Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Heures supplémentaires : les dix questions à se poser

Heures supplémentaires : les dix questions à se poser

  • Le taux horaire est augmenté de 25% , belle affaire, on en revient au taux qui existait sous le gouvernement Jospin et qui a été réduit par le gouvernement Raffarin... extraordinaire que de présenter comme une grande avancée le retour à une situation antérieure.
  • Qui dit heures de travail supplémentaires dit absence supplémentaire de la maison et donc frais supplémentaires car « qui gardera les enfants ? »
  • En France, on n’a pas le droit de refuser de faire des heures supplémentaires car on peut être licencié pour « abandon de poste ». Si ces heures si gentiment proposées ne conviennent pas à votre organisation familiale, comment allez-vous refuser de les faire ?
  • Des heures qui n’entrent pas dans le décompte des impôts sur le revenu ? Quand on n’a pas la « chance » de payer des impôts est-ce qu’on aura un chèque en fin d’année du percepteur pour assurer une équité de traitement entre les plus et les moins aisés de nos concitoyens ?
  • Des heures supplémentaires qui ne sont pas prises en compte pour le calcul de la retraite ? Ne faudra-t-il pas en contrepartie payer à prix d’or une complémentaire retraite pour simplement subsister en notre vieil âge ?...
  • Pour les temps partiels, des heures complémentaires payées au tarif des heures supplémentaires, est-ce vraiment une aubaine ou est-ce que désormais les contrats de travail de nos enfants seront systématiquement des temps partiels que l’on arrondira par des heures supplémentaires détaxées à hauteur d’un temps plein, ce qui fera de l’ensemble de nos enfants salariés des « travailleurs pauvres » potentiels ? Réfléchissez, si vous étiez un patron, n’échangeriez-vous pas un salariéà temps plein contre deux salariés à temps partiel bénéficiant selon les besoins de l’entreprise de quelques heures complémentaires détaxées ? C’est tout bénéfice et en plus vous n’avez plus de problème d’organisation du travail pendant les congés : il y en a toujours un pour remplacer l’autre...
  • Restons concrets : le salarié n’a jamais pu choisir son temps de travail, c’est bien le « patron » qui décide ou pas de donner des heures supplémentaires.
  • Si demain, vous « avez des mots » avec votre employeur, cela peut se traduire par la suppression pure et simple des heures supplémentaires et vous ne pourrez pas contester cette décision.
  • Si je suis « patron » et que mon entreprise a des problèmes économiques : rien de plus facile, je propose à tout le monde une réduction du temps de travail accompagnée de la réduction afférente du salaire : c’est légal. Je licencie ceux qui refusent le deal, c’est légal. Ensuite je donne si nécessaire des heures complémentaires. Il n’y a pas que l’emploi de vos enfants qui est menacé mais aussi le vôtre.
  • Ne faut-il pas se réserver la liberté de gagner ce que l’on gagne... sans en demander plus ?


Sur le même thème

Pierre Gattaz - Pas si libéral que ça !
1er Mai : et si on luttait pour « faire la fête » au travail
Larry Page, cofondateur de Google, milite-t-il innocemment pour la réduction du temps de travail ?
Jobs d’été dans le Var : quand les riches se restaurent, les pauvres travaillent
Le triple scandale des conditions d'attribution et de calcul des allocations familiales


Les réactions les plus appréciées

  • Par LaEr (---.---.---.225) 1er juin 2007 10:31
    LaEr

    Et oui, tout le problème vient du fait que les heures supplémentaires coûtent moins chères aux employeurs que les heures normales (contrairement aux mesures proposées par François Bayrou). Ainsi en découlera tous les abus possibles....

    un autre exemple d’abus possible (cf canard enchainé 30/05) : plutôt que de donner une augmentation de 3% à un employé, l’employeur pourrait coller une heure supplémentaire fictive, ce qui lui couterait beaucoup moins cher... De plus, il a tout le loisir de lui « retirer » quand l’employé ne sera pas « satisfaisant ». On aura donc des salaires « variables »... Un vrai système de la carotte et du baton.

  • Par zen (---.---.---.89) 1er juin 2007 11:57
    ZEN

    Voici une analyse qui me semble devoir être prise en compte :

    « Trois économistes, Patrick Artus, Pierre Cahuc et André Zylberberg, se montrent critiques sur la défiscalisation et l’exonération de charges sociales des heures supplémentaires, dans un rapport du Conseil d’analyse économique (CAE). Le document, intitulé »Réglementation du temps de travail, revenu et emploi« doit être discuté, mardi 29 mai, par les membres du CAE, une instance rattachée à Matignon, et »pourrait être amendé lors de la discussion", a précisé M. Artus. Un projet de loi est en préparation sur cette mesure phare du programme du candidat Sarkozy.

    Selon le texte, cité par Les Echos dans leur édition du 29 mai, « une fiscalité spécifique sur les heures supplémentaires, quelle que soit sa forme, aurait au mieux un effet incertain sur l’emploi et le revenu global, avec un risque de coût exorbitant pour les finances publiques qui se double d’une complexité accrue du système fiscal ». Les rapporteurs jugent donc que « ce type de fiscalité doit être évité », ajoutant : « Il ne constitue pas un moyen efficace de valoriser le travail. » « AU DÉTRIMENT DE L’EMBAUCHE »

    L’idée d’abaisser le coût de l’heure supplémentaire est depuis longtemps critiquée par M. Cahuc. Dans Le Monde du 7 mai, l’économiste spécialiste du travail avait expliqué que « la détaxation des heures supplémentaires favorise les salariés en place au détriment de l’embauche ».

    Le rapport qu’il a coécrit semble reprendre cette appréciation en la précisant. Si l’allégement des prélèvements obligatoires sur les heures supplémentaires accroît le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent, « en contrepartie, le financement de cet allégement réduit le revenu des salariés qui ne font pas d’heures supplémentaires », soit, d’après des statistiques du ministère du travail, plus de 60 % d’entre eux. EFFET D’AUBAINE

    La mesure pourrait aussi constituer un effet d’aubaine pour les entreprises qui privilégieraient le recours aux heures supplémentaires plutôt que la création d’emplois. Les auteurs pointeraient, selon Les Echos, le risque d’une entente entre employeurs et salariés qui auraient intérêt à « abaisser le taux de salaire des heures normales et à déclarer fictivement un grand nombre d’heures supplémentaires afin de bénéficier des avantages fiscaux ».

    Ces critiques ne manqueront pas d’alimenter le travail de ceux qui, à Bercy, mettent la dernière main aux scénarios qui vont être présentés à l’Elysée et à Matignon, ainsi qu’aux partenaires sociaux. Rémi Barroux Article paru dans l’édition du 30.05.07. Le Monde

  • Par St James (---.---.---.50) 1er juin 2007 13:51

    Pour commencer…

    … j’aimerai bien que me patron me paye les heures supp., genre même avec une prime inférieure au taux de travail, genre même avec des jours de récup (alors que ce que je veux c’est de la thune). La semaine dernière : 120 heures total dont 80 en 4 jours (oui, ça fait 2h de sommeil par nuit).

    Bilan : la sincère reconnaissance du chef. Merci pour tout, c’est super.

    Avant de « travailler plus pour gagner plus », j’aimerai bien, déjà, « travailler normalement et être payé normalement ».

  • Par LaEr (---.---.---.225) 1er juin 2007 13:08
    LaEr

    Nous ne crachons pas sur les patrons en général, mais nous savons qu’il faut éviter d’armer ceux qui aime bien « by-passer » les lois....

    De plus, celui qui est réellement attaqué est Sarkozy, qui a réussi à faire croire à des millions de gens que c’est EUX qui choisiront de travailler plus pour gagner plus (comme vous le dite aussi, c’est le patron, à juste titre, qui choisit de proposer des heures supplémentaires).

    De plus, soyons réaliste, je n’ai jamais refusé des heures sups à mes patrons (d’ailleurs, elle n’étaient même pas payés, mais juste rattapées, même pour des weekends entiers...), mais je sais très bien qu’un refus m’aurait mis sur la liste rouge (et on faisait comprendre très souvent que seuls les plus « motivés » resteraient).

    Pour info, sans salariés il n’y aurait pas non plus de patron. Ce n’est pas parce-que je reçois un salaire que je dois tout accepter. Je ne me prostitue pas, je travaille...

Réactions à cet article

  • Par LaEr (---.---.---.225) 1er juin 2007 10:31
    LaEr

    Et oui, tout le problème vient du fait que les heures supplémentaires coûtent moins chères aux employeurs que les heures normales (contrairement aux mesures proposées par François Bayrou). Ainsi en découlera tous les abus possibles....

    un autre exemple d’abus possible (cf canard enchainé 30/05) : plutôt que de donner une augmentation de 3% à un employé, l’employeur pourrait coller une heure supplémentaire fictive, ce qui lui couterait beaucoup moins cher... De plus, il a tout le loisir de lui « retirer » quand l’employé ne sera pas « satisfaisant ». On aura donc des salaires « variables »... Un vrai système de la carotte et du baton.

    • Par La mouche du coche (---.---.---.189) 1er juin 2007 19:39
      La mouche du coche

      Qu’est-ce que c’est que cet article débile ? smiley

      Quand le patron donne des heures sup. c’est une punition :

      « on n’a pas le droit de refuser de faire des heures supplémentaires »

      quand il n’en donne pas, c’est aussi une punition :

      « Si demain, vous « avez des mots » avec votre employeur, cela peut se traduire par la suppression pure et simple des heures supplémentaires »

      Au lieu de consulter le code du travail, l’auteure ferait mieux de connaitre le travail tout court. smiley

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:23
      carnac

      il est bien dommage pour vous qu’à l’âge de 52 ans j’ai travaillé sans discontinuité dans le privé et y travaille toujours en ayant pour autant vécu comme pas mal de monde un licenciement économique et que je sais précisément de quoi je parle

    • Par La mouche du coche (---.---.---.215) 2 juin 2007 20:27
      La mouche du coche

      @ Carnac,

      Je pense que vous devriez vous mettre à votre compte, et vous comprendrez la monstruosité que vous avez écrite :

      « Si je suis « patron » et que mon entreprise a des problèmes économiques : rien de plus facile, je propose à tout le monde une réduction du temps de travail accompagnée de la réduction afférente du salaire : c’est légal. Je licencie ceux qui refusent le deal, c’est légal. »

      En clair, si je suis salarié et que mon patron a des problèmes, je m’en masturbe. Seul compte pour moi, ma pomme, mes heures, mon salaire, et le reste je m’en tape. Quelle belle générosité, quelle FRATERNITÉ, vive Karl Marx ! smiley

    • Par LaEr (---.---.---.225) 2 juin 2007 20:43
      LaEr

      @ la mouche... « si je suis salarié et que mon patron a des problèmes, je m’en masturbe. Seul compte pour moi, ma pomme, mes heures, mon salaire, et le reste je m’en tape. Quelle belle générosité »

      Et bien sûr, quand l’entreprise est florissante, le patron partage les bénéfices avec les employés, parce que LUI est grand, généreux et solidaire....

      Et la marmotte...

    • Par La mouche du coche (---.---.---.215) 2 juin 2007 20:55
      La mouche du coche

      Si la marmotte a de quoi travailler suffisamment pour nourrir sa famille, cela devrait suffire je pense, à sa joie, car faire un boulot aussi sympa que de travailler dans une chocolaterie n’est pas donné à tout le monde, alors si elle est payée en plus ! Elle devrait être heureuse, simplement, il se trouve toujours des aigri(e)s et un peu faignant(e)s qui n’ont rien d’autre à faire que de lui parler du code du travail, et alors au lieu d’être heureuse et de bien plier l’alu, elle s’énerve, déchire le papier et le chocolat mal protégé n’est pas bon ! Alors évidemment c’est le drame, elle est virée. smiley

      Il faut donc choisir : soit on s’occupe du code du travail, soit on a du bon chocolat. smiley

  • Par LE CHAT (---.---.---.49) 1er juin 2007 11:46
    LE CHAT

    c’est sans charges sociales pour les salariés qu’il faudrait payer ces heures sup , pour que ça vaille vraiment le coup ,et pas seulement au profit de l’employeur .

  • Par zen (---.---.---.89) 1er juin 2007 11:57
    ZEN

    Voici une analyse qui me semble devoir être prise en compte :

    « Trois économistes, Patrick Artus, Pierre Cahuc et André Zylberberg, se montrent critiques sur la défiscalisation et l’exonération de charges sociales des heures supplémentaires, dans un rapport du Conseil d’analyse économique (CAE). Le document, intitulé »Réglementation du temps de travail, revenu et emploi« doit être discuté, mardi 29 mai, par les membres du CAE, une instance rattachée à Matignon, et »pourrait être amendé lors de la discussion", a précisé M. Artus. Un projet de loi est en préparation sur cette mesure phare du programme du candidat Sarkozy.

    Selon le texte, cité par Les Echos dans leur édition du 29 mai, « une fiscalité spécifique sur les heures supplémentaires, quelle que soit sa forme, aurait au mieux un effet incertain sur l’emploi et le revenu global, avec un risque de coût exorbitant pour les finances publiques qui se double d’une complexité accrue du système fiscal ». Les rapporteurs jugent donc que « ce type de fiscalité doit être évité », ajoutant : « Il ne constitue pas un moyen efficace de valoriser le travail. » « AU DÉTRIMENT DE L’EMBAUCHE »

    L’idée d’abaisser le coût de l’heure supplémentaire est depuis longtemps critiquée par M. Cahuc. Dans Le Monde du 7 mai, l’économiste spécialiste du travail avait expliqué que « la détaxation des heures supplémentaires favorise les salariés en place au détriment de l’embauche ».

    Le rapport qu’il a coécrit semble reprendre cette appréciation en la précisant. Si l’allégement des prélèvements obligatoires sur les heures supplémentaires accroît le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent, « en contrepartie, le financement de cet allégement réduit le revenu des salariés qui ne font pas d’heures supplémentaires », soit, d’après des statistiques du ministère du travail, plus de 60 % d’entre eux. EFFET D’AUBAINE

    La mesure pourrait aussi constituer un effet d’aubaine pour les entreprises qui privilégieraient le recours aux heures supplémentaires plutôt que la création d’emplois. Les auteurs pointeraient, selon Les Echos, le risque d’une entente entre employeurs et salariés qui auraient intérêt à « abaisser le taux de salaire des heures normales et à déclarer fictivement un grand nombre d’heures supplémentaires afin de bénéficier des avantages fiscaux ».

    Ces critiques ne manqueront pas d’alimenter le travail de ceux qui, à Bercy, mettent la dernière main aux scénarios qui vont être présentés à l’Elysée et à Matignon, ainsi qu’aux partenaires sociaux. Rémi Barroux Article paru dans l’édition du 30.05.07. Le Monde

    • Par parkway (---.---.---.161) 1er juin 2007 16:34

      on va encore bien rigoler !!!

      Vaseline, quand tu nous tiens...

    • Par Gerald (---.---.---.253) 1er juin 2007 18:29

      IL est clair que ce qu’il aurait fallu faire, c’est : retour aux 40 heures sans changement de salaire. Il faudrait une fois pour toutes que les gens comprennent que le travail créé le travail et que l’essentiel est d’amorcer la pompe. Quand les français travailleront globalement 30% de plus, il n’y aura plus de chômage. C’est aussi simple que cela, mais les 35h ayant dégouté les français du travail, il faut leur botter le derrière pour les y remettre et je pense que cette histoire d’heures supplémentaires est très insuffisantes.

    • Par Hume (---.---.---.1) 1er juin 2007 19:11
      Hume

      A Gerald,

      J’espere que vous etes ironique ??

    • Par Becran (---.---.---.244) 1er juin 2007 20:00

      La logique de : plus d’heures par travailleur crée le travail m’échappe... Le bon sens conduirait plutôt à penser le contraire.

      Et puis comment expliquez vous que la france est un tel taux de chomage alors que le nombre d’heures travaillées par travailleur est supérieur à beaucoup d’autres pays en Europe ou ailleurs (Grande Bretagne, paradis des libéraux comprise...)

      Le mythe du « en France on ne travaille pas assez » est une escroquerie !

    • Par Totoro (---.---.---.185) 2 juin 2007 10:11

      si le bon sens suffisait en économie (entre autre)... Je crois que l’idée générale à faire passer dans les têtes (en dehors de ce problème précis d’heure sup) c’est que la taille du « gateau » n’est pas constante. Les bonnes mesures sont celles qui font croitre le gateau et non pas celle qui partage nt à l’infini un gateau qui stagne ou décroit. Le travail peut créer du travail supplémentaire...mais pas toujours d’où la difficulté de mener la bonne politique économique.

    • Par Totoro (---.---.---.185) 2 juin 2007 10:46

      Bonjour, pour couper court à toute attaque partisane, je n’ai voté Sarko ni au premier ni au second tour. De façon générale, votre article (et d’autres) me semble dénoter d’un certain parti pris que je résumerais ainsi : « les patrons sont des salauds, les salariés des victimes ». C’est fatiguant, peu constructif et à l’origine d’une partie des problèmes de ce pays. Le patron est un salaud qui s’enrichit sur le dos des salariés...D’ailleurs, un riche tout court est un salaud qui doit donner ses sous par l’impots pour les gentils (les salariés). J’aimerai tant entendre des propositions plutot que des critiques permanentes de ce qui est fait (par les uns ou les autres d’ailleurs). Donc, pour les quelques énervés anti-sarkozy qui trainent, je demande : qu’aurait fait Ségo à part ses 500000 emplois templins ? Et le Contrat Première Chance ? On ne sait pas et c’est bien pourquoi elle a perdu. Des conneries le Sarko en fera d’autres : droit de succession, bouclier fiscal etc...mais j’ose encore espérer qu’il fera de bonnes choses (université, recherche, éducation...) Je lui laisse 5 ans puis je pourrai juger sur pièce plutot que perdre mon temps à critiquer critiquer sans jamais rien proposer

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:25
      carnac

      effectivement les experts sont très inquiets sur les conséquences macro économiques des heures supplémentaires détaxées

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:31
      carnac

      A mon avis il faut déjà donner un travail A TEMPS PLEIN et correctement payés à tous ceux qui n’en ont pas et à ceux qui sont à temps partiel non choisi et vous obtiendrez aisément un excellent ratio du temps travaillé en France.

      Il ne faut pas confondre la durée légale du travail et la durée réelle du travail en France. La première n’est pas appliquée dans la plupart des entreprises de moins de 20 salariés si bien que le temps de travail réel en France est largement supérieur à 35 heures

      Pour une durée légale du travail de 35 heures par semaine en France, la durée effective moyenne est de 39 heures pour les emplois à temps plein et de 36,3 heures pour l’ensemble des emplois (temps plein et temps partiel). Par comparaison, ces durées sont inférieures en Grande-Bretagne : 37,2 heures pour les emplois à temps complet et 31,7 heures pour l’ensemble des emplois. Elles sont aussi inférieures aux Etats-Unis et dans plusieurs pays en Europe. En tenant compte de tous les emplois, à temps partiel et à temps complet, la semaine de travail est de : 36,3 h en France 36,2 h en Italie 35,1 h au Danemark 33,8 h aux Etats-Unis 33,6 h en Allemagne 33,2 h en Espagne 31,7 h en Grande-Bretagne 30,1 h en Suède (36,1 h pour ceux « au travail ») 29,2 h aux Pays-Bas (44% de temps partiel) Lire : Durée du travail : apparences et réalité, France et autres pays un texte précis et bien documenté (sources officielles). Travail : 34 heures par semaine aux Etats-Unis Durée du travail : 32 heures en Angleterre Ne pas oublier aussi, La croissance ne crée pas d’emploi à cause des Gains de productivité du travail, durée du travail, chômage et il faut sortir Des mythes autour de l’emploi pour résoudre le drame du chômage.

    • Par Reymo (---.---.---.212) 2 juin 2007 18:50
      Reymo

      Mais oui gerald, c’est ça et « le travail rend libre » pendant qu’on y est !!!!

      Ca me rapelle quelque chose !!!

      Au fait je bosse à l’usine depuis 18 ans !!!Sur les chaines biensur !!

  • Par nono (---.---.---.27) 1er juin 2007 12:35

     Avez vous pensez aux salariés célibataires ou mariés sans enfants, les heures sup peuvent peut etre les interesser.

     Le refus de faire des heures supplémentaires n’a jamais été un motif de licenciement tant que les heures prévues par le contrat de travail sont respectées.

     Vous devriez vraiment être patron afin de comprendre qu’une entreprise ne produit pas constamment la même « quantité » tout le temps.

     Heureusement que le patron décide du temps de travail des salariés car c’est quand même lui qui à le plus de visibilité sur sa production.

    Il faudrait arrêter de cracher sur les patrons qui sont souvent plus à galérer que beaucoup de salariés. Et il ne faut surtout pas oublié que sans patron il n’y aurait pas de salariés.

    Créez votre entreprise, embauchez et après peut être on en rediscute.

    • Par LaEr (---.---.---.225) 1er juin 2007 13:08
      LaEr

      Nous ne crachons pas sur les patrons en général, mais nous savons qu’il faut éviter d’armer ceux qui aime bien « by-passer » les lois....

      De plus, celui qui est réellement attaqué est Sarkozy, qui a réussi à faire croire à des millions de gens que c’est EUX qui choisiront de travailler plus pour gagner plus (comme vous le dite aussi, c’est le patron, à juste titre, qui choisit de proposer des heures supplémentaires).

      De plus, soyons réaliste, je n’ai jamais refusé des heures sups à mes patrons (d’ailleurs, elle n’étaient même pas payés, mais juste rattapées, même pour des weekends entiers...), mais je sais très bien qu’un refus m’aurait mis sur la liste rouge (et on faisait comprendre très souvent que seuls les plus « motivés » resteraient).

      Pour info, sans salariés il n’y aurait pas non plus de patron. Ce n’est pas parce-que je reçois un salaire que je dois tout accepter. Je ne me prostitue pas, je travaille...

    • Par parkway (---.---.---.161) 1er juin 2007 16:37

      nono,

      c’est vrai ce que vous dîtes,

      mais faire confiance

      à des gens qui ont déjà eu des milliards d’exonération de charges depuis trente ans pour embaucher

      et que depuis trente ans le chômage(pas les chiffres) n’a pas diminué, bien au contraire,

      c’est pas évident...

    • Par perlin (---.---.---.114) 2 juin 2007 07:17

      « Pour info, sans salariés il n’y aurait pas non plus de patron. »

      Erreur : les professions libérales peuvent être des activités unipersonnelles, sans salariés et il y en a de nombreuses. Ce statut peut aussi permettre d’employer du personnel mais dans cette catégorie professionnelle, on a coutume de dire : « Tu embauches quelqu’un, c’est le début de tes ennuis ! » et ceci pour 2 raisons : les charges et le Code du Travail.

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:38
      carnac

      si vous êtes un « employeur » vous devez savoir qu’il existe ce que l’on appelle le temps de travail « modulé » prévu dans de nombreuses conventions collectives et qui effectivement peut faire varier tout au long de l’année le temps de travail hebdomadaire de façon considérable puisque cette modulation n’a de limite que celle du temps de travail maximum journalier et hebdomadaire autrement dit le plafond européen en vigueur en grande bretagne par exemple.

      Il est vrai que de petites entreprises notamment sont peu au fait de ces possibilités comme j’ai pu personnellement m’en apercevoir pour un de mes propres fils : il y a un véritablement formation du patronat à faire dans ce domaine.

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:40
      carnac

      Le refus de faire des heures supplémentaires peut occasionner un licenciement SAUF ABUS DE DROIT DE L’EMPLOYEUR en France mais ce refus ne peut pas en Allemagne occasionner un licenciement.

      Il faudrait nous aligner sur le droit allemand

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:45
      carnac

      Le monde du travail n’est pas bipartie : patron, salarié. Dans tous les pays européens il y a des statuts qui sont à cheval entre les deux : en France nous avons par exemple LE PORTAGE SALARIAL : vous cherchez vous même une mission. Vous déléguez à un organisme de portage le soin de recouvrer les sommes qui vous sont due pour cette mission dans un cadre commercial et vous demandez à cette entreprise de portage de vous signer un CDD en contre partie. Vous touchez le montant de la mission moins les charges patronales et salariales et moins la commission de l’entreprise de portage

      Partout le droit du travail tend à uniformiser les statuts.

    • Par LaEr (---.---.---.225) 2 juin 2007 20:05
      LaEr

      @Pepin

      « Erreur : les professions libérales peuvent être des activités unipersonnelles, sans salariés et il y en a de nombreuses. » L’erreur n’est pas de ma part, étant donné que l’on parle des heures supplémentaires des salariés, il n’est donc pas question des professions libérales ou autres activités unicellulaire...

      Et pour la « coutume de dire : « Tu embauches quelqu’un, c’est le début de tes ennuis ! » » », de toute façon, que ce soit sans charges et sans code du travail, il est toujours plus facile de travailler tout seul qu’à plusieurs : y a pas de conflits, pas d’avis divergents... Et puis quoi, vous ne voulez plus de charges, ni code du travail ? Vous ne voulez pas qu’on vous appelle « Bwana » aussi ?

  • Par docdory (---.---.---.124) 1er juin 2007 13:10
    docdory

    @ l’auteur

    Article parfaitement lumineux . Par ailleurs le systême Sarkozy introduit une nouvelle inégalité . En effet , en tant que médecin , je travaille environ 40 à 48 heures hebdomadaires sans compter les 5 heures hebdomadaires gratuites que me demande l’augmentation constante de la paperasserie . Certains de mes confrères travaillent encore plus . Je doute fort que Sarkozy décide de défiscaliser les heures supplémentaires des médecins et autres professions libérales , je doute également que les médecins et autres professions libérales soient autoriser à faire payer plus cher leur travail au delà des trente-cinq heures ... Peut être pourrait-il nous supprimer la taxe professionnelle en compensation , en voilà une idée qu’elle serait bonne !... Après tout les salariés n’ont pas a débourser 1000 et quelques euros annuels simplement pour avoir le droit d’exercer leur profession !

    • Par Vincent (---.---.---.252) 1er juin 2007 16:05

      Il me semblait que les médecins en régime libéral étaient payés à l’acte (la consultation) donc la notion de taux horaire est complètement inadaptée dans votre cas.

      Par contre dans votre cas c’est vous qui décidez de travailler plus pour gagner plus.

    • Par Vincent (---.---.---.252) 1er juin 2007 16:33

      Juste pour info, l’évolution du smic (taux horaire brut) depuis Jospin (2001) jusqu’à Raffarin (mai 2005).

      Je ne vois pas où est la baisse de 25%.

      Expliquez moi SVP

      http://www.insee.fr/fr/indicateur/s...

    • Par parkway (---.---.---.161) 1er juin 2007 16:41

      vincent,

      il parles des heures supp

      pas du smic...

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 18:53
      carnac

      le taux horaire de chacun variable et au minimum au SMIC horaire. Les heures supplémentaires ont été de tous temps « bonifiées » c’est à dire payées au minimum le SMIC plus un certain pourcentage

      du temps de Jospin c’était pour tout le monde le taux horaire de l’intéressé plus 25% et au minimum le SMIC horaire plus 25%

      Raffarin a fait tomber ce bonus à plus 10% pour toutes les entreprises de moins de 20 salariés c’est à dire pour la majorité des salariés du privé car les PME TPE sont les entreprises qui créent la plus grosse part de l’emploi en France .

      Résultat tous ceux qui faisait des heures supp sous Jospin et sous Raffarin ont vu pour un même nombre d’heures supp la valeur de celles-ci réduite de 15% (bonus de 25% - bonus de 10%)

      bon c’est plus facile à expliquer avec une feuille de paie sous les yeux

    • Par carnac (---.---.---.104) 3 juin 2007 09:26
      carnac

      Exact la fiscalité et notamment celle de la taxe professionnelle devrait faire l’objet d’une mise à plat pour en faire quelquechose de cohérent.

  • Par Ronfladonf (---.---.---.227) 1er juin 2007 13:16
    Ronfladonf

    Je vais réagir à chacune de vos questions...

    * Le taux horaire est augmenté de 25% , belle affaire, on en revient au taux qui existait sous le gouvernement Jospin et qui a été réduit par le gouvernement Raffarin... extraordinaire que de présenter comme une grande avancée le retour à une situation antérieure.

    « L’ouverture c’est aussi reconnaitre que l’intelligence est dans les deux camps... » Selon notre président en place... Une seule chose à dire : il a l’intelligence de reconnaitre une bonne mesure de Jospin et vous n’avez pas l’ouverture nécessaire pour reconnaitre qu’il y a aussi de bons retours en arrières. De plus il a annoncé qu’il s’agissait d’un retour en arrière et non d’une avancée...

    * Qui dit heures de travail supplémentaires dit absence supplémentaire de la maison et donc frais supplémentaires car « qui gardera les enfants ? »

    Personnellement je suis sans enfants et j’avoue que les heures supplémentaires me permettent de « mettre du beurre dans les épinard »...

    * En France, on n’a pas le droit de refuser de faire des heures supplémentaires car on peut être licencié pour « abandon de poste ». Si ces heures si gentiment proposées ne conviennent pas à votre organisation familiale, comment allez-vous refuser de les faire ?

    Première nouvelle... On peut tout à fait refuser les heures supplémentaires demandées par son patron. Ca se ressent effectivement après sur la fiche de paye et lors d’un licenciement pour « abandon de poste » aucun tribunal de prud’hommes laissera passer la justification d’abandon de poste sur des heures...

    * Des heures qui n’entrent pas dans le décompte des impôts sur le revenu ? Quand on n’a pas la « chance » de payer des impôts est-ce qu’on aura un chèque en fin d’année du percepteur pour assurer une équité de traitement entre les plus et les moins aisés de nos concitoyens ?

    Quand on n’a pas la « chance » de payer des impots on a déjà la chance de ne pas en payer et de ne pas contribuer aux recettes de l’Etat pour « éponger la fameuse dette » et on a aussi la chance d’avoir des aides (APL,CAF,...) bref la fameuse « Trappe à la pauvreté » qui fait que gagner plus vous ferait perdre de l’argent et des avantages

    * Des heures supplémentaires qui ne sont pas prises en compte pour le calcul de la retraite ? Ne faudra-t-il pas en contrepartie payer à prix d’or une complémentaire retraite pour simplement subsister en notre vieil âge ?...

    Si nous avons effectivement droit à une retraite pour nos vieux jours, le régime ne changera pas tant que ça par rapport à aujourd’hui... on doit déjà payer « a prix d’Or » des compléments de retraite (PERP et autres joyeuseté bancaires du genre) pour s’assurer une retraite décente...

    * Pour les temps partiels, des heures complémentaires payées au tarif des heures supplémentaires, est-ce vraiment une aubaine ou est-ce que désormais les contrats de travail de nos enfants seront systématiquement des temps partiels que l’on arrondira par des heures supplémentaires détaxées à hauteur d’un temps plein, ce qui fera de l’ensemble de nos enfants salariés des « travailleurs pauvres » potentiels ? Réfléchissez, si vous étiez un patron, n’échangeriez-vous pas un salarié à temps plein contre deux salariés à temps partiel bénéficiant selon les besoins de l’entreprise de quelques heures complémentaires détaxées ? C’est tout bénéfice et en plus vous n’avez plus de problème d’organisation du travail pendant les congés : il y en a toujours un pour remplacer l’autre...

    Il y a des règles à respecter en matière de temps partiel et temps complet dans une entreprise... Relisez le code du travail avant de répandre le FUD comme ça... Je n’en dirai pas plus ici, au moins ça vous obligera vous et tous les lecteurs à faire l’effort de se renseigner par eux-même au lieu de « gober tout cru » ce qu’on peut lire ici....

    http://www.legifrance.gouv.fr

    * Restons concrets : le salarié n’a jamais pu choisir son temps de travail, c’est bien le « patron » qui décide ou pas de donner des heures supplémentaires.

    Oui c’est vrai... Restons concrets, un salarié n’a jamais pu maitriser la demande à laquelle son entreprise doit faire face, il n’a jamais pu maitriser la concurrence, et il n’a jamais pu maitriser la marge demandée à son entreprise pour vivre... Tant d’inconnues... ça vous fait pas peur d’être salarié ? Chômeur c’est mieux non ?

    * Si demain, vous « avez des mots » avec votre employeur, cela peut se traduire par la suppression pure et simple des heures supplémentaires et vous ne pourrez pas contester cette décision.

    Si aujourd’hui vous avez des « mots » avec votre patron cela peut se traduire par une « incompétence » ou une « improductivité » ... mais les abus existent et existerons toujours. Pourquoi aurais-je des mots avec mon patron d’abord ? La période d’essai d’un emploi est à double sens et une incompatibilité d’humeur se sent dès le départ entre un patron et un employé. Si on passe la période d’essai, il y a peu de chances qu’on ait vraiment des « mots » avec son patron finalement.

    * Si je suis « patron » et que mon entreprise a des problèmes économiques : rien de plus facile, je propose à tout le monde une réduction du temps de travail accompagnée de la réduction afférente du salaire : c’est légal. Je licencie ceux qui refusent le deal, c’est légal. Ensuite je donne si nécessaire des heures complémentaires. Il n’y a pas que l’emploi de vos enfants qui est menacé mais aussi le vôtre.

    C’est déjà le cas aujourd’hui... quelle différence avec la « situation réformée » ? Faux argument ...

    * Ne faut-il pas se réserver la liberté de gagner ce que l’on gagne... sans en demander plus ?

    Quelle jolie phrase... c’est vrai que ca le fait pas de mettre en titre d’un article « Les 8 questions à se poser... » Et pour répondre à cette question, ... demandez donc aux syndicats (SUD et CGT en premier) d’éviter d’en demander plus en votre nom quand vous estimez gagner assez... Le nombre de fois ou j’ai vu une bande de syndicalistes énervés demander une augmentation et au final se retrouver avec un Gel des augmentations pour 10 ans sur les entretiens d’embauche est effarant !!!

    • Par parkway (---.---.---.161) 1er juin 2007 16:46

      a l’élection de sarko, y’en en 53% qui ont bien rigolé !!!

      Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera...

      « Patience, patience », disait Panurge, avant de faire tomber le troupeau dans le précipice...

      Allez les pro sarko, vous avez encore les législatives pour rigoler,

      après... ???

    • Par karg se (---.---.---.199) 2 juin 2007 01:23
      karg se

      La chance de pas payer d’impot ? déja t’insulte environ la moitié des foyers fiscaux, d’autre par j’aimerai bien te voir avec deux enfants, deux smics, et un loyer de 800 euro

    • Par masuyer (---.---.---.168) 2 juin 2007 09:14
      masuyer

      « La période d’essai d’un emploi est à double sens et une incompatibilité d’humeur se sent dès le départ entre un patron et un employé. Si on passe la période d’essai, il y a peu de chances qu’on ait vraiment des »mots« avec son patron finalement. »

      La période d’essai est à double sens sauf quand il y a 4 millions de chômeurs et précaires. C’est une question de rapports de force.

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 19:45
      carnac

      Je vais reprendre votre argumentaire

      heures supp à + 25% : reconnaître qu’on a eu tort : Mr Sarkosy n’était pas baillonné que je sache lorsque cette mesure rétrograde et contraire à l’engagement Chirac qui était déjà « de travailler plus pour gagner plus » a été prise or on ne l’a pas entendu ; Ceci dit il revient à la mesure du gouvernement Jospin : dont acte mais il ne FAIT PAS MIEUX

      retraite : défiscaliser le travail aboutira à ne plus avoir aucune retraite du tout. Préférez-vous enrichir les banques et assurances qui ne demandent que cela mais qui à ma connaissances n’ont peut-être pas besoin pour s’en sortir de cette mane financière ?

      bref à un moment donné il faut se demander si l’on veut faire partie ou pas d’une communauté.

      quand vous êtes né le monde qui vous entourait n’était pas un désert : vous avez bénéficié d’une formation et de soins de santé de base : cela il faut bien arrivé à l’âge de la productivité le redonner à la communauté ou alors on s’en va ailleurs.

      Vous pouvez aussi à ce compte là payer comme aux USA un simple accouchement à 10000€ pour votre compagne ...alors qu’en France elle sera suivie gratuitement parceque c’est vos enfants à tous deux qui paieront votre retraite.

      la charge de travail des entreprises est ce qu’elle est : résultat on a détruit en continu ces dernières années et sous tous les régimes de droite comme de gauche des emplois qui ont été recréés par ailleurs je vous invite à voir le rapport de Mars 2007 du conseil d’orientation pour l’emploi : la question n’est pas de faire des heures supp mais d’organiser les transitions de telle sorte que si votre entreprise périclite vous puissiez aisément retrouver un autre travail si possible MIEUX PAYE.

      temps partiel : j’en vois passer tous les jours en tant que conseillère prud’homale et les employeurs ont toujours su calculer : ils savent parfaitement bien calculer le nombre d’heures complémentaires pour ne pas avoir à augmenter les heures contractuelles et maintenir ainsi des salariés en état de pauvreté objective car il est très difficile d’avoir un second emploi à temps partiel qui complète harmonieusement le premier d’où les woorking poors. Là je dirais que la gauche a ouvert la boite de pandore en subventionnant en plus ces emplois à temps partiels.

      relations employeur/salarié : En gros vous me dîtes si j’ai des mots avec mon employeur, je me fais virer : vous êtes parfaitement objectif en disant cela et je dis de mon coté que ce n’est peut-être pas nécessaire dans ces conditions de multiplier les causes de litiges ...

      heures supp défiscalisée : aujourd’hui l’employeur n’a pas l’opportunité d’avoir deux barils de lessive pour le prix d’un : à savoir deux salariés à temps partiel plus des heures supp au lieu d’un salarié à temps plein faites le compte il sera plus rentable d’avoir des salariés à temps partiel

      Je vous remercie d’apprécier au moins mon style à défaut du contenu mais ce n’est pas le syndicalisme auquel je faisais référence par la phrase « Ne faut-il pas se réserver la liberté de gagner ce que l’on gagne... sans en demander plus ? » j’attirais simplement l’attention sur le fait que notre modèle économique de croissance est peut être incompatible avec les ressources de notre Terre c’est donc une nouvelle réflexion à laquelle je vous invitais.

      Ceci dit merci de votre intervention très détaillée : elle permet de préciser les choses et d’échanger des arguments

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 19:50
      carnac

      Parkway : je ne pense pas qu’il faille attendre que le fruit soit mûr, il faut à mon sens faire un vrai programme fondé sur des éléments dont on est convaincu : comme la limite des ressources de notre terre, comme le fait qu’appartenir à une communauté dont on reçoit beaucoup à la naissance nous oblige à une restitution ce qui impose aussi une gestion sérieuse des deniers publics.

    • Par Reymo (---.---.---.212) 2 juin 2007 20:09
      Reymo

      @ léon,

      Décidement je suis fan de vos post !!!

      Merci d’etre aussi clair et pertinent.

  • Par spartacus (---.---.---.215) 1er juin 2007 13:28

    Le slogan qui a séduit ...

    « travailler plus pour gagner plus »

    Comment les syndicats peuvent-ils avaler pareille couleuvre ?

    Comment pourront-ils justifier à l’avenir d’un arrêt de travail pour cause de revendication salariale, visant à redonner du pouvoir d’achat ?

    la réponse du patronat sera toute trouvée :

    « Mais si vous voulez gagner plus, aucun problème : travaillez plus. Les heures sup’ vous tendent les bras »

     !!

     smiley

    Sur le même sujet, à qui va-t-on faire croire que celui qui « veut travailler moins pour gagner moins » ne sera pas marqué au rouge, et le premier à dégager sous quelque prétexte que ce soit ?

    Cela se rapproche de l’ouverture du magasin le dimanche, où les patrons-commerçants parlent du « volontariat » !

    Ca rappelle l’armée, et ses « volontaires désignés d’office »... !! smiley

  • Par St James (---.---.---.50) 1er juin 2007 13:51

    Pour commencer…

    … j’aimerai bien que me patron me paye les heures supp., genre même avec une prime inférieure au taux de travail, genre même avec des jours de récup (alors que ce que je veux c’est de la thune). La semaine dernière : 120 heures total dont 80 en 4 jours (oui, ça fait 2h de sommeil par nuit).

    Bilan : la sincère reconnaissance du chef. Merci pour tout, c’est super.

    Avant de « travailler plus pour gagner plus », j’aimerai bien, déjà, « travailler normalement et être payé normalement ».

    • Par Vincent (---.---.---.252) 1er juin 2007 16:45

      St James, je ne connais pas votre travail, mais, visiblement vous avez accepté l’inaceptable, entre chaque période de travail de 10h00 maxi par jour (sauf convention spéciale qui autorisent à 12h00 pour le travail en VSD) vous devez mettre au moins 11h00 de repos.

      Soit vous êtes un surhomme, soit terriblement indispensable à votre société mais dans votre cas vous étiez en droit de refuser les heures demandées.

      Et si vous êtes si indispensable que cela négociez votre augmentation de salaire rapidement, car l’augmentation de travail vous l’avez déjà eu !!!!

    • Par LaEr (---.---.---.225) 1er juin 2007 19:28
      LaEr

      @ Vincent,

      Je ne connais pas le travail de St James, mais j’ai déjà vécu des situations similaires dans l’informatique. Lors des migrations de gros systèmes, on travaille souvent plus de 20h de suite et cela pendant plusieurs jours. Il m’est déjà aussi arrivé de travailler 15 jours d’affilée avec + de 10h par jour, etc...

      Et ce n’est pas si inacceptable que ça : quand on a un système dont dépend le travail de 1500 personnes qui doit tourner pour le lundi matin à 7h30, il faut bien quelqu’un pour faire le travail pendant tout le week-end. Ce qui est inacceptable, c’est parfois le peu de gratitude et de compensation qui vient de la direction qui estime que cela est normal...

    • Par finael (---.---.---.242) 2 juin 2007 18:45
      finael

      Tout à fait exact, ingénieur systèmes et réseaux j’ai connu des situations semblables : 17 jours de travail d’affilée, 3 jours et 2 nuits sans sortir des bureaux, 300h dans le mois et je n’ai jamais touché d’heures supp, de primes, ou obtenu de récupération.

      De toutes façons, en SSII, ton vrai patron te répondra toujours que lui n’a rien demandé smiley

      La reconnaissance des clients, pas toujours, Quand le système fonctionne, personne ne se demande ce qu’il a fallu faire pour ça, c’est tout simplement « normal », par contre si le pédalosaure hoquette, c’est l’affolement général et les reproches à n’en plus finir ... surtout sous windows où laisser 2 fenêtre ouvertes risque de créer des courants d’air smiley

      Et la nouvelle loi ne changera rien !

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 19:52
      carnac

      St James : exact la première cause de litige entre employeur et salarié c’est le non paiement des heures supplémentaires. les détaxer ne réglera pas le problème du travail au noir ni le problème du juste salaire

  • Par Gilles BERTIN (---.---.---.18) 1er juin 2007 17:24
    Gilles BERTIN

    Il y a 1800000 heures supplémentaires mensuelles qui ne sont jamais payées ou récupérées.La rentrée va être chaude dans les ateliers et chez les artisans, fini les heures supplémentaires fait a l’oeil depuis des années,mêmes détaxées il va falloir les payées dorénavant. A+

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 19:56
      carnac

      Monsieur BERTIN le problème que je rencontre chaque jour en tant que conseiller prud’hommes c’est que LA PREUVE de l’existence même des heures supplémentaires est très difficile à apporter. Nous avons pu à un moment compter sur une décision de Cour de cassation qui imposait à l’employeur de prouver qu’il avait payé les heures supp puis ce fut machine arrière. Aujourd’hui la preuve n’incombe pas plus à l’employeur qu’au salarié .... et comme les conseils des prud’hommes risquent d’être supprimés ...le travail au noir a de beaux jours devant lui

  • Par Hume (---.---.---.1) 1er juin 2007 18:17
    Hume

    « travailler plus pour gagner plus »... imaginons :

     Gerard, employe :« Bonjour boss, dites-moi, je ferais bien quelques heures supplementaires detaxees ce mois-ci car ma femme et moi voulons s’acheter un ecran plat et partir en vacances en Grece en Juin »

    Reponse du boss (choisissez la plus credible SVP) :

    A : "Mais bien sur mon p’tit Gerard !! Combien d’heures sup’ voudras-tu ce mois-ci ? Et pense a m’envoyer une carte postale !!

    b : Ah non desole mon p’tit Gerard mais vu la cahier des charges, pas de possibilite de faire des heures sup’ ce mois-ci. Par contre, va falloir mettre les bouchees doubles en juin. Alors tant pis pour votre voyage, mais il vous restera l’ecran plat !"

  • Par nono (---.---.---.27) 1er juin 2007 19:18

    LOL !! Sans salarié il n’y a pas de patron. La réponse basique dénuée de sens.

    Vous croyez que le patron il est parti de quoi ? Il a embauché quelqu’un pour lui permettre de créer son entreprise, le salarié qu’il a embauché n’a pas dormis des nuits et des nuits pour savoir comment l’entreprise allait se développer ...

    Contrairement à l’oeuf et la poule une entreprise qui embauche part toujours d’une personne qui a osé faire quelque chose souvent au détriment de sa vie privée pour à terme pouvoir satisfaire des salariés et oui ! Donc que l’on ne me dise pas que sans salarié il n’y aurait pas de patron car cela existe et il y en a beaucoup, et puis qui évite aussi d’embaucher pour éviter les soucis supplémentaire.

    Je n’arrive vraiment pas à saisir certain point de vue.

    Et puis beaucoup, à mon gout, dise que c’est mauvais parce qu’issue de Sarkosy. Pour preuve le CPE s’était mauvais mais alors le contrat première chance s’était bien alors que s’était identique. Mouais.

    Je ne suis vraiment pas partisan du dire NON parce que mais j’essaye de réfléchir par moi même avant.

    PS : c’est déja bien un écran plat, beaucoup de patrons ne peuvent pas se le permettre. smiley

    • Par Hume (---.---.---.1) 1er juin 2007 19:33
      Hume

      « Et puis beaucoup, à mon gout, dise que c’est mauvais parce qu’issue de Sarkosy. Pour preuve le CPE s’était mauvais mais alors le contrat première chance s’était bien alors que s’était identique. Mouais. »

       ????

      Au fait, vous connaissez le super bilan du CNE ?

      Quant aux ecrans plats... c’etait une image bien sur : cela s’appelle repondre par l’absurde a une mesure... absurde !!

      En tout cas, le pourcentage d’ecrans plat chez les Sarkozy est de 100%, payes part le contribuable. Normal, c’est « mieux pour les yeux des enfants » (dixit la Premiere Dame de France, j’attends donc qu’elle fasse un geste a tous les enfant de France en faisant rembourser par la Secu l’achat de ces ecrans) smiley

    • Par nono (---.---.---.27) 1er juin 2007 19:59

      hehe !!!

      Pas si mauvais que ca vu que cela a créé des emplois (même 1 emploi c’est 1 emploi pour une personne) vous auriez peut être préférez que 144000 personnes restent au chômage en attendant. Moi non !

      Cela a aussi permis à des TPE d’embaucher alors que meme pas elle n’y avait songé !!

      Ce n’est pas LA solution mais ca a aider 144000 personnes !! je trouve que c’est déjà bien au vu de ces 144000 personnes.

      PS : je ne sais pas si vous avez vu mais j’ai rajouté exprés un petit bonhomme qui fait un clin d’oeil. c’était aussi une boutade et oui !!! Les Sarkosy ont le droit d’avoir autant d’écran plat qu’il veule c’est leur problème aprés tout.

    • Par Hume (---.---.---.1) 1er juin 2007 21:51
      Hume

      Enorme !!! l’effet du CNE (sachant que la plupart ne sont pas des creations d’emploi, juste une transformation de CDD OU de CDI en CNE...).

      Ca doit expliquer pour les chiffres du chomage du gouvernement sont a 8.2% mais pas ceux d’autres organismes peut-etre un peu objectif (Eurostat) ou une reevaluation de l’Insee opportunement reportee...

      Pour les ecrans plats, je suis content pour leurs yeux, mais avec l’argent du contribuable... Avouez que ce n’est au niveau des frais de l’Elysee qu’on risque d’avoir une rupture avec les Chiracs (700% d’augmentation des depences pendant la Chiraquie si je me rappelle bien).

      Tenez, je change de bonhomme ! smiley

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 20:01
      carnac

      Nono vous n’avez pas tort et que je vous dise cela vous surpendra peut-être : un grand nombre d’employeurs de TPE sont plus proches dans leurs ressources des conditions financières salariales moyennes voire basses que des conditions salariales des cadres de grands groupes.

      Cette situation n’est pas exclusivement française et c’est pourquoi je pense qu’il faudrait aller vers une unification des statuts et notamment de la couverture sociale pour tous les petits patrons qui créent de l’emploi

    • Par carnac (---.---.---.104) 3 juin 2007 09:17
      carnac

      SOURCE ACCOSS DARES 1ière synthèse Juin 2006

      AVIS de l’employeur : en l’abcence du CNE qu’aurait-il fait ?

      67% j’aurais recruté la même personne 2% j’aurais recruté une autre personne à la même date 16% j’aurais attendu que mon besoin se confirme avant de recruter 6% j’aurais attendu un autre profil de candidature pour pourvoir le poste 9% je n’aurais pas embauché

      DONC EFFET D’AUBAINE 69%

  • Par masuyer (---.---.---.168) 1er juin 2007 23:19
    masuyer

    Pour répondre un peu à Nono,

    Je travaille dans une TPE. J’envisage de m’installer. J’ai donc un peu travaillé sur des prévisionnels. Vous pourrez me répondre que ce ne sont que des prévisionnels, mais ils sont éclairants tout de même. En fait, j’ai fait deux simulations sur 5 ans, l’une où je restais seul, et l’autre où j’embauchais un salarié en deuxième année. Avec un salarié, je triplerais mon résultat. C’est fou non.

    En fait ce qui pose le plus de problèmes au TPE et qui n’est jamais évoqué, ce sont les délais de paiement. Dans mon secteur professionel (l’exploitation forestière), l’entrepreneur de travaux forestiers est prestataire de service. Pour les collectivités publiques (Etat ou communes via l’ONF), les propriétaires privés, les coopératives ou les scieries. De nombreuses scieries (les grosses, et il n’y aura bientôt plus que ça) ne paient pas à réception du chantier mais quand elles ont vendu le bois. On peut donc attendre jusqu’à un an le paiement du chantier. C’est à dire que c’est le plus fragile qui fait l’avance de trésorerie et si lui doit payer des AGIOS à la banque, la scierie ne lui en versera pas. On retrouvera le même problème dans beaucoup de secteurs.

    Quant aux charges sociales, si l’on veut favoriser l’emploi sans remettre en cause la couverture sociale, il suffit, comme l’avait évoqué Chirac lors de ses voeux il y 2 ou 3 ans, de ne plus les faire porter sur le nombre d’employés mais sur la valeur ajoutée. Car le système actuel pénalise les plus gros utilisateurs de main d’oeuvre, ce qui me parait dommage quand on veut lutter contre le chômage.

    • Par zutafruit (---.---.---.111) 1er juin 2007 23:57

      Pas tout à fait vrai sur les réglements par les collectivités : en effet, il suffit de préciser les dates de paiement lors du marché ou du contrat et de faire valoir ses droits en exigeant des intérêts au Trésor Public sur les retards (des fois, très juteux)..

      Mais je comprends bien aussi que les micro-sociétés n’ont pas que ça à faire, puisque bien souvent elles fonctionnent sans secrétaire pour régler ce type de problème.

      D’ailleurs, dommage qu’on n’ait pas imposé une taxe sur les ordinateurs et les logiciels « clé en main » qui générent depuis longtemps la disparition des secrétaires..

      Les petits patrons ont bien eu tort de vouloir se passer de leur secrétaire, car elles n’étaient pas seulement là pour enregistrer des factures ou taper les courriers, mais souvent, elles complétaient le travail du comptable, elles étaient des bases de données irremplaçables sur la documentation juridique, fiscale, comptable ou sociale d’une entreprise.

      Le patron qui bosse seul, eh bien, il bosse seul et à mon avis, il est prétentieux de dire qu’il y arrive seul (enfin, tout dépend du point d’arrivée..).

      En fait, quand un petit patron a fait ses 10 heures de boulot/jour et qu’il doit le samedi AM ou le dimanche se faire l’administratif, il a tout faux : y’a pas un logiciel qui fera aussi bien qu’une secrétaire même si elle n’est là que 10 heures par semaine. En fait, elle fera bien mieux que lui (plus rapide, plus efficace et plus rapide..) et en plus, pour pas si cher que ça, il pourra récupérer 15 heures sur sa vie..

      Travailler plus pour gagner plus (un choix de vie ??).

      N’empêche que les secrétaires font du meilleur café et ça c’est bien connu !!!

      Bon, on s’éloigne des heures sup...

    • Par masuyer (---.---.---.168) 2 juin 2007 09:11
      masuyer

      Zutafruit,

      pour les collectivités publiques vous avez raison. Il existe cependant des moyens de détourner la loi. Dans l’Est de la France, de nombreuses forêts sont communales, donc comme toutes les forêts publiques, elles sont dites soumises et donc géré par l’ONF. L’entrepreneur de travaux forestiers est payé en fonction du volume de bois abattu et façonné. Le cubage est effectué par l’agent de l’ONF. Tant que vous ne recevez pas le bordereau de cubage, vous ne pouvez pas facturer. Il suffit donc d’attendre que la vente de bois ait eu lieu pour adresser ce bordereau.

      Pour la deuxième partie de votre commentaire, je suis tout à fait d’accord avec vous. Le vrai problème, ici comme ailleurs, c’est que l’on voit souvent ce que ça coûte et rarement ce que ça rapporte. C’est pareil avec les impôts.

    • Par zutafruit (---.---.---.126) 3 juin 2007 23:48

      @ Masuyer, toutes mes excuses ! Je ne connaissais pas cette particularité locale sur le cubage (mais j’en prends acte). Effectivement, ça peut entraîner des retards de paiement de la part des administrations..

      Sinon, bien contente que vous reconnaissiez que les secrétaires font du bon café !!

  • Par zutafruit (---.---.---.111) 1er juin 2007 23:33

    LOL 2 LOL !!

    On avait rêvé d’une société où le travail serait partagé entre tous et ses fruits aussi... Ben ça va pas être comme ça.

    Déjà aujourd’hui, on entend fréquemment dire que des employés reçoivent des heures sup (non faites) parce que gentil(les) avec le chef ou le super-chef ou le patron et ça risque pas de s’arranger..

    Pour info, il y a encore bien pire chez nos voisins allemands !! L’an passé, j’ai bossé dans un call center américain installé en Allemagne qui recrute des français : ils ont réussi à mettre en place les heures bénévoles !!

    Vous avez bien compris, ça veut dire qu’on paye pas les heures faites en plus, mais juste les commissions (travailler plus pour gagner plus...)

    Donc, pour ce faire, les chefs de services bloquent pendant toute l’année les meilleurs dossiers, les plus juteux et en fin d’année, ils proposent le trésor de guerre à leur équipe de gentils pauvres commerciaux dont le salaire habituel varie entre 850 et 1300 euros net pour 40h/semaine avec retraite à 67 ans et la perspective du meeting de 16h45 s’ils se remuent pas le cul pour faire rentrer l’argent..

    Revenons à nos moutons désireux de travailler plus pour gagner plus et qui souhaitent profiter du trésor de guerre cité plus haut : il faut travailler au delà des heures habituelles (40h en Allemagne) et sans revendiquer de contre-partie en heures supplémentaires... Simplement, comme les clients à contacter sont supposés être les plus porteurs, ça donne une opportunité de faire de belles commissions, sauf qu’en réalité ces « clients-pigeons » ne représentent qu’un pourcentage un peu plus gros que d’habitude... Donc pour la direction USA : les pigeons, ce sont ses propres salariés qui feront des heures non payées (je rappelle que pour ces heures en plus, on ne touche que les commissions). A rajouter aussi, que c’est mal vu de ne pas rentrer dans le jeu...

    Peu après le début de cette opération « heures bénévoles, j’ai eu »la chance" d’être convoquée au meeting de 16h45 : t’as moins d’1/4h pour rencontrer le directeur de la DRH, signer ton arrêt de mort à l’amiable et prendre tes petites affaires après 17h quand tous tes collègues ont quitté la sté (mais pas d’inquiétude, on leur dira que tu as la gastro et puis que ça s’arrange pas et puis le temps passe et tout le monde t’oublie).

    Je dis que c’est une chance, car vu les conditions de travail en call-center, j’aurais fini par ne plus trouver l’énergie pour éviter la dépression, voire même gros pétage de plomb (bon, mais les clients sentaient bien que ça n’allait pas). Surtout à leur vendre cher des produits « made in China » et de surcroît de mauvaise qualité..

    Alors, quand j’entends dire « travailler plus pour gagner plus », je peux pas y croire !!

    Là-bas, à la frontière allemande, tous les mois, il y a les nouveaux qui arrivent avec le coeur à travailler plus pour gagner plus et tous les mois, il y a les anciens qui repartent « cassés et souvent plus pauvres qu’avant » et qui finalement retournent pointer aux Assedic et se réinscrivent à l’ANPE qui tous les mois envoie d’autres français tenter l’expérience : misère de misère..

    En fait, c’est presque un système bien organisé et tous les chômeurs qui tombent dans ce circuit ANPE / call-center en allemagne disparaissent des statistiques officielles.. Et c’est tout bénéf pour les 2 pays puisque si l’on ne tient pas un an, on y perd pour la retraite (j’attends confirmation des syndicats..).

    Travailler plus pour gagner plus ??? Minimum de rentabilité pour le SMIC : rentrer 8000 euros par semaine pour la société : OK... OK, je me défonce et j’essaye de faire rentrer encore plus pour gagner plus (Les américains ne gagnent pas d’argent, ils en font..). Mais c’était jamais assez : pourquoi t’as pas vendu !! T’as vendu, c’est super, mais pourquoi t’as pas vendu plus !!!

    Quand j’ai travaillé plus, c’était tout bénef pour la grande patronne aux States qui dépense 400 000 dollards par an pour des actions de solidarité lors de méga-galas de charité ou de soutien à Busch (attention, il s’agit de son argent de poche et pas d’investissement de l’entreprise, histoire de préciser qu’elle peut grâce au salaire qu’elle touche, grâce au travail de ces pigeons de français qui acceptent de travailler plus pour gagner plus et qui en plus détruisent le droit du travail...)

    Moi, quand je vois des travailleurs se prostituer (j’appelle ça comme ça) pour des salaires de misère et des conditions de travail très précaires au mépris du droit du travail et des législations, des gens vraiment bien qui en arrivent à détruire les lois sur le travail au bénéfice d’autres qui n’en finissent plus de s’enrichir et bien et bien moi je dis que s’ils font cela, c’est parce qu’ils y sont obligés par des proxénétes....

    Au fait, mon contrat, c’était un très précieux CDI, mais dites-vous bien que dans des systèmes pareils, ça vaut rien....

    Travailler plus pour gagner plus ??? Non, c’est pas la solution : il faut équilibrer le temps de travail pour que tous puissent s’épanouir dans une activité salariée ET avoir du temps libre et il faut surtout équilibrer les revenus du fruit du travail, donc les salaires ! Et puis c’est ridic. cette crise où l’on a 1 personne qui travaillerait avec heures supp et tout le reste de la famille qui chercherait un job à tout prix..

    Est-ce que derrière toute cette histoire, nos gouvernants ne chercheraient pas à remettre le travail de l’homme au centre d’une morale sociale comme c’était le cas jusqu’au milieu des années 1950-1960 : le mec va bosser comme un fou et sa femme reste à la maison pour s’occuper des enfants ???

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 20:13
      carnac

      Il me semble que la vraie question à se poser c’est que nous sommes dans un contexte de mondialisation où nous ne pouvons rivaliser avec les chinois par exemple mais pas non plus avec les ingénieurs indiens : c’est ainsi qu’hewlett packard a proposé à reclassement à mon jeune fils pour 4 SMIC tunisien soit 500€ alors qu’il gagnait 2800€/mois en Irlande ... comme quoi tous les types de métiers sont impactés.

      Nous avons vraiment une réflexion à avoir pour contrecarrer le problème du moins disant social. Pour moi c’est la sécurisation des parcours professionnels en France et une europe avec un vrai corpus de protections sociales identiques pour tous les pays est absolument nécesaire. Le problème c’est qu’on n’y est pas encore.

      je vous remercie de votre participation à ce forum et vous souhaite sincèrement un nouveau départ plus heureux

  • Par chris11 (---.---.---.173) 1er juin 2007 23:56

    Peut etre que l’un d’entre vous pourra m’éclairer .

    Ces heures supplémentaires seront elles plafonnées en nombre ? car sinon , quelle evasion fiscale ... De quoi mettre a terre les assédics en un rien de temps.Plus de charges sociales pour les patrons et les emmerdes pour les employés !!!

    je ne vous ferai pas l’injure de vous donner le mode d’emploi !!!!!

  • Par karg se (---.---.---.199) 2 juin 2007 01:18
    karg se

    Avant les élections, quand on critiqué ce genre de mesures débiles du programme de Sarkozy, on en prenait plein la gueule, notamment ici, sur avox.

    Hors certains semblent avoir besoin de voir les lois arrivées pour se rendre compte du danger qu’elles représentes.

    Même remarque pour tous ce qui va se passer dans les 5 prochaines années, le programme économique cohérent et le président compétent, vous allez en bouffer.

    • Par Hume (---.---.---.1) 2 juin 2007 01:48
      Hume

      Et oui, les gens l’ont voulu, maintenant ils l’ont. Et pourtant, comme d’habitude, dans quelques mois, plus personne dans votre entourage n’aura vote NS. C’est l’etrange disparition des electeurs du pouvoir en place.

      Ceci dit, attendons de voir. Ca risque d’etre une experience interessante...

  • Par perlin (---.---.---.114) 2 juin 2007 07:31

    @ l’auteur

    Je ne suis pas sûr que vous connaissiez bien le monde du salariat, en ravanche je suis sûr que votre vision est déformée par le prisme de vos activités prud’hommales.

    Votre article comporte des contre-verités (voir les commentaires ci-dessus et notamment celui de Ronfladonf) si grosses que je me demande si vous pêchez par incompétence ou si vous tentez une manipulation vicieuse.

    Beurk

    • Par carnac (---.---.---.104) 2 juin 2007 20:20
      carnac

      PERLIN on va faire comme aux prud’hommes : pouvez vous préciser en quoi et sur quels points il y a manipulation ?? en droit on n’affirme pas péremptoirement on prouve ... et puis quand j’aurais atteint l’âge de la retraite j’aurais plus d’annuités qu’il m’en faut car j’ai commencé à travailler à l’âge de 18 dans le privé et j’y travaille toujours .. ensuite je ne suis pas née de la dernière averse , j’ai 52 ans.

      C’est peut être cette connaissance intime du monde du travail qui vous gêne

  • Par papy (---.---.---.205) 2 juin 2007 08:51

    Gerald Voila une réaction qui me rappelle le STO

  • Par éric (---.---.---.106) 2 juin 2007 12:32

    la suppression des 65% des cotisations (45% employeur, 21% salarié) sur les quelque 900 millions d’heures supplémentaires effectuées actuellement représenterait à elle seule 5 milliards d’euros", calculent Les Echos lundi. Et si c’était beaucoup plus ?

    Il serait tentant pour les employeurs et leurs salariés de jouer sur la réglementation du travail à temps partiel.

    Le code du travail autorise les employeurs à faire effectuer 10% d’heures complémentaires (non supplémentaires) à leurs salariés à temps partiel(Articles L. 212-4-2 et s du code du travail). Toutefois, une convention ou un accord collectif de branche étendu peut porter jusqu’au tiers de cette durée contractuelle.

    Un chef d’entreprise qui souhaite augmenter le revenu de ses salariés tout en économisant de l’argent pourrait agir de la façon suivante :

    Proposer à tous ses salariés à temps plein un contrat de travail à temps partiel de 32 heures hebdomadaires. Grâce aux 10% autorisés, il les fait travailler en réalité 35 heures. Ces trois heures complémentaires se verront appliquer la baisse des charges (économie pour l’employeur) et dispenser d’impôt sur le revenu (hausse de ses revenus pour le salarié).

    Les grands perdants dans le système : l’Etat qui verra ses recettes fiscales baisser et les recettes des caisses de sécurité sociales et de retraite. De plus le salarié qui cotisera moins verra sa retraite espérée s’affaiblir.

  • Par Christoff_M (---.---.---.230) 2 juin 2007 23:05
    Christoff_M

    Merci, grace aux incohérences de nos chers gouvernants, droite, gauche, le secteur ou je travaillais a été complètement massacré, les salaires ont perdu entre 300 et 1000 euros... mille merci à nos gouvernants pour leur incapacité pratique et technique, à régler des problèmes simples, à revenir en arrière sur des choses votées !!

    Pourquoi pas de réferendums sur des sujets graves !! la caractéristique de la France c’est braquer d’un coté et au changement de pouvoir, braquer de l’autre coté... si bien que le véhicule France fait du sur place quand il ne va pas dans le fossé...

    • Par Christoff_M (---.---.---.230) 2 juin 2007 23:39
      Christoff_M

      A l’auteur : en travaillant dans un syndic, je ne vois pas quelle vision objective vous pouvez avoir du monde industriel, peut etre une vision qui date un peu à la zola ! Dans mon domaine, il y a toujours eu plus de volontaires que d’heures à faire... et quand il n’y avait plus d’heures nous étions plutôt déçu. Je n’ai jamais vu quelqu’un viré par excès d’heures sup ou refus d’heures sup et cela fait plus de vingt ans que je travaille dans le secteur industriel !!

      D’autre part si nous avons perdu des clients, c’est par une mauvaise gestion du personnel, un manque de formation, ou l’utilisation abusive d’intérimaires, ce qui dans le domaine de l’image est une catastrophe et entraine des disparités visibles pour un client averti, donc à la longue le départ de celui-ci... je remarque que dans de nombreuses boites le problème se situe au niveau de l’encadrement, de la gestion, de l’organisation, et que les employés ou les ouvriers patissent d’un mauvais encadrement ou d’une mauvaise gestion de leur société...

      Ce qui fait que l’on peut passer d’un carnet de commandes plein et son lot d’heures sup à une perte de client due à des erreurs ou des retards et si cela va plus loin à une charette au niveau personnel... je ne dis pas que le travail de gestion et d’encadrement ainsi que la gestion du temps de travail est loin d’etre parfait en France... la preuve avec un encadrement étranger, les boites marchent mieux en général...

      Dernière chose pour illustrer tout cela, la guerre interne d’AIRBUS, qui devrait marcher à fond en ce moment, est due à des luttes intestines entre deux cadres français, qui se bouffaient le nez derrière LAGARDERE ; entre DELMAS, FORGEARD, GREGORIN, je ne sais pas quel est le plus crétin pour avoir réussi à mettre en difficulté cette société qui avait tout pour réussir...

      Quand on arretera de poser de faux problèmes et on regardera un peu plus haut pour voir la faiblesse de nos cadres dans le privé et dans le public, le manque de transparence et de contre pouvoir aussi bien dans les grosses sociétés que dans l’administration, on mettra peut etre le doigt sur un gros probleme de viabilité de nos sociétés plus important que les heures sup et leur taux !! pour avoir des heures sup, il faut déjà avoir une société qui marche, et le fait de faire des heures sup n’est pas un signe de maladie à part pour certains syndicats français !!

      Dernière exemple nous avons vu sur FR2 récemment dans une émission tardive, une coopérative d’ouvriers qui avait repris une boite et bien figurez vous qu’il travaillaient plus qu’avant, avaient une meilleure productivité, étaient intéressés au résultat et connaissaient les salaires de la boite y compris de leur dirigeant... ils avaient l’air de bien se porter dans tous les cas !! Comme quoi avec une bonne cohésion, une bonne gestion et des gens informés sur les chiffres, et intéressés au résultat, on avance dans le bon sens, pas forcément celui des syndicats...

      Pour finir si vous trouvez des gens qui préfèrent gagner moins ou ne pas être intéressés en France, allez les chercher, en tout les cas moi je n’en ai que tres peu autour de moi !! maiis c’est vrai qu’entre le privé, l’industrie et l’administration, il y a un fossé grandissant !!

    • Par carnac (---.---.---.104) 3 juin 2007 09:01
      carnac

      pour christoff Ai-je une connaissance suffisante du monde industriel du travail ? Il se trouve qu’une de mes soeurs est mariée au patron du MEDEF de la région PACA ce qui me permet de rencontrer des personnes de ce milieu et d’avoir des conversations intéressantes.

      Par ailleurs un de mes frères a créé une entreprise dans le domaine de la production pharmaceutique de produits pour les opérations chirurgicales des yeux . Cette entreprise est passée de quelques années de 3 fondateurs qui y avaient mis leurs primes de licenciements économiques à 120 personnes , cotée au second marché

      Le domaine de la gestion immobilière vous met en relation étroite avec le BPT car il faut bien construire et réparer les immeubles. Dans ce domaine vous cotoyez de grands groupes comme des PME TPE : l’artisanat.

      Aux prud’hommes on voit en encadrement des employeurs de toutes spécialités ce qui permet de comprendre aussi un certain nombre de réactions.

      Dans la section encadrement où je siège nous avons également le n°3 du groupe SAINT GOBAIN et j’ai donc eu l’occasion de parler avec lui de certaines orientations stratégiques de son groupe pour en comprendre la finalité ; enfin j’ai eu à juger certaines pratiques dans le groupe PORCHER ce qui éclaire de façon interne la gouvernance de ces groupes.

      Ceci dit je ne prétends nullement avoir une connaissance détaillée et approfondie de ces domaines variés mais je pense avoir un panel en tête assez représentatif des difficultés des entreprises de tailles très variées et de secteurs très variés.

      Vous ne me retirez pas de la tête que nous avons deux sortes d’entreprises : de vraies communautés de travail où l’importance du « bel ouvrage » , du sérieux, a des conséquences directes sur votre avenir. C’est le cas de la coopérative ouvrière que vous citez mais aussi d’une partie de l’artisanat. Parallèlement nous avons une conception de l’entreprise pûrement financière où c’est la rémunération rapide du capital qui prévaut sur le travail des salariés et qui prévaut sur le développement « durable » de l’entreprise.

      Ce que je vois c’est que cette seconde conception prend peu à peu le pas sur la première.

      Dans ce contexte l’employeur fait « un coup » , cela marche tant que cela marche et l’on recueille un maximum de bénéfices si bien que chaque fois qu’il y a lieu de faire un arbitrage financier c’est le salarié le moins disant qui l’emporte , l’investissement industriel le moins cher et surtout pas de formation ... Les employés y deviennent cyniques à l’image de leurs dirigeants car ils savent qu’ils ne sont là que pour un temps donc ils « salopent » le travail.

      Notre président a mis parait-il au centre de ses préoccupations la VALEUR DU TRAVAIL et il résoud cela par la DIMINUTION DU PRIX DE L HEURE TRAVAILLEE qui a toujours eu une part de revenus immédiats (vos salaires) et des prestations différées (votre retraite) ...

      Voilà le paradoxe qui m’amène à dénoncer le nouveau mécanisme des heures supplémentaires qui baisse en fait la rémunération du travail.

      En plus c’est totalement illusoire de penser que dans le textile par exemple nos salariés auront un coût du travail égal à celui de la Chine, baisser LA VALEUR DU TRAVAIL n’aurait de sens que si nous avions la possibilité de nous aligner sur nos concurrents ce qui n’est pas le cas.

      Dans ce contexte de mobilité de l’emploi, la France créant autant d’emplois qu’elle en détruit voir le rapport de mars 2007 du conseil d’orientation pour l’emploi , je plaide pour une bonne rémunération de l’heure travaillée qui MOTIVE et des transitions professionnelles sécurisées pour passer le plus aisément possible d’un emploi à l’autre ce qui nous adaptera aux effets de la mondialisation.

    • Par La mouche du coche (---.---.---.43) 3 juin 2007 11:46
      La mouche du coche

      « une bonne rémunération de l’heure travaillée qui MOTIVE » smiley

      Ahlala ! comme on voit bien que vos n’avez jamais embauché personne de votre vie ! smiley

      Vraiment essayez d’en embaucher un et vous parlerez enfin de quelque chose que vous connaissez. Vous rougirez alors de ce que vous venez d’écrire. smiley

  • Par Christoff_M (---.---.---.62) 3 juin 2007 11:30
    Christoff_M

    Vous parlez de ce que vous voyez au niveau de votre dixiéme étage, moi je suis un peu plus bas, excusez moi je n’ai pas une soeur mariée a un patron du MEDEF local...

    Excusez moi mais ceci ne représente pas pour moi une référence, mais vous avez besoin de justifier vos propos...

    Vous ètes tout a fait à l’image de certains politiques et de certains patrons, surement très sincère mais totalement déconnectée de la réalité, de ce que pense les gens d’en bas, et votre discours et le mien prouvent combien un grand écart existe en France suivant la couche sociale ou on se situe, il y a un fossé entre nous... Moi j’attaque aux prud’hommes ma dernière société un grand groupe canadien qui s’est foutu allègrement dans les poches les aides octroyées par l’état français alors qu’en sept ans nous n’avons eu qu’une semaine de formation et une nouvelle direction qui a sabordé nos clients, à se demander si les charettes n’étaient pas prévues depuis longtemps voire meme la fermeture de cette structure envisagée...

    • Par Christoff_M (---.---.---.213) 3 juin 2007 15:55
      Christoff_M

      moi je ne vois plus d’heures sup, mais des stagiaires et des intérimaires à qui on confie des boulots de confirmés, histoire en passant de mettre la pression aux employés qui ont un peu d’ancienneté !! et comparer nos secteurs à la CHINE bon prétexte de patron !! nous ne fabriquons pas la même gamme de produits et c’est l’erreur de beaucoup de boites françaises que de faire de la quantité et de parler de chiffres au lieu de hisser leur niveau de qualité seul moyen de se maintenir en se distinguant et pas en se mettant au niveau de pays que l’on ne peut pas concurrencer !

    • Par carnac (---.---.---.104) 3 juin 2007 16:20
      carnac

      Je suis désolée d’apprendre que vous êtes aux prud’hommes parceque je sais que c’est une épreuve pour être de mon coté ET conseillère prud’hommale salariée ET défenseur syndical.

      Travailler dans le logement social de droit privé ne prédispose pas forcément à voir « que » du « beau monde ».

      Effectivement les grands groupes dans leur logique financière organisent littéralement la « non rentabilité » de leurs établissements en général trois ans à l’avance d’après ce que nous dit le cabinet SYNDEX.

      Dans l’Isère par exemple Hewlett Packard avait commencé par vendre sa partie logistique à SANMINA dont HP était le seul client. A la tête de SANMINA des affidés d’HP qui n’ont recherché aucune autre clientèle ... HP a cessé ses commandes du jour au lendemain et les locaux ont été débarrasés de leur matériel de nuit par la direction de SANMINA ;

      On a réussi à limiter la casse pour les gens de SANMINA ils ont recu les indemnités HP par transaction. mais c’était de la casse organisée évidemmment ...

      Mais revenons à nos moutons c’est à dire les heures supp je pense vraiment que cela « organise » la baisse des salaires DE BASE A TEMPS PLEIN et la destruction de notre système social :notamment cela réduira les moyens financièrs de l’ANPE à laquelle les salariés qui, comme vous sont indûment privés d’empois, ont recours.

    • Par Christoff_M (---.---.---.139) 4 juin 2007 03:49
      Christoff_M

      Encore une fois vous etes loin des réalités, je n’ai eu aucun entretien, aucune proposition concrete de l’ANPE depuis six mois ; les seuls entretiens que j’ai obtenus, je les ai provoqués, et si je n’insiste pas je ne vois jamais la même personne ; quand aux formations on vous répond niet à chaque fois... si j’attendais une place de lapart de l’Anpe correspondant à mon profil, je pourrais attendre jusqu’en 2012, je trouve un peu désolant qu’en 2007 la plupart des ANPE en soient réduites à un tel degré d’inefficacité...

      Vous êtes reçus par des gens forts sympathiques, qui écarquillent les yeux quand vous parlez d’un domaine très technique, qui ont surement un rôle d’accueil, social pour certains ; mais qui ne sont surtout pas capable de trouver un poste en relation avec votre profil, à part si vous avez un boulot basique qui rentre dans les appellations « CODE ROME » !! et les classifications Code ROME de la presse correspondent à des métiers qui n’existent plus depuis près de dix ans... or apparemment le logiciel de classification des métiers fut refait en 2005...

    • Par carnac (---.---.---.104) 4 juin 2007 08:23
      carnac

      ANPE :christoff je partage votre point de vue : le conseil d’orientation pour l’emploi dans son prérapport de Mars 2007 annonce que seulement 16% des inscrits à l’ANPE trouvent du travail par l’ANPE et de mémoire 47% estime que ce travail ne correspond pas à une amélioration de leur situation professionnelle.

      Comme j’ai des enfants jeunes la période de l’ANPE est encore très présente en ma mémoire et je relevais notamment que l’ANPE refuse de mettre directement les candidats en rapport avec les employeurs alors que l’APEC le fait pour les cadres . C’est pourquoi il y a un travail considérable à mener dans les maisons pour l’emploi lorsqu’elles seront en place pour réellement alléger la paperasserie , parler de compétences et non pas de diplomes , avoir un vrai service d’orientation et de formation etc... complètement d’accord avec vous : le dernier de mes fils a trouvé en Irlande un premier poste d’analyste programmeur quand l’ANPE a été incapable de lui trouver une activité même connexe dans l’informatique parcequ’ils ne maîtrisent absolument pas le sujet.

      Intégrer des seniors issus du monde de l’industrie dans les services de l’ANPE serait d’ailleurs une excellente voie pour améliorer les compétences de l’ANPE et assurer aux intéressés une fin de carrière intéressante.

    • Par floruf (---.---.---.101) 5 juin 2007 16:08
      floruf

      Je ne sais pas si votre vision de l’ANPE et tout à fait objective car étant analyste-programmeur également ,j’ai dégoté mon premier job avec l’ANPE ! Et mon frère graphiste s’est aussi vu proposé des places dans son domaine de compétence dès son premier entretien ! D’ailleurs j’ai cru entendre que sur des profils très sépicifiques ,L’ANPE sous-traitait ces dossiers afin d’y répondre plus rapidement ! @l’auteure , Salutation d’un voisin de Siccieu ! smiley

    • Par carnac (---.---.---.104) 5 juin 2007 23:48
      carnac

      Bonjour SICCIEU , c’est le nord isère en vadrouille sur le net décidément ... vous devez être dans les 16% de placements faits par l’ANPE en France d’après le rapport du conseil d’orientation de l’emploi prérapport de Mars 2007

  • Par voix libre (---.---.---.52) 4 juin 2007 10:21
    ARTEMIS

    On a beaucoup écrit sur les heures supplémentaires défiscalisées . Cette mesure parmi d’autres doit relancer l’emploi semble t-il( je fais volontairement un raccourci) Avez vous examiné les propositions des candidats pour résorber le chômage ? Faites le, c’est urgent ,car vous vous apercevrez du vide abyssal des propositions des uns et des autres. Je renvois dos à dos la droite le centre et la gauche !!!! En fait nos politiques sont impuissants devant la volatilité du marché économique, la mondialisation , la course à la rentabilité ... Par ailleurs le chômage c’est comme le crédit c’est pratique. vous aurez ainsi des citoyens bien dociles !!!!!

  • Par jenny (---.---.---.207) 5 juin 2007 14:30

    ma petite fille agee de 23 ans travaille depuis quatre ans en qualite d aide soignante.depuis 1 an dans une clinique.elle est embauchee avec un contrat indertermine et a temp partiel.quand pourra t elle les 35 heures.elle est incapable de se loger.quel avenir a t elle, ?

    • Par carnac (---.---.---.104) 6 juin 2007 00:02
      carnac

      Pour Jenny à mon avis il faut qu’elle postule dans d’autres établissements PRIVES ou qu’elle s’oriente vers les soins aux personnes agées - ce qui manque actuellement sur ces postes c’est la solvabilisation des offres d’emploi - mais de ce type d’emploi on en a et on en aura de plus en plus besoin : attention ne pas aller dans le public car ils sont étranglés par les coupes budgétaires en ce moment et ne recrutent QUE du temporaire en toute illégalité en plus. Voilà les échos que j’ai de ce secteur d’activité - bon courage

  • Par fraiboise (---.---.---.62) 21 août 2007 17:14

    Petite réflexion perso de la part d’une responsable des ressources humaines !

    très étonnée sur le peu de réaction sur l’abaissement du brut du fait de l’exo des HS , quid des prestations sociales assises sur le Brut, Chomâge ! Retraite ! Indemnités de sécu pour maladie et retraite etc....

    ou bien est-il prévu de continuer de mettre les HS dans le Brut et de les déduire ensuite dans le pavé des charges ??? je n’ai rien lu à ce sujet !

    Etant entre les 2 parties c’est à dire d’un coté les salariés d’un autres coté l’employeur ! j’ai un poste d’observation assez interessant ! du coté de l’employeur (pas tous peut être) le constat est clair chiffre à l’appui, les HS exo plutot que des embauches, les salariés eux (dans mon entreprise) même les organisations syndicales ne s’espriment pas trop sur le sujet !

    au sujet de la création d’emploi ! il me semble qu’il y a une solution simple qui ferait frémir les employeurs surement mais serait c’est sur une source de création d’emploi ! arretons les Exo de charges patronales sur les emplois de misère à temps partiel ! c’est sur pour eux 3,5 emplois EXO de 20 h valent mieux que 2 emplois plein temps, si les exo n’existent plus , plus d’interets de gerrer 3,5 personnes au lieu de 2 ! comment vivre avec un 20 heures ! ça aussi c’est une véritable honte de la république !

    • Par carnac (---.---.---.104) 22 août 2007 14:10
      carnac

      Je suis contente de vos observations en tant que DRH, donc spécialiste du domaine, confirmant que ces exonérations de charges sur les heures supplémentaires vont à l’encontre du développement de l’emploi.

      Les salariés sont aussi des électeurs : il va sans dire qu’un certain nombre d’entre eux approuvent ces dispositions qui avaient été clairement annoncées par le candidat M. Sarkosy.

      Je crois aussi que pour les salariés la « retraite » c’est très loin et que l’on en reste à une réflexion prosaique que l’on peut résumer par « un tien vaut mieux que deux tu l’auras ». Le silence ne me parait donc pas étonnant.

      J’espère que les négociations sur le devenir des retraites en 2008 permettront de pointer les énormes allègements de charges consentis aux employeurs au détriment de l’équilibre du budget des retraites et que l’on n’en restera pas à la simple réforme des régimes spéciaux qui ne représentent que 5% du budget total nécessaire ...

      La renégociation de l’accord sur les retraites sera évidemment l’occasion d’interroger les salariés sur leur choix de société.

      J’espère aussi qu’à l’occasion des premiers arrêts maladie ne prenant pas en compte les heures supp effectuées le trimestre précédant par les salariés Il y aura de la part des salariés concernés une prise de conscience. Comme cette nouvelle législation n’entre en application que le 1er Octobre il ne faut pas espérer la moindre interrogation avant le courant du mois de janvier 2008 ;

      On sait déjà, par de multiples études, que les heures travaillées impactent la santé et que « perdre sa vie à la gagner » est une réalité en France pour un certain nombre de métiers physiquement pénibles.

      Les ouvriers partant à la retraite ont actuellement 8 années de moins d’espérance de vie que les cadres ...

      on arrive donc à une réalité que les salariés concernés ne semblent pas voir : « travailler plus » pour « mourir plus jeune » ce qui indubitablement permettra aux seuls salariés n’ayant jamais fait d’heures supplémentaires de leur vie de bénéficier d’une retraite paisible et bien indemnisée.

      Pour l’instant, un point de vue comme le vôtre ou le mien semble minoritaire et j’ai l’impression de précher dans le désert .

      Comme vous je suis absolument scandalisée que la question des temps partiels demeurent en l’état car le temps partiel NON CHOISI est indubitablement un facteur de pauvreté.

      Le 17 Octobre est une journée mondiale contre la misère : il nous faudra répéter que la paupérisation d’une partie du salariat est une réalité bien française et que le travail ne met plus à l’abri de la misère comme je le constate chaque jour dans les cités HLM que je gère.

      http://www.oct17.org/Je-signe-la-de...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires