Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Guilad Shalit : le sens de sa libération et la grandeur du judaïsme

Guilad Shalit : le sens de sa libération et la grandeur du judaïsme

 Il m’est souvent arrivé ces derniers temps de critiquer, non pas certes Israël en tant que tel, pays pour lequel l’intellectuel juif que je suis nourrit la plus grande estime, mais certains de ses responsables politiques, pour la plupart dits de « droite », au regard de l’injuste traitement qu’ils réservent trop souvent aux Palestiniens.

 Ainsi, il y a quelques jours à peine, me suis-je insurgé publiquement, par exemple, aussi bien contre le Président américain, Barack Obama, que contre le Premier Ministre israélien, Benyamin Netanyahou, à cause de leur refus de reconnaître, devant les Nations-Unies, la Palestine en tant qu’Etat souverain et indépendant. J’allais même jusqu’à dire, en un article publié dans la presse européenne francophone, qu’Obama, en plus d’avoir raté là un important rendez-vous avec l’Histoire, s’était montré indigne, en la circonstance, de son prix Nobel de la paix.

 Je ne renie bien évidemment en rien cette prise de position, même si elle m’a parfois valu, de la part de mes amis israéliens, quand ce ne furent pas mes propres pairs juifs, les pires insultes : j’étais là, à leurs yeux, comme un traître, et le plus infâme qui soit, à ma propre cause. Passons : je sais que la solitude intellectuelle peut être aussi, quelquefois, le cruel et inéquitable lot d’une certaine forme d’idéalisme philosophique plus encore que de la simple incompréhension ou d’un grossier malentendu !

 Car ce sur quoi je souhaiterais m’exprimer, pour l’heure, c’est sur ce magnifique sens de la grandeur humaine dont a fait preuve, je le reconnais ici bien volontiers, Benyamin Netanyahou en permettant la libération, advenue le 18 octobre dernier, de Guilad Shalit, ce jeune caporal de Tsahal (l’armée israélienne) que le Hamas détenait dans ses geôles depuis le 25 juin 2006, contre mille Palestiniens retenus prisonniers en terre d’Israël. 

 Oui : ce fut véritablement là, de la part du gouvernement israélien, un geste admirable. Mieux : un acte, en ce jour déjà historique, d’une portée véritablement biblique, dont certains, par ailleurs, n’ont pas saisi l’exacte et profonde teneur théologique, sinon métaphysique.

 La signification ultime, « extraordinaire » au sens littéral du terme, de cette libération d’un seul homme (le caporal juif) en échange de mille autres (les militants palestiniens), prix pour le moins exorbitant, c’est l’actuel Président d’Israël, Shimon Peres, qui la révéla, en un discours dont la noblesse d’âme n’avait d’égale que la justesse des mots, au monde entier : « sauver la vie d’un Juif équivaut à sauver la vie de tous les Juifs », y a-t-il en effet rappelé très opportunément, non sans se référer implicitement là à l’une des plus belles et hautes pensées du Talmud.

 Oui, c’est cela, très exactement, la grandeur du judaïsme : la vie d’un Juif n’a pas de prix, à l’exception, certes, du respect dû à l’Autre ! C’est même cela, encore mieux, qui définit, de manière très paradigmatique, ce que Israël nomme, suprême distinction accordée par ses instances étatiques les plus officielles, les « Justes parmi les Nations », avec, pour chacun d’entre eux, un arbre planté, symboliquement, dans les allées du mémorial de Yad Vashem, destiné à entretenir, notamment, le souvenir de la Shoah.

 En ce sens, Guilad Shalit, à lui tout seul, incarne-t-il très emblématiquement, superbe leçon d’humanité, la conscience tout entière d’Israël, nation protectrice, comme nulle autre, de ses ressortissants.

 Un bémol, toutefois, à ces paroles, aussi sublimes soient-elles, de Shimon Peres. Car, encore trop pris qu’il est dans la loi mosaïque (la loi du talion : œil pour œil, dent pour dent), le Président n’aurait pas dû aussitôt ajouter, fût-ce pour calmer la colère des plus orthodoxes de ses concitoyens, que jamais Israël « n’oubliera, ni ne pardonnera » les crimes perpétrés, à l’encontre des Juifs, par les terroristes du Hamas.

 Car la vraie et définitive grandeur de son judaïsme eût été de dire, surtout pour le prix Nobel de la paix qu’il est également, qu’Israël sait au contraire pardonner, aussi difficile cela peut-il être parfois, sans toutefois, effectivement, oublier : ce qui n’est du reste jamais là, ce sacro-saint devoir de mémoire, qu’une des données les plus fondamentalement intrinsèques, justement, à l’essence du judaïsme.

 Ainsi est-ce peut-être là, très précisément, que le judaïsme, sans certes vouloir rien enlever aux autres religions ni confessions, a quelque chose à apprendre, en toute humilité, du christianisme, de son authentique charité comme de son infinie compassion : le pardon, à l’instar du message christique, à ses ennemis.

 Il est vrai que c’est un agnostique, résolument attaché à la laïcité, qui écrit en cette tribune aux accents peut-être trop œcuméniques, paradoxalement, que pour se voir acceptée par tous…

 Difficile concorde, pour paraphraser l’immense Emmanuel Levinas, qui parlait là, quant à lui, de liberté !

DANIEL SALVATORE SCHIFFER*

*Philosophe, auteur de « La Philosophie d’Emmanuel Levinas - Métaphysique, esthétique, éthique » (Presses Universitaires de France), signataire du JCall (European Jewish Call For Reason - Appel des Juifs Européens à la Raison), mouvement de juifs progressistes préconisant la coexistence, pour une paix juste et durable, des Etats d’Israël et de Palestine.



Sur le même thème

Conflit israélo-palestinien : quand la barbarie répond à la barbarie
Rencontre Abbas, Peres, François: Médiation réelle ou méditation inutile?
Gaza: le massacre des innocents et l'honneur perdu d'Israël
Ghaza … Si nous t’oublions, resterons-nous encore humains ?
Israël : fuite en avant


Les réactions les plus appréciées

  • Par Pascal CUXAC (---.---.---.21) 29 octobre 2011 08:16
    Pascal CUXAC

    Monsieur le Philosophe,

    Si jamais vous cherchiez un site plus approprié pour ce genre de louanges, il y a aussi le fameux site jssnews.com que je ne saurais que trop pouvoir vous conseiller.

    Vous ne vous rendez pas compte de l’indécence de parler d’un caporal de 25 ans sachant qu’il y a des milliers de prisonniers « administratifs » ignorés dans l’anonymat des geôles israéliennes et à Guantanamo ? Leur non-judaïté en fait des moins que rien ? Bien sûr, on me répondra que ce sont des terroristes. Mais, vous pourriez peut-être me dire, dans un conflit armé, la nuance entre un terroriste et un résistant ? Et ensuite, on dira qu’ils ont des droits de visite alors que les familles palestiniennes ne peuvent même pas circuler à cause des murs d’enfermement et des check-points...

    Je pense que ce genre de position est contre-productive. Car, durant toutes ces années, nous avions vu les parents de Gilat Shalit être accueilli aux Nations Unies, au parlement européen et tous les présidences importantes. On laisse croire que la vie des autres otages est moindre ; ce traitement particulier ne suscite, à mon sens, qu’une réaction de rejet et vous y contribuez. Je suis d’avis que l’antisémitisme ne régressera pas tant que les juifs ne commenceront pas à cesser de penser qu’ils sont différents des autres.

    Et à vouloir faire des louanges sur la grandeur du Judaïsme, les non juifs devraient peut-être se sentir plus petit ?

     smiley

  • Par Albar (---.---.---.87) 29 octobre 2011 09:52
    Albar
    Bonjour DSS,
    ’’ce magnifique sens de la grandeur humaine dont a fait preuve, je le reconnais ici bien volontiers, Benyamin Netanyahou...’’ c’est a mourir de rire 

     « sauver la vie d’un Juif équivaut à sauver la vie de tous les Juifs ».......l’une des plus belles et hautes pensées du Talmud,il fallait ajouter falsifié, car le véritable message divin de ce livre sacré, tout comme dans la bible et le coran est ’’ celui qui sauve une vie humaine, c’est comme s’il avait sauvé toute l’humanité’’..... la différence est immense.

    ’’ Israël « n’oubliera, ni ne pardonnera » les crimes perpétrés, à l’encontre des Juifs, par les terroristes du Hamas’’...il y a surement une erreur, c’est aux occidentaux qu’il faut en vouloir, pas à celui qu’on spolie sa terre.

    Quant à moi, j’ai appris a me méfier des philosophes, model BHL . 
  • Par King Al Batar (---.---.---.20) 29 octobre 2011 10:43
    King Al Batar

    BOnjour à l’auteur.
    JE ne partage pas vraiment votre point de vue.
    Moi-même né juif, je dois admettre que j’entend vos propos mais vous confirme qu’ils vont de toute évidence être très mal compris et mal perçus par la plupart des lecteurs.
    Le fait que vous soyez philosophe et sachiez ecrire, ne m’empeche pas de vous dire que l’idée que vous essayez de dégager et très mal exprimée et respire la prétention...

    Pour ma part, je pense que la libération de plus de 1000 prisonniers est totalement stratégique de la part des Israeliens.
     
    En effet, dans le camps Palestinien cette libération est certainement perçu comme une victoire... Un victoire de qui ? Du Hamas, bien sur !
    Pendant que Mahmoud Abbas se fait renvoyer dans ses 22 (et encore s’il lui en reste des 22), suite à sa demande de reconnaissance d’un Etat Palestinien et démontre une fois de plus sa toute impuissante. Le Hamas parvient a obtenir par la force et le ranconnage la libération de 1000 individus que visiblement Israel considère comme ses ennemis (sinon ils ne les auraient pas enfermé).
    C’est donc ça la voie que montrent les Israeliens aux Palestiniens dans le processus de paix : «  Rien ne sert de recourrir aux organisation internationales, venez plutot kidnapper nos soldats, vous obtiendrez gain de cause ! »
    L’état Hébreux, ou plutot son gouvernement, a encore une fois démontré qu’il avait choisi son interlocuteur privilégié et celui ci n’est autre que celui qui choisit la force. Finalement ils préfèrent discuter avec ceux qui leur ressemblent.
    Les vrais pacifistes, eux, ne trouvent ni leur place en Israel, ni d’eccho à leurs appels lorsqu’ils sont palestiniens.
    Je ne vois malheureusement aucune grandeur du judaisme dans cette stratégie militaire et diplomatique, et suis surpris que l’intellectuel juif que vous êtes, puisque c’est ainsi que vous vous définissez « intellectuel », fasse preuve de tant de naiveté.
    Cordialement.

  • Par Furax (---.---.---.23) 29 octobre 2011 10:57
    Furax

    King,
    Encore une fois, il faut souligner la qualité de vos interventions.
    Merci d’empêcher des flambées d’antisémitisme, non pas en vociférant et en insultant, mais en affichant humanité et bon-sens. Ce sont malheureusement des qualités rares.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires