Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle (...)

L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo-saxons »

Depuis plusieurs jours, tous les médias de grande diffusion de notre pays consacrent une place considérable à la commémoration du 70e anniversaire du débarquement anglo-américain en Normandie le 6 juin 2014. Cet événement n’est pas seulement l’occasion d’une intense activité diplomatique ; il est également utilisé comme une commémoration omniprésente et sans nuance à la gloire des Alliés, et plus spécialement des Américains.

Bien entendu, nul n’ignore que des milliers de soldats sont morts lors du débarquement de Normandie, essentiellement américains, anglais et canadiens, mais aussi, en plus petit nombre, quelques autres nationalités dont quelques dizaines de soldats français. Ils ont joué un rôle décisif dans la fin de l’Occupation allemande en France et ils méritent à ce titre toute notre gratitude et tout notre respect.

Mais il n’échappe à personne que cet éloge permanent des États-Unis revêt une dimension politique et géopolitique marquée. Affirmer à longueur d’antenne que les États-Unis ont « libéré la France » en 1944 ne peut avoir pour effet que d’assourdir, et même de faire taire, les critiques contre la politique actuelle de Washington. La commémoration avec un tel faste du débarquement du 6 juin 1944 ne peut inciter au contraire qu’à soutenir l’actuelle politique américaine tous azimuts, qu’il s’agisse par exemple des événements en Ukraine ou des négociations sur le Grand Marché Transatlantique.

C’est pourquoi cette opération à grand spectacle – dont les enjeux implicites en terme de propagande sont énormes – doit être examinée sans complaisance. Et nous avons d’autant plus de raisons d’être vigilants que, lorsque Charles de Gaulle était à l’Élysée, il ne fut jamais question de célébrer en grandes pompes cette date du 6 juin.

Le Chef de la France Libre avait même obstinément refusé de commémorer le 20e anniversaire du débarquement, le 6 juin 1964, ce qui avait contraint le président américain Johnson et le Premier ministre britannique Harold Wilson à renoncer à leur venue en France.

En fait, l’Homme du 18 juin refusa toujours de commémorer cette date, que ce fût son 5e, son 10e, son 15e ou son 20e anniversaire. Et s’il avait une position aussi intransigeante – ce qui est a priori incompréhensible pour les jeunes générations – c’est qu’il avait de bien solides raisons pour cela.

Puisque personne, ni sur la scène politique ni dans les médias, n’explique cette attitude, c’est une raison supplémentaire pour que l’UPR le fasse.

Pourquoi Charles de Gaulle refusa-t-il toujours de commémorer le débarquement du 6 juin ?

En réalité, nous savons très exactement les raisons pour lesquelles Charles de Gaulle refusait systématiquement de commémorer le débarquement de Normandie le 6 juin. Il s’en est longuement expliqué devant Alain Peyrefitte, en 1963 et en 1964, alors que celui-ci était son ministre de l’information et qu’il le voyait en tête-à-tête plusieurs fois par semaine.

Il suffit donc de relire les passages pertinents de l’ouvrage de Peyrefitte C’était de Gaulle, tome 2, paru en 1997.

 

—— EXTRAIT DE L’OUVRAGE « C’ÉTAIT DE GAULLE » D’ALAIN PEYREFITTE ——

———– – Tome 2, Édition de Fallois Fayard 1997 – pages 84 à 87 ————-

  • 30 octobre 1963

En nommant Jean Sainteny ministre des Anciens combattants en décembre 1962, le Général lui avait demandé de consacrer son énergie à l’année 1964. Elle était propice à raviver le souvenir de deux des années glorieuses : cinquantenaire de 1914 et vingtième anniversaire de 1944.

À la fin du Conseil du 30 octobre 1963 au Jean Sainteny a évoqué les cérémonies prévues pour la commémoration de la libération, Pompidou me prend à part : « Tâchez de faire revenir le Général sur son refus d’aller sur les plages de Normandie… » Je suis stupéfait et de l’information et de la demande. « Enfin, reprend Pompidou, prenez des précautions… Je m’y suis cassé les dents. »

Sainteny m’apprend ensuite qu’il se les était déjà lui-même cassées. Naturellement, je vais me les casser aussi.

de gaulle Churchill france Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

 

  • « La France a été traitée comme un paillasson ! Churchill m’a convoqué comme un châtelain sonne son maître d’hôtel. » 

Salon doré

Alain Peyrefitte (l’air candide) : « Croyez-vous, mon Général, que les Français comprendront que vous ne soyez pas présents aux cérémonies de Normandie ?

Charles-de-Gaulle (sévèrement) : – C’est Pompidou qui vous a demandé de revenir à la charge ? (Je ne cille pas). Eh bien, non ! Ma décision est prise ! La France a été traitée comme un paillasson ! Churchill m’a convoqué d’Alger à Londres, le 4 juin, il m’a fait venir dans un train où il avait établi son quartier général, comme un châtelain sonne son maître d’hôtel. Et il m’a annoncé le débarquement, sans qu’aucune unité française ait été prévue pour y participer. Nous nous sommes affrontés rudement.

Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie).

Il m’a crié de toute la force de ses poumons : « De Gaulle, dites-vous bien que quand j’aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférerai toujours Roosevelt ! Quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains ! Quand nous aurons à choisir entre le continent et le grand large, nous choisirons toujours le grand large ! » (Il me l’a déjà dit. Ce souvenir est indélébile.)

Winston Churchill choisir entre francaise et americain de gaulle Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

 « De Gaulle, dites-vous bien que quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains ! »

(Winston Churchill)

  • « Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! »

Charles-de-Gaulle : « Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne !

Ils avaient préparé leur AMGOT qui devait gouverner souverainement la France à mesure de l’avance de leurs armées. Ils avaient imprimé leur fausse monnaie, qui aurait eu cours forcé. Ils se seraient conduits en pays conquis.

NOTE : AMGOT = « Allied military government for occupied territories », gouvernement militaire allié pour les territoires occupés

billets americains france Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

billets americains france 2 Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

Comme le révèlent leurs coloris et leur graphisme – très voisins de ceux du dollar – ces billets libellés en francs furent imprimés aux États-Unis, de février à mai 1944, par le Bureau of Engraving and Printing, qui est normalement chargé d’imprimer les dollars américains et les autres documents officiels du gouvernement fédéral. Étant fabriqués aux États-Unis, c’est le papier, l’encre, la matière, la présentation et le format des dollars américains qui servirent de référence.

 Dès les premiers jours suivant le débarquement du 6 juin 1944, les armées américaines commencèrent à distribuer ces billets de banque pour remplacer les billets français émis durant l’Occupation.

Dès le 14 juin 1944, le Commissaire de la République François Coulet, présent en Normandie, fut confronté à cette circulation de monnaie, qui était d’ailleurs mal accueillie par la population. Il recommanda aux banques de les encaisser et de ne pas les remettre en circulation.  

Dès le 27 juin 1944, le général de Gaulle – arrivé entretemps sur le sol français – tapa du poing sur la table en dénonçant cette « fausse monnaie », et en en interdisant la circulation, dès son installation au pouvoir au sein du Gouvernement provisoire de la République française. Cette interdiction alla de pair avec l’effondrement du projet de commandement militaire imposé à la France(AMGOT).

Charles-de-Gaulle : « C’est exactement ce qui se serait passé si je n’avais pas imposé, oui imposé, mes commissaires de la République, mes préfets, mes sous-préfets, mes comités de libération !

Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !

« Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés, nous ne le devons qu’aux Américains. Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue. Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder !

  • « M’associer à la commémoration d’un jour où on demandait aux Français de s’abandonner à d’autres qu’à eux-mêmes, non ! »

Charles-de-Gaulle : « En revanche, ma place sera au mont Faron le 15 août, puisque les troupes françaises ont été prépondérantes dans le débarquement en Provence, que notre première armée y a été associée dès la première minute, que sa remontée fulgurante par la vallée du Rhône a obligé les Allemands à évacuer tout le midi et tout le Massif central sous la pression de la Résistance.

charles de gaulle débarquement de Provence Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

Charles de Gaulle commémore le débarquement de Provence le 15 août 1964 : cf. extrait d’actualités disponible sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/video/CAF94058797

Charles-de-Gaulle : – Et je commémorerai la libération de Paris, puis celle de Strasbourg, puisque ce sont des prouesses françaises, puisque les Français de l’intérieur et de l’extérieur s’y sont unis, autour de leur drapeau, de leurs rimes, de leur patrie ! Mais m’associer à la commémoration d’un jour où on demandait aux Français de s’abandonner à d’autres qu’à eux-mêmes, non !

« Les Français sont déjà trop portés à croire qu’ils peuvent dormir tranquille, qu’ils n’ont qu’à s’en remettre à d’autres du soin de défendre leur indépendance ! Il ne faut pas les encourager dans cette confiance naïve, qu’ils paient ensuite par des ruines et par des massacres ! Il faut les encourager à compter sur eux-mêmes !

Allons, allons, Peyrefitte ! Il faut avoir plus de mémoire que ça ! Il faut commémorer la France, et non les Anglo-Saxons ! Je n’ai aucune raison de célébrer ça avec éclat. Dites-le à vos journalistes. »

Il reprend : « Ceux qui ont donné leur vie à leur patrie sur notre terre, les Anglais, les Canadiens, les Américains, les Polonais, Sainteny et Triboulet seront là pour les honorer dignement. »

NOTE : Sainteny et Triboulet étaient respectivement Ministre des anciens combattants et Ministre de la coopération en 1964.

  • 13 mai 1964

Espérant que le général aura oublié sa vive réplique, ou en tout cas aura oublié que c’est à moi qu’il l’a adressée, je remets la question sur le tapis, 10 mois et demi plus tard, le 13 mai 1964.

  • « Ces messieurs de la presse qui me reprochent de ne pas aller en Normandie 20 ans après, que faisaient-il alors ? Il ne se battaient ni en Normandie, ni ailleurs. La Libération s’est passée sans eux. Elle s’est passée d’eux. »

Alain Peyrefitte : « Ne craignez-vous pas, si nous ne devons pas du moins quelques explications, que votre absence du 6 juin en Normandie soit mal interprétée ?

Charles-de-Gaulle : – Mais je vous l’ai déjà dit ! Il n’a jamais été question que j’y aille ! Je ne suis pas allé pour le cinquième anniversaire ; ni pour le dixième ; ni pour le quinzième. Pourquoi voulez-vous que j’y aille pour le vingtième ? Et j’ai demandé au Premier ministre de ne pas y aller non plus. D’ailleurs, le Premier ministre anglais n’y va pas. Johnson ira pas non plus. Pourquoi irions-nous ?

(Évidemment, Wilson et Johnson n’y vont pas, parce que De Gaulle n’y va pas.)

Alain Peyrefitte : – Eisenhower et Montgomery doivent y aller.

Charles-de-Gaulle : – Ce sont des acteurs, qui se font payer cher à la télévision. »

Finalement, Eisenhower et Montgomery, après avoir annoncé leur participation, ne sont pas venus.

  • 10 juin 1964

Après le Conseil du 10 juin 1964, le Général laisse percer encore son agacement : « Ces messieurs de la presse qui me reprochent de ne pas aller en Normandie 20 ans après, que faisaient-il alors ? S’étaient-ils battus pour que la France recouvre sa liberté, pour qu’elle contribue à sa délivrance ? Que faisaient-ils pendant la guerre ? Il ne se battaient ni en Normandie, ni ailleurs. La Libération s’est passée sans eux. Elle s’est passée d’eux. »

Et lui, il a dû se battre pour que le débarquement ne se passe pas complètement de la France libre. S’il a prononcé son discours de Bayeux le 16 juin 1946, ce ne fut pas pour commémorer le débarquement du 6 juin, mais son débarquement sur les talons des Américains, le 16 juin 1944 à Bayeux.

Il recule son fauteuil, cale son dos. Il a envie de parler.

Vous croyez que les Américains et les Anglais ont débarqué en Normandie pour nous faire plaisir Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

  • « Vous croyez que les Américains et les Anglais ont débarqué en Normandie pour nous faire plaisir ? »

Charles-de-Gaulle : « Vous croyez que les Américains et les Anglais ont débarqué en Normandie pour nous faire plaisir ? Ce qu’ils voulaient, c’était glisser vers le nord le long de la mer, pour détruire les bases des V1 et des V2, prendre Anvers et, de là, donner l’assaut à l’Allemagne. Paris et la France ne les intéressaient pas. Leur stratégie, c’était d’atteindre la Ruhr, qui était l’arsenal, et de ne pas perdre un jour en chemin.

Churchill avait demandé à Eisenhower d’essayer de libérer Paris pour Noël. Il lui avait dit : « Personne ne pourra vous en demander davantage. »

Eh bien si, nous étions décidés à demander davantage ! Le peuple de Paris s’est soulevé spontanément et il aurait été probablement écrasé sous les décombres, comme le peuple de Varsovie, s’il n’avait pas été soutenu. Mais il y avait des hommes qui, trois ans plus tôt, à Koufra, s’étaient juré de libérer Paris, puis Strasbourg. Ce sont eux qui ont libéré Paris avec son peuple.

NOTE  : Leclerc et sa colonne, qui venaient du Tchad pour rejoindre la Tunisie en guerroyant, avaient fait, dans l’oasis de Koufra, le serment de ne pas déposer les armes avant d’avoir libéré Paris et Strasbourg.

  • « Les Américains ne se souciaient pas plus de libérer la France que les Russes de libérer la Pologne. »

Charles-de-Gaulle : « Mais nous n’avions pas l’accord des Américains. Quand j’ai vu que l’insurrection parisienne allait être écrasée par une division allemande intacte qui arrivait de Boulogne-sur-Mer, j’ai donné l’ordre à Leclerc de foncer. C’est ainsi que nous avons évité à Paris le sort de Varsovie. Nous avons obligé les Anglo-Saxons à changer de stratégie. Les Américains ne se souciaient pas plus de libérer la France que les Russes de libérer la Pologne. Ce qu’ils voulaient, c’était en finir avec Hitler, en essuyant le moins de pertes possibles. Ce qu’ils voulaient épargner, c’était le sang des boys, ce n’était pas le sang, les souffrances et l’honneur des Français.

« Effectivement, si les Anglo-Saxons avaient pu mener leur stratégie jusqu’au bout, ils auraient peut-être réussi à frapper l’Allemagne au cœur plus vite. De toute façon, Hitler aurait fini par être battu, et la France aurait fini par être libérée. Mais si les Français étaient restés passifs, et si nous n’avions pas eu de part à la défaite d’Hitler, c’est au bout du compte lui qui aurait vaincu la France. »

— FIN DE L’EXTRAIT DE L’OUVRAGE « C’ÉTAIT DE GAULLE » D’ALAIN PEYREFITTE –

————– Tome 2, Édition de Fallois Fayard 1997 – pages 84 à 87 —————-

 

Ce que Roosevelt et les américains voulaient vraiment faire de la France en 1944

de gaulle ROOSEVELT Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

  •  « Bien entendu, je traite avec Darlan, puisque Darlan me donne Alger ! Demain, je traiterai avec Laval si Laval me donne Paris ! »

(Franklin Roosevelt, Président des États-Unis, le 23 novembre 1942, devant les émissaires de Charles de Gaulle à la Maison Blanche)

Pour comprendre quels étaient les objectifs de Franklin Roosevelt, et des cercles dirigeants américains, quant à l’avenir de la France après le débarquement, il est utile de relire un passage essentiel des Mémoires de Guerre.

Nous sommes en novembre 1942. Les Anglo-Américains viennent de réaliser le débarquement en Afrique du nord française (Opération Torch), d’ailleurs sans en avoir prévenu le chef de la France Libre. L’affaire a été un succès militaire éclatant puisque les troupes françaises (pétainistes) d’Afrique du nord se sont rendues au bout de 48 heures, après avoir fait seulement semblant de se battre.

En revanche, une décision fait scandale, aussi bien au sein des Français Libres réfugiés à Londres que parmi l’opinion publique britannique : le général américain Eisenhower, bien entendu avec le plein accord du président Roosevelt, a décidé de maintenir l’Amiral Darlan, l’un des dauphins de Pétain, au pouvoir à Alger. En somme, Darlan a retourné sa veste et les Américains l’en récompensent en le maintenant dans ses fonctions à la tête de l’Afrique du nord française !

Sitôt la nouvelle connue, Charles de Gaulle décide d’envoyer deux émissaires à Washington pour protester avec la dernière énergie auprès du président Rososevelt. Lequel les reçoit et leur livre une vision de la France d’après-guerre proprement scandaleuse. C’est ce célèbre passage des Mémoires de Guerre :

Il n’en faut pas davantage pour que le Président Roosevelt surmonte, à l’égard de Darlan, les scrupules démocratiques et juridiques que, depuis plus de deux années, il opposait au général de Gaulle. Par son ordre, Clark reconnaît le haut-commissaire et entame avec lui des négociations qui aboutissent, le 22 novembre, à un accord en vertu duquel Darlan gouverne et commande, pourvu qu’il donne satisfaction à ses vainqueurs anglo-saxons.

Sans doute, le Président fait-il publier une déclaration affirmant que les arrangements politiques conclus entre Eisenhower et Darlan ne sont « qu’un expédient temporaire. » Mais recevant, le 23, André Philip et Tixier et s’irritant de leurs protestations, il leur crie : « Bien entendu, je traite avec Darlan, puisque Darlan me donne Alger ! Demain, je traiterai avec Laval si Laval me donne Paris ! »

Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, Tome 2, l’Unité, 1942-1944, chapitre « Tragédie »

Page 48 (édition Plon)

On voit donc bien la collusion qu’il y avait entre les autorités américaines et les autorités du régime de Vichy. Le président Roosevelt et les cercles dirigeants américains voulaient disposer, au sortir de la guerre, d’une France aussi domestiquée que celle qu’avait souhaitée Hitler. C’était finalement un conflit d’impérialisme entre les Américains et les Allemands, rien d’autre.

Et Roosevelt souhaitait promouvoir les pétainistes contre de Gaulle parce qu’il savait parfaitement qu’ils seraient infiniment plus dociles, pour obéir à Washington comme ils obéissaient à Berlin, plutôt que le Fondateur de la France Libre, dont l’intransigeance sur l’indépendance de la France était déjà légendaire.

Cette vision stratégique de ce que devait devenir la France d’après-guerre selon Washington a été confirmée et précisée par Charles de Gaulle, vingt ans après les événements. Toujours à Alain Peyrefitte, dans un autre passage capital de l’ouvrage C’était de Gaulle. Passage que voici  :

—- EXTRAIT DE L’OUVRAGE « C’ÉTAIT DE GAULLE » D’ALAIN PEYREFITTE —-

———————— Palais de l’Élysée, 17 juin 1964 —————————

————– Tome 2, Édition de Fallois Fayard 1997 – page 52 —————-

de gaulle roosevelt était un type qui voulait dominer univers Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

  • « Roosevelt était un type qui voulait dominer l’univers et, bien entendu, décider du sort de la France. Alors, de Gaulle, ça l’embêtait ; il ne le trouvait pas assez souple. »

Charles-de-Gaulle : « Roosevelt était un type qui voulait dominer l’univers et, bien entendu, décider du sort de la France. Alors, de Gaulle, ça l’embêtait ; il ne le trouvait pas assez souple. Il pensait que le jour où les Américains auraient débarqué en France, si le Maréchal était encore là, il n’aurait rien à leur refuser ; ce qui était bien vrai.

Ensuite, Vichy étant devenu vraiment impossible, il a laissé tomber Vichy. Il a essayé de se rattraper sur Giraud.

Puis, voyant que ça ne donnait rien, il a essayé de se rabattre sur Herriot. Il a même tenté de fabriquer un gouvernement à Paris au moment où j’allais y entrer, avec Laval, Herriot. Tout ça été manigancé avec Otto Abetz [Représentant de Hitler à Paris sous l’Occupation] et avec Allen Dulles, qui était à Genève pour le compte de la CIA. »

Alain Peyrefitte : – Allen Dulles

Charles de Gaulle : – Oui, c’est ça. D’abord moi, en arrivant à Paris, j’aurais foutu ce gouvernement au [trou][...]. Vous pensez, à l’époque, Herriot, Laval et Abetz ça ne pesait pas lourd. Mais Roosevelt se figurait qu’Herriot assurerait la continuité avec la IIIe et Laval avec Vichy, et que tout ça allait apparaître comme la République.

Seulement, Hitler, ça l’a exaspéré quand il a su ça. Il a dit : « De quoi, de quoi ? Laval, Herriot, et tout ceux-là ? » Alors, il a fait savoir à Laval de s’en aller à Sigmaringen, il l’a fait dire aussi au Maréchal, il a désavoué Abetz, il a fait remettre Herriot dans sa prison. Il a tout nettoyé.

Roosevelt voulait imposer aux Français Pierre Laval et Édouard Herriot Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

Le gouvernement que Roosevelt (ci-dessus) voulait imposer aux Français en 1944 : Pierre Laval et Édouard Herriot (ci-dessous)   !

L’opération avait été préparée en concertation avec le chef de la CIA Allen Dulles et l’ambassadeur d’Hitler à Paris Otto Abetz… 

CIA Allen Dulles et lambassadeur dHitler à Paris Otto Abetz Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

Le Président Roosevelt refusa toujours de reconnaître la légitimité de la France Libre, préférant maintenir une ambassade auprès de Pétain et du régime de Vichy jusqu’en novembre 1942, puis usant des manœuvres les plus tortueuses pour tenter d’écarter Charles de Gaulle du pouvoir et installer, à sa place, des dirigeants plus malléables.

Ainsi, en août 1944, soit plus de deux mois après le débarquement de Normandie, le Président Roosevelt espérait encore installer au pouvoir à Paris Édouard Herriot – homme politique radical de la IIIe République – et Pierre Laval – la figure la plus honnie de la Collaboration, avec lequel il avait d’ailleurs des liens de parenté par alliance. Ce projet scandaleux, minutieusement décrit par de Gaulle dans ses Mémoires de guerre, avait été ourdi par une étroite concertation entre le chef de la CIA Allen Dulles, l’ambassadeur d’Hitler à Paris Otto Abetz et le dauphin de Pétain.

Allen Dulles (1893 – 1969) fut le premier directeur civil de la Central Intelligence Agency (CIA), du 26 février 1953 au 29 novembre 1961, et l’un des sept membres de la commission Warren chargée d’enquêter sur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy.

Il était également le frère cadet de John Foster Dulles, Secrétaire d’État des États-Unis du gouvernement Dwight Eisenhower, de 1953 à 1959, et actionnaire principal de la United Fruit Company, société bananière influente dans les républiques bananières d’Amérique latine.

Allen Dulles est un personnage des plus controversés : sa carrière au sein de l’État américain ne cessant d’être émaillée de conflits d’intérêts personnels et familiaux plus ou moins importants, dus à sa participation à la vie de grands groupes industriels internationaux ainsi qu’à la carrière de son frère John Foster Dulles qui travailla lui aussi pour ces grands groupes.

Otto Abetz (1903 – 1958), francophone et francophile, représenta l’Allemagne en France en 1938 et en 1939, d’où il fut expulsé le 30 juin 1939 comme présumé espion. Le 8 juillet 1940, à la suite de l’armistice entre la France et l’Allemagne, il fut de nouveau envoyé en France. Nommé ambassadeur de l’Allemagne le 3 août 1940, il conserva ce poste jusqu’en 1944 et travailla à mettre en place une politique de collaboration. En juillet 1949, le tribunal militaire de Paris le condamna à 20 ans de travaux forcés pour crimes de guerre, en particulier pour son rôle dans l’organisation de la déportation des juifs de France vers les camps de la mort. Il fut libéré en avril 1954.

Charles de Gaulle : « Bohlen [L’ambassadeur des États-Unis en France] se comporte envers moi comme Roosevelt il y a vingt ans. Il reçoit en permanence des députés, des sénateurs, des journalistes, et il les monte contre nous. Je n’en ignore rien. Ils font tous ça, les Américains.

Bohlen ambassadeur des États Unis en France Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

NOTE :Charles E. Bohlen (1904 – 1974) fut ambassadeur des États-Unis en France de 1962 à 1968. Très hostile à de Gaulle, Charles E. Bohlen avait des liens de parenté proches avec Alfried Krupp von Bohlen und Halbach, héritier des aciéries Krupp, l’un des principaux fabricants d’armes de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, criminel nazi reconnu coupable de pillage et de crime contre l’humanité le 31 juillet 1948, et condamné à douze ans d’emprisonnement et à la confiscation de ses biens.

Charles de Gaulle : « Roosevelt, c’était pareil, il ne traitait qu’avec des gens qui étaient mes ennemis. Il avait autour de lui, à Washington, des types comme Chautemps.

Alain Peyrefitte : – Et Saint John Perse.

Charles-de-Gaulle : – Oui, Léger qui avait été limogé par Paul Reynaud. Et d’autres du même tonneau, avec qui Roosevelt prenait le thé. Ils le montaient contre moi, en remâchant leurs échecs. Seulement, ça continue. Alors, Bohlen ne voit que nos adversaires, les Mitterrand et les Maurice Faure.

Camille Chautemps ministre dÉtat du Front populaire successeur de Léon Blum Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

 NOTE : Camille Chautemps, ministre d’État du Front populaire, successeur de Léon Blum de juin 1937 à mars 1938 à la tête du gouvernement, fut vice-président du Conseil des gouvernements Édouard Daladier, puis du gouvernement Paul Reynaud. Ardent partisan de l’Armistice et très hostile à de Gaulle, il fit partie du gouvernement de Philippe Pétain jusqu’au 12 juillet 1940. En novembre 1940, chargé d’une mission officieuse, il partit pour Washington, et choisit d’y demeurer jusqu’en 1944.

 

Alexis Léger secrétaire général du Quai d’Orsay 1933 à 1940 Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

NOTE : Alexis Léger, secrétaire général du Quai d’Orsay 1933 à 1940, artisan de la rencontre de Munich (et grand poète sous le pseudonyme de Saint-John-Perse) avait été mis en disponibilité par Paul Reynaud, Président du Conseil, le 20 mai 1940. Il s’était ensuite réfugié aux États-Unis.

Charles de Gaulle : « Churchill, lui non plus, n’admettait pas qu’on ne plie pas. Au lieu de trouver des gens de caractère qui lui auraient tenu tête, il s’entourait de gens qui étaient couchés par terre.

« Je me rappelle un soir, quand j’ai rencontré Roosevelt pour la première fois, au Maroc. Roosevelt voulait m’obliger à me soumettre à Giraud. J’ai envoyé Roosevelt faire foutre, poliment mais fermement. Alors, Churchill m’a fait une scène invraisemblable. Je l’ai mal pris, et je lui ai dit : « Qu’est-ce que ça veut dire : On ne vous comprend pas ? Vous n’êtes pas digne de votre charge ! » Je l’ai très mal traité.

Alors, le dernier jour, on s’est réuni autour de Roosevelt pour se dire adieu. Churchill, devant tout le monde, a commencé à me refaire une scène en me disant : « Vous n’avez pas suivi le Président. » Il piquait une lèche éhontée à Roosevelt, et c’est Roosevelt qui, à la fin, a trouvé que ça suffisait et lui a imposé silence. Il a dit : « Maintenant, il faut que ces deux généraux se serrent la main devant les photographes. »

« La politique de Roosevelt, c’était exactement celle qu’ont aujourd’hui les Américains dans le Sud-Est asiatique. Ils ne peuvent pas en imaginer d’autre. Des marionnettes, c’est ça qu’ils veulent en face d’eux. »

 

– FIN DE L’EXTRAIT DE L’OUVRAGE « C’ÉTAIT DE GAULLE » D’ALAIN PEYREFITTE

————————–Palais de l’Élysée, 17 juin 1964 —————————

————– Tome 2, Édition de Fallois Fayard 1997 – page 52 —————-

Général Giraud promue par Roosevelt pour tenter de contrer Charles de Gaulle Lhistoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer « le débarquement des anglo saxons »

La marionnette nommée Général Giraud, promue par Roosevelt pour tenter de contrer Charles de Gaulle. 

Cette célèbre et hypocrite poignée de mains entre de Gaulle et le général Giraud, pétainiste passé au service des Américains, fut exigée par Roosevelt lors de l’entrevue des quatre hommes au Maroc en 1942. On distingue Roosevelt (à gauche) et Churchill (à droite) assis à l’arrière-plan, en train de contempler avec satisfaction cette scène de théâtre organisée devant les appareils photos des journalistes de la presse anglo-saxonne.

Le président américain voulait absolument promouvoir Giraud, personnage falot, peu intelligent et sans tempérament, pour empêcher Charles de Gaulle d’accéder au pouvoir. Car le patron de la Maison Blanche, qui était intelligent et sournois, avait parfaitement compris que de Gaulle était le seul homme d’État français, le seul capable de faire échec au projet des États-Unis de vassaliser la France après la fin de la guerre.

Conclusion

La commémoration du 6 juin 1944 en très grandes pompes, avec les plus hautes autorités de l’État, semble parfaitement légitime et nécessaire à nos compatriotes, tellement des pans entiers de l’Histoire réelle ont été occultés depuis 70 ans.

Il est donc plus que temps que les Français fassent pour de bon le « travail de mémoire » qu’on leur demande, à condition de le faire dans son intégralité, sans biais ni a priori, et sans passer sous silence les actions précises des Alliés, et tout spécialement des Américains à l’encontre de la souveraineté et de l’indépendance de la France.

S’il y a certes toutes les raisons pour s’incliner devant la mémoire des soldats anglais, canadiens et américains morts sur le sol de France, qui ont contribué de façon décisive à la fin de l’Occupation nazie, il n’y a en revanche aucune raison de permettre aux États-Unis d’Amérique de camoufler les objectifs politiques peu reluisants qui étaient ceux de leur gouvernement à l’époque des faits.

Il est important que les Français, et notamment les jeunes générations, sachent que Roosevelt avait décidé :

  • de placer la France « libérée » sous son occupation militaire américaine,
  • de lui imposer une « fausse monnaie » imprimée aux États-Unis,
  • et de maintenir Pierre Laval au pouvoir, figure hideuse et honnie de la Collaboration et de l’intelligence avec l’ennemi, et tout cela avec la complicité de l’ambassadeur d’Hitler en France.

Par la même occasion, il serait utile de rappeler le soutien financier considérable qu’apporta l’oligarchie industrielle et financière américaine à Adolf Hitler et à son régime pendant toute les années 30 ,et pendant encore une grande partie de la guerre. Les travaux d’Anthony Sutton, désormais de plus en plus connus, permettent notamment de jeter une lumière crue sur cette coopération secrète entre les États-Unis et l’Allemagne hitlérienne.

Tous ces rappels historiques permettraient à Washington de faire à son tour, et utilement, son « travail de mémoire » et sa « repentance ». Cela permettrait aussi d’inviter Washington à abandonner ses prétentions à l’hégémonie mondiale.

Au lieu de se plier servilement à l’opération de communication voulue par Washington afin de légitimer son hégémonie actuelle sur l’Europe et la France - par Union européenne et Otan interposées -, le président Hollande devrait ainsi garder à l’esprit que son rôle est d’enseigner la vérité historique aux jeunes générations et d’être « le garant de l’indépendance nationale », comme le lui en fait obligation l’article 5 de notre Constitution.

L’UPR demande au gouvernement d’organiser une grande commémoration digne de ce nom le 15 août 2014, à l’occasion des 70 ans du débarquement de Provence.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (226 votes)




Réagissez à l'article

207 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 10:03

    De Gaulle avait une stature internationale et le cerveau bien rempli...Hollande n’est qu’un petit laquais qui lèche les pieds des USA à la recherche d’un cerveau.. Obama est venue pour ça uniquement..il adore qu’on lui lèche les pieds...Combien de centaines de millions d’euros pour fêter ces « Faiseurs de guerres » reçus sur le tapis rouge de la honte de l’incompétence..heureux de mettre quelques fleurs sur les restes des con-battants morts pour l’argent.. ?

    Je suis triste que notre « président-camenbert » ne soit pas (par inadvertance) allé mettre le pied sur une vieille mine oubliée par ses amis Allemands.. ?


    • Mania35 Mania35 8 juin 2014 16:14

      Contrairement à ce qu’aurait fait Sarko, laquais soumis à Merkel et Obama, Hollande a, malgré tous les reproches de ses conseillers et divers hommes politiques, invité Poutine et a rendu hommage à l’action décisive de l’armée soviétique pour la libération de la France. Il a également rendu hommage à toutes les victimes civiles des bombardements alliés, ce qui n’avait jamais été fait pour ne pas froisser Anglais et Américains. Ni Sarko, ni la Marion dite Marine, eux qui se revendiquent « patriotes » ne l’ont fait.


    • claude-michel claude-michel 8 juin 2014 16:21

      Par Mania35...Poutine est incontournable...sans l’armée Russe nous serions sans doute Allemand..C’est la Russie qui est la gagnante de cette guerre...les alliés comme d’habitude volant le premier rôle mais Staline avec Yalta à montrer de quel bois il se chauffait.. !


    • mmbbb 9 juin 2014 12:50

      @ par claude m:ichel J’appartiens a un generation ou j’ai entendu que des discours negatifs sur de Gaulle. Mitterand s’est forge contre de Gaulle mais une fois president il prit des allures gaulliennes De Gaulle disait « les francais sont des veaux » et il n’avait pas tort In fine les francais meritent cette situtation actuelle Nous avions beaucoup d atouts nous avons par paresse laissez aller ce pays Une partie de la droite est au meme niveau que la gauche aussi alienee et Sarko en fut le digne reprensentant Puisque nous sommes en pleine commeration Hitler voulait faire de la France un parc de loisir pour le venerable allemand Nous y sommes presque 


    • Augustule Augustule 8 juin 2014 10:08

      Encore une très belle analyse rationnelle sur les véritables enjeux de ce débarquement médiatisé à outrance ces derniers jours.
      TF1 nous a bien rappelé cette date où les USA ont scellé le destin de la France. Sous entendu, sans les américains, nous serions allemands. 

      On en arrive à se demande si tout ça n’est pas fait pour nous faire ensuite passer la pilule du Grand Marché Transatlantique (TAFTA) qui arrive

      Bravo Monsieur Asselineau pour cette magistrale mise en point.


      • Anaxandre Anaxandre 8 juin 2014 15:46

          Oui, bravo ! Enfin un article sérieux et fédérateur qui remet certaines vérités historiques à l’endroit en ces temps de totale soumission à Washington (TAFTA, espionnage de la NSA, amende record à BNP-Paribas, etc, tout ça, et plus encore, accepté sans moufter par nos soit-disant « gouvernements français »...).


      • al_je 8 juin 2014 10:18

        Cette analyse tranche avec le vide intellectuel de notre exécutif actuel. Il n’y a plus aucune dignité et de volonté d’influence au niveau mondial... Hollande, tout comme Sarko, se sont soumis à cette hyper classe mondialiste et ont vendu la France au plus offrant.

        F. Asselineau a déjà démontré par ses riches analyses et ses excellentes conférences (ici : http://www.upr.fr/liste/videos/conferences-en-ligne) qu’il jouait dans la cour des grands, je doute qu’un Sarko, Juppé, Mélenchon ou Le Pen puisse en faire autant. L’UPR est donc pour moi le seul espoir de redresser le pays.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2014 01:19

           @Ai-je


          Je partage votre respect pour Francois Asselneau, ses analyses et ses opinions, mais j’aimerais lui dire : « Francois, j’ai l’âge d’etre votre père. En 1960, avocat, je m’occupais d’exporter du Canada vers Cuba malgré l’embargo américain. Il n’est pas suffisant d’avoir raison, il faut aussi gagner. La France n’est pas prête pour votre message et n’a pas besoin d’un martyr de plus. De Gaulle a attendu de 1944 à 1958 que la situation lui soit propice. Ne devriez-vous pas avoir le meme pragmatisme ? » "

          Pierre JC Allard


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 juin 2014 07:28

          Pierre Allard,
          La France est tout à fait prête à entendre ce que dit Asselineau, à tel point qu’il est censuré depuis 7 ans, pour les les Français n’en sachent rien !
          S’il n’était pas dangereux, il ne serait pas censuré.

          « Nouvelle Donne » a été reçue dans les médias, le lendemain de sa création, et des dizaines de fois ensuite.


        • mmbbb 9 juin 2014 12:56

          @ Par Pierre JC Allard  La situation n’est pas encore assez pourrie et la plupart des francais abrutis qui ont ont encore un peu d’argent pour regarder le foot et boire du pastis voteront pour des socialos et leurs chimeres ideologiques M Asselelineau peu encore attendre d’autant plus qu’il est tres peu connu des media 


        • hellpast 10 juin 2014 18:37

          Pierre JC Allard

          Vous ne seriez pas un peu mitho ?


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2014 01:15

          Quand je dis : « La France n’est pas prêt », je ne vise pas Quidam Lambda ni la psyche populaire. Je fais remarquer que le fric et les medias sont sous la coupe complete de l’étranger et qu’une partie significative -(euphemisme) - de la classe dirigeante et des structures politiques en Frances sont inféodés 

           des interets qui ne sont pas ceux de la France. Une action politique traditionelle dsans acces aux médias, c’est rêver qu’on aurait pu faire plebisciter dénocratiquement le General à Vichy en "44... Il y a un travail préparatoire à faire. Placer les pièces

          PJCA

        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2014 01:21

          Il est parfaitement connu des médias. La decision a été prise sciemment de l’ostraciser. Justement parce qu’il a raison. Cela dit, ca ne change pas la problematique. C’est pour ca que je conseille Francois Asselineau de procéder autrement. « Autrement » ne se discute pas sur internet.


          PJCA

        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 juin 2014 01:25

          @ Hellbest


           Je ne pense pas être mitho, mais on se connait si mal soi-meme... Je suis curieux que vous m’en disiez plus.

          PJCA

        • cguillem 20 juin 2014 11:03

          Bonjour,
          C’est vrai que la France n’est pas prête à recevoir le message et elle ne le sera jamais si nous ne délivrons pas ce message et n’informons pas nos compatriotes des faits réels et des enjeux actuels.

          J’ai 68 ans et c’est la première fois que je prend la carte d’un parti étant par expérience très méfiant. Je suis devenu un militant UPR car les informations que je diffuse sont vérifiables et réellement importantes pour les quelques années qui me restent à vivre.

          Le grand marché est la victoire des criminels étasuniens et l’asservissement de nos enfants. Ce sera la fin de nos retraites, de notre école républicaine pour tous, de nos chercheurs originaux (déjà bien maltraités par les mandarins en place), la fin de la sécurité sociale bien entamée, etc.

          Vous avez agis en faveur de Cuba. Avec le grand marché, les Étasunis pourront nous interdire toutes relations avec ce pays (affaire BNP à Cuba, Peugeot en Iran et pourtant le GM n’est pas encore là !). Je m’y opposerai violemment car j’ai de la famille la-bas et que je ne vois pas en quoi ce pays est mauvais, au contraire même. 

          Alors Monsieur Asselineau aurait pu utiliser son carnet d’adresse de haut fonctionnaire pour faire de l’argent au lieu de s’entourer de vieux mal-pensants comme moi et de subir les manipulations électorales qui portent le FN à un niveau jamais atteint par un énorme mensonge distribué massivement aux Français. 

          Je n’ai plus le temps d’attendre et rien à perdre. L’UPR me donne l’occasion d’agir en conformité avec mes idées, en étant moi-même. J’envisageais la fuite, comme le propose Henri Laborit dans « Éloge de la fuite », mais j’ai trouvé l’action, substitut qui me permet de survivre convenablement du moins à court terme.

          Il n’est jamais trop tôt pour agir et la situation actuelle, avec un président au service de la Maison blanche et un premier ministre franquiste(1) soutenant des crimes de guerre et partisan de l’apartheid, nous place dans l’urgence. Ne pas agir c’est cautionner le désastre humain à venir.

          Bien à vous
          (1) http://croa-at.com/univ-croa/decorations/franquiste/franquiste.php


        • Vipère Vipère 8 juin 2014 10:29


          Bonjour à tous

          Il est permis de douter des écrits d’Alain PEYREFITTE qui n’est pas historien.

          Effectivement, Charles de Gaulle et le Général PEYREFITTE étaient tous deux des adversaires pour le commandement de la France, mais il n’est pas permis de douter qu’ils avaient en commun l’amour de la patrie, la lettre suivante d’A. PEYREFITTE en témoigne :
          La lettre de Giraud à ses enfants

          Une lettre, que le général Giraud captif en Kœnigstein adresse à ses quatre garçons et à ses filles en septembre 1940, est largement diffusée à l’époque23. Giraud y expose, en termes généraux, ses idées sur les remèdes à apporter aux problèmes de la France. Le général de Gaulle, lui-même, participe à la diffusion de cette missive ; il en adresse notamment une copie au prince Félix de Bourbon-Luxembourg en la préfaçant : « vous verrez ainsi que, dans sa captivité, le général Giraud est bien resté tel que nous l’avons connu »23.

          « Kœnigstein, septembre 1940
          Je ne sais combien de temps je resterai ici, des mois, des années peut-être. Il est possible que je sois enterré à côté de mon ami Dame. Je suis prêt à tout : peu importe. Je vous confie le soin de me remplacer dans une tâche sacrée, le relèvement de la France. Je vous interdis de vous résigner à la défaite, et d’admettre que la France puisse passer après l’Italie, l’Espagne ou la Finlande. Peu importe les moyens. Le but seul est essentiel. Tout doit lui être subordonné. [...] Au début, il ne s’agit pas de heurter de front un ennemi qui s’est assuré la possession de notre sol et nous a totalement désarmés. Stresemann a défini la méthode à employer : nous n’avons qu’à copier intelligemment. En première urgence, la libération du territoire à l’intérieur des frontières qui nous sont laissés. Ensuite la reconstruction physique, morale et sociale. [...] En troisième lieu [...] pouvoir refaire une armée moderne. Ceci suppose un programme à exécuter, par qui de droit : – les esprits sont faits en France ; – l’instruction est faite aux colonies ; – le matériel est fait à l’étranger. Malgré tous les contrôles, un pareil programme est possible, le camouflage étant de règle. Rien ne ressemble au « service en campagne » comme l’instruction des scouts. Rien ne ressemble à un avion militaire comme un avion de transport. Un tracteur à chenilles n’a besoin que de sa cuirasse pour devenir un char, etc., etc.
          Mais avant tout, que les esprits soient à la hauteur de leur tâche. Qu’ils veuillent être Français totalement. Que personne ne s’expatrie des pays occupés ou temporairement détachés : il s’agit d’y maintenir la pensée française. Mais que personne n’hésite à s’expatrier si on lui offre à l’étranger une situation où il peut être utile à la France. Vous tous [...] rappelez-vous qu’une bourrasque passe mais que la Patrie reste. Une Nation vit quand elle veut vivre. [...] Forcez les autres à penser comme vous, à travailler comme vous. Nous sommes sûrs du succès, si nous savons vouloir.
          Résolution. Patience. Décision.
          Général H. Giraud23. »

          Dès lors, à moins qu’un historien sérieux n’appuie les écrits de A. PEYREFITTE, je reste très dubitative !







          • izarn 8 juin 2014 14:18

            Giraud était aux mains des américains. Ce n’est pas en copiant les allemands en tout qu’on pouvait les vaincre. De fait sa missive est totalement incompréhensible et est dictée par un patriotisme convenu.
            Que Peyrefitte fut un con, ça d’accord.


          • yan2a yan2a 8 juin 2014 14:53

            Peyrefitte était le Ministre de l’information de De Gaulle, et eu plus de 350 entretiens privés avec le général pendant toutes les années 60. Vos doutes ne sont pas fondés. Cordialement.


          • henri_jac 9 juin 2014 22:31

            « Général » Peyrefitte ?? Adversaire de De Gaulle pour le commandement de la France ?? 

            Vous cherchez un « historien sérieux » ? Ne devriez-vous pas commencer par vous renseigner sur l’histoire récente ? 

          • pissefroid pissefroid 8 juin 2014 10:53

            C’est un remarquable rappel historique,
            qui était sorti de ma mémoire.
            Je comprends mieux, maintenant,
            l’aversion que j’ai pour la politique des états-unis d’amérique.


            • bercav bercav 8 juin 2014 10:55

              Excellent rappel historique au milieu des commémorations bien trop manichéennes du 6 juin. Cet épisode du débarquement fut en fait le premier chapitre de la conquête de l’Europe par les Etats-Unis.
              Et c’est bien pour cela que les souverainistes actuellement, se doivent de se rassembler avant qu’il ne soit trop tard, derrière ce que j’appellerais le « CSM » pour Camp Souverainiste Majoritaire, arrivé en tête lors des dernières élections européennes.


              • izarn 8 juin 2014 14:24

                Le terme « conquète » n’est meme pas juste...Des opportunistes qui occupent une Europe de l’ouest ravagée par les nazis, eux meme déja au bord de la mort par la puissance de l’Armée Rouge.
                Fallait bien le débarquement, pour démontrer l’héroisme du combat. ceci dit, je m’étonne toujours que l’aviation n’ai pilonné les bunkers avant et pendant...Comme si il fallait qu’il y ai des morts héoriques. Une mise en scène macabre, pour esbaudir le citoyen ricain devant sa télé...


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 juin 2014 11:05

                L’histoire vraie est celle-ci et elle se passe de l’expertise des experts fatigués !!!
                Les guerres européennes avaient toutes le même objectif : La domination de l’Europe et donc du Monde ! Cela avait commencé il y a très longtemps, au temps des Empires chrétiens... Plus tard il y a eu la naissance de l’idéologie national-socialiste (le NAZISME) d’abord française puis allemande et chaque fois sa concrétisation s’est brisée face à l’Empire russe ! Napoléon avait essayé, Hitler avait espéré la même chose mais c’était dans la parfaite démocratie européenne : Inutile donc d’accabler Hitler et de lui endosser le massacre des Juifs qui n’avait rien à voir avec le nazisme occidental ! Inutile de fausser l’Histoire !!! Après la création de la Super Colonie européenne en Terre indienne (la Nouvelle Europe), celle-ci s’est immédiatement trouvée « en concurrence » et en conflit déguisé avec sa Mère Patrie la Vieille Europe !
                Si les Américains se sont empressés de « débarquer en Europe » dans les années 1940 c’était pour éviter la victoire allemande sur l’ensemble des peuples d’Europe et donc pour empêcher la construction d’un Empire européen qui mettrait en porte à faut l’empire des Visages pales ! La France ne voulait pas une victoire allemande, mais elle était tout aussi contre l’intervention américaine : Vous comprenez alors ce qu’était la réaction de De Gaulle, mes petits experts fatigués et dépassés ? Au diable les historiettes de l’histoire des histoires à dormir debout !!!

                Aujourd’hui, il importe d’admettre la Vérité historique et de changer de cap : Le moteur franco-allemand-en-guise-de compromis-d’une-communauté-communiste-européenne-qui-avait-détruit-le-communisme-à-l’est-pour-le-reprendre-à-l’ouest ...est en panne ! L’hypocrisie a aussi un seuil qu’il ne faut pas dépasser !

                Voir aussi mon précédent commentaire suite à l’article : http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-debarquement-du-6-juin-1944-du-152871?debut_forums=200#forum4044344


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 juin 2014 11:26

                  Je vous demande de « moinsser » encore d’avantage : Je vous répondrais alors : « Je vous ai compris ... » !!!


                • izarn 8 juin 2014 14:30

                  La ou vous faites erreur, c’est que les impérialismes européens ont disparu en 1918.
                  meme la livre sterling, a été remplacée par le dollar...
                  Les dictatures européennes, ont été financée, toute, par la banque, et particulièrement les banques anglo-saxonnes. On a vu le résultat. Déja à l’époque, l’Europe n’existait plus, sauf en URSS.


                • soi même 8 juin 2014 16:55

                  @ Mohammed, il serait temps que vous mûrissez, l’histoire des hommes n’est pas seulement une page Coranique !
                   


                • bouquibal bouquibal 9 juin 2014 14:58

                  Comme c’est bizarre, cette façon de procéder me rappelle ces apprentis « jihadistes », complétement incultes, toujours dans la réactions tels les chiens de pavlov. Mais ce qui encore bizarre, c’est d’afficher un prénom « mohamed », en jetant de l’huile sur le feu, le pire des jihado-sionistes n’aurait pas fait mieux. Question : tu ne t’appelles pas moshé-shalom eleikhem par hasard ?


                • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 9 juin 2014 15:04

                  Si les Américains se sont empressés de « débarquer en Europe » dans les années 1940 c’était pour éviter la victoire allemande sur l’ensemble des peuples d’Europe et donc pour empêcher la construction d’un Empire européen qui mettrait en porte à faut l’empire des Visages pales !

                  Vous manquez de machiavélisme dans vos interprétations.
                  Les capitaux anglo-saxon ont financé le communisme et le nazisme pour fomenter une nouvelle guerre européenne afin de mettre à genoux leur concurrents. Il n’était pas question d’une victoire allemande (ce que ce pauvre Adolf n’a pas compris, lui qui pensait pouvoir négocier avec les pro-nazis anglais) tandis que le communisme a placé l’Europe de l’Est sous cloche afin de se donner le temps de l’anéantir plus tard.La crise aiguë en Ukraine correspond à cette phase.

                  La citation de Churchill concernant son goût pour le grand large n’est pas seulement géographique, mais, surtout, capitalistique.


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 juin 2014 17:30

                  @izarn Ma réponse est juste votre « pseudo » sans le « r » ! Cherchez un interprète.


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 juin 2014 17:46

                  @ soi même
                  Je vous réponds par Moi-même : Je jure que je me passe des millions de tonnes de paperasses qui moisissent au fond des caves des bibliothèques ! J’ai accès à l’histoire universelle et quand je fais une synthèse, elle ne peut être ni refusée ni contournée ! Aucune contrainte de ma part ...


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 juin 2014 17:57

                  @bouquibal
                  La prochaine fois vous écrirez mon prénom « Mohammed » avec deux « m » et rien ne vous oblige à vous ridiculiser comme vous le faites en affichant autant de mépris : Les Français ont cette mauvaise habitude de tutoyer les « Mohammed » se croyant ainsi les plus intelligents et les plus, et les plus etc... J’ai mis fin à la recherche scientifique et j’ai annulé le « principe d’incertitude » derrière lequel se barricadent les têtes chercheuses qui se donnent la mission de ne rien trouver ... Ceci au cas où vos connaissances primaires vous autorisent un minimum de compréhension !
                  Scientifiquement, vôôôtre !


                • Claudius Claudius 8 juin 2014 11:09

                  Des journaux de l’époque : 


                  ’The Invasion of Europe From the West Has Begun’
                  “Great Invasion is Under Way.”

                  « Invasion of Normandy »

                  Nos amis américanolâtres sont invités à taper « Invasion of Europe » dans Google : 23 millions d’explications explicites .. voire « invasion of France » 1944

                  Excellent papier Monsieur Asselineau, excellent et Libératoire

                  « Ce côté « Légende Dorée » obligatoire nous exaspère, avec ces Allemands prisonniers que l’on abat sans scrupules, sans plus de scrupules que l’on condamnera les Allemands qui appliquèrent la réciproque à Malmédy… la self-righteousness anglo-saxonne passe de moins en moins bien … »

                  « Je suis même étonné que, dans le politiquement correct actuel, la Présidence française ait songé à commémorer ces morts civils sans importance… et je repense à Pierre Clostermann, vieux patriote sanguin, qui avoua sa tentation de tirer les roquettes de son Typhoon sur les Super-Forteresses US qu’il voyait bombarder à l’aveuglette les villes et campagnes normandes… »

                  Mais l’Histoire restera écrite par les vainqueurs et les conquérants. Votre intelligence et vos efforts sont voués au néant.


                  • Garance 8 juin 2014 11:19

                    Merci Mr Asselineau de nous rappeler ces évidences historiques


                    Quel fossé entre De Gaulle et le petit laquais servile qui nous sert de président ( Sarko aurait fait la même chose puisque laquais lui-même)

                    Lors de cette commémoration je l’imagine , plein de courbettes, allant de l’un à l’autre chercher une acceptation qu’il n’aura jamais : tous le méprise

                    Ce pour grappiller quelques points dans une opinion pas dupe

                    Je n’ai en aucune façon rallumé cette télé que j’ai éteinte depuis 3 ans

                    Cela m’aura évité de voir cette masquarade 

                    • Croa Croa 8 juin 2014 15:28

                      T’écoutes pas la radio ? Tu lis pas le quotidien de ta région ?

                      (Même sans télé il est illusoire d’éviter l’air du temps !)


                    • Garance 8 juin 2014 16:49

                      Croa 


                      J’écoute la radio comme en ce moment : les « Grosses Têtes » 

                      Pour le reste je m’informe sur le Net

                      What else ?

                    • gaston gaston 8 juin 2014 11:21

                      Bonjour Monsieur Asselineau.

                      Pendant ma jeunesse ouvrière,j’ai combattu le Général de Gaule(celui de 1958 )et son entourage par rapport à leur politique
                      sociale.
                      Cela dit,j’approuve une grande partie de votre article . Effectivement,sans le de Gaule de 1940/45,nous aurions probablement été gouvernés par un Gouverneur Américain.(aujourd’hui,à travers l’Europe telle qu’elle est, nous le sommes sur
                      les plans économiques et culturels,en attendant plus !)
                      Vous relatez un certain nombre de faits bien connus. D’autre moins,
                      ou pas du tout ( du Grand public dont je suis).Je ne me prononcerai
                      pas sur ceux-ci.
                      Par contre,en ce qui concerne la Libération de Paris,il me semble
                      juste de mentionner l’attitude du Général Von Choltitz,qui a refusé
                      d’obéir aux ordres de Hitler,c’est à dire de faire sauter Paris.
                      De fait,Paris était pratiquement « ville Ouverte »...
                      Cordialement.




                      • mmbbb 9 juin 2014 13:02

                        il y eu un film « Paris brule t -il » faisant reference au coup de telephone d’Hitler a Choltiz Outre que ce dernier recu une mise en garde de Leclerc qui le traduirait devant un tribunal de guerre, ce general etait anime par les arts et l’architecture en particulier Cette sensibilte et cette menace ont permis de refuser l’excecution de cet ordre de destruction 


                      • coinfinger 8 juin 2014 11:30

                        Trés bonne initiative que de rappeler et d’informer sur cette question . Incidemment elle met en évidence une propension permanente de nos dirigeants à brader notre indépendance . Que celle ci aie finit par prévaloir tient de l’improbable , aujourd’hui comme autrefois , mais incite à faire le bon pari , peu de chances mais forte espérance .


                        • Garance 8 juin 2014 11:32

                          Hollande ; le Don Salustre- De Funés de la « Folie des grandeurs » dans la scène avec les « Grands »


                          Seule différence : De Funés jouait un rôle ; Hollande ; non ; c’est lui au naturel

                          • amiaplacidus amiaplacidus 8 juin 2014 14:24

                            Garance, vous vous trompez dans vos références littéraires. DonSalluste de Bazan, alias Louis de Funès, c’est Sarkozy.

                            Hollande, lui, c’est : « le gros au bois dormant ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès