• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hurler au « roux » ...

Hurler au « roux » ...

Après le papier sur Slate, le papier sur Rue89, maintenant c’est l’Express qui s’y met. Les papiers sur les roux sont à la mode décidément. Vous comprenez, nous ne sommes pas comme tout le monde, on nous voit, on nous repère. On vous ressemble et pourtant, il y a ce petit quelque chose qui nous met à part. Des cheveux de feu ou de bronze, une peau claire, laiteuse, parsemée de taches, une sensibilité, une faiblesse face au soleil dans ce monde ou être bronzé est quasiment une obligation pour paraître en bonne santé l’été, et surtout riche puisque c’est un symbole de vacances, de plage, d’oisiveté. En tout cas, depuis quelques mois, « redhead is in » dans la presse.

Et là, chez moi, ça vire au malaise. J’ai la désagréable impression de subitement devenir un marronnier de la presse, ou un de ces sujets qu’on aborde régulièrement sans vraiment le travailler sur le fond. Vous savez, comme les francs maçons, l’église catholique, Israël, les juifs, le terrorisme, Sarkozy ... je suis roux et je suis soudain traité et catalogué comme tous ces phénomènes de foire médiatique, le genre de personnes sur lesquelles les médias aiment braquer leur projecteurs.
 
Et cela part de quoi ? Du Net, Mesdames et Messieurs, du Net ! Il parait qu’Internet "déborde de commentaires sur les roux. Des remarques tels que "pas de bol, je compatis", ou "t’inquiète t’es pas tout seul" leurs sont régulièrement adressés. La couleur de cheveux devient ici une tare. " (lexpress.fr). On nous ressasse les mêmes blablas sur les groupes facebook, "pros" ou "anti" roux. (Slate.fr) avant de nous expliquer que c’est "génétique", que c’est la faute à la météo (Rue89), qu’il faut qu’on fasse gaffe, rapport aux cancers de la peau en cas de soleil etc. Bref, je suis en train de devenir un bon client pour la presse.
 
Et puis, tant qu’à faire dans le banal et le facile, autant aller un peu plus loin et verser carrément dans la stupidité. l’article de l’express se termine ainsi :
 
"Et vous, que pensez-vous des nombreuses attaques dont sont victimes les roux ?"
 
Nombreuses attaques ? Ah bon ? Le fait que certains crétins montent des groupes anti-roux sur FB, que deux ou trois décérébrés briment un enfant roux, cela constitue "de nombreuses attaques" ? Une vraie plongée dans la médiocrité journalistique la plus basique. Le sujet débile et le traitement bateau qui se termine par un appel à celles et ceux qui auraient peur, des fois qu’on puisse rebondir. Et puis, si on pouvait créer une petite psychose ...
 
Ecoeurant.

Alors que le film de Romain Gavras, cité dans ce papier médiocre, ne l’est pas, lui. Le fils de Costa Gavras a récemment fait un clip pour illustrer la chanson de MIA, Bornfree. Je vous laisse regarder, je vous en parle après.
 

M.I.A - BORN FREE VIDEO OFFICIAL (real and explicit version)
envoyé par elnino. - Clip, interview et concert.
 
La journaliste (? !) de l’Express se demande comment les roux ont pris ce clip. Elle veut vraiment savoir ? ben je vais lui dire, vous le dire.
 
Oui, il m’a frappé, j’ai pris un coup dans la gueule. Je connais le racisme, la haine de l’autre, j’y suis sensible et je la rejette. Mais je crois qu’avant ce film, je ne l’avais pas vraiment vécue dans mes tripes. Je peux vous assurer que lorsqu’on est roux, voir une rafle de roux, de la violence contre les roux, un meurtre de sang froid pour finir par ce jeu de boucherie, ça vous met un vrai coup au ventre.

Alors, est ce que ce film me plait ? Non bien sûr, il n’est jamais agréable de se voir ramené à quelque chose qui n’est somme toute qu’une composante de son identité. je suis roux, oui, mais je suis loin de n’être que cela. Et le film de R. Gavras, quelque part, me réduit à mes tiffs. Fait chier quand même, je suis autre chose qu’une poignée de cheveux !

Et pourtant, oui bien sûr qu’il me plait. Oui, je le trouve formidable, malgré le choc qu’il engendre. Oui, il est nécessaire car je comprends en le regardant à quel point c’est difficile de se mettre dans la peau de l’autre, de savoir son horreur engendrée par l’impuissance face au racisme, en clair de se fondre dans la peau de la victime. Moi qui pensais comprendre ce qu’est le racisme, l’homophobie, l’antisémitisme et toutes les autres formes de rejet brutal et violent, je me rends compte au travers de ce film que je n’avais sans doute jamais vu les choses sous l’angle de celui qu’on pourchasse, qu’on capture et qu’on massacre.

Mes poings serrés, ma mâchoire qui me fait mal, le profond sentiment de malaise voire la sensation de choc que je ressens devant ce qui n’est pourtant qu’une oeuvre de fiction me dit qu’il y a là quelque chose d’important. Que Romain Gavras, au travers de son court métrage, m’a donné une clé importante.
 
Je ne sais pas si j’ai envie de le revoir, je ne sais pas si j’ai envie de ré-écouter cette musique stressante, speedante, qui m’a martelé le crâne devant ces images abominables. Je n’ai pas très envie de me revoir courir comme un dératé dans ce paysage sec, sachant que je vais y mourir. Je n’ai pas envie de ça, j’ai envie de fuir, de vomir. En voyant cette horreur, j’ai envie de pleurer, de hurler. Ca fait mal. Et ça donne envie de haïr, ça me donne envie de buter ces salauds qui massacrent ces autres "moi".
 
Et c’est dur de résister à l’envie de passer de la victime au bourreau, de renverser l’histoire. Car le premier sentiment face à l’horreur, c’est peut être le besoin de se venger, de faire mal, de tuer celui qui veut vous éliminer. Mais je n’ai pas envie d’être bourreau, pas plus que d’être victime. Je refuse cette dichotomie, ce manichéisme. Ma vie est ailleurs, pas dans la peur, peur de l’autre ou peur pour sa vie.
 
C’est là qu’est le vrai sujet. Ce film, cette manière de me choper par les boyaux et de me confronter à la monstruosité de la haine. Pourquoi les roux ? Pourquoi pas les bruns, les blonds ? Pourquoi pas les blondes, les gays, les lesbiennes, les trans, les autres ? Pourquoi moi ? 
 
Pourquoi pas les juifs ? Les arabes ? Les noirs ? Cela revient à faire juste un film de plus, une dénonciation supplémentaire, alors qu’on sait parfaitement que les avis sont tranchés et qu’on n’arrivera sans doute pas toucher ceux qui ne sont pas déjà sensibilisés, ceux qui rejettent tout ca. Un film de plus ne fera sans doute pas bouger les lignes ...
 
Cela ne peut pas être non plus un "type" normal, un petit blanc brun ni grand ni maigre ni gros ni rien. Personne ne comprendrait, personne ne percevrait le lien qui unit tous ces gens dans ce bus. Nous ne pourrions pas saisir au premier coup d’oeil, pendant la rafle, qui ces hommes armés cherchent.
 
Alors, pourquoi pas une bande d’homos ? Ou de blonds ? Peut être parce qu’on connait le discours ambiant sur l’homophobie, on sait que les blagues sur les blondes c’est juste méchant et souvent crétin même si c’est jouissif. Et puis, les blondes, ça fait rêver et les PD, on ne les aime pas vraiment. L’identification, le message est plus difficile à faire passer.
 
Le roux alors ? Ben oui, le roux. On le voit, on le remarque, on le bâche un peu quand il est môme. C’est le rouquin, le roukmout, le bronzé sous la passoire. Le facilement identifiable. Mais, si on le montre du doigt de temps en temps, les temps où on le chassait sont révolus. En occident, le roux n’est plus un galeux. C’est un ancien discriminé, nuance.
 
Et ça marche. les gens qui ont vu le film sont quelque part frappés, un peu mal à l’aise. Ou carrément révoltés. Mais pas indifférents comme devant tant de films sur ces haines de l’autre qui travaillent nos sociétés humaines.
 
Alors, loin du sujet facile sur le redhead bashing, les journalistes devraient se pencher là dessus : comment continuer à faire comprendre que la haine ne mène à rien sauf à l’horreur dans une société gavée d’images ? Faut-il hurler au loup, faut-il crier toujours plus fort ?
 
Peut-être. Et c’est inquiétant si pour secouer notre apathie croissante, on doit nous frapper de plus en plus fort.
 
A vous de me dire.
 
Manuel Atréide.
 
Crédit illustration : Sarah (superbe crayon)
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • LeGus LeGus 30 avril 2010 10:26

    Bel article.
    Par contre il est affligeant de lire celui de l’express, alors que le film de Gavras dénonce le racisme en utilisant le roux, pour susciter notre empathie comme vous le rappelez, eux ne voient que le roux. Pire, ils le disent clairement dans l’introduction, mais quand même ils partent sur les roux. C’est même plus quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt, c’est je vois bien que votre doigt montre la lune mais parlons de votre doigt seulement.
    Euthanasie pour l’Express.


    • COVADONGA722 COVADONGA722 30 avril 2010 10:28

      bonjour , rien a retrancher dans votre texte j ai plussé , sinon puisque vous vous dites geek vous connaissez surement :

      Je ne connaitrai pas la peur,
      car la peur tue l’esprit.
      La peur est la petite mort,
      qui conduit à l’oblitération totale
      ect .litanie Bene gesserit « Dune »


      • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 16:04

        @ COVADONGA ...


        fear is the mind killer ... Oui bien sur, je suis Atréide, tout de même !

        C’est vraie que la litanie peut aider parfois, mais je ne me sens pas discriminé du tout comme roux. A part dans l’esprit de quelques cinglés qui nous haissent, il n’y a que quelques journalistes qui pensent vraiment que le racisme anti-roux imprègne notre société. Pour moi, il s’agit tout au plus de quelques restes d’anciennes détestations ... Ce n’est pas toujours agréable, on peut entendre des réflexions blessantes mais de là à parler de racisme ? 

        En revanche, je m’interroge sur ces messages, livres et films qui dénoncent la haine et le racisme. Il me semble qu’il faut toujours aller plus loin pour marquer les esprits. Et je me demande si tout comptes faits, c’est la bonne méthode ... Car le prochain stade ce sera quoi ? Que devra-t-on montrer pour choquer en espérant que les gens réfléchissent après ? Des scènes de torture ? 

        Peut -être que la dénonciation est en train d’atteindre ses limites. C’est en tout cas ce que semble me dire le clip de Romain Gavras que j’aime beaucoup, même s’il m’a remué.

        Manuel Atréide

      • Nho 30 avril 2010 17:21

        @ Manuel

        Je me suis souvent fait ce genre de réflexion. Peut-être nous faudra t-il une autre terrible guerre pour que le racisme redevienne « impopulaire » ? Peut-être n’y a t-il rien à faire ?


      • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 23:02

        @ NHO


        je pensais que la lutte contre le nazisme et l’horreur des camps de concentration nous aurait amené à ce constat payé par la vie de millions d’hommes, de femmes et d’enfants que la haine de l’autre sous toutes ses formes nous conduit inmanquablement à l’abime.

        Malheureusement, les exemples du Cambodge, du Rwanda, d’Irak, du soviétisme et j’en passe me font penser que la leçon ne sera jamais retenue et qu’il faudra sans cesse la redire et la redire encore afin qu’elle reste présente dans nos esprits. 

        Sous quelle forme alors faire ce travail d’éducation ? Le film choc de Romain Gavras me montre que la dénonciation ne marche pas sur le long terme. Je me trompe peut être. Si vous saviez comme j’aimerais me tromper !

        Manuel

      • Fergus Fergus 30 avril 2010 10:41

        Bonjour, Manuel, et bravo pour ce coup de gueule.

        Je n’ai pas vu ce film, et par conséquent je ne peux en parler, n’ayant pas pour habitude de m’exprimer sur ce que je ne connais pas.

        Pour ce qui est des roux, il n’y a effectivement pas de déferlement de propos contre eux sur le net, excepté les commentaires imbéciles d’une minorité comme il y en a sur tous les sujets.

        Les roux ne sont d’ailleurs pas ostracisés en France, il suffit de voir le succès de Mylène Farmer pour s’en convaincre. Et nombre de gamins ont grandi dans le respect et l’admiration des belles filles à la crinière flamboyante après avoir lu le livre de Kurt Held « Zora la rouquine ».

        En réalité, l’humanité n’est pas partagée entre les roux plus ou moins diaboliques et les autres, les gens « normaux », mais entre les abrutis et les gens censés pour qui la rousseur n’est qu’une des nombreuses variantes du physique des hommes et des femmes.


        • Fergus Fergus 30 avril 2010 11:01

          Erratum : les gens « sensés » et non censés ! Pan sur les doigts !


        • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 16:08

          @ Fergus ...


          « l’humanité n’est pas partagée entre les roux [...] et les autres »

          Euh ... si ! On est plus beaux, séduisants, sexy, sexuellement mieux équipés et tellement plus intelligents ! 

          Enfin, il parait ... smiley

          Manuel -hyperroux - Atréide

        • nexus 30 avril 2010 12:22

          plussage.

          Merci pour cet article et pour nous faire découvrir par la même occasion ce court métrage.
          Je ne sais pas si je suis « normal » mais j’ai eu la même envie de gerber en le regardant.

          Ca fait bizarre aussi de voir un gars exploser sur une mine anti personnel...

          Comme disait je ne sais plus qui, il n’y a qu’un genre humain et donc qu’un seul racisme...


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 16:13

            @ Parkway ...


            ils moinssent parce qu’ils n’ont pas aimé, je suppose. Et c’est bien leur droit, je n’ai pas la prétention d’avoir une parole d’évangile ! Cela dit, si l’un d’eux veut bien m’expliquer, je suis preneur. Non pas pour le bâcher, ce serait idiot, mais pour disctuer et échanger. Rien de plus chiant que l’unanimité !

            Pour le reste, je confirme, je n’ai pas une âme de bourreau, pas plus que de victime. Et si la légitime défense devait un jour être de mise, j’espère avoir la raison suffisante pour ne pas aller plus loin que la défense de ma vie et ne pas verser dans la vengeance monstrueuse. Il y a pour moi une différence entre les deux.

            Non ? 

            Manuel

          • voxagora voxagora 30 avril 2010 14:04

            Bienvenue dans le monde des « hors-normés »,
            qui soit dit en passant sont les plus normaux,
            puisque La-norme, étant virtuelle, ne concerne personne.


            • dom y loulou dom 30 avril 2010 14:31

              Gavras simplifie à l’extrême

              ce genre de rafles on en voit déjà aux USA, mais pas pour cause de racisme, pour cause d’opposition à la barbarie étatique et de ruine volontaire des finances publiques par le clan d’Obam... excuses... Barry Soetoro le kenyan.

              Et ce sont leurs enfants que kidnappe ce gouvernement de voraces.

              Mais focaliser sur les roux pour faire oublier la réalité... un justicier à Hollywood dites-vous ?

              Rien, le néant de la critique politique, la docilité complète finalement, du superficiel qui doit nous déranger, qui accuse on ne sait quoi... le racisme universel ? C’est une banalisation de l’ultraviolence policière que je vois là.

              le racisme n’est qu’un piège maladif dans lequel ne tombent que les plus crétinisés.

              Pourquoi ce court métrage me perturberait-il plus que des millions de morts irakiens, d’afghans, de pakistanais et de palestiniens réunis ? Que Guantanamo et de tous les mensonges empilés comme des vérités sacro saintes pour lesquelles on torture à tout va détruisant des familles entières, jetant les gens à la rue et déclarant les SDF terroristes potentiels ?

              Et pourquoi le nombre continue-t-il à entretenir une machinerie, mécaniquement, par habitude, une machinerie qui en est venue à vouloir dépopuler ses propres citoyens massivement déclarant que les aom sont de trop en ce monde ?

              Et le nombre ne dit rien, regarde ses enfants se faire stériliser docilement, se faire foutre à poil dans les aéoroports, à subir des milliers de caméras de surveillance comme si c’était normal, à se faire empoisonner de mille façons, à se faire saupoudrer de neuro-toxiques sur la gueule tous les jours en bombardements massifs.

              Mais personne ne bouge, au moins arrêter de travailler pour ces gens... mais non...

              Pourtant ils sont témoins qu’il leur suffit de demander au ciel pour couvrir leurs besoins.

              continuent-ils en expliquant aux enfants que la mort sera formidable dans les bras de Jesus après un saint armageddon ? La folie complète donc ?

              le troupeau ne beugle même pas, il va à l’abattoir en dansant et en chantant les louanges de l’Ipod. Tout juste quelques milliers de lignes de quelques rebelles sur internet, déjà presque complètement censuré.

              Encore un quart de seconde avant fermeture complète des divertissements... mais cet été ils vont encore se presser aux festivals pendant qu’on les tue, tout est noooormaaaal.


              Il est bien inutile ce genre de film où ceux qu’on voudrait voir évoluer prendront un plaisir fou à s’en inspirer, comme des enfants mal-élevés.

              Et il le sait Gavras, ses commanditaires aussi.


              • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 16:17

                Dom ...


                puis-je vous conseiller de lire l’article ? 

                Cordialement

                Manuel

              • Daniel Roux Daniel Roux 30 avril 2010 14:35

                Je compatis ayant, moi aussi, subis des quolibets de hautes volées tel que cet hommage à une vieille marque « Chicorée » ou, dans le genre phonétique, le très subtile « Roux pète ».

                D’un autre côté, ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. En l’occurrence, cela m’a peut-être amené à être plus tolérant envers les errances de l’humanité sachant que la bêtise est l’une des valeurs la mieux répartie et la mieux partagée.

                Plus aucun doute en ce qui me concerne, la bêtise est triomphante. N’a t-elle pas été élue par 53% des Français en 2007 ?


                • dom y loulou dom 30 avril 2010 14:43

                  j’exagère exprès

                  excuses à tous ceux qui veulent garder les yeux ouverts et font tout ce qu’ils peuvent pour arrêter ce fléau de la déshumanisation et de la robotisation des êtres.


                   


                  • Nho 30 avril 2010 15:59

                    Bel article, commentaires intéressants

                    Merci à tous


                    • alberto alberto 30 avril 2010 17:07

                      Moi, j’ai une voisine qui a une chatte rousse : jusqu’ici je n’ai rien dit, mais...Ton article me donne des mauvaises idées !

                      Mais ne vois pas le mâle où il n’est pas : bien à toi.


                      • Annie 30 avril 2010 20:34

                        Je n’ai pas fait de recherches très poussées, mais les roux ont toujours été la cible de moqueries ou été l’objet de suspicion en GB (et encore aujourd’hui à un moindre degré) , parce que c’était un moyen de se moquer des Irlandais, qui ont tenu dans ce pays la place des gitans, et il est intéressant que l’on parle d’Irish gipsies à propos des Irlandais, un terme qui n’a pas vraiment de sens sinon de mettre dans le même sac des communautés indésirables. Ils ont eu pendant des décennies la même réputation que ces gitans, chapardeurs, menteurs etc. et c’est depuis qu’ils ont été détrônés par d’autres immigrés que les Irlandais ont acquis un certain degré de respectabilité, aussi depuis qu’économiquement l’Irlande a cessé d’être à la traîne. Je trouve un peu déprimant que les préjugés semblent bien voyager que des valeurs plus positives.


                        • Manuel Atreide Manuel Atreide 30 avril 2010 23:12

                          @ Annie ...


                          vous avez raison, les préjugés contre les roux ont eu la vie dure et surtout longue. Cependant, tout cela est - pour le moment - derrière nous. Quelle est donc alors l’utilité de ces articles qui semblent crier au loup alors que ce dernier a fini par quitter les lieux ? Le roux que je suis vis paisiblement avec ses cheveux, et je ne comprends pas ce déluge d’articles parlant de stigmatisation, de souffrance, d’attaques. 

                          Car entre le moment où j’ai écrit ce billet et ce soir, de nouveaux articles sont sortis. Et cet angle un peu stupide mais facile semble être la norme pour parler du clip de Romain Gavras alors qu’il nous dit tout autre chose. 

                          Alors quoi ? Brassage de vent, facilité due à la flemme ou est-ce un appel à la compassion creuse vers une catégorie qui n’en demande pas tant ? Je m’interroge. 

                          Et enfin, je n’aime pas cette sollicitude envers moi alors que je n’ai rien demandé. C’est comme si j’avais soudain une cohorte de journalistes (souvent féminines) se bousculant à ma porte avec bandages et eau oxygénée, alors que je suis en pleine forme. je finirais presque par croire qu’en fait j’ai mal sans m’en rendre compte. Dérangeant comme sensation !

                          Manuel

                        • Fergus Fergus 1er mai 2010 09:46

                          Bonjour, Annie.

                          Le terme de « Irish gypsies » ne désigne pas les Irlandais, mais une catégorie particulière d’Irlandais constituée de nomades dont certains (très rares désormais) continuent de se déplacer à travers le pays dans des roulottes à cheval. On appelle également ces gens les « Tinkers », ce qui peut se traduire par rétameurs car ils ont (ou avaient) souvent pour habitude de travailler l’étain quand ils ne spécialisaient pas, comme les gitans continentaux, dans le rempaillage.

                          Les « Tinkers » ne sont pourtant pas des Tziganes, mais probablement l’un des plus vieux peuples d’Irlande. Peut-être en rencontrerai-je en Irlande où je repars vendredi pour deux semaines, principalement pour me centrer sur régions sauvages de l’Ouest, entre péninsules du Kerry, Burren et peut-être Connemara si j’ai le temps d’y retourner. Sans doute consacrerai-je, à mon retour, un prochain article à ces « Irish gypsies ». 


                        • Radix Radix 1er mai 2010 13:16

                          Bonjour Fergus

                          Tu as raisons sur les Tinkers, l’état irlandais a essayé de les sédentariser en leur offrant une maison s’il l’occupait pendant cinq ans.

                          Les résultats ont été mitigés malgré les condition de vie très dures de ces « nomades » beaucoup ont repris la route car leurs chevaux et la liberté leurs manquaient.

                          Le racisme dont ils sont l’objet prend racine dans l’éternel conflit entre le nomade et le sédentaire, entre Caïn et Abel qui n’ont absolument pas la même vision de la société et de la propriété.

                          Radix


                        • Annie 2 mai 2010 18:13

                          Bonjour Fergus,
                          Je ne faisais pas référence au nomadisme des Irish gypsies, mais aux appellations et stéréotypes qui collent encore à la peau des Irlandais aujourd’hui (bien moins comme je le disais), qu’ils soient sédentaires ou nomades. 


                        • cmoy patou 1er mai 2010 09:41

                          Niemöller symbolise un peu « l’autre Allemagne », celle qui a su résister.

                          Il est l’auteur du texte suivant :

                           Als die Nazis die Kommunisten holten, habe ich geschwiegen ; ich war ja kein Kommunist.
                           Als sie die Sozialdemokraten holten, habe ich geschwiegen ; ich war ja kein Sozialdemokrat.
                           Als sie die Gewerkschafter holten, habe ich geschwiegen ; ich war ja kein Gewerkschafter.
                           Als sie die Juden holten, habe ich geschwiegen ; ich war ja kein Jude.
                           Als sie mich holten, gab es keinen mehr, der protestieren konnte.

                           Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, car je n’étais pas communiste.
                           Quand ils sont venus chercher les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, car je n’étais pas social-démocrate.
                           Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, car je n’étais pas syndicaliste.
                           Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai rien dit, car je n’étais pas juif.
                           Et quand ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester.

                           Quand ils sont venus chercher les lapins , je n’ai rien dit, car je n’étais pas un lapin ..........

                          Vidéo remarquable , merci pour cet article .


                          • Arunah Arunah 1er mai 2010 11:48

                            La délicate remarque du Prince Charles d’Angleterre à la naissance de son deuxième enfant revient à l’esprit...

                            « Encore un garçon ! Et en plus il est roux ! »
                            On n’est pas plus aimable...

                            Et aussi à l’époque victorienne, on conseillait aux dames qui souhaitaient prendre un amant de bien choisir sa couleur de cheveux : en clair, pas de roux dans la famille... 


                            • Radix Radix 1er mai 2010 12:48

                              Bonjour Manuel Atréïde

                              La propension de l’humanité a charger un bouc émissaire à ses malheurs est infinie et le pire c’est que cela marche à chaque fois.
                              Si vous discriminez une population pour une raison absurde (plus elle est absurde mieux cela marche) il y a de forte chance que cette population réagisse en se conformant malgré elle au modèle que vous lui imposez et ainsi justifie à postériori toutes les critiques !

                              On peut le faire avec les gauchers ou avec les gens qui ouvrent leur œufs par le petit bout !

                              Radix

                              PS - C’était les Harkonnens qui étaient roux pas les Atréïdes ! C’est pas gentil de ne pas se conformer au modèle imposé !


                              • Yohan Yohan 1er mai 2010 14:33

                                Bonjour Manuel

                                La presse fonctionne avec ses petites fiches sujets préparées pour chaque saison. Le soleil revient, on va parler des maillots de bain et donc de celles qui vont se glisser dedans, des roux, de leur peau fragile et bla bla bla. Bête mais pas toujours méchant, il y a des crèmes à vendre. Vu de loin, je dirai qu’il y a accalmie sur le front de la rousseur, par rapport à ce qu’on a connu dans le passé. Il suffit de pas grand chose pour inverser le cours des choses. D’ailleurs, ma voisine, bien balancée, vient de se faire une splendide teinture de rousse...


                                • Canine Canine 2 mai 2010 04:24

                                  " Je connais le racisme, la haine de l’autre, j’y suis sensible et je la rejette. Mais je crois qu’avant ce film, je ne l’avais pas vraiment vécue dans mes tripes."

                                  Sans vouloir être méchant, quand on pense aux centaines de films, de documentaires, de romans, de livres d’histoires qui relatent la souffrance d’être humains victimes de racisme, de discrimination à des niveaux souvent bien supérieurs à ce que montre ce court métrage, c’est quand même navrant de se dire que jusqu’ici, parce qu’ils n’étaient pas roux, ça n’avait eu qu’un impact de principe sur vous. Je sais pas ce qui est le plus terrifiant, votre manque d’empathie, ou votre grandiloquence devant un petit film qui de toutes évidences, est loin d’être le meilleur du genre.


                                  • Manuel Atreide Manuel Atreide 2 mai 2010 13:54

                                    @ Canine ...

                                    Je vous rassure tout de suite, j’ai vu de nombreux films documentaires, lu des livres, entendu des conférences sur tous ces sujets. L’impact sur moi est largement au delà de « l’impact de principe » comme vous le dites si bien. L’empathie est là, bien là. En revanche, l’identification n’avait jamais été complète.

                                    Est ce un mal ? Suis-je donc vraiment le mec totalement insensible que je semble être à vos yeux ? Peut être, je ne puis pas être juge et partie. En revanche, je peux vous dire une chose, j’ai connu des discriminations plus sérieuses que celles dues à ma couleur de cheveux. Et pour certaines, on ne nous colle pas de film dénonçant l’horreur, ou si peu. Et certaines mêmes, bien que réelles, continuent à être à ce point niées que ceux qui veulent témoigner sont encore mal vus ou carrement exclus des cérémonies officielles de commémoration.

                                    Voila, pardon pour la grandiloquence !

                                    Manuel


                                  • Canine Canine 2 mai 2010 17:56

                                    Oh, ne vous excusez pas, la grandiloquence tout comme mon ton péremptoire sont des défauts quasi intrinsèque au débat sur internet.

                                    Cela dit, ça me rassure pas des masses que vous en ayez vu d’autres documents sur le sujet.
                                    Y’a deux choses qui m’étonne dans votre article.
                                    1) Personnellement, je suis ni juif, ni même allemand, ça m’a pas empêcher de pleurer à la fin de La liste de Schindler. A l’inverse, ma mère est rousse, et le clip ne me fait pas des masses d’effet. A la limite je trouve l’image tellement lourde qu’il me donne envie de zapper. Esthétiquement, je me demande comment avec tout ce que le cinéma et la littérature ont produit sur le sujet, vous avez pu ressentir plus de choses (au point de je cite de « serrer les mâchoires ») devant ce petit clip qui est loin d’être un monument en terme de sensibilité. Enfin bon, on va dire que les gouts et les couleurs tout ça.

                                    2) Vous n’êtes pas QUE roux comme vous dites, il est fort probable que vous ayez d’autres coordonnées sociales et ethniques, et il est surprenant qu’aucunes d’elles n’est jamais vibrées à l’actualité jusqu’ici. Dans votre article, on dirait que vous vous envisagiez jusqu’à lors comme une personne normale et bienveillante vis à vis de gens particuliers qui souffraient de discrimination, et que là, après ce clip, paf, vous arrivez à vous mettre à leur place. Alors que bon, si vous êtes roux, il est très probable que vous soyez également Blanc (sans être absolu cependant, mais je vais supposer pour l’exemple). Comment ce fait-il que les nombreux exemples de discrimination à l’égard des Blancs qui ont eu lieu au cours des 20 dernières années (au pif, les lynchages, meurtres et viols au Zimbabwe) ne vous ai jamais touché autant que ce clip ? Parce que pas vous ne les avez pas vu en vidéo ?


                                  • Annie 2 mai 2010 18:29

                                    @Canine,
                                    Au Zimbabwe, que vous prenez comme exemple, cette discrimination s’est-elle exercée uniquement parce que les gens étaient blancs ? Etait-ce uniquement le critère de discrimination, ou bien la blancheur de la peau est -elle devenue un symbole d’oppression ?
                                    Eugène Terre-Blanche (je sais qu’il était Sud Africain) a-t-il été assassiné parce qu’il était blanc, raciste, ou parce qu’il essayait de sodomiser un kaffir ? 


                                  • Canine Canine 2 mai 2010 18:57

                                    @ Annie

                                    Whaou.
                                    Alors, je vous laisse choisir le motif qui expliquera le non intérêt de votre propos, au choix : -Eugène Terre Blanche était un leader d’extrème droite, tous les Blancs qui vivent en Afrique ne le sont pas (y’en a même qui se battent contre le racisme, incroyable hein ?) - de toutes façons, les racismes trouvent toujours des prétextes, qui veut noyer son chien l’accuse d’avoir la rage (et Mugabe dans le genre est top) -si cet exemple ne vous plait pas, ma foi remplacez le par un autre, parce que c’est pas du tout le thème de fond la conversation, on est pas en train de se demande si les roux ont fait quelque chose de mal pour être ainsi poursuivi dans le clip, vous comprenez ?
                                    Aussi, je vous remercie de gardez vos amalgames pour parasiter un autre fil de conversation, j’essaye d’avoir une conversation intéressante avec l’auteur de l’article.


                                  • ravachol 2 mai 2010 07:11

                                    Bonjour
                                    Juste un truc,pour le cancer de la peau c’est vrai.Ma copine qui est rousse en a fait un il
                                    y a 15 ans au niveau de l’omoplate,qui a ensuite metastasé au cerveau et elle est maintenant
                                    hemiplegique,alors pour le soleil faites gaffe.Pour le reste,moi perso je prefere les rousses
                                    que les connes


                                    • cob 2 mai 2010 11:17

                                      Et bien sûr, le rôle de la milice fasciste échoit forcément à des américains Blancs.
                                      En parlant de clichés racistes...


                                      • CoolcoolJo 2 mai 2010 12:01

                                        « les PD, on ne les aime pas vraiment »

                                        ...merci, ça fait toujours plaisir, surtout que l’homosexualité est encore punie de mort dans plus d’une dizaine de pays... -_- 
                                        Cher Manuel, cette citation semble être écrite pour ceux qui pensent (ou pensaient ?) comme vous, je vous la livre : « Est-ce qu’on pourrait penser à protester avant d’avoir peur pour soi ? Ou alors, est-ce qu’il y aurait une loi des vases communicants disant qu’on ne peut ouvrir sa gueule que quand on chie dans son froc ? » 

                                        • Manuel Atreide Manuel Atreide 2 mai 2010 14:01

                                          @ CoolCoolJo ...

                                          Si seulement vous saviez à quel point votre indignation se trompe ! Il est vrai que prise au premier degré, ma phrase fait furieusement homophobe ... Ce que je ne suis pas, ce que je ne peux pas être ! smiley

                                          Cela dit, si en occident les gays ont pu conquérir à force de gueulantes et de combats à visage découvert un minimum de tolérance, le moins qu’on puisse dire c’est que le respect n’est pas encore là et que dire « les PD, on ne les aime pas vraiment » n’est ce pas une réalité dans l’esprit de beaucoup ? Je vous renvoie juste aux articles parus sur Agoravox pour que vous puissiez jauger du chemin qui reste à faire.

                                          Alors oui, vous avez raison de vous indigner. Mais je ne pense pas être une bonne cible, non, vraiment pas. Si vous me suivez ...

                                          Manuel


                                        • CoolcoolJo 2 mai 2010 16:02

                                          Hum, je vous dois des excuses, je me relis et effectivement, je suis agressif. Si cela peut être dit à ma décharge, j’ai eu droit à trois tuiles catégorie homophobie coup sur coup ces quelques mois alors que jusqu’à là j’avais toujours été protégé, et je suis très à fleur de peau...

                                          Mes excuses, donc. Ma colère était dirigée contre la banalisation de l’homophobie d’opinion, et en l’occurrence, cette banalisation était fantasmée.
                                          Bonne continuation, je n’ose pas trop vous féliciter pour le ton caustique et percutant de votre papier, du coup...

                                        • curieux curieux 2 mai 2010 13:51

                                          Qu’il soit brun, blond ou roux, j’attends la prochaine campagne qui serait plus juste : Hurler au « Nain »


                                          • franc 2 mai 2010 20:25

                                            J’ ai une certaine fascination pour les roux comme pour les blonds ,les blonds dorés pas les blonds délavés ,mais plus pour les roux car ils sont plus rare et en plus ils ont souvent des taches de rousseurs .

                                            j’aurais aimé être un blond aux yeux bleus ,yeux d’amoureux ,ou encore plus un roux aux yeux verts , yeux de chat,c’est si beau ;-------------------------------malheureusement j’ai des cheveux chatains- bruns et des yeux marrons ,yeux de cochon--------------------------c’est triste ,mais il faut faire avec .


                                            le racisme ou la haine contre les roux fait partie des racismes ou de la haine contre des êtres considérés comme supérieurs ,comme les juifs et d’une certaine manière les homosexuels ,----------racisme relevant de la jalousie et de la haine diabolique contre l’intelligence , la beauté ou l’amour .

                                             


                                            Je profite de l’occasion pour dire qu’il ya trop de bruns sur terre et pas assez de blonds et surtout de roux .C’est un déséquilibre éco-humain qui est très dommageable à l’harmonie et au progrès de l’humanité ,et même une menace pour le patrimoine génétique des diverses caractéristiques humaines .


                                            Pour sauvegarder toute la richesse du patrimoine génétique humain et toutes les diverses variétés des caractères humains ,il est nécessaire en considérant la gravité des choses d’élaborer une politique qui fasse rétablir cet équilibre de l’écosystème humain en encourageant et favorisant la naissance des blonds et des roux en même temps que de limiter et restreindre la naissance des bruns ,jusqu’à ce qu’il y ait à peu près autant de blonds et de roux que de bruns et de chatains sur terre ,sinon un tel déséquilibre qui ferait disparaitre les caractères des blonds et des roux , serait une perte immense pour l’humanité et ferait courir un grave danger à la paix ,à l’harmonie et au progrès de la société.
                                             



                                            Alors plus que de s’inquiéter sur le sort des vers de terre ou des crapaux ,ne vaut-il pas mieux et même il est une nécessité urgente de s’inquiéter de la disparition ou de la diminution des blonds et des roux .


                                            • franc 2 mai 2010 21:53

                                              Les lois de Mendels de l’hérédité peuvent très bien faire l’affaire .


                                              • miel de fiel miel de fiel 3 mai 2010 04:04

                                                Je trouve les roux extrêmement beaux (tout comme les albinos africains, que j’ai défendus, sans échos, sur un site public....).

                                                Beaux et tellement lumineux pour ceux qui frôlent le jaune orangé. Il semble que des étincelles pétillent sur eux .....

                                                Lorsque je vois un enfant, je ne manque jamais de lui caresser les cheveux en lui disant : tu es beau/belle comme un cœur chéri(e). Un petit cadeau pour les soirs de cafard face à la méchanceté bêtement humaine.

                                                Dans le dictionnaire des Symboles, je lis, « il caractérise le feu impur, qui brûle sous la terre, le feu de l’Enfer, c’est une couleur chtonienne (qui est né de la terre pour les dieux infernaux) ».

                                                Les superstitions naissent souvent de l’envie et de la jalousie autant que de la peur et sont des instruments puissants aux mains avides de pouvoir..... Pour moi, enfer et paradis n’existent pas, pas plus que le Dieu unique qu’ils sont censés servir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès