Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > IKEA : « Rien ne vaut le bon exemple »

IKEA : « Rien ne vaut le bon exemple »

Le parcours du consommateur... (1)

 

" Rien ne vaut le bon exemple.". Ainsi s'exprime Ingvar Kanprad fondateur de la multinationale IKEA, dans une brochure " Le testament d'un négociant en meubles" datant de 1976, pour vanter le "modèle-business" de son entreprise. ( lien )

Cette maxime vaut son pesant d'or à la vue de l'ingénieux montage financier mis au point par la firme pour échapper au fisc et exfiltrer le maximum de richesse des divers pays où se réalisent les bénéfices. Cas exemplaire de détournement d'argent public par le jeu de l'optimisation fiscale, mais malheureusement pour les pays concernés, IKEA n'est pas la seule à être montrée du doigt. Mac Donald, Apple, Google, Amazon, etc... ont optimisé à tour de bras grâce à la duplicité de certains États qui n'hésitent pas à pratiquer le dumping fiscal pour ramasser quelques miettes de ces mastodontes qui se moquent des frontières et des législations nationales.

DU PARCOURS DU CONSOMMATEUR AU PARCOURS DE LA DEFISCALISATION.

Tout bon client du groupe suédois connait le parcours obligé du consommateur pour "rentrer dans des ambiances, se les approprier, chercher des idées" et ...succomber au final à l'achat. Comme ce parcours du consommateur, il existe, plus discrètement, le parcours des bénéfices à travers les pays européens pour optimiser la contribution en matière d'impôt de cette multinationale du meubles et des accessoires en tout genre.

Ainsi d'après un rapport publié par les élus écologistes du Parlement européen ce géant suédois du meuble Ikea a échappé à environ 1 milliard d'euros d'impôts sur la période 2009-2014 en recourant à des circuits financiers qui traversent plusieurs pays de l'Union européenne.

L’étude se concentre sur le cas d’Inter Ikea Group, une holding néerlandaise possédant la marque Ikea. Chaque magasin Ikea implanté dans divers pays européens reverse à cette entité, en « royalties », l’équivalent de 3 % de ses ventes, au titre de l’usage de la marque Ikea. Cela permet à ces magasins de réduire leur base imposable et donc leur contribution fiscale dans les pays concernés.Les Pays-Bas étant connus pour leur législation généreuse sur la non-imposition des royalties, ainsi l'entité néerlandaise ne paie que très peu d’impôts dans ce pays. Mais comme la holding batave, pour racheter la marque Ikea, s’est endettée en 2012 auprès d’une filiale luxembourgeoise,elle lui renvoie une grande partie des royalties sous forme d’intérêts qui servent à rembourser son prêt. Or, ces intérêts ne sont pas taxés à leur « sortie » des Pays-Bas. Par ailleurs, au Luxembourg, il existe un « ruling » (un accord entre Ikea et le fisc du Grand Duché), qui permet à Inter Ikea Group de n’être taxé qu’à 0,06 % de ses profits. Enfin,dernière étape, des dividendes sont versés de la filiale luxembourgeoise vers la fondation du Lichtenstein. Il se trouve que dans ce paradis fiscal niché au cœur de l'Europe, les dividendes des filiales venus de l’étranger ne sont pas taxés… ( lien ).

Le rapport souligne que "Rien que pour l'année 2014, les pertes fiscales sont de 35 millions d'euros pour l'Allemagne, 24 millions d'euros pour la France et 7,5 millions d'euros pour la Belgique".

Voilà comment, Ingvar Kamprad , créateur de la marque et "exilé" pendant de longues années en Suisse, avec la complicité de législation "accommodante" est devenu le 4e homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à 33 milliards de dollars américains, ce qu'il ne cesse de contester (lien) : « Ni moi ni ma famille ne sommes propriétaires d'IKEA. Voilà plus de 20 ans que j'ai cédé toutes mes actions afin de garantir la continuité de l'entreprise ». Le groupe Ingka Holding est sous le contrôle de la Fondation Ingka de droit néerlandais. Reste que selon une enquête récente, Ingvar Kamprad a conservé les droits sur la marque même après avoir transmis l'entreprise à une fondation néerlandaise, Inter Ikea Group, en 1982. Il a continué à toucher, dans le plus grand secret, des dividendes qui, au fil des ans, ont constitué sa fortune. En 2015, Ingvar Kamprad paie pour la première fois ses impôts en Suède en 40 ans. ll avait quitté la Suède en 1973 notamment pour échapper à la fiscalité du pays. A 89 ans, il a en effet déclaré 17,7 millions de couronnes suédoises (moins de 2 millions d’euros), dont 1,2 million au titre des revenus du travail et 16,5 millions au titre des revenus de capital, précise le quotidien de référence "Dagens Nyheter" sur son site internet. ( lien ). Ses impôts se sont élevés à six millions de couronnes, ce qui représente un taux de prélèvement de 34%, équivalent à celui d’un cadre. Ingvar Kamprad a décidé de revenir sur ses terres natales après le décès de son épouse.

L'UNION EUROPÉENNE COMPLICE DE CE DÉTOURNEMENT DE RICHESSE

Le scandale Luxleaks, en novembre 2014, avait révélé comment, les géants du Net, des télécoms, de la finance ou de la grande consommation s’appuient sur un État comme le Luxembourg et ses règles fiscales particulièrement adaptées, comme sur les failles de la réglementation internationale, pour y transférer des profits afin qu’ils n’y soient très peu taxés. Ce sont des milliards d'euros de recettes fiscales évaporées grâce à des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et plus de 300 multinationales. Si les responsables européens feignent de s'offusquer de ses manipulations, ce sont bien les mêmes responsables comme J.C. Juncker, qui sont à l'origine de telles réglementations particulièrement adaptées à l'évaporation fiscale. Certes depuis Luxleaks, on assiste à quelques changements des règles d'octroi des fameuses tax rulings, mais ils s'effectuent à la marge, afin de rendre les critères d'éligibilité un peu plus transparents et surtout de les harmoniser sans remettre en cause l'ingénierie fiscale qui permet cette confiscation d'une grande part des recettes fiscales des pays de la communauté européenne.

Dans un entretien accordé au Monde le 29 octobre 2014 , M.Gramena, ministre des finances luxembourgeois s'est montré clair : « la pratique des tax rulings fait partie de notre patrimoine et nous voulons la perpétuer dans le respect des règles, déclare-t-il. (...) Le maintien d'une certaine compétitivité, loyale, entre les Etats dans le domaine fiscal est indispensable. » Le Luxembourg étant très dépendant de ces activités financières. ( lien).

"IKEA constitue l’archétype de l’entreprise multinationale tirant avantage de toutes les échappatoires juridiques pour se soustraire à sa responsabilité fiscale. Bien qu’il soit essentiel que la Commission européenne enquête au plus vite sur ce cas d’école, il est également urgent de réformer le cadre réglementaire actuel qui facilite les stratégies de planification fiscale agressive en Europe. Les tergiversations dont font preuve les gouvernements européens dans ce domaine sont incompréhensibles et coûtent très cher aux contribuables européens." Si Eva JOLY, membre Verts-ALE de la Commission TAXE s'émeut légitimement d'une telle situation il serait urgent d'exiger que cessent de telles pratiques pour construire à l'échelle de l'Europe une politique fiscale qui permettent à chacun des pays de recevoir la juste contribution fiscale de tous ces groupes supranationaux. Mais il est à craindre que nos commissaires européens comme Moscovici se satisfassent de quelques déclarations de principe sans s'attaquer réellement aux causes de ce scandale de l'évasion fiscale.

Le coût de l'évaporation fiscale dans l'Union européenne s'élèverait à plus de 1.000 milliards d'euros. Pour l’État français la perte fiscale est de l'ordre de 50 milliards d'euros, soit de quoi payer chaque année les intérêts de la dette ou aussi de quoi s'offrir l'ensemble du PIB du Luxembourg.

Ce coût qui s'ajoute au poids des niches fiscales ( 80 milliards d'euros) révèlent comment ceux qui n'ont que leurs bras et leur intelligence comme unique richesse contribuent non seulement directement par leur travail mais aussi indirectement, à leur insu, grâce à la complicité de l'élite politique de tout bords, à la réalisation de la sur accumulation du capital entre les mains d'une minorité de plus en plus réduite mais de plus en plus vorace. Prédation d'argent publique qui prive du même coup les États de moyens suffisants pour lutter contre la précarité et la misère et offrir à l'ensemble de la communauté des services publics qu'elle est en droit d'attendre.(2)

LA SCIENCE DU PARTAGE

______________________

(1) https://blogs.mediapart.fr/jean-lucien-hardy/blog/211014/au-rayon-eclairage-ikea-ne-vend-plus-que-des-leds

(2)Voir aussi le premier article sur IKEA de 2013.


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 février 11:01

    Bonjour,
    Excellent analyse. L’Union européenne n’est pas complice, c’est pire, elle a été construite exactement pour arriver à ce résultat : pour que les entreprises deviennent indépendantes des Etats.


    La libre circulation des capitaux et la variété des fiscalités a été pensée et voulue.
    Les Traités européens interdisent de fait aux Etats de protéger leurs secteurs stratégiques, et leur interdisent de localiser les entreprises pour les imposer fiscalement.

    Les Etats n’auront plus d’autre choix que de liquider leur modèle social, leurs services publics, faute de rentrées fiscales. Il s’agit d’un sabotage économique et social consenti. L’UE, c’est du capitalisme sauvage, sans que les Etats aient les moyens de s’en protéger.

    Analyse des Traités européens, par une juriste spécialisée dans la fiscalité internationale.


    • MagicBuster 17 février 11:44

      @Fifi Brind_acier

      Snifff Quel dommage !!!!
      vous avez (trop) raison . . . .

      http://www.syti.net/Topics2.html


    • Abou Antoun Abou Antoun 17 février 12:15

      @Fifi Brind_acier
      Parfaitement exact !


    • L'enfoiré L’enfoiré 17 février 17:28
      @Fifi Brind_acier,

       Je connais votre avis sur la question évidemment.
       L’UE a été constituée comme une multinationale dans le flot de la mondialisation qui met en concurrence des blocs économiques.
       Elle fait partie des plus gros club mais elle n’a pas l’autorité des patrons de multinationales, c’est de cela qu’elle n’a pas les pouvoirs nécessaires et qu’elle semble devenir le notaire d’une situation qui se dégrade... 
      Les ministres sans portefeuilles sont les plus mauvais missionnaires.
      Tout à fait entre nous, l’idée des pays, des nations, c’est râpé.
      Ne le répétez pas, hein... !!! smiley
      Maintenant, si vous voulez fermer votre porte, éteindre la lumière et la radio... vous verrez comme vous vous sentirez bien.... 
       

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 février 19:33

      @L’enfoiré
      « Celui qui combat peut perdre, celui qui ne combat pas a déjà perdu » Bertholdt Brecht.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 février 19:46

      @MagicBuster
      La fin de la démocratie..., c’est normal, la construction européenne est la suite l’ Europe Nouvelle d’Hitler... La construction européenne s’est décidée en août 1944 entre des Hauts fonctionnaires américains et les dirigeants nazis à Strasbourg. Les USA ont recyclé des tas de nazis, dont Walter Hallstein, juriste d’Hitler qui signera le Traité de Rome au nom de l’ Allemagne et deviendra le 1er Secrétaire de la Commission européenne...


      Et si vous voulez une analyse marxiste de la construction européenne, il y a l’excellente analyse d’ Annie Lacroix Riz « Aux origines de l’ Union européenne ». Elle explique qu’avant la guerre de 14, on avait déjà une forte intégration des capitaux au niveau européen, avec des investissements croisés entre la France et l’ Allemagne... Et qu’en 1926, le Cartel de l’acier préfigurait la CEE.

    • @Fifi Brind_acier ce n’est pas l’UE qui est complice. 


      En matiere de fiscalité, chaque pays est souverain. 

      La France est libre d’avoir des taux d’imposition plus elevés ou plus bas qu’au Luxembourg. 

    • Daniel Roux Daniel Roux 17 février 12:04

      Si vous avez compris que l’UE n’est que la représentation politique des riches actionnaires des multinationales, vous ne serez pas étonné que les directives et les lois qui en découlent permettent l’optimisation fiscale, sociale et écologique.

      Le futur traité, TAFTA, dont les négociations secrètes sont toujours en cours, favorisera ces mêmes riches actionnaires aux dépens des peuples, n’en doutez pas.

      Le système est bien verrouillé politiquement par le monopole des partis politiques organisés verticalement et ne laisse aucun moyen légal à ses opposants de la société civile.

      En 2017, par exemple, vous devrez choisir entre plus d’Europe (la pile de gauche) et encore plus d’Europe (la pile de droite). L’abstention est une option non valide.


      • @Daniel Roux
        lol... il n’y a pas de différence entre la gauche et la droite


      • alberto alberto 17 février 13:34

        Daniel, Fifi,

        Ce qu’il y a de plus révélateur, c’est que le mafioso en chef, ex président de l’Eurogroupe, ex ministre des finances du Luxembourg, J.C. Junker est aujourd’hui président de la Commission Européenne élu à une large majorité par le parlement européen !

        S’il fallait une démonstration de la pourriture qui nous gangrène, celle-ci est lumineuse, non ?

        Où est-il, l’autre qui parlait de « Karcher » ? Mais que suis-je bête, c’était à propos des banlieues...

        Pauvres...


        • alberto alberto 17 février 13:43

          J’aime bien aussi :

          "la pratique de l’extorsion de fonds fait partie de notre patrimoine et nous voulons la perpétuer dans le respect des règles, déclare-t-il. (...) Le maintien d’une certaine compétitivité, loyale, entre les États dans le domaine du racket fiscal est indispensable. »

          Enfin, j’espère avoir fidèlement traduit la pensée de l’auteur...


          • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 17 février 14:55

            On sait envahir, bombarder, boycotter, obliger bien des pays pour des causes plus ou moins justes avec plus ou moins la résolution de l’ONU voté par vous même ou vos amis. Et pourquoi pas une petite guerre supplémentaire contre les Bahamas, les Seychelles, les iles Caimans, Jersey, le Luxembourg, le Liechtenstein, etc ... 3 Rafales (faut bien les user un peu) et un Mistral (ça tombe bien on a 2 en trop), ça suffirait. Guerre déclarée le vendredi soir, comme ça tout le monde peut reprendre le boulot le lundi suivant. L’ennemi c’est bien la finance nous avait dit le Président, c’est quand même pas Daech ...


            • L'enfoiré L’enfoiré 17 février 17:17
              Le fondateur d’Ikea tout comme les plus grosses fortunes du monde ont subi les extrasystoles de la Bourse.
              La capitalisation boursière a fondu de 8000 milliards de $ dans ce début 2016.

              Si en 2015, la perte s’est élevée à 19 milliards de $ pour les dix premières fortunes, pour les 400 premières c’est 45 milliards de $ en un mois.

              Pour Bill Gates, toujours n°1, cela fait une perte de 6,5 milliards de $ ce qui représente 7,5% de son patrimoine
              Celui qui a perdu le plus c’est le patron d’Amazon.

              L’ennemi commun n°1, la phynance...  smiley

              • L'enfoiré L’enfoiré 17 février 17:19
                Je ne me souviens pas des chiffres, mais le budget énorme de la publicité d’ IKEA explique aussi ce que son patron est devenu.
                Etait-ce le bon exemple ?
                Ca c’est une question à 100 sous... smiley

                • Ruut Ruut 17 février 20:14

                  Bientot Tafta Pour finir et verouiller le truc.


                  • Spartacus Spartacus 17 février 20:39

                    Bien joué IKEA !

                    Bravo, bravo........Continuez, ne laissez rien a ses étatistes !

                    Voyez ces auteurs de ce genre d’articles, jouant les « vierges effarouchées » et bien ce sont les pires exonérées de charges sociales, statutairement la caste des favorisé de la gamelle de l’état....

                    Les cannibales voraces étatistes pleurent de ne pas manger le sandwich appétissant d’une boite qui crée des richesse et crée des emplois au lieu de remplir leur gamelle .

                    Qu’aurait fait de cet argent la caste qui occupe l’état et ses crocodiles pleurnichards ?

                    Donner des jours gratos de non carence pour la caste de ceux qui votent à gauche ?
                    Payer sans compter des retraites qui ne ressemblent en rien à des carrières calculées sur 6 mois ?
                    Bonifier les viveurs de l’impôt pour partir plus tôt ?
                    Ou créer des logements HLM à 900€ par mois en face la tour Eiffel pour ajouter au 31,4 % des locataires du parc locatif social parisien parmi les 30 % des ménages les plus riches de France ?
                    Ou des logements de fonction en veux tu en voila ?
                    Ou exonérer 33% de la population de cotisation chômage ? Fonctionnaires, employés des sociétés publiques ?
                    Ou un max de primes non cotisées de charges sociales ? 

                    Bravo, et en plus c’est de l’argent pas volé.

                    Bravo, dans vos mains il a été utiliser pour créer des jobs,créer de la richesse. de l’accumulation de capital qui retournera dans l’investissement.

                    Bravo pour créer du social par le travail, là ou les gauchistes les mieux placés pour capter la gamelle d’état, le veulent pour se partager entre eux le gâteaux ....

                    L’impôt ne sert qu’a augmenter des castes statutaires, certainement pas comme vous a créer l’autonomie sociale par des centaines d’emplois.

                    Encore bravo !

                    • xana 17 février 21:16

                      @Azor-Spartacus
                      Allez ! A la niche !

                      Mais qui donc a détaché le clébard ?


                    • @Spartacus bien dit 


                      bravo Ikea !

                    • L'enfoiré L’enfoiré 18 février 13:54

                      Pour moi, IKEA c’est de la m... sans style, dans un ensemble de produits qui ne paient pas de mine


                      • Shawford Shawford 18 février 13:59

                        @Guy

                        Présentement pour nous gaulois je vois surtout que quiche squash va fissa se prendre un coin de cuisine en kit sur le coin de la chetron s’il vient pas papouiller fissa bibi Commence à faire ta liste de noël auprès de Baudouin, j’ouvre les soldes smiley


                        • alinea alinea 21 février 12:59

                          Karol, je viens de voir que c’est vous qui avez écrit cet article !! IKEA en titre, je fuis !!
                          Mais je suis contente de l’avoir lu.
                          Comme je ramène tout au ras des pâquerettes et que je sais notre impuissance, je m’en tiens, encore et toujours, à notre marge de manoeuvre. Celle-ci est claire : nous vivons très bien sans IKEA.
                          IKEA a des clients, plein de gens qui se foutent d’être guidés dans ce labyrinthe.
                          J’y suis allée une fois, il y a dix ans ! Je n’y retournerai jamais, outre le fait que j’ai tendance à la claustrophobie, l’abondance me stresse, même pas besoin de savoir toutes ses turpitudes pour fuir le lieu.
                          Il y a quelque chose de tout à fait incompréhensible :
                          Nous étions des pagus des montagnes, bien que citadins d’origine mais, au collège mon fils eu vent du monde alentour ; il eut très envie d’aller au Mac Do ! Pour ses douze ans, ce fut son cadeau : un hamburger au Mac Do. Cela l’a vacciné définitivement, c’est bien le seul vaccin qu’il ait eu !
                          IKEA, c’est pareil, un lieu totalement déshumanisé, des hangars immenses et oppressants.
                          Dénoncer, oui, mais comprendre pourquoi les gens y vont, aiment y aller, personnellement, c’est plus dans mes cordes : comprendre ! Comprendre ce qui se passe dans la tête des clients !
                          Certes, que ces lieux soient désertés ne rapporterait pas le fric au fisc ; mais quand on voit ce que l’on fait de nos impôts ! En attendant, plus d’IKEA, ni d’AUCHAN, Carrefour et compagnie, ça fait des milliers de travailleurs locaux, des milliers de kilomètres en voiture épargnés, des milliers d’hectares qui n’auraient pas été goudronnés, bétonnés, etc, etc.
                          Pourquoi tant de complices ?
                          La propagande, ah oui, la propagande : pourquoi tant d’oreilles attentives ?
                          Vu notre pouvoir, j’ai idée que c’est là qu’il faut se mettre à la tâche, là qu’il faut agir... cela ne me paraît pas plus impossible !!


                          • Griffon Jaune LUKE SKY WALKER 42 21 février 13:01

                            @alinea

                            Now we want to know everything about your secret human life before to come down


                          • alinea alinea 21 février 14:06

                            @LUKE SKY WALKER 42
                            Le ras des pâquerettes, c’est notre quotidien à tous petit !!! Tout le reste est spéculation et perte de temps.


                          • Shawford Shawford 21 février 14:15

                            @alinea

                            Bah, tu sais, il veut juste savoir sur l’oreiller pourquoi Janet JACKSON a déballé son sein au Superbowl, pour ça il est prêt à n’importe quoi ce concupiscent ! smiley smiley smiley


                          • mmbbb 22 février 08:53

                            @alinea « quand on voit ce que l’on fait de nos impôts ! » le probleme est la Il est de bon gout comme le font les ecolos de fustiger ces entreprises mais ces memes ecolos oublient de citer les rapports de la cour des comptes la valses des milliards Si j’avaos du fluzz je quitterai ces pays .Quant a IKEA comme Auchan leurs createurs sont partis d’entreprises familiales Ils est vrai que dans ce pays la France nous detestons la reussite


                          • Karol Karol 22 février 09:06

                            @alinea
                            Certes notre « servitude volontaire » contribue à la pérennité de ce genre de mastodonte, la complicité de nos dirigeants politiques faisant le reste, mais j’ai l’intuition que des résistances s’organisent, le succès du film « Demain » est un signe parmi d’autres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès