Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Initiative citoyenne européenne sur le Revenu de Base Inconditionnel : En (...)

Initiative citoyenne européenne sur le Revenu de Base Inconditionnel : En route pour le million !

Les efforts produits par des citoyens et organisations de plus de quinze pays différents soutenant l´introduction d'un revenu de base inconditionnel sont enfin récompensés, il est désormais possible de signer officiellement l’initiative citoyenne européenne pour le revenu de base inconditionnel à l'adresse ci-dessous :

http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

 

PNG - 15.1 ko
ICE Revenu de Base Inconditionnel
Pays participants

Définition Wikipédia d´une initiative citoyenne européenne

http://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_citoyenne_europ%C3%A9enne

 

L'initiative citoyenne européenne (ICE) est une innovation du traité de Lisbonne donnant un droit d'initiative politique à un rassemblement d'au moins un million de citoyens de l'Union européenne, venant d'au moins un quart des pays membres. La Commission européenne peut ainsi être amenée à rédiger de nouvelles lois dans les domaines relevant des ses attributions, mais n'y est pas forcée.

Les conditions nécessaires pour constituer une initiative citoyenne européenne sont les suivantes :

• Au minimum un million de signatures de citoyens issus d'au moins un quart des États membres de l'Union ;

• Le comité organisateur doit être composé d'au moins sept membres résidant dans au moins sept États membres de l'Union différents ;

• Les signatures doivent être collectées dans l'année suivant la confirmation de l'enregistrement de la proposition par la Commission ;

• Le nombre minimum de signatures par État est calculé en multipliant son nombre de députés au Parlement européen par 750 (ce nombre varie donc de 4 500 signatures à Malte à 74 250 signatures en Allemagne).

 

La Commission européenne a accepté cette proposition d’initiative il y a deux mois et le comité de citoyens a travaillé d’arrache-pied avec la Commission pour mettre en place le système de collecte en ligne des déclarations de soutiens (signatures) ainsi que le site officiel de campagne en plusieurs langues basicincome2013.eu,.

 

Des données sécurisées

L´ICE n´est pas une simple pétition qui demande uniquement une adresse email, mais bien un processus démocratique officiel. La signature est citoyenne, au sens formel et a une valeur officielle, presque comme un vote en ligne. Le site est donc par conséquent soumis aux réglementations légales en vigueur en France sur les initiatives citoyennes qui imposent de demander des informations personnelles (un numéro d’identité notamment), ceci pour garantir la validité des signatures (ce qui n’est pas le cas de tous les pays européens selon la législation nationale en vigueur).

Ainsi, le lourd processus de mise en place du système de signature est le prix à payer pour que les informations soient sécurisées. Les données sont cryptées et sont hébergées gracieusement sur les serveurs de la Commission européenne. Mais seul un nombre très limité de personnes du comité de citoyens — engageant leur responsabilité pénale — ont accès aux clés de décryptage (elles mêmes stockées en lieu sûr…) permettant d’extraire les données. Et bien sûr, aucun transfert de données n’est permis.

 

Objectif un million !

Les participants à cette initiative ont maintenant jusqu’au 14 janvier 2014 pour récolter un million de signatures, tout en atteignant un quota minimal dans au moins 7 pays de l’UE. En France, ce seuil est fixé à 55.500 signatures. Cependant, il en faudra beaucoup plus pour compenser les pays dans lesquels l’idée du revenu de base n’est pas (encore) populaire.

Des formulaires papier seront bientôt disponibles pour faire signer les personnes peu à l’aise avec les outils informatiques.

 

Ouvrir le débat sur le revenu de base

Si l’initiative obtient le succès escompté, la Commission Européenne devra formellement examiner la demande citoyenne et offrir aux organisateurs une audience devant le Parlement Européen.

Mais au delà de cet hypothétique résultat, "l’idée est avant tout de lancer un vaste débat public autour du revenu de base et toutes les questions que cette idée suscite sur notre rapport au travail, à l’argent, au temps, et à notre citoyenneté." souligne Stanislas Jourdan, l’un des porteurs de cette initiative.

Selon la formulation de l’initiative citoyenne européenne enregistrée le 14 novembre 2012 (voir le texte ici), intitulée "Revenu de base inconditionnel – Explorer une voie vers des conditions émancipatrices dans l’UE", cette initiative vise essentiellement à obtenir que les institutions européennes mettent à l’ordre du jour la question du revenu de base, et financent des études pilotes pour éclaircir les différentes modalités de mise en place à l’échelle européenne.

 

Ci-dessous extrait de L´Annexe disponible directement sous le site officiel de l´union européenne.

http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2013/000001

 

Définition du revenu de base inconditionnel

Le Revenu de Base Inconditionnel ne remplace pas l’État-providence, mais le complète et transforme l’État-providence aujourd’hui compensateur en un État-providence émancipateur.

Le Revenu de Base Inconditionnel émancipateur est défini par les quatre critères suivants : universel, individuel, inconditionnel, suffisant pour assurer une existence digne et une participation à la société.

Universel : En principe, chaque personne, indépendamment de son âge, de ses origines, de son lieu de résidence, de sa profession, etc. est en droit de recevoir cette allocation. C’est pourquoi nous revendiquons un Revenu de Base Inconditionnel garanti dans l’ensemble de l’Union Européenne.

Individuel : Chaque femme, chaque homme, chaque enfant a droit à un Revenu de Base individuel, qui lui est attribué personnellement et selon son appartenance à une famille ou un couple. Le Revenu de Base Inconditionnel est indépendant de circonstances telles que la situation conjugale, la cohabitation ou autre configuration de ménage ; il doit aussi être versé indépendamment de tout autre revenu ou propriété d’autres membres du ménage ou de la famille. C’est la seule manière de respecter la vie privée et d’éviter de voir les individus soumis à un contrôle. Cela permet à chaque personne de prendre ses propres décisions.

Inconditionnel : Nous considérons que le Revenu de Base est un droit de l’Homme qui ne peut dépendre de conditions préalables, que ce soit l’obligation d’accepter un travail salarié, de s’impliquer dans des travaux d’intérêt général ou de se conformer aux rôles traditionnels dévolus aux genres. Il ne peut non plus être limité par d’autres revenus, épargnes ou propriétés.

Suffisant : Le montant doit pouvoir permettre d’accéder à un niveau de vie décent conformément aux standards sociaux et culturels du pays concerné. Il doit prévenir la pauvreté matérielle et rendre possible la participation à la société. Cela signifie que le revenu net doit, au minimum, être au niveau du revenu éliminant le risque de pauvreté selon les normes de l’Union Européenne, ce qui correspond à 60 % du revenu national équivalent médian net. En particulier dans les pays où les revenus sont peu élevés pour la majorité de la population et où le revenu médian est alors faible, le montant du revenu de base devrait être indexé à un indice alternatif (par exemple un panier de biens de consommation), afin de garantir la possibilité d’une existence dans la dignité, la sécurité matérielle et la pleine participation à la vie de la société.

 

Justifications du revenu de base inconditionnel

Compte tenu des modèles actuels d’emploi et des systèmes inadaptés de maintien des revenus (dispositifs conditionnels, sous condition de ressources, pas assez élevés), nous considérons l’introduction d’un Revenu de Base Inconditionnel comme essentielle afin de garantir les droits fondamentaux, spécifiquement le droit de mener une existence digne, mis en avant dans la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne.

Avant tout, le Revenu de Base Inconditionnel contribue à prévenir la pauvreté et à donner plus de liberté à chaque individu, qui peut ainsi déterminer le cours de sa propre vie et renforcer sa participation à la vie en société.

Le Revenu de Base Inconditionnel contribue à éviter les divisions sociales ; les débats qui prennent leur origine dans la jalousie, les abus et leurs conséquences ; ainsi que les contrôles et les enquêtes bureaucratiques superflus, coûteux, répressifs et vecteurs d’exclusion. En tant que paiement de transfert libre de discrimination et de stigmatisation, le Revenu de Base Inconditionnel constitue prévient ainsi la pauvreté cachée et différents maux.

Le Revenu de Base Inconditionnel apporte la liberté sociale ; il aide les citoyens à s’identifier à l’Union Européenne, il garantit leurs droits politiques et il soutient la mise en œuvre des droits fondamentaux. En effet, « la dignité de la personne humaine est non seulement un droit fondamental en lui-même mais elle constitue la base des droits fondamentaux » (explication officielle de l’article 1 de la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne).

De nombreuses études proposent différentes modalités de financement de ce Revenu de Base Inconditionnel. Dans cette ICE, nous n’en recommandons aucune en particulier.

 

L’octroi d’un Revenu de Base Inconditionnel, en complément des sécurités sociales respectives et des services sociaux existant au sein de chaque pays, est la meilleure façon de réaliser le droit fondamental à la sécurité financière et à l’aide sociale. Tous les membres de la société en bénéficient, et personne n’est exclu ni victime de discriminations. Cela contraste avec le caractère stigmatisant de nombre de systèmes actuels de maintien des revenus, qui décourage de nombreux bénéficiaires potentiels de demander une allocation alors qu'ils y ont légalement droit. Ce faible taux d'accès favorise l'exclusion sociale.

 

 Article écrit en reprenant les infos du site officiel de promotion du Revenu de Base :

 

http://revenudebase.info/

http://revenudebase.info/2013/03/lancement-initiative-citoyenne-europeenne-revenu-base/

http://revenudebase.info/2013/01/feu-vert-initiative-citoyenne-europeenne/

http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/initiatives/ongoing/details/2013/000001


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 09:05

    Revenu de Base financé par la Fiscalité
    ou
    Dividende Universel financé par l’Épargne ?

    Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel par l’Épargne.

    http://www.sincerites.org/article-le-di ... 09790.html
    ou
    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/ ... cerite.pdf


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 10:18

      À JPM :
      Vous êtes-vous rendu à « l’Assemblée Constituante d’une Association pour promouvoir le revenu de base en France » qui s’est tenue le premier week-end de mars 2013 ?
      Je vous pose la question car on en n’en trouve aucun compte-rendu sur le site « 
      http://revenudebase.info/ ».

    • jpm jpm 23 mars 2013 12:07

      Bonjour Jean-Pierre,

      non je n’étais pas à « l’Assemblée Constituante de l’Association pour promouvoir le revenu de base en France » car je suis un peu de loin ce qui se passe au sein du mouvement.

      Le plus grand succès des partisans du revenu de base est bien la mise en place de cette initiative citoyenne européenne qui devrait permettre de donner un peu de visibilité au mouvement et de faire connaitre au grand public cette allocation universelle et inconditionnelle. Cela sera l’occasion de débats passionnés comme nous avons pu en connaitre avec notre ami JL smiley

      J’espère comme vous trouver un compte-rendu sur leur site « http://revenudebase.info/ 

      En tout cas les choses semblent avancer... et j’espère que nous arriverons à obtenir un million de signatures au niveau de l’Europe pour gagner en crédibilité.

       


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 12:15

      Par jpm (---.---.---.120) 23 mars 12:07
      1)
      En effet, les responsable de « Revenu de Base » m’ont assuré qu’un compte-rendu serait mis en ligne mais je ne vois toujours rien venir.
      2)
      « Cela sera l’occasion de débats passionnés comme nous avons pu en connaitre avec notre ami JL  »
      On en a encore un exemple aujourd’hui : cf. infra... smiley
      3)
      Bonne continuation pour le Revenu de Base !
      Cordialement.


    • jpm jpm 23 mars 2013 12:22

      Merci Jean-Pierre,

      à propos du financement de ce revenu de base inconditionnel, qui reste un sujet très sensible car finalement très politique, je tiens a rappeler la position des promoteurs de l’ICE que l’on retrouve vers la fin de l’annexe.

       

      « De nombreuses études proposent différentes modalités de financement de ce Revenu de Base Inconditionnel. Dans cette ICE, nous n’en recommandons aucune en particulier. »

      La porte est donc ouverte à toutes les propositions... et à tous les fantasmes de la part des détracteurs smiley


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 12:40

      Par jpm (---.---.---.120) 23 mars 12:22

      Auprès des responsables de « Revenu de Base » (Bernard Héron, Marc de Basquiat, Carole Fabre), j’ai déjà formulé mes réserves en disant mon accord pour un Revenu de Base pour autant qu’il ne soit qu’une transition jusqu’à ce que puisse être instauré un Dividende Universel.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 13:02

      Addendum :
      ... un Revenu de Base financé par la FISCALITÉ pour autant qu’il ne soit qu’une transition jusqu’à ce que puisse être instauré un Dividende Universel financé par un effort préalable d’ÉPARGNE puis autofinancé, de manière évolutive, par le produit de cette épargne.


    • jpm jpm 23 mars 2013 12:29

      Bonjour,

       

      et merci pour votre soutien. Je suis également partisan d’une meilleure répartition des richesses par l’intermédiaire de ce revenu de base universel qui pourrait se financer entre autres par un prélèvement à la source sur l’ensemble des revenus, y compris financiers. 

      J’avais écrit un article à ce sujet l’année passée.

      http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/un-revenu-universel-est-il-108224

       

      Mais attention ce n’est pas la seule possibilité. Ce qui est important de comprendre c’est que le financement d’une telle mesure est possible sans forcement bouleverser complètement l’’économie. Elle entrainerait à terme des comportements plus vertueux des employeurs.


    • almodis 24 mars 2013 15:04

      oui , allons plus loin : proposons l’ ABOLITION DE L HERITAGE !


      ( attention , je n’ai pas dit de la propriété , mais seulement de l’héritage )
      voilà une solution au financement , et à la « dure nécessité » du travail imposé !
      finis les inégalités se reproduisant de père en fils , finis les paradis fiscaux et la fraude , car , à quoi bon amasser une fortune qui reviendra dans le pot commun à votre mort ?
      la redistribution est alors immédiate et le sens de la vie reprend ses droits ....

      voilà qui est vraiment « contre la bien pensance » !

    • JL JL 23 mars 2013 09:40

      Cette demande d’un revenu universel pris sur le dos des classes laborieuses plaira sûrement à ceux qui cherchent une clientèle qui ne connait pas la valeur de l’argent et qui dépense sans compter pour des broutilles à la mode : dans une société consumériste, le revenu universel est la façon la plus rentable d’acheter la paix sociale. Une solution gagnant gagnant entre les glandeurs et les prédateurs, sur le dos des travailleurs, les grands perdants.

      Le RU est un concept mensonger puisque s’il n’est pas accompagné d’une augmentation forte de la progressivité de l’IR (et seulement l’IR ; pas les taxes qui ne sont par définition, non progressives), alors, il est équivalent à un cadeau fiscal dégressif : un crédit d’impôt. Le RU est donc une appellation trompeuse. / Si l’impôt des plus riches n’est pas considérablement augmenté, un RU reviendrait à distribuer de l’aide sociale, même à ceux qui n’en ont pas besoin, diminuant du même coup la part des nécessiteux puisque nous sommes là dans un jeu à somme nulle ! / Enfin, le RU est antinomique de la valeur travail.

      Il n’est pas du tout évident que le RU apporterait une plus juste répartition des richesses, d’autant plus que ledit RU pourrait être l’alibi, voire un solde de tous compte en échange de la fin de l’Etat providence, à savoir : l’abandon de toute politique sociale et la privatisation des services publics. Aux US les jeunes ne risquent pas de se révolter (*) En outre, il ferait rédhibitoirement baisser les salaires, et ferait peser un surpoids de charge et de pénibilité sur les classes laborieuses.

      il ne faut pas mélanger protection sociale et impôts : Plus précisément, si l’IR est vu comme une redistribution des richesses, il ne remplacera pas pour autant la protection sociale, pour la bonne raison que l’IR ne tient compte que d’un paramètre, la PS en gère une multitude. Amalgamer les deux au nom d’une esthétique probablement peu partagée, en l’occurrence, une anti-éthique, serait terriblement dévastateur. Et c’est le reproche que je fais au libéralisme qui en cela est totalitaire. Selon moi, il convient de conserver la PS, voire de travailler à son amélioration ; et par ailleurs, et indépendamment, de réformer l’impôt.

      Donc il reste l’alternative suivante :

      - ou bien le pouvoir actuel perdure, et il ne faut pas compter sur lui pour une plus juste répartition des richesses, au contraire, puisque le pouvoir n’a jamais rien cédé autrement que par la force. cf. Wnston Smith, ce lobbyiste ultralibéral anglo-saxon qui sévit depuis peu sur Avox.

      - ou bien le pouvoir est renversé, et le nouveau pouvoir quel qu’il soit aura mieux à faire - notamment un meilleur partage, non pas des richesses, mais du travail, la hantise des possédants - que d’empoisonner les forces vives du pays par la drogue de la rente ! Dans la guerre économique que les possédants ont engagé contre tous les travailleurs du monde, les soldats ce sont les travailleurs , pas les inactifs.

      Par Maurizio Lazzarato : De nombreux services sociaux, comme la formation ou la santé, ont été transformés en assurance individuelle ou en crédit. Le mode de développement néolibéral est fondé sur le crédit et l’endettement. Cette situation s’est aggravée avec la crise des subprimes de 2007. Un exemple ? La formation aux États-Unis : la Réserve fédérale (Banque centrale) a récemment évalué que le montant total de prêts aux étudiants était de 1 000 milliards de dollars [1] ! C’est un chiffre astronomique. Pour avoir accès aux services, à la formation, vous devez tout payer par vous-même. Vous devenez débiteur. Entrepreneur de votre vie, de votre « capital humain ».


      réclamer un RU, c’est suivre une ombre qui vous entraine vers le chaos.

      Dans une entreprise, les charges et salaires sont en concurrence dans un jeu à somme nulle avec le profit. Diriez vous que le profit est une charge ? Non, évidemment, puisque tel n’est pas votre point de vue. Mais du point de vue des salariés, c’est le profit, les dividendes qui sont le boulet : chacun voit midi à sa porte, et l’heure officielle est celle des dirigeants. De quoi vous plaignez vous ? / le coût d’un fonctionnaire n’est pas égal au budget de la fonction publique divisé par le nombre de fonctionnaires. / L’État, c’est nous tous, et les prélèvements obligatoire ne servent pas uniquement, loin s’en faut, à payer les fonctionnaires, mais à assurer la maîtrise d’ouvrage de notre patrimoine commun. / Les fonctionnaires sont de deux sortes : d’une part, les agents chargés de gérer ce patrimoine collectif qu’on appelle la Nation, et d’autre pat les agents chargés de produire des services. / Les premiers gèrent un budget considérable qui est dépensé principalement en appels d’offre, ce qui fait le bonheur des entreprises privées, notamment quand elles ont réussi à faire du lobbying (c’est un euphémisme) pour obtenir les marchés. Et quand elles se plaignent des dépenses de l’État, elles se prévalent de leurs propres turpitudes. / Quant aux agents chargés de produire des services - la police, les enseignants, les soignants, etc. -, ils produisent les richesses qui les rémunèrent. A ce sujet, un agent de l’État est a priori aussi productif qu’un agent du privé. Ceux qui disent qu’un bon fonctionnaire est un fonctionnaire mort mériteraient d’être poursuivis en justice pour appel à la guerre civile. / Le coût d’un fonctionnaire est une notion libérale, et qui n’a pas de sens dans la République. / Explication. / La notion de coût d’un travailleur n’a de sens que dans une vision de profit : la part salariale et la part actionnariale sont en compétition dans un jeu à de somme nulle. Pour le capital, la rémunération du travail est présentée comme un coût (qui diminue le profit), et du point de vue des salariés, la part du capital est perçue comme un boulet depuis que les salaires et les charges sont devenus la variable d’ajustement. / De fait et par conséquent, la plus-value des salariés du service public appartient en partage aux salariés et à l’État, c’est-à-dire à la nation. Dès lors, le fonctionnaire ne « coûte » plus que son salaire brut, et comme ce salaire est, a priori la juste rémunération qui lui revient, s’il y a une plus-value, c’est tout bénéfice pour la collectivité. Donc le fonctionnaire ne coûte rien, puisqu’il travaille, au contraire du chômeur qui est indemnisé, donc ne produit rien. / Pourquoi les capitalistes râlent-ils ? Parce que cette plus-value du travail des fonctionnaires appartenant de droit à la collectivité, est un cruel manque à gagner pour eux : d’autant plus cruel qu’ils ont de l’argent à ne plus savoir qu’en faire !

      Droit à l’emploi ou revenu universel Michel Husson, Les cahiers de l’émancipation, Syllepse, 2011

      « La dette neutralise le temps, matière première de tout changement politique ou social  » Par Agnès Rousseaux (6 septembre 2012). Extrait :  : ’’Emprunt, crédit, créanciers, débiteurs, déficits, remboursement, taux d’endettement, « pacte budgétaire »… La dette est partout, elle a envahi nos vies. Or la dette n’est pas seulement économique, elle est avant tout une construction politique. Elle n’est pas une conséquence malheureuse de la crise : elle est au cœur du projet néolibéral et permet de renforcer le contrôle des individus et des sociétés. « Le remboursement de la dette, c’est une appropriation du temps. Et le temps, c’est la vie », nous explique le sociologue et philosophe Maurizio Lazzarato (La Fabrique de l’homme endetté). Entretien.

      Quelques notes :

      Par jpm 8 novembre 2011 15 :07 : "ce serait dailleurs avec grand plaisir que je retournerais a plein temps en France pour profiter de notre beau systeme social." A-t-on jamais vu plus hypocrite et contradictoire ? ce monsieur (ou cette officine ?) évoque notre ’beau système social’ mais veut le brader en échange d’un RU, ce miroir aux alouettes que rien ne garantira quand tout le reste sera jeté !!!

      Jpm est, je cite, : « Consultant informatique spécialisé en fiscalité et gestion du patrimoine. Partisan de l’allocation universelle » (ceci explique cela) : il est certain qu’un RU serait une garantie de paiement des loyers : un bouclier patrimonique des propriétaires qui se moqueront bien que les gens perdent leurs emplois.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 10:10

        Par JL (---.---.---.29) 23 mars 09:40

        « un revenu universel pris sur le dos des classes laborieuses »

        La toute première phrase de cette interminable logorrhée démontre à l’envi que jl ne comprend absolument rien au Revenu de Base ou/et au Dividende Universel.
        Point n’est besoin de tenter de lui expliquer une nième fois...


      • JL JL 23 mars 2013 10:24

        J’ai l’habitude, Llabrès : vous avez ça en commun, ce seul et unique argument que je n’y comprendrais rien. Mais alors, dites moi, mon petit Llabrés : nous serions des millions, que dis-je, des milliards, et parmi nous, les plus grands économistes et humanistes de la planète à ne rien comprendre à votre génie ? Quelle misère ! Nous ne vous méritons pas !

         smiley

        Je n’ai rien de plus à vous dire mon pauvre, nous n’avons ni les mêmes valeurs, ni la même intelligence.


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 11:48

        JL, avec sa panoplie de pseudos (julius32, par exemple) arrive à censurer en moins de deux tous les commentaires qu’il veut, bref, elle faut la pluie et le beau temps sur ce forum . Je le dénonce, et ellel censure. Attention, ce message cera censuré en moins de 10 minutes. Il a ainsi censuré au moins 20 messages depuis ce matin, dont les siens et ceux de ses autres pseudos. Sauvegardez ce message et aidez-moi à retrouver ses autres pseudos, comme Julius32 où il est maintenant clair comme l’eau de roche que c’est son clone.


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 11:56

        Jean-Pierre, c’est clair que JL ne comprend rien au revenu inconditionnel de base, il en veut tout simplement à tous ceux qui ont le malheur de ne pas trouver du boulot, ce qui n’est vraiment pas exceptionnel dans cette période de faillite de l’Etat. Sous ses air de chrétien de gauche se trouve le pire libéral que l’on puisse imaginer. La preuve, les méthodes qu’il utilise pour faire passer ses idées nauséabondes : la tricherie multi pseudos (Julien32, c’est lui, par exemple, entre autres, bien-sûr).
        ATTENTION, ce message va être censuré très vite, avec tous ces pseudos il fait la pluie et le beau temps en prenant l’administration du site pour des imbéciles.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 12:03

        À Deneb :

        Pouvez-vous indiquer les articles sur lesquels jl sévit avec ses pseudos (julius32, julien32, autres ?) ?


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 12:18

        Jean-Pierre, justement, je cherche ses autres pseudos, vous pouvez peut-être participer à cette enquête. J’ai mis en évidence ce matin sa tricherie, elle a réussi de tout censurer, même ses propres messages et ceux de son alter-égo Julius32, c’est pour dire de combien de pseudos elle doit disposer, vu que ses manipulations passent comme une lettre à la poste.Elle en a gros sur la patate contre la laïcité, mais déteste que l’on l’appelle « la grosse », on dirait qu’elle a un sérieux problèmes de surcharge pondérale.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 12:44

        À Deneb :
        Comment savez-vous qu’il s’agirait d’une femme ?


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 12:54

        Jean-Pierre, c’est au demeurant une intuition, mais ça se confirme, vu sa façon d’insulter (difficile à trouver, vu qu’elle efface elle-même ses messages comportant des insultes) et surtout sa rage quand on l’appelle « la grosse ». Un mec n’en aurait rien à cirer, mais c’est très vexant pour une femme, surtout quand c’est vrai.


      • JL JL 23 mars 2013 12:57

         smiley  smiley  smiley

        Deneb fait une fixette érotomane sur moi ; une forme très particulière de paranoïa. Il m’invoque dès qu’il croit me reconnaitre. Et si je réagis, cela déclenche une crise aigüe.

        Et comme il se croit hétérosexuel, c’est tout naturellement qu’il voit en moi une femme.

        Élémentaire !


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 13:29

        Très drôle, ma grosse. Je me suis toujours demandé combien de signalements faut-il pour effacer un commentaire. 4 ou 5, j’imagine, pour que ce soit fait tout de suite. Me trompe-je, Julius32 ? Ce matin tu es arrivée à en effacer une bonne vingtaine. Et pourquoi effacer ceux de Julius32, s’il n’a rien à voir avec toi ? Il y avait des indices, on dirait...
        ATTENTION, ce message va être censuré dans les 10 minutes.


      • Deneb Deneb 23 mars 2013 13:53

        Elle a du se faire sucrer quelques pseudos, elle n’arrive plus à censurer. A la bonne heure !


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 14:00

        Par Deneb (---.---.---.73) 23 mars 13:53

        Ci-dessous, un de vos commentaires de jl a disparu.


      • Deneb Deneb 24 mars 2013 10:27

        vous avez vu, Jean Pierre, que Fatale s’est fait virer ?


      • Bernard HERON 26 mars 2013 11:40

        Bonjour JL,

        Je crois effectivement que vous n’avez pas bien compris ce que pourrait-être un Revenu de Base Inconditionnel (RBI) et comment il pourrait être financé.
        Il est clair que ce n’est pas « sur le dos des classes laborieuses »... 
        Cette provocation n’a, je suppose, que pour objectif de faire réagir.
        Je vous propose simplement d’aller jeter un oeil sur un court article. http://www.lepetitlivrevert.fr/?p=1781 Vous avez là une liste (non exhaustive) des moyens de « financer » ce RBI.
        Un livre aussi que je vous conseille : « Les secrets de la monnaie » par Gérard FOUCHER.
        A vous lire dans vos commentaires


      • Jacques_M 23 mars 2013 11:06

        durae.leges.sed.leges :
        l’argent n’a plus à être lié au travail, il doit être maintenant lié à la vie : on doit être rémunéré sans contrepartie pour le simple fait d’être en vie.
        ... Car non seulement il n’y a plus de travail mais il n’y aura plus jamais de travail.

        JL  : ... d’autant plus que ledit RU pourrait être l’alibi, voire un solde de tous compte en échange de la fin de l’ Etat providence, à savoir : l’abandon de toute politique sociale ...

        D’accord avec vous deux.

        Je pense qu’il faut que ce RU soit réalisé :
        1) au niveau mondial, pas uniquement européen,
        2) en commençant modestement : l’équivalent d’un euro par jour (permettrait déjà de sortir 2 milliards de personnes de l’extrême pauvreté), puis augmenter progressivement en fonction de l’ analyse de la situation,
        3) pour trouver l’argent : les planches à billets : créer de l’argent : augmenter le gâteau plutôt qu’essayer de répartir.


        • jpm jpm 23 mars 2013 12:17

          Jacques,

           

          nous sommes bien d’accord que dans l’absolu le revenu universel devrait exister au niveau mondial... mais il faut bien commencer par quelque part. Je trouve donc très bien que des citoyens des pays européens s’assemblent pour donner une première légitimité a cette proposition.

          Il est clair qu’une distribution inconditionnelle même modeste règlerait une partie des problèmes d’extrême pauvreté... mais pour cela il faudrait déjà que les pays riches s’accordent pour le financer... alors qu’on sait qu’ils n’ont pas encore tenu leurs promesses de dons dans le programme de lutte contre la faim. Je suis justement en train de lire l’ouvrage de Jean Ziegler, Destruction Massive Géopolitique de la faim.

          Concernant le financement il y a des débats passionnés au sein du mouvement... notamment de la part des partisans de la reprise en main par les citoyens de la création monétaire. La planche a billet est évidemment une solution facile... mais il ne faut pas oublier que l’objectif n’est pas seulement de distribuer de l’argent... mais un véritable pouvoir d’achat... qui passe nécessairement par une redistribution de la production de richesses.


        • JL JL 23 mars 2013 12:51

          jpm,

          vous ne vous sentez pas un peu con en écrivant, je cite : ’’une redistribution de la production de richesses.’’

          REdistribution ? Voyons, il faut appeler un chat un chat : dites ’’distribution’’ !

          De fait il ne s’agit même pas de distribution de richesses mais de distribution inconditionnelle de pouvoir d’achat. Nuance.

          Votre discours a un effet pervers et un but inavoué :

          L’effet pervers : il détourne une partie du corps électoral des vrais enjeux ;

          Le but inavoué : une telle distribution de pouvoir d’achat dans l’esprit de ses instigateurs, permettrait de livrer tous les services publics gratuits ou non, au Marché en échange. Cette manne serait versée aux citoyens pour solde de tous comptes. Il est clair que ses promoteurs n’ont jamais envisagé le versement d’un seul centime d’euro dans les contrées sauvages où il n’y a pas de services publics et où les gens meurent de faim, de malnutrition et bientôt de soif à cause des dégâts de la pollution par nous multinationales..

          Et c’est ’’le pire libéral que l’on puisse imaginer’’ si l’on en croit Deneb, qui vous le dit !

          Quelle histoire !

           smiley


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 12:52

          À Jean-Paul M. :
          Jean Ziegler, Destruction Massive Géopolitique de la faim.

          Quand vous en aurez terminé la lecture, ne pourriez-vous pas rédiger un article afin d’en partager la « substantifique moelle » ?...

          N.B. :
          Je suis plus que sceptique sur la capacité de Ziegler à proposer des solutions propres à éradiquer la famine tant il est incapable de s’en tenir à la « relation de cause à effet » et privilégie la sécurité nutritionnelle (aval) par rapport à la sécurité alimentaire (amont).


        • jpm jpm 23 mars 2013 13:02

          Jean-Pierre,

          je n’écris des articles que sur ce que je connais bien... ce qui ne m’empêche pas de m’intéresser à quantité d’autres domaines qui enrichissent ma réflexion.

          Je conseille par contre la lecture de cet ouvrage aux libéraux de tous poils, dont je fais probablement parti, car il démontre les travers du libéralisme et les risques d’un marché dérégulé des produits alimentaires... qui se traduisent pas des pénuries alimentaires... et la mort de jeunes enfants.

          Jean Ziegler, Destruction Massive Géopolitique de la faim.

          J’aimerais beaucoup connaitre l’opinion de monsieur Ziegler sur le revenu de base inconditionnel. Cette ICE permettra peut être a plus de monde de connaitre et de commenter cette proposition.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 13:07

          À Jean-Paul :
          Bien. Peut-être lirai-je alors le livre de Ziegler quand il paraîtra en livre de poche...


        • jpm jpm 23 mars 2013 13:11

          C’est justement la version poche aux éditions Points (7.60 euros) que je lis... car comme je voyage beaucoup... elle tient plus facilement dans la poche de ma parka smiley J’ai probablement du la trouver au supermarché du coin.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 13:17

          M... Compte tenu de ce que j’ai écrit avant, je vais me sentir obligé de l’acheter...
           smiley

        • JL JL 23 mars 2013 13:25

          Llabrés,

          je crois que vous serez déçu : Ziegler ne propose pas de détruire la faim ; jpm a seulement oublié de mettre les ’ :’ là où ils sont.

          Le titre correct est :

          « Destruction massive : Géopolitique de la faim »

          Il y est dit que ’’Toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans est assassiné.’’

          Alors, vos conneries de RU ou dividendes universel pour citoyens prédateurs ’’volem rien foutre al païs’’, vous pensez si ça va l’intéresser, Jean Zielgler !


        • miha 23 mars 2013 13:27

          Le montant du Revenu de Base doit s’adapter au niveau du coût de tout ce qui est vital dans chaque pays pour permettre à chacun de vivre décemment.

          Ainsi, en France, il doit être égal à 950 euros mensuel, c’est à dire là où se situe le seuil de pauvreté.

          En Pologne, pour rester en Europe, il pourait être de 500 euros mensuel environ (à vérifier).

          Un revenu de base mondial est évidemment souhaitable, il est seulement à adapter en fonction de ce critère... mais nous allons déjà avoir assez de mal à le faire admettre au niveau européen : concentrons-nous donc sur ce travail là... ensuite, il se pourrait que ça fasse « boule de neige » et se répande partout (à noter que la Namibie, en Afrique, applique déjà un revenu de base)

          Pour le financement, en effet, l’argent est un faux problème. C’est avant tout une question de volonté politique. Bernard Friot donne un exemple qui le prouve : le travail d’infirmier était assuré bénévolement par des religieuses, quand on en a fait un métier, on a trouvé de quoi payer des salaires à tous les infirmier(e)s... du jour au lendemain.


        • JL JL 23 mars 2013 13:31

          ’’Un revenu de base mondial est évidemment souhaitable’’ (miha)

          Ben voyons, c’est ç’là oui : votons tous pour l’avènement du NWO et son gouvernement mondial qui nous apportera à tous, notre divin RU quotidien !

          Pfff !


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 13:34

          Ziegler comprend les causes de la famine comme d’autres comprennent la logique du Revenu de Base ou/et du Dividende Universel.


        • JL JL 23 mars 2013 13:40

          Sûr que Ziegler va être content du compliment formulé ici à son égard par cet immense génie encore inconnu qui a inventé la solution à tous les problèmes de l’économie et de la faim dans le monde.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 mars 2013 13:55

          Je sais que vous vous sentez concerné par la faim dans le monde et que vous soutenez mordicus l’ineptie selon laquelle les produits vivriers ne se vendent pas mais se troquent ou se donnent. Ainsi, selon vous, les céréaliculteurs de Beauce qui cultivent des produits vivriers (blé, orge, avoine, maïs) ne les vendent pas mais les troquent ou les donnent...

          Sécurité Alimentaire & Sécurité Nutritionnelle dans les PVD.

        • Jacques_M 23 mars 2013 14:01

          @JL
          Tout ce qui est mondial n’est pas nécessairement à rejeter : un RU mondial serait un droit acquis pour tout être humain et permettrait plus de liberté, ce qui irait donc à l’encontre des idées du NWO.


        • JL JL 23 mars 2013 14:12

          Llabrés,

          vous confondez lamentablement produits vivriers et agriculture vivrière ? Il est inutile de discuter avec vous, ça ne vous instruit même pas.

        Ajouter une réaction

        Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

        Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


        FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès