• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’incompréhensible incompréhension des Occidentaux vis-à-vis de la (...)

L’incompréhensible incompréhension des Occidentaux vis-à-vis de la Russie

La Russie, la Russie outragée, la Russie martyrisée, mais la Russie libérée. La célèbre formule du Général de Gaulle quelques heures après la libération de Paris en 1944 s’applique à merveille avec la situation actuelle. Une situation qui échappe complètement à la « sagacité » de nos dirigeants qui n’ont rien compris ni retenu des bouleversements titanesques qui ont secoué le colosse russe au cours du dernier quart de siècle. 

Pour ses prises de position hétérodoxes et son refus de se plier au grand jeu d’une mondialisation made in USA, la Russie est décriée, pointée du doigt, caricaturée, comme jamais elle ne l’a été. La propagande occidentale qui visait l’URSS pendant la Guerre froide aurait quelques leçons à recevoir de la part d’une machine politico-médiatique qui couvre Moscou de tous les maux pour mieux cacher l’abandon de tous les principes et vertus qui ont fait de l’Europe – en particulier – le phare du monde pendant plusieurs siècles.

Sans caractère ni bravoure, l’Occident suit aujourd’hui la marche du monde au lieu de la précéder. Les hochets que sont devenues la lutte contre le réchauffement climatique ou l’imposition par la force de la démocratie sont certes solidement emprisonnés entre ses mains. Mais ce sont ces hochets secoués avec la frénésie de celui qui a perdu toute substance raisonnable qui entraînent l’Occident vers une lente décadence. Alors que nous nous enfonçons dans de profonds abîmes, la Russie se relève d’une des pires périodes de sa longue histoire. Chassé-croisé insupportable doublé d’une incompréhension d’un monde – et du monde russe – en évolution.

Des années Eltsine aux années Poutine

Ce que les Occidentaux n’ont pas compris c’est que la chute de l’URSS, plus qu’un tremblement de terre géopolitique, a été le déclencheur d’une paupérisation dramatique qui a jeté des millions de Russes dans la misère quand dans le même temps une infime minorité s’est élevée au rang de maîtres tout-puissants : les oligarques. En quelques années, le communisme tant honni par la population a fait des millions de nostalgiques que seule une campagne menée tambour battant par les équipes de Boris Eltsine a réussi à empêcher un retour au Kremlin. Les Occidentaux auraient-ils été ravis de voir l’ennemi d’hier faire un retour en force ?

Après Eltsine, Poutine. Le style et la politique s’en trouvent radicalement changé et si Poutine a troqué ses habits d’officier du KGB pour ceux plus prestigieux de président de la République fédérale de Russie, un retour du communisme n’est pas envisageable. Communisme non ! Russie oui ! Depuis 2000, Vladimir Poutine a remis de manière spectaculaire la Russie au centre de l’échiquier mondial. Fini le blanc-seing laissé pour frapper et punir les ennemis de l’Amérique. La guerre en Ossétie déclenchée par la Géorgie en 2008 et le complexe conflit syrien sont deux preuves marquantes du retour de Moscou sur le devant de la scène.

Une Russie renaissante qui ne se laisse plus dicter ses choix par un pays étranger. Alors que la France est au garde-à-vous devant Washington et attend le vote du Congrès américain pour pouvoir de nouveau bander les muscles et se donner l’illusion qu’elle est un pays qui compte toujours, la Russie poursuit sa diplomatie réaliste qui suit ses intérêts stratégiques et non pas ceux de ses voisins ou alliés.

Une attitude qui fait peur

Tel un train que rien ne semble pouvoir arrêter, la Russie poursuit ses objectifs de reconquête. Les Occidentaux, eux, gesticulent et se contredisent avec une certaine forme d’euphorie. Faire la guerre aux terroristes au Mali, les soutenir coûte que coûte en Syrie et regretter la radicalisation de certains esprits faibles dans l’Hexagone. La contradiction perpétuelle et insupportable rend mauvais ceux qui voient la Russie sûre d’elle et de sa politique.

Alors certes, la Russie est loin d’être exempte de tout reproche. Son attitude plus que musclée dans le Caucase, ses menaces contre certaines anciennes républiques soviétiques doivent être suivies de près et condamnées lorsque cela est nécessaire. Car il est vrai qu’à force de chercher à restaurer sa position, Moscou franchit parfois la ligne rouge. Pourtant, les Occidentaux ne sont jamais bien inspirés pour condamner les débordements. On les entend à peine quand des exactions ont lieu au Daghestan ou en Tchétchénie alors que tout le monde y va de son petit commentaire quand une loi est votée pour interdire la « propagande homosexuelle » à destination des mineurs. 

Quid des menaces russes sur l’Ukraine, ancien grenier de l’URSS qui a choisi clairement sous la présidence Ianoukovitch de rejoindre l’Union européenne et de ne plus marcher dans les traces de la Russie ? Kiev subit un véritable chantage économique depuis plusieurs semaines et voit ses marchandises bloquées à la frontière russe. La raison officielle des autorités russes : les denrées en provenance d’Ukraine sont susceptibles d’être dangereuses pour la santé. La raison officieuse : Moscou refuse catégoriquement tout rapprochement entre l’Union européenne et l’Ukraine. Si le 29 novembre 2013 est signé un Accord d’association et de libre-échange entre les deux entités, la Russie a déjà fait savoir que les relations avec Kiev se dégraderaient singulièrement. C’est ce genre de comportement immoral et illégal au regard du droit international qu’il faut condamner. Le reste n’est que poudre aux yeux pour des opinions publiques peu au fait des réalités géopolitiques.

Quand la Russie se montre intransigeante dans le conflit syrien, son attitude peut être déplorée, mais elle est néanmoins respectueuse du droit et de certains principes qu’il serait bon de ne pas oublier sous nos latitudes. Armer des terroristes ne peut que se retourner contre nous. Une fois la population syrienne massacrée par les fous de Dieu, les armes données seront encore en état de marche et prêtes à être utilisées contre nous. La Russie l’a bien compris. L’Occident beaucoup moins.

Crier pour cacher sa faiblesse

L’Europe ne doit pas se tromper de combat. Ce n’est pas en caricaturant la position de ses partenaires ou adversaires qu’elle retrouvera une puissance qu’elle a délaissée elle-même. Fatiguée par des luttes qu’elle a menées contre elle-même, l’Europe semble avoir renoncé à prendre son destin en main. Choisir et décider demandent trop d’énergie et de constance. L’Europe n’en est plus capable et se complaît dans la posture du donneur de leçons. La France, souvent en tête lorsqu’il s’agit de revêtir les habits de bouffon magnifique, brille de milles feux en ce moment. Mais à force de briller, notre pays finira par s’enflammer. La Russie, elle, continuera son redressement…


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • volpa volpa 6 septembre 2013 09:17

    Le peuple russe a une histoire à comparer aux USA qui n’ont pas de passé.


    • Alpo47 Alpo47 6 septembre 2013 10:05

      Et de ses petits bras boudinés, notre Flamby national fait des moulinets en s’exclamant « guerre... guerre... guerre... »,sans retenue, explications ou études sérieuses sur la situation Syrienne. ¨Pitoyable et grotesque. Ce serait très drole si on ne parlait pas de milliers de morts à venir.

      Pourquoi donc si ce n’est de détourner l’attention de notre situation intérieure et de la catastrophe écononique qui se précise chaque jour davantage ? Mensonges d’Etat, comme toujours.

      Comme d’habitude, et je le regrette profondément, avec les socialistes au pouvoir (mais sont ils vraiment « socialistes »), le mensonge est partout présent. Et la guerre, comme toujours, un moyen de détourner l’attention et/ou de relancer l’économie. La droite fait pareil, je sais...

      Et c’est bien la Russie, qui n’est certes pas, un modèle irréprochabl, qui nous montre où est la légalité internationale. Ce matin, on trouve une video sur le Web qui montre les « rebelles » en train d’executer froidement des soldats prisonniers. Est ce bien pour cela (ceux là) que l’on est prêts à envoyer nos soldats ? Allons nous faire la guerre pour défendre Al Qaida et tous ces assassins ?

      Où est la vérité en Syrie, alors qu’ils n’ont aucune preuve de qui a lancé ces gaz chimiques ? Au contraire, de nombreux témoignages contraire à la version officielle sont passé sous silence.

      Quelle tragique tromperie. Nous assistons surtout à une « fuite en avant » de dirigeants , Obama et Hollande, qui pensent ne plus pouvoir faire machine arrière sous peine d’être ENCORE PLUS décrédibilisés. Ils ne sont même pas conscients qu’ils n’ont plus AUCUNE crédibilité. Et depuis longtemps. Les peuples s’éveillent et regardent tout cela avec effaremment. Je crains que ces nouvelles données ne soient pas encore évidentes aux dirigeants occidentaux.

      Nous sommes donc dépendants d’un président faible, sans personnalité affirmée, et qui se croit obligé ( comme ces nouveaux convertis) d ’en faire encore beaucoup plus pour montrer combien il est puissant et capable. Hélas, cet homme là a le pouvoir de déclencher une guerre. Il l’a déjà fait au Mali et s’apprête à récidiver. C’est tragique.

      Une remarque à l’auteur qui parle de l’occident en train d’essayer d’imposer la « démocratie » ... Nous ne sommes pas en démocratie, loin de là, et nos gouvernants ne cherchent partout qu’à imposer des hommes et pouvoirs à leur botte.

      La vraie démocratie chez nous reste encore à mettre en place. Si nous y parvenions un jour, d’autres « Flamby » ne pourraient pas déclencher des guerres contre la volonté de leurs concitoyens.


      • Jelena XCII 6 septembre 2013 10:05

        A propos des tensions Russie-Ukraine, il y a quelque chose que votre article ne mentionne pas : Une grosse facture de gaz.

        Tiraillé entre Washington-Moscou, cela fait prés de 20 ans que l’Ukraine mérite le titre du pays de l’Est ayant le plus corrompu.

        D’ailleurs la population ne cesse d’immigrer en Russie tant la situation est catastrophique (1990 : 52 millions, 2013 : 45 millions).


        • Jelena XCII 6 septembre 2013 10:18

          Pour compléter, disons que l’Ukraine aurait tout à gagner en s’alliant avec la Russie, ne serait ce que par sa position géographique, mais bien évidement ça ne plait pas à l’oncle Sam qui fait tout pour pourrir le pays.

          D’autre part, l’Ukraine a signé avec l’Allemagne pour qu’elle soit son nouveau fournisseur de gaz, le hic c’est que l’Allemagne ne peut livrer que 5 milliards m3, alors que la Russie en fournissait 50 milliards m3. 


        • demosoluce 6 septembre 2013 11:02

          @ Jelena,

          Je vous renvoie à mon commentaire plus bas. je pense que vous êtes russe ou russophone, d’où votre avis tranché dans les relations russo-ukrainiennes : pour vous les russes ont raison et les ukrainiens tord, point.

          Comme je l’explique, les choses sont plus compliquées que cela. Oui les ukrainiens utilisent leur dette sur le gaz afin d’avoir un levier de négociation. Et tant qu’ils n’auront pas tout payé, ils garderont ce levier. Un peu comme nous, quand nous sommes en désaccord avec un prestataire de service (téléphone, TV payante, syndic de copropriété), nous utilisons cette méthode qui est la seule nous permettant d’être écoutés.

          La corruption en Ukraine ne vient pas du fait qu’ils sont tiraillés entre Washington et Moscou mais de l’ère Brejnev où l’impossibilité de suivre les plans de production a entrainé la démerde et donc la corruption.les Mafias dites « russes » se développent d’ailleurs à cette époque. Ceci s’est fortement renforcé après l’explosion de l’URSS et la mise en application de la politique économique des Chicago Boys : Plus rien n’était disponible et en même temps les fonctionnaires qui gardaient un pouvoir administratif sur la population n’étaient plus payés. La corruption est aussi forte en Russie qu’en Ukraine, ce n’est pas une spécificité ukrainienne.

          La population n’émigre pas en Russie et la population tend à se stabiliser depuis 5-6 ans. 3 raisons expliquent cette baisse de population : la forte remontée de la mortalité comme en Russie dans les années 90 (alcool, baisse de la qualité des infrastructures médicales, augmentation du nombre de véhicules sans infrastructures adéquates et avec permis achetés etc...), la baisse de la natalité pendant les années 90 et début 2000 (des lois pro natalité en 2006 ont porté leur fruit à ce sujet) et aussi l’émigration. Mais les ukrainiens de l’ouest ont émigré en Pologne, Alllemagne, Italie (pour s’occuper des personnes agées), espagne (ménages) et Portugal (bâtiment vu que les portugais allaient ailleurs) et un peu France/GB. les ukrainiens de l’Est, russophones, allaient plus logiquement en Russie. Mais cela s’est arrêté depuis quelques années et les travailleurs venant faire des chantiers à Moscou ont leur pied à terre en Ukraine et souvent une famille. ce n’est donc pas de l’émigration pure (idem dans l’ouest avec la Pologne). Je me fais beaucoup plus de soucis pour la Russie en ce qui concerne la démographie et la capacité de la Russie de garder à terme le contrôle de la Sibérie face à l’installation de chinois dans cette région.

          L’intérêt de l’Ukraine n’est pas un rapprochement avec la Russie, sinon elle deviendrait une simple province russe, il faut être naîf ou malhonnête pour ne pas le reconnaître. Il ne faut pas oublier aussi qu’une grande partie de l’ukraine (l’ouest), n’a jamais été sous influence russe avant l’invasion de la Pologne par les troupes nazies et soviétiques en 1939. l’Ouest de l’Ukraine était sous domination Lithuano-polonaise puis Autro-hongroise (jusqu’en 1918) puis territoire polonais (1918-1939).

          L’intérêt objectif de l’Ukraine est d’être un intermédiaire entre l’occident pro US et la Russie comme nous l’étions sous De Gaulle.


        • Jelena XCII 6 septembre 2013 11:59

          @demosoluce Vous avez vu juste, je suis d’origine serbe.

          Je suis d’accord pour les mafias, mais celles ci ont vu le jour suite à la « période Eltsine », il en est de même aujourd’hui dans les Balkans suite à l’éclatement de l’ex-Yu. Introduire la mafia dans un pays pour parasiter son économie, c’est typiquement US, il avait fait la même chose au Japon en 1945 avec les Yakuzas.

          Pour l’émigration, par contre il y a bien eu une baisse de 7 millions d’habitants en 20 ans et ce n’est pas l’Espagne avec son 50% de chômeurs ou la Pologne ou la situation n’est guère non plus joyeuse, qui ont accueilli ces 7 millions manquants. Après oui, il est vrai que ceux de l’ouest iront plus facilement en Allemagne plutôt qu’en Russie...

          Mais Le faible taux de natalité n’explique pas tout, il en est de même dans tous les pays de l’Est.

          Pro-occident ou pro-russe ? Je dirais plutôt pro-europe. Demain toute l’europe sera dépendante de la Russie (gaz), qu’apporteront les USA en contrepartie ? Rien.


        • COLLIN 6 septembre 2013 14:20

          Je trouve toujours assez surréaliste les discours faisant allusion au caractère « corrompu » de la Russie...

          Surtout lorsque ces critiques émanent de Français,ou plus largement,de citoyens de l’ « Union Européenne »....

          Comme si le maire de ma commune ne « surfacturait » pas de 10 % ( ou plus ) la construction du rond point ou du collège pour,au choix(ou les deux),s’enrichir personnellement ( sa société établie aux Virgin-Islands sera « créditée » de quelques centaines/millions d’euros) où financer son parti politique...

          Car,non,juré promis,cela n’arrive jamais en France,la corruption,mais seulement au pays du « méchant » Poutine...

          Je ne prétends pas nier pas les compromissions AU QUOTIDIEN de la milice en Russie...mais au moins,le président V.Poutine a décidé de leur faire la guerre...de bas en haut,d’ailleurs,et les oligarques,eux même,en salissent souvent leurs sous-vêtements...

          La Russie du traitre Yeltsin n’est plus d’actualité....

          Pas comme chez nous,malgré les postures « les yeux dans les yeux »....


        • demosoluce 6 septembre 2013 14:56

          En raison du prénom et de la façon de l’orthographier, je m’en étais douté. le reste peut peut être mentionner votre département ou alors votre année de naissance( ce qui vous ferait 21 ans, et ainsi expliquerait le côté un peu dualiste de votre point de vue).

          Dualiste car vous semblez reproduire à l’inverse le focntionnement du pouvoir US, institué par Bush, il y a d’un côté les gentils et de l’autre les méchants. Si la Russie est historiquement un soutien de la Serbie, il ne reste pas moins qu’elle le fait pour des raisons stratégique et d’intérêt plus que pour une dimension de cousinage. ce cousinage leur permet d’avoir une place dans les balkans, ça s’arrêt là. Je vous conseille (mais qui suis-je pour donner des conseils finalement) de ne pas, en tant que peuple, vous reposer sur une autre Nation pour la défense de vos intérêts, la guerre de Yougoslavie et la situation du Kosovo devrait pourtant vous le rappeler. Si un moment où un autre, les intérêts russes passent par la défense d’intérêts contraires aux vôtres, vous vous retrouverez la tête dans l’eau.

          Mais bon... Concernant les mafias, non, elles ne sont pas nées sous Eltsine. Le phénomène des mafias ne fonctionne pas sous l’action de générations spontannées. La période Eltsine leur a permis de « officialiser » leurs actions, et intégrer fortement l’économie officielle par le rachat avec les Oligarques des entreprises de l’Etat. Il est d’ailleurs très difficile de trouver une frontière nette entre les anciens apparatchiks, les Oligarques et le crime organisé.

          mais les mafias se sont bien constitués organisationnellement pendant l’époque Brejnev puis sous Gorbatchev. Pour essayer de faire simple. Sous brejnev, l’économie soviétique ne pouvait plus suivre les plans de production du comité centrale. Les responsables locaux et les reponsables des grands infrastructures de production (qui étaient souvent les mêmes personnes) ont du trouver des solutions pour qu’artificiellement, leurs résultats soient conformes au plan. Le crime organisé (qui existe partout et de tout temps) en a profité puisque les solutions artificielles ne pouvaient être mises en oeuvre officiellement, c’est logique. Un vaste marché parallèle à travers l’URSS s’est mis en place avec fausse livraison de l’usine A (biens primaires) vers l’usine B (outils de production) qui à son tour fausse livraison vers Usine C (biens intermédiaires) etc... Afin de masquer la situation artificielle, la corruption venait boucler la boucle afin de valider les contrôles. Ce système a explosé quand sous Gorbatchev, les leaders locaux mouillés et les mafias se sont rendus compte que même ce qui était réellement produit était plus intéressant pour l’exportation illicite que pour la conso intérieure. A la fin des années 80, les mafias étaient donc déjà parfaitement structurées au sein de l’URSS mais aussi vis à vis de l’extérieur. Et les collusions entre les pouvoirs locaux et les organisations mafieuses très imbriquées. le traitement de choc du néolibéralisme friedmanien mis en place par Eltsine, non pas après son coup d’éclat contre le cuoup d’etat conservateur mais après son propre coup d’Etat où il a fait pilonner la Douma, a logiquement permis à cette asoociation pouvoirs locaux/mafias de rafler les Biens de production russes. Il est vrai que les USA ont certainement profité des mafias pour saper encore plus le pouvoir national, comme ils se sont appuyé sur les Yakusa au Japon. mais ils ne sont pas à l’origine des mafias. Vous pouvez rapprocher cela de la mafia sicilienne pendant le 2nde guerre mondiale et Lucky Lucciano. Les US ont utilisé et renforcé les mafias italiennes contre les nazies et aussi afin de limiter la portée de la résistance communiste italienne.

          Pour en revenir à la démographie, je ne dis pas que le faible taux de natalité explique tout, il suffit de me relire. je dis simplement que c’est une conséquence des 3 élements dont l’émigration. mais vous faites l’erreur de regarder l’évolution entre 1990 et maintenant en supposant que le déclin est linéaire, ce qui est faux.

          La population est passée de 52M à 48,5M entre 1992 et 2003 ( - 3,5 M en 9 ans) et de 48,5M à 45,6 M en 2012 (-2,9M en 10 ans) pour être à 46 M en 2013 (+0,5M en 1 an). En fait, la chute a été très forte dans les années 90 pour continuer à décliner mais de moins en moins vite dans les année 2000 jusqu’à son plus bas niveau en 2012. la crise de 2008 a retardé le rééquilibrage. le taux de fécondité est remonté à 1,51 (supérieur à la moyenne européenne ce qui n’est pas rien pour un pays ex-soviétique) quand son plus bas niveau était en 2001 (1,08).

          L’immigration en Espagne et au Portugal ne s’est pas faite après le crise et les 50% de chômeurs. Elle a eu lieu fin des années 90 début 2000. Au Portugal, début 2000 pour construire les infrastructures de l’Euro 2004 (à ce sujet, le 2nd quotidien le plus vendus au Portugal en 2005 était en langue cyrillique). Le solde migratoire négatif a été particulièrement fort entre la fin des années 90 et 2004. Dès 2005, le solde migratoire négatif devenait moins important. cette migration a été principalement à destination de l’amérique du Nord et l’Europe (source CNED). L’immigration en Russie est principalement le fait de contrats de travail à court-moyen terme (BTP) et concerne des hommes qui ont souvent leur famille en Ukraine (prostitution mise à part car difficilement quantifiable).

          Concernant la natalité, le nombre de naissances a augmenté de 38% entre 2001 (plus faible nombre de naissances) et 2012. Comme pour la Russie, l’Ukraine a mis en place une politique nataliste qui porte ses fruits depuis 2005.

          Le gaz n’est pas tout. Les USA n’apporteront peut être rien, mais ils sont sur le point d’imposer le traité transatlantiques.

          En tant que français (et de même si j’étais ukrainien), j’ai envie de ne dépendre ni des USA, ni de la Russie.


        • demosoluce 6 septembre 2013 15:01

          Je suis d’accord avec vous Collin

          Le seul soucis avec la Russie ou l’ukraine (et j’imagine les autres républiques post URSS), c’est la corruption permanente à tous les niveaux (obtenir un certificat administratif, se faire soigner, valider le diplôme de son fils ou sa fille en Université, faire officilaiser un document etc...). Mais vous avez raison les choses changent et se situations faiblissent même si elles restent encore importantes.

          Mais l’ultralibéralisme utilisé dans les années 90 renforçant la dégénérescence adminitrative de la fin de l’URSS a profondément cassé la société.


        • Jelena XCII 6 septembre 2013 18:43

          XCII c’est mon département, quand à mon âge je suis plus proche de 30 que de 20.

          Il a eu guerre au Kosovo, parce que c’était Eltsine au pouvoir, si ça avait été Poutine... Toujours est-il qu’aujourd’hui, il s’avère que le Kosovo fut une guerre inutile car le pipeline passera par la Serbie (début du chantier 2015).

          D’ailleurs le gaz en Serbie sera vendu 50% moins cher qu’aux autres pays, comme quoi Moscou sait faire des cadeaux à ses alliés contrairement à Washington.

          En matière de corruption, il y a quand même eu du ménage de fait coté Russe, après si vous dites que c’est également le cas en Ukraine, je veux bien... mais bon, à population égale, le nombre de russes ayant accès à internet sont 2 fois plus nombreux que les ukrainiens, c’est signe qu’il y a un probléme qui persiste.

          Pour ce qui est des mafias, ne serait ce que grâce aux trafics de drogues, elles seront toujours en place, je suis d’accord sur ce point.

          Pour la démographie de l’Ukraine, je vous l’accorde également... parce que je suis de bonne humeur. ^^

          Le marché transatlantique ne profitera qu’aux gros qui deviendront encore plus gros. Grâce à ce marché l’UE va devenir « la Chine » des USA, quel cadeau... Je me doute bien que la France est un pays « trop à l’ouest » pour devenir un jour pro-russe, mais je le sens mal ce coté « petit caniche de l’oncle Sam ». L’idéal serait de bâtir avec l’Allemagne une véritable Europe indépendante des USA.


        • Yohan Yohan 6 septembre 2013 10:22

          Hollande n’arrête pas de taper sur la Russie. Pourtant, avant, il l’adorait. Un amour décu ?


          • Bilou32 Bilou32 7 septembre 2013 09:28

            La Russie, c’est :

            Des ressources naturelles abondantes :

            •  Les premières réserves mondiales de gaz naturel
            •  Les huitièmes réserves mondiales de pétrole
            •  Un tiers des réserves mondiales de charbon
            •  Un quart des réserves mondiales de bois
            •  Un immense potentiel hydraulique
            •  De l’or, du minerai de fer, du nickel
            • Du manganèse, du plomb, de l’étain,
            • De l’argent, du mercure, etc.

              Sans parler des surfaces agricoles !

             

            PIB : 1 954 milliards USD (2012)

            PIB par habitant : 13 710 USD (2012)

            Ratio dette publique / PIB : 8,4%

            Taux de change au 13/02/2013 :

            Monnaie locale : Rouble russe (RUB)
            1 RUB = 0,0332 USD, 1 USD = 30,1433 RUB
            1 RUB = 0,0247 EUR, 1 EUR = 40,4436 RUB

            Population : 142 517 670 soit le 9ème pays du monde (2012)

            Population active : 75,24 millions (2012)

            Densité de population : 8,66 habitants au km² (27,9 dans la partie européenne 2,4 dans la partie asiatique)

            Croissance du PIB : 3,8% en 2012

            Taux d’inflation : 6,6 % (2012)

            Taux de chômage : 5,3% (décembre 2012)

            Exportations : 529, 255 milliards USD (2012)
            Importations : 335,446 milliards USD (2012)

            Principaux clients : Pays-Bas 12,5%, Italie 7,5%, Allemagne 5,9%, Chine 5,4%, France 2,5%

            Principaux fournisseurs : Chine 14,5%, Allemagne 12,5%, 

            Balance commerciale : 193,809 milliards USD (2012)

            La russie a donc beaucoup plus d’atouts pour se redresser, et en tout cas, elle le fait mieux que la France !

            Source : http://www.ccifr.ru/fr/la-russie-a-la-loupe/la-russie-en-chiffre/


          • diogene 7 septembre 2013 10:24

            @Demosthene

            Pouvez-vous donner le taux réel d’inflation en UE ? et celui des personnes paupérisées ? et le taux réel d’endettement ?

            La Russie ne va pas progresser, certes, mais l’UE décline à une vitesse telle que bientôt les différences seront infinitésimales.
            Grèce, Portugal, Espagne, Italie, Irlande, GB, France.... la chute est rapide n’est-ce pas ?
            Aujourd’hui, seules les manips des banques centrales permettent encore un peu d’illusion en occident. Pour les peuples bien sûr, pas pour les oligarques. Le peuple des gras et celui des maigres...
            Quel sera le taux d’inflation ou de déflation en occident et au japon lorsque la bulle générée par ces injections massives de monnaie de singe éclatera ? quel sera le nombre de pauvres ?
            Pour l’instant le chateau de cartes tient uniquement grace au rachat des dettes par les banques centrales, rachat effectués en QE devenu permanent (85 milliards de dollars mensuel aux USA)

            Déjà près de 50 millions de personnes aux USA vivent grace aux food stamps et autres charité publiques et privées. C’est à dire plus de 10% de la population.


          • Bilou32 Bilou32 9 septembre 2013 08:35

            @ Demosthène
            Mon épouse est russe, et toute ma belle famille est donc russe. Je vous garanti que les perspectives de salaires et d’emploi sont bien meilleures en Russie qu’en France. Mon beau frère n’hésite pas à changer régulièrement de boulot pour avoir de meilleurs revenus ou un job plus intéressant. C’est très facile là bas , et c’est révélateur de l’économie réelle...


          • demosoluce 6 septembre 2013 10:38

            Comme toute nation, la Russie est complexe et je trouve votre article par trop simplificateur. Vous omettez 2 traits paradoxaux de son caractère, qui je pense, permettent de la comprendre un peu mieux dans ses réactions :

            Tout d’abord, la Russie s’est construite sur le sentiment de menace extérieure. Le traumatisme des invasions mogholes après le formidable essor de la principauté de Kiev entre le Xème et le XIIème siècle est à l’origine de ce sentiment. Repartant de Moscou, la Russie s’est reconstituée et développée à partir du XVIème siècle en gardant le fort sentiment de menace extérieure. Les Tsars puis leaders soviétiques et enfin Poutine ont su jouer de ce sentiment. Concernant le fait que le noyau de l’Histoire russe commence à Kiev explique le fait que pour nombre de russes, l’Ukraine est une partie de la Grande Russie. Ils ne comprennent pas du tout le nationalisme ukrainien. Ils n’éprouvent pas de haine envers les ukrainiens mais une totale incompréhension quant à leur désir d’indépendance. Mon épouse ukrainienne de l’Ouest, donc « nationaliste » (dans sa notion positive, c’est à dire se sentant ukrainienne et non russe), a de nombreuses amies russes qui pour bon nombres d’entre elles n’arrivent même pas à comprendre, donc savoir, que l’Ukraine est un pays indépendant.

            L’autre point, qui renforce le sentiment de menace extérieure, est que les russes se sentent investis d’une mission universelle de propagation de la sainte croyance. Ceci s’exprime par l’expression de la Sainte Russie. Malgré 70 ans de déchristianisation forcée et brutale, autant physique que psychologique (les comités de propagande soviétique anti cléricaux ont travaillé à cela sans relâche), le sentiment religieux reste très fort. Pour eux, ils sont la vraies Chrétienté, d’où le terme orthodoxe. Ce n’est pas l’église russe qui a évolué pour se différencier du catholiscisme, mais pour eux, c’est l’église romaine qui a trahi et modifié les préceptes des évangiles pour mieux s’adapter à la cultures romaines. Ils sont donc très conservateurs, d’où les positions sur l’homosexualité. Si nous les trouvons rétrogrades et abrutis dans leur sentiments « homophobes », comprenez bien qu’ils nous considèrent complètement dégénérés. Ils ne sentent pas de honte dans leur approche car elle leur semble couler de source. Cela ne veut pas dire qu’ils sont totalement conservateurs dans tous. Les femmes ont une position beaucoup plus reconnue que chez nous. Il n’y a pas de différence de salaire par exemple.

            Pour revenir à l’Ukraine, Iannoukovitch n’est pas pro occidentale. Jusqu’à la révolution orange, il était même pro russe et anti occidental alors que Timoschenko et Iouchenko se présentaient pro-occidentaux. Ianoukovitch est russophone, maîtrise mal l’Ukrainien, sa langue officielle. En fait, il maîtrise mal toutes les langues même la russe. Il est connu pour ses bourdes d’inculte et de vulgaire, sa femme encore plus. Eltsine et ses pets alcooliques passerait presque pour un poète. Jeune, il a fait de la prison pour agression et vol à l’arracher. Il doit donc plus sa position au fait qu’il est un pion des oligarques comme Akhmetov, roi de la sidérurgie en Ukraine. l’intérêt des possédants en Ukraine est donc une position intermédiaire entre la Russie et l’occident. Ne pas dépendre de la Russie au risque de se faire déposséder par les possédants russes, mais ne pas couper les ponts afin de profiter de leur position de porte de la Russie. L’exercice est délicat et les Russes le savent bien.


            • escoe 6 septembre 2013 18:32

              Malgré 70 ans de déchristianisation forcée et brutale, autant physique que psychologique (les comités de propagande soviétique anti cléricaux ont travaillé à cela sans relâche)


              Quand je vois le nombre d’églises et de monastères qui restent en Russie et le nombre de gens qui les fréquentent je me demande si l’église orthodoxe a été beaucoup plus persécutée par la révolution bolchevique que l’église catholique par le révolution française et ses descendants. Si vous passez à Uglich vous verrez une église (restaurée depuis) qui avait été transformée en entrepôt. On a eu ça chez nous aussi et beaucoup d’églises ont servi de carrière de pierre après la vente des biens nationaux.

            • totor101 totor101 6 septembre 2013 11:07

              si je résume ...
              Russie, Ukraine, pays pourris ! démocratie absente et corruption .......

              c’est pas grave ! on va bientôt les rattraper ......
              ce sera différent ? on est à la botte du grrrraaaand capital....
              mais les résultats sont les mêmes !


              • Bilou32 Bilou32 9 septembre 2013 08:39

                C’est vrai que ce message véhiculé par les médias formate beaucoup les esprits. Si l’on connait un peu le pays et ses habitants, on découvre vraiment autre chose !
                La démocratie est exactement la même qu’en France, On a peut-être plus le droit de manifester et de gueuler par ici, mais tout le monde politique s’en fout !!!


              • CzarRol 6 septembre 2013 11:08

                pas du tout
                un mathématicien russe a révisé l’histoire de façon trsè intéressante en utilisant de sméthodes statistiques d’analyse de textes et en recalculant les dates des phénomènees astronomiques relatés dans les anciens manuscrits.

                il s’agit d’anatoly fomenko
                il a écrit 7 livres dont les 4 premiers traduits en anglais et foisonnant de ressources extraordinaires.

                il nosu aprend qu’il n’y a jamais eu d’invasion mongole... en réalité, cet empire était connu sous le nom de Great Empire= Empire Megalon et qu’il s’agissait de l’armée russe. (rejetée vers l’est lors d ela prise de pouvoir des romanov)
                il avance d’énormes preuves dont le développement de la russie sous la conquête « mongole » il n’y a jamais eu de traumatisme si ce n’est dans les écrits occidentaux, que du contraire, un essor formidable !! les textes russes de l’époque foisonnent de ces informations. mais les occidentaux ayant en tête l’invasion mongole écrivent selon ce qu’il pense que ça a du être tout bêtement

                cela vaut la peine de lire ses livres même sans adhérer car on y découvre quantité phénoménale d’informations sous forme de textes et d’images

                et surtout la base de tout, ce qui est ingoré dans tout enseignement, la naissance de notre chronologie ! et ca en vaut la peine

                un petit plus : czar = cesar c’est le même mot....
                duplication smiley 

                ses livres ouvrent les portes à des réflexions extrordinaires sur l’histoire


                • demosoluce 6 septembre 2013 11:15

                  @CzarRol,

                  que le terme Tsar vienne de César, rien de nouveau à ce sujet. Pour le reste, je ne suis pas adepte de suivre les théories officielles mais bon, il va falloir fortement croiser les sources. La principauté de Kiev était très prospère avant le XIIème siècle, l’alphabétisation élevée. On en a des témoignages grâce au fait qu’une des reines françaises vient de cette principauté : Anne de Kiev.

                  Avez vous des liens de sites mentionnant ces travaux ?


                • CzarRol 6 septembre 2013 12:21

                  salut

                  je comprends
                  c’est très difficile de se positionner et d’expliquer le travil de fomenko si une personne ne s’est pas penchée dessus pdt de longues heures avant. lire le résumé (en anglais de wikipédia donne une idée mais ce qui compte c’est le cheminement intellectuel derrière smiley )
                  ce qui compte c’est de connaître les textes, les gravures, les tableaux sur lesquels l’histoire s’est créée de manière à se faire une idée sur les erreurs faites par les « historiens »

                  pour bien comprendre, il refait une nouvelle chronologie, donc le 11e siecle n’est pas du tout le 11eme siecle de wikipédia. par exemple, les événement survenus au moyen age ont été mal datés et envoyés dans ce qu’on a appelé l’antiquité 

                  i lfaut savoir que denis pétau a donné la fondation de rome dans son livre sans justification ausune, il aura suffit de broder par la suite pour combler les dates.en effet, pour asseoir son pouvoir il fallait faire remonter ses origines très trsè loin à l’époque

                  a titre d’exemple , il nosu démontre aussi que la ville jéruusalem-rome-constantinople était une et une seule ville ! et donc les chroniques relatives à jérusalem (positionnée en 1800 seulement !) ne doivent pas couvrir uen autre époque mais la même que les événements de rome

                  tout cela a contribué à étendre et dupliquer l’histoire

                  les 2 premiers livres sont sur google books :
                  premier :
                  http://books.google.be/books?id=YcjFAV4WZ9MC&printsec=frontcover&dq=History :+Fiction+or+Science&hl=fr&ei=ikhiTeLXNcu74AaVp72dCg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CDYQ6AEwAQ#v=onepage&q=History%3A%20Fiction%20or%20Science&f=false

                  second :
                  http://books.google.be/books?id=fSvlaZYbcwUC&printsec=frontcover&dq=google+books+History :+Fiction+or+Science&hl=fr&sa=X&ei=rqspUuXvBaKh0QWBooA4&ved=0CDoQ6AEwAQ#v=onepage&q=google%20books%20History%3A%20Fiction%20or%20Science&f=false

                  une petite vidéo expliquant un peu les méthodes statistiques :
                  http://vimeo.com/28085647

                  dans le troisième live il interpret les zodiacs égyptiens et les dtae ! (téléchargeable)
                  dans le 4eme il ressort l’histoire de l’angleterre et de la russie , c’est hyper intéressant


                  • CzarRol 6 septembre 2013 13:51

                    le tuitre anglais est bien choisi : histoire ; science ou fiction


                    en effet, les gens pensent que les historiens sont scientifiques..que l’histoire a été soumise à des tests...or il n’en est rien

                    jamais en 1980 ou en 1920 le shistoriens du monde se sont regroupés pour revoir l’histoire à la lumière nouvelle des découvertes
                    en 1850 non plus...
                    en 1780 non plus...

                    quelles sont les méthodes employées dans la recherche de l’histoire... ???

                    pq un tel txte est-il vrai et pas un autre ?
                    la réponse est bien souvent : la comparaison
                    BASéE SUR LA CHRONOLOGIE

                    le bel exemple est l’yliade et l’odyssée, l’hisoitre entourant omer est risible. celle de dictys le cretois bies plsu intéressante. il était largement enseigné au moyen age alors qu’omer était inconnu (et pour cause...) mais les preuves retoruvées ne collaient pas à la chronologie et donc un choix est fait par des hommes ayant le pouvoir, sur base scientifique ou bien politique, économique.. ? poser la question est y répondre

                    c’est scaliger (et pétau) qui sont à la base de la chronologie, par la suite tout ce qui n’y colle pâs est déclaré faux mais qui a vérifié cette chronologie ? on devrait trouver pléthore de bouquins sur elle or il n’y a rien !


                    • demosoluce 6 septembre 2013 15:05

                      @ CzarRol,

                      Vous parlez du recentrisme, mouvement visant à remettre en cause les datations entre la fin de l’Empire romain et la renaissance. j’ai étudié cela mais j’avoue que jusqu’à maintenant, je n’ai pas été convaincu. Mais je regarderai, c’est toujours instructif


                    • CzarRol 10 septembre 2013 14:09

                      c’est du récentisme en effet mais pas du tout le mouvement allemand.
                      j’ai en effet parcouru leurs idées mais celles-ci sont assez superficielles.
                      ici il s’agit de tout autre chose, d’une nouvelle chronologie
                      et les arguments sont d’un tout autre niveau !

                      donc on ne supprime pas des années comme pour illig par exemple

                       Fomenko recalcule notamment la nativité et plusieurs autres phénomènes stellaires
                      (Anno Domini veindrait du calcul du moine denis exiguus(=le petit) en 500 mais ce nom est le même que denis pétau surnommé denis le petit qui a refait le meme calcule en 1500...) 
                      en fait, pour lui, on a perdu les documents d’avant le 10èeme siecle et tosu les autres datent depuis le 10 eme jusqu’à nous et les événements survenus au myen age ont été mal datés et renvoyés dans un passé inventé à la renaissance et par l’introduction de la chronologie selon scaliger

                      il réalise ce qu’aucun historien n’a su faire et ce qui manque le plus : une histoire parallèle, critique
                      nosu devrions en avoir des centaines car les textes anciens sont d’une grande difficulté et bcp utilisent des mots différents pour désigner la même chose.

                      or l’histoire semble facile, sans anicroche alors qu’il devrait y avoir quantité incroyable de doutes.

                      et son oeuvre a cela de phénoménal c’est quil nous montre les textes les tableaux sur base de quoi les « historiens » ont refait un e histoire et il démontre parfaitement que les traductions interprétations peuvent etre toutes autres !

                      il faut prendre le temps de lire car il aboutit notamment à la conclusipon que Grèce n’était pas du tout le petit pays d’aujourd’hui mais bien le synonyme du mot actuel Chrétienté
                      ce qui bien évidemment chamboule tout ......
                      GREEK=CHRIST=Horus

                      et israël était un territoir immense couvrant un partie de la russie, des pays baltes et les israélites étaient ceux se battant pour dieu (godefroid de bouillon) rien à voir avec le petit pays d’aujourd’hui
                      cette erreur par exemple fait construire totue l’histoire d’israel à un endroit géographique mauvais et à une mauvais époque... et forcément le moyen age se retrouve dépourvu de son histoire puisqu’elle est renvoyée vers le passé...

                      docn les événement survenus entrer le 10eme siècel et le 16eme (en gros) ont été décalés et multipliés (en fonction des traductions, des langues utilisées, des noms données) dans le temps ....contribuant à agrandir l’histoire
                      par exemple TROY=JERUSALEM=CONSTANTINOPLE (=ROME à un certain moment)
                      tout dépend de qui a écrit l’ancien texte ou de qui l’a traduit...

                      mais il faut le lire pour comprendre

                      il ya notamment le sphotos des sites grecs avant que schliemann ne fasse détruire ce qui ne lui plaisait pas, hé oui, ils ne nous sont pas parvenus tels quels à travers las ages (et ne sont en rien différents des sites turcs smiley ) simplement au temps de la découverte de la grèce, 17eme siecle.... les occidentaux n’avaient pas accès à la turquie....)


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 6 septembre 2013 14:48

                       Regardez ce rond point, au centre de Damascus, si cela se trouve, il est tournant et sert de base de lancement de missiles nucléaires longue portée redoutables : https://maps.google.fr/?ll=33.524161,36.31786&spn=0.0014,0.002975&t=h&z=19 Donc, ce régime est un des plus dangereux de la région...après Israël ! A savoir donc lequel est le plus paranoiaque ?


                      • foufouille foufouille 6 septembre 2013 15:20

                        il y a une centrale nuke a damas. un missile qui se perd et boum la fuite


                        • spartacus spartacus 6 septembre 2013 15:52

                          A la chute du mur, Leich Valesa, victorieux contre le pouvoir communiste fut terrifié par les cocos Français qui chantèrent l’internationale devant lui en agitant des drapeaux rouge de la haine faucille et marteau.

                          Allez faire comprendre la Russie a des crétins qui s’affichent encore aujourd’hui comme cela !


                          • escoe 6 septembre 2013 19:17

                            A la chute du mur, Leich Valesa, victorieux contre le pouvoir communiste fut terrifié par les cocos Français qui chantèrent l’internationale devant lui en agitant des drapeaux rouge de la haine faucille et marteau.


                            Ah, hummmmm, vous ne l’exhibez plus trop votre Walesa parce qu’il tient des propos sur les juifs qui dérangent un peu dans nos médias et il longe les murs en Pologne parce qu’il n’est plus trop populaire dans les mines et les usines.

                          • ykpaiha ykpaiha 7 septembre 2013 01:28

                            Ce que nous assistons actuellement n’est rien que l’éternel balancier de l’histoire.
                            Ceux qui ont réussi sont ceux qui ont appréhendé ce moment et en saisir l’imprtance.

                            Ils n’ont pas fait l’histoire ils l’ont accompagné dégagrant ainsi son chemin inexorable.

                            Les Us en s"inventant un mythe on fini par y croire et a force de l’observer, ils ne voit pas le retour du balancier et ceux qui le voient essayent de l’arreter.
                            L’Europe ainsi calquée sur son modele n’a pas su s’inspirer de l’histoire des peuples qui la compose.Elle aussi subira le sort des reveurs.
                            Chez nous c’est encore pire on nous fait croire au mouvement perpétuel ; que ce fameux balancier continuera de suivre le chemin que leurs esprits éclairés ont prévu pour lui..., plus dure encore sera la chute.

                            Puis le temps venu, chacun reprendra sa route naturelle, la France un pays central et indispensable aux échanges nord-sud -est -ouest
                            Et l’Ukraine La vaste plaine ou s’entrechoque et se mele orient et occident ; byzantins et catholiques etc...
                            Nous avons le syncretisme et eux les uniates.

                            Poutin l’a compris nous pas encore.


                            • chmoll chmoll 7 septembre 2013 08:50

                              Plus de 13% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.
                              ben merde alors !! pareil qu’en frenchie


                              • Bilou32 Bilou32 7 septembre 2013 09:37

                                Et aux USA il seraient plus proche de 15% ....


                              • chmoll chmoll 8 septembre 2013 16:10

                                ouié mais aux states y a quand même 5 x fois plus d’habitants
                                bref quelques soit le nombre , le constat est quand même là pour ceux qui la vivent cette misère


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 7 septembre 2013 09:26

                                Sur la période qui a suivi la fin de l’ URSS, un important chapitre y est consacré dans le livre de Noami Klein « La stratégie du choc, le capitalisme du désastre ».

                                Ainsi que sur la Chine, avec les mêmes interventions des économistes de l’ Ecole de Chicago, et les mêmes dégâts collatéraux sur les populations...

                                Pour comprendre le bras de fer actuel entre la Russie et les USA, un article
                                « Géopolitique du gaz et conflit syrien » sur le site voie militante.com, en date du 31 juillet 2012.

                                « Dans leur lutte géopolitique de l’énergie les USA avait un projet de gazoduc appelé Nabbuco, et les Russes un autre projet »South Stream« , pour acheminer vers l’ Europe le gaz de l’ Asie centrale.

                                Aujourd’hui, c’est clairement l’option russe qui semble emporter la mise ; il devrait transporter 63 milliards de m3 de gaz par an. Les Russes auront donc la mais sur l’ approvisionnement de l’Europe en gaz, et pas les USA à travers leur allié turc. »

                                Petite parenthèse, je crois bien que l’ Allemagne a déjà signé des accords gaziers avec la Russie, ce qui expliquerait qu’elle ne tient pas à s’agiter inconsidérément dans le conflit syrien, les prix du gaz dans les contrats suivants risqueraient de grimper..., ou les Russes pourraient fermer le robinet.

                                Dans ce bras de fer gazier, le même article parle du projet de gazoduc Iranien « Islamic Gas Pipeline », travaux de 10 milliards d’euros financés par l’Iran, 5 600 kms, 35 milliards de m3 de gaz par an, afin de proposer à l’ Europe des livraisons de gaz liquéfié via les ports méditerranéens de la Syrie.

                                Le Liban, l’ Irak, le Jordanie et la Syrie pourront se raccorder.

                                « Les USA et leurs alliés occidentaux ne veulent pas perdre le contrôle de ce gaz après la défaite du projet Nabbuco. »

                                Entre le projet d’installer des bases militaires US dans tous ces pays, tournées contre la Chine et la Russie, et les gazoducs, on voit bien que les causes de l’agitation occidentale ne sont pas vraiment la démocratie en Syrie, ni ailleurs dans le Moyen Orient.


                                • soi même 8 septembre 2013 13:25

                                  Si vous savez comme l’Amérique haïsse le monde, car il veule le faire à leurs images, il est dé lors compréhensible le pourquoi la Russie est un pays à abattre.


                                  • escoe 8 septembre 2013 18:16

                                    Petite parenthèse, je crois bien que l’ Allemagne a déjà signé des accords gaziers avec la Russie, ce qui expliquerait qu’elle ne tient pas à s’agiter inconsidérément dans le conflit syrien, les prix du gaz dans les contrats suivants risqueraient de grimper..., ou les Russes pourraient fermer le robinet.


                                    Heu, on a construit ces dernières années un pipeline qui passe sous la mer Baltique et relie directement la Russie et l’Allemagne. Ca évite tout risque d’être emmerdé par la Pologne et les pays baltes comme c’était le cas avec l’ancien réseau. Quant au gaz il ne sera pas fermé parce que Poutine est né à Leningrad, a été militaire à Dresde et parle mieux l’allemand que beaucoup d’allemands. Angela Merkel, elle, parle parfaitement le russe et a fait sa thèses de physique à Moscou. Allez au kremlin et vous verrez que les voitures de fonction du gouvernement russe sont des BMW. Ces petites choses ont une importance à peu près incompréhensible pour le politicard ou le mediacrate français moyen mais bon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès