Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Jerôme Cahuzac, les yeux dans les yeux, comme au cinéma…

Jerôme Cahuzac, les yeux dans les yeux, comme au cinéma…

Cahuzac aura fait très fort ! Quand il « tombe », il est alors délégué au budget ; on l’a entendu se faire le chevalier blanc de la lutte contre l’évasion fiscale, comme on peut l’entendre dans cet extrait : http://bit.ly/1Q3COaD

Au niveau politique, l’image d’un gouvernement intègre, champion de la transparence, est totalement décrédibilisée.

 Les anciens se rappelleront d’un autre mensonge, celui de Charles Hernu, assurant la main sur la cœur, que la France n’avait rien à voir avec le sabotage du » Rainbow warrior ». http://bit.ly/1UZoVP4

"Ca commence comme un kyste et ça s'achève par un cancer généralisé" Serge July. Libération. Sept. 85. Comme disait Serge July en septembre 85, à propos de ce scandale d’état.

La différence entre les deux affaires est de taille néanmoins. Hernu, ministre de la défense, mentait pour ce qu’il estimait être « des raisons supérieures » : Couvrir un fiasco en niant l’ingérence de la France. Un crime, sans doute, et qui a mené la France à être mise au banc de toute la communauté internationale. Mais un crime politique, pas une affaire de droit commun, honteuse déjà pour un citoyen ordinaire, mais si accablante pour un ministre du budget, qui s’est fait le champion de la lutte contre la corruption et de l’exil fiscal, que les mots manquent pour souligner la forfaiture !

Au delà du mensonge assumé, le ridicule sera le point commun à ces deux affaires, une fois la baudruche dégonflée.

 Jérôme Cahuzac est assurément un gascon dans l’âme, et quant on l’entendait sortir une phrase bien sentie comme celle-ci : «  Pourquoi céder à ceux qui vous convoquent au banc de l’infamie ! Je ne céderai pas ! » 

On ne sait si l’on se trouve sur les gradins de la comédie française ou dans un chapitre des trois mousquetaires.

Pour mon compte, j’ai tendance à me mettre du coté de celui qu’on juge. C’est parfois très con, cette empathie non contrôlée. Pas un procès, sans que je me transforme en avocat de la défense, où je ne fais pas mon petit cinéma, ou que je décline mon petit « Cid » !

 « Ah messieurs c’est trop facile de frapper un homme à terre ! En dépit de mon grand âge, ou peut être grâce à cette qualité, mon honneur m’ordonne de défendre cet homme que vous attaquez !

Et j’userais de mes mots pour vous repoussez comme naguère je me servais de l’épée ! »

 JPEGTout cela me vient de très loin. Le rêve de devenir avocat m’est venu à dix ans en lisant « la brute » un bouquin de Guy des Cars piqué à ma sœur, avalé sous les draps, à la lueur d’une lampe électrique. L’histoire d’un type accusé de meurtre, promis à la guillotine ! Un look par possible, très bourru et brut de coffrage, genre le monstre de Frankenstein, toujours du sang sur les mains ; et avec ça, sourd, aveugle, muet !…Très pratique pour communiquer ! Bref, tout le monde avait déjà réservé sa place pour l’exécution publique.

C’était sans compter sans son avocat, un vieux du barreau oublié de tous, vivant dans les dossiers et les toiles d’araignées ! Le mec avait fait là un come-back incroyable, épaté tout le monde dans une plaidoirie extraordinaire, et retourné cette affaire perdue d’avance comme une crêpe. J’en étais resté longtemps saisi, rêveur, délaissant mes club de cinq !

Pour notre affaire, la défense aura le boulot plus facile. Cahuzac, ce beau monsieur, un hobereau, n’avait-il pas été jusqu’à là tout à fait exemplaire, l’exemple du « grand commis d’état » comme on dit…..

Si je ne m’écoutais pas, je piquerais une robe d’avocat dans le prétoire, et je me lancerais d’attaque, d’estoc et de taille, au secours de monsieur Cahuzac, dans de grands effets de manche, plaidant sa cause à pleins poumons, l’œil allumé, la tête renversée vers le plafond.

 « Car je ne vois qu’une victime à terre, demandant pardon, là où vous ne voyez qu’un coupable !… J’étais comme vous hier, un peu irrité de ses étourderies, qu’un autre grand homme d’état baptisa « phobie administrative » ! Mais n’a t’il pas déjà payé cher son inconséquence, en voulant déposer ailleurs qu’à la caisse d’épargne, quelques sous de coté pour ses vieux jours ?

Ne doit on pas estimer qu’il a déjà payé, en le voyant aujourd’hui dans un habit de bure, une corde au cou, les yeux bas !

A le voir ainsi défait on sait que la déchéance du pouvoir est une terrible punition, bien pire encore que celle de la nationalité dont on fait si grand bruit !….

Bon, calmons-nous, laissons de coté le roman « la brute », l’enfance et ses romans de capes et d’épées …..D’ailleurs Jérôme Cahuzac semblait plutôt en bonne forme, pas vraiment l’image du christ montant le Golgotha sous les coups de la foule et des centurions.

JPEG

D’ailleurs, il avait violemment repoussé la meute encore plus violente de caméras. Qui serait assez con pour ne pas demander à ce que la justice ne passe dans toute sa rigueur comme on dit ! Mais l’on sait bien que rien au fond n’a beaucoup changé depuis l’époque où monsieur de la Fontaine, épiloguait sur les sens de la justice, pas tout à fait la même, "selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugement de cour vous rendront blanc ou noir ! "

D’ailleurs il se pourrait bien que le procès soit suspendu : La défense a déposé des "questions prioritaires de constitutionnalité", contestant le cumul de sanctions pénales et fiscales.

Bref, les conseils demandent au tribunal de surseoir à statuer afin que la Cour de cassation, puis le Conseil constitutionnel, se prononcent sur le problème du cumul des poursuites fiscales et pénales. Cela serait attentatoire au principe du « non bis in idem », selon lequel on ne peut pas être jugé deux fois pour les mêmes faits.

JPEG Un procès, ça ressemble parfois à un combat de catch, très à la mode dans les années 60. Un genre malheureusement disparu, et qui vous en apprenait beaucoup sur la gente humaine, même et surtout parce que c’était du cinéma. Il y avait « l’ange blanc » et « le bourreau de Béthune », « le petit prince » « le gitan » « Robert Duranton » : Des noms qui ne vous obligeaient pas à développer tout votre CV en arabesques inutiles ! Cahuzac, peut-être qu’il aurait été à mi-chemin de l’ange blanc, trop mignon, et de « Scarface », ce salaud qui envoyait des coups dans les parties de son adversaire à terre, dès que l’arbitre avait le dos tourné.

 Même si on ne connaît pas toutes les règles et les subtilités, rapidement on juge on prend parti. Tout le monde dans la salle a bien compris, après les demandes des avocats, qu’il était question d’annuler le match, de le dissoudre dans l’acide des procédures, comme le corps d’un témoin gênant criblé de balles.

Le vice procureur Jean-Marc Toublanc, le bien nommé, les attendait dans un coin du ring, en s’échauffant, en faisant des petits sauts. Il a mis tout de suite les pendules à l’heure dans une première série d’uppercuts rapides, histoire de montrer qui étaient le maître de la forme : http://bit.ly/1omJYRo

« Je prends note que le risque de report de ce procès est encouru, a-t-il souligné. Mais je relève que lorsqu’il était ministre du budget, Jérôme Cahuzac ne s’est jamais ému du problème que poserait le fait de poursuivre un citoyen à la fois au plan fiscal et au plan pénal. Il a même renforcé le dispositif de lutte contre la fraude fiscale. Et aujourd’hui que la loi s’applique à sa personne, il considère qu’elle est inconstitutionnelle. Pourquoi ne l’a t-il pas défendu lorsqu’il était aux commandes ? »

Les avocats, dans les cordes, étaient irrités, même s’ils se tapaient dans la main « tope-la camarade » Prêts à intervenir sur le ring !. Je suppose que monsieur Cahuzac faisait lui aussi semblant de rien, au dessus de la mêlée, une chaise vide le séparant de sa femme, pour situer l’ambiance. Mais la charge n’était pas close. S’adressant à la défense, qui avait soutenu à l’appui de sa demande, que les peines encourues au plan fiscal et au plan pénal étaient proportionnées, l’ange Toublanc a surenchéri : « Au plan fiscal, les sanctions encourues sont uniquement financières. Au plan pénal, elles peuvent cumuler des peines d’amende, de détention, des interdictions professionnelles, civiles et civiques, telle que la suspension du droit de vote  ». Puis, il envoya l’estocade finale :

« L’argent aurait-il le même prix que la liberté ? Que le droit de participer à la vie en collectivité ? Quelle étrange conception que de mettre ainsi l’argent sur le même piédestal que les libertés individuelles ! Au parquet national financier, ce ne sont pas nos valeurs. L’argent n’a, pour nous, pas le même prix que nos libertés les plus précieuses. »

Sûr et certain que si j’avais eu dix ans, à l’écouter, j’aurais voulu devenir plus tard moi aussi procureur. Car pour le coup le métier d’avocat m’aurait semblé bien pourri ! Procureur, je me serais renseigné, combien d’années après le bac ?… S’il fallait passer par là tant pis ! Pour rendre la justice au faible sans trop avoir à jouer à Robin des Bois ! C’est que vos aptitudes physiques vous font parfois comprendre rapidement qu’il vaut mieux abandonner les rêves contenant trop de testostérone !

Une belle affaire quand même. Rien à voir avec le tribunal des flagrants délits, ces petites frappes stupides, les alcooliques au volant, la France des sans-dents piquant des râteliers aux bourgeois. Les affaires de la gentry, c’est tout de même autre chose, parées de belles lettres, de grandes envolées ! Ce qui vous fait chaud au cœur, en ces temps de déchéance d’orthographe et de grammaire. Ca serait bien rare que pour mon compte, je n’ai pas moi-même laissé quelques petites fautes, comme les cailloux du « petit Poucet », pour retrouver mon chemin. Enfin, il y a faute et faute, comme on dit. Les intentionnelles vous causeront forcément une réprimande. On apprend ça tout petit, normalement !

JPEG Entre eux, les gamins ont de toute façon un code de l’honneur. Enfin de mon temps, ils en existait encore un ! Un héritage peut être des siècles de chevalerie, où l’on préférait se faire tailler en pièces plutôt que d’adjurer sa foi. Ca ne serait pas venu à l’idée d’un combattant de ne pas se porter prisonnier après la bataille à son vainqueur.

JPEGQuestion d’honneur, question de principe ! « Croix de bois, croix de fer, crache trois fois par terre ! »

 Je sais pas pour vous, mais moi je porte toujours ce gamin en moi. Un peu insupportable de me voir jugé, pesé par ce petit con à qui je rends toujours des comptes, et qui ne m’évalue pas vraiment comme le fait un percepteur. Le poids de mes rêves et des actions compte là dedans bien plus que celui de l’argent. 

 JPEG C’est pour ça, nigaud, que je le croyais tout de même un peu, Cahuzac, quand je l’entendais sortir ses brillantes tirades, la main sur le cœur. Je me disais naïf : « Non, on ne peut mentir à ce point. … Croix de bois, croix de fer ! D’ailleurs, il avait craché trois par cœur :

 C’était lors de son interview avec Jean Jacques Bourdin sur BFM TV : « les yeux dans les yeux est ce que vous avez eu un compte en Suisse ? ». Cahuzac répondit : « je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte en Suisse… à aucun moment ! » Et plus tard, quand on lui demandera s’il envisageait de démissionner : « pourquoi démissionner quand on se sent innocent  ? » 

Ce ton superbe, il va également l’afficher à l’Assemblée Nationale en mentant devant tous les députes et devant le gouvernement, lors d’une séance de questions : «  Je n’ai pas je n’ai jamais eu de compte à l’étranger… j’ai saisi la justice d’une plainte en diffamation… et c‘est devant la justice que je m’expliquerai… »

Les yeux, bien sûr, j’allais oublier, alors que c’est le plus important ! « Regarde-moi dans les yeux quand tu jures ! » Les enfants comme les animaux, connaissent très bien le langage des yeux. Ce sont les portes de l’esprit, mais aussi du cœur, de la confiance qu’on peut avoir en quelqu’un. Ils sont censés faire l’économie de mots, et attestent de votre authenticité.

Les yeux, inutile de le dire, ont la part belle au cinéma. Regards croisés qui nous ont tant fait rêver, autant dans la fiction que dans l’idéal de félicité promis. Il y a des regards froids, des regards de braise, des regards ironiques, fourbes.

JPEG On pourrait décliner tous les adjectifs à leurs sujets. Certaines scènes sont devenus homériques, en raison même de leur simplicité, comme celle de quai des brumes « T’as de beaux yeux, tu sais ! »

Grâce au talent des réalisateurs, les détours de l’âme se dévoilent parfois de façon confondante, sans qu’il y ait besoin de dialogue. Je pense à ce chef d’œuvre du cinéma argentin : « Dans ses yeux  », un film réalisé par Juan José Campanella, et sorti en 2009.

"Dans ses yeux" : un détective sur la trace d'un crime et d'un ... http://bit.ly/20Sd6xF

 

Dans ses yeux - Bande-annonce Officielle [VOST FR ... http://bit.ly/1T1MDuW

 JPEG Le regard est véritablement le héros du film. Jamais ses différentes facettes, n’ont été expurgées de façon si magistrale. Regard amoureux, de l’attente, de l’acceptation, du regret. Mais terrible regard du psychopathe qui se dévoile, d’une façon tout à fait inattendue : La jeune juge chargée de l’instruction d’un viol suivi d’un meurtre, surprend le regard d’un « témoin » plongeant dans son décolleté, lors d’une comparution. Tout son édifice intellectuel qui la poussait à libérer cet homme faute de charge, s’écroule en une seconde.
Elle sait !… Ses yeux de femme ne l’ont pas trompée ! Toute cette science animale basée sur l’intuition, le ressenti, et que notre culture endort, sous des couches d’intellectualisation et de peinture, s’est réveillé brusquement ! En une seconde elle a ressenti le mal, et identifié le prédateur qu’elle cherchait.

Ne terminons pas sur le regard des escrocs, des salauds et des bonimenteurs, sortant des lapins blancs de leur chapeau, nous fixant dans les yeux, tout en nous faisant les poches de l’autre main.

Les regards croisés de Marylin, de Robert Mitchum, de lauren Bacall, d’Ingrid Bergman, de James Stewart, et de tant d’autres vedettes, ont fait pendant si longtemps notre bonheur, un instant d’attente et d’extase inscrit pour toujours sur le petit écran de nos vies.

Il suffit des premières notes de musique, pour que les regards s’enchaînent en nous, se superposent, nous envahissent, sans qu’il y ait même besoin de projecteur ni d’écran TV !

C’était le rendez vous des regards, au « cinéma de minuit » le dimanche soir. Un clin d’œil pour l’éternité, bien au delà des salles de tribunaux, et de l’état d’urgence !… Une autre sidération.

http://bit.ly/1TP0QvX,

http://bit.ly/1SESKa9.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 9 février 11:10

    bof..il fait comme son papa spirituel, un certain Mitterant..rien de nouveau dans ce parti....


    • MagicBuster 9 février 11:21
      Jerôme Cahuzac, comme médecin je ne peux pas juger, comme politique il a été vraiment naze .... mais comme acteur ..... Grandiose !!!!

      • bakerstreet bakerstreet 9 février 17:44

        @MagicBuster
        Un médecin, ça se doit forcément d’être forcément un peu acteur : Il s’agit de persuader un malade qu’on va lui faire du bien, voir apporter des miracles à sa reconstitution, même s’il a un pied dans la tombe. 

        Les politiques ne travaillent pas sur d’autres bases, ils sont censés être les médecins de la nation, mais travaillant la plupart du temps à leur propre carrière ; c’est à dire dans l’opportunisme, la dissimulation et le mensonge. 
        Cahuzac aura poussé l’art un peu plus loin que tous les autres. 
        Il faudrait se demander si c’est la pratique de la médecine ou celle de la politique qui l’a le plus perverti !

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 11:31

        La question subsidiaire est quand même de savoir pourquoi Hollande a mis 4 mois pour le débarquer ?


        • Trelawney Trelawney 9 février 12:41

          @Fifi Brind_acier
          C’est le temps qu’il lui faut pour prendre une décision


        • bakerstreet bakerstreet 9 février 14:32

          @Trelawney
          Si vous croyez que c’est facile de défaire un casque de scooter ! 

          il faut un peu plus de cinq minutes !
           De plus depuis que Trieweiller est partie, plus moyen d’envoyer des tweets !
          Comme disait Hugo, « le silence des tombes est l’affaire des grandes âmes ! »

        • bakerstreet bakerstreet 9 février 18:55

          @Fifi Brind_acier
          Un article très bien de Marianne : Affaire Cahuzac, quand la presse se faisait enfumer !


        • JL JL 9 février 11:52

          Bel exercice littéraire.

           
          A propos de cette affaire, il y a quand même une chose qui m’échappe, ou alors j’ai oublié. 
           
          Cahuzac est poursuivi pour évasion fiscale et blanchiment d’argent.
           
          Blanchiment d’argent, cela veut dire, de l’argent sale. Je trouve que sur ce sujet, on manque cruellement d’informations.



          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 12:03

            @JL
            Blanchiment d’argent ça veut dire cacher de l’argent liquide, résultat du travail au black. Si j’ai bien compris, lui et sa femme, dans leur clinique, se faisaient payer en liquide, et ils avaient chacun un compte en Suisse.


          • JL JL 9 février 12:16

            @Fifi,


            merci pour la précision.

            Il me semble qu’il avait des millions dans un pays du Sud Est asiatique ?

          • Trelawney Trelawney 9 février 13:01

            @Fifi Brind_acier
            C’est la version de Cahuzac, car la notion d’abus de bien sociaux n’a pas été retenue. En fait c’est l’argent que lui donnaient les laboratoires pour se voir faciliter des autorisations de mises sur le marché lorsque Cahuzac était directeur de l’agence du médicament en 93. mais il n’y a bien sur pas de preuve, juste un foisonnement de faits et une intime conviction


          • bakerstreet bakerstreet 9 février 13:30

            @Fifi Brind_acier
            C’est nom seulement un grand acteur, mais c’est aussi une poupée gigogne, Cahuzac : Ouvrez une armoire, et il y en a d’autres qui se superposent....L’histoire du chien de ma chienne est révélatrice tout de même d’un certain type de personnalité, orientée exclusivement vers le profit. La question qu’on se pose, en dehors de l’anecdote, c’est de se s’interroger sur l’absence de fusibles... Affaire Cahuzac : Chien d’aveugle, montre en or et chèque douteux... Les autres mensonges du couple


          • bakerstreet bakerstreet 9 février 13:48

            @Fifi Brind_acier
            Toute l’orientation d’une vie orientée vers le tiroir caisse ! ....Il y a des gens dont la moindre action est conditionnée par l’argent qu’ils comptent dégager. On aurait du se méfier ; la chirurgie esthétique est un mensonge. Au cinema, tiens c’est marrant, cela donne un petit chef d’oeuvre, « LES YEUX SANS VISAGE » tout à fait adapté à mon article, car je mon intention était de m’attacher autant qu’à la qualité du regard, qu’à la probité des hommes, Cahuzac étant la dedans un prétexte rêvé. 

            « Les yeux sans visage », est un film de Georges Franju, un petit chef d’oeuvre du cinéma d’horreur, réalisé en 60, où il est question donc de chirurgien, de regard et de mensonge....., 
            Extrait du film Les yeux sans visage - Les yeux sans visage ...

          • Jean Pierre 9 février 14:09

            @JL
            Lorsqu’il était au ministère de la santé, il avait le pouvoir d’autoriser ou non l’investissement dans les scanners et il avait également la main sur les autorisations de mise sur le marché de certains médicaments. Il a monnayé ces autorisations dans la perspective, semble t’il, de constituer une cagnotte pour une éventuelle candidature de Rocard. Cette cagnotte (planquée en Suisse à son nom puis transférée à Singapour) n’ayant pas utilisée à cette fin, il en est devenu personnellement détenteur et il a tapé dedans pour ses dépenses personnelles (Sources : le Canard Enchaîné et Médiapart qui publient en étant certains de leurs informations).

             Pris la main dans le sac, il a justifié ses sommes par des rémunérations en liquide de certaines interventions comme chirurgien esthétique. Mais les montants sur les comptes sont beaucoup trop importants. 
            Les socialistes ne voulaient pas que ces histoires de corruption ayant pour but des financements illicites de campagne soient dévoilées (surtout qu’il s’agit de commissions sur des marchés énormes, et parfois injustifiés, d’une sécurité sociale en déficit, ce qui fait mauvais genre). Ils ont donc soutenu Cahuzac le plus longtemps possible, c’est à dire jusqu’à une accumulation de preuves qui rendait la situation intenable.


          • bakerstreet bakerstreet 9 février 14:36

            @Fifi Brind_acier
            Des techniques de joueur de poker, basées sur le bluff, et mis en confiance par une réussite insolente, s’inspirant sans doute par la technique de la toile : Faire en sorte qu’on ne puisse tomber, sans entraîner ceux qui vous menacent dans la chute, du fait de leur implication, ou par effet de vague, étant dans le même clan.


          • bakerstreet bakerstreet 9 février 14:47

            @JL
            Il semble qu’on pourrait attacher tant d’affaires et de casseroles qu’une batterie de cuisine n’y suffirait pas. Au delà du cas particulier, on doit s’interroger comment un tel système, dans une démocratie, a été possible. On se retrouve avec un escroc ministre, et un ministre escroc luttant contre la corruption, se félicitant des avancées en terme de lutte contre la fraude fiscale.....

            Médiapart, journal dérangeant, s’est en tout vu dérangé dans son fonctionnement, crédité d’’un rappel d’impôts retentissant...Il s’agit sans doute d’éponger les frasques de nos ministres.Mediapart : le redressement fiscal confirmé par les députés
            Voilà encore un scandale dans le scandale. Car on devait décoré Médiapart. Mine de rien, cette affaire a obligé l’état à se pencher un peu plus sur les délocalisés, et cela a abouti au retour de milliers d’exilés fiscaux. 
            Le journal s’est vu imposé pareillement pour une histoire d’interprétation tatillone, à la lettre, n’ayant pas ce fameux support papier, indispensable à l’exercice de la démocratie et de l’information, comme « Voici », par exemple, ou « Paris match », ou « gala ».....

          • bakerstreet bakerstreet 9 février 17:58

            @JL
            C’est du au fait que les machines à laver des partis politiques n’ont pas de programme « essorage ». La poudre a laver « Cahuzac » a blanchi sans doute plus d’une chemise, reste qu’au séchage, des taches apparaissent.

             Certains doivent être un peu inquiets, tout de même, doivent hésiter à remettre les pieds au lavomatic récupérer leurs billes. En tout cas le silence est assourdissant dans la classe politique, bien loin du tumulte des lavandières, qui s’engueulaient s’apostrophaient en bordure de rivière. Un espace de démocratie qui a malheureusement disparu, plein de couleurs et d’esprit. D’ailleurs les peintres et les dessinateurs venaient s’y régaler.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 19:12

            @bakerstreet
            Un train peut toujours en cacher un autre... Il y a eu une Commission d’enquête parlementaire pour savoir quelles étaient les responsabilités des services de l’ Etat dans l’affaire Cahuzac.


            Parmi les 30 membres de la Commission, se trouvait .... Thomas Thévenout, celui dont les « allergies administratives » l’empêchaient de payer ses impôts, son loyer etc

          • Passante Passante 9 février 12:41

            un bon p’tit roman la brute oui,

            le meilleur surnom du moment pour cahuzac ?
            il pique mal... en général smiley

            • bakerstreet bakerstreet 9 février 13:15

              @Passante
              C’est vrai que dans la production de gare de Guy des Cars, on aurait bien tort de mépriser ce bon roman, solide intrigue psychologique et policière si je me souviens bien. Enfin pas trop, juste l’ambiance générale. Beaucoup d’auteurs de policiers français qu’on lisait beaucoup à cette époque sont maintenant oubliés, comme Boileau-Narcejac. Tiens, c’est vrai, ce duo avait écrit aussi « Les yeux de l’ombre » l’histoire d’un capitaine d’industrie, a qui tout avait réussi, genre « Cahuzac » qui devient aveugle, et qui pense que son entourage veut le liquider. 

              Mais se monte t’il la tête ? Délire ou réalité ?...Tout l’oeuvre de ces deux types travaillant en bande organisé d’écriture tournait autour de ces thèmes. Ils écrivirent le roman qui devint le « vertigo » Hitchcock c’est à dire « sueurs froides »...Reste que l’histoire de Cahuzac écrite par un romancier passerait pour à peine crédible.

            • bakerstreet bakerstreet 9 février 17:47

              @bakerstreet
              Non pas « les yeux de l’ombre », mais « les visages de l’ombre ». un petit chef d’oeuvre, fait de perversion et de manipulation. Simenon n’est pas loin, un autre très grand maître, par mal tordu lui aussi d’ailleurs.


            • Trelawney Trelawney 9 février 12:53

              Merci pour cette article.

              La photo avec la légende « lutte contre la fraude fiscale » est lourd de symbole lorsque l’on apprend que pendant cette réunion avec les services fiscaux, Cahuzac s’est absenté une heure pour se faire remettre une valise de billet qu’il a gardé avec lui pendant toute la réunion


              • bakerstreet bakerstreet 9 février 13:25

                @Trelawney
                Si je me souviens bien, le journaliste de Médiapart qui a dévoilé l’affaire l’a fait par hasard, en travaillant sur une autre affaire. Il s’est étonné lui même que n’étant pas un spécialiste, il avait mis à jour un scandale qui aurait du être évident à voir au moindre inspecteur des impots. 

                Bon, oui, je trouve ce lien sur wilki : http://bit.ly/1nV0kQy ...L’affaire de hippodrome de Compiègne !...
                Extrait : "  Cette affaire retient la curiosité de l’équipe rédactionnelle du site d’informations en ligne Mediapart, en particulier celle du journaliste Fabrice Arfi, qui s’interroge sur la raison de ce « cadeau » fait à Éric Woerth et entame une enquête sur Jérôme Cahuzac en juillet 2012. Ce n’est donc qu’« accidentellement », selon Edwy Plenel, président et directeur de la publication de Mediapart, que les journalistes découvrent l’existence d’un compte bancaire en Suisse appartenant à Jérôme Cahuzac6.

              • Taverne Taverne 9 février 14:15

                Pouvoir et mensonge sont toujours allés ensemble. J’irai même jusqu’à dire que le mensonge est l’essence même du pouvoir. Depuis longtemps, on fait prêter aux futurs médecins le serment d’Hippocrate. Les politiciens sont soumis, pour être admis dans la caste de ceux qui vont compter, au serment d’hypocrite : « jurez de ne jamais dire la vérité au peuple : levez la main gauche, tendez votre majeur bien haut en direction des électeurs et dites je le jure ! »


                • bakerstreet bakerstreet 9 février 15:01

                  @Taverne
                  Reste que l’exercice du pouvoir au Burundi ou en Suède, ce n’est pas tout à fait la même chose. La France se situe t’elle entre les deux pays, peut être plus près du Burundi que de la Suède ? C’est à ce que cette affaire fait penser. Car on trouve beaucoup de déclinaisons au pouvoir. Par principe il sert une cause, une société, à en protéger les bases, les fondements, un contrat social.

                   Il doit être conditionné par des fusibles, et les tenants d’une démocratie alertes, qui n’est pas infeodalisé à des intérêts particuliers, ne mettant pas les leaders hors du droit commun, mais au contraire assujettis aux contrôles, et aux peines. 
                  C’est comme ça que des ministres se sont faits lourder, en Suède, pour avoir mis la note d’un taxi sur leur note de frais, ou encore les frais menus d’un restaurant, alors qu’ils pouvaient manger à la cantine. Eva Joly, député de retour au pays, racontera avoir eu des ennuis pour avoir négligé de prendre un bus, au profit d’un taxi, pour une petite distance

                • leypanou 9 février 15:34

                  @bakerstreet
                  Reste que l’exercice du pouvoir au Burundi ou en Suède, ce n’est pas tout à fait la même chose. : ce n’est pas seulement l’exercice du pouvoir, mais le comportement de tout un chacun.

                  Le passe-droit ou autres « petits » abus sont assez couramment pratiqués en France. Pour une Agnès Saal attrapée, combien de non connus ? Et je pense qu’en Italie, c’est probablement pire qu’en France.

                  Je suis sûr que beaucoup ne supportent pas l’existence d’Anticor, mais ils se gardent bien de le faire savoir publiquement.


                • bakerstreet bakerstreet 9 février 15:48

                  @Leypanou

                  La France est une république royaliste. On a gardé tout le faste du vieil appareil. C’a n’a l’air de rien, de péter dans les dorures, les palais de maître, ça vous conditionne un homme, surtout quand celui ci est déjà bien paramétré, par l’appartenance à un camp, à une coterie. Hollande a récupéré « la lanterne » à Sarko, comme lupanar ou maison de campagne, selon la tradition des rois de france...Patrick Rambaud qui a pastiché Sarko, et maintenant Hollande, n’a pas en fait trop d’effort d’imagination à faire. C’est le copié collé de l’ancien régime ; remarquons que si la révolution s’est faite en France, ce n’est sans doute pas un hasard, mais lié à un pouvoir outrancier qui ne s’était absolument pas réformé, restant jalousement rivé à ses privilèges et ses perruques ; dans la politique, soit un antécède, soit on suit, ou on s’enfuit....Les grands hommes en France ne sont pas issus vraiment de l’appareil d’état, mais sont arrivés au pouvoir par le jeu des circonstances, après avoir été le plus souvent mis durablement mis à l’index, comme De Gaulle. L’homme déterminant tout de même du 20 siècle, ni de gauche ni de droite, mais d’ailleurs, celui du sens commun. Bon il faut une vision, encore une histoire de regard... 
                  L’affaire Tapie ! 
                  comment la république a pu résister à ce raz de marée. Ah oui, est ce une république ? On en revient au point de départ !

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 19:20

                  @bakerstreet
                  Je crois surtout qu’après 20 ans d’impunité, Cahuzac pensait que cela allait durer toujours...
                  L’agent du fisc Rémi Garnier, qui a levé le lièvre, a été sanctionné lourdement à plusieurs reprises par sa hiérarchie. Comme tous les lanceurs d’alerte qui touchent aux intérêts des puissants.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 février 21:29

                  @leypanou
                  Je crois que Bakerstreet a un peu raison, dans les pays nordiques les citoyens surveillent les élus comme le lait sur le feu, ils épluchent toutes les notes de frais, toutes les dépenses sont en accès public, les élus n’ont pas droit à des voitures de fonction, ils prennent le bus ; ni a des logements de fonction, ils ont un tarif pour une nuit d’hôtel ou un déplacement, s’ils dépensent plus, ils le payent de leur poche etc.


                  En France, j’ai assisté à une réunion municipale sur le bilan financier 2015 et les projets 2016, sur 3000 habitants adultes, on devait être 50 au grand maximum.
                  Et personne ne lit les rapports des diverses Cours des comptes.

                • MagicBuster 9 février 15:50
                  Birdie s’est fait rattrapper par Eagle ;
                  lui même dépassé par Albatros.

                  Birdie c’est fini  !!!!

                  ( Nous n’irons plus jamais .... )


                  • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 16 février 18:07

                    Il arrive (anormalement) au gouvernement avec ça (selon Wikipédia)
                    En 2007, Jérôme Cahuzac est condamné pour « travail dissimulé » après avoir employé dans sa clinique, de juillet 2003 à novembre 2004, une femme de ménage originaire des Philippines et sans papiers. Celle-ci était rémunérée en liquide (250 euros par mois pour 40 heures de travail). Jérôme Cahuzac ayant remboursé l’URSSAF, réglé une pénalité de retard, et finalement aidé sa femme de ménage à régulariser sa situation en France, il a été dispensé de peine, et la décision du tribunal n’a pas été inscrite à son casier judiciaire.
                    Personne ne lit Wiki au gouvernement ? Pas le temps, ils lisent Modiano ... devenu obligatoire avec le prix de la baguette, de la carte orange et le nombre de renouvellements d’un CDD.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès