• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’avancée du 100% monnaie

L’avancée du 100% monnaie

Martin Wolf, éditorialiste du Financial Time, dans un article du 24 avril 2014 intitulé " Strip private banks of their power to create money " (que vous pouvez retrouver sur ce lien) pense que la prochaine crise verra la mise en place d’un système monétaire à réserves totales (100% money) : "This will not happen now. But remember the possibility. When the next crisis comes – and it surely will – we need to be ready" ("ceci ne va pas advenir aujourd’hui. Mais souvenez-vous de cette possibilité. Quand la prochaine crise arrivera – et ça aura lieu – nous avons besoins d’être prêts")

Il faut dire que depuis quelques années cette proposition imaginée par Irving Fisher en 1936 lequel tirait les conclusions de l’ensemble des débats entre l’École de la circulation et l’École de la banque (Currency school et Banking school) revient dans la réflexion des économistes et sans doute bientôt dans le public : nous ne pouvons que nous en réjouir.

En France Maurice Allais reprends la proposition de Fisher en l’améliorant (dans "la crise mondiale d’aujourd’hui") . Christian Gomez l’un de ses anciens élève devenu "grand banquier" écrit un article fondamental sur ce sujet ("Une "vieille" idée peut-elle sauver l’économie mondiale ?" Un réexamen de la proposition d’une réforme radicale du système bancaire : L’imposition d’un coefficient de réserves de 100% ") . Gabriel Galand (de "Chômage et monnaie") présente lors du colloque monnaie des économistes atterrés en mars 2012 "Une monnaie à garantie totale, une vieille idée qui fait son chemin" . Votre serviteur pour sa part tente une vulgarisation de ces propositions en lui attribuant un nom plus accrocheur : le SMART (Système Monétaire A Réserve Totales)

En 2012 toujours, deux économistes du FMI, Jaromir Benes and Michael Kumho, publient en anglais une étude extrêmement détaillée et approfondie " The Chicago Plan Revisited " que résume Gaël Giraud dans la "Revue Banque" sous le titre "Rendre le monopole de la création monétaire aux banques centrales ?", et dans lequel il explique que cette étude "montre [...] que le 100% money remplirait très probablement ses promesses s’il était mis en œuvre : réduction de l’amplitude du cycle du crédit, disparition du risque de bank run, réduction des dettes publique et privée".

Réserver à la collectivité les gains de la création monétaire
- L’émission et l’utilisation de la nouvelle monnaie – totalement gratuite (sans intérêts) – fait partie des prérogatives du Gouvernement, du Parlement et de la Banque Centrale, mais toute autre formule démocratique qui aurait son mot à dire sur la quantité de monnaie annuellement créée peut être mise en place (ie ; intervention de la Cour des Comptes par exemple). C’est en définitive le Trésor Public qui en est destinataire et ce montant annuel (de quelques pour cents de la masse monétaire déjà en circulation soit pour fixer une idée, entre 50 et 100 milliards d’euros annuels pour notre pays) correspondant à une recette de l’État. Celle-çi augmentera d’autant les capacités d’investissement collectives : on retrouve ici d’ailleurs une idée proche de celle du néochartalisme.

- D’autres avantages plus techniques sur lesquels je ne m’étendrai pas ici, et en particulier la possibilité (il s’agit d’un choix politique) de "geler" environ 2/3 de la dette publique.

Une organisation bancaire bien différente.

- Les banques de dépôt (les "Compagnie de Service Monétaire" ou CSM, dans la terminologie de Christian Gomez) devront observer un coefficient de réserves de 100 %. Tous les comptes de chèques ne pourront faire circuler que de la monnaie déjà "en caisse". Le but est d’aligner toutes les formes de monnaie bancaire sur les billets de la Banque Centrale et d’inverser la règle actuelle qui veut que "les crédits font les dépôts". La monnaie sera remise aux banques de dépôts contre la partie de leurs actifs qui correspond à leurs prêts : il y aura donc substitution de cette monnaie aux titres des banques et un coefficient de réserves de 100 % sera appliqué à tout moment.

- Les dépôts étant entièrement reliés aux réserves, tous les instruments de paiement se comporteraient comme s’il s’agissait d’une circulation de monnaie de Banque Centrale (monnaie fiduciaire) .

- L’épargne serait gérée par un autre type de banques, les banques de prêts, intermédiaires entre les emprunteurs et les épargnants, sans aucune capacité pour elles d’utiliser l’épargne pour spéculer ni de prêter des sommes dont elles ne disposeraient pas.

Cerise sur le gâteau

Nos amis Suisses de VOLLGELD INITIATIVE, terminent la préparation (100 000 soutiens nécessaires et un peu de moyens financiers) d’une "initiative monnaie pleine" qui devrait aboutir à une votation nationale (et on peut se poser une question à cette occasion : à quand la mise en place du Référendum d’Initiative Citoyenne qui nous manque cruellement en France, soit disant phare de la démocratie ?)

Lors du lancement officiel de l’initiative nous essayerons de donner le maximum d’impact médiatique à cette véritable révolution en préparation et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour expliquer tous les avantages de ce qui se retrouve selon les pays sous les termes de "monnaie pleine", "positive money", "100% money", "monnaie utile", "pouvoir monétatif" et "SMART". Mais il s’agit toujours à quelques détails près de la même proposition : les entreprises privées ne doivent plus disposer du droit d’émettre la monnaie, notre monnaie.

Article paru le 13 mai 2014 sur le blog http://www.gaullistelibre.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • Marc JUTIER Marc JUTIER 18 mai 2014 18:47

    Et qui est le seul candidat à l’élection présidentielle en France à proposer le 100 % monnaie ?

    - Plaidoyer pour un nouveau projet socialiste :

    . Version en ligne : http://bit.ly/H1eUB6 (+ de 5.000 views)

    . Version intégrale : http://fraternitecitoyenne.blog4ever.com (blog du cercle de réflexion à l’origine du programme)

    . Page fb du Plaidoyer pour un nouveau projet socialiste

    - Autres liens :

    . Pétition - Pour que l’argent serve au lieu d’asservir : http://chn.ge/MMb6En (1.148 signataires)

    . Bernard Maris dévoile le secret de la création d’argent par les banques : https://www.youtube.com/watch?v=B6H2v4DaEyo

    "Il existe de nombreuses manières d’organiser un système bancaire, celle que nous utilisons aujourd’hui est la pire de toutes" M. King, gouverneur de la Banque d’Angleterre de 2003 à 2013

    Chèr(e) concitoyen(ne),

    Je suis candidat à la candidature pour les primaires citoyennes organisées par le PS en 2016 en vue des élections présidentielles de 2017. Ces primaires auront très probablement lieu car « Au PS, le doute s’installe sur Hollande ». J’ai envoyé le courriel ci-joint aux 285 maires socialistes des villes de plus de 10.000 habitants ; pour être effectivement candidat à ces primaires, il faut en convaincre une quinzaine d’ici l’été 2016 de parrainer ma candidature.

    Au delà de cet objectif, nous ne négligeons pas de faire campagne auprès de tous nos concitoyens (la primaire est citoyenne et donc tous les citoyens français pourront voter). Merci de vous intéresser à ma candidature. N’hésitez pas à me demander une copie papier du programme, merci de le faire connaître ainsi que le courriel que vous avez sous les yeux. Si vous voulez faire partie des citoyens qui soutiennent ma candidature à l’élection présidentielle de 2017, merci de le confirmer par e-mail. Lettre en ligne ici : http://marcjutier.over-blog.fr/elysee2017.html

    Bien à vous & amitiés socialistes.

    Marc Jutier
    mjutier@orange.fr

    °° Mandataire de la motion 4 pour la Dordogne

    °Site Articles Livres Vidéos Documents  Blog NC2012°

    °°°°°°°°°° « Rien n’arrête une idée dont le temps est venu » V. Hugo °°°°


    • clermontparis 18 mai 2014 19:46

      Votre projet est peut-être bon mais vous partez avec un handicap quasiment insurmontable aujourd’hui. Il contient dans son titre le mot « socialiste » .
      Pour qu’on vous lise vraiment proposez la reconnaissance du vote blanc comme suffrage ayant valeur identique aux suffrages exprimés .
      Et si vous rajoutez le référendum populaire je m’inscris sur les listes électorales ...


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 18 mai 2014 19:51

      Cher Démostène,

      Cela va peut-être te surprendre mais je suis assez d’accord avec toi ! La question que je me suis longtemps posée c’est comment se débarrasser de cette clique vendue aux banksters ?

      J’ai milité de 2005 à 2011 pour une primaire à gauche du PS avec le PC donc … peine perdu ! Je crois aujourd’hui que la seule stratégie possible pour devenir président et donc pour vraiment changer quelque chose à la politique économique de notre pays (étant donné notre constitution !) c’est de participer aux primaires socialistes. Je suis entré au PS pour ça en 2011. Aucun homme seul peut combattre des machines électorales comme celles du PS ou de l’UMP. Maintenant, si je ne trouve pas 15 maires socialistes de villes de plus de 10.000 Habitants (parmi 285 environ) assez courageux pour soutenir ma candidature et bien … tant pis pour la France !


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 18 mai 2014 20:03

      Cher clermontparis,

      « la reconnaissance du vote blanc comme suffrage ayant valeur identique aux suffrages exprimés » Et « le référendum populaire » sont inclus dans les propositions que nous proposons dans notre programme. Vous les trouverez dans la section 1 – Démocratie & institutions.

      Quant au mot socialiste, même s’il a été profondément galvaudé, cela reste le mot qui s’oppose historiquement au mot capitalisme.

      Et vous l’avez compris, je crois qu’il devient urgent de se débarrasser du capitalisme !


    • Bergegoviers Bergegoviers 18 mai 2014 21:25

      « Quant au mot socialiste, même s’il a été profondément galvaudé, cela reste le mot qui s’oppose historiquement au mot capitalisme.

      Et vous l’avez compris, je crois qu’il devient urgent de se débarrasser du capitalisme ! »


      Soyez donc plus courageux dans votre message et dites le fond de votre pensée, cela plaira aux électeurs puisque c’est d’une simplicité religieuse : Au nom du Bien je lutterai contre le Mal.


      Cela vous permettra en effet de refuser tout débat avec le Mal (celui qui défend une opinion différente de la votre), sans quoi vous allez vite lasser en couinant que vous êtes « la vraie gauche » et autres balivernes malhonnêtes et incultes que, du PC au FN depuis la fille, la classe politique entière nous récite depuis des années.


      On ne change pas un système politique en proposant une variante d’une idéologie reconnue immonde par l’écrasante majorité de ceux qui ont vécu sous son joug implacable.


    • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 07:38

      Cette publicité politique sur ce sujet est insupportable... tu es un vrai coucou qui vient pondre ses oeufs dans le nid des autres et actuellement tu fais plus de mal que de bien à cette idée du 100% monnaie. Et non, tu n’es pas le seul « candidat à l’élection présidentielle »  à défendre le 100% M, car tu n’es pas candidat, tu es candidat à la primaire du PS ; c’est pas pareil. Tu le sera vraiment lorsque tu auras passé le cap des primaires socialistes et que tu seras donc le représentant des Pseudo Socialistes... et bonne chance !


    • Marc JUTIER Marc JUTIER 19 mai 2014 09:30

      Cher AJH,

      Je ne vois pas pourquoi je ferais plus de mal que de bien à l’idée du 100 % monnaie qui, d’ailleurs, n’est pas ta propriété ! ?

      Je sais, tu es fan de NDA (je suis d’ailleurs certainement plus gaulliste de gauche que lui !) Mais, 1/ il ne soutien pas le 100 % monnaie et 2/ il ne deviendra jamais président ! Bref, tu perds ton temps à soutenir ce mec. Maintenant, oui je suis candidat ! Et ce n’est pas parce que je n’ai pas gagné la primaire socialiste (ni même que je suis certain de pouvoir y participer) que je ne suis pas candidat !

      Quant au coucou, je ne vois pas le rapport ! Agoraravox n’est pas un nid et nous ne sommes pas des oiseaux !! 


    • kalon 19 mai 2014 21:43

      Plutôt pauvre comme réponse pour un homme qui souhaite faire de la politique.


    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 18 mai 2014 19:38

      Si nous étions dans un monde rationnel, votre article serait engageant et de nature à donner espoir.
      Mais sommes-nous dans un monde rationnel ?
      Au moment où des décisions doivent être prises, qu’est-ce qui prime ?
      La raison ou la force ?
      Nous savons tous que c’est la force.
      « Might is right » comme on dit en langue anglaise.
      Et qui a le pouvoir ?
      Ceux qui ont l’argent et les médias.
      Qui a l’argent et les médias ? : les banques privées, qui, ne serait-ce que par les hommes qu’elles y placent, contrôlent aussi les banques centrales, n’est-ce pas ?

      Dès lors, quelle chance avons-nous que la vieille mais bonne idée du 100% monnaie fasse son chemin et devienne une réalité ?

      Aucune.
      Je pense qu’on a fait des guerres mondiales pour moins que ça.
      Nous n’avons pas d’homme politique apte à imposer ça « à froid », avant la catastrophe.
      Après, bien sûr, tous les espoirs sont permis.
      Mais peut-on encore appeler cela « espoir » ?


      • izarn izarn 18 mai 2014 20:09

        Pire que ça, l’idée est fausse...Sauf si vous avez de la monnaie qui sort de terre : Le pétrole.
        A ce moment la en effet, pas besoin de faire de la monnaie...


      • Rensk Rensk 18 mai 2014 22:01

        Les billets de banques ne viennent pas du fond de la terre comme le pétrole, ils sont fait d’arbres et de technologie « poussée »... la preuve ; (ils sont habitué comme avec bombardier et les wagons de train) le Canada (plein d’arbre de mauvaise qualité) a dépassé la date de livraison de son papier pour imprimer les nouveaux billet de banques de Suisse...

        Certain osent même penser que le pays est en relation direct avec la mafia qui imprime des faux billets de 100.-, histoire de se partager le magot sur le dos des autres !


      • kalon 19 mai 2014 05:05

        « La raison ou la force ? »

        La force de la raison ! smiley 


      • kalon 19 mai 2014 05:08

        En Islande, il a suffit de mettre quelques banquiers en prison pour que tout revienne dans l’ordre des choses.


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 mai 2014 05:20

        @ kalon

        Ce qui s’est passé en Islande s’appelle une révolution vu que c’est le peuple qui réécrit la constitution.
        En France rien de tel ne pourra arriver avant la guerre, civile ou autre...


      • kalon 19 mai 2014 06:45

        Bof, ce ne sont pas les mots qui comptent, ce sont les résultats !

        Et je ne pense pas qu’il faille modifier une constitution pour mettre un banquier en prison ! smiley


      • kalon 19 mai 2014 06:50

        Outre, qu’a mon avis, il n’y a rien de révolutionnaire a ce que le peuple écrive la constitution.

        Le fait même d’écrire une constitution doit être dévolu au peuple afin de se garantir ses droits face aux abus de pouvoir de ses élus.

        Faire écrire une constitution par les élus consisterait a faire écrire un règlement de chasse par les braconniers ! smiley


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 mai 2014 11:44

        @ kalon

        Je vois que nous nous comprenons. Vous avez dû écouter Chouard. Dès lors, vous pouvez imaginer qu’ayant laissé écrire notre constitution par les braconniers de la finance ou, plus exactement, leur laquais politiciens, c’est bien une révolution qui sera nécessaire pour mettre des banquiers en prison.

        Observez qu’en dépit de tous les scandales financiers aux USA, aucun banquier n’est allé en prison. Les politiciens corrompus font semblant de trouver acceptable que les banques payent des amendes (payées en billets tout droit sortis de l’imprimante) et tout le monde est content sauf le bon peuple.

        Conclusion, la révolution il la faudra !


      • kalon 19 mai 2014 17:54

        Chouard ? non, je ne le connais que de nom.

        En fait, j’ai beaucoup lu dans ma longue jeunesse et, aujourd’hui, il me semble que trop lire n’est pas l’idéal si l’on veut garder une certaine originalité d’esprit face aux multiples pensées uniques qui se font jour.

        En fait, j’essaye de voir et d’analyser le système de l’extérieur, d’en avoir une réfléxion « latérale » si je peux m’exprimer ainsi.

        Etant évident qu’un minimum d’information reste nécessaire mais plutôt sur la forme que sur le fond.


      • kalon 19 mai 2014 17:57

        Et puis, la plage serait ’elle sous les pavés ? smiley


      • Camille DESMOULINS Camille DESMOULINS 21 mai 2014 21:24

        Bonjour Luc-Laurent,
        Vous me semblez bien jeune sur la photo : pour vous, l’espoir n’est pas seulement permis, mais quasi-obligatoire ! smiley Je ne sais plus qui disait que le désespoir est une trahison envers l’avenir.
        Vous avez mis le doigt sur le nœud du problème : le pouvoir. C’est la raison pour laquelle nous tentons d’obtenir le référendum d’initiative populaire (www.article3.fr) comme en Suisse. Ça n’empêchera pas les riches de tenter d’influencer les votations, mais c’est quand-même plus difficile que le lobbying lorsqu’il ne s’exerce que sur une poignée d’élus corruptibles... (ils ont perdu, en mars 2013, quand 2/3 des citoyens ont voté pour l’interdiction des rémunérations abusives, par exemple, ou en 2005 quand le peuple a imposé un moratoire sur les OGM : Monsanto doit être content que le référendum d’initiative populaire ne soit pas universellement répandu... pour le moment !)
        Avec l’initiative « monnaie pleine », le pays des banquiers va peut-être renverser la dictature de la finance, sans effusion de sang, par un simple vote. Ce serait un comble, non ? smiley


      • izarn izarn 18 mai 2014 20:03

        Le hic de cette option, c’est que 100% de reserve ; on ne prete ce que l’on a, si cela empeche les crises, cela empeche toute augmentation de richesse. Fondamentalement c’est idiot, car sans fabriquer de la monnaie, pour investir, il faut bien prendre cet argent quelque part : Les travailleurs ! Petits salaires, gros dividendes, ce qui permet d’investir. Le bon capitalisme de grand papa ! Enfin, a-t-il jamais existé ? Sauf sous le III ieme Reich ?
        C’est l’erreur monumentale de Jorion, quand à Allais, il me semble qu’on l’interprete de manière étrange. Il a critiqué le trop de monnaie crée « ex nihilo ». En effet, plus le ratio est important, 2% d’actif pour couvrir 98% de crédit c’est du suicide annoncé. Sauf si les chefs de Kerviel avaient prévu à l’avance que Sarkosy sortirait en garantie pour les banques des centaines de milliards d’euros. Et hop ! l’Etat en otage !
        Aprés la IIieme guerre mondiale, il a fallu reconstruire. Il n’était pas question d’attendre que le capitaliste mette 40 ans avant de tout reconstruire en pressurisant un max le populo...Donc crédit obligatoire.
        Quand le Système a stoppé dans les années 80, on a commencé a faire deux stratégies : Attaquer les acquis sociaux et ensuite libérer un crédit démentiel pour faire croire que ça avançait encore.
        Désormais on est au bout du rouleau, et la reprise vous pouvez l’attendre encore 50 ans...
        Si on reste dans ce système.


        • Rensk Rensk 18 mai 2014 21:44

          C’est compliqué a souhait...

          En gros nous sommes déjà sur ce chemin, Bâle 2 n’est pas appliqué par les USA mais ils viennent « parler » a Bâle

          Concernant Bâle 3 avec ses 8% de fond propre nous avons déjà réveillé nos politiciens pour instaurer un fond propre de 19% en 2019 aux « too big too fail » et 12% pour tous les autres... en gros quoi car c’est justement compliqué a souhait !

          Concernant le crédit, vous parlez en tant qu’esclave de la propagande des lobbyistes bancaire et assureur (car les deux sont très liés)...

          Ici un exemple de la complication voulue par (et regardez le pourcentage utilisé par la FINMA) l’organisme qui doit légalement contrôler les banques...

          4.2.1.1.1
          Positions résultant de transactions non exécutées (art.76 OFR)
          Les positions résultant de transactions non exécutées qui se déroulent selon le principe « Livraison contre paiement » ou « Paiement contre paiement » sont, comme auparavant, enregistrées sur le formulaire SETT, puis les exigences de fonds propres sont reprises sur les formulaires CA (CASACH resp. CASABISIRB). Désormais, les positions ne sont plus déduites des fonds propres pris en compte,
          mais soumises à une pondération - risque de 1’250%. Pour les risques de règlement, cela signifie que les positions qui sont traitées d’une autre manière et pour lesquelles la contre-prestation n’est pas
          fournie dans les cinq jours (art.76 al.2 let.b OFR) font désormais l’objet d’une pondération-risque de 1’250% et que ces positions pondérées en fonction des risques doivent être enregistrées directement dans les formulaires CA (et non plus traitées par une déduction des fonds propres comme sous l’ancien droit).

        • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 07:47

          " Le hic de cette option, c’est que 100% de reserve ; on ne prete ce que l’on a "

          Vous n’avez sans doute pas bien compris que la Banque Centrale (Banque de France dans notre cas) peut émettre et mettre en circulation dans l’économie (via le Trésor Public et pourquoi pas via les Banques de Prêts) toute la monnaie qu’elle veut (ce qui ne veut pas dire n’importe quelle quantité et si par hasard on s’apercevait qu’il y en aurait trop, il est facile et rapide au Trésor Public de ne pas remettre en circulation une partie des recettes fiscales : c’est le meilleur système de régulation de la masse monétaire).

          Pour ce que propose Allais, lisez donc ceci : http://osonsallais.wordpress.com/resume-des-propositions/


        • Claude Simon Claude Simon 18 mai 2014 20:04

          La seule façon viable de faire du 100% monnaie est de donner ce droit à l’individu, l’entreprise et l’état en décorrélant symbole et valeur monétaires comme je l’ai expliqué ici :


          • Xenozoid Xenozoid 18 mai 2014 20:09

            c’est pour cela que les lois existent,pour mieux les contredire, ce que fait le pouvoir tous les jours,pauvre esclaves attachés dans des dédales de lois que seule c’eux qui les font savent contourner,pauvre peuple qui n’est rien,juste un point dans une banque .......


            • Bergegoviers Bergegoviers 18 mai 2014 21:29

              Vous semblez avoir de la situation une compréhension du monde actuel bien plus étendue que l’auteur de cet article bisounours.



            • Rensk Rensk 18 mai 2014 22:14

              @ André-Jacques Holbecq,

              Vous devez constater que peu de gens savent de quoi vous parlez... et que la vue sur les choses sont très différente d’un pays a l’autre...

              Il y en a qui « surfent » pour se présenter sans même parler directement de votre article (il renvoie a des lien, ailleurs quoi, pas lui mais d’autres)...

              Vous parlez de nous... Nos amis Suisses de VOLLGELD INITIATIVE, terminent la préparation (100 000 soutiens nécessaires et un peu de moyens financiers) d’une « initiative monnaie pleine »...
              Mais sachez que même chez-nous (qui avons l’habitude de voter des lois) il faut sacrément vulgariser pour que le peuple sache, dans les faits, ce qu’il vote au juste !


              • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 07:19

                Bonjour

                Sans doute exact, mais il y a 5 ou 6 ans peu de gens connaissaient l’arnaque de la dette publique et le fait que celle ci « contient » 75% d’intérêts cumulés (que nous aurions pu éviter par exemple avec le SMART) ... il y en a un peu plus maintenant.

                Mais il y a 5 ou 6 ans, peu de gens savaient qui fabriquait la monnaie ; il y en a un peu plus maintenant qui savent que ce sont les banquiers privés lors de monétisation d’actifs non monétaires.

                J’ai bon espoir pour le 100% monnaie / SMART : on relaiera aussi les étapes de la votation suisse (qui aura bien lieu , mes contacts me le confirment)


              • lsga lsga 19 mai 2014 10:15

                Rensk, tu ne m’as toujours pas dit si oui ou non tu crois à l’existence des camps d’extermination nazi ?


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 mai 2014 11:52

                @ Isga,

                Le fait de poser une question aussi fermée, aussi peu « discutable » et aussi propice à la démonisation évoque la volonté de puissance typique des petits serviteurs zélés des totalitarismes.
                Etes-vous sûr de ne pas verser dans ce registre ?


              • lsga lsga 19 mai 2014 11:54

                pas compris Luc : penses-tu oui ou non que les camps de la mort ont existé ? 

                 
                c’est très simple comme question, on y répond avec un oui ou un non. Je vais te la poser partout à toi aussi maintenant. 

              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 mai 2014 17:11

                « Je vais te la poser partout à toi aussi maintenant. »

                Merci Isga de répondre si clairement à ma question.

                Tu es bien de ces petits serviteurs zélés des totalitarismes.

                Du temps de Staline, il y avait une foultitude de petits Staline dans l’administration soviétique qui cherchaient à exercer/jouïr au maximum le/du pouvoir dont ils disposaient. 

                Tout porte à penser que tu aurais été le meilleur d’entre eux... smiley


              • Spartacus Spartacus 18 mai 2014 22:23

                On est pétrifié de la bêtise de ces pseudo-économistes qui vous pondent des articles à toutes les sauces basées sur les théories Keynésiennes et Marxistes. 

                C’est toujours politiquement vendeur. Il y a les « méchants banquiers », et on peut s’abstenir de travailler et créer des richesses, et simplement en changeant de monnaie. Tellement simple ! Avec eux c’est presque caricatural, on rasera gratos. Plus de dettes, et le bonheur pour tous. 
                Tellement simple que les bobos y croient encore ! De l’argent tout frais sans valeur richesse derrière. N’est ce pas extraordinaire ? On se demande pourquoi depuis des siècles on y avait pas pensé avant. 

                Si quelqu’un a des doutes sur leur propension des Keynésiens a nous enfumer, vous devez aussi comprendre qu’ils sont aussi la cause des dettes. Selon eux, l’état peut dépenser sans compter des relances et relances, créer des dettes non remboursable pour que l’économie aille mieux. Ca fait 70 ans que les théories de politiciens adeptes de Keynes nous ont amenés ici.

                Bien entendu de la part de Keynésiens il faut que l’état soi la solution même si c’est absurde. Science Po, ENA, éducation nationale en sciences économiques sont les antichambres du prosélytisme de l’enseignement Keynésien. 

                L’argent n’est qu’un consommable comme un autre. Que l’émetteur de monnaie soit public ou privé, ne change rien. Le crédit n’appartient pas à la banque mais à celui qui l’achète. Absurde quand l’auteur explique que la monnaie serait « gratuite » parce que émise par l’état. On se demande qui achètera de l’argent qui rapporte zéro ? Assurance vie ? Obligations d’état ?livret A ? puisque les rendements de ceux ci sont les intérêts de la monnaie.

                Mais il y a une solution bien plus simple que toutes ces inepties ! 
                La monnaie privée, et en plus en concurrence. Émise par des privés comme le Bitcoin. Chacun choisit la sienne. Mais les Keynésiens élevés à la sauce socialiste ne pourraient pas l’accepter, vous comprenez ils sont étatistes et obtus.

                • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 19 mai 2014 05:33

                  « Que l’émetteur de monnaie soit public ou privé, ne change rien. Le crédit n’appartient pas à la banque mais à celui qui l’achète. Absurde quand l’auteur explique que la monnaie serait « gratuite » parce que émise par l’état. »

                  Une telle masse d’inepties en trois lignes, c’est prodigieux.
                  Avez-vous pensé à faire de la politique ou du journalisme économique ?


                • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 07:26

                  Tissus d’absurdité...

                  - La création de richesse est TOUJOURS postérieure à la création de la monnaie nécessaire pour la réaliser.

                  - Les plus grands économistes ont proposé de nouveaux systèmes pour le réformer en cherchant à dissocier la création de monnaie et la distribution du crédit, afin que l’investissement s’ajuste au mieux à l’épargne et que soit ainsi mis fin à l’instabilité chronique des économies. La plupart d’entre eux sont fondés sur un principe : la monnaie en circulation doit être couverte à 100% soit par des espèces métalliques [Ricardo (1820), « Currency School » (1844), Walras (1892), Von Mises (1928), Hayek… Rothbard (1962), de Soto (1998)], soit par de la monnaie de base (« groupe de Chicago » (1933), Currie (1932,1934), Fisher (1935), Friedman (1959), Allais (depuis 1947, 1977), le privilège de la création monétaire étant récupéré dans ce cas là par l’Etat. Cherchez moi le pourcentage de keynésiens dans cette liste ...

                  - Personne « n’achète » la monnaie émise par la Banque Centrale au bénéfice du Trésor Public. C’est le Trésor Public qui l’utilise comme il utilise une recette fiscale, un impôt. Et ensuite cette monnaie « circuitera » dans le circuit économique sans limite de temps puisqu’il ne s’agit pas d’une monnaie de crédit.

                  - Je vous laisse le bitcoin ... LOL


                • kalon 19 mai 2014 07:30

                  La, je ne vous suit pas car suivant votre raisonnement, l’épargne ne pourrait servir comme moyen d’investissement alors que c’est sa principale utilité ! smiley


                • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 08:04

                  "La, je ne vous suit pas car suivant votre raisonnement, l’épargne ne pourrait servir comme moyen d’investissement alors que c’est sa principale utilité ! « 

                  Vous n’avez réellement pas compris ce qu’est un circuit monétaire.
                  Si la BdF (via le Trésor Public) émets 100 md€ de nouvelle monnaie cette année, celle ci sera utilisée dans les paiements de l’Etat (investissements souhaitables du montant émis puisqu’il ne s’agit pas d’un compte séparé avec celui du TP .. encore que ce serait souhaitable). Les 100 vont servir à payer les fournisseurs de l’Etat (entreprises privées sur appel d’offre) et leurs salariés et toute cette monnaie va continuer à circuler . Sur les 100 on aura, disons comme aujourd’hui ou plus ou moins peut être (ca dépends des taux d’intérêts principalement), 17 md€ d’épargne qui va s’ajouter à l’épargne déja existante (environ 600 milliards). Ces + 17 md€ déposés en banque de prêts vont bien servir comme moyen d’investissement ou prêt à la consommation et »le marché« déterminera l’équilibre entre les taux d’intérêts demandé par les épargnants et proposé par les emprunteurs/investisseurs. Et les 83 restant vont continuer à circuler dans l’économie réelle en tant que »monnaie liquide« (je parle de liquidité et non d’espèces) pour satisfaire les besoins de l’économie de consommation sur des cycles »éternels", fonction de la vitesse de circulation de la monnaie.


                • kalon 19 mai 2014 08:41

                  J’admet que là ou mon raisonnement est utopique, le votre à l’avantage d’être pragmatique mais quand bien même une mise fond serait nécessaire en début de cycle, rajouter en permanence de l’argent crée « ex nihilo » ne sait que détruire le système par entropisation !

                  Pour ma part, je pense qu’il faudrait créer différentes unités monétaires suivant l’usage qu’on en fait car actuellement il est anormal que le même argent serve en même temps a garantir les retraites et à spéculer sur les matières premières ou a financer des guerres.

                  Il pourrait exister des passerelles entre ces différentes monnaies, ainsi, de l’argent gagné de façon spéculative pourrait retourné dans le circuit de l’argent nécessaire à la consommation courante mais en étant taxé différemment que de l’argent provenant du travail et placé dans un circuit de dépenses sociales.

                  Soit :

                  Euro rouge = argent spéculatif placé a haut risque

                  Euro vert = argent employé dans la vie courante

                  Euro jaune = argent placé dans les dépenses sociales, etc.

                  Le système monétaire actuel mélange allégrement des pommes et des poires, d’où l’origine des crises conjoncturelles que nous avons connu.

                  Il est anormal que les risques insensés pris par des banquiers douteux aient un impact sur les économies faites pendant toute une vie par un homme prudent !

                  Aujourd’hui, il s’agit de plusieurs crises structurelles qui interagissent dont l’une a le système monétaire actuel comme cause mais il faut gérer les autres crises structurelles également ! 

                  Pour ma part, je pense qu’il faut repenser tout le système économique depuis sa raison d’être originelle car le système actuel n’est plus réparable pour avoir trop servi ! smiley


                • kalon 19 mai 2014 09:31

                  Il serait également utile de faire la distinction entre l’argent emprunté par l’état pour ses dépenses courantes de l’argent emprunté pour ses investissements et faire un rapport entre le rendement futur de ces investissements et la valeur d’amortissement de ces équipements !

                  L’argent emprunté pour les dépenses courantes ne pouvant que s’assimilé à de la création de fausse monnaie ! smiley


                • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 19 mai 2014 09:51

                  @Kalon
                  Effectivement ce serait tout à fait souhaitable.
                  A mon sens il faudrait bien séparer 3 budgets
                  - la répartition sociale (santé, vieillesse, allocations diverses) dont se charge l’Etat , financé par les cotisations sociale et en partie par des recettes fiscales affectées.
                  - le fonctionnement de l’Etat financé par les recettes fiscales (sauf en période de quasi récession où l’émission monétaire
                  - les investissements collectifs qui devraient être financés par l’émission monétaire centrale nouvelle à hauteur de quelques pour cents du PIB annuellement (actuellement c’est de l’ordre de 3%)

                  Dans un premier temps l’émission monétaire centrale devrait servir à payer les intérêts de la dette et une partie du capital emprunté, en gardant 20% pour les investissements.
                  (sur 100 md€ nouveaux annuels, qui est le chiffre raisonnable de monétisation possible, 50 pour les intérêts, 30 pour le remboursement du capital et 20 pour les investissements)

                  Mais in fine ce devrait être au peuple de décider de l’utilisation de cette monnaie collective

                  Mais on peut aussi envisager les choses sous l’angle du néochartalisme et de la finance fonctionnelle de Lerner (voir ici un mémo d’un exposé sur ce sujet)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires