• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Arbre Neymar ne doit pas occulter la forêt du CAC-40 – Par (...)

L’Arbre Neymar ne doit pas occulter la forêt du CAC-40 – Par Floréal

Le pactole colossal versé par le Qatar pour « acheter » Neymar (reconnaissons que dans le domaine du sport-spectacle, le langage esclavagiste du capital est totalement décomplexé !) vise surtout à permettre à la pétromonarchie suspecte de financer l’extrémisme religieux de se refaire une virginité internationale sous le masque du plus grand club « parisien ».

N’empêche : du point de vue socio-économique, l’ « achat » de Neymar et le « salaire » énorme qui va lui être versé, sans compter les retombées des produits dérivés, est une vraie gifle pour les cinq millions de chômeurs, pour les millions de précaires, pour les « travailleurs pauvres » et pour les dix millions d’individus qui vivent en France sous le seuil de pauvreté. Surtout quand de surcroît, le gouvernement euro-macronien ne sait plus quoi faire pour raboter les acquis sociaux, bloquer les salaires, détruire les services publics, diminuer les pensions et complaire au MEDEF…

Cela dit, disons tout net que la dénonciation médiatique unilatérale de Neymar et des très hauts revenus pseudo-salariaux dans le domaine du sport ne saurait être notre « tasse de thé ». Quand les actionnaires du CAC-40 en arrivent à ne plus payer d’impôts en France alors qu’ils se gavent de privatisations, de cadeaux fiscaux, de sous-traitance esclavagiste et de délocalisations ravageuses, quand Carlos Ghone détourne à son profit une part non négligeable de la plus-value produite à grand peine par les ouvriers de Renault, quand les 280 000 foyers français les plus riches se gaveront cette année (en moyenne) de 15 000 euros de cadeaux fiscaux nouveaux offerts par Macron alors que les étudiants titulaires d’APL verront raboter leur maigre allocation, la question centrale en France reste bien celle du rapport capital/travail en général : en clair, celle de l’exploitation, voire de la surexploitation capitaliste des ouvriers, des employés, des techniciens, des cadres moyens, des ingénieurs, des petits et moyens fonctionnaires, des chercheurs, mais aussi celle des paysans, des artisans, des travailleurs « ubérisés », des prétendus « auto-entrepreneurs » et de tous ceux qui mesurent encore mal à quel point leur sort réel les rattache au monde prolétarien…

L’indigne marchandisation des sportifs, avec toutes les dérives qui sont à l’arrière-plan sur le plan biomédical et pharmaceutique (avons-nous déjà oublié Armstrong et croyons-nous une seconde que le foot soit plus propre que le cyclisme ?) doit donc être comprise sous cet angle : non pas comme un moyen de couper court à la mise en accusation de l’aberrant et suicidaire mode de production capitaliste, mais comme un symptôme supplémentaire de l’insulte permanente à la dignité humaine que représente à notre époque ce système grossièrement prédateur où l’on vend de l’homme comme on vend des gadgets ou des clés de douze !

On peut évidemment comprendre l’attachement de millions de gens à « leur » club, qui reste parfois le seul ancrage visible pour leur identité collective mise à mal : quand le capital broie les hommes, les langues nationales, les pays, la mémoire des luttes, la conscience de classe – souvent avec la complicité honteuse d’organisations qui sont censées les promouvoir ! – faut-il s’étonner que certains concitoyens en arrivent à ne plus se vivre en « nous » qu’à travers le « maillot » d’un club professionnel… Alors même que ni les joueurs, ni l’entraîneur (pardon : le « coach »), ni les capitaux ne sont du crû et qu’en conséquence, investir ledit club d’une fonction de porte-drapeau identitaire et « local » est une pure fiction. Qu’est-ce au final que le PSG a de « parisien », l’OL de « lyonnais », l’OM de « marseillais », si ce n’est – et encore ? – leurs tiroirs-caisses respectifs ? Ainsi va l’ « identité » par gros temps néolibéral…

Mais ce n’est pas ces millions de supporteurs, au comportement la plupart du temps très « bon enfant », qu’il faut accabler de mépris alors que, avouons-le, bien des intellectuels qui méprisent le foot, ont leur armoire « identitaire » pleine d’idoles (européistes, bellicistes, anticommunistes, antimarxistes, technomaniaques…) qui sont souvent bien plus dangereuses pour la paix et pour la planète !

Et si on convertissait toute l’énergie négative que les médias veulent nous faire déverser sur Neymar, en énergie positive et revendicative pour que l’EPS, parente pauvre de la contre-réforme du collège, dispose à nouveau de la considération et des moyens nécessaires pour favoriser l’accès de millions de jeunes à des formations physiques et sportives de qualité, effectuées dans un esprit d’ouverture aux autres, de refus du chauvinisme et de lien structurant avec toutes les autres disciplines qui forment la culture humaine « en marche » ?

Floreal – 3 août 2017

https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/larbre-neymar-ne-doit-pas-occulter-la-fort-du-cac-40-par-floral/


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • pipiou 4 août 21:27

    « le langage esclavagiste du capital est totalement décomplexé ! »
    Franchement je ne crois pas que Neymar souffre beaucoup de sa condition d’esclave smiley

    Tout le monde ne peut pas être Neymar, par contre tout le monde peut être actionnaire du CAC40, y a que Taktak qui n’est pas au courant.


    • egos 4 août 22:43

      Se faire (r)acheter pour toucher 30 mls € de revenus annuels, plus avantages,

      plus d’un serait prêt.

      • JL JL 5 août 08:29

        Les dividendes versés par les entreprises du CAC40 ont été multipliés par cinq cependant que leur chiffre d’affaire est demeuré constant. 

         
        Cherchez l’erreur !

        • JYL83 5 août 12:17

          J’approuve la plupart des articles de taktak et je suis en général complètement sur les positions du PRCF.

          Cependant je désapprouve la tonalité de cet article qui tend, indirectement à excuser les stars du foot, leurs salaires indécents et à plaindre la « merchandisation » de leur corps (les pauvres ... !) . Qui tend aussi à excuser les supporters ( « bon enfant » !) et leur attachement identitaire et chauvin à un club.
          Les Neymar et autres vedettes font plus pour l’abêtissement du peuple que les médias aux ordres ou les politiciens du capital. C’est d’ailleurs la fonction idéologique première de la promotion dont ils font l’objet. Ils sont l’instrument de la corruption des esprits, ils éloignent de la lutte et de la prise de conscience de classe. Il font fantasmer sur la réussite individuelle, l’argent facile et les dieux. Tout révolutionnaire se doit de les combattre et vouloir excuser le foot sous prétexte que c’est un spectacle qui a la faveurs des ouvriers me semble être une grave erreur. 

          • Aristide 5 août 18:22

            @JYL83


            Tout révolutionnaire se doit ...


            C’est toujours comme cela que commence le processus révolutionnaire qui aboutit à une élite autoproclamée qui sait ce qui se doit ... et ce qui ne se doit pas et impose sa vision à tous. Des idées aux spectacles, de l’économie aux mode de vie, ... le révolutionnaire sait ce qui se doit ... 

            Affligeante prétention à régir la vie et les loisirs de millions de personnes qui sont loin d’être éblouis mais qui prennent ce sport pour ce qu’il est : un spectacle. Ce ne sont pas des révolutionnaires qui savent ce qu’il se doit ...


          • JYL83 5 août 19:53

            @Aristide
            Non, Aristide. Je n’ai aucune prétention à régir la vie de qui que ce soit en écrivant « un révolutionnaire se doit ... ».

            Si je dis « un curé se doit d’être chaste », je ne demande pas à tout le monde d’être chaste. je dis simplement que son rôle à lui est de l’être.
            Or le rôle de quelqu’un qui se pense révolutionnaire au sens anti-capitaliste du terme, c’est de lutter contre l’abrutissement des gens qui pourraient se révolter, abrutissement mené (entre autres) à coups de vedettes de ci ou de ça ou d’embrigadement dans des hystéries de masse. Mais je n’ai aucune prétention à vous faire embrasser ce rôle.

          • Aristide 6 août 11:58

            @JYL83

            Vous n’avez envie de régir la vie de quiconque mais vous traitez les « gens » d’abrutis, etc ....


            Ce déni est assez symptomatique de votre prétention à savoir ce qui « abrutit » le peuple. Ce qui est assez paradoxal chez le révolutionnaire en chausson, c’est cette idée assez ... nauséeuse sur un peuple qui n’aurait aucun libre arbitre, idiots incapables du moindre discernement, ...

            Vous qui vous réclamez de ce peuple pour son bien et son émancipation, sachez que vos « hystèries de masse », « embrigadement », « vedettes », « abrutissement » sont assez mal placés pour qualifier les « gens » comme vous dites. Ben, non, ce peuple est plus lucide que vous ne croyez, s’il applaudit à un footeux, un chanteur, ou je ne sais quoi, il sait très bien que c’est un spectacle, il ne vit pas par procuration une vie rêvée, ... contrairement à quelques révolutionnaires aveuglés par « ce qui se doit pour en être ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès