• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’hymne national breton au Stade de France

L’hymne national breton au Stade de France

La question s’était posée depuis que l’on sait que la finale de la coupe de France de football opposera deux équipes bretonnes (Rennes et Guingamp) samedi 9 mai : l’hymne national breton pourra-t-il être joué ? L’accord a été donné et le "Bro Goz ma Zadou" résonnera dans le stade mais ce sera hors caméras de télévision et bien avant d’entonner la Marseillaise, ce qui est normal puisque ce chant est l’hymne de la République une et indivisible.



L’affaire pourrait bien choquer quelques parisiens ou les Jacobins de l’ultra république française. Une explication s’impose donc. Ce papier n’a pas pour objet d’exalter le nationalisme dont son auteur n’est pas adepte. Avis aux footeux : il n’y sera pas question de football non plus. Le sujet est juste historique et culturel. Une occasion pour les non bretons de mieux connaître la Bretagne.

Notons tout d’abord que l’hymne breton est pacifique, qu’il n’est pas guerrier contrairement à la Marseillaise dont "le sang impur" et le dernier couplet prêtent à vive polémique et peuvent être perçus comme hostiles par les autres peuples voire les immigrés installés chez nous. L’hymne breton n’a pas non plus été arrangé par un ancien nazi contrairement à l’hymne européen (1). C’est Alan Stivell qui est l’auteur des arrangements du "Bro goz ma zadou" qui retentira samedi au stade. Enfin, l’hymne breton est international puisque les Gallois ont le même.

(1) [ Dans un article daté du 3 mai 2009 du journal Le Monde et intitulé "L’hymne qui sent le soufre", il est rappelé que le symbole musical de l’Europe, adaptation de l’"Ode à la joie" de la "9e Symphonie" de Beethoven, est dû à Herbert von Karajan, l’homme au passé nazi bien gênant. ]

L’idée de nation est bien reconnue en rugby avec le Tournoi des Six Nations qui est disputé chaque année par les équipes d’Angleterre, d’Écosse, de France, du pays de Galles, d’Irlande et d’Italie. La Grande-Bretagne a admis l’existence de nations en son sein : Ecosse, pays de Galles et Irlande. Mais dans la France jacobine et centralisatrice, il existe toujours une méfiance envers les régions même si tout risque de sécession est désormais écarté. On peut comprendre dès lors la réticence des Français à cette idée de nation. Pourtant, qu’y a-t-il de choquant à entonner l’hymne breton lors des manifestations sportives de la même façon que l’on chante l’hymne gallois en Grande-Bretagne ? D’ailleurs, historiquement, la nation bretonne est plus ancienne que la nation française ! 

Le Royaume-uni, comme son nom l’indique, est uni. Le mot figure dans le nom même du pays. Cette référence fait justement respecter les différentes composantes de l’ensemble. Bien qu’il ne soit pas reconnu officiellement ou légalement comme hymne national, l’hymne gallois "Hen wlad fy nhadau", est accepté comme tel lors des manifestations galloises, sportives en particulier. Et, Outre-Manche, on ne plaisante pas avec l’hymne gallois ! Ainsi en 1993, John Redwood, fraîchement nommé secrétaire d’État pour le Pays de Galles a été surpris par l’oeil de la caméra en train d’apprendre "sur le tas" les paroles de la chanson. Cette attitude lui a longtemps été reprochée comme étant de l’incompétence au poste occupé. Aussi, la première chose que dit son successeur William Hague fut de se trouver quelqu’un pour lui apprendre les paroles. Pour l’anecdote, cette personne fut Ffion Jenkins, qu’il épousa par la suite !
 
Mais revenons à la France. Samedi 9 mai se tiendra au Stade de France la rencontre de la finale de la coupe de football (que l’auteur de cet article ne regardera pas) entre Rennes et Guingamp. Mais pas d’inquiétude : la prestation chantée de "Bro goz ma zadou" ne sera pas filmée pour la télévision. Gare toutefois à l’oeil de la caméra qui traîne et qui pourrait donner lieu à des séquences "off" de flagrant délit d’ignorance des paroles. Fort heureusement, une vidéo permet aux étourdis de réviser la chanson avec le groupe Tri Yann.

La version de l’hymne Bro goz ma zadou que l’on pourra entendre au Stade de France samedi dans l’heure qui précèdera la rencontre, sera celle qui a été arrangée par Alan Stivell, celui-ci ayant donné son autorisation. Le célèbre barde celte a même déclaré qu’il cédait les droits à tous les Bretons même si ce sont ses arrangements car il s’agit d’un chant traditionnel. C’est d’ailleurs le même air qui sert de musique à l’hymne de la Cornouaille anglaise appelé "Bro Goth Agan Tasow" dont les paroles comportent de nombreuses similitudes avec celles de l’hymne breton. 

On peut écouter l’hymne et le télécharger gratuitement sur le site officiel d’Alan Stivell.

Les paroles bretonnes sont de François Jaffrenou (1879-1956), qui n’était encore que lycéen. Cet hymne est inspiré de l’hymne national du Pays de Galles, Hen Wlad Fy Nhadau (Vieille terre de mes pères), composé par le barde gallois Evan James en 1856 et mis en musique par son fils James. L’hymne de Cornouaille Bro Goth Agan Tasow en est l’équivalent en cornique.

Le Bro Gozh fut choisi par le jury de l’Union régionaliste bretonne et proclamé "Chant national", en raison de la fraternité qui rapprochait Bretons et Gallois, au Congrès de Lesneven en 1903. Maurice Duhamel écrivit pour cet hymne une nouvelle harmonisation pour piano, et il fut enregistré par Pathé frères, de Paris, sur disques phonographiques en 1910.

"BRO GOZ MA ZADOU" (Vieux pays de mes pères), hymne de la Bretagne (traduction plus bas).

« Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro !
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.
Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mat,
A skuilhas eviti o gwad.

Refrain

O Breizh, ma Bro, me ’gar ma Bro.
Tra ma vo mor ’vel mur ’n he zro.
Ra vezo digabestr ma Bro !
Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed,
N’eus bro all a garan kement ’barzh ar bed,
Pep menez, pep traonienn, d’am c’halon zo kaer,
Enne kousk meur a Vreizhad taer !

Refrain

Ar Vretoned ’zo tud kalet ha kreñv ;
N’eus pobl ken kalonek a zindan an neñv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O ! pegen kaer ec’h out, ma Bro !

Refrain

Mar d’eo bet trec’het Breizh er brezelioù bras,
He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh,
He c’halon birvidik a lamm c’hoazh ’n he c’hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh ! » 

TRADUCTION

« Nous Bretons de cœur, nous aimons notre vrai pays !
L’Arvor est renommée à travers le monde.
Sans peur au cœur de la guerre, nos ancêtres si bons
Versèrent leur sang pour elle.

Refrain
O Bretagne, mon pays, que j’aime mon pays
Tant que la mer sera comme un mur autour d’elle.
Sois libre, mon pays !
Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes,
Il n’est d’autre pays au monde que j’aime autant ;
Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon cœur.
En eux dorment plus d’un Breton héroïque !

Refrain

Les Bretons sont des gens durs et forts ;
Aucun peuple sous les cieux n’est aussi ardent ;
Complainte triste ou chant plaisant s’éclosent en eux.
Oh ! Combien tu es belle, ma patrie !

Refrain
Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres,
Ta langue est restée vivante à jamais,
Son cœur ardent tressaille encore pour elle.
Tu es réveillée maintenant ma Bretagne ! » 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • JL JL 6 mai 2009 10:21

    Merci pour les infos.

    C’est quoi : « l’ultra république française » ?

    Selon moi, la République est la pire des organisations territoriales ... après toutes les autres !

    Et sans organisation territoriale c’est le règne de la barbarie.


    • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 10:36

      L’ultra république française, c’est cette obsession des centralisateurs jacobins qui méprisent les identités locales. Genre Ayraux qui s’oppose à la réunification de la Bretagne et qui voudrait un grand ensemble inspiré d’un projet de la DATAR qui date des années 70. Genre beaucoup de politiciens qui ne jurent que par la République et qui en font surenchère, crachant sur les régions, les minorités et leurs langues.


    • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2009 10:30



      faudra lui booster la harpe ! on est content pour cette reconaissance de son talent , alan stivell au stade de France , ça va faire des jaloux !


      • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 10:32

        Alan entrera par l’entrée des harpistes.


      • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 11:01

        C’est là où vous vous trompez : il ne faut pas confondre nations et états. Il existe une nation bretonne, une nation galloise, une nation corse, etc. En France, la confusion est due aux révolutionnaires qui ont inventé la Nation (avec majuscule) pour parler en llieu et place du Peuple (pour jusifier juridiquement la démocratie représentative). C’est là une nation abstraite. Cela dit, il existe aussi, bien sûr, une nation française mais pas si ancienne que cela, moins ancienne que la nation bretonne par exemple et qui est composée d’autres nations : ça on l’oublie ! 


      • plancherDesVaches 6 mai 2009 22:33

        Si la seule appartenance de la bande d’idiots dont on peut lire les commentaires oiseux est juste leur quartier, voire leur immeuble, voire une république qui les roule depuis bien longtemps, alors, je suis fier d’appartenir à une région.
        A un peuple soudé auquel je crois et qui croit en moi.
        Mais la mentalité de cette bande d’idiots critiquant les Bretons est compréhensible, vu la montée de l’individualisme commencée depuis longtemps et venu d’un peuple d’immigrés qui est arrivé dans un pays qui fut habité par les Indiens d’Amérique.
        Sans foi, ni loi. Des cowboys dont les meilleurs sont des gangsters. Pourris par les sectes et l’argent qui l’accompagne. Tellement de maffiosi que Saint Patrick devrait en être honteux, s’il voyait encore ça.
        Alors...que vivent les Celtes face à ce gang de dégénérés.


      • noop noop 6 mai 2009 10:58

        Tous ces débats sont révélateurs d’un malaise identitaire.

        « L’ultra République » dénoncée par l’auteur n’existe plus. La République est ensevelie chaque jour un peu plus et l’identité française (objet d’un ministère creux n’est défendue par personne). La République n’a pas résistée à la nouvelle donne supra nationale de l’Europe, elle ne résistera pas non plus au régionalisme renaissant qui s’engouffre dans la faille de cet affaiblissement. Cela formera une tenaille.

        Pour ma part je dirais hélas.

        Les désordres à venir auraient pu être évités si il y a encore peu de temps nos dirigeants s’étaient montrés plus courageux et plus républicains.
        La République forte aurait pu donner toutes leurs places aux régions sans susciter de tentations séparatistes dont contrairement à l’auteur je crois qu’elles surviendront dans un futur pas si éloigné.

        Lorsqu’un organisme est faible (la République aujourd’hui ou l’identité nationale) il ne génère aucune adhésion, mais au contraire le rejet. Et la nature a horreur du vide...


        • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 11:04

          Malaise identitaire ? Pas breton en tout cas ! Ni corse ! Ni alsacien ! Ni cht’i ! Ni béarnais ! Ni basque ! Ni... ni... Mais malaise identitaire français, certainement !


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 6 mai 2009 14:37

          @Noop

          Bonjour,

          Très juste constat sur lequel je crois effectivement on ne saisit toujours pas le futur à terme : le régionalisme, favorisé par le fédéralisme Européen qui milite pour la dissolution des Etats-nations, risque de s’imposer par une gestion de proximité plus séduisante (même si dans la réalité ça reste encore à prouver que la masse critique soit suffisante pour des politiques ambitieuses). Car ne l’oublions jamais : la France est une entité artificielle ! C’est un jardin de l’Europe qui s’est construit au fil des siècles par agrégation de territoires.

          Or lorsque les dirigeants sont des incapables ou des profiteurs pendant que le pays tombe, il est tout à fait normal qu’il y ait une recomposition de la solidarité : non plus nationale mais régionale, voire même tribale.

          Rien n’est inéluctable, cependant il ne faut jamais nier les forces centrifuges : aucune civilisation ne peut se permettre l’outrecuidance de se croire éternelle.

          Cordialement


        • XF Xavier Faureste 6 mai 2009 11:17

          A partir du moment où il n’est pas retransmis à la télévision et compte tenu du fait qu’il s’agit d’une rencontre entre deux équipes bretonnes, je ne vois pas d’inconvénient à ce que votre chant folklorique soit chanté avant le match.
          En ce qui concerne Nantes, cette dernière est le chef-lieu de la région Pays-de-la-Loire. Certes,c’est une ville à l’histoire bretonne mais ne réduisez pas Nantes à la Bretagne car elle est bien plus que cela. Elle est la capitale du Grand Ouest. Son maire, qui est intelligent, est contre la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne, tout comme une majorité des habitants de ce département.


          • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 11:29

            « tout comme une majorité des habitants de ce département » : Bonjour monsieur Ayrault ! Il n’y a que vous pour parler au nom de tous les habitants d’un département et pour préférer les sondages bidons aux référendums.


          • XF Xavier Faureste 6 mai 2009 11:40

            Oui, tout comme une majorité des habitants de ce département et de la région Pays-De-La-Loire (Le dernier sondage de Ouest-France l’a prouvé). Moi, personnellement, je suis tout à fait heureux de vivre dans les Pays-de-la-Loire, cette région multiculturelle, à la fois bretonne, vendéenne, angevine et mancelle : Une région ouverte, qui est finalement à l’image de la France. Vous pouvez toujours défiler dans les rues de Nantes avec vos binious (quoique que ça finit par nous casser les oreilles), vous ne représentez qu’une minorité aggressive et aigrie incapable d’aligner deux mots en breton.


          • LaEr LaEr 6 mai 2009 11:56

            La majorité des habitants de Loire-Atlantique est pour la réunifications (selon les sondages, puisque tout referendum a été refusé par l’état Jacobin).

            Les Pays-de-La-Loire ne sont qu’une invention du régime de Vichy, qui n’a pas été réparée après-guerre. La « région » grand-ouest n’existe pas : on peut parler de pôle économique, de communauté de régions, mais pas d’« UNE » région grand-ouest.. Attention, je n’y suis pas opposé, mais parler d’UNE région est mensongé, et c’est nier les régions Bretagne, Vendée et Mayenne.

            Et merci de réduire l’hymne breton à un « chant folklorique », cela montre à quel point vous méprisez la culture Bretonne. Etes-vous au moins Nantais pour parler en leur nom ?


          • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 11:59

            Pour une minorité, elle est plutôt populeuse la Bretagne. Et sans compter la diaspora bretonne de Paris, l’équivalent d’un département breton supplémentaire. Agressive la Bretagne ? Et elle agresse qui la Bretagne, Môssieur ? Parce que môssieur ne supporte pas un défilé de biniou une fois dans l’année, il dit que la Bretagne l’attaque le biniou entre les dents ! Vous êtes Tordant. Aigrie la Bretagne ? Pas du tout !

            Et encore plus tordant : le dernier sondage Ouest-France : la « preuve » définitive ! Tu parles d’une preuve ! Et puis un autre sondage dit le contraire, cher pays-de-loirin, heu pays-de-loirais, enfin cher machintruc.


          • LaEr LaEr 6 mai 2009 12:03

            « minorité ag(g)ressive et aigrie incapable d’aligner deux mots en breton »
            oui, grâce à l’État français, qui a tout fait pour éliminer le parler Breton je vous rappelle.

            « Une région ouverte, qui est finalement à l’image de la France. »
            La France, ouverte ? Vous parlez de quelle époque ?


          • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 12:04

            Pardon : je répondais à Faureste gun...


          • LaEr LaEr 6 mai 2009 12:10

            Ce n’est pas grave, j’avais compris smiley



          • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 12:15

            à LaEr : Oui mais pas tous les lecteurs ! P’is, j’allais pas rater l’occasion d’un calembour.


          • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 12:36

            à Faureste : 51 % des Bretons favorables à la réunification : voir ici sur le site du député UMP Marc Le Fur. Seuls 28 % contre. Mais de toute façon, c’est un référendum qu’il faut.


          • plancherDesVaches 6 mai 2009 13:33


            Nantes est évidemment Bretonne.
            Ceci est aussi vrai que le Mont-Saint-Michel est Breton.
            Les Pays de Loire sont donc sous protectorat Breton et cela pourra leur être bénéfique vu la crise économique qui produit déjà du protectionnisme.
            Mais nous accueillerons avec joie nos voisins Normands lorsque les choses tourneront beaucoup plus mal.
            Une chose à la fois.


          • LaEr LaEr 6 mai 2009 14:27

            @Xavier Faureste,
            Sur votre lien :
            "Pourquoi un tel retournement de tendance de l’opinion alors que nombre d’élus et décideurs économiques se sont prononcés en faveur de la réunification ? Jérôme Fourquet, directeur-adjoint du département « Opinion et stratégie d’entreprise » à l’Ifop, avance plusieurs explications.

            Au premier rang d’entre elles, la crise économique et son corollaire, le chômage. Dans ce contexte, le débat sur la réorganisation territoriale n’apparaît pas prioritaire, voire source de dépenses supplémentaires occasionnées par un « chambardement administratif ».« 

            Donc c’est bien ce que je pensais, en temps normal, les Bretons hors-Loire-Atlantique sont pour le rattachement, même s’ils estiment, ce qui est compréhensible, qu’avec la crise, ce n’est pas la priorité...

            De plus, cela ne confirme pas votre affirmation gratuite comme quoi les habitants de Loire-Atlantique serait contre le rattachement (ce qui est faux)..

            Et pour un final en beauté :

             »51% des Bretons favorables au rattachement de la Loire-Atlantique

            Après le sondage IFOP/Ouest France paru au début du mois qui donnait seulement 32% des sondés favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à La Bretagne, une nouvelle consultation apporte des résultats sensiblement différents.

            Selon un sondage de l’institut CSA commandé par le CNRS, le pourcentage de personnes interrogées favorables à une Bretagne à cinq départements grimpe à 51%.

            Seulement 28,4% des sondés y sont hostiles et 20,4% se disent sans opinion."


          • Olib Olib 6 mai 2009 11:51

            Enfin un peu de régionalisme. Ca manquait.
            Dès le deuxième paragraphe, votre hymne national (sic) « Breton » (re-sic) devient international (Gallois).
            Vous revendiquez que les paroles de cet hymne , à l’inverse de La Marseillaise, sont exemptes de références guerrières.
            Or dans votre traduction il est question de « Sans peur au coeur de la guerre, nos ancêtres si bons versèrent leur sang pour elle »
            et de « Breton héroîque », j’ai mal compris ?
            Par ailleurs et sans vouloir polémiquer, on peut dire que ce texte aurait beaucoup gagné à rester obscur pour les nons bretonnants dont je suis.
            Les hymnes marquent rarement par leurs qualités littéraires, mais là on atteint le sommet que le monde entier envie à la Bretagne : « le Roc’h Trédudon, 387 m ».
            On a les Himalayas qu’on peut.
            Je ne relève qu’un exemple : ainsi donc, la mer serait un mur AUTOUR de la Bretagne ? 
            L’auteur serait François Jaffrenou (1879-1956), qui n’était encore que lycéen d’après vous.
            A mon avis, il était tout juste écolier pour aligner des platitudes aux relents pas toujours empreints de l’amour de son prochain non breton.
            Je remarque que vous êtes aussi spécialiste de l’histoire de la musique et du nazisme réunis.
            En effet Beethoven (1770-1827), compositeur de la musique, et Schiller ( 1759-1805) auteur de l’Ode à la joie, élaborèrent pendant leurs années d’études commune avec Karajan (1908-1989) la fameuse théorie nazie qui devint populaire dans la première partie du 20ème siècle.
            J’ai par ailleurs dans ma discothèque et dirigée par Wilhelm Furtwängler qui s’opposa aux nazis (ce qui ne fut effectivement pas le cas de Karajan), une version de la 9ème symphonie de Beethoven antérieure à celles dirigées par Karajan et je vous jure qu’on y chante bien l’Ode à la joie.
            Bref, revenons à votre hymne international qui fut choisi par le jury de l’union régionaliste bretonne et puisqu’il n’est pas non plus question de foot, demandons-nous quels hymnes jouer et dans quelles circonstances ?
            Si on joue un hymne à l’occasion de ce match c’est bien parce qu’il s’agit de la finale de la coupe de France ; et que deux équipes de la même région y participent ne change rien. Si il s’agissait de revendiquer son appartenance à une ethnie ou à une histoire commune, j’ai peur que la composition des équipes avec une forte présence africaine ne vous ramène aux heures où ne transitaient pas seulement des containers par le port de Nantes.
            Au final je ne vois que « viens boire un p’tit coup à la maison » pour mettre tout le monde d’accord.


            • XF Xavier Faureste 6 mai 2009 11:55

              Au final je ne vois que « viens boire un petit coup à la maison » pour mettre tout le monde d’accord

              Je partage votre conclusion !


            • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 12:03

              à Olib : J’aurais dû écrire « sans paroles belliqueuses » au lieu de « sans références guerrières ».


            • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 12:27

              à Olib : Des noirs chez les Bretons ! My god !

              Pour les Mamadou, je reprends l’hymne « Bro goz ma zadou » qui devient « Beau gosse Mamadou ». Chiche ! « Un truc de bô gosse quoi ! »



            • plancherDesVaches 6 mai 2009 13:37

              Taverne : ne répondez pas à la provocation de ce olib...
              Il n’en vaut pas la peine.



              • ASINUS 6 mai 2009 13:20

                il n y a pas d hymne nationnal breton parce qu il n y a pas de nation bretonne
                il y a des bretons qui se reconnaissent comme tels d autres qui s ignorent comme breton,la bretagne n existe que parce que certains se reconnaissent bretons le jour
                ou personne ne se reconnaitra plus breton la bretagne cessera d exister « cf la decouverte ou l ignorance M lebesque »la france n existant plus comme nation comme etat regalien la france n etant plus qu une republique bannaniere vassale de l empire us
                d aucun se regugie vers une entité imaginaire , pff mais la nous parlons de quoi de foot
                du pain et des jeux meme si les mercenaires sportifs portent nos couleurs rien n empeche le poete de se rappeler que ces jeux du cirque ont justement participé
                a l aculturation et l eradication de l identité irrédentiste dont il pense toujours proceder


                • docdory docdory 6 mai 2009 13:51

                  @ La taverne des poètes


                  Il n’y a pas de nation bretonne, il ne saurait donc y avoir d’hymne national breton ! Disons un chant régional et n’en parlons plus .
                  Je suis moi même a moitié breton, à moitié normand, je n’ai aucune impression d’appartenir , ni à une nation bretonne, ni à une nation normande ...

                  • Talion Talion 6 mai 2009 14:07

                    J’imagine d’ici : Les joueurs et les supporteurs bretons chantant en cœur l’hymne national breton juste avant le match.

                    Il risque de vivre un grand moment de solitude notre ami le nain de l’Elysée au milieu de la tribune présidentielle  smiley


                    • plancherDesVaches 6 mai 2009 14:11

                      Il est déjà seul.


                    • XF Xavier Faureste 6 mai 2009 14:21

                      J’imagine d’ici : les joueurs et les supporteurs bretons chantant en coeur l’hymne national breton juste avant le match.

                      Pour chanter en coeur l’hymne national breton comme vous dites si bien, il faut d’abord apprendre le breton. Or, lorsque je déambule dans les rues de nantes, je ne peux pas dire que mes oreilles soient gênées par les sons gutturaux de la langue bretonne.

                      Bien à vous


                    • LaEr LaEr 6 mai 2009 14:38

                      @ Xavier Faureste,
                      « mes oreilles soient gênées par les sons gutturaux de la langue bretonne »
                      Encore une fois, vous montrez votre intolérance vis à vis de la culture Bretonne (pour ne pas dire une certaine xénophobie). De plus, comme je l’ai déjà indiqué, si le Breton n’est plus parlé, c’est parce-que pendant des dizaines d’année, l’État Français a tout fait pour l’éliminer.

                      Je sens que l’aigris n’est pas celui que vous pensez. Mais il est certain que l’on voit toujours la paille dans l’œil de son voisin...

                       


                    • Talion Talion 6 mai 2009 15:04

                      "Pour chanter en coeur l’hymne national breton comme vous dites si bien, il faut d’abord apprendre le breton. Or, lorsque je déambule dans les rues de nantes, je ne peux pas dire que mes oreilles soient gênées par les sons gutturaux de la langue bretonne."

                      Vous dramatisez voyons !...

                      Tout ce dont on a besoin est d’un petit peu de volonté et d’entrainement avec l’aide des nombreuses vidéos disponible sur Youtube  smiley

                      Allez, tous en cœur ! :D

                      http://www.youtube.com/watch?v=5tJBvHG4wuc&feature=related


                    • XF Xavier Faureste 6 mai 2009 15:24

                      @ LaEr

                      Ce sera mon dernier commentaire concernant cet article parce que je ne veux pas envenimer la situation : si je vous ai provoqué par mes commentaires (j’avoue l’avoir fait un peu exprès), c’est parce que l’auteur de l’article a utilisé des phrases qui moi, en tant que français et européen, m’ont blessé : il parle par exemple de l’ultra République Française. Ultra, c’est synonyme d’extrémiste. Il dit que l’hymne européen a été composé par un nazi. Qu’est ce que cela sous-entend ? que l’Europe est un peu nazie sur les bords ? que les européens qui l’écoutent sont des nazis ?
                      Il compare le pacifisme(? ?) de l’hymne breton avec la violence de la Marseillaise, hymne écrit et composé pendant la Révolution Française, je vous le rappelle ! (Il faut tout remettre dans son contexte). Bref, que des attaques...

                      Je trouve que cet article agressif ne donne pas une bonne image des bretons et je n’hésiterai jamais à dénoncer ce nationalisme régionaliste et consanguin qui sous couvert de défendre des traditions, prône un repli sur soi et sape les valeurs de notre République
                      Et je tiens à dire à tous ceux qui ne connaissent pas cette région magnifique, de venir la découvrir. Vous vous rendrez compte que la Bretagne ne se résume pas au Gwen-ha-du et au Bro Goz ma Zadou

                      Kenavo


                    • Jean-paul 6 mai 2009 15:58

                      @ Xavier faureste

                      Tout a fait d’accord avec vous .
                       La taverne est d’abord Breton avant d’etre Francais ,vu son article .


                    • plancherDesVaches 6 mai 2009 16:48

                      Si cet état nous avait respecté, nous le respecterions.


                    • La Taverne des Poètes 6 mai 2009 14:34

                      Article recommandé à ceux qui ne l’ont pas encore lu cet excellent « Voyage au coeur des hymnes nationaux » par Léon qui aujourd’hui nous chante l’hymnaléon ! L’hymnalamour façon « Love is all ».




                      • Jean-paul 6 mai 2009 14:58

                        L’hymne regional breton au stade de France .
                        Depuis quand la Bretagne est une nation ????
                        Je suis breton et fier de ma region .
                        Quand a l’hymne ,personne ne connait les paroles pour pouvoir le chanter .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès