Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Guerre au Mali : L’incroyable naïveté africaine et la diabolique ruse (...)

Guerre au Mali : L’incroyable naïveté africaine et la diabolique ruse française

Certains Maliens et Africains croient mordicus que c'est pour leurs beaux yeux que la France s'est décidée, enfin, à intervenir au Mali. Que nenni. D'ailleurs, urbi et orbi, elle (la France) s'appuie sur la fameuse « demande du président malien », ultime syncrétisme hypocrite et magistralement mené pour duper encore une fois les Africains. Ah, ces grands enfants ! Ces derniers ne se posant jamais la question du pourquoi maintenant, ils resteront toujours « derrière comme les fesses » comme le dirait l'autre. Pourquoi la France n'est pas intervenu tout de suite après la prise de la première ville nord-malienne par la vermine wahhabo-salafo-qatarie ? Où était la France quand les djihadistes détruisaient, à plusieurs reprises, d'anciens mausolées de saints musulmans tout en se livrant à des exactions multiples (lapidations, amputations). 

Et pourtant, dans la même logorrhée morbide et mortifère, la France avait trompé le monde entier pour une intervention en Libye à la... « demande des Libyens ». Comme toujours, pour éviter un massacre, alors que les troupes du frère Guide Mouammar Kadhafi avaient simplement demandé aux populations de Benghazi de désarmer. Une vérité véhiculée très minoritairement et que la presse « mainstream », faisant partie de l'opération nazi qui a tué plus de 80 000 Libyens, ne fait jamais état. Chacun sait comment la résolution onusienne 1973 adoptéé à dix voix sur quinze et autorisant le recours à la force contre le régime de Kadhafi avait été triturée... Passons. 

Aussi bizarre que ça puisse paraître, personne ne s'est posé la question de savoir pourquoi tout le monde avait laissé la situation pourrir au Mali. Aussi bizarre que ça puisse paraître, personne dans les instances onusiennes ne songeaient même à poursuivre juridiquement les affreux terroristes qui détruisaient en toute impunité les mausolées soufis, patrimoine mondial de l'UNESCO, et qui coupaient bras et pieds ou lapidaient les « déviants ». Aussi bizarre que ça puisse paraître, pourquoi personne ne met l'accent sur le largage de la France en Libye des armes de ces hommes, accusés avec la mauvaise foi habituelle d'avoir pillés l'arsenal de Mouammar Kadhafi ? Pourquoi le Qatar souhaite une médiation et la Libye, la Tunisie et l’Égypte ne veulent pas de cette intervention ? Cherchez l'erreur.

Mais, comme par hasard, subitement, les organisations non-gouvernementale (ONG) se réveillent et accusent déjà l'armée malienne d'exactions. Fichtre. Et pendant ce temps-là, la France, elle, mènerait une guerre chirurgicale à nulle autre pareille. Personne ne parle de la destruction de toutes les « essenceries » (pompes à essence)-comme le dirait Léopold-Sédar Senghor l'ex académicien-, et des bâtisses monumentales, soupçonnées d'être des refuges pour islamistes. C'est ainsi qu'on a appris que le palais de Mouammar Kadhafi a été détruit à Tombouctou. Qui peut vraiment croire à cette fable ? Pourquoi personne n'ose parler des Touaregs, de leurs revendications, de leurs aspirations légitimes ?

Et pendant ce temps-là, à New York, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon salue ce qu'il nomme l'intervention "courageuse" de la France au Mali. Néanmoins, il a aussi dit ses ses craintes concernant l'impact de l'opération sur les civils et les droits de l'homme. Diantre. Enfin. Mais, du côté africain, on s'appuie essentiellement sur une opération qui est utile, mise sur pied pour bouter hors des frontières maliennes les effroyables terroristes. Et bien sûr, tout le monde s'accorde à dire que l'opération est utile, qu'il faut par tous les moyens « détruire » dixit François Hollande himself, ces renégats pourtant alliés et idiots utiles de l'Occident.

Faisons simple. Alors que l'intervention française fait l'unanimité chez les nigauds, la France se battant au Mali officiellement contre le...TERRORISME (le soutenant en Syrie) mais, officieusement, pour protéger ses intérêts ou plus prosaïquement pour une symphonie à deux mesures, celle de Total le pétrolier, et de Areva l'extracteur d'uranium, les autorités françaises nous prennent pour des gobes-mouches. Sans cet uranium du Niger, nous vivrons, ici en France, avec des lampes tempêtes pour s'éclairer...Or, les Français, dans leur grande majorité sont convaincus que ce sont eux qui aident l'Afrique, dans cette configuration, le Niger, pays...pauvre. Comme le diraient mes amis Ivoiriens, "c'est ça qui est la vérité !". Le reste n'est que verbiage vaseux, mensonge, arnaque et propagande...

Allain Jules
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (78 votes)


Réagissez à l'article

74 réactions à cet article


  • Robert GIL ROBERT GIL 24 janvier 2013 11:47

    De l’Afghanistan à la Libye en passant par la Côte d’Ivoire, nos politiques continuent leur entreprise guerrière pour régenter des pays pauvres, piller leurs ressources et soutenir des gouvernements fantoches à leur solde. Les marchands d’armes se frottent les mains, comme Dassault-Lagardère et toutes sortes de trafiquants mafieux........

    voir : MENSONGES ET REALITES MALIENNES


    • Merci pour ce lien Robert Gil !




      • mortelune mortelune 24 janvier 2013 15:41

        Excellent ! 

        sur la même page il y a aussi la vidéo d’un algérien qui s’adresse à Hollande. Ca vaut aussi le coup d’oeil et ça va agacer les bobos français qui passent plus de temps à regarder la télé qu’à réfléchir.


      • lionel 24 janvier 2013 20:18

        Allain Jules, comme très souvent, je partage ton point de vue et je te remercie de faire le travail que tu fais. Sinon, pour les Tamacheks, c’est une histoire compliquée et je souhaite que le meilleur advienne, mais avec la mafia impériale aux commande de la machine folle du chaos constructif, c’est pas gagné. Sinon, Véolia a acquit les eaux fossiles au Nord Mali. On parle trop peu des réserves aquifères souterraines de la zone Saharienne mais dans le contexte de privatisation de l’eau, cette ressource devient très très juteuse. De plus en temps qu’agronome, je peux vous assurez que le Mali est dans la ligne de mire des fonds de pensions et des autocrates psychopathes du Golfe Persique. L’accaparement des terres pour la spéculation la plus rentable actuellement est un facteur moteur de déstabilisation, de création d’Etat défaillant et de mise en place de structure autoritaire pour baillonner les populations.


        Les Africains ne sont pas que « naïfs », ils sont beaucoup plus humains au sein de société traditionnelles qui n’avait pas la culture de mort psychopathique de l’Occident (regardez le scandale au Mali sur le soldat Français qui portait un masque de tête de mort). De plus plus prosaïquement, la réalité socio-économique du pays est intenable, les populations ont été ciblées par les institutions internationales qui ont étouffés le pays depuis le putsch à nature non fasciste (et qui avait pourtant un important soutien populaire (regardez, il n’y a pas eu de chaos, le sud du pays est resté relativement serein malgré la catastrophe). 

        La plupart d’entre nous sommes naïfs et crédules, par ignorance de la réalité de la psychopathie.

      • lionel 24 janvier 2013 22:22

        PS, Alain, il n’y a que ton titre qui n’est pas juste. La France n’est plus qu’un supplétif, un pion de l’empire et la ruse correspond à des objectifs géostratégiques d’empire.


      • BlackMatter 24 janvier 2013 23:40

        Ce qu’il faudrait, c’est qu’entre New York et Paris vous pensiez à vous cracher.


      • lionel 25 janvier 2013 07:28

        http://www.sott.net/article/257030-Six-key-takeaways-from-Hillary-Clintons-Benghazi-hearings


        On pourra remarquer que lors de son audition au sujet de l’assassinat de leur ambassadeur à Benghazi, la succube Hillary Clinton, ne peut pas s’empêcher de parler du Mali... A lire :

        « Nous sommes là pour une lutte. Mais cette lutte est nécessaire. Nous ne pouvonspas permettre que le Nord Mali ne devienne un refuge sure.

        CLINTON : We are in for a struggle. But it is a necessary struggle. We cannot permit northern Mali to become a safe haven. People say to me all the time, »Well, AQIM hasn’t attacked the United States." Well, before 9/11/2001, we hadn’t been attacked on our homeland since I guess the War of 1812 and Pearl Harbor. This is not only a terrorist syndicate, it is a criminal enterprise. So make no mistake about it, we’ve got to have a better strategy and I would hope we’d have not only a strategy that understands, you know, making it possible for these governments to defend themselves better, for people to understand and agree with us that these terrorists are not in any way representative of their values, but that we can bolster democracy and try to give these Arab revolutions a real chance to succeed.



      • morice morice 24 janvier 2013 11:49

        Ne manquait plus que celui-là, tiens , le Kadhafi-addict... 



        • morice morice 24 janvier 2013 11:50

          Mais, comme par hasard, subitement, les organisations non-gouvernementale (ONG) se réveillent et accusent déjà l’armée malienne d’exactions.


          L’armée française l’avait dénoncé avant...

          • morice morice 24 janvier 2013 11:54
            C’est ainsi qu’on a appris que le palais de Mouammar Kadhafi a été détruit à Tombouctou. Qui peut vraiment croire à cette fable ?


            http://www.europe1.fr/International/Tombouctou-le-palais-de-Kadhafi-detruit-1388953/


            • ecolittoral ecolittoral 24 janvier 2013 13:01

              Aussi bizarre que cela puisse paraître, il y en a encore qui croient que l’intervention au Mali n’est pas une demande de nos amis Africains.


              Aussi bizarre que cela puisse paraître, certains s’imaginent que ceux qui font la guerre le font sans intérêt...comme les bandits qui ravagent le nord Mali et prennent des otages en Algérie.

              Aussi bizarre que cela puisse paraître, les maliens en général et les Touaregs en particulier sont heureux d’avoir été libéré.

              Aussi bizarre que cela puisse paraître l’auteur de l’article n’a toujours pas compris que l’armée française n’est pas l’armée américaine(on bombarde, on tire dans le tas...).

              Aussi bizarre que cela puisse paraître, il ne semble pas savoir que nos « agents » sont en contact depuis des lustres avec le peuple Touareg...et les autres.

              Décidément, les Français qui dénigrent leur pays sur les plans politique, diplomatique, économique, militaire... sont toujours aussi nombreux.

              • Valas Valas 24 janvier 2013 15:03

                Aussi bizarre que cela puisse paraitre soit vous ne connaissez pas le terrain soit vous faites exprès de faire le démago pour votre propre intérêt ou celui de l’entreprise qui vous emploie...

                Aussi bizarre que cela puisse paraitre je confirme les propos de l’auteur car par expérience je connais parfaitement l’histoire ivoirienne du point de vue LOCAL et de plusieurs autres pays africain car je connais CE TERRAIN Et DONC la différence entre les versions médiatiques « occidentalisées » et les véritables versions ! Depuis des décennies le gouvernement français se moque de la santé des populations africaines du moment que les ressources stratégiques sont prises par les sociétés privées françaises qui décident de toute façon de se que doivent dire et faire les politicards, qu’ils soient français ou africains, dans un contexte d’échanges de bons procédés. pendant ce temps là, la population souffre de toute cette corruption !

                Ne dites pas n’importe quoi l’ecolito, ce qui se passe en Afrique devient extrêmement sensible !


              • lionel 24 janvier 2013 21:01

                Ah bon, l’armée Française ne bombarde pas ? L’armée Française a renversé le Président de la Côtes d’Ivoire en passant par des souterrains qui allaient de l’Ambassade de France à la présidence locale et cela pour y installer un haut faonctionnaire de lappauvrissement international par le biais de la finance et marié à une « Blanche » cotée en bourse à New York et qui sont amis intime des sarkozy Nagy Bocsa/Mallah. Les Français ont financés ça ! Combien de mort en Cotes d’Ivoire ? C’est sur les pires exactions ont été commisent par des « locaux » pour mieux asseoir un pouvoir totalitaire, celui des nouveau maîtres noirs des Africains, les homme en costumes cravates et lunettes noirs. ceux qui n’ont plus de familles en brousse, plus de villages, de solidarité. Ceux qui ont appris le management, l’International Business, aux USA, la contre insurrection, bien souvent dans le même pays. 


                L’armée Français a non seulement bombardée en Libye au point où presque toutes les infrastructures ont été détruites, mais des troupes payées par nos parents dont les retraites sont menacées, ont pour épauler (faire le boulot selon certaines sources) les Takfiristes incapable de prendre Tripoli à sa population légaliste. 

                En Syrie, nos troupes, au service de l’Empire des pervers, ont soutenus les Takfiro/martos sur le terrain.

                Il y a aussi dans l’armée Française, comme dans beaucoup de service de notre état soumis, des officiers dignes, ayant une base morale, des soldats qui en ont marre de ce que notre pays, leurs familles, sont conduit à la catastrophe alors qu’ils risquent leurs vies, non pour eux, mais pour les banquiers psychopathes qui nous oppriment et nous avilissent.

                Sortie de l’euro, de la dictature de l’UE et surtout de l’OTAN !

              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 24 janvier 2013 13:04

                Notre aptitude à ruiner l’indépendance d’un continent entier, juste pour notre indépendance énergétique égoïste sent le souffre. Le mobile sourd qui tend à faire reculer le terrorisme afin d’y installer un tourisme tout aussi nuisible mais ce sont les résistants à l’occident qui sont visés dans cette guerre dégueulasse, installant un paradis sur la ruine et le sang !


                • heliogabale heliogabale 24 janvier 2013 13:22

                  Vous savez, on fait la guerre pour défendre ses intérêts. Apparemment, les intérêts de La France ne sont pas les mêmes selon qu’on se trouve en Libye, en Syrie ou au Mali et selon que le président s’appelle Sarkozy ou Hollande.


                  • Valas Valas 24 janvier 2013 15:09

                    Nuance, cela concerne les intérêts de plusieurs entreprises françaises. Et leurs les gains ne retombent pas dans les caisses de l’état qui ne sont renflouées que par le contribuable travailleur n’ayant pas sa place dans les hautes sphères d’ailleurs non participatives concernant ces mêmes fonds !
                    L’intervention de l’armée par contre, c’est le contribuable français qui paye et c’est à sens unique !


                  • heliogabale heliogabale 24 janvier 2013 15:22

                    Parmi les principaux actionnaires d’Areva, on trouve :

                    le CEA (administration publique)
                    l’Etat
                    la caisse des dépôts et consignations
                    EDF

                    donc ça concerne la France...


                  • Valas Valas 24 janvier 2013 15:24

                    AREVA est privé
                    EDF est prvé
                    TOTAL est privé
                    etc...

                    Non ça ne tient pas votre argument


                  • SergeL SergeL 24 janvier 2013 15:53

                    @Valas (xxx.xxx.xxx.137) 24 janvier 15:24

                    votre commentaire est ridicule

                    Areva

                    1. Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives 68,88 %

                    2. État français 14,33 %

                    3. Kuwait Investment Authority 4,82 %

                    4. Caisse des dépôts et consignations 3,32 %

                    5. EDF 2,24 %

                    6. Total 0,95 %

                    7. Framépargne 0,23 %

                    8. Areva Auto contrôle 1,2 %

                    9. Public 4,04 %

                    EDF

                    SA à capitaux publics


                    TOTAL

                    Public à 60 %


                  • SergeL SergeL 24 janvier 2013 16:23
                    Des commandos français vont sécuriser les sites d’Areva au Niger

                    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/01/24/des-commandos-francais-vont-securiser-les-sites-d-areva-au-niger_1822261_3212.html


                    « les forces spéciales françaises vont sécuriser les mines d’uranium de l’entreprise Areva au Niger »


                  • Valas Valas 24 janvier 2013 16:52

                    Serge vous vous ridiculisez tout seul avec votre lien et vos chiffres provenant de Wikipedia...

                    Création Création 03 septembre 20011 Données clés Forme juridique Société anonyme à conseil de surveillance et directoire
                    État français (14,33 %)

                    C’est une société anonyme dont l’état français est actionnaire à 14,33%, c’est donc une SOCIÉTÉ PRIVÉE ! Vous désirez lancer une OPA ?
                    Laissez moi rire...

                    Et votre 2ème commentaire avec le lien sur l’article le confirme bien : « Les précédents gouvernements avaient écarté la solution d’envoyer des militaires pour sécuriser des sites d’entreprises privées. »

                    Alors vous jouez à quoi Serge ?




                  • SergeL SergeL 24 janvier 2013 18:31

                    La Somair à Arlit & la Cominak à Akouta sont des sociétés nigériennes filiales d’ Areva, la France envoie des troupes pour protéger ses intérêts.


                    Le CEA est une entreprise publique actionnaire d’ Areva à 69%, donc avec la CDC, EDF et l’ État Français, Areva est une SA avec 85% de capitaux publiques : qui nomme le PDG d’ Areva ?



                  • pierrot pierrot 24 janvier 2013 18:37

                    Non : AREVA, EDF, TOTAL sont des sociétés « de droit privé » mais à capital presque exclusivement d’Etat.


                  • pierrot pierrot 24 janvier 2013 18:40

                    Non : EDF n’est pas actionnaire d’AREVA, ce serait stupide qu’un client soit co-propriétaire de son fournisseur.


                  • lionel 24 janvier 2013 21:07

                    Nuance très importante, merci. 


                    - On socialise le coût des massacres (120000 morts, 150000 sont parfois évoqués pour la Libye).

                    - On privatise les bénéfices. (et là, on s’aperçoit de plus que les associés en affaires, finance le soit disant ennemi !!)

                    Cette re-colonisation est pire que la première, elle ne profite à aucune population et ce n’est même pas « notre » « indépendance » énergétique qui est en jeux, mais des profits sur un marché mondial.



                  • ulrich 24 janvier 2013 21:20

                    @ valas AREVA est detenu a 80% par le gouvernement français , EDF a 84,66% , voila pour votre information !



                  • JM 25 janvier 2013 08:22

                    Tellement privé, que, comme par hasard, c’est toujours l’Etat qui place ses points à leur tête, comme Proglio & co ! Mais bon, ils font tous parti des mêmes « clubs » :
                    http://dl.dropbox.com/u/55848072/Who%20is%20Who.xlsx


                  • JM 25 janvier 2013 08:23

                    points<->poins lol


                  • tonimarus45 24 janvier 2013 13:35

                    bonjour— a heliogabale—tout a fait hors sujet mais peut etre pourrez vous me renseigner ;;sur une tres vielle carte postale de ma region on parle « de fetes heliogabale » que signifie heliogabale ???merci de me renseigner si vous pouvez et mille excuses pour ce hors sujet


                    • heliogabale heliogabale 24 janvier 2013 15:24

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Heliogabale

                      et accessoirement un essai d’Antonin Artaud ! smiley


                    • lulupipistrelle 25 janvier 2013 00:12

                       Heliogabale est un empereur romain d’origine syrienne. 


                    • JC (Exether) 24 janvier 2013 14:02

                      Vous avez gagné un point Godwin !!
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin


                      • louphi 24 janvier 2013 14:11

                         Allain Jules

                        « Pourquoi personne n’ose parler des Touaregs, de leurs revendications, de leurs aspirations légitimes ? ».

                        Ce questionnement résume tout le paradoxe et fourvoiement de l’analyse de l’auteur sur l’intervention française au Mali malgré sa rage tout à fait justifiée contre l’impérialisme français en Afrique.

                        L’auteur affiche une méconnaissance très allègre des sources et manifestations historiques de l’impérialisme. L’auteur se trouve ainsi, sans doute malgré lui, dans la position-piège très inconfortable qui consiste à fustiger l’impérialisme judéo-chrétien occidental face à l’impérialisme judéo-mahométan oriental ou vice-versa. Or, les deux impérialismes ne sont que les deux faces, certes antagoniques, d’un même impérialisme à savoir l’impérialisme adamique, noachique ou abrahamique. Cette barbarie divinisée ne tire sa richesse sa fabuleuse richesse matérielle que du brigandage et sa puissance doctrinale que du racisme anti-nègre exprimé entre autre par la malédiction de Cham.

                        Ces remarques étant faites, Quelle solution pour les peuples d’éviter le piège consistant à soutenir un impérialisme face à un autre impérialisme ?

                        La seule solution pour les peuples, les peuples africains en particulier, comme au Mali, pour éviter d’être pris en tenaille par deux ou plusieurs impérialismes, c’est de s’organiser en partis politiques anti-impérialistes indépendants. La tactique militaire est celle de la transformation des guerres impérialistes en guerres populaires de libération nationale dans les colonies et pays dépendants, et en révolutions communistes de type bolchevique dans les métropoles impérialistes pour instaurer le socialisme par la dictature du prolétariat.

                        Les Tamashaqs ou Touaregs, ces conquistadors mahométans millénaires, autant que les impérialistes euro-américains, n’ont aucune légitimité en Afrique, au Mali en particulier.


                        • lionel 24 janvier 2013 21:24

                          Louphi,


                          Vos propos génocidaires (en avez vous pesé les conséquence dans la réalité ?) sont abjectes. Fondés sur un problème psychologique et une méconnaissance complète de la civilisation Tamachek.

                           Mais surtout, à l’évidence, vous manquez d’empathie pour des dizaines de milliers d’enfants, des mères, des pères, des vieux, qui ont fuit le Mali (pour surtout se réfugier au Burkina, chez les Mossis, les Bobos etc...) et qui sont dans l’exil, la misère et l’incertitude des lendemains (avec des gens comme vous, c’est la mort). Ces gens sont des familles d’éleveurs, beaucoup sont des Bellahs, des Tamachek noirs anciens esclave affranchis, berbérophone et pasteurs. 

                          Sachez que les Tamacheks Maliens sont Maliens et que le souhait des gens « normaux », est que la Paix revienne et que les souffrances cessent pour toutes les ethnies du Mali.




                        • louphi 25 janvier 2013 11:06

                          lionel 

                          « Vos propos génocidaires (en avez vous pesé les conséquence dans la réalité ? sont abjectes. Fondés sur un problème psychologique et une méconnaissance complète de la civilisation Tamachek. »

                          Les vrais génocidaires sont les Touaregs (Tamachaq ou Targui). Les petits historiens s’arrangent souvent à leur attribuer une origine sur place en Afrique du Nord, dans le désert du Sahara. C’est une escroquerie intellectuelle. Cette escroquerie sert à camoufler le génocide que les Touaregs, avec les arabes, ont perpétré à l’égard des peuples Noirs autochtones.

                          Les Touaregs en effet sont une branches des populations blanches, nomades barbares, originaires des pays européens du pourtour de la méditerranée ayant débarqué en Afrique du Nord par invasions successives à partir de 1300-1200 avant Jésus-Christ, attirées par les richesses des civilisations Noires d’Afrique du Nord.Jusqu’en 625 avant J-C, les Touaregs, comme les populations blanches nomades indo-européennes leurs compagnons aventuriers, étaient constamment refoulés d’Afrique du Nord par les peuples Noirs autochtones.

                          Ce n’est qu’après l’invasion de l’Egypte Noir des pharaons par les barbares indo-européens que les Touaregs, entre autres populations blanches invasives, que les Touaregs, à la faveur de l’invasion de l’Egypte pharaonique par leurs co-aventuriers indo-européens, prennent le dessus sur les autochtones noirs. Les populations noires autochtones, subissant des massacres, seront alors progressivement décimées, délogées, refoulées et pourchassées dans le Sahara. La plupart de ces populations noires seront réduits en esclavage par les Touaregs et les arabes. C’est ainsi que s’est formé le Maghreb berbéro-arabe.

                          A partir de ces conquêtes, les Touaregs (berbères) et leurs émules arabes instaurent un régime de pillage des civilisations noires qu’ils dépouillent et désossent avec avidité. Ils instaurent l’esclavage des Noirs en Afrique du Nord. Ce sont les Touaregs et les arabes qui ont introduit l’esclavage en Afrique, en particulier en Afrique du Nord. Ce sont eux qui ont commencé la vente des esclaves Noirs. Les Touaregs et les arabes ont initié et organisé la traite des esclaves noirs en direction de l’Europe. Ces esclaves Noirs étaient soit directement capturés par les Touaregs et les arabes pendant les razzias, soit fournis par les peuples noirs razziés en échange des dignitaires noirs qui avaient été capturés.

                          Les Touaregs, avec les arabes, sont les précurseurs des conquistadors espagnols qui, plus tard, procèderont à l’extermination des amérindiens. De nombreux écrits dépeignent cette épopée barbare et esclavagiste des Touaregs et des arabes en Afrique du Nord. Voici quelques extraits. Notre ami lionel  est un vulgaire mercenaire à la solde de « Touareg-Occitan », l’internationale des pirates et esclavagistes Touaregs.

                          « Pendant des siècles, les Touaregs ont pris des esclaves dans d’autres tribus du désert et se sont mariés avec des membres de celles-ci. » (Wikipédia).

                          « L´origine de l´esclavage chez les Touaregs réside en partie dans la très hierarchisée société Touarègue.

                          Akli, comme l´Abîd en Mauritanie, est le plus bas échellon de l´organisation sociale Touarègue. Les appartenances éthniques ont bien sûr joué un grand rôle dans cette organisation... ce sont les Noirs qui subirent ici la domination militaire des Arabes et des Berbères, délaissant leur culture pour adopter celle de leurs nouveaux conquérants.

                          Les Iklan étaient autrefois capturés au Soudan, puis ils vinrent ensuite de toutes origines... il semblerait qu´ils n´aient été devenus esclaves que parce qu´ils avaient la peau noire :la racine du mot Iklan semble en effet être dérivée de « Kl » qui signifie : « être Noir ». Les esclaves des Touaregs ont formé une lignée propre de descendants, et lorsqu´il devint difficile de livrer des guerres à outrance, les descendants des esclaves servaient les descendants de leurs maitres.

                          Les Iklan doivent une totale obéissance à leurs maitres, ils gardent les troupeaux, ils assurent les travaux ménagers, l´extraction, l´empaquetage, le chargement et le portage des quilles de sel sur les dromadaires des caravanes ...

                          Le statut de l´esclave est pour les occidentaux très difficile à transposer et à comprendre.

                          À l´image de l´esclave Noir-américain, l´Akli est théoriquement privé du droit fondamental de liberté. » (Esclavage chez les touaregs).

                          « Presque deux siècles après que les Anglais ont interdit la traite atlantique [le 2 mars 1807], il reste encore des esclaves dans certaines régions qui bordent le Sahara. Les choses ont cependant commencé à changer au Niger, un pays semi-désertique au cœur de l’Afrique de l’Ouest, où vient de se produire l’une des plus importantes libérations massives d’esclaves qu’on ait vues. 

                          Au moins 43 000 personnes seraient maintenues en esclavage au Niger, où cette pratique n’a été déclarée illégale qu’en mai 2004. Selon la nouvelle loi, les propriétaires d’esclaves, principalement des membres de tribus touarègues vivant dans les régions les moins peuplées de ce grand pays qu’est le Niger, peuvent être condamnés à des peines allant jusqu’à trente ans de prison. Cette loi a été sans grand effet jusqu’à présent. Mais un puissant chef touareg, Arrissal Ag Amdagh, a récemment décidé de libérer tous les esclaves vivant dans son campement, à Inatès, à la frontière du Mali, lors d’une cérémonie publique à laquelle ont assisté des représentants du gouvernement. Il s’agit du premier affranchissement d’esclaves en masse dans l’histoire du Niger, et les abolitionnistes espèrent bien qu’il servira d’exemple.

                          (www.courrierinternational.com/article/.../sept-mille-esclaves-affranch...).


                        • Gasty Gasty 25 janvier 2013 12:25

                          </i></b>


                        • Tristan Valmour 24 janvier 2013 14:39

                          Mon cher Jules

                          1.  Pourquoi la France n’est pas intervenue avant ? Malgré les multiples raisons que l’on peut trouver, je ne vais en citer qu’une seule : le capitaine Sanogo, n°2 du pouvoir, et connu des Maliens pour être un pilier de bar, croyait pouvoir faire face seul. Ainsi, ce soldat entraîné par les Américains a-t-il interdit toute intervention étrangère, d’où qu’elle vienne, y compris donc une intervention purement africaine. Las, l’armée malienne ne peut faire le poids seule, et il s’est résolu sur le tard à accepter l’intervention française. Cela, c’est ce qu’affirment les Maliens.

                          2.  Je pense que peu de personnes croient que la France intervient pour les beaux yeux de Chimène. On ne dirige pas un Etat uniquement avec de bons sentiments. Même s’il n’y avait aucun intérêt français à protéger au Mali, il y en aurait dans les pays voisins. Or, ces pays peuvent être à leur tour touchés par un Mali sous la coupe des terroristes. Et tu imagines le sort des Français de Bamako si la France n’était pas intervenue.

                          3.  La France a sans aucun doute des intérêts personnels à intervenir au Mali, mais en quoi cela est-il condamnable, si la population malienne recouvre sa liberté et ne vit plus sous la coupe des terroristes narcotrafiquants, voleurs et violeurs, coupeurs de mains. Cette engeance doit être réduite à néant. De toutes les façons, la population malienne n’est pas prête de voir la couleur des richesses que produit son pays, et ce n’est pas seulement la faute d’une exploitation occidentale. Les roitelets ont aussi un pouvoir de décision et savent bien manœuvrer. Ne me dis pas le contraire.

                          4.  Cite-moi un seul pays qui ne dispose de richesse naturelle à exploiter, pas forcément aujourd’hui d’ailleurs. On trouvera donc toujours une raison pour dénoncer ici des intérêts financiers ou stratégiques, là un exemple de néocolonialisme. Au final, si les populations peuvent être libérées des djihadistes, c’est toujours ça de gagné. Tu sais très bien que la mentalité africaine est résolument incompatible avec l’Islam radical.

                          5.  Moi aussi j’aurais préféré une intervention purement africaine, mais c’est impossible. Seule la RSA en a les moyens. Je crois que l’intervention française fait beaucoup de bien à l’image de France en Afrique, cela répare un peu les méfaits opérés par Sarkozy.

                          6.  J’ai toujours affirmé que l’Afrique est l’avenir, et que la France devrait davantage se tourner vers ce continent plutôt que perdre son temps avec l’Europe. A condition qu’elle redéfinisse un partenariat avec ses ex-colonies, en des termes plus équitables. Malgré les innombrables méfaits produits par la colonisation, la France a un rôle à jouer en Afrique, et un rôle positif. Parce qu’entre les Américains qui font tout venir de chez eux et vivent en vase clos, des Chinois qui construisent des bâtiments qui tombent en poussière au bout de 3 ans tout en n’employant pas de main d’œuvre africaine et exploitant sans vergogne les richesses locales, une colonie libanaise qui traite les Africains comme des sous-merdes, eh bien, l’attitude des Français d’aujourd’hui n’est en général pas si mal. On ne peut pas dire « pas de Français en Afrique », puisque ce serait aussi dire « pas d’Africain en France ». Les liens sont complexes, l’histoire certainement douloureuse, mais il y a aussi de bonnes choses, comme le fait que les Africains puissent aller étudier en France. Même si aujourd’hui il y a de bonnes écoles et des universités correctes au Sénégal ou au Cameroun, en attendant que la RCI se remette sur pied.

                          Bien à toi mon ami, et vive l’Afrique.


                          • louphi 24 janvier 2013 17:26

                            Tristan Valmour

                            « La France a sans aucun doute des intérêts personnels à intervenir au Mali, mais en quoi cela est-il condamnable, si la population malienne recouvre sa liberté et ne vit plus sous la coupe des terroristes narcotrafiquants, voleurs et violeurs, coupeurs de mains.

                            (...)

                            Je crois que l’intervention française fait beaucoup de bien à l’image de France en Afrique, cela répare un peu les méfaits opérés par Sarkozy.

                            (...)

                            J’ai toujours affirmé que l’Afrique est l’avenir, et que la France devrait davantage se tourner vers ce continent plutôt que perdre son temps avec l’Europe. (...) Parce qu’entre les Américains qui font tout venir de chez eux et vivent en vase clos, des Chinois qui construisent des bâtiments qui tombent en poussière au bout de 3 ans tout en n’employant pas de main d’œuvre africaine et exploitant sans vergogne les richesses locales, une colonie libanaise qui traite les Africains comme des sous-merdes, eh bien, l’attitude des Français d’aujourd’hui n’est en général pas si mal. On ne peut pas dire « pas de Français en Afrique », puisque ce serait aussi dire « pas d’Africain en France ». Les liens sont complexes, l’histoire certainement douloureuse, mais il y a aussi de bonnes choses, comme le fait que les Africains puissent aller étudier en France. Même si aujourd’hui il y a de bonnes écoles et des universités correctes au Sénégal ou au Cameroun, en attendant que la RCI se remette sur pied. »

                            Ce discours est l’actualisation de L’HYMNE A LA MARSEILLAISE, version Jules Ferry (1832-1893), carriériste politicien, l’un des grands khalifes de l’impérialisme français, dont quelques extraits de l’original sont reproduits ci-dessous.

                            « Est-ce que vous pouvez nier, est-ce que quelqu’un peut nier qu’il y a plus de justice, plus d’ordre matériel et moral, plus d’équité, plus de vertus sociales dans l’Afrique du Nord depuis que la France a fait sa conquête ? Quand nous sommes allés à Alger pour détruire la piraterie, et assurer la liberté du commerce dans la Méditerranée, est-ce que nous faisions oeuvre de forbans, de conquérants, de dévastateurs ? Est-il possible de nier que, dans l’Inde, et malgré les épisodes douloureux qui se rencontrent dans l’histoire de cette conquête, il y a aujourd’hui infiniment plus de justice, plus de lumière, d’ordre, de vertus publiques et privées depuis la conquête anglaise qu’auparavant ?

                            (…)

                            Est-ce qu’il est possible de nier que ce soit une bonne fortune pour ces malheureuses populations de l’Afrique équatoriale de tomber sous le protectorat de la nation française ou de la nation anglaise ? Est-ce que notre premier devoir, la première règle que la Frances’est imposée, que l’Angleterre a fait pénétrer dans le droit coutumier des nations européennes et que la conférence de Berlin vient de traduire le droit positif, en obligation sanctionnée par la signature de tous les gouvernements, n’est pas de combattre la traite des nègres, cet horrible trafic, et l’esclavage, cette infamie. (Vives marques d’approbation sur divers bancs.)

                            (…)

                            Messieurs, dans l’Europe telle qu’elle est faite, dans cette concurrence de tant de rivaux que nous voyons grandir autour de nous, les uns par les perfectionnements militaires ou maritimes, les autres par le développement prodigieux d’une population incessamment croissante ; dans une Europe, ou plutôt dans un univers ainsi fait, la politique de recueillement ou d’abstention, c’est tout simplement le grand chemin de la décadence !

                            Les nations, au temps où nous sommes, ne sont grandes que par l’activité qu’elles développent ; ce n’est pas « par le rayonnement des institutions »... (Interruptions à gauche el à droite) qu’elles sont grandes, à l’heure qu’il est.

                            Rayonner sans agir, sans se mêler aux affaires du monde, en se tenant à l’écart de toutes les combinaisons européennes, en regardant comme un piège, comme une aventure, toute expansion vers l’Afrique ou vers l’Orient, vivre de cette sorte, pour une grande nation, croyez-le bien, c’est abdiquer, et dans un temps plus court que vous ne pouvez le croire, c’est descendre du premier rang au troisième ou au quatrième. (Nouvelles interruptions sur les mêmes bancs. - Très bien ! très bien ! au centre.) Je ne puis pas, messieurs, et personne, j’imagine, ne peut envisager une pareille destinée pour notre pays.

                            Il faut que notre pays se mette en mesure de faire ce que font tous les autres, et, puisque la politique d’expansion coloniale est le mobile général qui emporte à l’heure qu’il est toutes les puissances européennes, il faut qu’il en prenne son parti, autrement il arrivera... oh ! pas à nous qui ne verrons pas ces choses, mais à nos fils et à nos petits-fils  ! il arrivera ce qui est advenu à d’autres nations qui ont joué un très grand rôle il y a trois siècles, et qui se trouvent aujourd’hui, quelque puissantes, quelque grandes qu’elles aient été descendues au troisième ou au quatrième rang. (Interruptions.)

                            Aujourd’hui la question est très bien posée : le rejet des crédits qui vous sont soumis, c’est la politique d’abdication proclamée et décidée. (Non ! non !) Je sais bien que vous ne la voterez pas, cette politique, je sais très bien aussi que la France vous applaudira de ne pas l’avoir votée ; le corps électoral devant lequel vous allez rendre n’est pas plus que nous partisan de la politique de l’abdication ; allez bravement devant lui, dites-lui ce que vous avez fait, ne plaidez pas les circonstances atténuantes ! (Exclamations à droite et à l’extrême gauche. - Applaudissements à gauche et au centre.) ... dites que vous avez voulu une France grande en toutes choses...

                            Un membre. Pas par la conquête !

                            (…) ».

                          Ajouter une réaction

                          Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                          Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                          FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès