• mercredi 16 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Tribune Libre > L’Esclavage des blancs en Amérique et en Afrique
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(42 votes) Votez cet article

L’Esclavage des blancs en Amérique et en Afrique

Professeur d'histoire sociale italienne à l'université d'État de l'Ohio, Robert C. Davis dans un ouvrage remarquable, fruit de dix ans de travail, une étude sur l'esclavagisme des blancs dont le très célèbre Cervantès racontant les atrocités commises comme les fausses exécutions, et autres tortures que l'on peut écouter sur cette vidéo.

 
L'historien américain Robert C. Davis restitue les conditions de vie de captifs, d'esclaves blancs en Afrique.

 

" L'autre esclavage ", écrit Robert C. Davis, est ainsi devenu " l'invisible esclavage " 

Selon un autre livre passionnant de Giles Milton « Captifs en Barbarie : l'histoire extraordinaire des esclaves européens en terre d'islam parle de de l'horreur qu'a été d'un million d'européens en Barbarie, c'est-à-dire dans l'actuelle Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Libye sur une période de trois siècles dont des Américains enlevés sur des bateaux de commerce et les faits de razzias, de pirateries allant jusqu'au côte d’Islande où près de 400 islandais ont été enlevés.En Août 1816, une imposante flotte de guerre anglaise libéra les captifs en Barbarie, la région allant d'Algérie, au Maroc, en passant par la Tunisie et la Libye 
 
Le journaliste et écrivain Serge Bilé publie un nouveau livre consacré aux grands empires soudanais du Moyen-âge. Son titre : « Quand les noirs avaient des esclaves blancs ».

Un essai qui déjà connaît un gros succès notamment au Québec où il a été bien accueilli, comme en témoigne cet article paru dans le quotidien Le Devoir
 
Ces empires ont en effet vu défiler des souverains très puissants, et certains d'entre eux possédaient des esclaves blancs, comme on désignait à l'époque les Arabes et les Berbères, dont « la couleur de la peau n'avait pas encore été altérée par le métissage que produiront, par la suite, des siècles de concubinage avec les captives Africaines », écrit Bilé..

D’après l'historien Robert C.Davis L'esclavage blanc en Méditerranée (1500-1800). On estime à environ entre un million et 1250000 le nombre d'esclaves blancs détenus, entre 1530 et 1780, sur un territoire s'étendant de l'Algérie à la Libye actuelles. Au XVIe siècle, il y avait donc annuellement plus d'esclaves blancs razziés que d'Africains déportés aux Amériques et ses derniers n'eurent guère de descendants. Ils étaient affectés aux constructions de rues, de digues et autres palais. Cette période dura pourtant près de trois siècles, et n'aurait donc laissé aucune trace...

Dans cette vidéo c'est un constat : le capitalisme s'en fiche de votre couleur de peau...les marchands de chairs humaines ont toujours le même credo, l'argent, et peu importe si cela est sur le dos d'un blanc, d'un indien, d'un noir...d'ailleurs pour eux, tous ce qui peut rapporter de l'argent est valable, que cela par la marchandisation de votre corps via la prostitution, la drogue où autres formes d'esclavagismes.

En anglais mais le propos confirme une déportation vers les colonies.

 
Ainsi un grand nombre de blancs furent déportés vers l'Amérique du nord comme esclave mot qui tire son étymologie du latin médiéval sclavus signifiant « slave » au VIIe et prenant le sens d'« esclave » au Xe siècle.

Comme nous le voyons il y a une véritable méconnaissance historique sur ce qu'a été l'esclavagisme des blancs en Europe et en Amérique du nord mais cet omerta concernent toute autant voir plus l'histoire de l'esclavagisme des blancs en terre d'Afrique, ce sujet est complètement sous l'influence de lobbys confisquant et occultant l'histoire ainsi que les différents esclavagismes qui furent au final toutes abominables.
 
Mais ce que j'ai trouvé fort intriguant c'est de voir que les premiers esclaves d'Amérique du Nord, des Antilles ou d'Australie, dits "indentured", furent des Blancs d'Europe et que cette habitude perdura jusqu'au 19eme siècle, mais quand on regarde de plus près l'histoire de la période industrielle est aussi une longue complainte de souffrance d'une classe ouvrière à peine mieux traitée qu'un esclave par un pouvoir capitaliste qui n'a pas changé d'un iota au cours des siècles et on y trouve un écho partout dans le monde à notre époque...
 

 
source pour écrire l'article
 
 
 



par Lorelei lundi 27 juin 2011 - 49 réactions
17%
D'accord avec l'article ?
 
83%
(42 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par Strawman (---.---.107.22) 27 juin 2011 13:20
    Strawman

    "On estime à environ entre un million et 1250000 le nombre d’esclaves blancs détenus, entre 1530 et 1780, sur un territoire s’étendant de l’Algérie à la Libye actuelles« 

    Rappelons que ce fut la principale raison de la colonisation de l’Algérie : mettre fin à l’esclavage dont Alger était une plaque tournante, et non pas piller leurs ressources ou je ne sais quelle billevesée. Quand un »jeune" issu de l’immigration vient me chercher à propos de la colonisation, je lui demande de d’excuser pour les millions d’européens que ses ancêtres ont réduit en esclavage. Généralement, ça fait son petit effet...

  • Par Clojea (---.---.187.4) 27 juin 2011 14:12
    Clojea

    Bel article, qui démontre bien que la violence et la stupidité n’est pas l’apanage de certains mais bien une énormité planétaire.

  • Par Furax (---.---.97.73) 27 juin 2011 13:14
    Furax

    Je me souviens de Malraux, dans le cadre d’ une série d’entretiens (je crois que c’était « la légende du siècle », avec Guy Suarez) racontant l-histoire de Cervantès.
    Esclave, il ramait sur un bateau arabe qui attaquait les navires de commerce en Méditerranée. Lorsque le commandant du navire ordonna d’accélérer à la vue d’une « proie », un des rameurs se coinça volontairement l’épaule entre la rame et le trou (je ne connais pas le terme exact) dans lequel elle passe. Il fallut l’amputer et il mourut. Le commandant arabe, impressionné, annonça qu’il allait jeter une pièce et que celui sur laquelle elle tomberait serait libéré en hommage au courage du défunt.
    La pièce tomba sur Cervantès..

  • Par gaijin (---.---.114.83) 28 juin 2011 08:52
    gaijin

    kerjean
    il y a des différences entre entre le prolo et l’esclave mais pas celles que vous croyez
    ce qui diffère c’est la forme de la contrainte
    dans le cas de l’esclavage la contrainte est physique
    dans le cas du prolo elle est financière
    l’esclave peut espérer fuir
    le prolo sait qu’il n’ a nulle part où aller

    croyez moi dans les pays comme la chine ils se foutent pas mal de vos distinctions sémantiques
    seulement voilà ça vous fait mal au cul d’admettre que notre mode de vie ne fonctionne que si au bout de la chaîne il y a des gens qui sont taillables et corvéables a merci

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération