommation .la greve de la consommation ciblée et durable ,pour finir d’enrayer la machine qui nous écrase ;voila la, solution .

  • paul (---.---.---.146) 25 juillet 2011 15:27

    D’accord sur trois points de l’article : comptabiliser les votes blancs , défendre la liberté d’internet et favoriser le multipartisme .
    D’autres points sont très contestables :
     - la démocratie représentative avec une«  caste » d’élus : aujourd’hui, nous sommes plutôt en démocrature, c’est vrai, avec un pouvoir confisqué par une oligarchie , appuyée par ses médias .
    Ce n’est pas pour autant qu’il faut rejeter tout système représentatif s’ il n’est pas comme la démocratie directe d’ Athènes au VI ème siècle avant JC : il faut le refonder dans le cadre d’une 6 ème république, permettant par exemple le référendum sur les questions essentielles (nucléaire, questions de Défense ..)

     - « des élus qui embauchent un maximum de personnel et qui organisent la distribution d’allocations innombrables » : c’est généraliser trop vite certains abus parce qu’aujourd’hui la réduction drastique de tous les budgets - communes,régions départements - ne permet pas
    d’assurer correctement des dépense sociales indispensables .Beaucoup d’associations n’ont plus les moyens de vivre, des manifestations culturelles sont supprimées, le personnel territorial est souvent en sous effectif avec la suppression d’un fonctionnaire sur deux .Rassurez vous c’est bientôt comme en Grèce ici aussi .

    « je trouve le mouvement des indignés assez ridicule » .Ah bon ,on fait mieux en France et
    vous proposez quoi concrètement à part la « non coopération » ? l’autogestion, l’autarcie ?
    L’oligarchie a de beaux jours devant elle avec ce programme .


Réagissez à l'article

73 réactions à cet article

  • Vladivostok 1919 (---.---.---.57) 25 juillet 2011 11:32
    Vladivostok 1919

    Les anglais furent forcés de discuter avec Ghandi uniquement parceque des courants plus violents menacaient leur emprise sur l’Inde.

    En Inde, Bhagat Singh qui abandonnat la non-violence tres vite est presque aussi connu que Gandhi. Au moment de son proces en 1930, qui abouti a sa condamnation a mort, sa popularite etait aussi grande que celle de Ghandi.
    Aujourd’hui en occident, personne ne connait ce nom

    La non-violence de Ghandi n’a pas, a elle seule, vaincu l’empire Britanique.
    C’est une legende bien pratique pour inciter tous les activistes a se laisser matraquer, et a croire qu’un sitting en face des bureaux des grands puissant, ou une petition seront a meme de changer les choses.

    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 12:03
      Vincent Andrès

      Je n’ai voulu inciter personne à se laisser matraquer, ni à se contenter d’un sitting (je trouve le mouvement « indignés » assez ridicule) ou de pétitions qui donnent bonne conscience à peu de frais (même si c’est un 1° geste).
      Mon billet veut précisément inciter à aller un cran plus loin que ces comportements un peu passifs et souvent de facto hypocrites.
      Il est temps 1/ de cesser d’alimenter le système ou du moins d’y réduire notre contribution/participation autant que possible, 2/ d’assumer ouvertement cette position de non-coopération.
      Voilà qui aurait déjà un impact tout à fait considérable, mais qui est en fait assez difficile à réaliser.

      L’inverse, qui consiste à protester continument contre un système, tout en continuons à y coopérer concrètement quotidiennement est à la fois extrêmement hypocrite et totalement contre-productif vis-à-vis des « protestations » affichées. C’est, littéralement, du sado-masochisme.

      Mais bon, cela demande aussi de s’interroger finement sur ce qu’est la « coopération » avec le système. ... Pas si facile !

    • Kalki (---.---.---.180) 25 juillet 2011 16:31
      Kalki

      A l’auteur : il faudra bien faire une allocation universelle à un moment, sinon pas d’économie ; vous avez beau sautiller sur place, il faut un minimum de flux

      et petit dialecticien du dimanche, la dette c’est des conneries. ah bon ?

      et la mort de millard de personne, c’est des conneries aussi ?

      au choix, ca dépend de qui ?
      vous croyez vous en sortir ?

    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 17:09
      Vincent Andrès

      Gandhi pronait (entre autres) l’autonomie individuelle (d’où le fameux rouet pour tisser ses propres habits).
      L’allocation universelle ... c’est l’exact opposé, le parasitisme universel.
      Et d’où sortirait-t-elle cette miraculeuse « allocation universelle » ?
      1/ ou bien vous êtes capable de vous la pondre vous-même ... et alors qu’elle est l’utilité ?
      (a moins que vous ayez besoin de quelqu’un pour faire passer vos sous de votre poche droite à votre poche gauche ?)
      2/ ou bien vous n’êtes pas capable de vous la pondre vous-même ... donc vous la prenez à d’autres (vos congénères « plus riches », vos enfants via la dette, ...), dans tous les cas, c’est par la contrainte, ... et c’est sans moi.

    • Laratapinhata (---.---.---.206) 25 juillet 2011 18:28

      Ni moi, ni mes enfants....

    • quid damned (---.---.---.238) 25 juillet 2011 20:26
      quid damned

      @ Vincent Andrès.
      D’autant plus difficile qu’il faut parfois se réfrèner dans sa démarche pour ne point blesser ou outrager des proches qui n’ont parfois pas conscience de l’étendue du desastre, ce qui risquerait de les braquer et être contre-productif. Tact ou hypochrisie, question de dosage ou de jugement de valeur. Je veux bien passer pour un hypochrite ou un schizo mais à mon échelle je fais ce que je peux. Ces élites me donnent la nausée.

      merci pour l’article.

    • Attilax (---.---.---.85) 31 juillet 2011 00:30
      Attilax

      Yes ! Totalement d’accord. Ces « gens » ne respectent qu’une chose : une force plus forte que la leur, et ce n’est pas en faisant des campements sur des places, aussi populaires soient elles, que ça changera quoi que ce soit. La seule chose qui les fera reculer est s’ils ont plus à perdre qu’à gagner. Ce ne sont pas des hommes, ce sont des calculettes.

  • Lisa SION 2 (---.---.---.43) 25 juillet 2011 13:58
    Lisa SION 2

    Bonjour,

    « Certains croient ou espèrent que la transition entre notre »démocratie" représentative/délégative agonisante et une réelle démocratie directe "à la Suisse" (ou démocratie 2.0) se fera inéluctablement et tranquillement. « j’en suis avec 53 % des lecteurs de ce site http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/votez-pour-l-ineluctable-vote-69391

     » Peut-être ont-ils raison ... mais j’en doute. Si vous pensez qu’un internet « régulé » est une mauvaise chose, alors, par pitié, soyez cohérent et refusez aussi une économie « régulée ». « L’internet régulé n’a de sens qu si c’est l’internaute qui le régule en envoyant les adresses douteuses à une adresse police modération. pour cela, il n’y a même pas besoin parfois de les visiter.

    Power to the people, simplement, c’est tout ce que demande le peuple. Évidemment il en coûte gros à ceux qui pensaient qu’ils allaient éternellement couper les parts du gâteau et les distribuer. La règle du » tu partages je choisis " favorise l’égalité.

    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 21:38
      Vincent Andrès

      Merci pour le lien avec votre article, très intéressant.
      Sur le fond, je pense que nous disposons maintenant de tout l’outillage technique pour la démocratie directe ... mais évidemment il ne faut pas compter sur notre caste dirigeante / intermédiaire / représentative /déléguée pour pousser à la roue !
      Aider à la démocratie directe, c’est aider à supprimer les intermédiaires ... autant dire un véritable suicide pour eux ... il va falloir beaucoup les aider.
      Je ne suis ni optimiste, ni pessimiste ... mais je suis sûr que cela ne se fera pas tout seul.
      L’effondrement du système est probablement une opportunité ... il faut la saisir.
      Bravo pour vos efforts de réflexions techniques.

  • alberto (---.---.---.111) 25 juillet 2011 14:02
    alberto

    Merci Vincent Andrès :

    A lire ton article, on se sent moins seul !

    Qu’on les appellent, comme toi, refuzniks ou indignados ailleurs ça converge vers les mêmes sentiments...

    Sommes nous de plus en plus nombreux à pensez ainsi ?

    Voir aussi .

    Bien à toi.

    • gaijin (---.---.---.249) 25 juillet 2011 14:36
      gaijin

      pas forcément le travail au noir mais la circulation de l’argent en liquide qui elle est légale
      et aussi la façon de dépenser

  • Fugu (---.---.---.45) 25 juillet 2011 14:12
    Fugu

    MERCI,
    Vous avez trouvé les mots exacts pour résumer ce que je pense de notre situation(ce que beaucoup de nous pensons de la situation). Tout y est ! je vais garder votre texte et m’y référer à l’occasion. GANDHI, bien sûr...
    Merci encore pour votre implication.

  • gaijin (---.---.---.249) 25 juillet 2011 14:34
    gaijin

    " _ L’inconscience semble la seule excuse valable."
    OUI ++++++

  • paul (---.---.---.146) 25 juillet 2011 15:27

    D’accord sur trois points de l’article : comptabiliser les votes blancs , défendre la liberté d’internet et favoriser le multipartisme .
    D’autres points sont très contestables :
     - la démocratie représentative avec une«  caste » d’élus : aujourd’hui, nous sommes plutôt en démocrature, c’est vrai, avec un pouvoir confisqué par une oligarchie , appuyée par ses médias .
    Ce n’est pas pour autant qu’il faut rejeter tout système représentatif s’ il n’est pas comme la démocratie directe d’ Athènes au VI ème siècle avant JC : il faut le refonder dans le cadre d’une 6 ème république, permettant par exemple le référendum sur les questions essentielles (nucléaire, questions de Défense ..)

     - « des élus qui embauchent un maximum de personnel et qui organisent la distribution d’allocations innombrables » : c’est généraliser trop vite certains abus parce qu’aujourd’hui la réduction drastique de tous les budgets - communes,régions départements - ne permet pas
    d’assurer correctement des dépense sociales indispensables .Beaucoup d’associations n’ont plus les moyens de vivre, des manifestations culturelles sont supprimées, le personnel territorial est souvent en sous effectif avec la suppression d’un fonctionnaire sur deux .Rassurez vous c’est bientôt comme en Grèce ici aussi .

    « je trouve le mouvement des indignés assez ridicule » .Ah bon ,on fait mieux en France et
    vous proposez quoi concrètement à part la « non coopération » ? l’autogestion, l’autarcie ?
    L’oligarchie a de beaux jours devant elle avec ce programme .

    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 16:41
      Vincent Andrès

      > Ce n’est pas pour autant qu’il faut rejeter tout système représentatif s’ il n’est pas comme la démocratie directe d’ Athènes au VI ème siècle avant JC : il faut le refonder dans le cadre d’une 6 ème république, permettant par exemple le référendum sur les questions essentielles (nucléaire, questions de Défense ..)

      ama, si, il faut rejeter le système représentatif actuel car 1/ il ne marche plus du tout (puisqu’il nous a ruiné financièrementet 2/ il attaque maintenant nos libertés (c’est déjà bien commencé).

      > assurer correctement des dépense sociales indispensables
      Les seules dépenses sociales éventuellement indispensables sont celles que nous pouvons impérativement financer avec de l’argent actuellement à notre disposition.
      Si vous voulez considérez que quoi que ce soit d’actuel mérite aujourd’hui d’être financé par nos descendants ... vous le ferez sans moi.
      Nos descendants auront aussi des problèmes, sociaux et autres, peut-être plus rudes que les nôtres. Je ne vois pas au nom de quoi les problèmes de ma génération mériteraient d’être résolus avec l’argent et la sueur des générations suivantes.

      > vous proposez quoi concrètement à part la « non coopération » ? l’autogestion, l’autarcie ?
      oui, plus d’autogestion, plus d’autonomie individuelle, plus d’autarcie.
      de la démocratie directe via internet,
      de l’opendata et de l’opengov.
      ... ça serait déjà pas mal.

    • Laratapinhata (---.---.---.70) 25 juillet 2011 17:31

      Oui, les indignés sont parfaitement ridicules... où sont les résultats de leur action ? Ils entretiennent une kermesse amusante, mais c’est tout...
      Si on veut mettre à mal le système , il faut taper où ça fait mal : la consommation des ménages qui plongent et c’est la panique... et la suite est à l’imagination de chacun... Pour torpiller un système faut aussi attaquer les symboles... mais bon là, j’en dis trop...

    • Dephros (---.---.---.31) 26 juillet 2011 00:19

      Je suis assez amusé des gens qui critiquent les Indignés. Vous croyez que les indignés sont la pour amuser la galerie ?


      Vous proposez de belles idées comme l’autogestion, l’autarcie, le renversement de la société de consommation... Et vous faites comment pour les mettre en oeuvre ? Un coup de baguette magique, et ça repart ? C’est marrant que vous disiez cela et ça se voit que vous ne savez pas vraiment ce que sont les Indignés, parce que justement ils travaillent sur chacun de ces sujets. Ils essaient d’aller voir les gens, de leur parler, d’éveiller les consciences. Mais, c’est vrai, que vous faites tellement plus de mal à la société de consommation derrière votre ordinateur en pronant la non coopération non active, l’autogestion non active, l’autarcie non active... Mais surtout tout cela via Internet ! Comme si notre vie n’était pas suffisamment virtuelle comme ça, vous voudriez, en plus virtualiser la démocratie. 

       Les indignés ont actuellement beaucoup de mal à rassembler, c’est vrai. Mais ils ont au moins le mérite d’essayer d’agir de manière concrète. Et quand les Indignés seront 1000, puis 2000, puis 3000, qu’est ce que vous direz ? « Ah bah oui la ils sont moins ridicules » Votre argument est au moins tout aussi absurde que les arguments des partisans du fameux « vote utile » (tant qu’on est pas surs on y va pas).

      En gros, vous voudriez renverser le système, mais surtout sans bouger, depuis votre confortable canapé. Alors surtout, restez bien à votre place, pour cette non coopération assise smiley

      Très bon article par aileurs smiley 
    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 26 juillet 2011 08:20
      Vincent Andrès

      > Mais, c’est vrai, que vous faites tellement plus de mal à la société de consommation derrière votre ordinateur en pronant la non coopération non active, l’autogestion non active, l’autarcie non active

      think global, act local. Dans mon modeste cas, je vis à la campagne et je pratique *activement* ce que je dis. (Hier après-midi, comme tous les jours, je m’occupais de mes arbres/boutures/potager/...)

      > ... Mais surtout tout cela via Internet !
      Ça m’économise en effet pas mal de timbres et de pigeons voyageurs.

      Je souhaite bonne chance aux indignés, mais comme votre message le souligne implicitement, ce sont, très largement, des urbains. (Des gens qui ont choisit d’accepter le parcage/urbanisation, l’un des piliers du système actuel).
      Et je présume que ce que vous appelez « être actif », c’est de se rassembler en groupe assis sur du bitume (par opposition au gars tout seul assis dans son canapé).

      Indépendamment du fait que j’use très peu mon canapé, tout ça ne correspond pas vraiment à mes propres définitions d’actif et de libre.
      ... désolé de froisser les zurbains.

  • illuminato (---.---.---.8) 25 juillet 2011 15:29

    Ce systeme vit,se nourrit , de notre consommation ,le levier de notre siecle n’est pas la non violence ,mais la Non consommation .la greve de la consommation ciblée et durable ,pour finir d’enrayer la machine qui nous écrase ;voila la, solution .

    • Vincent Andrès (---.---.---.132) 25 juillet 2011 16:29
      Vincent Andrès

      oui, oui ! par non-coopération j’entends bien non-consommation.
      Du moins non-« consommation aveugle » comme le veut la religion consumériste actuelle, parce que ne plus consommer du tout ... pas facile !
      Mais plus d’autonomie coté consommation, c’est évidemment un vrai plus individuel et un premier niveau indispensable avant de prétendre vouloir être plus global.
      Ceci dit, ce n’est certainement qu’un élément de solution. Nécessaire, mais pas suffisant.

      Un petit point d’entrée sur les réflexions de Buckminster-Fuller sur ce sujet :
      http://khi.fr/rdlf-v1/?p=560
      Voir surtout ses critiques de la spécialisation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès