• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Humanitarisme contre humanisme

Humanitarisme contre humanisme

 Il y a quelques jours, le militant anarcho-humanitaire Cédric Herrou a été condamné à la prison avec sursis pour aide à l’immigration clandestine. Il va de soi que le chœur des gardiens de la pensée autorisée s’est aussitôt empressé de crier au scandale.

 Pourtant, est-il permis de critiquer le sieur Herrou et ses amis ? Bien évidemment non ! La tyrannie émotionnelle qui caractérise notre régime médiacratique post-démocratique ne peut que vouer au camp de rééducation quiconque désapprouverait, voire trouverait la sanction trop légère.

 Car, que fait Cédric Herrou exactement ? Avec l’association Roya Citoyenne, il aide des migrants en situation irrégulière à passer en masse de l’Italie vers la France, le tout en occupant illégalement des locaux.

 Quelle est donc l’urgence « héroïque » qui justifie cela ? L’Italie est-elle soudainement redevenue fasciste sans que nul ne s’en soit aperçu ? Il est vrai qu’il vaut mieux ne pas trop compter sur les journalistes pour nous informer correctement de l’état du monde

 En fait, notre Jean Moulin d’opérette, celui qui affirme sans rire que la France mène une politique d’extrême-droite, ne fait qu’aider au grand jour des migrants à transiter d’un Etat de droit vers un autre, le tout avec la clémence relative de la Justice et les applaudissements nourris de ceux dont l’opinion importe (ou pas).

 Bref, Cédric Herrou est un tartuffe de compétition. Hélas, même les tartuffes sont parfois dangereux quand leur utile idiotie fait le lit de la destruction de la nation, et le jeu des grandes organisations mondiales à qui cette destruction profite.

Humanitarisme

 Mais derrière la bêtise ahurie d’un militant trop heureux de sa médiatisation, se dissimule une idéologie. Je l’appelle « humanitarisme ». C’est cette vision, procédant du degré zéro de la politique, que le monde se divise implacablement entre oppresseurs et opprimés, et que les derniers sont donc toujours à sauver des premiers.

 Bien entendu, afin que la théorie demeure valide en toute circonstance, il convient de définir à l’avance chacune des deux catégories. Ainsi, la dite théorie se voit confortablement préservée de toute confrontation avec la complexité du réel.

 C’est ce qui permet à Cédric Herrou d’affirmer, toujours sans rire, que « si l'immigration venait du nord de l'Europe, la justice n'agirait pas comme ça, il y a un racisme d'Etat » (1). Outre que je peine à voir ce qui pourrait inciter nos voisins nordiques à immigrer en France, d’où notre sauveur tient-il ce fait pour si certain ?

 Ah, que la théorie est belle quand elle fait de moi un héro ! Que je ris de voir mon âme si belle en cette télévision ! Combien grande est mon indignation face à l’injustice et à l’ignominie ! Comme diraient les psychologues, il existe certainement un bénéfice secondaire à agir en dépit du bon sens...

 Soyons sérieux quelques instants. Cédric Herrou s’est-il seulement demandé qui étaient les migrants qu’il fait passer d’un pays à l’autre en violant la loi ? S’est-il seulement demandé d’où ils venaient ? Pourquoi ils venaient ? Et même si leur venue était légitime ?

 S’est-il aussi demandé s’il ne leur faisait pas prendre des risques, sanitaires notamment ? S’est-il demandé si les autorités nationales n’étaient pas plus compétentes que lui pour prendre la situation en charge ? S’est-il demandé si, dans un régime démocratique, il ne lui revenait pas en premier lieu de porter l’affaire devant la délibération publique ?

 Allons donc ! Il est bien entendu qu’il ne s’est jamais posé aucune de ces questions ! A quoi bon puisqu’il représente le camp du bien ! Et face à l’urgence, on ne peut être qu’un monstre si on ne se lève pas pour sauver quelques hommes et donc toute l’humanité !

Anti-humanisme

 Peut-être trouvez-vous le sarcasme un peu trop sévère ? Après tout, qui est insensible à l’odyssée mortifère de pauvres hères qui ont échappé à l’échouage en Méditerranée ? De fait, il ne me viendrait jamais à l’idée de reprocher à quiconque de braver quelques interdits afin de porter assistance à son prochain.

 Seulement, voilà : de là à industrialiser la démarche, il y a un pas que je franchirais d’autant moins que les sentiments qui se veulent bons dissimulent une réalité bien moins noble, pour ne pas dire franchement sordide. En une simple formule, au fond, l’humanitarisme est un anti-humanisme.

 Même s’il apparaît évident que les migrants, quelques réfugiés de guerre et beaucoup d’immigrés illégaux venant tenter leur chance, sont dans l’ensemble misérables, les médias qui applaudissent les coups d’éclat anarcho-humanitaires sont bien moins prompts à nous éclairer sur les quelques questions énumérées ci-dessus.

 Or justement, il n’est pas difficile d’imaginer que ces migrants sont bien trop misérables pour tous disposer des sommes nécessaires au financement de leur traversée de la Méditerranée. Mais de toute évidence, cela n’intéresse pas Cédric Herrou et ses semblables.

 Et bien que la presse nationale n’aborde que mollement le sujet, dans un article du 12/04/2017, le Monde rapporte le cas de ces personnes vendues 200 à 300 dollars sur les marchés de Libye, et retenues pour 2 à 3 mois de travail avant de pouvoir enfin embarquer vers la terre promise européenne (2).

 La sottise et la vanité n’excusent pas l’irresponsabilité. Répondre à l’appel de son humanité pour aider ses semblables est une chose. Apporter, même involontairement, un soutien logistique final au circuit des malheureux pris dans ce qu’on ne peut nommer qu’une traite d’êtres humains en est une autre.

 Cette affaire est bien trop grave pour être laissée à des militants ineptes à l’ego boursouflé. C’est un sujet de politique internationale, et le véritable mérite des tenants de l’humanisme, une philosophie et non une politique, serait justement de contribuer à ce que la politique soit informée au mieux par la philosophie.

 Quant à Cédric Herrou, qu’il s’occupe de faire pousser des tomates bio, il fera œuvre bien plus utile. Et que les associations qui minent la légitimité de l’État, en dépit de leur financement massivement public, laissent les citoyens et leurs représentants se saisir de l’affaire dans le cadre d’un grand débat national.

 A moins que tous n’y aient pas intérêt ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Tom Personne Tom Personne 12 août 11:53

    Petite erreur au 7eme paragraphe : il faut lire « C’est cette vision, procédant du degré zéro de la politique, qui pose que le monde se divise implacablement entre oppresseurs et opprimés... »


    • leypanou 12 août 12:24

      Cédric Herrou s’est-il seulement demandé qui étaient les migrants qu’il fait passer d’un pays à l’autre en violant la loi ? S’est-il seulement demandé d’où ils venaient ? Pourquoi ils venaient ? Et même si leur venue était légitime ?  : à mon avis, la question n’est même pas là.

      Il y a seulement une question à poser à ce genre de personne : sous prétexte que l’Érythrée ou l’Éthiopie sont des dictatures -sous quel critère d’ailleurs ? -, la France doit-elle se croire obligée de recevoir tous les Éthiopiens (100 millions) ou Érythréens (6 millions) qui débarquent ici clandestinement ? Et est-ce que les Français sont d’accord ?

      Le problème, certainement économique, des Éthiopiens ou Érythréens devrait se régler en Éthiopie ou Érythrée, non en France.

      Tant que les clandestins ne sont pas renvoyés, le flot ne risque pas de se tarir (cf l’Italie).


      • jaja jaja 12 août 13:37
        Cédric Herrou

        Lettre de la mère de Cédric

        Monsieur le Procureur, je vous fais une lettre......

        Je suis la mère de celui contre lequel vous vous acharnez . Ma grand -mère paternelle a elle aussi , en 1918 passé la frontière d’Italie à pied, par les montagnes elle a perdu le bébé qu’elle portait au cours de ce périple, (peut être a t’elle croisé à ce moment là les grands mères de messieurs Ciotti et Estrosi,qui sait ?) elle s’est louée telle une bête de somme pour tirer les « charetons »je me souviens d’elle avec la lanière de cuir qui lui barrait le torse ...Ma mère quant à elle était allemande, ma sœur est née dans les geôles de la gestapo, elles ont été toutes deux libérées par les Américains ; C’est ce sang là qui coule pour moitié dans les veines de mes deux fils que vous avez fait arrêté jeudi , l’autre moitié étant du pur sang de Bretagne...c’est têtu un Breton,et ça n’a pas peur des tempêtes .
        S’ils ne sont pas Français « de souche »(c’est ce qui reste d’un arbre mort,non ?) ils ont des racines profondes et vivantes dans ce pays qui est le leur et qu’ils aiment .
        Pour que vous compreniez ...nous avons été « famille d’accueil pendant 25 ans .Cedric avait 5ans, Morgan 7, quand les premiers enfants sont arrivés .ils ont partagé leurs jouets, leur table, leur maison, leurs parents avec 15 enfants délaissés,de toutes origines,certains battus, violés …..
        Alors quand Cedric vous dit que ces enfants qu’il voit sur nos chemins et nos routes de la Roya ,ce sont ses frêres et ses sœurs, il ne vous ment pas . Et quand il interpelle si fort les services de l’ASE, c’est qu’il en connait les rouages .
        Nous avons quatre enfants puisque ils ont accepté d’intégrer deux de ces enfants à leur famille, ce sont leur sœur et leur frère à présent et nous en sommes très fiers !
        Voilà monsieur le Procureur, et tous ceux qui le traite de passeur , de trafiquant d’êtres humains et de voleur voilà à qui vous avez à faire .
        Avec tout mon respect
        Mama Herrou


        • Cateaufoncel 12 août 14:03

          @jaja

          "Alors quand Cedric vous dit que ces enfants qu’il voit sur nos chemins et nos routes de la Roya ,ce sont ses frêres et ses sœurs, il ne vous ment pas ."

          Ca ne lui donne en aucune manière le droit des les infliger à la France et aux Français !


        • Tom Personne Tom Personne 12 août 14:04
          Ce témoignage, très personnel, est tout à fait légitime dans le cas qui oppose Cédric Herrou et la justice, mais le problème qui m’interpelle dans cet article est de nature politique.
          De plus, je suis parti sur son cas, mais j’aurais pu élaborer plus sur le fait que je reproche ce type d’action à de nombreuses ONG, et pas juste à lui.

          La France et l’Italie sont des Etats de droit, pas des dictatures, et aucune ONG n’a à se substituer à eux.
          A noter que je ne voulais pas faire un article trop long, mais pour clarifier, j’oppose l’action humanitaire, nécessaire, à l’humanitarisme irréfléchi, et il me semble évident que Herrou n’est pas juste un humanitaire, mais aussi un militant.
          Quant aux Etats, on peut leur reprocher d’appliquer des politiques trop confuses en matière d’immigration, mais certainement pas d’être d’extrême-droite, c’est tout simplement ridicule.

          Enfin, le trafic d’êtres humains est une réalité atroce qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main.
          Bien évidemment qu’on ne va pas rejeter au loin les migrants qui arrivent jusque sur les côtes, mais les ONG n’ont pas à forcer la main des Etats, dont je rappelle qu’ils sont censés être démocratiques.
          En faisant ça, il est évident qu’elles entretiennent un situation malsaine qui profite à des maffias qui exploitent la misère humaine sans vergogne.

          C’est pour cela que mon article tape autant sur Cédric Herrou : face à un sujet si grave, on ne peut pas se permettre le luxe narcissique de se laisser aller à l’émotion et d’évacuer toute réflexion comme si ça n’était qu’ accessoire.

        • jaja jaja 12 août 14:12

          @Tom Personne

          s’il faut une réponse politique la mienne est là :

          Condamnation de Cédric Herrou : l’humanité et la solidarité ne sont pas des délits !
          La condamnation de Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour « aide à l’immigration clandestine » est un véritable scandale, une véritable honte. 

          Alors que Cédric avait été condamné en première instance à 3000€ d’amende avec sursis, ce qui était déjà inacceptable, le parquet s’est acharné, réclamant huit mois de prison !

          La justice et les pouvoirs publics se déchaînent contre les militantEs qui ne font que procurer aide et soutien aux hommes, femmes et enfants qui en ont besoin.

          La solidarité, l’humanité ne sont pas des délits ! Celles et ceux qui, comme Cédric, dans la vallée de la Roya ou ailleurs, apportent une aide humanitaire aux migrantEs, ne doivent en aucun cas être poursuivis ni condamnés. 

          La liberté de circulation et d’installation sont les seules réponses dignes pour celles et ceux qui fuient la guerre, la misère, les discriminations et cherchent l’asile.

          NPA - Montreuil, le 8 août 2017


        • Tom Personne Tom Personne 12 août 14:48
          @jaja
          Le problème de ce genre de position, c’est qu’il s’agit de romantisme politique : la vérité n’est plus celle des faits mais celle des émotions, ce qui explique l’incapacité à penser autrement qu’avec des catégories binaires qui, ultimement, se ramènent au bien et au mal.
          Cela explique aussi la facilité avec laquelle les militants peuvent être manipulés dans le sens d’intérêts potentiellement contraires à ce qu’ils croient défendre.

          « l’humanité et la solidarité ne sont pas des délits ! »
           - > En effet, et ce n’est pas ce qui a été condamné par la cour de justice, mais bien les actions illégales entreprises par l’accusé.

          « La justice et les pouvoirs publics se déchaînent contre les militantEs qui ne font que procurer aide et soutien aux hommes, femmes et enfants qui en ont besoin. »
           - > S’ils procurent aide et soutien, ce ne sont pas des militants, mais des bénévoles de l’action humanitaire. Ce que je reproche à certains, c’est justement d’être aussi des militants politiques. Si tel est le cas, ils doivent respecter les règles du jeu démocratique.

          « Celles et ceux qui, comme Cédric, dans la vallée de la Roya ou ailleurs, apportent une aide humanitaire aux migrantEs, ne doivent en aucun cas être poursuivis ni condamnés. »
           - > Il n’y a pas d’exemption à l’Etat de droit, mais les juges savent examiner si les circonstances d’une affaire sont atténuantes ou aggravantes.

          « La liberté de circulation et d’installation sont les seules réponses dignes pour celles et ceux qui fuient la guerre, la misère, les discriminations et cherchent l’asile. »
           - > Mais Cédric Herrou n’est pas en mesure de déterminer si les migrants qu’il aide à passer la frontière sont bien des réfugiés ou plutôt des migrants économiques, d’autant que même les autorités, seules légitimes pour cela, n’y arrivent que difficilement.
           - > De plus, la liberté d’installation en question nous ramène au terme d’anarcho-humanitarisme que j’emploie dans l’article. Il est permis de penser que les citoyens des Etats démocratiques ont le droit de choisir qui rentre ou pas dans leur pays, comment et pourquoi. On peut aussi militer pour l’abolition des frontières, mais à condition d’être clair sur la question, et pas de s’abriter derrière des considérations généreuses pour masquer son ordre du jour.

        • jaja jaja 12 août 15:07

          @Tom Personne :
          « Cela explique aussi la facilité avec laquelle les militants peuvent être manipulés dans le sens d’intérêts potentiellement contraires à ce qu’ils croient défendre. »
          Bien entendu les militants sont des crétins, l’antiracisme et l’internationalisme du pipi de chat... Bombardés par nos avions au moyen-orient ou persécutés par des dictatures que nous avons mises en place, notamment en Françafrique, les réfugiés sont pour la plupart nos frères de classe comme le sont la plupart des populations d’origine immigrée et notre intérêt bien compris, en tant que travailleurs, c’est l’unité entre nous contre nos ennemis patronaux et de l’État bourgeois...

          Ce que vous qualifiez « d’État de Droit » n’est qu’un État de défense de la classe sociale des capitalistes et son pouvoir s’exerce contre les intérêts de la majorité de la population...

          Je milite donc pour l’abolition de l’État et des frontières, sans me cacher derrière mon petit doigt, comme vous l’insinuez , mais il n’est pas nécessaire d’aller jusque là pour soutenir fermement Cédric Herrou et les réfugiés qu’il défend... C’est ce que font des organisations comme : Amnesty International France , La Cimade , Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières, Secours Catholique- Caritas France...

          https://www.amnesty.fr/refugies-et-migrants/actualites/ni-trafiquants-ni-delinquant-mais-defenseurs-des-droits?utm_medium=reseaux-sociaux&utm_source=twitter


        • Aristide 12 août 15:22

          @jaja et @Tom


          Renvoyer dos à dos, vraiment voilà ce qu’il faut faire, la récupération politique du NPA sur les migrants et de l’autre coté une fausse légitimité à laisser le malheur à sa porte.

          Cette personne ne prône pas la révolution à la Jaja, elle agit ici et maintenant comme on dit. Elle agit, là où elle se trouve. Nul besoin d’essayer d’y coller une signification politique des spécialistes en récupération ou en légitimité à agir. 

          Serait-ce que son action humanitaire soit insuffisante pour que les Jaja d’un coté et les Tom d’un autre essaie d’y coller leur vision politique du monde. Cédric Herrou est un vrai humaniste, il loge et nourrit les migrants qui sont à sa porte, il agit simplement en honnête homme, ... 

          Cette récupération par des politicards et autres révolutionnaires en carton me débecte au plus au point. Ces distributeurs de bons points sont assommant de suffisance ...

        • jaja jaja 12 août 15:28

          @Aristide

          L’être abject à la petite vie de socialo de merde sévit encore.... smiley


        • Aristide 12 août 15:54

          @jaja

          L’insulte en guise de réponse du manipulateur de la misère bien assis dans sa médiocrité. Vous me faites marrer avec vos « solidarités » de façade, vos postures de nanti qui se refait une virginité sur la misère des migrants. 

          Non, Cédric Herrou ne milite pas pour vos lubies de vieux syndicalo, il est simplement à l’écoute de ceux qui sont proches de lui, il agit en place de défiler avec des pancartes ridicules.





        • jaja jaja 12 août 16:15

          @Aristide

          C’est toi qui commence toujours à insulter... « Révolutionnaire en carton » ou « affligeant petit vieux » dans un des tes récents commentaires à mon encontre, sale ordure !... et c’est la façon dont tu traites tous tes contradicteurs !!!


        • Aristide 12 août 16:25

          @jaja

          Ah le révolutionnaire est vexé tout rouge quand on lui mets le nez dans sa merde. Le voila pleurnichant, à la moindre contrariété, la récupération de la misère en bandouillère en place de l’action réelle et immédiate. 

          Tu es incapble d’assumer tes postures, la récupération des actes d’un type qui n’a rien à voir avec votre bande d’allumés. Pancartes et agitation de quelques autres qui se font instrumentalisés au seul dessein de paraître. 

          De pauvres gens expulsés, des migrants à la rue, des ouvriers virés, ... vous voilà avec vos pancartes de débile mais derrière nada, que du flan, aucune action pour ces gens en dehors d’essayer de prendre la place de ceux qui agissent vraiment. Au contraire, même, certains de vos illuminés accusant toute organisation qui agit pour les aider de privilégier la solidarité ou la charité à la justice.

          Vous êtes indécrottable, je suis flatté de vos insultes, je sais du genre d’individus d’où elles viennent.

        • jaja jaja 12 août 16:26

          @Aristide

          Pauvre con !


        • jaja jaja 12 août 16:30

          @jaja « Au contraire, même, certains de vos illuminés accusant toute organisation qui agit pour les aider de privilégier la solidarité ou la charité à la justice. »

          C’est quand même moi qui ait cité les organisations humanitaires qui agissent sur le terrain dans mon com plus haut... et pas toi.... Quand à moi je suis membre du DAL et n’en suis pas à ma première occupation ni aide aux populations en difficulté....

          Contrairement à tes socialos qui ont toujours réprimé la solidarité active avec les migrants...

          Bref ton dégueulis...


        • Aristide 12 août 16:46

          @jaja


          Il cite des organisations humanitaires toutes jugées par les gugusses du NPA comme des alliés objectifs des pouvoirs en maintenant le système en place. Un vrai faux-cul ... 

          Je ne porte pas mes actions sur ma poitrine à la manière des maréchaux soviétiques. Je suis exactement dans le ici et maintenant, là ou je me trouve, en honnête homme, alors tes exploits pour occupation avec pancarte, je te les laisse. Le secours immédiat, la formation, l’apprentissage, ... sont surement plus efficaces que tes gesticulations de vieux syndicalo en manque de mouvements ...

          Pauvre con ? Pauvre ? Non des revenus qui correspondent seulement au travail que j’ai effectué dans ma vie. Con ? Tellement relatif que venant de toi, pfff ...



        • Cateaufoncel 12 août 18:36

          @jaja

          « La justice et les pouvoirs publics se déchaînent contre les militant(e)s qui ne font que procurer aide et soutien aux hommes, femmes et enfants qui en ont besoin. »

          Faux. Ils n’ont aucun besoin de venir en France

          « La liberté de circulation et d’installation sont les seules réponses dignes pour celles et ceux qui fuient la guerre, la misère, les discriminations et cherchent l’asile. »

           Faux. Ils ne fuient pas la guerre, la misère, les discriminations, ils fuient…l’Italie.

           « Je milite donc pour l’abolition de l’État et des frontières, » 

          Exactement comme ce que l’oligarchie secrète de pire, tel ce Peter Sutherland (71 ans), conseiller directeur de Goldman Sachs, représentant spécial du Secrétaire-Général de l’ONU pour les migrations internationales, ancien commissaire européen, ancien président du GATT, ancien secrétaire général de l’OMC, ancien président de BP, président du Conseil d’administration de Goldman-Sachs, de 1985 à 2015, ancien président du groupe européen de la Commission Trilatérale, conseiller pour la gestion du patrimoine du Saint-Siège, entre cent autres fonctions dont le site de Bloomberg donne le détail.

          Lui aussi, Sutherland, il prêche pour la destruction de l’homogénéité interne des nations européennes par l’immigration en provenance des pays bancals de la planète. Il l’a dit, en 2012, devant une commission de la Chambre des Lords. Parce qu’il sait, lui aussi, que cette homogénéité est le seul rempart contre la démence internationaliste et l’odieuse escroquerie antiraciste, dont le seul but est de priver les peuples de la capacité de se défendre contre le bradage de leur pays.

           


        • Tom Personne Tom Personne 12 août 21:24
          @Aristide
          « Cédric Herrou est un vrai humaniste. »

          J’avais laissé passé ce point. Il faudrait que je rédige des articles plus complets pour expliciter ma pensée, mais cela prend trop de temps.

          Sans m’acharner sur ce personnage dont les interventions médiatiques m’apparaissent toujours comme dignes d’un Tartuffe, le fait est que je ne peux pas enlever à C. Herrou qu’il a effectivement agi avec humanité.

          Mais justement, agir avec humanité ne suffit pas à la qualifier d’humaniste, puisqu’il ne prend pas en considération que son action, comme celle d’autres ONG, est de nature à faire miroiter le « paradis » des Etats-providence européens à tous les candidats au départ, lesquels, par la suite, sont pris dans les filets des maffias qui organisent la traite des êtres humains.

          Je réitère que le sujet est trop grave pour qu’on fasse des héros de ceux qui ne calculent pas la portée de leurs actes au-delà de l’immédiateté, fusse-t-elle pressante.

        • Cateaufoncel 12 août 23:27

          @Tom Personne

          « Cédric Herrou est un vrai humaniste. »

          Avec un pays qui ne lui appartient pas, qu’il n’a donc pas le livrer à qui que ce soit, puis avec l’argent des contribuables, puisqu’il faut bien que quelqu’un les prenne en charge, lorsque Herrou les a lâchés dans la nature.

          C’est donc surtout un irresponsable hypersensible.


        • Aristide 13 août 10:53

          @Tom Personne

          Je réitère que le sujet est trop grave pour qu’on fasse des héros de ceux qui ne calculent pas la portée de leurs actes au-delà de l’immédiateté, fusse-t-elle pressante.


          Il me semble que l’action face à la misère et à l’horreur est légitimée sans aucune réserve par notre humanité même. Je veux bien que les gens importants analysent froidement les conséquences des actes des gens de peu là ou ils sont confrontés à cette misère. Mais tout de même, comment pouvez-vous penser une seule minute qu’il faudrait donc laisser cette misère à nos portes, ne pas porter secours à ces bateaux prêts à sombrer, à abandonner sur les trottoirs de nos villes des familles entières, ... 

          Je ne peux me résoudre à penser une seule minute qu’il existe des personnes qui puissent condamner ceux qui agissent dans ce sens. Je n’arrive pas à comprendre que l’on puisse se poser en une sorte de donneur de leçon de vrai humanisme en condamnant celui qui en est un des plus digne représentant.

          Voilà, maintenant, qu’il soit nécessaire de résoudre le problème est une évidence, celui qui en connait le début du commencement de la résolution sera le bienvenu ici. Ce que je sais c’est que la condamnation des personnes qui agissent ici n’est en rien une solution ...


        • Cateaufoncel 13 août 11:43

          @Cateaufoncel

          Le lien du site Bloomberg envoie tantôt au pedigree de Sutherland, tantôt redirige sur le site

          https://www.bloomberg.com/markets/stocks

          Il est évidemment inutile de chercher la raison de cette embrouille. Pour ceux qui veulent pouvoir atteindre la liste des titres et fonctions de Sutherland, le mieux et de la copier-coller et de la classer dans ses documents personnels.


        • Tom Personne Tom Personne 12 août 16:03
          @donneurs de leçons : j’ai moi-même travaillé pendant plusieurs mois dans une association d’aide sociale, et j’ai eu l’occasion d’accompagner, non pas des migrants, mais des membres du sous-prolétariat qui font tourner les services de proximité des grandes villes.
          Si j’avais encore du temps pour cela, je continuerai. En tous cas, je ne prends pas de leçons sur nos « frères de classe ».

          Je ne renvoie personne dos à dos. Je dis que certaines associations outrepassent leur rôle légitime. C. Herrou n’est qu’un cas dont il se trouve qu’il est médiatisé du fait de sa condamnation.
          Je persiste à penser qu’il est malhonnête de mélanger humanitaire et politique, et qu’on ne peut pas se réclamer de l’humanisme dans ce cas. On commence ainsi, et on finit par bombarder des pays au nom de la liberté et la démocratie.

          Quant à l’immédiateté, on ne peut pas accueillir systématiquement tous les arrivants sans jamais chercher une solution pérenne au problème. Or, cette situation dure depuis des années maintenant.
          Comment se fait-il que personne ne s’intéresse à la vision globale des flux et des acteurs ?
          Mon avis personnel est que sur, ce sujet, l’absence de projecteur des médias permet d’éviter toute réflexion globale sur la politique internationale de la France, de l’Union Européenne, et des Etats d’où sont originaires les migrants.

          L’humanitarisme fait le lit de la post-politique, ce qui assure que les rapports de force à l’origine de la misère des migrants ne sont pas près de changer.
          Merci pour eux...

          • Aristide 12 août 16:36

            @Tom Personne
            Quant à l’immédiateté, on ne peut pas accueillir systématiquement tous les arrivants sans jamais chercher une solution pérenne au problème. Or, cette situation dure depuis des années maintenant.


            C’est bizarre cette attitude consistant à condamner l’action immédiate au prétexte d’une solution pérenne. Tout comme Jaja, vous pour une raison de « légitimité » et lui pour ses lubies révolutionnaires vous vous opposez alors que tous les deux vous raisonnez de la même manière. 

            Cédric Herrou agit dans l’urgence de l’action, il ne demande rien pour un futur lointain ou plus proche, il est dans le présent et quand quelqu’un crie misère à sa porte, il n’essaie pas de voir comment cela constituera un exemple ou un moyen de lutte à récupérer, il agit, il offre domicile et nourriture, assistance médicale, ...

            Une belle leçon à tous les donneurs de leçons qui condamnent ou approuvent son action pour des rasions bien basses ...

          • Tom Personne Tom Personne 12 août 20:59
            @Aristide
            « C’est bizarre cette attitude consistant à condamner l’action immédiate au prétexte d’une solution pérenne. »
            - > Les deux ne sont pas du tout mutuellement exclusifs, mais en jouant le jeu du buzz, C. Herrou participe d’un système qui concentre l’attention des masses sur l’action immédiate pour escamoter la question de la solution pérenne. Cela dérangerait-il des intérêts trop puissants ?

            « Cédric Herrou agit dans l’urgence de l’action... »
            - > Alors ok pour ça.

            « il ne demande rien pour un futur lointain ou plus proche, il est dans le présent... »
            - > Pas uniquement : il rebondit sur sa condamnation pour instruire le procès de l’Etat français. Qu’est-ce que ça vient faire là ? Je ne lui reconnaît pas cette légitimité.

          • philippe baron-abrioux 12 août 19:31

            @l’auteur ,

             Bonjour ,

             vous écrivez que Cédric HERROU serait un « anarcho-humaniste » : puis je vous demander ce que vous entendez par ce mot composé ?

             précision , c’est quand même avec lui que, dès le mois de mars 2016, un protocole d’accord avait été signé avec la préfecture qui l’autorisait à aider les migrants pour leurs premières démarches d’asile à Nice .

             enfin , puisqu’il faudrait peut être un jour sortir des insultes qui fleurissent entre plusieurs suite à votre article , on pourrait penser utile d’abonder davantage les fonds destinés à la coopération et au développement des pays (en voie de développement par exemple ) et tous ceux qui en ont cruellement besoin : cela permettrait de fixer sur place des populations , d’y créer et d’y développer des activités ce qui éviterait ces migrations , (autres que les migrations pour raisons climatiques qui débutent déjà et ne feront qu’amplifier si nous ne faisons rien de plus pour inverser la pente mais il parait que gouverner c’est prévoir ) .

            autre idée entendue , celle de créer dans les pays d’origine ou de départ de ces migrants des « spots » (des camps de regroupement en clair ) où leur situation serait évaluée au cas par cas et leur demande éventuelle du droit à l’asile instruite par le personnel de l’ O.M.I ou autres structure habilitée à le faire .

             deux idées positives et qui pourraient être débattues (sans insultes si possible ) .... MAIS.... pour la première idée , il semble que les arbitrages ministériels penchent plutôt vers un réduction des sommes prévues pour ces budgets de coopération et de développement .

             pour la seconde , même difficulté :qui accepte de contribuer à l’installation de ces « spots » ?
             qui accepte d’y envoyer des personnels et comment obtenir des pays désignés les autorisations nécessaires à leur implantation et à leur sécurité -quand on connait la situation actuelle de la plupart d’entre eux - avant même l’accueil du premier migrant , sans compter plus tard la sécurité des migrants qui y seraient accueillis ?

             BONNE FIN DE JOURNEE !

             P.B.A


            • philippe baron-abrioux 12 août 19:53

              @philippe baron-abrioux

               de nouveau ,

               il faut bien sûr lire « anarcho-humanitaire » en lieu et place d’« anarcho- humaniste » .

               veuillez me pardonner cette erreur, même si ma question demeure la même .

               mille excuses !

               P.B.A


            • Tom Personne Tom Personne 12 août 21:02
              @philippe baron-abrioux
              À la lecture des réactions, je regrette de m’être acharné sur C. Herrou que j’aurais du utiliser uniquement comme point de départ. Il est vrai que sa façon d’interpeller le Premier ministre à la télévision (quoi qu’on a pensé de lui) m’avait déjà horripilé. Il a remis ça ensuite en faisant le buzz avec José Bové.

              Qui sait ? Peut-être qu’une étude plus approfondie du cas me rendrait le personnage plus sympathique... ou pas. Mais l’individu lui-même n’est qu’une incarnation du sujet qui m’occupe, ce que j’ai nommé pour faire vite, l’anarcho-humanitarisme. J’aurais tout aussi bien pu parler des anarchistes anglais à Calais

              L’idée est qu’au lieu de mener des actions humanitaires - ce que j’approuve - et de s’en tenir uniquement à ça, certaines associations instrumentalisent ces actions pour faire avancer leur ordre du jour « no-border ». Comme d’autres que moi n’ont pas manqué de le noter, cela satisfait pleinement les oligarques actionnaires des sociétés multinationales commerciales et financières...

              Cette façon d’opérer est malhonnête, car il ne viendrait à l’idée de personne de fréquentable de critiquer l’aide humanitaire. Par contre, si un débat national était lancé, il est extrêmement peu probable que l’abolition de toutes frontières emporterait l’adhésion d’une majorité. C’est donc une façon d’avancer masqué. Peut-être, cela n’est-il même pas complètement conscient, mais cela ne change rien à l’affaire.

              Nous nous trouvons dans une situation de pourrissement avancé du politique, et avec la caisse de résonnance des médias, certaines personnes sont présentées comme des héros alors qu’elles œuvrent par ailleurs à instruire le procès permanent de leur propre pays.

              Personne ne prétend que la France est un Havre de perfection, mais notre régime demeure un Etat de droit, et je suis de plus en plus interloqué par la façon dont des ONG délégitiment systématiquement les autorités officielles. Je suis aussi de plus en plus concerné par la dérive irrationnelle du discours public qui nous mène à ce que je perçois comme une tyrannie émotionnelle portée par le romantisme politique de militants à la croisée des mondes politique et associatif.

              Il est temps de retrouver la raison.

            • Tom Personne Tom Personne 12 août 21:03
              @philippe baron-abrioux
              « on pourrait penser utile d’abonder davantage les fonds destinés à la coopération et au développement des pays... »
              - > Cela existe déjà, mais ça fait partie des pistes en effet.

              « autre idée entendue , celle de créer dans les pays d’origine ou de départ de ces migrants des « spots »... »
              - > Cela me parait aussi une bonne idée.

              « pour la seconde , même difficulté : qui accepte de contribuer à l’installation de ces « spots » ? »
              - > Il me semble qu’en général, cela se règle notamment avec de l’argent, mais régler ce genre de problème est précisément l’objet d’une politique internationale bien pensée, pas des atermoiements médiatiques.

              Pour aller plus loin, et puisque j’ai comme l’impression d’endosser le costume de l’horrible personnage qui ne communie pas dans l’allégresse humanitaire, je pense en réalité que toute l’UE, voire même tout le monde dit « occidental » devrait mener une politique de développement massive en Afrique.
              Et il faudrait y mettre le paquet, car, en l’état actuel des choses, les conditions pour le décollage tant attendu du continent ne sont pas du tout réunies, et un changement significatif prendra au minimum une génération.

              Malheureusement, j’y vois une double ironie :
              - alors que nous sommes empêtrées dans la « stagnation séculaire », cela permettrait à la fois de sortir l’Afrique de sa misère relative, tout en revitalisant nos économies ; tout le monde serait gagnant, mais dans l’immédiat, cela ne va pas du tout dans le sens des intérêts de la superclasse mondiale ;
              - de plus, je ne doute pas que tout le ressentiment des militants du romantisme politique se déverserait comme la bile sur les hommes de bonne volonté en leur rappelant ad nauseam qu’ils seraient des colonialistes ; pendant ce temps, la Chine fait du business, et les Africains les plus aventureux ne rêvent que des Etats-providence européens...

            • Tom Personne Tom Personne 12 août 21:07
              @philippe baron-abrioux
              « on pourrait penser utile d’abonder davantage les fonds destinés à la coopération et au développement des pays... »
              - > Cela existe déjà, mais ça fait partie des pistes en effet.

              « autre idée entendue , celle de créer dans les pays d’origine ou de départ de ces migrants des « spots »... »
              - > Cela me parait aussi une bonne idée.

              « pour la seconde , même difficulté : qui accepte de contribuer à l’installation de ces « spots » ? »
              - > Il me semble qu’en général, cela se règle notamment avec de l’argent, mais régler ce genre de problème est précisément l’objet d’une politique internationale bien pensée, pas des atermoiements médiatiques.

              Pour aller plus loin, et puisque j’ai comme l’impression d’endosser le costume de l’horrible personnage qui ne communie pas dans l’allégresse humanitaire, je pense en réalité que toute l’UE, voire même tout le monde dit « occidental » devrait mener une politique de développement massive en Afrique.
              Et il faudrait y mettre le paquet, car, en l’état actuel des choses, les conditions pour le décollage tant attendu du continent ne sont pas du tout réunies, et un changement significatif prendra au minimum une génération.

              Malheureusement, j’y vois une double ironie :
              - alors que nous sommes empêtrées dans la « stagnation séculaire », cela permettrait à la fois de sortir l’Afrique de sa misère relative, tout en revitalisant nos économies ; tout le monde serait gagnant, mais dans l’immédiat, cela ne va pas du tout dans le sens des intérêts de la superclasse mondiale ;
              - de plus, je ne doute pas que tout le ressentiment des militants du romantisme politique se déverserait comme la bile sur les hommes de bonne volonté en leur rappelant ad nauseam qu’ils seraient des colonialistes ; pendant ce temps, la Chine fait du business, et les Africains les plus aventureux ne rêvent que des Etats-providence européens...

            • Tom Personne Tom Personne 12 août 21:08

              Doublon. Je croyais que le premier n’était pas passé.


            • philippe baron-abrioux 13 août 10:31

              @Tom Personne

               Bonjour et merci pour votre réponse tout d’abord ,

               

              Personne ne prétend que la France est un Havre de perfection, mais notre régime demeure un Etat de droit, et je suis de plus en plus interloqué par la façon dont des ONG délégitiment systématiquement les autorités officielles.

               Je suis aussi de plus en plus concerné par la dérive irrationnelle du discours public qui nous mène à ce que je perçois comme une tyrannie émotionnelle portée par le romantisme politique de militants à la croisée des mondes politique et associatif.

               et si vous inversiez les propositions ?

               n’est ce pas plutôt la dérive irrationnelle du discours public, comme vous l’écrivez , , sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres , qui conduit à une forme de « déligitimisation » des autorités officielles ?

               le discours public actuel n’en est pas réellement un mais bien plus un ensemble de « pirouettes » de communication calibrée (et recalibrée d’heure en heure ) , velléitaire et creux qui laisse à penser que ..-on est conscient , on va y remédier , on va lancer un plan massif - au nom de « nos valeurs éternelles » , de notre devise républicaine , quand ce n’est pas de notre culture séculaire (qui selon certains propos n’existerait plus mais qu’il est de bon goût de mettre en avant parfois) ,en sachant pertinemment qu’on n’a pas les moyens de nos ambitions affichées .

               le militant « anarcho -libertaire » ( les deux mots étant assez antinomiques ) , comme bon nombre d’autres citoyens directement concernés par les problèmes des migrants , a fait ce qu’il estimait humainement responsable au vu de ce qu’il avait sous les yeux . vous même vous présentant par ailleurs ,comme un homme impliqué pour un « renouveau humaniste » .

               feriez vous les mêmes remarques aux Grecs des 3000 îles , qui , en pleine crise économique et sous les quolibets de l’Europe entière ,sans rien demander à personne ont accueilli chez eux des familles entières , les ont soignés , vêtus , nourris ou aux Italiens qui ont fait de même ?

               les voyez vous tous comme des victimes d’un « romantisme politique » qui aurait fait d’eux des « militants à la croisée du monde politique et associatif » , quand en Grèce existe AUBE DOREE et qu’un bateau italien a été affrété par des identitaires européens (français , allemands ,hollandais ) pour repousser vers les côtes de leur point de départ toutes les embarcations de fortune qu’ils rencontreraient ?

               il est temps de retrouver la Raison , écrivez vous et je le pense aussi .

               pardonnez moi, mais si « le renouveau humaniste » consiste à attendre que la communauté internationale veuille bien, en usant de toute sa Raison, faire effectivement face aux situations qu’elle a elle même créées par des conflits multiples pour pouvoir s’approprier certaines ressources , en acceptant que la Méditerranée devienne un cimetière ou que certains pays européens refusent de respecter enfin les conventions internationales qu’ils ont signées , je pense qu’on est loin du compte de ce qu’un Humain , un humaniste , peut admettre sans sourciller fut ce au titre d’un renouveau .

               j’ai vécu dans un camp de réfugiés et travaillé de longues années avec des apatrides , des réfugiés , des exilés et j’ai parfois entendu le récit de ce qu’ils avaient vécus et qui expliquait l’arrachement à leur terre natale , l’abandon de leur famille , les dangers de leur transit dans certains pays ; tous évoquaient ceux qui les avaient protégés , aidés, souvent de façon illégale, à sauver leur vie . tous ces aidants d’un jour ou d’un mois ou plus ont fait , en toute conscience , ce qu’ils auraient aimé que l’on fasse pour eux s’ils avaient eu à vivre les mêmes épreuves pour sauver leur vie et celle de leur famille , sans compter , sans aucun calcul politique .

               il est assez facile de coller des étiquettes plus ou moins subtiles sur des actes qui dérangent une société , s’éloignent parfois du cadre strictement légal ,quand on est du bon côté de la barrière et que l’on a la possibilité de faire agir la Justice ou que l’on lance un appel à la Raison à destination d’institutions aveugles et sourdes qui sont, jusqu’à maintenant, incapables de coordonner la moindre action qui attesterait que la Raison invoquée est à l’oeuvre .

               être légaliste revient parfois à se retrancher derrière la loi en oubliant que la loi est bien loin de faire toujours acte de simple justice : ce qui est légal n’est pas toujours juste !

               je ne suis ni juge , ni avocat de quiconque , je me contente avec mon vécu de prendre connaissance de la vie de la société à laquelle j’appartiens et de la manière dont elle tend à s’organiser .

               j’y vois à l’oeuvre des mécanismes nouveaux où les actes individuels doivent céder le pas devant des actions prétendument collectives qui n’existent pas malgré la promotion incessante d’un modèle économique mondial qui , par « effet de ruissellement » , assurerait le bien être universel à des populations épargnées de tout conflit .

               bonne fin de journée !

               P.B.A

               

               

               

               



            • Cateaufoncel 13 août 11:32

              @philippe baron-abrioux

              ",sans rien demander à personne ont accueilli chez eux des familles entières , les ont soignés , vêtus , nourris ou aux Italiens qui ont fait de même ?« 

              lls se disaient, les uns et les autres, que les clandestins ne faisaient que passer, et qu’il était opportun de leur donner ce dont ils avaient pour qu’ils foutent le camp plus loin. Les Grecs sont maintenant »protégés" par les accords Merkel-Erdogan, mais les Italiens en prennent plein les endosses.

              L’exaspération ne cesse de monter, d’autant plus que les clandestins se comportent de plus en plus avec arrogance, comme en terrain conquis. Ils comptent obtenir par la multiplication des désordres ce qu’ils attendaient, naïvement. de l’Eldorado européen, et dont l’Italie n’a pas les moyens.

              Tout cela va mal finir, et on ne peut qu’espérer que ce soit pour eux, plutôt que pour nous.


            • Cateaufoncel 13 août 12:54

              Soutenue par une vngtaine d’associations (LDH, Cimade, CGT, Attac, Snesup, MRAP, PCF, Sud, FSU, Médecins du monde...) et des personnalités telles qu’Etienne Balibas, Rony Brauman, Didier Fassin, Virginie Lemoine et Cécile Duflot, la pétition « Solidarité avec les citoyens solidaires des réfugiés » a recueilli, en une dizaine de mois, moins de 26’500 soutiens.

              Cet échec est d’autant plus surprenant qu’au cours des dix mois en question, l’activisme médiatico-politique en faveur d’Herrou et consorts, n’a pratiquement jamais cessé.

              On notera, à titre de comparaison, que la pétition de Françoixs Bayrou, sur la moralisation de la vie publique avait, en 2013, obtenu 27’000 signatures en trois jours, ce qui ne l’avait pas empêchée de tourner en eau de boudin.

              Pour l’heure, nous prenons acte que l’initiative des solidaires des solidaires est un bide et que la maigre liste des signataires risque bien de n’être jamais transmise aux destinataires prévus, Macron, Philippe et le ministre de l’Intérieur.


              • Shawford Shawford 13 août 12:56

                @Cateaufoncel

                Ouaips, XS, c’est tout ce que je retiendrai, en vaporisation mitoyenne, pour attirer les poulettes de la haute !

                Cot cot cot smileysmiley )


              • @Shawford

                Rhôôô, frérot, laisse mes coupinettes tranquille, par contre pour la question des cosmétiques, bio et c’est neymar !!!!!!!!

                (Qu’est ce qu’y faut pas faire pour faire venir un kitty-cat à sa soucoupe ^^ )


              • Cateaufoncel 13 août 16:53

                @Shawford
                 

                Ben maintenant, tu peux regarder la lune.


              • Tom Personne Tom Personne 13 août 13:46
                @tous : tout d’abord, merci pour vos commentaires. Même si je préfère que les échanges restent civils, c’est moi qui est fait le choix du ton sarcastique, je dois donc m’attendre à ce que certaines réactions soient enflammées.
                Dans tous les cas, l’échange aide à penser. Pour le reste, par facilité, je fais une réponse générale.

                Sur le renouveau humaniste que j’espère : je perçois que la société est actuellement travaillée par toutes sortes de tendances donc aucune ne peut être rattachée à l’humanisme qui, selon moi, a fait la grandeur de l’Europe depuis la Renaissance. Les exemples que j’ai en tête immédiatement :
                 - marchandisation des rapports humains,
                 - ethnicisation des rapports humains,
                 - chosification du vivant par emprise technologique,
                 - soumission à une autorité prétendument divine,
                 - ...etc.

                Dans ce paysage, portés par le dégoût de la chose politique, de plus en plus de gens plébiscitent l’action directe des ONG. Seulement, voilà, je pose que
                 1- l’humanitarisme n’est pas un humanisme,
                 2- dans le cas qui nous occupe, l’humanitarisme est même un anti-humanisme.

                Pour le point 1, il faut comprendre que l’humanisme est une vision de l’Homme, mais en rien une philosophie pratique. C’est pour cela qu’on ne peut qu’espérer que la philosophie informe la politique. C’est en large partie ce qui a été fait au cours des siècles passés, et qui nous vaut aujourd’hui dans vivre dans une société pacifiée sous le régime d’un Etat de droit.

                L’action humanitaire consiste à aider des populations en situation d’urgence vitale, ce qui est bien une preuve d’humanité, mais pas d’humanisme. Personne n’irait penser que, parce qu’ils n’ont pas de tradition humaniste, les indiens rejetteraient à la mer tout migrant qui viendrait tenter sa chance chez eux.

                Le problème que j’ai avec Cédric Herrou et d’autres acteurs du monde associatif c’est qu’il franchissent une ligne blanche : Herrou aurait pu dire « devant l’urgence de la situation, j’ai agi en mon âme et conscience », ce qui est certainement le cas. Mais il n’en est pas resté là, et il utilise son procès comme une tribune pour promouvoir des options qu’il présente lui-même comme politiques. A ce titre, il doit donc s’attendre à être exposé à la critique, et c’est ce à quoi je m’emploie.

                Pour le point 2, je prétends que la situation dont nous discutons n’est pas comparable à celle des populations déplacées en masse par les guerres et les catastrophes naturelles. Je conviens que je suis extrêmement critique quant au travail des journalistes, mais à ce jour, tous les articles que j’ai lu à ce sujet vont dans le même sens : parmi les migrants, les réfugiés ne sont qu’une minorité. Les autres prennent donc les risques les plus fous pour venir tenter leur chance en Europe.

                Hélas, l’absence de vision globale rend vulnérable au démon de la perversité : obtenir exactement l’inverse de ce qu’on cherche à faire, même avec les meilleures intentions du monde. Et aussi longtemps qu’il y aura des candidats à la traversée de la Méditerranée, il y aura des maffias prêtes à faire du profit avec la misère humaine.
                Je pose la question : est-il responsable de contribuer à consolider l’idée que l’Europe est une terre promise qui vaut le risque de l’esclavage ou de la mort en mer ? Ma réponse est que, si on souhaite aller au delà de l’aide immédiate, ce qui est le cas de Cédric Herrou puisqu’il prétend compenser les défaillances d’un Etat qui appliquerait une politique d’extrême-droite, alors il faut militer pour que notre gouvernement définisse et applique une politique internationale à la hauteur de la situation.
                Je sais déjà qu’on me répondra « irréaliste », « peine perdue »...etc. Mais alors, en quoi miner l’autorité d’un Etat déjà bien affaibli permettra de résoudre la situation sur le long terme ? Il me semble que poser la question, c’est déjà y répondre.

                • Agafia Agafia 14 août 13:24

                  Je suis tout à fait en accord avec cet article.


                  Et au niveau des risques sanitaires, il leur en fait prendre,mais surtout, il NOUS en fait prendre. Entre autre risques d’ailleurs... L’avenir ne tardera pas à donner raison à ceux qui pensent que cette invasion migratoire va nous apporter que des déboires... Et ça rime ^^

                  Et pour Jaja :

                  C’est bien touchant cette petite lettre... Mais chacun peut y aller de la sienne. En 1921, mes arrières grands parents cosaques ont du fuir les Bolchéviques (vos potes) pour garder la vie sauve. Mon arrière grand père,un pur djiguite, a fait rejoindre la France à sa femme et les 8 premiers des 14 enfants qu’ils auront eu ensemble, pour les mettre à l’abri, et lui a continué à se battre.

                  Quand il a compris que la Sainte Russie était à l’agonie, il a rejoint sa famille à Paris. Croyez-vous qu’il y avait des assoc et des ONG et des ci et des ça pour leur permettre de s’installer ? Croyez vous qu’ils ont exigé de l’Etat Français un appart, de la bouffe et une CMU ? NON !
                  Il a bossé dur, et profité de la solidarité qui unissait les Russes Blancs en exil, c’est tout... Il a même aidé Nestor Makhno malade des séquelles de ses nombreuses blessures et qui peinait à tenir un emploi. Pourtant ils avaient été ennemis là bas... 

                  Bref, mes arrières grands parents n’ont rien exigé, et ont tout fait pour adopter la façon de vivre des français, jusqu’à franciser les prénoms de leurs gosses, jusqu’à ce qu’on perde malheureusement en deux générations notre langue maternelle....

                  Ils n’ont rien exigé, ils ont bossé, ils ont fait profil bas, ils ont rendu grâce à la France de leur avoir permis de survivre et d’élever dignement leur 14 enfants. Ils n’ont rien voulu imposer aux français de leurs traditions russes. Ils les ont conservé dans leur domaine privé. Et ils ont apporté leur force de travail à ce pays d’accueil, ils ont rapporté plus qu’ils n’ont coûté....

                  Vos migrants actuels peuvent ils en dire autant ?????? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès