• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Inégalités du mot : Liberté

Inégalités du mot : Liberté

Pierre Mendès-France dit : « La démocratie est d'abord un état d'esprit ».

Les politiques non réalistes, tuent notre Monde. Ils sont plus nombreux que ceux que l’on voit. Le présent article, vibrant hommage, aux familles qui par cause du terrorisme aveugle ; pleurent leurs disparus. Sans distinction d’origine. Les marques indélébiles qui marquent : la France et le Monde. Cela se vit au quotidien. Des reporters, journalistes autorisés participent aux séances de questions/réponses. Privilège, rare, s’explique probablement par la disparition d’une partie de grand organe traditionnel ; de la masse des peuples, lien. Internet, peut distiller les informations. À ceux qui veulent l'obtenir. Cette absence de filtre, bouscule les médias traditionnels. Peu ou prou démontre la colère de certains d’eux ! Ici ailleurs les sites parlent, échangent. Nous avons, représentons un pouvoir. Jamais nous n’avons eu une telle force. Poursuivons, construisons évitons les mêmes erreurs, qu’au passé ! Pour leur, notre avenir !

Sens des mots, et harcèlements de faciès !

Où se trouve la valeur de la parole donnée ? Je n’ai pas « changé de ligne  », en ce qui me concerne.

Ne pas se ressaisir, c’est admettre que nous sommes tous, les uns et les autres dans un monde d’obscurantisme. Au départ comme à la fin  ! Ma réponse à N. Sarkozy , « haut gauche » en son temps une page du journal « Le Panda » !

Pierre Mendès-France dit : « La démocratie est d'abord un état d'esprit ».

Le Panda : « Je me bats pour ce que je veux, ce que le peuple n’a pas, et ce que nous souhaitons ».

Citation de Confucius : « Quand on peut accomplir sa promesse sans manquer à la justice, il faut tenir sa parole ».

« Je complète sans son talent : « Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose à contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout » Bernard Werber, Patrick Juan et citation reprise par bien d’autres auteurs.

Des exemples parmi des milliers, écrit de mes mains, qui me servirent dans le cadre de mes conférences sur divers continents et plus de 80 villes. Dans des collèges, lycées, Palais des Congrès, hôpitaux, médias radios, etc. Vidéos vous pouvez en voir en vous servant de tous moteurs de recherches ! Inscrire « patrick63 » Dailymotion !

Des documents réels, existent ont fait l’objet de diverses publications. Ils peuvent être transmis ou lus par pleine page. Il faut laisser à la nature humaine le soin de régulariser ses plaies afin que la richesse, qu’elle possède puisse s’exprimer.

Le monde doit comprendre que la production passe par l’équilibre, il n’est pas nécessaire d’avoir une idéologie politique partisane personnelle. Pour cela nous avons notre carte électorale. Laissons à chacun le soin donc aux politiques de s’en rendre compte. Dans le respect de l’écosystème qui conduit au bon sens.

Les terres, l’eau, les aliments, la nutrition entre autres sont les racines de tout humain. Il faut cesser de considérer les suicides comme une fatalité. Alors qu’à y regarder de plus près. Nous constatons des profits mercantiles inconscients, ce n’est point un leurre mais pire !

Les villes sont à la limite du seuil de vie tolérable partagée. Évidence qui ne peut être niée. Ouvrez un robinet dans plus de 80% des régions. Constat en l’utilisant eau égale source de vie.

Les conséquences se font ressentir de plus en plus fort, par le rejet de l’autre. Le corps humain et son cerveau pourtant ne sont fait que de tuyaux qui veulent ou pas communiquer.

À la condition expresse, du respect des natures humaines. Elles sauront les rendre. Dans le cas contraire, les pertes entraineront les révoltes. Qui ne laisseront surement aucune issue.

L’information n’a jamais aussi bien circulée. Parfois il serait nécessaire de ne pas la faire parler plutôt que de servir de la désinformation. Le système aurait dû être révisé depuis plus de 20 ans ; lorsqu’il fut prit conscience qu’une troisième guerre frappe fort à nos portes. À cela nous constatons un laxisme qui provoque un déséquilibre plus que conséquent. 

La pendule continue à avancer inexorablement, puisons les forces dans l’avenir. Arrêtons de supporter l’assistanat, donc réagissons pour que le système soit plus fiable dans le cadre d’une meilleure répartition des richesses, fruit du travail.

Européen convaincu, j’ai voté contre. Je comprends les accords de Maastricht, mon erreur !

Pour Aubry, Valls "trahit" son engagement en ne soutenant pas Hamon.

Manuel Valls répond aux accusations de « trahison ». La sienne, celles de bien d’autres. Ce monde n’est pas un couffin de bisounours.

« Position de Trump vis à vis de Merkel inadmissible » Aucun respect, il ne peut qu’engendrer la violence. Oui, un homme, ou un danger. Pensés pour le : 11 septembre 2001  ! Voir les U S A à un rejet, tel « les harkis  » ! Sans toutes ces coalisions nous serions où ? Merci. Le jour le plus long, n’aurait vu le jour ! Le regard embrumé, une pensée aux miens, aux autres, aucun leurre.

Autant que la statue de la Liberté ouvrira le port de New-York. La leçon sera permanente.

Faits, réels : Les onze jours où Mohamed Merah a fait basculer la France dans l'horreur.

La France porte des responsabilités ! L'État reconnu en partie responsable de l'assassinat d'une victime de Merah. Des tueries de Merah aux attaques du 13 novembre, la nation pleure ses morts  ! Je l’avais déjà écrit et envoyé des courriers à bon nombre de politiques, personne n’a agit dans le bon sens du peuple. La preuve est là lien ! J’étais sur le terrain, les photos aussi. Donc oui le peuple s’est fait entendre lien, qu’on fait les politiques ? Réserve parlementaire : scandale retentissant à l’Assemblée Nationale  Fait livré ce 19 mars !

Le journalisme d’investigation se passe sur le terrain, en prenant des risques, pas le cul dans un fauteuil ! Il me semble sauf à contrarier mon devoir, mon métier, me le dicte ! 

A la suite, on prétend que les médias nous harcèlent, par rapport à ce qui vient de se passer. Un jeune a utilisé les armes de son père, de son grand-père. Il a commis un acte répréhensible à priori, condamnable. La justice s’explique à ce sujet !

La fusillade à Grasse aurait pu être un bain de sang. La procureure affirme : le tireur voulait tuer 8 à 14 de ses camarades, dans le lycée de Grasse. L'adolescent, un de ses amis, complice présumé, mis en examen, pour "tentatives d'homicide", et placé en détention provisoire.

Son témoignage était attendu. Le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes) a raconté. Il a fait face au lycéen qui a tiré dans son établissement.  "Je ne veux pas vous tuer, je vais tuer d'autres personnes"

"On m’a signalé un élève armé ; dans l'établissement, je le vois, dans l'escalier central", narre Hervé Pizzinat, blessé à l'épaule gauche. 

"La vie continue" "Je me suis dit de façon sans doute un peu présomptueuse que je pouvais peut-être dialoguer. Lui faire baisser la garde", a-t-il continué. "Je n'avais pas l'intention de prendre ses armes. Je ne m'en sentais pas capable physiquement. Je me suis rapproché de lui. Je ne pensais pas qu'il tirerait, il a tiré, voilà", conclu l'homme, toujours hospitalisé en fin de semaine.

Interrogé par son "acte héroïque", il précise, en souriant qu'il n'avait pas "de justaucorps bleu et de cape rouge", dans une référence à Superman. Il appelle à ce que "la vie continue" et terminé : "on va tous reprendre le chemin de l'école avec le sourire".

"Trois personnes sont en garde à vue, le principal suspect et deux garçons âgés de 17 ans". À Nice, (Alpes-Maritimes). "Ils sont frères jumeaux, ce sont des amis du tireur. Sont-ils ses complices ? Connaissaient-ils le projet du principal suspect, l'ont-ils aidé à préparer l’attaque ? L'un des deux garçons a été interpellé, activement recherché, c'est un gendarme qui l'a reconnu sur une route près de Grasse, et qui a donné l'alerte. Son frère, a été interpellé plus tôt. Le principal suspect aurait agi par vengeance.

"Concernant le principal suspect, il parle aux enquêteurs". "Il explique qu'il a agi pour se venger de certains de ses camarades, avec qui il entretenait de mauvaises relations. Il dit qu'il ne souhaitait pas commettre une tuerie de masse. Les armes, qu'il avait, appartenaient à des membres de sa famille".

Témoignages : Une classe de 1ère, assiste à la projection du film 1:54 dans un cinéma de Bobigny. Le réalisateur Yan England échange avec les lycéens, du harcèlement scolaire.

Dixit : « Je suis choquée » La dernière scène laisse place au générique de fin quand une jeune étudiante laisse s’échapper cette remarque. La lumière revenue dans la salle, ses camarades sont, comme elle, sonnés par un dénouement inattendu. Un film qui met en lumière le harcèlement scolaire. Son réalisateur, qui signe son premier long-métrage, présent échange avec les élèves et dévoiler quelques secrets de tournage.

1:54 , un film poignant sur le harcèlement scolaire

« De l’écriture jusqu’au tournage, je tenais à rester fidèle à la réalité » Dixit : Yan England. À une jeune qui lui demande s’il s’est inspiré d’une histoire vraie, il réplique : « Ce n’est pas l’histoire d’un ado en particulier, mais un résumé des nombreux témoignages que j’ai reçus ». Par souci d’authenticité, toujours, il se plonge dans le quotidien de ces adolescents : « J’ai tourné le film dans un vrai lycée, au milieu de vrais lycéens, pendant les heures de cours. Les élèves ne savaient rien du scénario. Leurs réactions, à l’écran, sont authentiques et spontanées », révèle le réalisateur. Chez les lycéens, la parole se libère

Comme il l’espérait, son film « ouvre le débat ». Entre deux questions, quelques élèves s’aventurent à parler de leur propre vécu. « Il y a quelques années, je faisais partie d’un groupe et je m’y sentais vraiment bien. J’en ai été rejetée sans savoir pourquoi, exactement comme Tim dans le film », confie Exoucia. Période « qui appartient au passé » l’a affectée moralement, elle a perturbé sa scolarité : « Je me suis sentie seule, je n’osais en parler à personne. J’ai fini par ne plus aller en cours, puis redoubler. » 1:54 montre, l’importance de ne pas rester passif au harcèlement scolaire : « Les témoins doivent agir, ne pas fermer les yeux ». Ce qu’approuve le réalisateur : « Parlez aux élèves seuls, signalez cela, à vos professeurs. C’est un début ».

« Je voulais immerger des adolescents dans un film qui leur ressemble » Dixit : Florence, professeur de français

Ses camarades reconnaissent, le réalisme de l’intrigue. « Ce film m’a parlé. Il a beau être tourné au Canada, la même chose se passe en France, peut-être même partout dans le monde », observe Kévin. « Les séries m’ont tellement habituée aux happy end. Je ne m’attendais pas du tout à cette fin, s’étonne Cécilia. Là, on est dans le vrai, c’est la réalité ! »

C’est pour sensibiliser ses élèves à cette réalité que Florence, leur professeur de français, a organisé cette sortie. « Il me semblait important d’immerger des adolescents dans un film qui leur ressemble ». « Le film est si réaliste que chaque jeune a forcément vécu ou assisté à l’une des scènes du film, en tant que bourreau, victime ou simple témoin ». Mais 1:54 « C’est une invitation à repenser ses rapports avec ses camarades »

À propos de 1:54 Durée : 1h46. Sortie en France le 15 mars. Extrait de la bande originale du film !

Zéro de conduite, un blog sur l’actualité éducative au cinéma, a consacré un dossier pédagogique au film 1:54 .

Autres circonstances valant diverses réflexions. Ni plus ni moins que de simples constats qui démontrent, qu’en procédant de la sorte, cela, ne peut générer que violences, à divers stades.

Il faut se poser des questions. Lorsque des professeurs, font des constats comme celui-ci lien

Un extrait : Cette enseignante veut que la police cesse le contrôle au faciès de ses élèves pendant les sorties scolaires. Najat Vallaud Belkacem, doit-elle, peut-elle : interdire aux policiers de contrôler les élèves lors des sorties scolaires ? Souhait formulé par une enseignante. « Ce sont des contrôles au faciès » Estime Elise Boscherel, 34 ans. Cette professeur de français et d’histoire-géo a en tout cas réussi à faire le buzz autour de sa suggestion. Le ministère de l’Education nationale, le rectorat de Créteil n’ignorent plus rien de la démarche. Ulcérée de voir ses élèves en butte aux vérifications policières lors des excursions de l’autre côté du périphérique. A tel point qu’elle menace de ne plus organiser de sorties. « J’en ai marre de retrouver mes élèves contre un mur, les bras en croix et les jambes écartées alors qu’ils n’ont rien fait. Cela se passe devant toute la classe. Ce sont des humiliations supplémentaires », dénonce Elise Boscherel. Ainsi avance, de ci de là, le monde en perdition, qui tourne la politique en guerre de religions. Ne pas se ressaisir, c’est admettre que nous sommes tous, les uns et les autres dans un monde d’obscurantisme. Lien final !

Le Panda

Patrick Juan

Documents joints à cet article

Inégalités du mot : Liberté

Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 20 mars 18:55

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/francois-bayrou-face-a-eric-ciotti-un-mois-de-decouverte-et-d-entrainement-de-ce-qu-il-faut-faire-en-matiere-de-securite-civile-est-tres-utile-925549.html

    Un débat qui en dit plus que long, entre Bayrou et Ciotti., en valeur de la parole donnée.

    Surtout à la suite des propos de Macron que les médias nous imposent


      • Petit poney 42 21 mars 08:05

        @Osis

        (Alors pupuce, vous renforcez le programme en matière d’écologie d’ici le 23 avril... ou pas ? Amitiés très très particulières smiley )


      • Le Panda Le Panda 21 mars 12:28

        @Osis
        Bonjour,

        Merci de m’indiquer ce que vous souhaitiez me dire ?

        A vous lire

        Cdt


      • Le Panda Le Panda 21 mars 12:30

        @Petit poney 42
        Merci d’interpeller Osis, mais je ne comprends pas tout à fait votre message.

        Pouvez-vous juste m’éclairer ?

        Merci


      • Petit poney 42 21 mars 12:37

        @Le Panda

        Je ne vais pas forcément plus vous éclairer, mais je vais en tous cas vous renseigner : « on » est en attente du prochain STRIP du STRIPPER sponsored by Bibidindonette.

        Bon appétit à touz


      • Le Panda Le Panda 21 mars 12:52

        @Petit poney 42
        Mais j’en demande pas plus.......

        Ceci étant dit :

        Bon appétit aussi

        Cdt


      • fred fred 21 mars 08:45
        La « Liberté » est un concept pas la réalité !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès